Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusPériode soviétique et postsoviétiqueПавел ПОЛЯН, «Если только буду жи...

Comptes rendus
Période soviétique et postsoviétique

Павел ПОЛЯН, «Если только буду жив...». 12 дневников военных лет

Sarah Gruszka
p. 816-819
Référence(s) :

Павел ПОЛЯН
«Если только буду жив...»
12 дневников военных лет

[Pavel POLJAN, Si seulement je reste en vie… » : 12 journaux des années de guerre]
Saint-Pétersbourg : Nestor-Istorija, 2021, 992 p.

Texte intégral

1La parution de cet ouvrage volumineux s’inscrit dans une attention soutenue et croissante, ces dernières décennies, pour les ego-documents à même d’éclairer l’histoire de la Russie et de l’URSS. On connaît l’apport inestimable du projet « Prožito », fondé en 2015, qui a entrepris de collecter, transcrire et mettre en ligne un nombre considérable de journaux personnels (2 000 à ce jour, dont un quart d’inédits) tenus en russe et en ukrainien entre le xviie et le xxe siècle. Au départ simple initiative reposant sur le travail bénévole d’une équipe réunie autour de Mihail Mel´ničenko, ce projet vertigineux s’est constitué, à partir de 2019, en « Centre d’étude des ego-documents » affilié à l’université européenne de Saint-Pétersbourg. À l’heure où l’accès aux archives russes et ukrainiennes n’est plus possible, la mise à disposition de ces sources est d’autant plus bienvenue pour le chercheur.

2Au sein de ce large corpus, les journaux personnels rédigés au cours de la seconde guerre mondiale occupent une place particulière. En dépit d’une historiographie abondante, dans un contexte où la mythologie de cette période connaît un regain dans la Russie poutinienne – et, partant, dans la réécriture officielle de cette histoire (notamment dans les manuels scolaires et l’espace mémoriel) –, la guerre demande encore à être appréhendée dans sa dimension tragique et humaine, de façon politisée, comme le rappelle l’historien Pavel Poljan dans son introduction au recueil (p. 9, 34). Or, l’apport des ego-documents est d’autant plus précieux qu’ils permettent précisément de contrebalancer la version héroïsante et hautement sélective à travers « tous les thèmes tabous de la guerre » (p. 974) qu’ils abordent : compromissions, états d’esprit non patriotiques, débâcle au sein de l’armée, prééminence des préoccupations matérielles, délitement des normes éthiques, effets physiologiques et psychologiques d’une famine prolongée, etc.

3Le recueil réuni par Pavel Poljan rassemble douze journaux personnels provenant aussi bien d’archives russes (GARF, Musée de la médecine militaire ou encore archives régionales) qu’étrangères (Allemagne, États-Unis, Kazakhstan, …), tandis que d’autres restent conservés au sein des familles. Le profil des diaristes est varié, tant du point de vue socioprofessionnel qu’en termes d’âge (la plus jeune a douze ans) et de positionnement idéologique (de l’officier du NKVD au partisan du IIIe Reich), avec toutefois un fort déséquilibre de genre – seuls deux journaux sont tenus par des femmes –, mais Poljan se défend de toute ambition de représentativité. Nulle surreprésentation du milieu intellectuel des capitales de l’empire : les lieux de vie des diaristes vont de Kaunas à Ulan-Udé, en passant par Taganrog, Kursk, Stalingrad, tandis que d’autres sont issus des campagnes.

  • 1 Parmi ses publications sur le sujet, outre les ouvrages mentionnés à la note 3 et 6, notons que Pol (...)
  • 2 Cf., outre le panorama historiographique proposé dans son introduction par Poljan, la précieuse syn (...)

4Cette sélection d’écrits du for intérieur reflète la diversité du spectre des victimes de la seconde guerre mondiale : soldats de l’Armée rouge ou affiliés à la Wehrmacht, civils sous l’occupation allemande, prisonniers de guerre ou de ghetto, Ostarbeiter. Ils dévoilent ainsi différentes facettes de l’expérience de guerre, dont certaines ont été occultées dans l’historiographie soviétique durant près d’un demi-siècle. Dans son préambule, Poljan rappelle ainsi la laborieuse émergence, dans le milieu de la recherche et le monde éditorial, des vécus de guerre jugés encombrants car contrevenant au récit canonique. Il s’étend tout particulièrement sur le cas des prisonniers de guerre et des citoyens déportés aux travaux forcés en Allemagne (estimés à plus de trois millions pour chaque catégorie), sur lequel Poljan travaille depuis trente ans (notamment en collaboration avec Memorial et des projets de recherche allemands [p. 26])1. Ces catégories de personnes, dont Poljan souligne la communauté de destin (p. 12), demeurèrent (presque2) en marge non seulement de l’historiographie soviétique, mais aussi des politiques de compensation allemandes jusqu’aux années… 2015 (p. 10, 27). Ainsi, même le portail Prožito, avec ses centaines de journaux personnels de la seconde guerre mondiale, n’en proposait que cinq tenus par des prisonniers de guerre, dont trois fournis par Poljan.

  • 3 Rappelons que Poljan est l’auteur de Жертвы двух диктатур: Советские военнопленные и остарбайтеры в (...)
  • 4 Avec cette réserve que Poljan, tout en décriant le retard de l’historiographie russe dans l’appréhe (...)

5Au côté de ces victimes du nazisme, le journal personnel d’un collaborateur de la Wehrmacht (Georgij Tomin, p. 39-67) fait figure d’exception au sein du recueil ; dans le contexte soviétique et actuel de moralisation de la mémoire de guerre, Poljan appelle à cesser « de haïr [ces personnes], de les mépriser et de les maudire, il est temps de passer à leur étude et leur compréhension » (p. 10). Ce journal permet de donner un coup de projecteur sur un aspect moins connu de la guerre : le sort de la Première armée nationale russe (connue aussi sous le nom de « Sonderdivision Russland ») qui trouva refuge, en 1945, au Liechtenstein, rare pays à ne pas appliquer les accords sur le rapatriement des citoyens soviétiques. Enfin, le cas des doubles victimes de la guerre et du régime stalinien est également abordé3, notamment par le sort des Soviétiques rapatriés, marqués dès lors par le stigmate indélébile de traître potentiel qui leur valut, pour une partie d’entre eux, la déportation. En somme, ce recueil a pour ambition de refléter les avancées historiographiques russes sur la seconde guerre mondiale (p. 33)4.

  • 5 À cet égard, voir le récent recueil remarquable dirigé par Emilia Koustova, éd., Combattre, survivr (...)

6Offrant une plongée dans l’âpre quotidien de ces différentes expériences de la guerre, ces douze journaux personnels livrent des récits de survie, de faim et de froid, d’humiliations et de déshumanisation, de désespoir et d’épuisement au travail, de maladie et de mort (et certains des diaristes présentés ici n’ont pas survécu, rejoignant les 3,3 millions de Soviétiques morts dans les geôles allemandes [p. 10]). Ce sont autant de motifs qui confèrent une homogénéité certaine à ces écrits de la catastrophe. C’est par cette « dramaturgie » (p. 982) du quotidien que Poljan entend appréhender ces sources, rejetant l’approche hellbeckienne – centrée sur la quête de positionnement des diaristes vis-à-vis des valeurs du régime stalinien – qu’il juge inadaptée aux journaux de la guerre (p. 981). Si les théories de Jochen Hellbeck, qui remontent maintenant à plus de vingt ans, sont en effet discutables en ce qu’elles ne couvrent qu’une partie du tableau, la conclusion de Poljan nous semble hâtive, comme le démontrent des recherches plus récentes qui accordent une attention particulière aux discours5. N’est-il pas symptomatique, par exemple, que l’un des diaristes du recueil (Anatolij Galibin, p. 270-286), encerclé par l’ennemi puis fait prisonnier, se perçoive dès lors comme un traître ?

7Au-delà de l’apport documentaire de ces sources, elles présentent également un intérêt per se, en nourrissant notre compréhension de la pratique diariste en temps de crise extrême : conditions (matérielles et psychologiques), lieux et temporalités (le cas d’Aleksandr Kontarev [p. 84-269], qui ouvre parfois son carnet en plein milieu d’un combat, est éloquent !), fonctions et enjeux, variation des degrés d’introspection, modalités de conservation et de transmission. La destinée de certains des journaux présentés ici est tissée de péripéties, qui montrent à quel point le fait qu’ils soient parvenus jusqu’à nous relève souvent d’une série de hasards, ce qui les rend d’autant plus fragiles et précieux. Un journal (celui d’Anatolij Galibin) fut ainsi retrouvé dans une fosse commune par la ČGK, deux autres (celui de Vasilij Baranov et d’Anatolij Pilipenko) ont été spontanément transmis par leurs auteurs après l’effondrement de l’URSS – le premier au moment où Poljan travaillait à la collecte de témoignages oraux des Ostarbeiter au début des années 1990, le second pour prouver son statut d’ancien travailleur de l’Est dans la perspective d’obtenir une compensation. La destinée du journal d’Ivan Šabalin, mort sur le champ de bataille (p. 68-83), illustre quant à elle l’instrumentalisation dont pouvaient faire l’objet ces sources : il a d’abord été retrouvé sur lui par les Allemands, envoyé au contre-espionnage de la Wehrmacht, traduit et considéré comme un trophée à utiliser dans le travail avec les troupes… avant que l’une des copies ne soit récupérée par les troupes soviétiques en 1942 et retraduite de l’allemand vers le russe. Il y a aussi le cas des carnets détruits ou perdus (comme les premiers journaux de Tamara Lazerson, enterrés après sa fuite du ghetto de Kaunas), abîmés ou égarés à force de passer de main en main. Bien que l’on manque encore d’idées précises sur la quantification du phénomène diariste en temps de guerre, la seule tenue d’un journal personnel dans les conditions de suspicion, de danger et de censure propres à l’environnement nazi et stalinien demeure étonnante, surtout dans le cas des diaristes qui s’autorisent une grande liberté de ton. Cette obstination pose ainsi la question des motivations à l’écriture diariste, qui est sans doute un peu trop survolée par Poljan (il se contente d’invoquer les deux raisons traditionnelles, « l’appel de l’histoire » et un support de la survie [p. 32, 975] sans les étayer outre mesure).

  • 6 Ainsi, plus de la moitié d’entre eux a déjà été publiée dans un recueil précédent : П.М. Полян, Н. (...)

8Ce recueil captivant n’est pas vraiment un inédit (sauf exception, les journaux personnels présentés soit ont déjà fait l’objet d’une – voire plusieurs – publication au moins partielle, notamment par Poljan lui-même6, soit sont disponibles sur le portail Prožito, de même que les textes de Poljan introduisant chaque journal et concluant l’ensemble reprennent des articles publiés ici et là), mais il a le mérite de rassembler au sein d’un même ouvrage des textes disséminés, peu connus du lecteur (à l’exception, sans doute, du journal de ghetto de Tamara Lazerson publié dans plusieurs langues), accompagnés chaque fois d’une présentation biographique et d’une contextualisation historique. Soulignons enfin la qualité de l’appareil critique et de l’iconographie (reproductions de pages des manuscrits, photographies des auteurs, coupures de presse). On aurait sans doute aimé que Poljan explique les choix ayant présidé à cette sélection de journaux personnels et au parti pris de laisser de côté les journaux des camps de concentration ou ceux des villes assiégées (évoqués en passant p. 976), qui représentent pourtant des expériences majeures de la guerre. Ce recueil pose en tout cas un jalon supplémentaire dans la nécessaire mais encore balbutiante entreprise d’inventorisation et de classification des journaux personnels de la seconde guerre mondiale, période qui, selon Poljan, représente précisément « le pic de la tenue d’un journal » (p. 975).

Haut de page

Notes

1 Parmi ses publications sur le sujet, outre les ouvrages mentionnés à la note 3 et 6, notons que Poljan a initié une collection aux éditions ROSSPÈN intitulée « Čelovek na obočine vojny [L’homme au bord de la guerre] », qui a publié onze ouvrages entre 2005 et 2010 dont un certain nombre d’ego-documents de prisonniers de guerre https://rosspen.su/katalog/chelovek-na-obochine-vojny-/. Poljan se positionne comme le pionnier dans ce domaine avec ses travaux entrepris au tout début des années 1990 (p. 25-26).

2 Cf., outre le panorama historiographique proposé dans son introduction par Poljan, la précieuse synthèse bibliographique apportée p. 13-14, qui liste les ouvrages des années 1940 – méconnus, peu accessibles et délaissés par la recherche – mentionnant le sort des prisonniers de guerre.

3 Rappelons que Poljan est l’auteur de Жертвы двух диктатур: Советские военнопленные и остарбайтеры в Третьем рейхе и их репатриация [Victimes de deux dictatures : les prisonniers de guerre et les Ostarbeiter soviétiques dans le IIIe Reich et leur rapatriement], М. : VAŠ VYBOR CIRZ, 1996. Traduit en allemand et en japonais, cet ouvrage a été réédité dans une version augmentée en 2002 sous le titre Жертвы двух диктатур: Жизнь, труд, унижение и смерть совет военнопленных и остарбайтеров на чужбине и на родине, M. : ROSSPÈN, et adapté en film documentaire en 2004 pour les studios « Centrnaučfil´m » par M. Mar´jamov).

4 Avec cette réserve que Poljan, tout en décriant le retard de l’historiographie russe dans l’appréhension de cette période et en rejetant la rhétorique idéologisante, ne se départ pas de la formule « Grande Guerre patriotique ».

5 À cet égard, voir le récent recueil remarquable dirigé par Emilia Koustova, éd., Combattre, survivre, témoigner : expériences soviétiques de la Seconde Guerre mondiale, Strasbourg : Presses universitaires de Strasbourg, 2020, ou encore notre propre analyse des journaux personnels du siège de Leningrad menée précisément sous l’angle du rapport des individus au discours officiel (par ex « “Dois-je écrire sur moi ?” La part du personnel dans les journaux intimes soviétiques », Revue des études slaves, tome 92 (1), 2021, p. 97-106).

6 Ainsi, plus de la moitié d’entre eux a déjà été publiée dans un recueil précédent : П.М. Полян, Н. Поболь, éd., « Нам запретили белый свет... » : Альманах дневников и воспоминаний военных и послевоенных лет [P. Poljan, N. Pobol´, Almanach de journaux intimes et de souvenirs des années de guerre et d’après-guerre], М. : ROSSPÈN, 2006, ainsi que dans différentes revues depuis le milieu des années 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Gruszka, « Павел ПОЛЯН, «Если только буду жив...». 12 дневников военных лет »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 816-819.

Référence électronique

Sarah Gruszka, « Павел ПОЛЯН, «Если только буду жив...». 12 дневников военных лет »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13503 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13503

Haut de page

Auteur

Sarah Gruszka

CERCEC, EHESS – H2020

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search