Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusÉmigrationElena SIMONATO, Une cinquième Sui...

Comptes rendus
Émigration

Elena SIMONATO, Une cinquième Suisse au bord de la mer Noire. Nouvelle histoire documentée de la colonie suisse de Chabag 1822-1944

Jean-François Fayet
p. 893-896
Référence(s) :

Elena SIMONATO, Une cinquième Suisse au bord de la mer Noire. Nouvelle histoire documentée de la colonie suisse de Chabag 1822-1944, Basel : Schwabe Verlag, 2021, 275 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, rédigé par Elena Simonato, qui enseigne la linguistique à l’université de Lausanne, dans le cadre d’un projet FNS intitulé « History of Swiss communities in Crimea and on the Northern Black sea coast. Linguistic and identity’s issues », est consacré à l’histoire d’une colonie suisse établie au bord de la mer Noire de 1822 à 1944 : Chabag. La grande force de l’ouvrage réside dans l’immense travail de collecte — en Suisse, en Allemagne, en Russie, et en Ukraine — et de traduction de documents historiques inédits et de témoignages (les uns contemporains, les autres rétrospectifs) de personnes ayant vécu à Chabag, offrant ainsi un tableau très vivant et illustré (avec de nombreuses photographies et des croquis) de la vie de cette petite communauté à travers les vicissitudes géopolitiques de la région.

2À la différence de celles des colons allemands arrivés dès le xviiie siècle à l’invitation de Catherine II, l’histoire de la colonie de Chabag naît des liens intimes entretenus par le juriste Frédéric-César de la Harpe, citoyen suisse du canton de Vaud, avec Alexandre 1er dont il fut le précepteur et l’ami. Le tsar et son ministre des Affaires étrangères, Jean Capo d’Istria, qui avaient joué un rôle déterminant dans la formation de la Suisse contemporaine et la garantie de sa neutralité lors du Congrès de Vienne, appuyèrent le projet de Louis-Vincent Tardent (1787-1836), cultivateur botaniste, de fondation d’une colonie de vignerons calvinistes vaudois au bord de la mer Noire. En 1822, chaque vigneron qualifié d’extrêmement laborieux et sa famille obtenaient ainsi gratuitement du tsar, dans la province de Bessarabie — acquises par la Russie dans le cadre du Traité de Bucarest (1812) — sur les bords du liman de la rive droite du Dniestr, non loin d’Odessa, dans un lieu dénommé Chabag (nom turc Achabag, Chaba en russe), soixante hectares de terres à l’abandon du vignoble d’Akkerman (dominé par une ancienne citadelle génoise) et des champs de pâturage. S’ils ont l’obligation de travailler la terre, l’ukaz de 1816, qui les libère du service militaire et leur garantit la liberté de culte, les exempte en outre d’impôts pendant dix ans. Avant leur départ, les colons, qui ont dû contribuer à la formation d’une bourse commune, établissent entre eux une Convention fixant en dix-neuf points l’organisation et l’économie de la future colonie. Outre le mode d’élection d’une commission en charge de la répartition des terres et une série de règles très strictes quant à l’impossibilité de vendre ou d’aliéner sa propriété en faveur d’un étranger à la colonie, le texte souligne que chacun est tenu d’emmener une bible et une bonne carabine. « Prie et travaille », la devise de la confrérie des vignerons de Vevey ornera les armes de Chabag. Le modeste convoi — trente personnes en tout, dont un pharmacien et un ancien militaire — constitué de chars à bancs, pour les bagages, les outils et les quatre cents volumes de la bibliothèque de Tardent, accompagnés du piétinement des hommes et du bétail, met plus de quatre mois pour parcourir quelque 2 500 kilomètres à travers l’Europe centrale (Munich, Vienne, Kichinev).

3Si les descriptions sont unanimement idylliques — un pays de cocagne, des vignes, des vergers, des champs et des prairies, un fleuve, un lac, abondance de gibier et richesse du poisson – le climat y est assez rude et le vent violent. Les premières années sont difficiles, une épidémie de peste et des tremblements de terre entraînent une forte mortalité, le manque de main d’œuvre est inquiétant malgré l’arrivée de 165 nouveaux colons. Dotée d’une mairie (un maire et deux adjoints) nommée par la commune pour trois ans, et d’un tribunal aux pouvoirs étendus, cette petite communauté très soucieuse de la moralité de ses membres, fonctionne de façon globalement endogène jusqu’aux années 1840, date à laquelle elle se voit imposer la présence de compatriotes de langue allemande et de familles souabes. Placé sous l’autorité du Comité curateur des colonies (situé à Kichinev jusqu’en 1833, puis Odessa jusqu’à sa dissolution en 1872), il se heurtent certes à plusieurs reprises, à la corruption administrative et à l’impotence bureaucratique, dans le cadre de tensions avec le voisinage (des vols et des destructions provoqués par le passage de troupeaux), mais ils ont l’appui des gouverneurs de la Nouvelle Russie et de la Bessarabie (Mihajl S. Voroncov, le successeur du duc de Richelieu, puis le comte Aleksandr Stroganov) et du curateur, le général Ivan Inzov (1768-1845) qui, en charge de près de 128 colonies étrangères, est la plus haute instance judiciaire. S’agissant des contacts avec leur patrie d’origine, ils peuvent s’adresser au consulat suisse à Odessa, ouvert en 1820 en raison du dynamisme économique de la région et de l’établissement de plusieurs colonies suisses, dont celle de Zurichtal. La qualité des plants de raisins, des vignes basses introduites par les peuples anciens grecs et génois, le savoir de Tardent, qui utilise de nouvelles méthodes de culture de la vigne, et le travail assidu de tous, permettent progressivement de tirer de 3 à 4 mille litres d’excellent vin, vendus aux commerçants du pays. Les caves sont agrandies, de nouvelles sont creusées. Convoqués en assemblée, les colons décident de bâtir une Église calviniste ; ils créent une Société d’assurance contre l’incendie, une huilerie et une fromagerie communale, d’autres s’essaient à la culture du tabac, à la production d’eau de vie.

4L’abolition du servage, puis celle du Comité des colonies par Alexandre II ouvre la colonie, désormais placée sous les lois tsaristes, à tous les ressortissants de l’Empire. Lors de son apogée au début du xxe siècle, Chabag est un village prospère de quatre-vingts feux, aux habitations spacieuses et soignées, qui dispose d’une riche palette de compétences professionnelles (des ingénieurs, un chimiste, des forgerons, des tonneliers, des charpentiers, un plombier, un ferblantier, un avocat, un pharmacien, des médecins…) Plusieurs de ses membres fondent de nouvelles colonies sur la rive gauche du Dniestr, comme Osnova. Cette prospérité doit beaucoup au dynamisme et au talent de quelques personnalités dont les Tardent, le père initiateur du projet, et Charles, le fils, auteur d’un Essai sur l’histoire naturelle de la Bessarabie et d’un très populaire livre, rédigé en russe, intitulé Viticulture et vinification. S’ils n’échappent pas à la guerre — considérés comme des sujets russes les Chabiens sont désormais astreints au service militaire dans l’armée impériale — le rattachement de la Bessarabie à la Roumanie par le traité de Paris semble préserver la colonie des tourments de la guerre civile et du communisme de guerre, malgré quelques destructions. Désormais coupé d’Odessa et de ses marchés traditionnels en Russie et en Pologne, concurrencé par la production viticole roumaine, le village devenu Saba, qui compte à son apogée, au début des années trente, un peu moins de mille habitants (dont 400 Vaudois et 250 Suisses allemands), entame un lent déclin, accentué par le gel de l’hiver 1928-1929, la chute des prix et de la monnaie, puis les menaces d’expropriation.

5Cette micro-société coloniale, qui se veut modèle d’honnêteté, de piété et de labeur, reproduit et cristallise nombre de fragilités helvétiques. L’arrivée de colons allemands à partir de 1840 a créé des tensions religieuses, entre réformés calvinistes et luthériens. Mais le choix de faire venir un pasteur calviniste de Suisse, alors que dans les autres colonies (majoritairement germanophones) les services sont administrés par des pasteurs luthériens, correspondait aussi à l’espoir que celui-ci assume la tâche d’instituteur en français, une langue qui se perd au profit du russe, plus rarement du moldave. Les tensions religieuses renvoient ainsi aux divisions linguistiques de la communauté. La nomination de pasteurs-instituteurs bilingues et l’adoption par tous du Catéchisme de Berne, édité en français et allemand, a longtemps favorisé la cohabitation, sans empêcher que le russe s’impose comme langue commune. S’il participe de leur identité, leur attachement au patois romand attesté par le romaniste soviétique Vladimir G. Sismarev, et plus encore au français, est surtout une composante de leur statut privilégié, tant vis-à-vis des autorités que des populations locales. Ils furent ainsi très prompts à revendiquer leurs droits, en étant la dernière colonie à exiger l’usage exclusif du français dans les contacts avec les autorités impériales, et cela jusqu’en 1860. Malgré la russification résultant de la réforme scolaire d’Alexandre II, ils réussirent à pérenniser l’enseignement du français (et de l’allemand) grâce à des initiatives locales et des appuis extérieurs. Durant l’entre-deux-guerres, l’existence de cette petite communauté bilingue à l’extrémité orientale de Bessarabie, à la frontière de l’Ukraine soviétique, devint un enjeu de diplomatie culturelle, qui se traduisit par des visites royales, Ferdinand Ier avec la reine Marie en 1920 et Carol II en 1937, de multiples initiatives du consulat suisse de Galatz et de la Légation à Bucarest, ainsi que le soutien de l’Alliance française, qui ouvre un centre à Chabag, et d’une association allemande équivalente; ce qui n’empêchait pas les plus aisés d’envoyer leurs enfants étudier en Suisse.

6Mais les années trente marquent un renversement de l’équilibre, avec le renforcement démographique de la composante germanophone au sein de la colonie, alors que la propagande nationale-socialiste gagne en influence dans les colonies allemandes environnantes. À Chabag, les antagonismes qui existaient depuis l’arrivée des colons germanophones, et qui s’étaient exacerbés lors de la Grande Guerre, prennent une tournure politique lorsqu’Oscar Buxcel, qui a conquis les colons germanophones à l’idéologie du IIIe Reich, parvient à prendre la direction de plusieurs institutions de Chabag. Après l’entrée, fin juin 1940, des troupes soviétiques en Bessarabie dans le cadre du pacte Ribbentrop-Molotov, la plupart des Chabiens germanophones, et quelques francophones, participent, en tant que Volksdeutsch, à la colonisation du pays des Sudètes.

7Contrairement aux présupposés, le pillage du village en 1940 ne fut pas le fait des Soviétiques, mais des vagabonds du voisinage, et surtout des troupes roumaines lors de la reconquête du territoire dans le prolongement de l’opération Barbarossa. La colonie-fille d’Osnova, située sur la rive gauche du Dniestr, qui en 1920 s’était vu intégrée à la République soviétique, n’avait guère subi de modifications avant le grand tournant de 1929. La conquête soviétique en 1944 marqua la fin de l’histoire de Chabag en tant que colonie. Les tentatives initiées par le ministre de Suisse à Bucarest, René de Weck, pour reconstituer une nouvelle Chabag ailleurs en Roumanie (1940), puis pour revenir à Chabag (1941), s’étaient soldées par des échecs. Ceux qui n’avaient pas rejoint le Grand Reich, et qui disposaient encore de la nationalité, tentèrent de rejoindre leur pays d’origine, avec bien peu de soutien des autorités helvétiques. D’autres ne reviendront en Suisse qu’après-guerre. Seul demeure aujourd’hui, dans une Shabo ukrainienne, le musée situé dans l’école en brique rouge, contenant les archives et la bibliothèque (nombreux journaux suisses).

8Malgré son intérêt, le livre n’est pas dénué de critiques. Outre quelques erreurs formelles, des problèmes de guillemets, de nombreuses redites, des excès d’empathie, l’historien reste souvent frustré par la faiblesse des contextualisations, le peu de références bibliographiques. Les années 1914-1921 sont largement scotomisées ; tout au plus apprend-on, par le ministre de Suisse, que la colonie aurait « joué un rôle efficace et important dans la lutte contre l’élément russe et révolutionnaire » (p. 65). Si l’ouvrage ne manque pas de souligner les relations souvent ambigües de la colonie avec ses voisins — les paysans moldaves (courageux, gais et hospitaliers), les Arméniens, qui revendiquent les vignes, et les Russes — on chercherait en vain un mot sur la persécution des Juifs, alors que la région connaît nombre de pogroms, et fut l’un des hauts lieux de la Shoah.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Fayet, « Elena SIMONATO, Une cinquième Suisse au bord de la mer Noire. Nouvelle histoire documentée de la colonie suisse de Chabag 1822-1944 »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 893-896.

Référence électronique

Jean-François Fayet, « Elena SIMONATO, Une cinquième Suisse au bord de la mer Noire. Nouvelle histoire documentée de la colonie suisse de Chabag 1822-1944 »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13702 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13702

Haut de page

Auteur

Jean-François Fayet

Université de Fribourg – CERCEC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search