Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusFin de l’ancien régime et début d...А. Ю. ПАВЛОВ, А.В. БОДРОВ, И.Е. М...

Comptes rendus
Fin de l’ancien régime et début de la période soviétique

А. Ю. ПАВЛОВ, А.В. БОДРОВ, И.Е. МАГАДЕЕВ, Е.П. ФЕСЬКОВА, Враг, противник, союзник? Россия во внешней политике Франции в 1917-1924 гг

Boris Vinogradov
p. 810-812
Référence(s) :

А. Ю. ПАВЛОВ, А.В. БОДРОВ, И.Е. МАГАДЕЕВ, Е.П. ФЕСЬКОВА
Враг, противник, союзник?
Россия во внешней политике Франции в 1917-1924
 гг
[
A.Ju. Pavlov, A.V. Bodrov, I.E. Magadeev, E.P. Fes´kova, Ennemi, adversaire, allié ? La Russie dans la politique étrangère française, 1917-1924]
Saint-Pétersbourg : Éditions RHGA, 2021, vol. 1, 705 p., vol. 2, 892 p.

Texte intégral

1L’étude collective en russe, Vrag, protivnik, sojuznik? Rossija vo vnešnej politike Francii v 1917–1924 gg. [Ennemi, adversaire, allié ? La Russie dans la politique étrangère française 1917-1924] est le fruit du travail d’une équipe d’auteurs constituée d’Andrej Pavlov, Andrej Bodrov, Iskander Magadeev et Ekaterina Fes´kova. L’ouvrage a été publié en 2021 et se compose de deux volumes, de 705 et 892 pages. Les recherches sur les relations entre Moscou et Paris durant la première décennie qui a suivi la révolution de 1917 sont abondantes. Les travaux sur ce sujet relèvent principalement d’auteurs occidentaux qui appuient leurs recherches sur des sources d’archives françaises. Ceux des auteurs soviétiques se caractérisent par une approche doctrinaire et un manque de traitement systématique des documents d’archive français. Dans l’historiographie contemporaine russe, la question est traitée de manière fragmentée et unilatérale.

2L’ouvrage se présente comme une étude intégrale de tous les aspects de la politique « russe » de la France et porte un accent particulier sur l’étude systématique des sources d’archive françaises. Les auteurs se sont attachés à exposer « un tableau panoramique, mais en même temps détaillé, de la politique française vis-à-vis de la Russie soviétique dans toutes ses manifestations » (p. 26). Le livre est divisé en quatre parties. Les deux premières sont structurées selon une approche chrono-thématique et retracent la politique de Paris à l’égard de Moscou tout au long de la période concernée, depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement bolchevik en Russie jusqu’à la reconnaissance de l’Union soviétique par la France. Dans la troisième et la quatrième parties, les auteurs adoptent une approche thématique. La troisième partie est consacrée à la politique française à l’égard des voisins immédiats de la Russie soviétique, à l’ouest et au sud : la Pologne, la Roumanie, les États baltes et la Turquie. La quatrième partie analyse les facteurs internes et externes dans la formation de la politique française envers l’Union soviétique.

  • 1 Forces armées du Sud de la Russie (Вооружённые силы Юга России) sont une union stratégique d’unités (...)
  • 2 La République populaire ukrainienne était une république qui occupait une grande partie du territoi (...)

3Dans la première partie, les auteurs décrivent l’établissement des premiers contacts entre l’establishment français et les bolcheviks en Russie. S’appuyant principalement sur les archives et documents français, les auteurs émettent l’opinion selon laquelle, dans un premier temps, Paris est surtout soucieux de s’assurer que les ressources industrielles et agraires russes ne tombent pas entre les mains des Allemands, en pleine avancée sur le territoire russe. Dans cette optique, le président de la République est prêt à faire preuve de souplesse et à entretenir des relations avec les bolcheviks (p. 51). Les tensions croissantes avec les bolcheviks, notamment en raison de l’avenir des légions tchécoslovaques, incitent progressivement le gouvernement français à se lancer dans une intervention militaire en Russie, avec les unités tchécoslovaques comme force principale. Clemenceau envisage alors un plan d’isolement des bolcheviks : « l’encerclement économique » (p. 143). Dans le nord de la Russie, les Français négocient avec la Grande-Bretagne, les États-Unis et le Japon l’envoi d’un contingent militaire, tandis que les unités militaires françaises sont concentrées dans le sud, à Novorossijsk, Odessa et Sébastopol. En examinant la phase finale de l’intervention militaire française, les auteurs détaillent les relations entre l’état-major français et les Forces armées du Sud de la Russie1 et la République populaire ukrainienne2. Le mauvais moral des soldats français et leurs profonds sentiments anti-guerre, ainsi que l’incapacité des Français à se concerter avec les forces antibolcheviques locales (p. 242) figurent parmi les raisons de l’évacuation de la garnison française du sud de la Russie. L’étude circonstanciée d’un aspect peu étudié de la coopération entre les bolcheviks et la France en 1919-1920, le rapatriement de soldats russes de France vers le territoire contrôlé par les bolcheviks dans le sud de la Russie et leur échange contre des citoyens français détenus par les bolcheviks, se révèle particulièrement intéressant (p. 294-305).

4La deuxième partie du livre se compose de cinq chapitres et traite du développement de la politique russe à Paris dans les années 1920-1924. Une attention particulière (deux chapitres) est accordée à la composante commerciale et économique de la politique « russe » de Paris. Les auteurs retracent le processus de la recherche de voies d’intégration de la Russie bolchevique dans la politique européenne et examinent le rôle de la France dans la création d’un cordon sanitaire en Europe de l’Est. La principale caractéristique de la politique « russe » de Paris est, selon les auteurs, la crainte française d’un éventuel rapprochement politique, militaire et économique entre l’Allemagne et la Russie soviétique. Cette idée se retrouve dans tous les chapitres et est amplement étayée par des sources russes et françaises.

5Dans la troisième partie, les auteurs analysent la politique de la France à l’égard des pays limitrophes de la Russie soviétique (Pologne, Roumanie, pays baltes et Turquie), dont le fondement est d’empêcher l’extension de l’influence bolchevique et d’endiguer la menace militaire que représente la Russie soviétique. Les auteurs examinent en détail la fourniture d’armes françaises et la coopération entre les services de renseignement de la France et les pays susmentionnés. La signature des accords d’assistance mutuelle franco-polonais et polono-roumain a concrétisé l’idée du « cordon sanitaire ». Les relations de la France avec les pays du cordon sont décrites comme « pas toujours harmonieuses » (p. 844). Les Alliés orientaux estiment que la France n’est « pas suffisamment disposée à les aider » (p. 844). L’une des raisons du mécontentement des dirigeants polonais et roumains est la lenteur avec laquelle Paris reconnaît les nouvelles frontières orientales de ces pays, « essayant de préserver la possibilité d’un retour à la coopération avec une future Russie débarrassée des bolcheviks » (p. 844). Après la reconnaissance de l’Union soviétique par la France, le concept du cordon sanitaire en tant que forme active d’isolement de la Russie soviétique marque bien moins la politique française (p. 54). En ce qui concerne la Turquie, Paris craint l’établissement d’un « couplage turco-soviétique » (p. 307), mais une faible présence militaire et politique dans la région et des contradictions croissantes avec la Grande-Bretagne empêchent Paris de parvenir à semer la discorde dans les relations entre la Turquie kémaliste et la Russie soviétique.

6La quatrième et dernière partie du livre est consacrée à l’analyse des facteurs qui influencent la formation de la politique « soviétique » à Paris. L’émigration russe et son rôle dans la stratégie et la diplomatie françaises vis-à-vis de la Russie soviétique y sont évoqués. Le rôle de la propagande soviétique à l’intérieur de la France par le biais du parti communiste fait l’objet d’un examen attentif. Les auteurs affirment qu’entre 1920 et 1924, il est possible d’identifier plusieurs orientations stratégiques de la politique « soviétique » de Paris. Premièrement, les dirigeants français cherchent à empêcher la constitution de liens, voire d’une alliance, entre les bolcheviks et les pays défaits lors de la première guerre mondiale (surtout l’Allemagne et la Turquie). Deuxièmement, (p. 847), la France cherche à éviter une confrontation militaire directe avec les bolcheviks, préférant influencer Moscou par d’autres moyens. Dans le même temps, le gouvernement et les hommes d’affaires français sont intéressés par l’accès aux sources de matières premières sur le territoire de l’ancien Empire russe et cherchent à accéder à ces marchés en établissant des concessions et en négociant la vente des matières premières. Les représentants français « étaient souvent prêts à négocier avec toutes les autorités : le gouvernement des armées blanches, les républiques indépendantes de Transcaucasie et même les bolcheviks » (p. 847).

7Pour finir, il convient de souligner le travail de grande qualité qui a été fourni autour de l’utilisation des sources ; cela contribue en grande partie, et sans conteste, à la valeur de cette étude. Les références aux documents utilisés sont organisées avec beaucoup de soin, ce qui les rend faciles à identifier et à citer correctement. Cet ouvrage sera particulièrement utile aux chercheurs russophones qui, pour une raison ou une autre, n’ont pas accès aux archives hébergées en France. Précisons cependant que cet ouvrage ne propose pas d’analyse de la politique « française » des bolcheviks dans la période postrévolutionnaire. Les auteurs ne s’engagent d’ailleurs pas à aborder cette question et se concentrent sur une analyse globale des facteurs qui influencent la naissance et le développement de la politique « russe » puis « soviétique » de Paris. La division de l’ouvrage en deux volumes apparaît logique : le premier dressant une vue d’ensemble de la chronologie des développements dans les années 1917-1924, tandis que le second se consacre à une analyse de fond des facteurs que les auteurs considèrent comme essentiels pour la formation de l’image et de l’attitude de la France à l’égard de la Russie soviétique.

Haut de page

Notes

1 Forces armées du Sud de la Russie (Вооружённые силы Юга России) sont une union stratégique d’unités des armées blanches dans le sud de la Russie en 1919-1920 pendant la guerre civile russe.

2 La République populaire ukrainienne était une république qui occupait une grande partie du territoire de l’Ukraine actuelle à la suite de la révolution russe de 1917.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Vinogradov, « А. Ю. ПАВЛОВ, А.В. БОДРОВ, И.Е. МАГАДЕЕВ, Е.П. ФЕСЬКОВА, Враг, противник, союзник? Россия во внешней политике Франции в 1917-1924 гг »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 810-812.

Référence électronique

Boris Vinogradov, « А. Ю. ПАВЛОВ, А.В. БОДРОВ, И.Е. МАГАДЕЕВ, Е.П. ФЕСЬКОВА, Враг, противник, союзник? Россия во внешней политике Франции в 1917-1924 гг »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13467 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13467

Haut de page

Auteur

Boris Vinogradov

Nantes Université

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search