Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusÉmigrationFaith HILLIS, Utopia’s Discontent...

Comptes rendus
Émigration

Faith HILLIS, Utopia’s Discontents. Russian Émigrés and the Quest for Freedom, 1830s-1930s

Catherine Gousseff
p. 887-889
Référence(s) :

Faith HILLIS, Utopia’s Discontents. Russian Émigrés and the Quest for Freedom, 1830s-1930s, Oxford : Oxford University Press, 2021, 343 p.

Texte intégral

1Les colonies russes qui émergèrent à Zurich, Genève, Londres et Paris à partir du début des années 1860 furent le creuset de la culture radicale russe, où l’utopie révolutionnaire s’est développée dans l’émulation de nouvelles générations témoins de la modernisation, dans l’expérience communautaire et le mode de vie des exilés, la latitude d’actions offerte par l’environnement libéral, et les échanges développés au sein du monde occidental avec les mouvements et partis engagés dans les idéaux émancipateurs. Prenant pour focale, l’histoire des colonies russes, dans leurs habitus, leurs interactions, leur réception dans les sociétés d’accueil, Utopia’s discontents s’annonce comme une étude pionnière et transnationale sur les origines du radicalisme russe ou plutôt du radicalisme porté par les émigrés venus de Russie. En effet, l’histoire des colonies s’inscrit dans la dynamique vaste des migrations en provenance de l’empire, elle est fortement marquée par la présence toujours plus nombreuse des Juifs fuyant les discriminations et la misère de la zone de résidence. Elle est aussi traversée par d’autres mobilités, notamment estudiantine où la représentation féminine est remarquable, comme elle l’est aussi dans les noyaux révolutionnaires, qu’ils soient populistes ou plus tard marxistes. De fait, la place dédiée aux « subalternes », qu’il s’agisse des femmes ou du monde immigré juif est énoncée comme partie intégrante du regard postcolonial posé sur cette histoire.

2L’ouvrage est organisé en trois parties, qui considèrent successivement l’histoire de la formation des colonies, les rencontres et les réceptions du radicalisme russe en Europe et enfin l’avènement du bolchévisme depuis son inscription dans le paysage de l’exil révolutionnaire à la prise du pouvoir en Russie, qui donne pleinement sens à ces Utopia’s discontents.

3Le livre s’ouvre sur le premier xixe siècle, à travers une évocation rapide des personnalités pionnières de l’opposition russe en exil et leur environnement sous le long règne de Nicolas 1er qui a surtout entraîné, après l’insurrection de 1830, l’importante émigration des Polonais à côté desquels les Russes ne constituent qu’un épiphénomène, mais fondamental dans l’écho rencontré en Russie et la suite de l’histoire. Faith Hillis y vient à travers le portrait de la colonie russe de Zurich durant les années 1860-1870, période au cours de laquelle les étudiants russes se multiplient dans les universités européennes, surtout germanophones. Puisant, entre autres, dans les riches mémoires laissés par Vera Figner, l’auteure dresse les traits de cette communauté où les femmes étaient fortement représentées parmi les étudiants et constituaient les grandes actrices de la vie communautaire. Faith Hillis leur attribue un rôle majeur dans l’enracinement de l’utopie révolutionnaire au sein de la colonie et sa traduction dans les modes de sociabilité de la collectivité. Elle l’explique, notamment, par la quête d’une émancipation des femmes qui, combinée à celle d’un nouvel ordre social, a fait d’elles des éléments particulièrement dynamiques dans le débat intellectuel et la fondation d’une culture radicale en émigration. Après l’arrêt sur images de la colonie zurichoise, l’étude est étendue à l’archipel émigré, de Genève à Londres en passant par Paris. Plusieurs traits, déjà évoqués, se fixent dans les contours repérables d’un monde commun, tel le rôle joué par les bibliothèques, les cantines, les réseaux de solidarité, l’austérité matérielle du quotidien, le choix éthique des uns rejoignant l’indigence réelle des autres dans un univers où les hiérarchies sociales semblent s’être effacées. La diversité des nationalités en provenance de l’empire, où les Polonais, les Juifs étaient très représentés, mais aussi d’autres, Caucasiens, Ukrainiens, à l’image de Mikhaïlo Drahomanov et de son projet fédéraliste, a formé un véritable melting pot émigré. S’immiscent la question nationale et son articulation avec le projet universaliste d’émancipation des exploités qui sera l’un des fils rouges suivis par l’auteure dans l’examen des contentieux idéologiques, très nombreux et parfois violents, qui, avec le problème récurrent de l’infiltration des agents de l’Ohrana dans les cellules révolutionnaires, constituent, selon l’auteure, la face sombre de cette histoire. L’immigration juive de l’empire et son impact dans les colonies russes fait l’objet d’un chapitre à part entière. Face à l’arrivée massive des migrants en quête d’embauche, l’enjeu pour les leaders des mouvements d’émancipation juifs est la politisation de ces masses laborieuses. Plus que dans les analyses précédentes, concernant le mouvement populiste ou la création des premiers cercles marxistes, Faith Hillis consacre de longues pages aux stratégies propres des leaders juifs, à la position du Bund, pour qui l’émancipation des Juifs était inséparable de leur contribution à la révolution sociale. Elle accorde une attention particulière à la question linguistique dans le contexte émigré où le yiddish s’impose, dans certains lieux du moins, comme langue de l’agitation révolutionnaire face au russe et créé un pont spécifique avec les cercles des périphéries de l’empire, tout particulièrement à Vilna (Vilnius). La réception des immigrants à l’agitation révolutionnaire est évoquée plus que réellement retracée, malgré leur rôle pourtant important et spécifique, notamment dans l’histoire du syndicalisme ouvrier.

4Europe’s Russian Moment, la seconde partie de l’ouvrage, se concentre d’abord sur les influences réciproques des militants russes et européens. L’accent est mis sur les convergences et les différences mais aussi les rencontres entre féministes, tout particulièrement en Grande-Bretagne et l’accueil initialement positif, voire enthousiaste réservé aux émigrés, à l’image de Kropotkine, très populaire dans les milieux bourgeois de l’époque. La sensibilité empathique, très médiatisée, des Européens aux discriminations des Juifs en Russie, à la cause anti-impérialiste, anti-absolutiste des émigrés, y compris dans les formes terroristes qu’ont prises ces engagements, n’ont duré qu’un temps. Derrière le retournement d’opinions et la transformation du Russe opprimé en dangereux révolutionnaire, Faith Hillis retrace la formation de nouveaux cercles d’influence conservateurs, ardents défenseurs d’une alliance franco-russe qui joindront leurs efforts à ceux de l’Ohrana pour engager de vastes campagnes anti-émigrés, particulièrement virulentes en Angleterre, et dont les conséquences se feront sentir sur le durcissement des contrôles et les pratiques d’expulsion.

5La troisième partie de l’ouvrage, Revolutionary Repercussions, met en scène l’arrivée de Lenin et des bolcheviks dans le paysage émigré, soulignant les ruptures dans la culture, les modes de vie, la gestion des conflits idéologiques qu’ils ont introduite. Le combat conspiratif, le rôle assigné au parti dans la lutte des classes, a contribué à rétablir des hiérarchies, à façonner une « culture patriarcale », à reconfigurer les priorités du combat révolutionnaire au détriment de certaines causes, notamment celle des femmes. Dans cette séquence qui retrace la grande histoire politique, de l’émigration à la prise du pouvoir bolchevik, on trouvera quelques éclairages sur les différentes confrontations, mais l’essentiel constitue un chapitre d’histoire bien connu, qui clôt l’ouvrage sur l’éviction, par l’oppression ou l’expulsion, des compagnons déviants de la Révolution.

6Utopia’s Discontents propose un vaste tour d’horizon de l’émigration politique de l’époque tsariste, rassemble des historiographies dispersées, telle celle liée aux grandes migrations juives, pour compléter les différentes dimensions de l’univers créé hors de Russie. L’usage fait des archives permet en particulier d’explorer avec précision l’action de l’Ohrana dans ses interactions avec les milieux influents, les modalités d’infiltration des cercles révolutionnaires et ses relations avec les polices nationales. De toute évidence, Faith Hillis livre un portrait affiné, dense et élargi de ce pan d’histoire. Mais sa relecture est-elle aussi innovatrice qu’elle le prétend ? Si l’on considère, par exemple, la place faite aux femmes et à leur lutte, l’insistance mise par l’auteure à vouloir restituer leur rôle se manifeste au fil de l’ouvrage davantage dans le discours d’autorité tenu que dans la démonstration de leur promotion et l’attention portée au contenu de leur lutte propre, la quête d’émancipation des femmes apparaissant en soi comme un fait entendu. Pratiquement rien n’est dit de leur présence au sein des instances partisanes, au-delà des quelques figures quasiment légendaires de Vera Zassoulitch et quelques autres. Cette remarque vaut pour l’ensemble de l’ouvrage où les acteurs convoqués dans l’histoire en représentent les personnalités les mieux connues. À ce titre peut-être, Faith Hillis prend rarement la peine de les resituer dans leurs trajectoires, rendant leur présence souvent anecdotique, placée davantage pour illustrer un propos que pour incarner l’histoire. Il en va ainsi, par exemple, de Victor Serge, de Vladimir Burtsev qui n’est quasiment cité que comme démasqueur des agents de l’Ohrana. La prise en compte des parcours de vie aurait permis, par exemple, de questionner l’incidence de l’expérience de la relégation en Russie, vécue par beaucoup, dans le développement d’une culture radicale à l’étranger. Le recours aux acteurs emblématiques de l’émigration conforte le lecteur dans le sentiment d’un déjà vu et il aurait été salutaire que l’auteure précise son apport à la vaste historiographie existante, par endroits datée, mais d’une grande qualité informative. Ainsi, tout en offrant quelques perspectives stimulantes, l’ouvrage ne modifie pas en profondeur, et comme il l’annonce, les grandes lignes connues de l’aventure révolutionnaire russe en Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Gousseff, « Faith HILLIS, Utopia’s Discontents. Russian Émigrés and the Quest for Freedom, 1830s-1930s »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 887-889.

Référence électronique

Catherine Gousseff, « Faith HILLIS, Utopia’s Discontents. Russian Émigrés and the Quest for Freedom, 1830s-1930s »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13698 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13698

Haut de page

Auteur

Catherine Gousseff

CERCEC, CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search