Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusPériode soviétique et postsoviétiqueFrançoise THOM, La marche à rebou...

Comptes rendus
Période soviétique et postsoviétique

Françoise THOM, La marche à rebours. Regards sur l’histoire soviétique et russe

Andreï Kozovoï
p. 863-866
Référence(s) :

Françoise THOM, La marche à rebours. Regards sur l’histoire soviétique et russe, Paris : Sorbonne Université Presses, 2021 (Collection « Mondes contemporains »), 724 p.

Texte intégral

  • 1 Soutenue en 1983, cette thèse, au croisement de la kremlinologie et de la linguistique (l’auteure e (...)
  • 2 Le Moment Gorbatchev, Hachette Pluriel, 1989.
  • 3 Beria, le Janus du Kremlin, Cerf, 2013, réédité dans la collection Lexio en 2022. L’ouvrage est iss (...)
  • 4 Comprendre le poutinisme, Desclée de Brouwer, 2018.

1Françoise Thom (née en 1951), maîtresse de conférences émérite à Sorbonne Université (anciennement Paris IV) est l’une des spécialistes françaises reconnues de la Russie soviétique et postsoviétique. « Amenée à l’histoire par la volonté de comprendre le communisme » (p. 15), Françoise Thom a rédigé sa thèse sous la direction d’Alain Besançon1, puis a publié un essai empreint d’une tonalité pessimiste à contre-courant pour l’époque sur la perestroïka gorbatchevienne2. Françoise Thom a conservé par la suite cette double casquette d’historienne et de politologue à la fois exigeante et engagée : ses deux livres publiés avant son départ à la retraite en 2019, ont été, d’un côté, sa biographie très fouillée de Berija, fruit de longues années de recherche dans les archives géorgiennes3, et de l’autre, un bref et lumineux essai sur le poutinisme4.

  • 5 « Nous devons envisager la Russie… comme… un monde sans loi… qui marche à rebours et retourne aux b (...)
  • 6 Ce chapitre est une version revue de la postface au manuel de Nicholas Riasanovsky, Histoire de la (...)

2Outre ces monographies et essais, Françoise Thom a publié de nombreux textes dans des revues ou des ouvrages collectifs issus pour certains de colloques et qui, par la force des choses, ont reçu un éclairage plus limité. Cet ouvrage de taille imposante, au titre inspiré par Michelet5, rassemble les plus significatifs d’entre eux. Il doit d’abord être vu comme le bilan d’une vie consacrée à la recherche et à la valorisation, et comprend l’ensemble des articles rédigés au cours de sa carrière universitaire. Outre l’introduction, la conclusion et la postface, qui datent de 2020, il contient deux longs textes inédits co-écrits avec la spécialiste du monde caucasien Claire Mouradian, soit un total de vingt-neuf articles — certains longs, de véritables petits livres, comme « La période eltsinienne » (p. 559-617)6 ; d’autres, au contraire, assez brefs, comme « Beria et la bombe » (p. 445-450). L’unité de l’ensemble est toutefois renforcée par des textes introductifs aux différents chapitres qui en facilitent la compréhension.

3La longue introduction débute par un texte inédit aux thématiques chères à Françoise Thom, les échos entre passé soviétique et présent russe, la réécriture de l’histoire érigée en système de gouvernement (« La Russie amont »), mais aussi, et c’est essentiel, les leçons que les Occidentaux peuvent tirer de l’histoire russe, sorte de miroir déformé de leur propre histoire, une idée qu’elle développe d’ailleurs dans sa conclusion : « Le survol des derniers centenaires de l’histoire russe nous amène à une réflexion sur la régression dans les sociétés humaines » (p. 677). Puis, toujours dans l’introduction, l’auteure réfléchit sur les origines de l’Empire russe et son déclin, avec comme études de cas le tournant de l’insurrection polonaise de 1863 et la publication du recueil d’articles Vehi (Jalons) en 1909, qui « fit l’effet d’une bombe en Russie ».

  • 7 Sur cette question, et notamment sur les origines du « culte de la Grande Guerre patriotique », voi (...)

4L’ouvrage est ensuite divisé en quatre parties chronologiques reprenant les grandes périodes de l’histoire russe et soviétique, et qui abordent des thèmes variés : la diplomatie, la propagande, le renseignement, la famine, la religion, la Grande Guerre patriotique, la guerre froide, la chute de l’URSS, la globalisation postsoviétique et les relations entre l’Occident et la Russie à l’époque de Poutine, avec un accent souvent mis sur la subjectivité, soit le sentiment de supériorité russe (l’impérialisme) et la politique de la mémoire. Selon nous, il aurait été plus intéressant de classer les textes selon un plan thématique plutôt qu’en se basant sur les périodes historiques, (par exemple : mémoire, politique étrangère, guerre, propagande, répressions, regard de l’Occident sur la Russie…). De même, on regrettera l’absence de textes centrés sur la période brejnevienne, ce qui peut sembler dommage, dans la mesure où Françoise Thom a séjourné pendant quatre ans en URSS dans les années 1970, cela aurait pu donner lieu à la publication d’un court texte de souvenirs. Il faut peut-être y voir le reflet d’une historiographie française qui a pendant très (trop?) longtemps privilégié l’étude des périodes léniniste et stalinienne. Pourtant, le brejnevisme constitue une matrice importante du poutinisme7.

5Dans la première partie (« Le temps de Lénine »), Françoise Thom rappelle l’importance qu’a constituée la guerre civile pour l’État-Parti léniniste, puis explique l’échec de l’indépendance des Géorgiens, des Azerbaïdjanais et des Arméniens par l’absence de ce qu’elle appelle « la culture de compromis » (p. 147), et qui a grandement facilité la victoire des bolcheviks et la formation de l’URSS en 1922. Puis, Françoise Thom montre comment les bolcheviks ont réussi à renforcer leurs positions à l’étranger au cours des deux années suivant leur prise du pouvoir, face à des Occidentaux divisés et naïfs, mais aussi face à un Piłsudski visionnaire, mais prompt à l’action unilatérale. Le Caucase, comme l’atteste brillamment Françoise Thom, fut un véritable « laboratoire de la politique étrangère soviétique » (p. 244).

6La deuxième partie de l’ouvrage (« La période stalinienne et sa marque »), qui regroupe pas moins de treize chapitres, devrait certainement passionner le lecteur. Françoise Thom y parle d’une dimension trop souvent oubliée par les historiens français du stalinisme, le renseignement extérieur. Il convient ici, selon nous, de nuancer les propos de l’auteure qui parle de « contraste entre l’immensité des moyens mis en jeu et le peu de profit que Stalin retira de cette gigantesque toile d’araignée tissée sur la terre entière » (p. 251) : l’exemple du programme d’espionnage atomique soviétique Enormoz (sic), lancé pendant la guerre, mais reposant sur des réseaux d’espions forgés dans les années trente (les Cinq de Cambridge sont les plus connus), qui a permis à Stalin de doter son pays de la bombe atomique, dès 1949, est là pour montrer que le renseignement soviétique ne fut pas uniquement sacrifié sur l’autel des « obsessions de Staline ». Un autre moment essentiel auquel Françoise Thom consacre deux articles est la famine de 1928-1933, en tant que famine orchestrée par Stalin, contre la paysannerie, notamment ukrainienne et qui a fait l’objet d’une « guerre mémorielle » entre la Russie et l’Ukraine après la révolution orange de 2004.

  • 8 Kate Brown, Plutopia, Nuclear Families, Atomic Cities, and the Great Soviet and American Plutonium (...)

7Deux chapitres éclairent des épisodes mal connus de la seconde guerre mondiale : un inédit, consacré aux plans secrets franco-britanniques de bombardements de puits de pétrole de Bakou et de débarquements dans le Caucase et à Murmansk ; et un article sur le débat historiographique autour du 22 juin 1941, l’invasion allemande de l’URSS à laquelle, on le sait, Stalin refusa obstinément de croire malgré les nombreux avertissements. La période de la guerre froide stalinienne (ou plutôt, à cheval entre la période de la guerre et de la guerre froide) est illustrée par trois textes, un sur le « Komintern ecclésiatique », soit l’instrumentalisation par Stalin de l’Église orthodoxe pour s’assurer de la victoire sur l’Allemagne nazie et plus tard, son projet de « Vatican orthodoxe » ; la campagne contre « l’adulation de l’Occident » lancée en été 1945 qui devient une campagne antisémite qui ne dit pas son nom ; et un texte sur le rôle de Berija et la bombe atomique — sur cette question, il faut se référer au travail de Kate Brown8. La partie se clôt sur quatre chapitres assez inclassables chronologiquement parlant : la réaction occidentale face au début du « premier dégel », lancé après les funérailles de Stalin, le 9 mars 1953, sur la base de documents du ministère des Affaires étrangères français ; le regard sur la guerre des décideurs sous Stalin et Hruščev, puis la question du mythe de la Grande Guerre patriotique ; et enfin la continuité de l’impérialisme russe, de Lenin à Putin.

8Dans la troisième partie (« L’effondrement du monde communiste : regards croisés »), Françoise Thom décrit le regard porté par les Soviétiques et les Occidentaux face à la lame de fond de 1989. L’auteure montre comment la crise économique sans précédent a fait passer au second plan, pour les Soviétiques, les événements en Europe de l’Est, et notamment la chute du mur de Berlin, facilitant le processus révolutionnaire en URSS même ; au même moment en Occident, et en particulier en France, l’effondrement du bloc communiste et la désagrégation de l’URSS provoquaient de sérieuses inquiétudes. La Russie s’est alors retrouvée aux prises avec ses démons, la tension entre volonté d’expansion et de domination, conditions sine qua non de la puissance russe, et peur viscérale de la contamination et de la corruption de la « voie russe ».

9Dans la quatrième partie (« La période postcommuniste »), Françoise Thom revient sur l’évolution politique de la Russie depuis la disparition de l’URSS, d’abord sous El´tsin, puis sous Putin, en insistant sur l’héritage négatif qui caractérise ces deux dirigeants et dont ils ont été incapables de se soustraire. Enfin, après une conclusion assez pessimiste sur l’avenir de la Russie, Françoise Thom termine son ouvrage par une postface consacrée à la « matrice de la politique étrangère russe » que sont les idées slavophiles. La postface se clôt sur la possibilité d’un changement, une fois tournée la page de « l’obscurantisme poutinien » (p. 790).

10Il est des universitaires qui, une fois retraités, cessent de publier et de produire ; Françoise Thom n’est assurément pas de ceux-là. Ses publications dans les médias sont nombreuses — le site DeskRussie en compte trente-six à la fin juillet 20229. Au moment où je rédige ces lignes, un nouvel essai est annoncé pour octobre10. Ajoutés à ses interventions dans la presse, à la radio et à la télévision, ces textes pourraient assurément donner lieu à la publication d’un nouveau volume, tout aussi imposant. Il faut dire que, depuis la sortie de La marche à rebours, l’actualité a, hélas, donné raison à Françoise Thom et à ceux qui, comme elle, n’ont jamais été dupes de la désinformation russe.

Haut de page

Notes

1 Soutenue en 1983, cette thèse, au croisement de la kremlinologie et de la linguistique (l’auteure est agrégée de russe) a donné lieu à un premier ouvrage, La langue de bois, Julliard, 1987. Dans un message qu’elle m’a adressé sur ma demande quand je préparais cette note de lecture, Françoise Thom m’a expliqué qu’Alain Besançon lui a enseigné que « l’historien a besoin d’une solide culture philosophique et que les clés de compréhension de la Russie, loin d’être inaccessibles à la raison commune, sont au fond assez simples ».

2 Le Moment Gorbatchev, Hachette Pluriel, 1989.

3 Beria, le Janus du Kremlin, Cerf, 2013, réédité dans la collection Lexio en 2022. L’ouvrage est issu du « mémoire inédit » de son habilitation, soutenue en 2011. En 1999, Françoise Thom avait publié une édition critique des mémoires du fils de Berija, Sergo : Beria, mon père : au cœur du pouvoir stalinien (Plon/Critérion).

4 Comprendre le poutinisme, Desclée de Brouwer, 2018.

5 « Nous devons envisager la Russie… comme… un monde sans loi… qui marche à rebours et retourne aux barbaries antiques… La Russie n’admet rien de nous, que le mal. » (Légendes démocratiques du Nord, 1898, cité page 13).

6 Ce chapitre est une version revue de la postface au manuel de Nicholas Riasanovsky, Histoire de la Russie des origines à nos jours, Robert Laffont, 2014.

7 Sur cette question, et notamment sur les origines du « culte de la Grande Guerre patriotique », voir Andreï Kozovoï, Brejnev, l’antihéros, Perrin, 2021.

8 Kate Brown, Plutopia, Nuclear Families, Atomic Cities, and the Great Soviet and American Plutonium Disasters, Oxford University Press, 2013.

9 https://desk-russie.eu/auteur/francoise-thom.html

10 Poutine ou l’obsession de la puissance, Éditions du Rocher.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andreï Kozovoï, « Françoise THOM, La marche à rebours. Regards sur l’histoire soviétique et russe »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 863-866.

Référence électronique

Andreï Kozovoï, « Françoise THOM, La marche à rebours. Regards sur l’histoire soviétique et russe »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13629 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13629

Haut de page

Auteur

Andreï Kozovoï

Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search