Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusEurope centrale et orientaleNadège RAGARU, « Et les Juifs bul...

Comptes rendus
Europe centrale et orientale

Nadège RAGARU, « Et les Juifs bulgares furent sauvés… ». Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie

Nathalie Moine
p. 876-882
Référence(s) :

Nadège RAGARU, « Et les Juifs bulgares furent sauvés… ». Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie, Paris : Les Presses de Sciences Po (Académique), 2020, 382 p.

Texte intégral

  • 1 Nadège Ragaru, dir., La Shoah en Europe du Sud-Est : les Juifs en Bulgarie et dans les terres sous (...)
  • 2 Frederick Chary, The Bulgarian Jews and the Final Solution, 1940-1944, Pittsburgh : University of P (...)

1Avec la publication des actes du colloque de juin 2013 consacré à la Shoah perpétrée dans les territoires sous administration bulgare, Nadège Ragaru avait déjà offert une importante contribution à l’histoire de cette partie sud-est de l’Europe nazie, demeurée inconnue du public1. De fait, elle est restée longtemps peu étudiée, à l’exception d’un ouvrage pionnier, mais déjà ancien, alors que l’essentiel des archives de l’État bulgare restait inaccessible2. Plutôt qu’une nouvelle reconstitution de l’histoire de la Shoah dans le contexte bulgare, l’ouvrage subtil dont il est ici question conduit d’emblée le lecteur dans une autre dimension historique, celle des multiples manières dont, de l’instauration du régime communiste à nos jours, les faits concernant le sort des populations juives dans ce qui constituait alors, entre 1941 et 1944, la grande Bulgarie ont été dits, tus, travestis. En effet, à partir d’avril 1941, le royaume bulgare s’était vu confier par son alliée, l’Allemagne nazie, une partie des territoires nouvellement conquis sur la Yougoslavie et la Grèce, après avoir récupéré la Dobroudja du Sud sur la Roumanie dès 1940.

2Au cours de l’année 1943, le gouvernement bulgare accepta de coopérer avec son allié allemand pour déporter les populations juives qui se trouvaient sur l’ensemble de cette grande Bulgarie. Dans les années précédentes, le royaume avait d’ores et déjà adopté une législation antisémite et mis sur pied un Commissariat aux Affaires juives. Dans les nouveaux territoires occupés, ceux de Yougoslavie (la Macédoine du Vardar, correspondant à peu près à l’actuelle république de Macédoine du Nord, et la région serbe de Pirot) comme ceux du nord de la Grèce (la Macédoine orientale et la Thrace occidentale), la citoyenneté bulgare avait été refusée aux juifs. En mars 1943, ces derniers furent arrêtés et livrés aux Allemands, déportés et exterminés à Treblinka. En revanche, les personnes considérées comme juives qui se trouvaient sur le territoire de la Bulgarie dans ses frontières antérieures à avril 1941, soit environ 50 000 personnes qui résidaient alors pour moitié à Sofia, furent finalement épargnées. Persécutées, elles ne furent cependant pas déportées, le gouvernement bulgare décidant d’interrompre le programme à la suite de protestations émises par différentes personnalités au sein des élites, peut-être aussi du fait d’une issue de plus en plus incertaine de la guerre après l’effondrement allemand à Stalingrad.

3Le livre se focalise donc sur les modes de construction et de diffusion du récit historique qui n’a cessé de régner en Bulgarie de la fin de la guerre à nos jours, consistant à mettre en exergue le « sauvetage » des Juifs bulgares et à magnifier une nation bulgare prétendument étrangère à l’antisémitisme, quitte à occulter plus ou moins totalement les quelques 11 000 victimes de la Shoah en provenance des territoires alors annexés par la Bulgarie.

4Si ce motif central du « sauvetage » est à peu près immuable jusqu’à nos jours, les causes invoquées dans le discours public pour expliquer l’interruption du programme de déportations ont beaucoup varié selon les époques et les lieux d’élocution : parlementaires conservateurs, leaders communistes, le roi de l’époque, Boris III, voire l’Église orthodoxe bulgare. Parallèlement, l’ouvrage met en valeur la lente émergence, dans les anciens territoires occupés, de la commémoration des déportations entreprises avec l’aval et la participation des autorités bulgares, un aspect de l’histoire qui reste donc largement marginalisé en Bulgarie même.

5Les techniques historiennes adoptées par Nadège Ragaru ont cependant un effet beaucoup plus ample qu’une restitution linéaire des évolutions du discours public sur la Shoah sous égide bulgare. À travers cinq enquêtes extrêmement fouillées, l’ouvrage propose autant de plongées dans des univers politiques et professionnels relativement disjoints, de l’entrée de la Bulgarie dans le bloc soviétique dès l’automne 1944 à sa métamorphose postcommuniste des années 1990 et 2000. La pluralité étourdissante des points de vue adoptés propose ainsi une histoire renouvelée des idées. Autour du discours sur le sauvetage et de son pendant, l’occultation des déportations dans les territoires annexés, s’articule ainsi toute une série de problématiques qui enserrent l’histoire politique et intellectuelle de la Bulgarie sur plusieurs décennies et qui ont trait à l’existence d’un fascisme bulgare, à la nature du régime communiste et à la possibilité pour un nouveau membre de l’Union européenne de s’insérer dans ce nouvel ensemble institutionnel tout en campant sur l’affirmation d’une identité nationale héroïsée.

6Les enquêtes menées par Nadège Ragaru portent donc moins sur la production de savoirs concernant la Shoah en Bulgarie, qui s’est pourtant considérablement renouvelée depuis les années 1990, que sur l’interprétation et l’usage de matériaux du passé en dehors de la sphère professionnelle des historiens. Ainsi de la première enquête, consacrée aux procès d’épuration dans une Bulgarie tout juste entrée dans l’orbite soviétique, mettant en scène juristes, témoins et accusés dans l’enceinte du Tribunal populaire de Sofia. La documentation produite, les dépositions et pour finir les jugements sont à l’origine des cadres interprétatifs qui serviront à l’avenir à rendre compte de la Shoah en territoire bulgare.

7La seconde enquête porte sur un film important dans la filmographie de l’Europe communiste consacré de manière frontale à la Shoah, le beau et intrigant, Sterne/Zvezdi (Étoiles), coproduit par l’Allemagne de l’Est et la Bulgarie à la fin des années 1950. La déportation des Juifs du nord de la Grèce sous occupation bulgare y est évoquée à travers l’histoire d’amour impossible entre un sous-officier de la Wehrmacht et une jeune fille juive de Thrace, internée avec sa communauté dans un vaste bâtiment d’une petite ville bulgare transformé en camp de transit, avant le départ du convoi pour les camps d’extermination en Pologne. Impuissant à sauver la jeune femme, le caporal portera aide à des partisans bulgares. Signé par le réalisateur est-allemand Konrad Wolf, exilé à Moscou avec ses parents à l’époque nazie et enrôlé dans l’Armée rouge à 17 ans, sur un scénario rédigé par l’écrivain et scénariste bulgare Angel Wagenstein, rescapé des geôles de la Gestapo, le film, présenté sous la seule bannière bulgare, sera récompensé par un Prix spécial du jury au Festival de Cannes en 1959. À travers la comparaison très fine entre plusieurs versions du scénario et des scènes clés du film ainsi que l’analyse des discussions du conseil artistique qui réunit artistes bulgares et est-allemands, Nadège Ragaru montre comment s’opère la négociation entre la volonté de Konrad Wolf d’illustrer sa vision, en partie autobiographique, et les exigences des artistes bulgares. Pour le premier, derrière une commune culpabilité, il s’agit d’interroger les ressorts individuels des soldats de la Wehrmacht, pour les seconds il convient d’effacer les responsabilités bulgares dans la déportation et de simplifier le portrait psychologique des bourreaux, des occupants allemands comme des collaborateurs bulgares. Les escortes policières bulgares disparaissent ainsi à peu près de l’écran. Pour tous peut-être, le choix d’une héroïne féminine pour incarner l’extermination de la population juive, ainsi que le recours à des symboles chrétiens va de soi.

  • 3 Cf les résultats détaillés de cette enquête dans leur fascinant article, Nadège Ragaru and Maël Le (...)

8La troisième enquête, consacrée à quelques minutes filmées au moment des déportations en 1943, est la plus virtuose. La conservation même de cette archive, l’existence de copies, les circonstances exactes de la réalité filmée, tout comme la décision d’en faire un usage public, constituent autant d’énigmes dont le caractère irrésolu contraste avec la circulation croissante de ces images au fil des décennies. Celles-ci ont pour la première fois été rendues publiques dans le cadre du procès de Francfort sur le Main en 1967-1968 attenté à Adolf-Heinz Beckerle, l’ancien plénipotentiaire du Reich à Sofia, après que la justice ouest-allemande en a appelé à la coopération juridique de la Bulgarie communiste de Jitkov. Par un singulier renversement, les mêmes images servent dans différents contextes au cours des décennies suivantes à illustrer le contraire de ce qui a été filmé : le sauvetage des juifs qui, eux, n’ont pas été déportés. Au sein de cet imbroglio, le travail réalisé par l’historienne en compagnie du géographe Maël Le Noc constitue l’acmé de cette enquête, puisque les deux auteurs ont réussi à identifier de manière très précise les circonstances et les lieux du filmage, affinant ainsi les informations sur le déroulement précis des déportations prises en charge par les autorités bulgares3.

9La quatrième enquête porte sur le « militantisme mémoriel bulgare » au cours des deux décennies postcommunistes, autour notamment des controverses sur l’installation d’une « forêt bulgare » non loin de Jérusalem, initialement conçue pour célébrer le roi Boris comme initiateur du sauvetage, ainsi que le don au Conseil de l’Europe d’une statue représentant Dimitar Peshev (Dimităr Pešev) (1894-1976), vice-président de l’assemblée bulgare au moment des déportations de mars 1943, qui fut à l’initiative d’une pétition contre la déportation des Juifs bulgares. La cinquième enquête enfin met aux prises les autorités bulgares et macédoniennes sous le regard d’institutions occidentales veillant à la fois au respect des modalités d’intégration dans l’Union européenne et à la promotion du savoir historique sur la perpétration de la Shoah dans l’Europe nazie. Dans ce cadre normatif imposé par les institutions européennes, l’institutionnalisation de la réécriture de l’histoire nationale récente s’est concrétisée, pour tous les nouveaux adhérents issus de l’Europe communiste, par la formation de commissions d’historiens, l’ouverture et la publication d’archives, portant à la fois sur les années de l’Europe nazie et sur le passé communiste et sur la période de l’Europe nazie. Cependant, sa prétendue spécificité (le sauvetage des Juifs bulgares) met le pays à l’abri d’une trop violente introspection, alors que se multiplient les initiatives archivistiques. En Macédoine en revanche, qui n’est encore que candidate à l’entrée dans l’Union, la construction à Skopje d’un nouveau centre mémoriel consacré aux victimes macédoniennes de la Shoah perpétrée sous occupation bulgare et inauguré en mars 2011 et d’une exposition permanente, sous l’égide des experts américains de l’United States Holocaust Memorial Museum, et singulièrement de Michael Berenbaum, permet de rendre public un récit historique au diapason des conceptions muséographiques les plus récentes, propres à frapper les sensibilités, alors que le gouvernement bulgare, convié à une commémoration conjointe, se refuse, aussi tard que 2018, à endosser la responsabilité de ces morts. Hérité de l’époque communiste tardive, le voisinage reste tumultueux avec les voisins anciennement annexés, essentiellement ici la Macédoine post-yougoslave.

10Malgré le caractère apparemment disjoint des terrains, la construction de l’ouvrage opère comme une mosaïque. Parmi les motifs qui se répètent, certaines figures historiques se retrouvent d’une enquête à l’autre. Certains le font très discrètement, ainsi de Natan Grinberg, bulgare juif communiste, à qui est confié à l’automne 1944 la mission de rechercher dans les archives du Commissariat bulgare aux affaires juives les pièces documentaires les plus parlantes, qui sont éditées à Sofia en 1945 à la veille des procès de la 7e chambre du Tribunal populaire. Grinberg réapparait ensuite dans le cadre du procès de Beckerle, alors que, désormais installé en Israël, il y a fait paraitre une nouvelle histoire de la Shoah en Bulgarie, fondée cette fois sur les sources allemandes.

11Plus frontalement, Dimitar Peshev tient une place importante dès la première enquête, comme accusé devant le Tribunal populaire en 1945. Il en est à nouveau question dans la quatrième enquête, quand la Bulgarie post-communiste entend lui rendre, à titre posthume, un hommage appuyé, y compris à l’intention des institutions européennes. Resté vice-président de l’Assemblée nationale à l’époque où la Bulgarie s’allie à l’Allemagne nazie, approuvant les mesures et la législation antisémites, avant de s’opposer fermement aux préparatifs en vue des déportations des Juifs de l’Ancien comme du Nouveau Royaume, Peshev incarnerait à la fois une nation bulgare qui aurait « sauvé ses Juifs », une victime du communisme et l’attachement viscéral du pays à la démocratie parlementaire, alors que le même avait fait partie du gouvernement peu démocratique de la Bulgarie d’avant-guerre. On regrettera d’ailleurs que l’information en note de bas de page portant sur la rédaction de ses mémoires dans la Bulgarie de 1968-1970, a priori à la demande des Archives d’État bulgares, n’ait pas donné lieu à davantage de développement dans l’ouvrage (note 105, p. 271).

12Autre figure jouant le rôle de fil conducteur en pointillé, le romancier, scénariste et réalisateur Angel Wagenstein, né en 1922 est un ancien résistant juif et communiste, sauvé d’une condamnation à mort à la faveur de l’entrée de l’Armée rouge à Sofia. Nadège Ragaru note l’évolution de ses positions, voire ses voltes faces, de l’écriture du scénario du film de Konrad Wolf, Etoiles, dans les années 1950 jusqu’à l’action menée en 2000 pour demander au président israélien de ne pas attribuer au roi Boris la paternité du sauvetage des Juifs du Vieux-Royaume. Elle indique que lui-même soumis au travail forcé, il avait été témoin des convois des Juifs de Thrace en mars 1943 (p. 106). On voudrait alors en savoir davantage sur la véracité historique du camp de transit de Gorna Dzumaja, tel qu’il est reconstitué avec force dans le film de 1959, alors que par ailleurs le scénario modifie notamment la date des déportations, en raison des contraintes du tournage, et fait d’Auschwitz la destination finale du convoi, rejoignant un topos commun à l’Est comme à l’Ouest, alors que les déportés furent mis à mort à Treblinka. De même, le générique s’ouvre sur un poignant chant en yiddish, les spécificités linguistiques des Juifs de Thrace étant en revanche respectées au sein du film. S’étant entretenue avec lui, Nadège Ragaru n’indique pas pour autant les rapports de l’écrivain avec le régime à la fin de la période communiste ni son œuvre récente de romancier consacré au monde juif européen face à la Shoah.

13La méthode de l’historienne repose en effet sur l’adoption d’échelles spatio-temporelles changeantes centrées sur des objets intellectuels, et non sur les biographies d’individus, qui ne sont, à dessein, qu’esquissées. Le biographique reste de fait secondaire et présenté de manière très fragmentaire : il n’est pas le fil conducteur de la démonstration. De manière symptomatique, les victimes des déportations qui apparaissent sur l’archive filmée de 1943 n’ont pas été identifiées, contrairement aux lieux, même si la démarche est évoquée comme un projet à venir.

14Nadège Ragaru préfère au biographique la mise en place de constellations de personnes et d’institutions, très densément décrites à des instants précis, à la manière d’une capture d’écran qui offre d’ailleurs une restitution tout aussi fidèle des lieux où se déroulent les événements et débats analysés par la chercheuse. consacré Parmi ces pléiades d’acteurs et d’institutions, on relèvera les organisations juives, celles de la Bulgarie communiste comme de l’émigration, notamment aux États-Unis et en Israël, mais aussi, à la sortie du communisme, les grands bailleurs de fonds publics et privés en faveur d’initiatives visant la promotion d’une version libérale des savoirs (USAID, Fondation Soros, Open Society Institute, fondations allemandes Friedrich Naumann, Friedrich Ebert et Konrad Adenauer, programmes Phares et démocratie de l’UE…) qui ont irrigué le champ académique de l’Europe post-communiste, Bulgarie comprise. On pourra aussi tout particulièrement apprécier la focale portée sur les institutions archivistiques et muséales qui ont joué un rôle fondamental dans le renouvellement de l’étude de la Shoah depuis les années 1990.

15Malheureusement, l’excellent travail d’édition dont bénéficie l’ouvrage comporte un désolant bémol puisqu’il est dépourvu d’un index de personnes ou de lieux qui aurait véritablement permis une (re) lecture croisée des cinq enquêtes.

16Sans en faire le centre de son travail et préférant les placer en marge de ses enquêtes, Nadège Ragaru laisse à voir les avancées saisissantes accomplies depuis les années 1990 dans le domaine des savoirs sur le sort des populations juives sous égide bulgare dans l’Europe nazie. Alors que les procès de 1945 n’avaient donné lieu sur le moment qu’à des publications très partielles, les décennies d’après-guerre virent la parution de documents, de mémoires de survivants pour l’essentiel en émigration, 40 000 juifs bulgares, soit 90 % des survivants, ayant quitté le pays entre 1948 et 1952, ainsi que les mémoires d’acteurs et d’observateurs non-juifs de l’époque. Un bond considérable se produit avec la chute du communisme, l’ouverture des archives de l’État bulgare, mais aussi des collectes de témoignages oraux de grande ampleur.

  • 4 Roumen Avramov, Nadja Danova, eds., Deportiraneto na evreite ot Vardarska Makedonija, Belomorska Tr (...)

17Nadège Ragaru insiste aussi sur le rôle de spécialistes, situées à la marge de la profession d’historien ou non spécialisés, au départ, dans l’histoire de la Shoah. Elle évoque notamment Roumen Avramov et son travail pionnier sur les spoliations, ainsi que les volumes consacrés à la déportation des territoires annexés, qu’il a co-édités avec Nadja Danova, les deux auteurs ayant notamment travaillé à l’établissement d’une liste nominative des Juifs raflés (p. 292)4. Nadège Ragaru cite encore les travaux d’Evgenija Troev et Ana Luleva sur le travail forcé.

18Enfin, l’extraordinaire travail de numérisation d’archives bulgares dont elle signale l’importance, sous la pression de l’entrée dans l’Union européenne et la nécessité de se conformer à de nouvelles exigences en matière de « vérité historique », pourrait aussi faire l’objet d’une exploration passionnante, permettant de relier les enjeux politiques actuels d’intégration aux démocraties occidentales, la (ré) émergence de la parole des survivants et une écriture 2.0 de la Shoah qui permet de connecter à l’échelle mondiale divers programmes de numérisation de l’information. Il est ainsi possible, désormais, de connecter de n’importe quel ordinateur dans le monde la fiche numérisée d’un ressortissant juif bulgare conservée physiquement dans les archives d’État à Sofia et, par exemple, les informations liées à la déportation des Juifs en France, dans le cas tragique d’un exil s’achevant par une arrestation à Marseille, grâce au travail de numérisation opéré par la Fondation de la mémoire de la Shoah en France, sans parler de la base des noms numérisée de Yad Vashem. Cette disponibilité de l’information est ainsi le produit cumulé des pratiques bureaucratiques du temps de la persécution, de la politique de conservation des archives au cours des décennies d’après-guerre, mais aussi du choix non moins essentiel en faveur d’un accès universel par la numérisation récemment déployé dans certains pays et par certaines organisations (mais pas par d’autres).

19On pourrait aussi se demander dans quelle mesure la centralité de l’argument du sauvetage défendu pendant des décennies par les autorités bulgares (nonobstant les fortes variations concernant les forces politiques et sociales à l’origine dudit sauvetage) n’est pas désormais fortement concurrencée par l’émergence de récits qui font entrer inévitablement dans les dimensions concrètes du sort des personnes persécutées comme juives, qu’elles aient été ou non déportées : ainsi des thèmes de l’expulsion des Juifs de Sofia en mai 1943, les bataillons de travailleurs forcés, les camps d’internement, à peu près absents de l’ouvrage, puisque non inclus dans la problématique stricte du « sauvetage ». La question en particulier d’une possible micro-histoire des destins juifs bulgares reste ainsi en suspens, alors que cette démarche prévaut désormais dans l’historiographie de la Shoah, autour des contextes sociaux et biographiques de victimes individualisées.

20Pour finir, l’ouvrage apporte une contribution incontournable pour qui cherche à inscrire le cas bulgare tant dans une histoire de la Shoah couvrant l’ensemble du continent sous emprise nazie que, plus encore, dans un récit comparant les manières dont les sociétés d’après-guerre ont tenté de gérer ce passé (des notes de bas de page très denses offrant parfois de précieux résumés comparatistes, quoique très partiels). On serait en particulier tenté de s’interroger sur les similitudes et contrastes pouvant exister entre l’espace bulgare et les autres anciens alliés de l’Allemagne nazie, la Hongrie et la Roumanie, au cours des mêmes décennies.

21On recommandera donc sans réserve la lecture de cet ouvrage, d’une écriture exceptionnellement brillante. Elle est incontournable pour qui s’intéresse aux cultures politiques d’Europe de l’Est depuis le milieu du xxe siècle, ou encore aux discours nationaux sur les responsabilités dans la mise en œuvre de la Shoah dans l’Europe nazie. L’ouvrage pointe enfin l’émergence de ce que la chercheuse semble considérer comme une forme d’impérialisme exercée par les institutions occidentales sur le discours historique, même s’il démontre aussi combien ces tentatives se trouvent contrebalancées au sein des États postcommunistes par une conception relativement figée et résistante des vertus nationales.

Haut de page

Notes

1 Nadège Ragaru, dir., La Shoah en Europe du Sud-Est : les Juifs en Bulgarie et dans les terres sous administration bulgare (1941-1944), P. : Éditions du Memorial de la Shoah, 2014.

2 Frederick Chary, The Bulgarian Jews and the Final Solution, 1940-1944, Pittsburgh : University of Pittsburgh Press, 1972.

3 Cf les résultats détaillés de cette enquête dans leur fascinant article, Nadège Ragaru and Maël Le Noc. « Visual Clues to the Holocaust : The Case of the Deportation of Jews from Northern Greece », Holocaust and Genocide Studies, 35 ( 3), 2021, p. 376-395.

4 Roumen Avramov, Nadja Danova, eds., Deportiraneto na evreite ot Vardarska Makedonija, Belomorska Trakija i Pirot, mart 1943 g. Dokumenti ot bălgarskite arhivi [La déportation des Juifs de Macédoine de Vardar, de Thrace égéenne et de Pirot, mars 1943. Documents des archives bulgares], Sofia : Obedineni izdateli, 2 vol., 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Moine, « Nadège RAGARU, « Et les Juifs bulgares furent sauvés… ». Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 876-882.

Référence électronique

Nathalie Moine, « Nadège RAGARU, « Et les Juifs bulgares furent sauvés… ». Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13677 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13677

Haut de page

Auteur

Nathalie Moine

CERCEC, CNRS – EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search