Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusPériode soviétique et postsoviétiqueAlexey GOLUBEV, The Things of Lif...

Comptes rendus
Période soviétique et postsoviétique

Alexey GOLUBEV, The Things of Life. Materiality in Late Soviet Russia

Grégory Dufaud
p. 855-859
Référence(s) :

Alexey GOLUBEV, The Things of Life. Materiality in Late Soviet Russia, Ithaca – Londres : Cornell University Press, 2020, 220 p.

Texte intégral

  • 1 Yulia Karpova, Comradely Objects : Design and Material Culture in Soviet Russia, 1960s-80s, Manches (...)

1Le monde matériel soviétique suscite depuis longtemps l’intérêt de l’historiographie qui, après l’avoir analysé au prisme de la consommation et des pénuries, l’examine désormais à la lumière des objets et de la façon dont ils agissent (ou de celle dont les Soviétiques pensent qu’ils le font). Cette perspective est celle de Yulia Karpova et Alexey Golubev dans leurs ouvrages respectifs, publiés presque en même temps1. Mais quand la première étudie comment les créateurs imaginent des objets qui soient véritablement socialistes, le second se penche sur comment les Soviétiques sont modelés par leur environnement matériel et comment ils utilisent les objets à leur disposition, infirmant parfois les projets de gouvernement de la société des responsables politiques. Cette histoire, passionnante, met ainsi en lumière le répertoire d’actions d’une grande variété d’acteurs, le processus de construction des normes, et les modalités de redéfinition du soi dans l’interaction des individus avec le monde matériel. À cette fin, Alexey Golubev mobilise de très nombreuses sources (archives, imprimés et entretiens) et un corpus théorique impressionnant où les idées des auteurs – P. Bourdieu, M. de Certeau, B. Latour, F. Engels ou V. Šklovskij – sont toutefois apposées plutôt qu’articulées. Son analyse se déploie dans six directions qui constituent autant de chapitres du livre et le situent à la croisée de l’histoire sociale, politique et culturelle. L’ouvrage est structuré en deux moments qui visent à révéler les composantes temporelles puis géographiques des subjectivités, mais les perspectives poursuivies éclairent incidemment la définition du sujet soviétique, la place de l’histoire, le travail du corps, les formes de masculinité, le rapport aux valeurs officielles ou le lien entre espace privé et espace public : il est donc aussi dense que riche.

2Le livre commence par exhumer la conception du sujet soviétique telle qu’elle est diffusée par les discours productivistes. Véhiculant l’image d’une société organisée autour de machines, ils mettent en avant la créativité des personnes et figurent le sujet soviétique comme un sujet libre, rationnel et conscient de soi. Cet éthos s’inscrit dans une vision prométhéenne du rôle transformatif de l’homme d’un monde qui attend d’être transformé. Le soi socialiste est ainsi défini dans sa relation au monde matériel. Genrih Al´tšuller, ingénieur de formation, développe, à partir de la fin des années 1940, une théorie de l’invention — dite de résolution de problèmes inventifs (TRIZ) — selon laquelle tout individu désireux de résoudre un problème technique doit être capable d’identifier une contradiction interne à un objet ou à un système technique. L’un des postulats est que le progrès humain est entravé par l’incapacité des personnes à trouver des solutions techniques ou même à envisager les problèmes techniques comme des obstacles destinés à être dépassés. Ces préceptes sont enseignés dans le réseau d’écoles créé par Al´tšuller qui, dans les années 1980, conçoit une autre théorie, celle du développement personnel créatif : l’environnement matériel est modelable à merci par l’imagination et il faut être formé de façon à le traiter comme tel. Cette idée que chacun est un ingénieur en puissance et que n’importe quoi puisse devenir autre chose est aussi propagée par les revues et les magazines de bricolage en tout genre qui mettent en avant l’ingéniosité sans limites de tout un chacun. Nonobstant ce qui est avancé, le pouvoir de l’imagination des bricoleurs se heurte à la pénurie de matériaux et de pièces détachées, et les maisons, véhicules ou bateaux à construire soi-même ne sortent que rarement des pages des revues et magazines.

3Les enfants s’adonnent à la construction d’objets lors de leurs activités extrascolaires. D’après l’idéologie productiviste, ils doivent s’y consacrer en vue de bâtir à la fois leur futur, en tant que citoyens disciplinés et patriotes, et le futur de l’État, en tant que forces productives participant au progrès industriel et technique. Impliquant un enfant sur six en 1989, les loisirs extrascolaires sont ainsi investis d’une signification politique et historique. L’un des plus populaires est le modélisme. Avec l’apparition du plastique, les fabricants organisent la production standardisée des maquettes, presque exclusivement des avions et des bateaux soviétiques ; lorsqu’ils proposent des avions et des bateaux étrangers, leur origine est tronquée et les maquettes sont dotées d’une valeur uniquement fonctionnelle. Pour une réalisation précise de leurs maquettes, les jeunes amateurs sont encouragés à collecter le maximum d’informations et à se fabriquer des archives personnelles. Mais si les détails sont ce qui transforme un objet technique en un objet historique, le processus de construction des maquettes est ce qui amène le modéliste à s’immerger dans le passé. Le modélisme constitue dès lors, selon l’auteur, un puissant vecteur de l’« imagination historique nationale ». L’histoire est envisagée comme un développement linéaire depuis le Moyen-Âge, le passé soviétique est inscrit dans la continuité du passé tsariste et les maquettes incarnent autant qu’elles mettent en scène l’historicité des catégories épistémologiques et politiques.

4Le rapport au passé est au cœur de l’activité du mouvement de conservation patrimonial. Par l’analyse de son activité en Carélie, Alexey Golubev révèle les significations prêtées au bois. Ce mouvement rencontre ici l’aspiration des autorités politiques à trouver des symboles nationaux qui justifient le statut de république autonome (1956). Érigées en marqueur identitaire, les constructions en bois sont constituées en un héritage ancestral et en un objet de savoir. C’est le cas du « pogost » de Kiži, soit l’enclos paroissial de Kiži qui abrite deux églises du xviiie siècle et un clocher octogonal. Aleksandr Opolovnikov, l’architecte chargé du site à partir de 1947, considère que l’architecture en bois ancienne permet d’enjamber les ruptures historiques et de relier le passé russe au présent soviétique. Les bâtiments expriment les traditions et le soi authentique du peuple russe et, pour réparer les outrages du temps, leur restauration doit consister à supprimer les ajouts postérieurs à leur construction et en mettre en avant les qualités esthétiques du bois. Des icônes confisquées par les autorités durant l’entre-deux-guerres retrouvent alors leur place dans les églises : après avoir été dépouillées de leur caractère sacré et rattachées à la culture populaire, on les présente comme des objets de l’art local. Au-delà du complexe de Kiži, l’intérêt pour le bois se porte sur les bateaux qui, dans cette région de lacs, ont joué un rôle important. Le principal animateur de ce mouvement est le club Polar Odysseus qui est fondé en 1978 à Petrozavodsk et dont les membres construisent, à partir de 1987, des répliques des embarcations jadis utilisées par les Pomores (Pomory). Par leurs reconstitutions, ces amateurs s’approprient l’identité de ces populations et s’inscrivent dans leurs traces.

5Le travail de la matière n’est pas univoque : elle est façonnée par un individu qui est en retour modelé par elle. Les contemporains dotent ainsi le métal de capacités à agir, dont la première est de réparer les personnes accidentées. Au lendemain de la guerre, un médecin, Gavril Ilizarov, entreprend de traiter les vétérans par des appareils orthopédiques métalliques de son invention. L’institution médicale est longtemps sceptique, mais elle finit par le reconnaître en 1968 après qu’il a soigné Valerij Brumel´, un athlète victime d’un accident de moto. Valentin Dikul défend, lui aussi, cette faculté réparatrice du métal. Gymnaste aérien, il est privé de l’usage de ses jambes par une chute en 1962 : à force de volonté, il parvient à marcher de nouveau et se met à l’haltérophilie qu’il pratique si assidûment qu’il présente un numéro de force au cirque à partir de 1970. Le programme de rééducation qu’il développe dans les années 1980 fait de lui une célébrité. Ilizarov et Dikul élaborent une mythologie autour du pouvoir du métal à reconstruire les corps et, dans la seconde moitié des années 1980, tous deux obtiennent la création de leur propre institution médicale. L’autre capacité attribuée au métal par les culturistes est qu’il optimise les potentialités physiques. Le culturisme naît en Union soviétique dans les années 1960, non sans susciter les critiques des autorités qui dénoncent son origine étrangère et la fétichisation du corps. Faute de financement et de lieu d’accueil, les culturistes se réfugient dans les caves des immeubles, aménagées avec des équipements bricolés ou acquis grâce aux réseaux informels. S’ils sont relégués spatialement, ils n’en sont pas moins des sujets socialement bien intégrés et politiquement loyaux au régime. En outre, l’attention qu’ils portent au corps contribue à la surveillance horizontale mise en place par les autorités sous Hruščev.

6Les caves ne sont pas seules à être conquises par les Soviétiques : c’est aussi le cas des rues et des cages d’escalier. En exposant ce qui s’y déroule, Alexey Golubev fait apparaître le lien posé entre environnement matériel et comportement social. Dans l’après-guerre, les architectes imaginent des immeubles et des habitations où, pour optimiser l’espace résidentiel, les parties communes sont réduites au maximum et pensées uniquement comme des lieux circulatoires. De jeunes adultes se mettent toutefois à les occuper et à y passer leur temps libre. C’est là qu’ils s’informent sur la sexualité puis l’explorent par eux-mêmes. Cette sexualité est dénoncée par les sexologues qui l’interprètent comme le produit de conditions sociales et matérielles particulières. Ayant établi un rapport métonymique entre sexualité alternative et l’endroit où elle se pratique, ils avancent dès lors qu’une façon d’en finir avec ces déviances sexuelles est de vider les cages d’escalier de leurs occupants et de plonger ceux-ci dans un environnement sain. Autre lieu de marginalité : la rue et l’espace public où se tiennent des rassemblements d’adolescents dont les actions peuvent effrayer une partie de la population. Les graffitis ou les bris de cabines téléphoniques sont à la fois leur manière de s’approprier les lieux publics et de protester contre les valeurs soviétiques ; plus précisément, cette appropriation est ce qui autorise leur contestation.

7L’espace domestique connaît, lui, une révolution avec l’introduction en masse de la télévision à partir des années 1960 : le nombre de postes grimpe de 24 pour 100 foyers en 1965 à 103 en 1988. La disposition de l’intérieur s’en trouve modifiée pour lui faire une place en même temps que la répartition spatiale de la famille qui s’installe dorénavant face à lui. Cette transformation est complétée par l’apparition de la stenka, une armoire murale qui monte du sol au plafond. Dans sa vitrine, les contemporains exposent des bibelots ou des livres. En raison du temps passé devant la télévision, les Soviétiques lisent certes moins, mais les livres continuent à occuper le sommet de la hiérarchie culturelle et posséder une bonne bibliothèque reste de mise. Le poste de télévision n’est pas seulement à l’origine d’une reconfiguration des intérieurs : il gomme aussi la différence entre espace public et espace privé. Alexey Golubev analyse deux émissions de suggestion collective qui rencontrent un immense succès : celle d’Anatolij Kašpirovskij, diffusée chaque samedi à l’automne 1989, et celle d’Allan Čumak qui l’est quotidiennement à l’été et à l’automne de la même année. Ces émissions en appellent à la participation des téléspectateurs qui, indispensables à la performance du guérisseur, sont réunis depuis chez eux en un gigantesque collectif par le biais du poste de télévision.

8Dans cet ouvrage, Alexey Golubev rend donc compte de la diversité des expériences sociales sous l’Union soviétique tardive. Par l’attention aux objets et le suivi des transformations de l’environnement matériel, il évite les explications binaires et interroge les grandes catégories analytiques. Sa réflexion n’est toutefois pas sans équivoque quant à qui sont les sujets de l’action : la matière et les objets comme il l’indique parfois, leur prêtant une « agentivité » propre, ou les individus qui, plongés dans un environnement matériel particulier, font usage des objets en question ? De même du lien entre les possibilités d’action offertes par un objet et l’organisation du milieu social. Le livre n’en est pas moins une réussite grâce à sa richesse factuelle, à la finesse de ses analyses et à la précision de la démonstration.

Haut de page

Notes

1 Yulia Karpova, Comradely Objects : Design and Material Culture in Soviet Russia, 1960s-80s, Manchester : Manchester University Press, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Dufaud, « Alexey GOLUBEV, The Things of Life. Materiality in Late Soviet Russia »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 855-859.

Référence électronique

Grégory Dufaud, « Alexey GOLUBEV, The Things of Life. Materiality in Late Soviet Russia »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13614 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13614

Haut de page

Auteur

Grégory Dufaud

Sciences po Lyon – LARHRA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search