Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusÉmigrationLeonid LIVAK, Histoire culturelle...

Comptes rendus
Émigration

Leonid LIVAK, Histoire culturelle de l’émigration russe en France

Catherine Gousseff
p. 890-892
Référence(s) :

Leonid LIVAK, Histoire culturelle de l’émigration russe en France, Paris : Eur’Orbem Éditions (coll. Cultures & Sociétés), 2022, 364 p

Texte intégral

1Cette histoire culturelle de l’émigration russe en France, signée par l’un des plus éminents spécialistes du domaine, rassemble plusieurs de ses contributions majeures, publiées sous forme d’articles dans différentes langues (français, anglais, russe) au cours des vingt dernières années. Il ne s’agit donc pas d’un ouvrage de synthèse comme son titre pourrait le suggérer mais plutôt d’une somme d’éclairages fournis sur la vie littéraire de l’émigration russe en France. L’importance du sujet dans l’histoire de l’exil de l’entre-deux-guerres n’est sans doute pas à démontrer, si l’on songe à la représentativité inédite des écrivains dans l’émigration, à leur apport exceptionnel à la constitution du patrimoine culturel de la « Russie hors frontières » ou encore à la place occupée par Paris dans cette histoire. Celle-ci a fait l’objet de nombreux écrits, à commencer par ceux rédigés par les émigrés eux-mêmes et constitue aujourd’hui un champ de recherche en plein renouvellement, comme en témoigne l’ouvrage dont il est question. Le caractère pionnier de l’investigation conduite par L. Livak réside dans la centralité accordée à l’expérience exilique comme position « entre mondes », en l’occurrence dans l’interaction des écrivains russes avec l’environnement français d’accueil et l’appréhension de leurs homologues restés au pays. En historien et spécialiste de littérature, l’auteur combine une approche socio-historique des milieux en présence avec une analyse de la production littéraire pour questionner sous différents angles ce pan singulier d’histoire, trop longtemps perçu et guidé par la vision interne qu’en ont livré les écrivains exilés.

  • 1 Cf. Leonid Livak, Germaine Tassis, Le studio franco-russe, Toronto : Toronto Slavic Library, 2005.

2La première partie de l’ouvrage, « Vivre l’exil », s’ouvre sur les premières collaborations entre les émigrés et les intellectuels français dans la période faste de la première moitié des années vingt. Outre l’intérêt du public français pour la Russie qui se concrétisa par la multiplication des traductions d’auteurs russes, la présence de passeurs ou médiateurs influents, à l’image de Boris de Schloezer, cette période fut marquée par une forte mobilisation des intellectuels français que décrit L. Livak à travers l’activité de la section française du comité de soutien aux écrivains et savants russes. La rétrospective des différentes initiatives individuelles et collectives témoigne du foisonnement des projets et des rencontres, mais elle met aussi en évidence, à travers la création de la Société des amis des lettres russes, la volonté des coryphées de l’émigration, Dimitri Merejkovski en tête, à vouloir concentrer les fruits de l’attention à leur profit. Or, cette première moitié des années vingt est aussi marquée par l’entrée en scène de jeunes écrivains émigrés qui se distinguèrent par leur engouement pour le dadaïsme, devenant avec des personnalités telles qu’Ilya Zdanevitch, partie intégrante de l’avant-garde russe, ignorant la césure entre l’URSS et l’émigration, et qui, pour cette raison entre autres, furent ignorés ou sous-estimés dans l’histoire littéraire de l’émigration russe. Dans le chapitre qu’il y consacre, L. Livak décrit la complexité de ce milieu traversé par les querelles entre dadaïstes et surréalistes, bousculé par l’arrivée de jeunes écrivains russes de Berlin, l’injonction à prendre parti face à l’URSS, et dont l’aventure collective s’étiola à partir de la seconde partie de la décennie. Cette nouvelle période, après l’accueil enthousiaste manifesté par les milieux intellectuels français, se caractérise par un certain tarissement des soutiens, lié à la normalisation des relations franco-soviétiques, l’avènement du cartel des gauches. Le grand tournant stalinien suscita en revanche un regain d’intérêt qui s’est traduit, notamment, par un important cycle de rencontres franco-russes. Initiées par Robert Sébastien, un proche de Jacques Maritain, et par Wsevolod de Vogt, un représentant de la jeune génération des écrivains exilés, ces rencontres furent conçues dans l’esprit des Décades de Pontigny. Elles ponctuèrent la vie littéraire parisienne des années 1929-1931 sous forme de soirées régulières. Pour avoir réuni les transcriptions des échanges de ces rencontres, L. Livak est un grand familier du sujet1. Le chapitre de l’ouvrage analyse le dévoiement d’une entreprise qui, au départ conçue comme une réflexion croisée sur les différences et les spécificités des deux littératures nationales, s’est progressivement transformée en une confrontation, non pas entre Français et Russes, mais entre modernes et anciens, au profit de ces derniers qui, en s’imposant, ont entraîné le retrait de De Vogt et la fin du Studio. L’audience de ces rencontres et l’écho rencontré dans les médias français ont néanmoins souligné l’intérêt persistant du milieu littéraire français à l’égard de leurs hôtes réfugiés. Dans la durée de l’entre-deux-guerres, Leonid Livak revient sur la contribution des Russes dans les grandes revues du milieu littéraire et intellectuel français, la retraçant dans la diversité des sensibilités politiques de l’époque et dans une chronologie politique fine, depuis la réception faste du début des années vingt à l’inquiétude totalitaire de la fin des années trente en passant par l’incidence du front antifasciste dans les positionnements face à l’URSS et l’univers émigré. Tranchant par son caractère plus synthétique que les autres chapitres de « Vivre l’exil », celui-ci fait écho à l’impressionnant inventaire des publications émigrées réalisé par l’auteur dans d’autres travaux et propose de nouveaux jalons pour situer la production et les postures de l’émigration dans l’évolution du paysage intellectuel français.

3La deuxième partie de l’ouvrage, « Penser l’exil », se concentre sur le sens de l’émigration, tel qu’il a été formulé, débattu, conceptualisé à travers la « mission » que se sont attribués les écrivains exilés d’incarner par leurs écrits en langue russe la continuité de la culture russe à l’étranger. La quête d’une identité culturelle déterritorialisée s’est forgée à travers des modèles idéaux essentialisant les praxis littéraires « russe », « française » et « soviétique ». Cette triangulation imaginaire, selon l’expression de Leonid Livak, articulée autour d’oppositions traditionnelles entre forme et contenu mais aussi d’oppositions forgées à partir de stéréotypes littéraires nationaux, s’est nuancée et reconfigurée au fil des deux décennies. Si la littérature soviétique a fait l’objet d’attention et de débats, notamment au sein de la jeune génération, elle s’est trouvée définitivement exclue du champ de réflexion lors du tournant stalinien. Au sein du monde littéraire de l’émigration, Leonid Livak souligne les contrastes forts dans l’appréhension de l’environnement français et des nouveaux courants de l’après-guerre, mettant au cœur de son analyse le facteur générationnel. Face au cercle des écrivains en place, dont l’œuvre s’est prolongée en France, ceux pour qui la pratique littéraire a débuté dans l’expérience exilique ont été très réceptifs aux nouvelles dynamiques impulsées par leurs contemporains occidentaux. C’est à travers le courant moderniste, marqué par le mal du siècle, l’inquiétude existentielle, l’auteur sujet, que se lisent de fortes convergences et la constitution d’un univers commun de références qui a effacé, en définitive, les marqueurs nationaux. Les chapitres qui suivent sont consacrés à l’analyse du modernisme russe sous différents aspects, comme courant littéraire en tant que tel, dans ses aspirations, ses emprunts, son accueil, d’abord circonspect, dans les revues phares de l’émigration, telles que les Annales contemporaines. S’appuyant sur l’ouvrage autobiographique de Nina Berberova, Leonid Livak retrace le rôle spécifique tenu par les modernes dans la mythologie culturelle de l’émigration, où la littérature a été instituée comme traduction de l’expérience vécue, entendue comme celle du déracinement, du déclassement social, de l’esseulement incarné dans la figure du prophète solitaire et martyr. Cette lecture a posteriori de Berberova (partagée par bien d’autres mémorialistes de l’émigration), est largement démentie par la richesse des rencontres, la force des soutiens manifestés aux écrivains russes. Mais elle montre comment la vision traditionnelle et prophétique de l’écrivain russe s’est trouvée confortée par la voix des modernes conduisant à relativiser, voire taire la fécondation née de l’expérience de l’hybridation en terre étrangère.

  • 2 Ce dernier chapitre « Les deux solitudes de l’intelligentsia exilée. La Seconde Guerre mondiale et (...)

4L’ouvrage s’achève sur un chapitre d’histoire très mal connu, qui est celui des écrivains russes exilés face à la seconde guerre mondiale durant laquelle s’est exprimée la fracture entre Russes et Juifs russes. Leonid Livak la retrace, principalement à travers les correspondances épistolaires, soulignant l’indifférence, la passivité des uns au destin traqué des autres après deux décennies d’intenses activités communes. Dans ce premier volet très prometteur du nouveau chantier de recherche en cours, l’auteur amorce un sujet jusqu’à présent largement esquivé2. Après avoir bousculé bien des grilles de lectures classiques de l’histoire culturelle de l’émigration, après avoir élargi le panorama d’analyse du milieu littéraire russe dans le contexte français et mis en relief ses différentes cohortes d’écrivains, Leonid Livak se lance dans l’examen ardu du déclin de cette histoire, inscrite dans les pages les plus sombres du siècle écoulé et dans l’évidence d’autres démythifications à opérer.

Haut de page

Notes

1 Cf. Leonid Livak, Germaine Tassis, Le studio franco-russe, Toronto : Toronto Slavic Library, 2005.

2 Ce dernier chapitre « Les deux solitudes de l’intelligentsia exilée. La Seconde Guerre mondiale et la fin de l’émigration russe en France » est la reproduction de l’article publié par les Cahiers du monde russe, 60 (4), 2019, p. 707-736.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Gousseff, « Leonid LIVAK, Histoire culturelle de l’émigration russe en France »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 890-892.

Référence électronique

Catherine Gousseff, « Leonid LIVAK, Histoire culturelle de l’émigration russe en France »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13699 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13699

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search