Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusEurope centrale et orientaleMarie-Madeleine de CEVINS, éd., D...

Comptes rendus
Europe centrale et orientale

Marie-Madeleine de CEVINS, éd., Démystifier l’Europe centrale. Bohême, Hongrie et Pologne du viie au xvie siècle

Paul Lenormand
p. 866-868
Référence(s) :

Marie-Madeleine de CEVINS, éd. Démystifier l’Europe centrale. Bohême, Hongrie et Pologne du viie au xvie siècle, Paris : Passés / Composés, 2021, 994 p.

Texte intégral

1Deux ouvrages en un : voici ce que propose l’équipe bien fournie de Marie-Madeleine de Cevins, professeure à l’université de Rennes et spécialiste reconnue de l’histoire médiévale de l’Europe centrale, notamment des sources hongroises et ecclésiales, et auteure d’une synthèse (L’Europe centrale au Moyen Âge, 2013) bien connue des historiens spécialistes d’autres périodes ou d’autres espaces. Les contributeurs sont pour une bonne part des historiens originaires d’Europe centrale (hongrois, polonais et tchèques surtout) – dont les textes ont été le plus souvent traduits, donnant accès à une ressource totalement inédite en langue française – et des spécialistes français ou européens de cet espace. L’ensemble comporte également une bibliographie d’environ 1 800 références et des cahiers illustrés, presque anecdotiques eu égard à la dimension de l’ouvrage. En revanche, cartes et généalogies dynastiques constitueront un fonds documentaire très précieux pour les enseignants et étudiants en histoire de l’Europe centrale et/ou de la période médiévale au sens large.

2Le volumineux livre offert aux lecteurs se présente sous la forme d’une synthèse problématisée doublée d’un dictionnaire historique. Les auteurs ne sacrifient donc pas l’analyse au profit de l’érudition, puisque la première partie se compose de neuf chapitres, chacun abordant un thème important pour l’historiographie de l’espace centre-européen : la délimitation de l’Europe centrale et son éventuelle unité, les jalons essentiels d’une histoire largement transnationale, la question des origines dans les mythes qui marquent la région, les enjeux de diplomatie, de construction de l’État monarchique, l’histoire sociale, culturelle et religieuse de ces territoires et, enfin, le rapport au monde de l’Europe centrale avant l’époque moderne. Ces études, parfois écrites à plusieurs mains, désenclavent un espace parfois pensé comme isolé, dominé ou périphérique, et lui redonnent sa part de modernité (médiévale) et de relation étroite avec le reste de l’Europe ou avec des territoires encore plus éloignés. Espace de circulations des savoirs et des modes, d’emprunt et de création, l’Europe centrale ferait déjà office de laboratoire, de front avant d’une forme de rapport au monde – marqué par une double dynamique. D’une part, une intégration poussée avec les espaces voisins (Europe occidentale, notamment germanique, Moscovie naissante, monde byzantin) et, d’autre part, une forme de confrontation guerrière et culturelle avec les mêmes territoires, tout comme d’ailleurs avec l’Empire ottoman en pleine expansion. Finalement, cette Europe centrale, traversée d’influences et d’acteurs transhumants, semble se retrouver encerclée et progressivement coupée de l’expansion européenne naissante (les conquêtes coloniales qui débutent au xve siècle, Pierre Monnet, « L’Europe centrale et le monde », p. 229-251), non sans conserver jusqu’au xxe siècle ce « modus vivendi à peu près unique en Europe », à savoir sa grande diversité religieuse et culturelle, et une forme de tolérance et de coexistence dans l’altérité (« Multiculturalisme », p. 637-640).

3Le dictionnaire historique, quant à lui, propose 466 notices, généralement courtes et incisives, qui font le point sur un acteur, un lieu, un événement, avec pour prolongement possible des références bibliographiques. L’envergure de ce savoir encyclopédique est telle qu’il serait vain de vouloir en rendre compte de façon synthétique : on peut noter, en revanche, l’imbrication qui transparaît entre Europe centrale et Europe orientale ou monde russe, et qui intéressera les lecteurs désireux d’étudier cet espace dans une perspective ouverte et large. Tout d’abord, il faut faire toute la place à la question des origines et des migrations vers l’Europe centrale. Ce sont notamment les « Hongrois » et « Hongrois noirs » qui sont concernés par une origine steppique, aux marges et à travers le monde russe dans ses limites approximatives d’alors, tandis que la présence des « Coumans », des « Kabars », des « Khazars », des « Petchenègues » et des Sarmates (« Sarmatisme ») dans le récit centre-européen souligne la porosité des deux espaces. Les « Slaves » installés plus tôt entre Elbe, Baltique, Dniepr et Adriatique, forment le groupe dominant de la région, là encore en étroite imbrication avec les populations qui seront ensuite le cœur démographique des principautés russophones. La question religieuse qui sépare progressivement christianisme latin et byzantin trouve elle aussi son origine en Europe centrale (« Christianisme oriental », « Évêchés missionnaires », etc.), tandis que la diversité religieuse ne fait que s’accroître au fil des siècles, aboutissant à une véritable mosaïque au début de l’époque moderne.

4Sur le plan des relations entre territoires centre-européens et voisinage oriental, relations matrimoniales, marchandes, nobiliaires, culturelles, religieuses et militaires ne sont pas oubliées, depuis les origines scandinaves de la principauté kiévienne (« Varègues ») jusqu’à l’affermissement des liens religieux et culturels (« Relations avec la Rus´ de Kiev »), sans oublier la rupture constituée par les dévastations causées par les descendants de Gengis Khan entre 1223 et la fin du xiiie siècle (« Invasions mongoles », « Tatars »), qui affectent durablement le bas Danube, la Bulgarie et surtout transforment les relations entre les monarchies centre-européennes consolidées et leurs interlocuteurs à l’Est. En particulier, l’émergence d’un puissant État de Pologne-Lituanie (« Union de Lublin (1569) ») semble assurer pour deux siècles l’ancrage centre-européen d’une partie de l’Ukraine et de la Biélorussie, face à un empire moscovite encore émergent et fragile.

5Ce dictionnaire historique fait bien entendu la part belle aux liens étroits que l’Europe centrale entretient avec le monde germanique, avec l’Église catholique, ou encore avec la France et l’Italie, sans oublier l’Empire byzantin et l’émergence de la puissance ottomane. Il s’agit d’une histoire connectée et intégrée à l’espace européen dans son ensemble, qui aura les faveurs tant des spécialistes désireux d’approfondir tel ou tel aspect que des néophytes ou étudiants en premier cycle souhaitant acquérir une connaissance élémentaire de l’Europe centrale. Cet ouvrage bicéphale pose ainsi les bases d’un savoir à la pointe de l’historiographie, en amont de toute étude des périodes plus récentes. En effet, les questions mémorielles et d’identité occupent une telle place dans l’espace européen aujourd’hui qu’il est crucial de disposer d’une base historique permettant de saisir les origines et les limites des mythes mobilisés par les acteurs de l’Europe centrale (et orientale). En résumé, l’équipe de Marie-Madeleine de Cevins propose un outil précieux assorti d’une feuille de route historiographique, au plus grand bénéfice des lecteurs et des historiens, historiens de l’art, archéologues et spécialistes de littérature de l’Europe centrale et des espaces voisins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Lenormand, « Marie-Madeleine de CEVINS, éd., Démystifier l’Europe centrale. Bohême, Hongrie et Pologne du viie au xvie siècle »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 866-868.

Référence électronique

Paul Lenormand, « Marie-Madeleine de CEVINS, éd., Démystifier l’Europe centrale. Bohême, Hongrie et Pologne du viie au xvie siècle »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13638 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13638

Haut de page

Auteur

Paul Lenormand

Service historique de la Défense
Centre d’Histoire de Sciences Po

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search