Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusPériode soviétique et postsoviétiqueJonathan WATERLOW, It’s only a jo...

Comptes rendus
Période soviétique et postsoviétique

Jonathan WATERLOW, It’s only a joke, comrade ! Humour, Trust and Everyday Life under Stalin

Vincent Hecquet
p. 845-848
Référence(s) :

Jonathan WATERLOW, It’s only a joke, comrade ! Humour, Trust and Everyday Life under Stalin, Oxford : CreateSpace, 2018, 285 p.

Texte intégral

1L’ouvrage analyse la pratique de l’humour politique par les citoyens ordinaires au temps du stalinisme avant-guerre, de 1928 à 1941. Trois parties portent successivement sur les formes et manifestations de cet humour populaire, sa répression par les autorités, et les motivations individuelles et collectives qui poussent les gens à plaisanter sur des sujets politiques en dépit des risques encourus. Cet ambitieux projet repose sur des sources solides : plusieurs centaines de dossiers d’instruction pour agitation antisoviétique conservés aux Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF). L’auteur les a sélectionnés à partir du terme anekdot, couramment utilisé en russe pour désigner une histoire drôle politique. Il a également recueilli des exemples de častuška, comptine à valeur comique. Le corpus est complété d’autres sources archivistiques, comme les svodki, rapports sur l’état de l’opinion, ainsi que de journaux intimes et récits de voyageurs étrangers. Sont également exploités les témoignages de 764 réfugiés ayant fui l’URSS en 1950 et 1951, et qui furent interrogés par une équipe de sociologues à leur arrivée aux USA dans le cadre du Harvard Interview Project on the Soviet Social System (HPSSS).

2Une révélation des sources archivistiques est que le meurtre de Kirov, en décembre 1934, a soulevé, auprès de très nombreuses personnes, « un désir sur le moment irrépressible de…célébration carnavalesque » (p. 51). Cet événement et l’ampleur du deuil consécutif ont brisé la routine, en même temps que la mort d’un dirigeant de premier plan apparaissait comme un renversement symbolique du pouvoir. Dans ce climat d’excitation, des personnes perturbent les cérémonies, expriment le désir de se réjouir ou de danser. De nombreuses plaisanteries circulent, dans lesquelles, dans le contexte des pénuries, le corps et la nourriture sont des motifs récurrents. Les gens plaisantent ainsi sur l’embonpoint de Kirov, sur l’évocation de manger son corps, ou sur l’idée que sa mort va faire baisser le prix des denrées. En Russie comme au Tadjikistan, plusieurs častuški sont attestées sur ces thèmes. Dans leurs circonstances comme par leur thématique corporelle, ces manifestations populaires peuvent être rapprochées de la notion de carnaval que Mihajl Bahtin (1895-1975), qui vivait en URSS, a formalisée dans sa thèse déposée en 1940.

  • 1 Une anekdot relate le projet d’érection d’une statue en l’honneur de Puškin à l’occasion du centena (...)

3Les moqueries envers les dirigeants sont un motif constant d’humour populaire. Les graffiti ou le fait d’accrocher leur portrait à des endroits inappropriés en sont des manifestations triviales et anonymes. En cohérence avec le culte dont il fait l’objet, Stalin est de loin le plus moqué. Il est d’abord ciblé en tant que responsable de la politique du régime. Une forme spécifique de plaisanteries est de prononcer, à l’occasion d’événements funestes, les slogans staliniens « Merci camarade Stalin » ou sa fameuse déclaration « La vie est devenue plus joyeuse ». Son culte de la personnalité est parfois raillé en tant que tel1. Un autre ressort comique est le pouvoir de Stalin sur les autres figures du régime. L’anekdot selon laquelle il menace Nadežda Krupskaja de trouver une autre veuve de Lenin est particulièrement répandue avant 1940. Dans certaines plaisanteries, Lenin apparaît comme la voix de la raison et se trouve davantage ménagé, voire opposé à ses successeurs, sans toutefois que cela revête un caractère systématique comme tel sera le cas dans les années 1970. Fait notable, dans ces plaisanteries des années 1930, ce sont les dirigeants et les politiques qu’ils mènent qui sont ciblés, bien plus que le projet communiste.

  • 2 Par exemple, cette boutade d’un étudiant moscovite en 1933 : « D’ici la fin du deuxième plan quinqu (...)
  • 3 En 1939, une vendeuse de Leningrad partage cette anekdot : « En Allemagne, ils ont chacun une voitu (...)
  • 4 Par exemple cette devinette de 1931 : « Sais-tu pourquoi, cette année, les femmes portent des jupes (...)

4Les politiques successives se reflètent également dans les plaisanteries populaires. Les pénuries, l’échec de la collectivisation agricole et les emprunts forcés sont les thèmes dominants au début des années 19302. À partir de 1937, l’humour se fait de plus en plus macabre et désabusé, tandis que se succèdent la grande terreur, la loi de 1940 qui pénalise le retard au travail et qui est largement ressentie comme une trahison, puis la volte-face du pacte germano-soviétique3. Un procédé humoristique apparu avec le régime soviétique est de donner aux sigles officiels une interprétation malicieuse. En particulier, le sigle de l’État, CCCP, est réinterprété comme Cмерть Cталина Cпасет Pоссию (la mort de Stalin sauvera la Russie). Cette réinterprétation est largement répandue, et fut reprise dans la presse des émigrés opposants au régime, et sur des tracts diffusés par l’armée allemande lors de l’invasion de 1941. Tous ces thèmes témoignent d’une bonne connaissance du contexte politique et d’une acculturation au régime. Toutefois, les plaisanteries sont souvent basées sur des schémas de la culture populaire traditionnelle, comme le comique d’ordre sexuel4. De même, les častuški sont composées sur des airs anciens et reprennent de vieux proverbes.

5La position des autorités vis-à-vis de la satire politique a été formalisée en 1930, suite aux travaux d’une commission présidée par Anatolij Lunačarskij, qui fut commissaire du peuple à l’Instruction publique de 1917 à 1929. D’une part, l’humour est considéré comme une arme dans la lutte des classes, dont l’usage doit être contrôlé. D’autre part, l’humour est aussi reconnu comme un régulateur social, qui permet d’avertir et de corriger les citoyens loyaux. De ce fait, le régime a toujours développé un rire officiel dont l’une des fonctions est de remettre dans le droit chemin des individus égarés, tels les bureaucrates moqués dans le magazine Krokodil. À partir de 1935, avec le durcissement du régime, des directives sont adressées aux tribunaux pour une sévérité accrue envers les plaisanteries politiques. L’analyse d’un échantillon de 273 dossiers criminels éclaire la logique répressive. Les personnes poursuivies le sont au titre de l’article 58.10 du code pénal de 1926, qui réprime l’agitation antisoviétique. La répression culmine en 1937, avec 100 dossiers instruits pour cette seule année. L’arbitraire transparaît dans les procès-verbaux, qui présentent les faits avec une absolue certitude, mais où il faut attendre la dernière ligne pour savoir si l’accusé reçoit la peine encourue – dix ans d’emprisonnement – ou s’il est relaxé. Les accusés sont des hommes dans 95 % des cas. Ils sont bien plus diplômés que la moyenne, 44 % ayant une formation supérieure. On ne compte que 75 ouvriers contre 158 employés du tertiaire, les professions les plus fréquentes étant les enseignants, les comptables et les cadres. Selon les critères du régime, l’opposition est bien plus redoutée chez les hommes que chez les femmes, et davantage réprimée chez les intellectuels que chez les ouvriers, sur lesquels pèse en revanche une stricte discipline au travail.

6Dans un contexte de forte pression idéologique, il arrive que l’humour soit inspiré par un désir régressif de provocation. Après 1935, l’obsession des censeurs à démasquer des croix gammées sur les affiches officielles incita des écoliers à en dessiner. Toutefois, de façon générale, alors que les autorités le redoutaient tel un acte d’opposition, l’humour politique informel joue plutôt comme un mécanisme d’adaptation. L’humour noir, fréquent dans les plaisanteries des années 1930, suscite une réassurance mutuelle. Aborder une question douloureuse donne une impression de courage, tandis que le rire des autres permet de la considérer, pendant un moment, comme si elle était effectivement bénigne. Chez certaines personnes, les plaisanteries témoignent du désir que le régime fonctionne. Sur les 273 accusés pour avoir dit des plaisanteries politiques, 39 étaient membres ou anciens membres du parti. Loin d’être des opposants, ceux-ci voulaient sans doute pointer des problèmes sur le ton de l’humour. Une dernière fonction des plaisanteries populaires est d’exprimer un mode opératoire face aux injonctions du régime. Ces deux plaisanteries en sont représentatives: Un homme soupire. – « Ne parle pas de politique », répond sa femme ; L’instituteur demande : « Si j’achète un casier de pommes vingt-cinq kopecks et que je le revends cinquante, qu’est-ce que j’ai ? ». – « Trois ans de prison », répondent les enfants. Sont ici énoncées des règles de conduite pour s’adapter aux règles officielles et pour s’en accommoder.

7La pratique de l’humour politique traduit la persistance d’une sociabilité informelle. Dans les années 1930, partager une plaisanterie politique revient à instaurer une relation implicite de confiance, qui permet de tester le point de vue de l’interlocuteur, tout en pouvant se rétracter si besoin. Les réfugiés interrogés par l’enquête HPSSS expliquent les règles de prudence à adopter. Raconter d’emblée une plaisanterie politique serait imprudent ou paraîtrait le fait d’un agent provocateur. L’usage est de tester d’abord la réaction de l’interlocuteur en reprenant un énoncé du discours officiel, sans le modifier, mais en jouant sur les silences ou une intonation ironique. Tous les répondants signalent que les plaisanteries doivent être partagées uniquement avec des interlocuteurs de confiance, la famille étant le cercle le plus sûr. Ceux qui partagent une plaisanterie ont bien conscience que celle-ci n’a rien d’inédit, et que d’autres la partagent semblablement dans un autre cercle tout aussi restreint et informel.

8Jonathan Waterlow présente son travail comme révélateur des comportements d’adaptation et de la sociabilité des Soviétiques lors des années 1930. Dans les plaisanteries de cette période, la critique du pouvoir se mêle fréquemment à son acceptation. Elle peut être menée au nom des principes du régime ou du désir qu’il fonctionne. Les plaisanteries traduisent une acculturation au fonctionnement et aux signes du pouvoir, et la persistance de schémas traditionnels de la culture populaire. Pour ces raisons, l’auteur utilise l’image du « hachurage » (crosshatching) pour caractériser les représentations et les aspirations des Soviétiques des années 1930 (p. 136, p. 263). Un des intérêts de l’ouvrage est de rassembler un grand nombre de plaisanteries, qui replacées dans leur contexte historique et en évitant l’interprétation excessive, étayent une analyse fouillée et bien argumentée.

Haut de page

Notes

1 Une anekdot relate le projet d’érection d’une statue en l’honneur de Puškin à l’occasion du centenaire de sa mort (1837) et qui, à l’issue de révisions successives, aboutit à une colossale statue de Stalin tenant à la main un volume de Puškin.

2 Par exemple, cette boutade d’un étudiant moscovite en 1933 : « D’ici la fin du deuxième plan quinquennal, nous mangerons les tracteurs ».

3 En 1939, une vendeuse de Leningrad partage cette anekdot : « En Allemagne, ils ont chacun une voiture. Nous, nous en avons deux : celle du NKVD et l’ambulance ».

4 Par exemple cette devinette de 1931 : « Sais-tu pourquoi, cette année, les femmes portent des jupes longues ? – Ce doit être en lien avec le nouveau système de rationnement ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Hecquet, « Jonathan WATERLOW, It’s only a joke, comrade ! Humour, Trust and Everyday Life under Stalin »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 845-848.

Référence électronique

Vincent Hecquet, « Jonathan WATERLOW, It’s only a joke, comrade ! Humour, Trust and Everyday Life under Stalin »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13592 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13592

Haut de page

Auteur

Vincent Hecquet

Insee

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search