Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusEurope centrale et orientaleKorine AMACHER, Éric AUNOBLE et A...

Comptes rendus
Europe centrale et orientale

Korine AMACHER, Éric AUNOBLE et Andrii PORTNOV, éds., Histoire partagée, mémoires divisées. Ukraine, Russie, Pologne

Valentin Behr
p. 871-875
Référence(s) :

Korine AMACHER, Éric AUNOBLE et Andrii PORTNOV, éds., Histoire partagée, mémoires divisées. Ukraine, Russie, Pologne, Lausanne : Éditions Antipodes, 2021, 439 p.

Texte intégral

1Voici un livre bienvenu, à l’heure où la guerre sévit en Ukraine, sur fond de relectures polémiques et d’usages politiques du passé. Si les questions mémorielles sont, comme le rappellent les trois directeurs de l’ouvrage, au centre de l’actualité dans les trois pays (Ukraine, Russie et Pologne) traités dans cet ouvrage collectif, l’histoire s’est brusquement accélérée depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

2Le grand mérite des études rassemblées dans cet ouvrage est d’aborder l’histoire commune aux trois pays, avec un parti pris : appréhender les questions mémorielles en tant que telles, avec leur histoire et leur temporalité propres (p. 7). L’approche consiste à « étudier les regards portés sur des personnages, événements et territoires qui ont eu une résonance dans ces trois pays et ont été l’objet de récits historiques divergents, voire conflictuels » (p. 13). Elle se révèle féconde, en offrant une grande variété de cas d’étude (« lieux de mémoire », « mythes nationaux », etc.) ayant participé à forger les identités nationales, tout en ayant joué un rôle à l’échelle transnationale. La démarche historienne permet pour chacun de ces cas d’étude de pointer les continuités historiographiques et mémorielles entre les périodes communiste et postcommuniste, dans les trois pays. Chaque chapitre suit un développement chronologique qui, après un bref rappel historiographique, s’achève sur les aspects mémoriels les plus contemporains.

3Est ainsi abordée la diversité des productions mémorielles : commémorations, enseignement, production éditoriale mais aussi institutionnelle. Elles permettent de saisir des romans nationaux antagonistes pour mieux les déconstruire, en faisant apparaître la diversité humaine de ces territoires, que les récits nationaux ont tendance à occulter.

  • 1 Timothy Snyder, Terres de sang, l’Europe entre Hitler et Staline, P. : Gallimard, 2012.

4Les violences du xxe siècle occupent une place de choix parmi les cas d’étude retenus par les auteurs : la grande famine en Ukraine (Holodomor), le massacre de Katyń, les massacres de Volynie, les déplacements de population après 1945,… tous se voient consacrer un chapitre, confortant ainsi l’image de « terres de sang » qui colle à cette partie de l’Europe1. Néanmoins, l’ouvrage ne se réduit pas à cette histoire contemporaine attendue : de nombreux cas d’étude portent sur un passé plus lointain, qui alimente lui aussi les conflits mémoriels contemporains.

5L’ouvrage est divisé en quatre parties : « Espaces et territoires », « Événements », « Figures », « Monuments, musées, lois et cultures mémorielles ». Il forme un ensemble de vingt-huit chapitres qui peuvent se lire indépendamment les uns et les autres. Les nombreux renvois, très utiles, offrent différents parcours de lecture et facilitent le repérage des liens entre les cas d’étude. Les chapitres, relativement courts, adoptent une écriture didactique, sans que les points de vue des auteurs soient pour autant absents. Chaque chapitre comprend une courte bibliographie et les annexes proposent des cartes en couleurs, un index des noms propres et un index géographique.

6Le résultat constitue une synthèse impressionnante, fruit du travail collectif de vingt-trois auteurs issus de pays et d’universités européennes et nord-américaines, tous spécialistes des pays étudiés et pour plusieurs d’entre eux, ressortissants de ces pays.

7Chaque partie est organisée de manière chronologique. La première, « Espaces et territoires », comprend quatre chapitres consacrés à la Rus´ de Kiev (Andreas Kappeler), « mythe fondateur de l’État russe et de l’État ukrainien, de l’Église orthodoxe de la Russie comme de celle de l’Ukraine » (p. 27) ; à « la République polono-lituanienne (Daniel Beauvois) ; à la ‘Nouvelle Russie’ (Denys Shatalov et Andrii Portnov), c’est-à-dire au Sud-Est russophone de l’Ukraine contemporaine (Donetsk, Louhansk, Kharkiv) ; et à la Crimée (Korine Amacher). Ces quatre chapitres se lisent comme des variations sur le thème de la zone de contact entre populations, religions et États, que constitue l’espace étudié. Ils mettent l’accent sur le tracé mouvant des frontières, les processus contrastés de construction étatique et l’élaboration de systèmes politiques originaux, comme dans le cas de la monarchie élective de la « république des Deux Nations ».

8La seconde partie, « Événements », se compose de onze chapitres : « Le Temps des Troubles » (Wladimir Berelowitch), consacré aux guerres civiles en Moscovie au début du xviie siècle ; « Révolutions et guerres (1917-1921) » (Éric Aunoble) ; « Ukrainisation » (Viktoriia Serhiienko) ; « La Grande Famine » (Nicolas Werth) ; « Le Pacte germano-soviétique » (Gabriel Gorodetsky) ; « Katyń » (Andre Liebich) ; « Le massacre de Babi Yar » (Luba Jurgenson) ; « Les massacres de Volynie » (Andrii Portnov) ; « Le 8/9 mai » (Mischa Gabowitsch) ; « L’Opération Vistule » (Catherine Goussef) ; « Solidarność » (Andre Liebich).

9Faute de pouvoir entrer dans le détail de chaque chapitre, relevons que le chapitre d’Éric Aunoble pointe finement l’articulation entre dynamiques sociales et facteur national dans les années 1917-1921, là où les historiographies nationales ont tendance à oublier le premier facteur. Nicolas Werth offre une synthèse remarquable sur la grande famine, un drame humain qui fit près de quatre millions de morts en Ukraine et n’occupe pas la place qu’il devrait dans la mémoire européenne : « par le nombre de ses victimes, l’Holodomor, analysé avec ses spécificités et replacé dans son contexte historique, est le seul événement du xxe siècle qui peut être comparé au génocide des Arméniens et à la Shoah » (p. 141). Gabriel Gorodetsky propose une comparaison stimulante entre la politique étrangère de Stalin jusqu’à 1941 et la politique expansionniste tsariste en direction de la mer Noire et des Balkans sous Alexandre II. Ces précédents historiques éclairent, selon l’auteur, « l’obsession russe actuelle pour la Crimée » (p. 155). Andrii Portnov livre au sujet des conflits mémoriels polono-ukrainiens une réflexion qui vaut pour bien d’autres situations :« La plupart des textes polonais et ukrainiens sur le massacre de Volynie sont des monologues dont la principale motivation est de protéger ‘leur’ vérité nationale. Dans cette logique, le nationalisme radical est effrayant tant qu’il s’agit du nationalisme radical de ‘l’autre’, et il est perçu comme raisonnable et même utile lorsque c’est ‘le nôtre’ » (p. 192). Catherine Goussef replace l’expulsion manu militari de la minorité ukrainienne établie dans les régions de l’est et du sud-est de la Pologne (150 000 personnes déplacées en Poméranie et Silésie) dans le contexte plus large de transferts et échanges de populations ukrainienne et polonaise au sortir de la seconde guerre mondiale, sous le patronage des États et notamment des autorités soviétiques. Cet épisode méconnu constitue « le dernier acte de l’entreprise de destruction d’une région caractérisée par sa forte dimension multiculturelle » (p. 216).

10Intitulées « Figures » et « Histoire partagée, mémoires divisées : Ukraine, Russie, Pologne », la troisième et la quatrième parties rassemblent, respectivement, six et quatre chapitres : « Les cosaques zaporogues », (Andreas Kappeler) ; « Bohdan Khmelnystky (1595-1657) » (Volodymyr Masliychuk et Andrii Portnov) ; « Ivan Mazepa (1639-1709) » (Volodymyr Masliychuk) ; « Lénine, la “Grande Russie” et l’Ukraine » (Roman Szporluk) ; « Felix Dzerjinski (1877-1926) » (Éric Aunoble) ; « Symon Petlioura  (1879-1926) »,  (Thomas Chopard) ; « Staline et la Pologne » (Dariusz Jarosz) ; « Josef Piłsudski 1867-1935) » (Mariusz Wolos) ; « Andreï Cheptytsky (1865-1944) » (Antoine Nivière) ; « Stepan Bandera (1909-1959) » (Andrii Portnov).

11C’est sans doute dans ces deux parties que le caractère divisé de l’héritage historique commun aux trois pays se donne à voir de la manière la plus éclatante, à travers le caractère controversé des figures (majoritairement ukrainiennes) retenues, qui font souvent office de mythes nationaux auxquels sont associés une pluralité de sens. Ainsi Khmelnystky, à la tête de la révolte cosaque de 1648, est-il à la fois un symbole de l’État ukrainien, un adversaire de la République polono-lituanienne, mais aussi un exemple de loyauté envers l’empire russe et enfin une figure honnie dans la mémoire juive. Il personnifie « l’incroyable variété d’associations qu’une figure historique contradictoire du xviie siècle peut générer » (p. 250). On pourrait en dire autant de nombreuses autres figures abordées dans cette partie, à l’image de Šeptic´kij, figure paradoxale ayant à la fois aidé des juifs et entretenu de bonnes relations avec les nazis au cours de la seconde guerre mondiale.

12L’ouvrage se clôt par une quatrième partie intitulée « Monuments, musées, lois et cultures mémorielles ». Les trois chapitres qui la constituent ont un statut à part. Rompant avec l’approche monographique qui caractérise les chapitres précédents, ils livrent des analyses des politiques historiques menées dans les trois pays et de la façon dont elles se sont déployées après l’effondrement des régimes communistes. Vita Susak aborde la question mémorielle à travers le sort des monuments érigés en Ukraine et en Russie après 1991. Paul Gradvohl se consacre aux compétitions victimaires en Europe centrale, principalement à travers le cas de la Pologne et de ses musées récents (musée d’histoire des Juifs de Pologne, Polin ; Musée d’histoire de la seconde guerre mondiale de Gdansk) et pointe l’« impasse de la sécurité par la mémoire », recherchée par les récits univoques déployés par les États concernés (p. 384). Nikolay Koposov, enfin, porte son attention sur les « cultures mémorielles » en Europe au miroir des lois sur le passé, opposant une culture « cosmopolite », caractéristique de « l’Ouest », à une culture plus nationalo-centrée en Europe de l’Est. Ce qui amène à constater qu’en dépit des querelles récurrentes, les cultures mémorielles des trois États considérés, en particulier de la Pologne et de la Russie, présentent de nombreuses similitudes.

13On ne peut que saluer, au terme de la lecture, les efforts déployés par les auteurs et les directeurs de l’ouvrage pour produire ce livre remarquable, tant par la richesse des cas d’études proposés que par l’approche comparative, qui permet de mettre en perspective des récits nationaux particulièrement clivés. L’attention portée au caractère controversé des noms des lieux et des personnages est à la fois louable et pédagogique. Le parti pris, explicité en introduction (p. 16), d’utiliser les termes propres à chaque époque (Lemberg/Lviv ; Vilna/Wilno/Vilnius) afin de « mieux donner à lire le caractère fragmenté et la complexité de l’histoire de cet espace » est pertinent. Les orthographes et dénominations variables traduisent en effet le caractère très fluctuant des frontières étatiques au fil du temps dans cet espace singulier. Comme l’expliquent les directeurs de l’ouvrage, l’enjeu est ici également de ne pas perpétuer une vision russo-centrée de la région, cruciale à l’heure où beaucoup de commentateurs choisissent d’évoquer Kyiv plutôt que Kiev. D’autant plus que l’histoire de ces personnages et de ces lieux nous est souvent parvenue via le récit russe.

14Ce livre constitue donc une lecture indispensable, le compagnon idéal pour les étudiants et les enseignants, mais aussi pour tous les non spécialistes désireux d’en apprendre davantage sur ce coin d’Europe au cœur d’une actualité dramatique et brûlante.

  • 2 Laure Neumayer, The Criminalisation of Communism in the European Political Space after the Cold War(...)

15Relevons pour finir un point de critique. Si l’ouvrage réussit brillamment à déconstruire les récits nationaux, il échoue partiellement à inscrire les conflits mémoriels dans une perspective affranchie du cadre stato-national. Comme le souligne avec pertinence Paul Gradvohl, « il n’y a pas un triangle mémoriel isolé entre Russie, Ukraine et Pologne, mais bien un réseau international et transnational plus large, dont les acteurs ne sont pas seulement des États, mais aussi des associations, des lieux touristiques, ou encore des plateformes sur internet » (p. 382). On peut regretter que la dimension internationale des conflits mémoriels n’ait pas été davantage abordée. Les mobilisations d’acteurs de l’Europe postcommuniste dans les arènes européennes pour inclure les crimes communistes dans « l’acquis mémoriel européen »2 et les réactions courroucées de Moscou à leur égard, auraient pu faire l’objet d’un chapitre ad hoc. Si le vote d’une résolution du Parlement européen en 2008 reconnaissant la grande famine en Ukraine comme un crime contre l’humanité est bien mentionné (p. 11), évoquer plus systématiquement le niveau transnational comme arène des conflits mémoriels aurait permis de montrer qu’ils ont une portée plus générale, européenne. Comme la guerre en Ukraine vient, une nouvelle fois, le rappeler.

16Dans le même ordre d’idée, l’histoire des minorités nationales, c’est-à-dire non ukrainiennes, russes et polonaises, qui ont contribué à l’histoire et à la diversité de cet espace, bien qu’évoquée cursivement dans de nombreux textes, ne fait pas l’objet de chapitres spécifiques. On pourrait imaginer enrichir cette histoire croisée de chapitres additionnels sur la mémoire juive, par exemple. L’insurrection du ghetto de Varsovie (1943), le massacre de Jedwabne (1941) ou encore la « Shoah par balles », ne constituent-ils pas des cas d’études qui auraient toute leur place dans un ouvrage de ce type ?

17Ceci nous ramène à la question du dissensus mémoriel entre l’Est et l’Ouest de l’Europe, évoqué en termes lumineux par Luba Jurgenson (p. 173) :

Un autre élément qui tend à exacerber la mémoire ukrainienne est le déséquilibre, dans l’espace public international, entre, d’une part la centralité de la Shoah et de la question coloniale, et d’autre part la place périphérique laissée aux répressions staliniennes. Si la communauté internationale attend (à juste titre) des pays ayant un passé collaborationniste un travail de mémoire approfondi, si par ailleurs les pays occidentaux s’engagent dans une réflexion sur leur passé colonial, la mémoire des violences staliniennes et du colonialisme soviétique, souvent perçue comme extérieure à l’Europe, reste confinée dans le domaine académique sans grand impact sur les sphères sociale et politique.

  • 3 Emmanuel Droit, « Le Goulag contre la Shoah », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 94 (2), 2007, p. (...)

18On ne peut qu’espérer que ce livre contribue à réduire cet écart et à mettre à mal le « rideau de fer mémoriel » qui continue de sévir en Europe3.

Haut de page

Notes

1 Timothy Snyder, Terres de sang, l’Europe entre Hitler et Staline, P. : Gallimard, 2012.

2 Laure Neumayer, The Criminalisation of Communism in the European Political Space after the Cold War, Londres : Routledge, 2019.

3 Emmanuel Droit, « Le Goulag contre la Shoah », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 94 (2), 2007, p. 101-120.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Behr, « Korine AMACHER, Éric AUNOBLE et Andrii PORTNOV, éds., Histoire partagée, mémoires divisées. Ukraine, Russie, Pologne »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 871-875.

Référence électronique

Valentin Behr, « Korine AMACHER, Éric AUNOBLE et Andrii PORTNOV, éds., Histoire partagée, mémoires divisées. Ukraine, Russie, Pologne »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13658

Haut de page

Auteur

Valentin Behr

Institut d’études avancées de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search