Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusPériode soviétique et postsoviétiqueSurvivre à la Shoah en Union sovi...

Comptes rendus
Période soviétique et postsoviétique

Survivre à la Shoah en Union soviétique : nouvelles perspectives historiographiques

Mark EDELE, Sheila FITZPATRICK, Atina GROSSMANN, eds., Shelter from the Holocaust. Rethinking Jewish Survival in the Soviet Union | Markus NESSELRODT, Dem Holocaust entkommen. Erfahrungen Polnischer Jüdinnen und Juden in der Sowjetunion (1939-1946) | Elyiana ADLER, Survival on the Margins? Polish Jewish Refugees in the Wartime Soviet Union | Albert KAGANOVITCH, Exodus and its Aftermath. Jewish Refugees in the Wartime Soviet Interior
Thomas Chopard
p. 820-825
Référence(s) :

Mark EDELE, Sheila FITZPATRICK, Atina GROSSMANN, eds., Shelter from the Holocaust. Rethinking Jewish Survival in the Soviet Union, Detroit : Wayne State University Press, 2017, 350 p.

Markus NESSELRODT, Dem Holocaust entkommen. Erfahrungen Polnischer Jüdinnen und Juden in der Sowjetunion (1939-1946), Berlin : De Gruyter, 2019, 400 p.

Elyiana ADLER, Survival on the Margins? Polish Jewish Refugees in the Wartime Soviet Union, Cambridge : Harvard University Press, 2020, 456 p.

Albert KAGANOVITCH, Exodus and its Aftermath. Jewish Refugees in the Wartime Soviet Interior, Madison : The University of Wisconsin Press, 2022, 336 p.

Texte intégral

  • 1 Yosef Litvak, Pelitim Yehudim mi-Polin be-Berit ha-Mo’atsot, 1939-1946, Tel Aviv : Kibbutz Meuhad, (...)

1Près de deux millions des dix millions de Juifs vivant en Europe et en URSS ont survécu à la Shoah en territoire soviétique non occupé, dont près de 230 000 Juifs polonais. Ainsi que le souligne l’introduction de Shelter from the Holocaust, cette histoire « n’a pas trouvé sa place dans les traditions historiographiques établies. Ni les historiens de l’Union soviétique ni ceux de la Shoah, sans parler des historiens de la Pologne, ne se sont considérés “en charge” de cette histoire » (p. 8). Le recentrement de l’historiographie de la Shoah et de la seconde guerre mondiale en Europe vers l’Est a conduit à réévaluer le rôle que l’Union soviétique, comme territoire et comme État, avait joué dans cette survie. Jusqu’à ces publications, l’historiographie se réduisait à une monographie de Josef Litvak, parue en hébreu en 1988, et à une poignée d’articles1. Longtemps dominée par la question de la survie sur place, dans les ghettos, les camps ou la clandestinité, la problématique de la survie englobe à présent les mobilités entreprises par les Juifs persécutés. On peut aussi déceler sur ce point l’influence des études portant plus généralement sur les guerres et les persécutions en Europe et dans le monde, dont la présence de réfugiés constitue une dimension incontournable et bien souvent une source documentaire précieuse.

2Les quatre ouvrages ici recensés insistent sur la façon dont la guerre a accentué la dispersion spatiale de ces populations juives, habitant pour l’essentiel en Pologne et dans les confins occidentaux de l’URSS, mais aussi dans les grandes villes soviétiques, et qui se sont retrouvées dans les périphéries soviétiques, dans le grand nord de la république autonome des Komis, comme en Sibérie ou en Asie centrale. Cette multiplicité de destinations renvoie aux diverses modalités de mobilité subies ou entreprises par les Juifs en URSS : fuite en 1939, déportations en 1940, évacuation en 1941, mobilisation militaire et dans l’économie de guerre, retours en 1944, etc. Tout le paradoxe de cette survie tient en effet au fait qu’une large part des rescapés juifs l’ont été en raison des politiques répressives staliniennes qui ont entrepris, avec l’annexion de vastes territoires issus des confins polonais, la déportation de 70 à 80 000 Juifs polonais vers l’univers du goulag au cours de plusieurs vagues de répression. Celles-ci n’ont jamais visé les Juifs en tant que tels, mais des catégories multiples où ils étaient largement représentés : soldats prisonniers de l’armée polonaise défaite, anciennes élites économiques et administratives, responsables politiques et communautaires, et surtout anciens citoyens polonais ayant refusé le passeport intérieur soviétique. Un enjeu majeur de ces ouvrages tient donc aussi au fait de rendre compte d’une expérience marquée par la perte, la faim et les épidémies, typiques du goulag puis des années en évacuation en Asie centrale, en même temps que d’une forme de sauvetage.

3L’ouvrage collectif, dirigé par Mark Edele, Sheila Fitzpatrick et Atina Grossmann, Shelter from the Holocaust, marque l’une des premières tentatives de rendre compte de la survie des Juifs en territoire soviétique à travers les diverses facettes d’une histoire tantôt spécifiquement juive, tantôt soviétique ou polonaise. Il étudie à travers ses différentes contributions cette difficulté à analyser la survie juive au cours de la seconde guerre mondiale, soulignant les différentes catégories dans lesquelles ils ont pu tomber : Juifs polonais, citoyens polonais aux côtés de non-juifs, citoyens soviétiques, déportés, déplacés, évacués, rapatriés, rescapés de la Shoah. Dans de nombreux cas, la judaïté disparaît, ensevelie sous une condition partagée, pour ressurgir en d’autres circonstances – ce que souligne l’attention répétée aux témoignages. Cet aspect est tout particulièrement étudié dans la contribution de John Goldlust (p. 219-246), dédiée à cette problématique et à ses effets sur les narrations ultérieures de la guerre et de la Shoah. De même en mettant l’accent, sur la base d’un corpus d’entretiens, sur le sort des Juifs en évacuation en Asie centrale, voire en Iran ou en Inde, Atina Grossman interroge la façon dont ils peuvent être qualifiés ou se qualifier de « rescapés de la Shoah » (Holocaust survivors), tant les éléments constitutifs de la persécution (les ghettos, les rafles, les déportations et les fusillades) semblent lointains.

  • 2 Les archives de l’USHMM, et dans une moindre mesure celles de Yad Vashem, ont entamé depuis le débu (...)

4Comme tout ouvrage collectif, Shelter from the Holocaust ne couvre pas toutes les séquences et expériences suggérées par le titre. Son objet demeure parfois mouvant : si l’essentiel des textes portent sur les Juifs polonais en URSS, leurs contours ne sont pas toujours clairs, et s’y adjoignent parfois des Juifs originaires des régions soviétiques depuis 1922, notamment lorsque les Juifs polonais disparaissent des sources en tant que tels. Les différentes déportations qui accompagnent l’annexion de la Pologne orientale après 1939, restent finalement peu étudiées, et manquent notamment d’interagir avec l’importante historiographie sur le sujet. La question des chiffres demeure centrale afin de cadrer le propos. Une question qu’affronte en particulier la contribution de Mark Edele et Wanda Warlik qui propose de nombreuses estimations à travers d’utiles tableaux du nombre de Juifs polonais ayant fui en URSS, de la proportion de Juifs dans différentes populations déplacées, faisant notamment un usage statistique éclairant des cartes d’enregistrement des évacués juifs à Tashkent numérisées par l’US Holocaust Memorial Museum2. Cette contribution est probablement l’une des plus novatrices en ce qu’elle combine usage des témoignages et documents en provenance des autorités soviétiques, tandis que les autres tendent plutôt à mobiliser l’historiographie existante ainsi que les récits écrits et oraux. Ce déséquilibre tend à ne pas aborder certaines questions centrales, notamment le rôle des autorités soviétiques afin de déporter mais aussi d’intégrer les populations annexées dont les Juifs faisaient partie. La problématique de l’antisémitisme et de la lutte contre l’antisémitisme des autorités centrales comme locales, est posée par Sheila Fitzpatrick dans sa contribution mais demeure inaboutie, notamment dans ses effets sur les trajectoires des Juifs en URSS. Cet ouvrage collectif a néanmoins l’immense mérite d’ouvrir de nombreux champs de recherche et les monographies d’Eliyana Adler, de Markus Nesselrodt et d’Albert Kaganovitch viennent en partie combler ces lacunes ou poursuivre ces questions ouvertes. Les deux premiers se concentrent spécifiquement sur le sort des Juifs polonais, tandis que le troisième tente d’embrasser les cas polonais et soviétiques simultanément.

5Les deux ouvrages d’Eliyana Adler et Markus Nesselrodt partagent une structure, une méthode et un propos semblables. Publiés à quelques mois d’intervalle, ils témoignent de la convergence de l’historiographie aux États-Unis, où Eliyana Adler est associate professor à Penn State University, et en Allemagne où Markus Nesselrodt est chercheur à l’université européenne Viadrina. Les deux ouvrages sont structurés chronologiquement. Ils construisent à mesure des chapitres autant de situations typiques et d’étapes qui scandent les trajectoires des Juifs polonais en territoire soviétique : la fuite à l’automne 1939, les premières confrontations avec la réalité soviétique, la déportation en 1940-1941, l’évacuation en Asie centrale après l’entrée en guerre contre l’Allemagne nazie et ses alliés, et le retour vers la Pologne. Ce séquençage suit les à-coups des grandes décisions politiques et de la guerre : l’invasion de la Pologne, les décrets de déportation puis d’amnistie, l’invasion de l’Union soviétique et les accords passés entre le gouvernement soviétique et les puissances occidentales, notamment le gouvernement polonais en exil.

6E. Adler et M. Nesselrodt fondent essentiellement leur analyse sur un nombre impressionnant de témoignages, de mémoires et d’entretiens. M. Nesselrodt offre aussi la particularité d’inclure des articles de presse ainsi que des formes d’écriture poétique. Cette méthode permet donc de se fonder sur les grandes ruptures politiques sans s’y cantonner. Elle donne à voir pour l’essentiel le point de vue des populations juives en fuite, mettant l’accent sur les expériences individuelles et des parcours « complètement uniques », ainsi que le note E. Adler (p. 280). Les nombreux exemples mobilisés donnent toutefois à voir comme une mosaïque de cas. Leur sélection tend à mettre l’accent sur certains phénomènes : M. Nesselrodt est ainsi plus attentif à la diversité des courants politiques qui animent ces exilés juifs polonais en URSS, ainsi qu’aux pratiques religieuses, présentées comme une forme de résistance ; tandis que E. Adler prête une attention particulière au sort des femmes et des enfants. Les deux usent en grande part de témoignages, dont la pratique demeure inégalement partagée : elle privilégie par définition les survivants, mais aussi les hommes, ceux susceptibles de prendre la plume, etc. Par ailleurs, ils ne catégorisent guère les témoignages selon qu’ils proviennent de Juifs polonais originaires de Pologne orientale, annexée à l’Union soviétique par suite du pacte germano-soviétique, ou de Pologne centrale, dont la famille est bien souvent demeurée en partie en territoire occupé par les Allemands dès 1939. L’usage extensif du témoignage met au cœur de l’analyse les notions de choix, les décisions présentées rétrospectivement comme mûrement réfléchies. Les deux historiens confrontent très souvent les cas particuliers avec des tableaux plus généraux, mais laissent ouverte la question de savoir comment inclure les récits personnels dans un cadre d’analyse présentant les éléments et les caractéristiques, qui bien souvent s’effacent dans le récit de soi et qui contraignent les comportements individuels. La réflexion progresse généralement en juxtaposant circonstances extérieures et faculté d’agir individuelle, à rebours d’une histoire sociale soucieuse de mieux caractériser le groupe considéré. Malgré la diversité des voix, certaines situations demeurent inaperçues : c’est le cas par exemple des « travailleurs volontaires » ayant opté pour la citoyenneté soviétique en 1940 et établis avec une certaine contrainte dans certains pans de l’économie, dans une situation proche de celle des travailleurs forcés. De façon générale, probablement en raison d’un effet de sources, les populations passées par l’univers du goulag – pourtant une minorité des Juifs polonais en URSS pendant la guerre – semblent dominer le récit. Le sort de celles qui se sont soumises au nouvel ordre soviétique reste encore le moins connu même s’il est régulièrement évoqué.

7Albert Kaganovitch présente une perspective différente, fondée essentiellement sur les archives soviétiques. Son travail se révèle donc complémentaire de ceux d’Eliyana Adler et Markus Nesselrodt qui mobilisent peu les documents produits par les autorités. A. Kaganovitch s’appuie sur les archives des autorités centrales mais aussi celles de la république autonome des Čuvaš et du Kazakhstan. Autre différence essentielle : l’analyse englobe l’ensemble des Juifs soviétiques et polonais réfugiés en URSS, gommant de fait les politiques particulières – répressives ou d’assistance – appliquées aux Juifs polonais. Dans le sillage des travaux de Rebecca Manley sur l’évacuation, A. Kaganovitch participe à dissiper le mythe entretenu à l’époque soviétique d’une évacuation et plus généralement d’une fuite des populations soviétiques, sans encombre. Le point de vue des autorités permet à l’historien de souligner la mortalité considérable qui règne aux différentes étapes du parcours vers l’Est. Il donne de nombreux exemples et tente de dégager un taux de mortalité en plusieurs endroits, mais afin de souligner la singularité du sort des Juifs, l’argument aurait gagné à comparer les Juifs évacués, et les Juifs polonais en particulier, avec les populations voisines non-juives, la population soviétique non combattante en général ou les populations évacuées considérées comme privilégiées.

8E. Adler et M. Nesselrodt insistent, à la faveur des témoignages, sur les interactions entre les Juifs polonais et d’autres groupes (Polonais non-juifs, Soviétiques, responsables administratifs, etc.). Cette approche leur permet aussi d’identifier les institutions perçues comme importantes par les réfugiés, notamment celles susceptibles de relayer des informations en provenance des régions occupées, ainsi que le partenaire principal du pouvoir soviétique, l’Union des patriotes polonais, auquel les deux historiens consacrent de nombreuses pages. En se positionnant du point de vue des autorités, A. Kaganovitch met quant à lui l’accent sur leurs perceptions et leurs actions à l’égard des personnes déplacées par la guerre, insistant sur la crise institutionnelle rencontrée par l’État soviétique ébranlé par l’invasion. Tout en rappelant les éléments du discours officiel de lutte contre l’antisémitisme, l’historien insiste sur l’attitude négative des autorités et de certaines franges de la population locale vis-à-vis des Juifs qui s’appuie régulièrement sur des préjugés antisémites et des formes de discrimination. L’évacuation et plus généralement la période de la guerre se font les révélateurs de l’impéritie des administrations soviétiques dans les périphéries, que ce soit dans l’Oural, en Sibérie ou en Asie Centrale. Les bureaux des autorités se font l’écho de tous les dysfonctionnements : la négligence des autorités locales quant à l’accueil des évacués, la difficile intégration dans les kolkhozes et les usines, les difficultés à trouver un emploi pour les populations soviétisées après 1939, à se procurer du ravitaillement, etc. La liste est longue et l’ouvrage fourmille d’exemples et de références, mais on peut aussi s’interroger sur un possible cadrage dû aux sources. Ces bureaux d’administrations soviétiques n’ont-ils pas surtout enregistré les innombrables échecs des politiques d’évacuation et de réinstallation, laissant hors-champ ce qu’elles n’aperçoivent pas et que soulignent nombre de témoignages utilisés notamment chez E. Adler et M. Nesselrod : les pratiques de débrouille, d’entraide, les expériences paisibles à défaut d’être agréables, la faculté pour ces populations à endurer, parfois sans protester, les conditions extrêmes du temps de guerre, à plusieurs milliers de kilomètres du front. À plusieurs reprises, A. Kaganovitch souligne par exemple la porosité entre l’univers du goulag et les formes d’emploi de ces évacués en temps de guerre, parfois reversés dans les lieux de production où dominent les détenus ou les déplacés spéciaux. L’intégration de témoignages à cette étape de l’analyse aurait pu permettre d’interroger plus avant cette porosité avec le travail contraint, ainsi que l’expérience de cohabitation avec les condamnés. Reste par ailleurs ouverte dans les trois ouvrages la question de savoir l’effet sur les trajectoires individuelles et collectives de ces différentes expériences : les condamnés de 1940 ont-ils eu une expérience d’évacuation semblable à celle des autres Juifs ? Une intégration rapide dans l’économie soviétique a-t-elle facilité la survie ? Déjà très riches, les trois ouvrages invitent à de nouvelles recherches.

9Il faut noter enfin que les deux monographies de E. Adler et M. Nesselrodt conduisent leur analyse de 1939 à la sortie de guerre. L’un des enjeux est aussi d’étudier les conséquences de ces déplacements contraints par la guerre, de cette expérience de survie et d’un retour dans des territoires marqués par les destructions et la Shoah. Les deux auteurs lient cette survie à l’Est au mouvement d’émigration des Juifs originaires de la Pologne de l’entre-deux-guerres qui s’ensuit, passant notamment par les camps de personnes déplacées en Allemagne, et dans une moindre mesure en Autriche et en Italie. Ils insistent sur les conséquences à long terme d’une fuite qui, en 1939, se pensait comme temporaire et qui a pourtant ouvert sur une longue séquence de migration à travers l’URSS et au-delà. La focale chronologique de A. Kaganovitch est plus réduite : l’ouvrage s’ouvre le 22 juin 1941 et se clôt en 1945. L’historien insiste néanmoins sur le difficile retour des Juifs soviétiques réfugiés dans l’arrière-front, autant pour des raisons matérielles qu’en raison de l’attitude parfois hostile des autorités qui préfèrent réinstaller en priorité d’autres familles. L’Ukraine paraît constituer un cas à part, et A. Kaganovitch insiste sur le climat d’antisémitisme qui règne dans la république où se mêlent ressentiment contre l’arrière et les « planqués », crise du logement et conséquences de la Shoah. L’attitude des autorités paraît toutefois trop rapidement évacuée et rabattue sur les opinions de Hruščev ou Stalin. La question se pose notamment de savoir dans quelle dimension les politiques de retour des évacués ont participé de la refonte des populations dans les territoires occidentaux de l’Union soviétique et dont l’Ukraine a été le terrain principal.

10Ainsi qu’y invite Eliyana Adler en conclusion, ces ouvrages ont pour objectif d’élargir notre compréhension de la survie à la Shoah en Europe et ils y parviennent tous. Élargissement dans la prise en compte de diverses formes de survie dont participent les fuites et les mobilités, qui ouvre sur un élargissement géographique où la Shoah, ses effets et ses victimes se mesurent à l’échelle mondiale. En témoignent ces nouvelles publications ainsi que celles portant sur les réfugiés en Inde, à Shanghai, en Palestine et à travers le monde, la mobilité est devenue un prisme majeur de compréhension de la survie aux persécutions. Cette perspective renouvelée permet de repenser en profondeur la question de l’attitude des États ennemis de l’Allemagne nazie vis-à-vis des Juifs en sortant du dilemme entre abandon et sauvetage, tout en donnant à voir l’Union soviétique en guerre par un prisme singulier et révélateur.

Haut de page

Notes

1 Yosef Litvak, Pelitim Yehudim mi-Polin be-Berit ha-Mo’atsot, 1939-1946, Tel Aviv : Kibbutz Meuhad, 1988 ; parmi d’autres articles : Anna Shternshis, « Between Life and Death : Why Some Soviet Jews Decided to Leave and Others to Stay in 1941 », Kritika: Explorations in Russian and Eurasian History, 15 (3,) 2014, p. 477-504 ; Laura Jockusch and Tamar Lewinsky, « Paradise Lost? Postwar Memory of Polish Jewish Survival in the Soviet Union », Holocaust and Genocide Studies 24 (3), 2010, p. 373-99 ; John Goldlust, « A Different Silence : The Survival of More than 200,000 Polish Jews in the Soviet Union during World War II as a Case Study in Cultural Amnesia », Australian Jewish Historical Society Journal 21 (1), 2012, p. 13-60.

2 Les archives de l’USHMM, et dans une moindre mesure celles de Yad Vashem, ont entamé depuis le début des années 2000 une vaste entreprise de numérisation et de copie d’archives en provenance des anciennes républiques soviétiques afin d’éclairer par de nouveaux matériaux, la Shoah et la seconde guerre mondiale à l’Est. Ces lieux se sont aussi imposés comme des centres incontournables d’archives pour les témoignages, écrits et oraux et tous les matériaux relatifs à l’histoire des Juifs est-européens au vingtième siècle. La plupart des auteurs ici cités sont largement redevables de cette politique de copie et d’ouverture à la recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Chopard, « Survivre à la Shoah en Union soviétique : nouvelles perspectives historiographiques »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 820-825.

Référence électronique

Thomas Chopard, « Survivre à la Shoah en Union soviétique : nouvelles perspectives historiographiques »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13509 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13509

Haut de page

Auteur

Thomas Chopard

CREE-INALCO – CEFR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search