Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusEurope centrale et orientaleGeorg B. MICHELS, The Habsburg Em...

Comptes rendus
Europe centrale et orientale

Georg B. MICHELS, The Habsburg Empire under Siege. Ottoman Expansion and Hungarian Revolt in the Age of Grand Vizier Ahmed Köprülü (1661-76)

Aleksandr Lavrov
p. 868-871
Référence(s) :

Georg B. MICHELS, The Habsburg Empire under Siege. Ottoman Expansion and Hungarian Revolt in the Age of Grand Vizier Ahmed Köprülü (1661-76), Montréal : McGill-Queen’s University Press, 2021, 608 pages.

Texte intégral

  • 1 G.B. Michels, At War with the Church Religious Dissent in Seventeenth-Century Russia, Stanford, 200 (...)

1La nouvelle monographie de G. Michels, auteur de l’étude sur les origines du raskol russe, devenue référence1, marque une reconversion intéressante. En restant dix-septiémiste, Georg Michels se consacre désormais à la Hongrie, partagée à cette époque entre l’Empire des Habsbourg et l’Empire ottoman. Ce choix poussе l’historien à consulter les travaux des archives de Vienne, de Budapest et d’Istanbul. Les travaux de l’historien hongrois László Benczédi, consacrés aux relations entre les États hongrois et les Habsbourg, qui ne semblent pas être assez reconnus par la recherche existante, deviennent sa principale référence historiographique. Son objectif est de relativiser l’image de la lutte contre le « joug ottoman », inspirée par l’identité catholique et par la fidélité aux Habsbourg – image qui joue un rôle important dans la version officielle contemporaine de l’histoire hongroise (p. 5).

  • 2 Voltaire, « Essai sur les mœurs et l’esprit des nations », Œuvres complètes, t. 19, Kehl, 1785, p.  (...)
  • 3 G. Michels, « The Imminent Danger of the Turks: Ottoman Expansion, Hungarian Revolt, and Habsburg F (...)

2À cet objectif déclaré dès le départ correspondent plusieurs volets. Le premier volet porte sur l’Empire ottoman dans la seconde moitié du xviie siècle, dont l’historien conteste le déclin. Il trouve que les campagnes de 1663-1664 ne peuvent pas être classées comme une victoire habsbourgeoise. Même après la défaite de Saint-Gothard (1664), les Ottomans gardèrent les positions qui leur permettaient de menacer la Bohème et la Moravie, sans parler de la Hongrie. Ce qui signifie, selon Georg Michels, que l’Empire ottoman conserva encore l’initiative stratégique pendant deux décennies (1664-1683) pour la perdre définitivement après le siège de Vienne. L’historien associe les larges projets géopolitiques ottomans aux activités du grand vizir Ahmed Köprülü (1661-1676), qui fut défini par Voltaire comme « l’un des meilleurs généraux d’Europe » et « un des plus grands ministres »2. Selon l’opinion des historiens polonais, que G. Michels partage, ces projets émanaient de la « puissante idéologie impériale », prévoyant la suprématie à l’égard de l’Empire des Habsbourg, la prise de Vienne et l’affirmation du sultan comme héritier légitime de l’Empire romain3.

3En poursuivant ces objectifs, Ahmed Köprülü ne pouvait procéder comme sur un échiquier, en concentrant chaque fois toutes ses forces sur un point décisif. D’abord, ce fut la guerre de Candie, qui opposa l’Empire ottoman à la république de Venise. En mobilisant les ressources de l’Empire ottoman, elle ne permit pas d’ouvrir un deuxième front. La prise de Candie (1669), qui signifiait le contrôle ottoman de toute la Crète, sembla être un moment favorable pour l’intervention en Hongrie. Mais, à partir de 1672, ce fut la pression moscovite et polonaise sur les protégés ottomans en Ukraine qui obligea la Porte à intervenir en Podolie. Selon G. Michels, ces engagements militaires ne permirent pas aux Ottomans d’intervenir en Hongrie, en s’appuyant sur leurs supporteurs.

4Le deuxième volet du livre porte sur les sympathisants des Ottomans en Hongrie, qui sont le plus souvent marginalisés dans le récit-matrice (grande narration) historiographique. En essayant de mieux définir leur profil et leurs demandes, Georg Michels commence par la situation de la Hongrie après la paix de Vasvár (1664). D’un côté, les nobles hongrois considéraient la paix comme une trahison de leur pays par les Habsbourg, ceux-ci n’ayant pas saisi la chance unique qu’ils avaient de chasser les Ottomans de la Hongrie. Le pays resta partagé entre les Habsbourg et les Ottomans, bien que la partie ottomane ne formât pas un protectorat, comme c’était le cas de la Transylvanie ou des Principautés du Danube, mais fût directement intégrée dans le territoire de l’Empire. De là venait l’attractivité du modèle transylvain, qui nourrissait la tentation de rétablir le Royaume hongrois sous le protectorat ottoman, au sein duquel les privilèges de la noblesse hongroise doivent être confirmés et respectés.

5D’un autre côté, à la suite de la paix de Vasvár, une marge poreuse se forma à la place de la frontière, qu’on pouvait protéger et surveiller. Cette marge perméable des deux côtés fut le théâtre de tous les événements analysés par G. Michels. Les collecteurs de taxes ottomans pouvaient venir librement proposer des conditions attractives aux paysans. Ceux parmi eux qui acceptèrent des lettres de soumission (die Huldigungsbriefe) aux Ottomans, furent traités par les pachas des districts frontaliers comme des sujets du sultan. En conséquence de quoi, des enclaves ottomanes apparurent, et la Hongrie habsbourgeoise se retrouva « un pays sans frontières ».

6Se référant à Carlo Ginzburg et à Nathalie Davis, Michels déclare son intérêt pour le « petit peuple », souvent oublié dans l’histoire de l’Europe (« little people lost to European history », p. 7), ici, les citadins et les paysans. Selon Michels, les paysans hongrois préféraient l’imposition ottomane. De plus, les confrontations avec les militaires habsbourgeois, qui se comportaient avec la population locale dans la tradition de la guerre de Trente ans, donnaient un motif supplémentaire. Un autre pôle de contestation se forma dans le clergé luthérien, qui s’opposait à la re-catholisation du pays effectuée par les Habsbourg. Michels se réfère ici au témoignage du pasteur luthérien Sebastian Fabritius, récemment étudié par Eva Kowalská, qui fuit la Contre-Réforme vers le territoire ottoman.

7En l’absence d’intervention ottomane, ces attitudes aboutirent à une série de révoltes et de conspirations, dont la plus importante fut la révolte de 1672. Très attentif à l’anthropologie de la violence, Michels décrit des éléments de l’iconoclasme, quand les images furent brisées, les bannières ecclésiastiques coupées en pièces, les statues des saints décapitées (p. 265). Tout cela permet à Michels de parler d’« une violence d’inspiration religieuse, rappelant les guerres de religion en France » (p. 253). Les massacres, perpétrés par des soldats, provoquèrent des massacres en retour commis par des paysans révoltés, au cours desquels la population civile catholique ne fut pas épargnée.

8Michels est très attentif aux éléments symboliques dans le comportement des révoltés, en utilisant le modèle du « monde renversé » de Mihajl Bahtin. Il attire l’attention sur le pillage d’un monastère catholique qui fut transformé en « un carnaval, pendant lequel on moquait la foi catholique » (p. 264) et les paysans rebelles – et même les pasteurs protestants qui les inspiraient par leurs sermons –, qui portaient des turbans ottomans (p. 185-286). Multipliant les comparaisons, Michels compare cette révolte, sous-estimée dans l’historiographie, à la révolte de Bogdan Xmel´nyc´kyj en Ukraine et à celle de Stepan Razin en Moscovie, mais aussi à d’autres révoltes, qui ébranlèrent l’Empire des Habsbourg au xviie siècle, notamment à celle de Tchéquie (1627-1628) et à celle de Naples (1647).

9Malgré le fait que les janissaires et la cavalerie ottomane (sipahis) participèrent parfois au combat sans en faire étalage (ohne Fahnen und Trommelschlag), l’intervention directe ottomane n’eut pas lieu. En analysant les causes de l’échec de deux missions hongroises simultanées, envoyées au sultan et au grand vizir, Michels attire l’attention sur les positions divergentes des pachas frontaliers, qui privilégiaient l’expansion, et des décideurs à Istanbul. Pourtant, quand la révolte fut réprimée, les révoltés trouvèrent asile du côté ottoman (p. 290-291). Selon la vision de Michels, l’émigration de plusieurs participants de cette révolte vers le territoire ottoman créa des tensions, qui menèrent directement à la nouvelle confrontation entre les deux empires en 1683.

10Les conclusions de l’auteur sont parfois contestables. Ainsi, quand il affirme que vers 1674 « les Ottomans réussirent à chasser les armées polonaises et ukrainiennes de l’Ukraine », Michels se place dans la perspective ottomane, selon laquelle l’annexion de la Podolie, directement intégrée dans le territoire ottoman, était un succès sans égal. Pourtant, il n’est pas évident que la même confrontation avec l’Empire ottoman fut perçue comme une défaite du côté moscovite – en réalité, la logistique moscovite ne fut pas brisée, et les armées moscovites purent se permettre encore de mener les campagnes de 1677 et 1678, avant de se replier, puis de s’évacuer de l’autre côté du Dniepr.

Haut de page

Notes

1 G.B. Michels, At War with the Church Religious Dissent in Seventeenth-Century Russia, Stanford, 2000.

2 Voltaire, « Essai sur les mœurs et l’esprit des nations », Œuvres complètes, t. 19, Kehl, 1785, p. 295.

3 G. Michels, « The Imminent Danger of the Turks: Ottoman Expansion, Hungarian Revolt, and Habsburg Fear of War (1670-1672) », Chloe, Bd. 48, 2019 (Rethinking Europe War and Peace in the Early Modern German Lands), p. 194-214.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aleksandr Lavrov, « Georg B. MICHELS, The Habsburg Empire under Siege. Ottoman Expansion and Hungarian Revolt in the Age of Grand Vizier Ahmed Köprülü (1661-76) »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 868-871.

Référence électronique

Aleksandr Lavrov, « Georg B. MICHELS, The Habsburg Empire under Siege. Ottoman Expansion and Hungarian Revolt in the Age of Grand Vizier Ahmed Köprülü (1661-76) »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13652 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13652

Haut de page

Auteur

Aleksandr Lavrov

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search