Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusFin de l’ancien régime et début d...Liudmila NOVIKOVA, An Anti-Bolshe...

Comptes rendus
Fin de l’ancien régime et début de la période soviétique

Liudmila NOVIKOVA, An Anti-Bolshevik Alternative. The White Movement and the Civil War in the Russian North

Thomas Chopard
p. 807-809
Référence(s) :

Liudmila NOVIKOVA, An Anti-Bolshevik Alternative. The White Movement and the Civil War in the Russian North, Madison : University of Wisconsin Press (trad. par Seth Bernstein), 2018, 344 p.

Texte intégral

1L’étude de Liudmila Novikova porte sur le régime antibolchevik dans les régions russes septentrionales centrées autour d’Arhangel´sk, qui parvint à s’établir brièvement au cours de la guerre civile qui suivit la révolution de 1917. Il s’agit de la traduction de son ouvrage publié en russe en 2011, revu et corrigé. Basé sur les archives de Moscou, civiles, militaires et du Parti, et les archives régionales, notamment certaines archives de la branche du FSB d’Arhangel´sk, ainsi que sur quelques fonds de l’émigration, il renouvelle l’approche d’un épisode trop souvent appréhendé sous le seul angle des interventions étrangères, en particulier britannique. Fort de cette richesse documentaire, l’ouvrage participe d’un renouveau historiographique qui appréhende les divers régimes antibolcheviks par le bas, localement, « provincialement » pour reprendre l’expression de l’autrice, et décentre ainsi l’analyse, rompant avec « une histoire des armées, des élites politiques et des commandants » (p. 4). Clair et structuré, le récit est détaillé, incarné et nourri de témoignages, entrecoupé parfois de descriptions précises et de portraits individuels, et offre ainsi une approche tout sauf abstraite des évolutions de la situation.

2Les trois premiers chapitres, quoique réussis, sont peut-être les plus convenus : ils retracent la situation sociale et politique de la région au début du xxe siècle (chap. 1), pendant la première guerre mondiale et aux premières heures de la révolution (chap. 2) et enfin aux moments de l’émergence d’un pouvoir et d’une armée antibolchevique dans le nord (chap. 3).

3Le « Gouvernement provisoire de la région du Nord » apparaît ainsi dans ses particularités. L’autrice démontre que le pouvoir soviétique, déjà affaibli, a été balayé par une coalition hétéroclite, soutenue par le commandement allié, d’officiers contre-révolutionnaires, de personnalités politiques locales, d’urbains et de paysans insurgés, déçus de la rapide dégradation de leurs conditions de vie pendant la première moitié de l’année 1918 sous l’égide des Rouges. La place des mouvements régionalistes, l’importance, peut-être plus qu’ailleurs, d’hommes politiques libéraux et de socialistes distinguent ce mouvement antibolchevik des autres armées blanches plus autoritaires, militaristes, arcboutées sur les anciennes élites impériales et aux autorités civiles généralement défaillantes. En ce sens, à tout le moins dans ses débuts, le « mouvement blanc » dans le nord de la Russie apparaît comme une sorte de voie médiane, plus antibolchevique que strictement contre-révolutionnaire. Il met aussi en lumière une forme d’inertie, dans ces régions périphériques, des liens et des solidarités locales, qui d’une certaine façon vient contrebalancer ou se superposer à la polarisation de la révolution. Assez semblable en cela aux travaux sur les socialistes-révolutionnaires et leurs tentatives de gouvernement sur la Volga puis en Sibérie, Liudmila Novikova permet ainsi de dépasser un strict antagonisme entre une révolution incarnée par les seuls bolcheviks et une contre-révolution qui recouvrirait tous leurs ennemis. Le spectre des options politiques apparaît finalement plus nuancé et divers et dessine les linéaments d’une « alternative antibolchevique » qui ne se cantonne pas à un retour au tsarisme. L’analyse des différentes tentatives de mainmise de l’armée sur l’ensemble de la région, contrecarrées par le pouvoir civil, souligne par ailleurs les tensions internes aux différentes composantes de ce mouvement, en même temps qu’une forme continue de coopération entre les différents acteurs.

4Le traitement de l’intervention étrangère, britannique notamment, basée à Arhangel´sk et Murmansk, s’extrait des seules considérations géopolitiques centrées sur les intérêts des forces étrangères. L. Novikova ne se contente pas d’envisager les décisions politiques qui, en 1918, entremêlent continuation de la guerre mondiale et antibolchevisme. L’autrice analyse les interactions entre les Alliés et le Gouvernement provisoire de la région du Nord, le peu d’engagement des premiers et les sourdes critiques de ce dernier. Mais elle rend compte aussi des relations entre l’intervention et l’Armée blanche, rendue hostile parce que traitée avec condescendance et privée d’aide matérielle ; ainsi qu’avec les populations locales auxquelles les Alliés n’apportèrent pas le soulagement matériel escompté au départ des Rouges.

5Cet aspect matériel est particulièrement abordé dans le cinquième chapitre qui traite des politiques mises en place par le Gouvernement provisoire du Nord, qui tenta de relancer une économie dévastée sans pour autant revenir sur les acquis de la révolution et sans se résoudre immédiatement – mais s’y résolvant néanmoins en 1919 – à la mobilisation forcée typique du communisme de guerre et des autres mouvements blancs. L. Novikova détaille les différentes initiatives prises par les autorités antibolcheviques : réforme de l’éducation, tentative de finaliser la réforme agraire, réaménagement des liens avec l’Église. Elle analyse aussi un aspect méconnu de la guerre civile dans ces régions septentrionales : les tentatives d’instauration d’une autonomie des régions de Carélie, menée les armes à la main, ainsi que les prétentions finlandaises sur ces régions. Les fins de non-recevoir du Gouvernement provisoire du nord plongèrent les régions frontalières de l’arrière dans le chaos et privèrent les Blancs du soutien de leur voisin le plus proche malgré un antibolchevisme partagé. Cette hostilité due à un patriotisme russe intransigeant compliqua nettement la tâche des Blancs en 1920 au moment de faire retraite vers la Finlande.

6Un chapitre, parmi les plus stimulants, est dédié à l’attitude des populations locales, et notamment à leur participation à la mobilisation dans le cadre de la guerre civile. L’autrice détaille les nombreux groupes qui se sont mobilisés pour combattre les Rouges, se raccrochant parfois opportunément au gouvernement blanc, intégrant l’armée du Nord, mais formant aussi des milices plus autonomes, voire des groupes de paysans insurgés opérant derrière les lignes ennemies, dans une porosité et un tension entre armée organisée, guérilla et insurrection commune aux autres régions de conflit de l’ancien empire russe.

7L’ouvrage ne se contente pas d’aborder la mobilisation de la population par le seul aspect du volontariat, il analyse aussi en détail les phénomènes de coercition et la « terreur blanche », en particulier la répression des anciens responsables locaux des soviets et des institutions révolutionnaires. L. Novikova met en avant le rôle des organes judiciaires, tribunaux et tribunaux militaires et souligne que la mortalité des prisonniers fut surtout due aux conditions de vie déplorables dans les prisons plus qu’aux centaines d’exécutions.

8L’autrice met enfin en parallèle cette « terreur blanche » avec la « terreur rouge » et, plus généralement, avec la soviétisation des territoires septentrionaux après une rapide offensive militaire victorieuse en 1920. La dimension assez synthétique de ces dernières pages fait presque regretter que l’autrice ne décrive ni ne développe pas plus avant certaines questions comme la transformation des monastères du nord en camps de concentration pour prisonniers de guerre blancs ou les enquêtes conduites par la police politique afin de traquer les supposés anciens alliés des Blancs sur le territoire conquis. L. Novikova tend ainsi à distinguer radicalement les deux terreurs, soulignant la dimension instrumentale et centrale du versant soviétique et le caractère moins prégnant de la terreur blanche dans le Nord, surtout en raison d’un certain manque de moyens. On pourra néanmoins regretter une comparaison, même brève, avec les autres formes de violence déployées par les armées blanches à travers l’ancien empire russe, l’étude tendant à s’opérer en vase clos. L’étude reste concentrée sur le Nord, mais les éléments sont suffisamment détaillés pour envisager un travail comparatif précis ultérieurement.

9L’ouvrage vient combler une lacune historiographique certaine, tandis que depuis plusieurs années se multiplient les études régionales concernant la période révolutionnaire et la guerre civile. Il occupera à n’en pas douter une place de référence aux côtés des volumes de Peter Holquist sur le Don, d’Igor Narskii sur l’Oural, de Jonathan Smele sur la Sibérie de Kolčak et de Peter Kenez sur les Blancs en Russie méridionale et en Ukraine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Chopard, « Liudmila NOVIKOVA, An Anti-Bolshevik Alternative. The White Movement and the Civil War in the Russian North »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 807-809.

Référence électronique

Thomas Chopard, « Liudmila NOVIKOVA, An Anti-Bolshevik Alternative. The White Movement and the Civil War in the Russian North »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13458

Haut de page

Auteur

Thomas Chopard

CREE, INALCO – CEFR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search