Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusEurope centrale et orientaleAnia SZCZEPANSKA, Une histoire vi...

Comptes rendus
Europe centrale et orientale

Ania SZCZEPANSKA, Une histoire visuelle de Solidarność

Agnieszka Grudzinska
p. 882-886
Référence(s) :

Ania SZCZEPANSKA, Une histoire visuelle de Solidarność, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021, 287 p.

Texte intégral

1Il était une fois un miracle.

2Dans un pays satellite de l’empire soviétique, la Pologne, fut créé le syndicat indépendant et autogéré Solidarność. Indépendant ! Autogéré ! Rien que cela ! Qui n’était donc plus assujetti au parti communiste tout-puissant… Du jamais vu dans cette partie de l’Europe qu’on appelait (à tort ?) de l’Est et qui a toujours aspiré à être tout simplement centrale.

3Certes, la Pologne avait toujours été le cancre du système communiste, et plusieurs révoltes l’avaient prouvé : celles de 1956, 1968, 1970, 1977… Mais c’est la révolte qui débuta aux chantiers navals Lenin de Gdańsk en 1980 qui devait, quelques années plus tard, sonner le glas du régime à bout de souffle.

4Cette période des seize mois du « festival de la liberté » (août 1980 - 13 décembre 1981, instauration de la loi martiale par le général Jaruzelski) est considérée en Pologne et à l’étranger comme un phénomène exceptionnel, un événement historique, un titre de gloire. Ania Szczepanska écrit dans son livre :

Le mouvement embrasa le pays tout entier. Ce furent les plus grandes grèves de l’histoire du bloc soviétique, un élan de solidarité et d’émancipation collective qui prit la forme d’une « union fraternelle » et d’une remise en cause radicale du système. (p. 15)

5Il est intéressant aujourd’hui de savoir ce qu’il est advenu de cette légende. C’est ce à quoi s’emploie Ania Szczepanska, historienne de cinéma, réalisatrice, maîtresse de conférences à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Sa vision des faits est d’autant plus précieuse que l’autrice, née en Pologne et vivant en France, jette un regard distancié sur les événements en question. Qui plus est, elle appartient à la jeune génération, qui ne peut connaître cette période historique qu’au travers des archives, notamment visuelles, et d’entretiens avec celles et ceux qui l’ont vécue.

6L’ouvrage est composé de deux parties : 1 / L’union (1977-1981), 2/ Les chaînes de Solidarité (1981-1986). Y sont donc d’abord retracées les origines et la matrice de Solidarność, à savoir l’activité du KOR (Comité de défense des ouvriers, créé en 1977). C’est aussi un retour sur l’été 1980, sur les moments historiques des grèves de Gdańsk. La deuxième partie examine l’action et le destin des militants de Solidarność, que ce soit dans la clandestinité (suite à la loi martiale) ou pendant leur internement. Il y est également question des relations que des opposants polonais établirent avec des personnalités d’Europe de l’Ouest, et de l’aide apportée à la Pologne à travers de multiples initiatives en France.

7L’autrice dresse à la fin une chronologie et la liste des références bibliographiques et des films cités.

8L’ouvrage d’Ania Szczepanska ambitionne en effet de scruter l’histoire visuelle de Solidarność, et cette démarche d’une spécialiste des univers des images constitue l’originalité de son analyse. Aborder l’histoire de Solidarność par le biais des archives audiovisuelles, dont celles de la police secrète, s’avère passionnant et fertile.

9Quatre photos parmi les centaines analysées par Ania Szczepanska témoignent de sa méthode. Une forme de torche éclairant certains points des archives. Comme la photo de la grève de la faim entamée le 24 mai 1977 dans l’église Saint-Martin de Varsovie par huit opposants (« Une grève de la faim à Varsovie : Souriez ! », le chapitre de la première partie figurant p. 33-57). Cette grève, filmée par les services de sécurité, interpelle l’autrice :

Leurs déambulations, l’insolence de leurs regards et l’étrangeté de leurs sourires ne laissent pas tranquille. (p. 33)

10Ces visages, la « force tranquille » qui en émane en disent long sur l’esprit et l’éthos du mouvement d’opposition dont ces hommes et ces femmes étaient membres, à savoir le KOR, et plus généralement sur ceux de la dissidence polonaise. A. Szczepanska déroule les méandres et les circonstances des situations montrées par ces images. Pour analyser la photo évoquée plus haut, elle cite la lettre que les « grévistes de la faim » avaient adressée à l’Épiscopat polonais, à la PAP, l’agence de presse polonaise, ainsi qu’à des journalistes étrangers dans laquelle l’on perçoit la quintessence des idées du mouvement des opposants. Ils revendiquent une longue tradition de résistance non violente (« Dans ce combat, nous avons de nombreux prédécesseurs, à commencer par Mahatma Gandhi, le pasteur Martin Luther King ou encore les combattants espagnols qui ont lutté dans les églises contre la dictature… », p. 35). En effet, la foi qui anime grand nombre de ces militants est un élément important, souvent négligé ou mal compris en Occident. Tous ces activistes n’étaient pas catholiques pratiquants, certes, mais beaucoup d’entre eux vivaient dans « l’espérance, la foi et l’amour ». Autre extrait de cette lettre : « Pour les uns, elle [la grève de la faim] sera une forme de prière. Pour nous tous, un appel lancé à la société et aux dirigeants ». (p. 35)

11Ainsi, l’analyse de ces images n’est pas seulement, loin de là, une analyse visuelle/filmique. Le lecteur apprend la véritable histoire de l’opposition polonaise, et l’Histoire s’invite par la grande porte. Décortiquer ces photographies, c’est prendre le pouls de ces êtres de chair qu’on y voit et de leurs actes, c’est mesurer, comme dit A. Szczepanska, « ces manières d’être au monde » (p. 37).

Les images filmées réintroduisent et redéfinissent ainsi les corps engagés dans un récit esthétique et éthique des combats politiques. Elles interrogent leur puissance, leur finitude et leur effectivité, [font réfléchir] au singulier du « je » et au pluriel du » nous ». (p. 37)

12Une image n’est jamais neutre, elle sert celui qui la regarde et le conforte dans ce qu’il veut voir. Pour la police, il s’agissait de suivre, traquer et manipuler les personnes « prises en photo ». Pour nous, il s’agit de saisir l’esprit du temps.

13Parmi les clichés datant des grèves d’août 1980 aux chantiers navals de Gdańsk (regroupés dans la première partie sous le titre « Revoir l’été 80 », p. 57-95), A. Szczepanska en choisit un appartenant à la série intitulée « Confessions publiques » réalisée par le reporter français Alain Keler, publiée dans l’ouvrage 100 photos du siècle. Cette photo a fait le tour du monde et « inscrira les événements de Gdańsk dans le palmarès prestigieux du photojournalisme » (p. 57). La scène se passe dans la grande halle, pendant les négociations entre les ouvriers et les représentants du gouvernement – dehors, on célèbre une grande messe et on se confesse.

  • 1 Le syndicat a pris ce nom seulement à partir de la proclamation officielle de son existence légale (...)
  • 2 Dans la même veine, il existe les nombreuses photos du pape Jean-Paul II affichées sur les grilles (...)

14Analyser précisément cette photo paraît très judicieux, car elle montre une fois de plus la quintessence de cet étonnant mouvement social qui associait la lutte ouvrière et l’aspiration du peuple polonais majoritairement catholique à sa souveraineté. Le secret de la confession est en quelque sorte dévoilé et partagé avec tous dans un grand élan de… solidarité.1 Cet acte liturgique intime devenu là collectif et public s’accomplit au cœur d’un lieu-symbole de l’économie et de l’idéologie communistes2.

15D’autres photographies présentées dans ce même ensemble montrent les ouvriers dans des lieux et des circonstances nullement « héroïques ». Elles saisissent leurs gestes et leurs postures quand ils sont en train de dormir par terre sur des « matelas » en polystyrène ou de manger sur le pouce dans des salles en désordre. Les héros sont fatigués et démystifiés.

16Un autre groupe de photos présente le légendaire protagoniste de Solidarność, Lech Wałęsa, le célèbre électricien qui sera élu président de la république de Pologne en 1990. Elles sont prises pendant son voyage en France en l’automne 1981 et montrent Wałęsa sur une péniche, portant un banal pull-over à carreaux, tenant sa pipe, ou les jumelles : après tout, c’est lui le capitaine. Il sait séduire, se prête volontiers au jeu des questions des journalistes, pose pour les photographes sans la moindre gêne, avec une aisance qui frappe. La singularité de cette visite d’un « homme simple », issu du peuple, se lit sur le visage des gens autour de lui contraints d’adopter un protocole spécial. Wałęsa sort du cadre, il reste lui-même, n’obéit qu’à lui-même et s’amuse comme un gamin pendant une sortie scolaire. Malgré l’obstacle de la langue, il communique d’instinct avec la foule qui l’ovationne. Il est un homme à part, et compte le rester – tel est le message que transmettent ces photos. Qui dit mieux ?

17Ce sous-chapitre de la 1re partie (« Wałęsa ou la promenade en bateau-mouche », p. 121-143) permet à Ania Szczepanska de relater la longue et complexe relation entre l’opposition polonaise et les syndicats et les politiciens français. Le sous-chapitre de la partie II (« L’Emballement des cœurs », p. 145-165) examine le soutien et l’engouement que la Pologne a suscités en France tant auprès des personnalités politiques et culturelles que des simples citoyens après l’interdiction du syndicat Solidarité et des arrestations massives de ses membres au lendemain du coup d’état du 13 décembre 1981. Dans le sous-chapitre passionnant « Vies clandestines » (p. 169-191), on saisit toute la portée — morale, éthique, pratique — des initiatives entreprises dans la clandestinité par Solidarność désormais illégale (presse, films…) et réalisées souvent avec l’aide de journalistes et de syndicalistes occidentaux. Ces nombreuses actions, pourtant dangereuses (mais le risque donne tellement d’adrénaline !) cimentent l’opposition, retissent les liens distendus et préfigurent la Pologne nouvelle.

18Deux photos figurant dans le sous-chapitre « Un match de volley-ball à Białołęka » (p. 191-209) retiennent particulièrement l’attention.

  • 3 Ces photos de Białołęka ont été, bien sûr, prises clandestinement.

19Białołęka était un centre d’internement situé en banlieue varsovienne, où furent détenus du fait de la loi martiale du 13 décembre 1981, des opposants militants de Solidarność, pour la plupart des responsables des comités locaux, et des intellectuels qui leur apportaient leur soutien, leur savoir et leur expérience depuis les grèves d’août 1981. Cette partie de l’ouvrage évoque le quotidien des internés, et il faut admettre que le régime de cette drôle de prison n’était guère sévère. Force est de constater que les conditions en vigueur dans les prisons où étaient enfermés les « simples » militants de Solidarność ou dans le centre d’internement pour femmes de Gołdap, étaient bien pires.L’une des deux photos3 montre des détenus jouant au volley-ball sur un terrain vert. On ne voit pratiquement pas de barbelés ni de gardiens. Règne une ambiance sportive, détendue, bucolique, insouciante.

  • 4 Par l’allusion au western américain « Magnificent seven » (« Les sept mercenaires ») » réalisé en 1 (...)

20Sur la seconde photo – icône de Solidarność persécutée, clandestine, blessée dans son élan mais invincible – on voit les « cinq braves »4, les cinq principaux dirigeants de Solidarność : Jacek Kuroń, Henryk Wujec, Andrzej Gwiazda, Wojciech Onyszkiewicz et Jan Rulewski. Ici, il y a bien des barbelés, puisqu’il s’agit de l’espace réservé à la promenade quotidienne carcérale. Cependant l’air victorieux, voire triomphant, des cinq internés, comme leur allure décidée, leur force tant physique que psychique émanent de cette photo. Il n’y a pas de doute – ils ont déjà gagné, ce n’est plus qu’une question de temps.

21On a donc affaire à une vision de Solidarność qui jure avec celle de la Pologne martyre et éternelle victime de l’Histoire véhiculée depuis l’époque romantique. Cette partie du livre a soulevé nombre de critiques de la part de ceux qui ont vécu ces événements, dont ils ont gardé un traumatisme profond. Il s’agit notamment du sous-chapitre intitulé « Un confort relatif et négocié » (p. 195-198). Ania Szczepanska y montre ces hommes non pas comme des héros (qu’ils étaient par ailleurs), mais comme des individus soucieux d’obtenir des conditions de détention décentes, quitte à « négocier » avec les autorités de la prison. Impossible, protestent certains aujourd’hui, revendiquant leur part d’héroïsme, jamais on n’a négocié quoi que ce soit, cela aurait été compromettre notre cause, trahir et faillir. Les vrais héros ne négocient jamais avec l’ennemi.

22Difficile dans un texte aussi court et par la force des choses incomplet d’évoquer toutes les questions que soulève l’autrice. On aimerait pouvoir s’étendre davantage sur l’aide apportée aux Polonais par les « Français moyens » et signaler ce que cela signifie dans la longue durée braudelienne. On ne mentionnera pas non plus les analyses de la théorie des images, celle des images de la propagande, les réflexions sur le statut de « celui qui filme », etc. On conclura simplement en disant que la première portée de ce livre est l’analyse approfondie des photos présentées accompagnée d’innombrables informations tirées d’archives et d’entretiens privés. Cela aboutit à une vision très complète, détaillée de ces hommes et de ces femmes, de ce temps-là et donne un portrait nuancé de Solidarność et de ceux qui ont permis son existence. Délestée du poids du vécu, forte de son savoir, l’autrice prend la liberté de dépoussiérer les archives, de les « neutraliser » (certes, avec ce qui pourrait apparaître comme de la froideur, n’était-ce l’émotion qui perce des pages de ce texte). Elle présente sa propre vision des faits, quitte à froisser les sensibilités de ceux qui y ont participé.

23Comme on sait, l’« ancienne » Solidarność n’existe plus, la Pologne a bien changé, et pas en mieux, la « politique historique » du parti au pouvoir devenue un outil de propagande majeur bat son plein, les héros sont morts, ou vieux et fatigués. L’ouvrage dense d’Ania Szczepanska permet de retenir l’effervescence, la richesse, la non-évidence de cette époque. Grâce aux milliers de pièces d’archives les plus improbables, grâce à l’analyse minutieuse des images, l’autrice rend compte d’une manière subtile de cet élan incroyable, de ce rêve brisé, de cette potentialité avortée dont il ne reste rien. Et rendre compte équivaut ici à rendre hommage.

Haut de page

Notes

1 Le syndicat a pris ce nom seulement à partir de la proclamation officielle de son existence légale le 10. XI. 1980. Il comptait 10 millions de membres.

2 Dans la même veine, il existe les nombreuses photos du pape Jean-Paul II affichées sur les grilles de la porte d’entrée des chantiers navals.

3 Ces photos de Białołęka ont été, bien sûr, prises clandestinement.

4 Par l’allusion au western américain « Magnificent seven » (« Les sept mercenaires ») » réalisé en 1960 par John Sturges, remake des « Sept samouraïs » d’Akiro Kurosawa (1954). Le titre polonais parle des « sept braves/magnifiques ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnieszka Grudzinska, « Ania SZCZEPANSKA, Une histoire visuelle de Solidarność »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 882-886.

Référence électronique

Agnieszka Grudzinska, « Ania SZCZEPANSKA, Une histoire visuelle de Solidarność »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13683 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13683

Haut de page

Auteur

Agnieszka Grudzinska

Sorbonne-Université

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search