Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusPériode soviétique et postsoviétiqueKrista A. GOFF, Nested Nationalis...

Comptes rendus
Période soviétique et postsoviétique

Krista A. GOFF, Nested Nationalism. Making and Unmaking Nations in the Soviet Caucasus

Silvia Serrano
p. 832-835
Référence(s) :

Krista A. GOFF, Nested Nationalism. Making and Unmaking Nations in the Soviet Caucasus, Ithaca, NY – Londres : Cornell University Press, 2020, xiv + 319 p.

Texte intégral

1Depuis deux décennies, les ouvrages consacrés à la politique des nationalités en URSS se sont multipliés. Le livre de Krista A. Goff, assistant professor à l’université de Miami, s’inscrit dans ce sillage et constitue une étude monographique de l’administration des minorités en Azerbaïdjan depuis les années 1920 jusqu’aux années qui suivent l’effondrement de l’URSS. Son apport est triple : il comble la relative rareté des études portant sur cette république, il couvre plusieurs décennies, enfin, il s’intéresse aux politiques et aux pratiques à l’égard des « nationalités non-titulaires » ainsi qu’à l’expérience vécue par celles-ci au sein des républiques. Alors que les natsmen sont généralement compris comme étant les minorités non russes, dans les années 1920, le Narkompros d’Azerbaïdjan les définissaient comme minorités non russophones et non-turcophones. Ce décentrement est au cœur de cet ouvrage.

2Il repose sur les sources provenant de plusieurs fonds d’archives dans les trois États du Caucase du sud, de la Fédération de Russie et du Kazakhstan ainsi que d’archives privées, et sur des entretiens d’histoire orale effectués en Azerbaïdjan, à Tbilissi, Makhatchkala et Moscou. Cette précision suffit à mettre en exergue le caractère innovant et courageux de l’entreprise : il est en effet particulièrement difficile d’avoir accès aux archives en Azerbaïdjan et toute enquête de terrain expose celui ou celle qui la conduit à la suspicion des autorités et des personnes interviewées. D’ailleurs, K.A. Goff souligne qu’elle n’a pu travailler que brièvement aux archives du parti communiste à Bakou lors d’une mission en 2008. Elle rapporte également, de manière feutrée, les pressions et menaces dont elle a pu faire l’objet. Peut-être aurait-on souhaité en savoir plus sur les conditions des entretiens oraux et sur les garanties prises pour assurer la sécurité des personnes rencontrées. La focale sur des minorités peu étudiées – Kurdes, Talyches, Lezguis, Inguilois –, et qui à ce titre se justifie pleinement, plutôt que sur les Arméniens d’Azerbaïdjan, s’explique également par l’impossibilité de consulter les documents les concernant.

3La thèse de la Belle au bois dormant réveillée par le baiser de la démocratie est démentie par la riche littérature sur la politique des nationalités. Pourtant, comme K.A. Goff le souligne justement, les analyses du facteur national dans l’effondrement de l’URSS ont parfois été biaisées par le fait que la majorité des études portent sur les années 1920, si bien que les revendications de certains groupes minoritaires apparaissaient sans précédent et liées à la perestroïka. Le non moindre mérite de l’ouvrage est de restituer les variations des politiques et des expériences du fait national sur plusieurs décennies. Le premier chapitre porte sur les années 1920 et 1930 et sur l’indigénisation. Le chapitre 2 montre l’importance de la seconde guerre mondiale et des considérations géopolitiques dans la gestion des nationalités au Caucase méridionale et dans l’augmentation de la marge de manœuvre des autorités républicaines. Le chapitre 3 étudie la construction d’une identité azerbaidjanaise dans les années 1950, notamment à travers la formulation d’un récit national par les équipes au pouvoir. Les chapitres 4 et 5 portent plus explicitement sur les adaptations et les mobilisations identitaires antérieures à la perestroïka, tandis que la conclusion fait une poussée sur les années de la perestroïka et de l’indépendance.

4Comment en effet comprendre les mobilisations de la seconde moitié des années 1980 sans les inscrire dans la continuité de celles des années 1960 ? Si les mobilisations des Arméniens en faveur d’un changement de statut du Haut-Karabagh sont connues – voir par exemple Claire Mouradian De Staline à Gorbatchev : Histoire d’une république soviétique, l’Arménie, Ramsay, 1990 –, celles des Inguilois, des Lezguis et des Talychs le sont moins. Cette étude sur la durée permet d’appréhender non seulement les variations de la politique des nationalités, mais également la façon dont sont vécus le statut minoritaire et la progressive incorporation d’une citoyenneté soviétique : ainsi, l’auteure analyse le registre des suppliques comme une réminiscence d’un répertoire d’action tsariste et elle montre comment celles-ci cèdent la place à des revendications motivées par une référence aux droits en tant que citoyen soviétique.

5L’originalité de l’ouvrage tient enfin aux groupes auxquels il s’intéresse, à savoir aux minorités au sein des républiques. Si le classement hiérarchique entre « nations », « nationalités », « peuple », et les variations selon les époques et l’impact des catégories ont été analysés selon différents angles, rares sont les études qui ont mis en lumière de manière systématique le sort de ces groupes insérés dans une des républiques de l’Union – d’où l’expression, « nationalisme imbriqué » –, et au traitement discriminé par rapport au groupe dit titulaire. C’est là une tâche complexe en raison de la rareté des sources les concernant et de leur faible visibilité administrative, mais d’autant mieux venue que cette question est particulièrement sensible à l’heure des indépendances, quand les États-nations se sont formés autour du groupe majoritaire.

6L’ouvrage analyse avec précision les variations des politiques et pratiques d’administration des populations qui aboutissent à la consolidation de la nation azérie, ainsi que des expériences qu’elles entraînent parmi les minorités concernées. Les déplacements forcés avant, pendant et après la guerre y jouent un rôle important. Cela concerne les Kurdes, les Iraniens, certains Talyches à la fin des années 1930. Sont également évoqués les échanges de population – entre Arméniens et Azéris entre 1948 et 1953 – ou la déportation d’Arméniens, de Turcs, de Grecs en Asie centrale et en Sibérie lors de l’opération Volna en 1949. Ces politiques se fondent également sur toute une gamme de technologies assimilationnistes, à travers les classifications et reclassifications auxquelles donnent lieu les recensements – dans le cas des Meskhètes, des Talyches, qui sont comptés comme Azéris dans le recensement de 1959 –, dans celui des Inguilois, qui ont du mal à se faire reconnaître comme Géorgiens, ou des Lezguis –, les pressions exercées sur les populations pour qu’elles se définissent comme azerbaïdjanaises et la répression des entrepreneurs identitaires issus des minorités. Enfin, l’auteure s’intéresse aux politiques scolaires, culturelles et linguistiques, les revendications en faveur de la reconnaissance culturelle heurtant l’imposition d’un récit national.

7Aborder la question nationale à travers le sort réservé aux nationalités non titulaires permet de mettre en lumière les ambiguïtés des politiques d’indigénisation, de promotion ou de négation de particularismes nationaux en fonction de critères changeants. Ainsi, certaines pages sont très éclairantes sur les dissensions entre élites républicaines et centrales, moins connues dans le cas de l’Azerbaïdjan que dans celui de la Géorgie voisine dans la période khrouchtchévienne. L’auteure revient par exemple sur l’éviction du Premier secrétaire du PC d’Azerbaïdjan Imam Mustafayev en 1959, après celle du président du présidium du Soviet Suprême, Mirza Ibragimov et du président du Conseil des ministres Sadiq Ragimov, accusés de déviation nationaliste en raison de la politique linguistique.

8La focale sur les minorités au sein d’une république permet donc de souligner la grande diversité des situations et des enjeux qu’elles ont constituée autant pour Moscou que pour Bakou. L’auteure montre la complexité des facteurs qui ont déterminé leur perception par les autorités et les politiques à leur égard : données géopolitiques, considérations religieuses, population urbaine ou rurale, groupe minoritaire en Azerbaïdjan mais présent dans une république voisine dans le cas des Lezguis, voire majoritaire comme dans celui des Inguilos se définissant comme Géorgiens, etc. Les populations transfrontalières telles que les Kurdes ont ainsi tantôt été soupçonnées de loyauté envers l’État voisin – Iran, Turquie –, voire de séparatisme, tantôt instrumentalisées au bénéfice de la politique extérieure de l’URSS.

9En raison de cette diversité-même, on peut se demander, avec l’auteure, si « le large éventail d’“expérience minoritaire” offre suffisamment de cohésion pour justifier la catégorisation de toutes ces populations hétérogènes comme minorités non titulaires » (« Did the wide range of “minority experience” offer enough cohesiveness to justify categorizing all these disparate people as nontitular minority”, p. 44-45). Le risque est en effet que la catégorie ethnique soit érigée variable explicative privilégiée au détriment des autres facteurs.

10La réponse positive apportée à cette question n’emporte pas complètement l’adhésion. L’insertion de la donnée ethnique dans les luttes de pouvoir internes à la république est peu prise en compte. En outre, si l’auteure analyse les politiques de division administrative, rappelant par exemple l’établissement d’un uezd du Kurdistan en 1923, mais l’autonomie alors conférée au Haut-Karabagh, puis d’un okrug, curieusement, l’existence ou non de structures territoriales administratives propres n’est pas prise en compte de manière comparative, alors qu’on connaît l’effet performatif de bureaucraties propres et leur importance symbolique dans la légitimation des revendications autonomistes. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le mouvement talysh proclame une éphémère république autonome Talysh-Mughan en 1993, en référence à la non moins éphémère république soviétique de Mughan (1919).

11D’une manière générale, les effets de structure, au-delà des politiques et des objectifs des élites, restent peu analysés en tant que tels. Dans une moindre mesure, l’encastrement de la république au sein de l’URSS elle-même n’est pas directement analysé. Ce n’était certes pas l’objet de l’étude. Néanmoins, un rappel des contraintes et opportunités en matière de carrières, de trajectoires migratoires et familiales, liées à la configuration soviétique aurait peut-être permis de mieux comprendre l’expérience minoritaire. Ainsi, les possibilités de promotion personnelle offertes par la maîtrise du russe contribuent à expliquer les pratiques linguistiques des groupes non titulaires.

12Enfin, cette étude aiguise la curiosité sur la politique de l’Azerbaïdjan envers les minorités azéries hors de la république, et tout particulièrement en Géorgie.

13Cette riche et rigoureuse étude de la politique des nationalités d’une république soviétique, l’Azerbaïdjan, depuis l’établissement du pouvoir soviétique jusqu’aux lendemains de l’indépendance s’inscrit dans le renouveau de l’historiographie des périphéries de l’Union soviétique. Il en constitue une contribution précieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Serrano, « Krista A. GOFF, Nested Nationalism. Making and Unmaking Nations in the Soviet Caucasus »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 832-835.

Référence électronique

Silvia Serrano, « Krista A. GOFF, Nested Nationalism. Making and Unmaking Nations in the Soviet Caucasus »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13554 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13554

Haut de page

Auteur

Silvia Serrano

Sorbonne Université Abu Dhabi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search