Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusPériode soviétique et postsoviétiqueAndreï KOZOVOÏ, Brejnev. L’antihéros

Comptes rendus
Période soviétique et postsoviétique

Andreï KOZOVOÏ, Brejnev. L’antihéros

Susanne Schattenberg
p. 848-852
Référence(s) :

Andreï KOZOVOÏ, Brejnev. L’antihéros, Paris : Perrin 2021, 462 p.

Texte intégral

1Dans son prologue, Andreï Kozovoï raconte l’épisode mémorable du 12 décembre 1943, où Brežnev aurait pris la place d’un mitrailleur tué et aurait courageusement tenu la position avec ses dernières cartouches contre une force allemande supérieure jusqu’à ce que des renforts arrivent et le délivrent de sa position désespérée. C’est l’une de ces scènes clés que les ghostwriters de Brežnev ont mises dans ses mémoires. Il est presque certain qu’il s’agissait de l’exploit d’un autre, qu’ils ont attribué à Brežnev afin de le styliser en héros de la seconde guerre mondiale.

2Kozovoï intitule ce passage « Un héros inconnu » et pose ainsi le thème sous lequel il traite Brežnev — le héros ou plutôt l’antihéros, comme il sous-titre sa biographie de Brežnev. Contrairement à ce qui se passait peut-être encore il y a dix ans, personne n’a aujourd’hui besoin d’expliquer pourquoi il s’est intéressé à Brežnev, qui a dirigé l’Union soviétique de 1964 à 1982 et qui est longtemps apparu, aux côtés du meurtrier de masse Stalin et de l’excentrique Hruščev, comme inintéressant, gris, ennuyeux et indigne d’étude. Après que Donald Raleigh, dont la biographie de Brežnev est encore attendue, l’a introduit comme « homme de paix » et que l’auteur de cette recension l’a caractérisé comme « homme d’État et acteur », il est désormais important de présenter d’autres perspectives sur Brežnev.

3Andreï Kozovoï a choisi celle de l’« antihéros » : Brežnev n’était en aucun cas un héros, il n’a accompli aucun des exploits qui lui ont été attribués pendant la guerre, il ne s’est pas distingué par un caractère extrême, il était en fait médiocre à tous égards. Beaucoup le considéraient, selon Andreï Kozovoï, comme un lâche et un imposteur (p. 19). Kozovoï dresse ensuite une courte liste d’antihéros : Œdipe, Don Quichotte, James Bond et Batman. Il conclut que l’antihéros est toujours l’homme aux mille masques. Sa thèse est que Brežnev est arrivé au pouvoir et y est resté dix-huit ans en raison de sa capacité à faire office d’antihéros. (p. 20). En conséquence, il divise son livre en trois parties : 1) Le faux idiot (1906-1966), 2) Le dictateur aimable (1967-1974), 3) Le héros ridicule (1975-1982).

4Kozovoï commence chaque chapitre par une histoire drôle sur Brežnev, qui a marqué l’enfance de Kozovoï. Aucun autre secrétaire général n’a fait l’objet d’autant de moqueries que Brežnev, non seulement parce qu’il en a donné l’occasion, tout comme les mythes qui ont été tissés autour de lui, mais aussi parce qu’il était possible de rire de lui sans danger. Malheureusement, Kozovoï ne les analyse pas et les laisse sans commentaires. Il crée ainsi des ambiances ou des tonalités, comme il est d’usage dans les romans, et il ne fait aucun doute qu’il s’agit aussi de la qualité littéraire de son livre. Cela implique aussi que, comme dans le prologue, il relate sans cesse des événements contemporains comme l’auteur omniscient d’un roman, pour ne tomber qu’ensuite dans l’analyse au passé. Le fait que l’ensemble de l’ouvrage ne comporte pas de notes de bas de page est probablement dû à cette prétendue « lisibilité ». Certes, il explique en détail sur vingt-sept pages en annexe quelles sources il a utilisées et à quelle littérature se réfèrent les différents chapitres. Néanmoins, le fait qu’aucune des nombreuses citations littérales ne soit étayée et que, la plupart du temps, le texte ne précise pas d’où provient la citation constitue un défi.

5La question de l’accessibilité des archives, et en particulier des archives d’Histoire contemporaine (RGANI) à Moscou, où se trouve le « fonds Brežnev », qui n’a été rendu accessible qu’en 2014, est tout aussi centrale que celle de savoir en tant que qui l’on apostrophe Brežnev : l’homme de paix, l’homme d’État ou l’antihéros. Mais dès 2016, les archives ont fermé leurs portes pour un déménagement, elles ont rouvert en 2018, puis sont redevenues inaccessibles pour beaucoup en 2020 en raison de la pandémie. La question de savoir qui a eu la possibilité de se rendre à Moscou et de consulter des archives pendant ces courts intervalles est importante pour la biographie de chacun. Kozovoï a manifestement pu consulter une partie des documents inconnus jusqu’à présent, mais pas tous, et il est intéressant de voir quelles sources supplémentaires Donald Raleigh pourra éventuellement utiliser dans sa future biographie. Les trois volumes des carnets de Brežnev et le calendrier de sa chambre de réception au Kremlin, qui permettent de savoir quand Brežnev était où et qui il rencontrait, ont également joué un rôle important pour Kozovoï. Et Kozovoï, comme tous les autres avant lui, a également dépouillé les nombreux mémoires et journaux intimes des collaborateurs, adversaires et interlocuteurs de Brežnev à l’étranger. Mais ce qu’il n’a manifestement pas fait, c’est rechercher les archives de la périphérie, là où Brežnev a commencé sa carrière avant 1956.

6Entre-temps, on en sait un peu plus sur les premières années et l’ascension de Brežnev, même si les sources concernant les années 1910 et 1920 sont minces et qu’il n’a en fait laissé des traces dans les archives qu’à partir du moment où il a été embauché comme arpenteur en 1927 et a rédigé des rapports. La devise « antihéros » correspond bien à ses jeunes années, car Brežnev n’avait rien d’un héros ni même d’un révolutionnaire fougueux. Il est né en 1906 dans la ville industrielle de Kamenskoe comme enfant d’ouvrier ; ses parents n’étaient pas proches des bolcheviks, mais espéraient l’essor social en envoyant leur fils au lycée. Ils n’ont pas accueilli favorablement la révolution, qui a entraîné des meurtres, des assassinats, la famine et la maladie, si bien que la famille a fui à Kursk en 1920, où Brežnev a d’abord travaillé comme aide-ouvrier avant d’entamer des études dans un technicum agricole en 1924. Nous savons également qu’il jouait dans une troupe de théâtre amateur et que le théâtre et la poésie étaient sa grande passion. Après avoir fui la violence de la collectivisation en 1930 et quitté une nouvelle fois Moscou la même année, il a poursuivi ses études dans sa ville natale et obtenu son diplôme d’ingénieur en 1935.

7Sa carrière a commencé avec la Grande Terreur, à la suite de laquelle il a rapidement gravi les échelons à Dnepropetrovsk en tant que secrétaire du parti et protégé de Hruščev. Ce qui est remarquable dans cette histoire par ailleurs connue, c’est que Kozovoï souligne les origines ukrainiennes de Brežnev : qu’il a compris en 1930 que ses chances de survivre ou même de faire carrière étaient meilleures en Ukraine qu’en Russie (p. 36), qu’à l’inverse, il a essayé de cacher son identité ukrainienne après la guerre sous Stalin (p. 64). En conséquence, il indiquait tantôt « ukrainien », tantôt « russe » comme langue maternelle sur sa fiche personnelle. Il utilisa ses origines ukrainiennes et s’adressa au chef du parti ukrainien Šelest en l’appelant « Petro » en ukrainien, pour le convaincre de conspirer contre Hruščev (p. 108), uniquement pour jouer la carte du « nationalisme » contre Šelest en 1972 et se débarrasser de lui comme rival potentiel (p. 236). Kozovoï suggère ainsi le rôle que les identités nationales ont pu jouer également pour les dirigeants du parti — un aspect qui a été jusqu’ici généralement négligé. Kozovoï aborde également en détail la manière dont le « parti russe » voulait s’implanter au Kremlin (p. 120 et suivantes) et dont Brežnev l’a, d’une part, empêché, et, d’autre part, a toujours fait des compromis dans sa recherche d’équilibre pour pacifier les partisans purs et durs du nationalisme russe ou du stalinisme.

8C’est pourquoi le titre « le faux idiot » est absolument justifié, car en réalité, Brežnev a toujours été tellement sous-estimé par ses adversaires, qui le considéraient comme bienveillant et inoffensif, qu’il a pu en profiter pour renforcer sa position de pouvoir, se placer à la tête des conspirateurs contre Hruščev et s’y établir comme secrétaire général. La datation est toutefois inhabituelle : Kozovoď place la césure non pas en 1964, mais en 1966/1967, date avant laquelle la nouvelle « direction collective » était encore en place et où Brežnev n’avait pas encore détrôné ses principaux rivaux, Semičastnyj, Šelepin et Šelest. Il cite comme tournant non seulement la fuite de la fille de Stalin en 1967, dont Brežnev a profité pour remplacer le chef du KGB Šelepin par Andropov, mais aussi les habiles manœuvres de Brežnev lors de la guerre des Six Jours, qui l’ont fait apparaître comme vainqueur.

9À partir de 1967, Brežnev est donc pour Kozovoï « le dictateur aimable » qui, non seulement, refroidit ses rivaux d’une main douce, mais promet aussi à la population une vie de tranquillité et d’insouciance. Kozovoï n’aborde toutefois que marginalement le programme de politique intérieure de Brežnev et ne fait qu’effleurer les réformes de Kosygin et de l’agriculture. L’accent est mis sur la politique étrangère de Brežnev, que Kozovoï décrit comme le « P.D.G. de l’URSS ». Kozovoï met ici l’accent non seulement sur l’amitié avec la France, mais aussi sur les relations avec l’Asie du Sud-Est, souvent négligées par ailleurs, d’autant plus que Brežnev entretenait une relation très étroite avec Indira Gandhi.

10Vient enfin « le héros ridicule » (1975-1982) et Kozovoï suit ici à nouveau la division habituelle selon laquelle Brežnev s’est retiré de la politique étrangère à partir de 1975 en raison de son addiction aux médicaments, de sorte que le bref dégel a débouché sur une nouvelle période glaciaire. Kozovoï explique en détail que ce changement d’époque avait de nombreuses raisons, qui n’étaient pas seulement dues à la maladie de Brežnev et à la personnalité des nouveaux chefs d’État à l’Ouest, mais qui étaient provoquées par les nouveaux conflits et la guerre par procuration en Angola, au Mozambique, en Éthiopie, en Somalie, etc. La détente a été enterrée dans les sables africains (p. 286). À cela s’ajouta en 1975 le volet 3 de l’Acte final d’Helsinki qui, non seulement donna un coup de fouet aux mouvements dissidents en Europe de l’Est, mais conduisit également les hommes politiques occidentaux, Jimmy Carter en tête, à jouer de plus en plus la carte de la morale et à faire des droits de l’homme un thème de politique étrangère.

11Bien sûr, une liste des maux de Brežnev ne manque pas, tout comme la funeste invasion de l’Afghanistan et la « crise » de Solidarność en Pologne en 1980/1981. Kozovoï intitule ces chapitres « Un héros effrayé » et « Une honte internationale ». C’est ici qu’il introduit pour la première fois des réflexions conceptuelles sur le thème de l’histoire des émotions. Mais c’est surtout le collaborateur de Brežnev, Anatolij Černjaev, qui considère Brežnev comme une « honte » depuis 1975. Kozovoï se demande si Brežnev lui-même comprend qu’il est devenu la risée du monde entier (p. 366).

12En conclusion, Kozovoï juge que Brežnev était le leader dont le peuple soviétique avait besoin à l’époque, qu’il a certes enterré le dégel de Hruščev, mais qu’il a laissé à la société la possibilité de débattre dans les cuisines (p. 412). Il omet de dire que sous Brežnev, tous les dissidents étaient systématiquement persécutés et qu’en 1985, le milieu avait été totalement démantelé, si bien qu’il ne restait plus personne pour débattre à la cuisine. Aujourd’hui, selon Kozovoï, les Russes seraient moins nostalgiques de Brežnev que de la période de stabilité qu’il a régie (p. 413). Il conclut par une comparaison entre Brežnev et Putin : leur penchant pour l’autopromotion virile, la politique de stabilité des cadres, ses « réseaux de vassalité » (p. 414), la construction d’un mythe héroïque (p. 415). Putin n’est certes pas lui-même un héros de la guerre, mais il veut manifestement être le héros qui redonnera à la Russie sa « gloire passée » (p. 415). La plus grande différence résiderait dans le fait que « Putin ne fait rire personne — et c’est peut-être cela qui devrait nous inquiéter le plus » (p. 416).

13Kozovoï a écrit un livre très agréable à lire, qui ne fournit toutefois pas de nouvelles approches explicatives, répète beaucoup de choses connues, mais qui met en avant des aspects nouveaux et cite des documents inconnus. La thèse de l’« antihéros » est convaincante, d’une part, car Brežnev a bâti son pouvoir et sa force de conviction au sein du Politburo comme vis-à-vis de ses interlocuteurs étrangers et de la population sur sa qualité « d’homme comme toi et moi », à portée de main, sans prétention ni excentricité. D’autre part, les réussites de Brežnev étaient tout à fait exceptionnelles et constituaient une grande performance. Mais Kozovoï, en le comparant à Don Quichotte, fait passer Brežnev plutôt pour un chevalier à la Triste Figure. Il en résulte un détachement qui n’est pas seulement scientifiquement justifié, mais qui semble un peu moqueur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Susanne Schattenberg, « Andreï KOZOVOÏ, Brejnev. L’antihéros »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 848-852.

Référence électronique

Susanne Schattenberg, « Andreï KOZOVOÏ, Brejnev. L’antihéros »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13602 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13602

Haut de page

Auteur

Susanne Schattenberg

Université de Brême

Articles du même auteur

  • Les frontières du dicible [Texte intégral]
    Du dialogue au silence. Les relations d’Andrej Saharov avec Hruščev et Brežnev
    The limits of the sayable: Andrei Sakharov in debate with Khrushchev and Brezhnev
    Paru dans Cahiers du monde russe, 54/3-4 | 2013
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search