Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusPériode soviétique et postsoviétiqueTrevor ERLARCHER, Ukrainian Natio...

Comptes rendus
Période soviétique et postsoviétique

Trevor ERLARCHER, Ukrainian Nationalism in the Age of Extremes. An Intellectual Biography of Dmytro Dontsov

Adrien Nonjon
p. 829-832
Référence(s) :

Trevor ERLARCHER, Ukrainian Nationalism in the Age of Extremes. An Intellectual Biography of Dmytro Dontsov, Boston : Harvard Ukrainian Research Institute, 2021, 654 p.

Texte intégral

1Dans l’histoire politique de l’Europe, le début du xxe siècle apparaît comme un moment fondateur tant dans la (re)découverte de soi que dans la recherche de nouveaux paradigmes politiques et culturels. Dans la lecture nietzschéenne de l’histoire, cette période est un moment « transitoire », propice à l’effacement des anciennes visions du monde au profit de nouvelles utopies. Mus tant par l’espoir de renverser l’ordre ancien que par le désir radical de bâtir des idéologies susceptibles d’offrir un nouvel horizon de prospérité, nombreux furent ceux à s’engager avec véhémence dans les courants révolutionnaires.

2C’est dans cet « âge des extrêmes » (Eric Hobsbawm) que Trevor Erlarcher nous plonge. Adaptation d’une thèse de doctorat soutenue en 2017 à l’université de Caroline du Nord, Ukrainian Nationalism in the Age of Extremes se penche sur le très controversé idéologue et publiciste Dmytro Dontsov (1883-1973), dont les écrits ont nourri dans l’entre-deux-guerres le nationalisme ukrainien. Dmytro Dontsov avait déjà fait l’objet d’une biographie signée par Mykhaïlo Sosnovsky et parue en ukrainien en 1974. L’ouvrage de Trevor Erlarcher approfondit l’analyse du personnage en le replaçant dans le récit plus large de l’histoire des idées politiques.

3Couvrant toute la période allant des dernières années de l’Empire russe au début de la guerre froide, l’auteur propose une contextualisation précieuse pour cerner le personnage de Dontsov et son idéologie. Son parcours intellectuel est une odyssée à travers les péripéties du siècle. En effet, Dontsov ne s’est pas toujours positionné comme un nationaliste radical. Les premiers chapitres de l’ouvrage reviennent avec précision sur les jeunes années du personnage, montrant qu’il est avant tout le produit de son époque. Né à Mélitopol, alors marche de l’Empire, Dmytro Dontsov évolue d’abord dans les cercles marxistes hétérodoxes de Saint-Pétersbourg. La révolution russe avortée de 1905 installe le doute chez le futur idéologue. Soucieux du devenir ukrainien, Dontsov voit d’un mauvais œil l’hybridation des mouvements communistes aux combats de libération nationale des peuples allogènes de l’Empire russe. Il propose dès lors, selon Trevor Erlarcher, une lecture « hérétique » : le marxisme dans son acception orientale ne serait qu’une extension insidieuse de l’impérialisme russe, niant le principe même de nation ukrainienne. C’est à l’issue de cette « Götterdämmerung de l’ukrainophilie » (Erlarcher) que Dmytro Dontsov s’efforce de bâtir une nouvelle vision du monde rejetant avec véhémence l’ensemble des principes socialistes du Parti ukrainien des socialistes révolutionnaires, mais aussi nationaux-conservateurs dits monarchistes ou hetmanistes qui tentèrent, en vain, de créer l’État-nation ukrainien entre 1914-1921. En ce sens l’analyse proposée par Trevor Erlarcher est extrêmement intéressante pour saisir la pensée de Dmytro Dontsov dans son épaisseur et sa complexité. C’est sur ce point capital de l’ouvrage que nous allons nous attarder.

4L’auteur propose en effet une conceptualisation originale et minutieuse de ce qui deviendra le nationalisme intégral ukrainien. Pour Erlarcher, la vision du monde de Dontsov est profondément nihiliste, en ce sens qu’elle prône la destruction de toute hégémonie idéologique, et autoritaire. Ces conceptions ne lui appartiennent pas. Elles ne sont que le produit d’une rencontre entre deux itinéraires philosophiques et politiques au demeurant incompatibles : « l’iconoclasme » propre aux courants conservateurs et avant-gardistes ouest européens et « l’internationalisme » bolchevik. Si des figures comme Sorel, Nietzsche ou Spengler sont abondamment citées dans l’œuvre de Dontsov à partir des années 1920, Erlarcher prend le parti d’imputer, malgré le débat soulevé par Mykhailo Rudnytskyi, certains axiomes de sa pensée au socialiste-révolutionnaire polonais Stanisław Brzezowski (1876-1911), tout en relevant que la haine de Dontsov pour le matérialisme, la démocratie, le socialisme et la modernité repose en grande partie sur les courants slavophiles et panslavistes russes de jadis, qu’il a pourtant par maintes fois condamnés. Au total, le nationalisme de Dontsov se distingue par cette protéiformité de sources, mais aussi par sa violence.

5Cette pensée apparaît comme une réponse logique tant aux échecs des mouvements d’indépendantistes ukrainiens, qu’aux spasmes d’une époque tourmentée où s’imposent de nouvelles téléologies politiques capables de mobiliser la jeunesse radicale de l’entre-deux-guerres comme le bolchevisme, puis le fascisme et le nazisme. Dontsov est un « romantique pragmatique ». Bien que la notion de « fascisme d’avant-garde » employée par Erlarcher nécessite des précautions d’usage, comme le rappelle le chercheur Oleksandr Zaitsev dans ses travaux pour définir les écrits de Dontsov, on peut comprendre pourquoi on retrouve chez lui les fondamentaux de cette pensée réactionnaire. Quand bien même pourrait-on penser lors d’une première lecture qu’Erlarcher offre un schéma d’interprétation trop pluriel à cette composante de la pensée dontsovienne, sous prétexte qu’elles occultent le penseur authentique, il s’agit pourtant d’un prérequis méthodologique tant le personnage évolue rapidement. La manière dont Erlarcher pose les hypothèses tout en respectant le débat historiographique ukraino-anglo-saxon sur la nature (fasciste ?) du nationalisme radical ukrainien et ses représentants comme Dontsov ou l’Organisation des nationalistes ukraniens (OUN) est donc à saluer.

6L’ouvrage ne se limite pas à la généalogie du nationalisme de Dmytro Dontsov. Erlarcher retrace avant tout un parcours de vie. Ainsi, le livre propose notamment un panorama de son entourage à commencer par la jeune poétesse et critique Olena Shovhenova Teliha (1906-1942) avec qui Dontsov entretint une relation passionnelle. Inspirée par son « éthique morbide de violence fanatique, de sacrifice de soi et de courage », l’artiste suivit l’idéologue jusqu’à son exécution à Babij Jar, dans son apologie du régime national-socialiste d’Adolf Hitler. Trevor Erlarcher brosse le tableau d’un féminisme d’essence nationaliste conçu par l’idéologue et incarné par Olena Teliha. Ce chapitre transitoire intitulé « The personnal and the political » nous permet également de mettre en lumière les rapports de Dontsov avec l’ensemble du milieu nationaliste ukrainien.

7Si ses écrits ont certes été repris par la branche insurrectionnelle de l’OUN dirigée par Stepan Bandera, Erlarcher contrebalance certaines idées courantes chez les non-spécialistes concernant le magistère de Dontsov sur le mouvement. En effet, sans psychologiser le personnage à outrance, les recherches d’Erlarcher montrent, et c’est en cela que la notion d’« autoritarisme iconoclaste » prend son sens, que Dontsov rejetait toute confrontation idéologique au sein de son propre camp qui n’était aucunement uniforme. C’est d’ailleurs ce que montre sa rivalité avec le leader monarchiste V´jačeslav Lipins´kij qu’il accusait d’inférioriser et de culpabiliser les Ukrainiens. Tout au long de sa vie, ses prises de position véhémentes l’ont conduit à la fois à s’isoler du reste de la communauté ukrainienne (tant nationale que diasporique), mais aussi à se reclure dans une radicalité absolue.

8L’autre point important de ce chapitre qui mérite d’être mis en exergue ici est la position de Dontsov concernant le peuple juif. On a souvent décrit a posteriori Dmytro Dontsov et ses fidèles du groupe Vistnyky comme des antisémites fanatiques. Si ces assertions sont véridiques et vérifiables à partir du milieu des années 1930, quand Dontsov s’est fait le relais des conceptions racialistes allemandes, Trevor Erlarcher montre que Dontsov a néanmoins entretenu des liens avec les mouvements sionistes du début de siècle et s’est opposé à l’antisémitisme du régime tsariste par solidarité avec un peuple opprimé comme les Ukrainiens. Pourtant, l’assassinat du dernier président de la république populaire d’Ukraine, Simon Petljura, par l’anarchiste juif Samuel Schwartzbard soupçonné d’être un agent soviétique le bouleverse dans ses convictions. De plus, enclin à soutenir des thèses conspirationnistes, Dontsov développe une haine du Juif comme relais de la puissance impériale russe et soviétique. Ces thèses sont cependant vivement critiquées au sein de la mouvance nationaliste à commencer par l’un des contributeurs les plus importants de son cercle rapproché, Jurij Lipa.

9Aussi bien par l’érudition que la nuance, Ukrainian Nationalism in the Age of Extremes s’impose comme la nouvelle pierre angulaire d’un champ d’études trop longtemps soumis aux passions patriotiques. Malgré la difficulté à suivre les virages soudains d’une pensée qui passa du socialisme au mysticisme, Trevor Erlarcher montre que l’on peut concevoir une histoire des idées politiques agréable à lire, mais aussi pertinente d’un point de vue conceptuel. C’est en effet ce qui fait la force majeure de l’ouvrage. Erlarcher ne propose aucunement de ranger l’idéologie de Dontsov dans une case préétablie, mais bien d’en comprendre les transformations et les références. Trevor Erlarcher nous offre ici une excellente porte d’entrée sur le nationalisme ukrainien dans sa dimension historique passée et actuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Nonjon, « Trevor ERLARCHER, Ukrainian Nationalism in the Age of Extremes. An Intellectual Biography of Dmytro Dontsov »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 829-832.

Référence électronique

Adrien Nonjon, « Trevor ERLARCHER, Ukrainian Nationalism in the Age of Extremes. An Intellectual Biography of Dmytro Dontsov »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13543 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13543

Haut de page

Auteur

Adrien Nonjon

CREE INALCO ; IERES, George Washington University

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search