Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusEnvironnement et sociétéJulia HERZBERG, Andreas RENNER, a...

Comptes rendus
Environnement et société

Julia HERZBERG, Andreas RENNER, and Ingrid SCHIERLE, eds. The Russian Cold. Histories of Ice, Frost, and Snow

Camille Neufville
p. 896-901
Référence(s) :

Julia HERZBERG, Andreas RENNER, and Ingrid SCHIERLE, eds. The Russian Cold. Histories of Ice, Frost, and Snow, New York – Oxford : Berghahn, 2021, 348 p.

Texte intégral

  • 1 Julia Herzberg, Andreas Renner et Ingrid Schierle, The Russian Cold : Histories of Ice, Frost, and (...)
  • 2 Entendue comme la démarche visant à reconstituer les évolutions du climat dans le passé. Voir J. de (...)

1Il y a quelque ironie à procéder à la lecture critique d’un ouvrage qui se propose de « faire le bilan de la recherche historique sur le climat froid de la Russie »1 en plein épisode caniculaire. Les températures record atteintes en juin 2022 nous rappellent l’actualité brûlante des thématiques climatiques. Tout comme le retour dans le discours public, par suite de l’invasion de l’Ukraine, d’analyses stratégiques et tactiques faisant la part belle au déterminisme géoclimatique et sans parler de l’impact de la guerre sur les questions énergétiques. Dans la lignée des « Environmental Studies », l’ouvrage collectif The Russian Cold, issu d’un colloque tenu en 2012 à l’Institut historique allemand de Moscou, réunit une équipe pluridisciplinaire (historiens de manière prédominante, mais aussi géographes et spécialistes du cinéma), plurinationale et aux profils académiques divers autour d’un ensemble de questions fondamentales. Quel rôle le froid a-t-il joué dans l’évolution historique de la Russie ? Quelles furent les valeurs, les significations changeantes attribuées à ce fait climatique ? D’un point de vue théorique, les auteurs ambitionnent de se distinguer des études de climatologie historique2 pour privilégier l’histoire des savoirs, des discours sur le climat ainsi que des pratiques d’adaptation à celui-ci. Une autre ambition centrale est de se départir de l’opposition binaire pollution/conservation, qui tend à structurer la majorité des approches en histoire environnementale de la Russie et de l’URSS ; l’environnement n’est pas seulement la cible de l’activité politique ou économique, il s’engage aussi avec les sociétés humaines dans une relation d’influence mutuelle et de co-construction (p. 6), ce qui éloigne d’autant la tentation théorique, très forte dans le contexte russe, du déterminisme géographique. Les auteurs invitent à une expérience épistémologique : et si l’on faisait du climat et de ses perceptions, plus que de l’espace, un facteur central de l’histoire russe ? Une autre série de questions relève de l’histoire culturelle et invite à « identifier les impulsions épistémologiques, sociales, culturelles qui ont stimulé et renforcé la rencontre avec l’environnement » (p. 8). Enfin la perspective de l’ouvrage se veut globale, tant en montrant l’influence de tendances et d’acteurs internationaux sur la perception russe des enjeux climatiques qu’en décortiquant les représentations étrangères (ici, majoritairement allemandes) du froid russe.

  • 3 A. A. Grigor´ev, Subarktika: Opyt harakteristiki osnovnyh tipov fiz.-geogr. sredy [La région subarc (...)

2The Russian Cold est divisé en quatre parties, permettant de canaliser un certain foisonnement des perspectives. La première partie, « Foundations », inclut l’introduction et un très bel essai historiographique de Julia Herzberg (« Climate Ideas and the Cold in Russia », p. 19-43) qui explore de manière chronologique l’évolution, en Russie, des discours scientifiques sur le climat, et montre que l’évolution de disciplines comme la météorologie, la climatologie, l’histoire ne s’est pas faite dans un contexte russe isolé, mais en dialogue permanent avec des tendances européennes et globales. Quelques pages lumineuses sont consacrées au rejet « dogmatique » de tout déterminisme environnemental dans l’histoire officielle en Union soviétique, sous l’influence du matérialisme dialectique mais aussi d’un souci de se distinguer des perspectives eurasistes (p. 30), perspectives qui ont fait leur grand retour, note J. Herzberg, à partir des années 1980. La deuxième partie, « Science and Politics », s’intéresse plus particulièrement aux savoirs sur le climat, et aux applications politiques et stratégiques de ces savoirs. Elle s’ouvre sur un autre essai de J. Herzberg, pour lequel elle endosse sa casquette d’historienne moderniste, et explore trois « rencontres » entre les membres étrangers de la toute nouvelle Académie des sciences de Russie et le froid russe (« The Nature of Cold : Russia’s Climate and the Academy of Sciences in the Eighteenth Century » p. 47-73). D’abord, les expéditions ethnographiques deviennent des occasions de collectes de données climatologiques, et contribuent à la mise en place d’un réseau de correspondants locaux à une époque où la science est encore « participante » (p. 52). Ensuite la construction d’un palais de glace sur la Neva, en 1740, est à la fois une manifestation du pouvoir de l’impératrice Anna Ivanovna et un laboratoire grandeur nature pour les expériences des physiciens de l’académie. Enfin, une expérience conduite à Saint-Pétersbourg en 1759 déclenche une controverse pan-européenne sur le point de gel du mercure dans les thermomètres et, plus fondamentalement, sur l’origine du froid. Autant de moments que l’A. analyse d’une manière fascinante, les replaçant avec une perspective nouvelle dans des questionnements fondamentaux sur les rapports changeants entre centre et périphérie impériale, et sur le processus par lequel des idées et des pratiques scientifiques nouvelles se sont formées en étant en permanence, l’A. insiste sur ce point, « négociées » (p. 61). La contribution suivante, d’Erki Tammiksaar, s’intéresse aux expéditions russes en Antarctique, et plus particulièrement à la façon dont un groupe de géographes et de militaires soviétiques a, sur fond de rivalités de guerre froide, su manipuler les sources produites lors de l’expédition de Bellingshausen et Simonson (1821) afin de montrer que ces explorateurs russes avaient, les premiers, découvert le continent austral. L’A. montre qu’en l’état des connaissances sur le phénomène géologique de la glaciation dans la Russie du début du xixe siècle, il était alors cognitivement impossible d’envisager un continent fait entièrement de glace. L’essai est passionnant et la démonstration solide lorsque l’A. fait dialoguer les journaux de navigation de 1821 et les ouvrages du géographe soviétique Lev Berg. On peut regretter qu’une telle attention ne soit pas accordée au parcours et aux motivations des acteurs scientifiques mentionnés, et que l’explication simpliste d’une « soviétisation de la science russe » soit systématiquement privilégiée. La 1re partie se clôt sur l’étude par Denis J.B. Shaw d’un « classique » de la géographie physique, l’ouvrage Subarktika3 d’Andrej A. Grigor´ev. Étudiant la genèse et les soubassements théoriques de cette étude de géographie physique des régions circumpolaires, l’A. montre l’influence sur la science soviétique mais aussi globale du concept proposé par Grigor´ev de « processus physico-géographique unifié », pour décrire l’ensemble des phénomènes dynamiques survenant à la surface de la terre. Comparant le contenu des différentes éditions de l’ouvrage, l’A. retrace l’influence du contexte politico-stratégique sur l’évolution des thèses grigoriéviennes, avec une deuxième édition (en 1956) marquée par l’impératif géostratégique d’une exploitation efficiente des ressources polaires. On peut seulement déplorer le fait que l’A., relevant l’absence chez Grigor´ev de toute analyse ou questionnement quant aux peuples habitant les régions subarctiques, ne commente à aucun moment cette absence. Les éditeurs de The Russian Cold n’ont-ils pas mis au centre du questionnement l’agentivité humaine face au climat ? La perspective de D. Shaw semble ainsi un peu trop internaliste pour rendre compte des limites du raisonnement de Grigor´ev, pourtant aussi intéressantes que ses réussites.

3La troisième partie, « Images and Narratives », s’attaque à l’histoire du froid « comme phénomène esthétique et comme construction culturelle » (p. 10) et s’intéresse à la façon dont les idées et les représentations du climat ont informé les identités collectives et individuelles en Russie. Elle s’ouvre sur l’étude par Nataliia Rodigina de l’évolution des discours portant sur le froid sibérien dans la presse périodique russe du xixe siècle. Elle montre que ces discours ont, sur le long terme, contribué à intégrer pleinement la Sibérie dans un « espace communicationnel russe » et à la placer sur la carte mentale des lecteurs (p. 114). Le thème du froid sibérien semble connaître une marginalisation progressive au fur et à mesure que ces régions sont de plus en plus connues, explorées, peuplées, les points communs avec la « Russie de l’intérieur » devenant plus importants que les différences. Une certaine stabilité est toutefois présente dans les témoignages des exilés politiques, l’expérience du froid extrême étant, bien que transcendée et esthétisée, toujours un passage obligé de la trajectoire de relégué. La démonstration de l’A. est malheureusement rendue moins efficace par une structure argumentative brouillée et des distinctions peu pertinentes ; pourquoi consacrer une sous-partie à la presse « conservatrice », puis une autre à la presse « libérale », sans interroger ces qualificatifs, et surtout alors que les évolutions observées sont sensiblement similaires dans l’un et l’autre groupe de revues ? Trop de citations sont, pareillement, simplement données sans aucun commentaire ni présentation même sommaire de leur auteur, ce qui donne parfois l’impression d’une juxtaposition anarchique de discours dont même le principe de sélection échappe à l’entendement du lecteur. L’essai suivant, d’Oksana Bulgakowa, propose une lecture sensible et souvent suggestive des thématiques du froid et du gel dans le cinéma russe et soviétique. Accompagné d’une filmographie très exhaustive, le texte, passionnant, progresse de l’analyse du froid comme image et comme métaphore (notamment chez Andrej Tarkovskij, p. 138) à celle du froid comme sensation corporelle, épreuve physique pour en venir à l’évolution de la « température de l’écran » soviétique, au gré des progrès techniques et des inflexions socio-politiques. L’essai se montre le plus captivant lorsqu’il explique comment l’évolution des techniques de tournage (miniaturisation des appareils, rendant possible les tournages en nature) et le traumatisme de la seconde guerre mondiale ont engendré une nouvelle représentation du froid à l’écran : « Dans les films du dégel et de la période postdégel, la température symbolique de la culture a fortement baissé. Dans cette culture, le froid a commencé à être considéré, non comme une dimension saine et inaliénable de l’identité nationale, mais comme une condition climatique menaçante et mortifère. » (p. 149). L’essai est moins convaincant lorsque l’A. se lance dans des développements sur le montage comme art de la temporalité, trop détachés de la thématique du froid. Un autre essai signé par un spécialiste du cinéma, allemand cette fois-ci, Roman Mauer, referme cette troisième partie. La perspective, inattendue, est celle de la thématisation du froid dans le cinéma allemand, des années 1930 aux années 1960. L’A. analyse notamment deux films de guerre allemands des années 1950 et montre comment la représentation du froid russe y devient un mécanisme symbolique de compensation du trauma qu’ont constitué la défaite et la captivité sur le front de l’Est. Recourant au cadre conceptuel relativement nouveau de l’« analyse atmosphérique » (brillamment présentée), R. Mauer démontre la pertinence d’un regard multinational sur le froid russe et livre par ailleurs une perspective nouvelle sur la question des rapports entre le cinéma de Weimar et l’imaginaire nazi, contribuant de manière intéressante à l’historiographie des relations germano-russes.

  • 4 « Les conditions climatiques sévères prévalant en Russie ont affecté le moral ainsi que l’état psyc (...)

4L’inscription de The Russian Cold dans une histoire croisée des pays allemands et de la Russie est résolument confirmée par l’étude qui ouvre la quatrième et dernière partie, consacrée aux pratiques – à des fins tant de survie que de divertissement – nées de la confrontation au froid. En recourant à des sources méconnues (tant institutionnelles qu’issues du for privé), Aleksandr Kuzminykh se propose de relire l’histoire de l’invasion de l’URSS par la Wehrmacht au prisme de l’expérience du froid russe faite par les soldats allemands. En deux grands temps (celui de la rencontre avec le froid au cours de l’invasion et celui de la captivité), l’A. livre une vision inédite et originale d’un épisode pourtant bien connu de l’histoire russe (et que la plupart des contributions de l’ouvrage évoquent d’ailleurs dans leur amorce), montrant par exemple à quel point l’Armée rouge a su tirer parti de la peur très présente chez les soldats allemands de l’hiver russe, ancrée dans la mémoire collective par la transmission de récits catastrophiques de la campagne napoléonienne de 1812-1813. L’analyse des documents de propagande à destination des soldats allemands, produits tant par l’État-major nazi que par l’Armée rouge, est passionnante (p. 191-193) tout comme celle de la réglementation par l’État soviétique des conditions de vie et de travail dans les camps de prisonniers (p. 196). On regrette dès lors qu’après avoir été très attentif au décalage entre les préconisations concernant le froid formulées dans les sources d’archives et la réalité sur le terrain, l’A. conclue son essai par une sorte d’apologie des gardes de camps4, déniant presque toute agentivité aux prisonniers de guerre. Au-delà du fait que les consignes officielles limitant le travail en cas de conditions météorologiques extrêmes étaient peu respectées dans les camps, les refus de travail des prisonniers lors des épisodes de grand froid ne constituaient-ils pas, au-delà d’un acte de résistance, une véritable stratégie d’adaptation au froid ? L’itinéraire d’une toute autre pratique d’adaptation au froid, celle du ski, au cours du siècle soviétique, est au centre de la contribution d’Aleksei Popov (« Winter Tourism and Skiing in the Soviet Union », p. 204-225). L’A. analyse la trajectoire d’une pratique de masse, de sa militarisation pendant les années 1930 à l’insistance sur ses vertus hygiénistes et bénéfiques pour la cohésion familiale à partir des années 1960. Recourant avec beaucoup de finesse aux outils de l’histoire matérielle et de l’histoire des émotions, l’A. fait la lumière sur un pan peu étudié de la culture de masse soviétique et livre une étude de cas fascinante et très complète. Une chronologie et une inflexion similaire (de la militarisation à la promotion d’un ethos domestique et hygiéniste) structurent également la contribution d’Alexander Ananyev, qui compare la figure de l’explorateur polaire et celle du joueur de hockey sur glace comme deux « scénarios d’une identité soviétique au masculin » (p. 226). La contribution a le mérite de s’attaquer frontalement à l’association entre héroïsme masculin et résistance au froid (qui revient dans plusieurs autres contributions sans être vraiment analysée), en recourant aux outils conceptuels de l’histoire du genre. La méthode comparatiste choisie montre parfois ses limites : une même grille d’analyse conceptuelle est en effet appliquée aux protagonistes de l’expédition polaire Papavin de 1937-1938 et aux cinq joueurs stars de la première équipe soviétique de hockey sur glace dans les années 1980, ce qui conduit à des analyses insuffisantes de l’influence de chaque époque sur les stratégies et les motivations des acteurs étudiés. L’essai d’A. Ananyev n’en demeure pas moins une contribution stimulante à l’histoire de la culture de masse et plus particulièrement du système médiatique soviétique.

5Une brève conclusion, venant rappeler les principales ambitions théoriques de l’ouvrage, fait l’inventaire des thématiques qui « manquent à l’appel ». On ne peut que rejoindre les éditeurs lorsqu’ils et elles déplorent l’absence d’études sur les peuples non russes de l’Arctique et sur leurs pratiques (par exemple, la médecine). L’ouvrage demeure en effet très russo-centré, malgré les contributions recourant extensivement aux sources allemandes (celles de J. Herzberg, de R. Mauer et d’A. Kuzminykh). Plus généralement un défaut majeur de l’ouvrage est l’impression qu’il donne, malgré ses très stimulantes introduction et conclusion, d’un manque de cohérence éditoriale. Des effets de répétition auraient en effet pu être évités. Ainsi le retour dans chaque amorce de contribution ou presque des « grandes dates » où le froid a aidé la fortune des armes russes (le triptyque « Lac Peïpous-Borodino-Stalingrad »). Autre exemple, la notice biographique de Julia Herzberg, à la fois éditrice et (doublement) contributrice, est reproduite quatre fois (!) de façon strictement identique. Des illustrations pour les deux contributions portant sur le cinéma (par exemple, un instantané d’une scène faisant l’objet d’un long commentaire) auraient été préférables aux reproductions de cartes à peine lisibles qui émaillent la contribution d’E. Tammiksaar.

6Ces remarques ne doivent pas faire oublier pour autant que The Russian Cold ouvre la voie à de nouvelles interrogations de recherche et constitue un ouvrage important, une contribution stimulante tant au champ de l’histoire environnementale qu’à celui de l’histoire de la Russie impériale et soviétique, prise dans un cadre sinon tout à fait global, du moins résolument européen.

Haut de page

Notes

1 Julia Herzberg, Andreas Renner et Ingrid Schierle, The Russian Cold : Histories of Ice, Frost, and Snow, New York, Berghahn, 2021, p. 5 (sauf mention contraire, toutes les citations seront extraites de cet ouvrage ; les traductions sont de moi)

2 Entendue comme la démarche visant à reconstituer les évolutions du climat dans le passé. Voir J. de Vries, « Measuring the Impact of Climate on History: The Search for Appropriate Methodologies », Journal of Interdisciplinary History, 10 (4), 1980, p. 599-630.

3 A. A. Grigor´ev, Subarktika: Opyt harakteristiki osnovnyh tipov fiz.-geogr. sredy [La région subarctique : essai de caractérisation des principaux types d’environnements physiques et géographiques], M. – L. : Izdat. Akad. Nauk SSSR, 1946.

4 « Les conditions climatiques sévères prévalant en Russie ont affecté le moral ainsi que l’état psychologique et physique des soldats de la Wehrmacht, au front comme dans les camps soviétiques de prisonniers de guerre. En même temps, le personnel des camps a pris les mesures nécessaires pour améliorer les conditions de vie et le recours au travail des prisonniers de guerre, ce qui a aidé les désormais anciens combattants ennemis à s’adapter à la vie dans un environnement naturel et climatique auquel ils n’étaient pas accoutumés. » (p. 197)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Neufville, « Julia HERZBERG, Andreas RENNER, and Ingrid SCHIERLE, eds. The Russian Cold. Histories of Ice, Frost, and Snow »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 896-901.

Référence électronique

Camille Neufville, « Julia HERZBERG, Andreas RENNER, and Ingrid SCHIERLE, eds. The Russian Cold. Histories of Ice, Frost, and Snow »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13708 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13708

Haut de page

Auteur

Camille Neufville

Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search