Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusEnvironnement et sociétéAlan D. ROE, Into Russian Nature....

Comptes rendus
Environnement et société

Alan D. ROE, Into Russian Nature. Tourism, Environmental Protection, and National Parks in the Twentieth Century

Laurent Coumel
p. 902-905
Référence(s) :

Alan D. ROE, Into Russian Nature. Tourism, Environmental Protection, and National Parks in the Twentieth Century, Oxford – New York : Oxford University Press, 2020, 352 p.

Texte intégral

1L’ouvrage, tiré d’une thèse, explore l’histoire environnementale de la Russie au xxe siècle à travers le type de zone protégée qu’est le parc naturel national (PNN), qui existe depuis 1872 (création de celui de Yellowstone) aux États-Unis. Le choix de cet objet ne va pas de soi : les PNN ne sont apparus en Russie qu’au début des années 1980. L’intérêt d’étudier leur genèse est double : il permet d’affiner notre connaissance de l’activisme environnemental russo-soviétique et de le replacer dans un contexte transnational qui en a fait l’alpha et l’oméga de la préservation des milieux naturels. Roe pointe un paradoxe, à savoir que les PNN ont été à la fois les étendards et les laissés-pour-compte du mouvement environnemental russe, des années 1960 aux années 2000 et 2010.

2La première partie, chronologique, la plus longue, retrace les étapes de la création des PNN. Suivent quatre études de cas localisées : autour du lac Baïkal (deux parcs créés en 1986), dans la « boucle de Samara » sur la Volga centrale (1984), à Jugyd (Yougyd) Va dans le nord de l’Oural (1994), et à Vodlozero en Carélie (1991). Un chapitre final évoque les évolutions survenues après 1991 – mais les vraies ruptures sont 1988 avec l’institutionnalisation d’une politique environnementale en pleine perestroïka, et 2000 qui voit la perte d’autonomie du ministère de l’Écologie. Le premier chapitre emprunte largement au livre pionnier de Douglas Weiner, Models of Nature (1988) : la « nature patrimoniale de la sensibilité écologique en URSS » (selon l’expression de Marie-Hélène Mandrillon dans sa recension de l’ouvrage en 1989) y apparaît dans toute sa force, dès les projets des frères Andrej et Venjamin Semënov-Tjan-Šanskij au début du xxe siècle1. Ceux-ci, élaborés entre 1917 et la fin des années 1920 sur le modèle des parcs états-uniens, au nom d’une conception morale et esthétique de la nation et du progrès scientifique, ont influencé les partisans des PNN en Russie, même si un grand malentendu s’est instauré, dès la loi de septembre 1921, quant à la destination première des zapovedniki, ces réserves de nature vouées à l’« inviolabilité » (zapovednost´). Ces territoires protégés résistèrent tant bien que mal au Grand Tournant des années 1930, puis subirent les pires attaques après 1945, à l’apogée du productivisme stalinien, et même encore sous Hruščev en 1961. Les trois chapitres suivants constituent le cœur de la démonstration de Roe, qui confirme l’importance du dégel (les années 1956-1964 et suivantes) comme charnière pour le mouvement vert en URSS. C’est autour de 1960 (date de la loi russe « sur la protection de la nature », oubliée ici) que renaît la tentative de créer de tels parcs, dans un contexte international favorable : la première conférence mondiale sur les PNN se tient à Seattle en 1962. Il s’agit de rentabiliser économiquement la « protection de la nature » par le tourisme, ce dernier terme renvoyant à la fois au turizm synonyme d’excursions au grand air, et à l’otdyh, repos récréatif ou villégiature. La lente reconquête du terrain perdu sous Stalin par l’intelligentsia scientifique et culturelle, racontée par Weiner dans A Little Corner of Freedom (1999) ouvre de nouvelles perspectives à l’alliance entre activité touristique et préservation. Les activistes environnementaux (appelés improprement « écologistes russes » p. 41) profitent ainsi de la déstalinisation pour promouvoir une diversification des espaces protégés. Parmi eux, les géographes sont de plus en plus influents, en particulier les tenants d’une approche hybride, physique et humaine, de leur discipline. En 1967, dans son discours au Comité central commémorant les cinquante ans d’Octobre, Leonid Brežnev appelle le peuple soviétique à se rapprocher de la « nature ». Mais ce déclic ne suffit pas, alors que les citadins qui en ont les moyens vont de plus en plus randonner dans les zapovedniki, voire y skier l’hiver, au grand dam de la Société de protection de la nature (VOOP), la doyenne des associations environnementales russes. L’idée de créer des PNN fait ainsi son chemin. Mais pourquoi le chemin est-il si long ? Il s’écoule quinze ans avant la naissance des premiers espaces de ce type sur le sol russe.

3L’explication donnée par Roe est celle du chaos administratif et de la résistance des ministères économiques : une vision qui emprunte beaucoup à celle des principaux acteurs. Or, ce récit passe sous silence la question nationale, pourtant au centre du concept de PNN : n’est-ce pas la réticence d’une partie des cercles dirigeants à l’égard du nationalisme alors en plein renouveau qui explique l’abandon du projet de parc « Forêt russe », qui avait pourtant été annoncé triomphalement par la Pravda en 1965 ? Un indice nous met sur la voie, même si Roe ne le relève pas à sa juste mesure : que les premiers PNN sont créés, dans les années 1970, dans des républiques périphériques (Estonie, Lettonie, Lituanie, Ouzbékistan et Arménie). Il faut attendre 1983 pour voir institués deux PNN en Russie, l’un non loin de Soči (célèbre station thermale stalinienne emblématique de la riviera russe), et l’autre dans l’agglomération de Moscou, sur Losinyj Ostrov (« L’île aux Élans »), un immense territoire boisé pourtant mité par les constructions, espace récréatif de la capitale. Dans ce dernier cas, la tutelle du ministère des Forêts ne permet pas de bénéficier d’infrastructures de loisirs propres ni de personnel suffisant pour faire appliquer la règlementation : chasse, pêche, coupes de bois sauvages et même jardinage sur de petits lopins continuent après son instauration, alors qu’une fabrique de bottes de caoutchouc y fonctionne encore quelques années, en toute illégalité. Affirmer que la loi de 1981, qui introduit dans le droit soviétique la notion de PNN, démontre la faculté du pouvoir brejnévien à « des réformes progressistes appelées d’en bas » (p. 104) paraît par conséquent exagéré. D’abord, il s’agit surtout d’un lobbying porté par l’intelligentsia académique ; ensuite, et surtout, les lacunes du texte sont nombreuses, la principale étant l’absence d’organisme chargé de coordonner, de gérer et de financer les futurs parcs, qui restent désespérément démunis. Un responsable du ministère de l’Écologie résume la situation fin 1990 : « Nous établissons des parcs nationaux sur le papier » (p. 116). La situation s’améliore à peine au début de la décennie suivante, avant un effondrement des moyens mis à disposition des espaces protégés. Le chapitre 9 évoque cette « crise » des PNN dont certains viennent tout juste d’être créés, tout en laissant entrevoir la diversité des expériences qu’ils constituent pour les populations locales et pour certains individus – des hommes surtout – que l’on pourrait qualifier d’« entrepreneurs de parcs », en ces temps d’effacement de l’État.

4La seconde partie est plus ardue à lire, du fait de nombreux retours en arrière, mais elle recèle plusieurs éléments cruciaux pour la démonstration d’ensemble, comme le lien entre la mobilisation en faveur du Baïkal des années 1958-1966, et la revendication d’un PNN sur le « lac sacré » sibérien qui naît au même moment. Le choix de décomposer ces récits permet toutefois d’éclairer plusieurs figures méconnues ou inconnues, même si elles auraient mérité d’autres investigations parfois : ainsi de Vasilij Skalon (1903-1976), zoologiste influent dont les archives à Irkutsk auraient peut-être informé l’auteur sur le lien entre ses activités de spécialiste de la chasse et son engagement en faveur des parcs, ou encore de la géographe Natalia Zabelina, promotrice du projet de parc « international » de part et d’autre du détroit de Bering, entre Alaska et Čukotka, à la fin des années 1980, finalement abandonné après la fin de l’URSS. Citons aussi l’écrivain Oleg Volkov (1900-1996), qui a passé vingt-six ans au Goulag, et Aleksej Jablokov (1933-2017), biologiste devenu un des écologistes les plus en vue sous Gorbačev puis El´tsin. Quelques erreurs sont à déplorer : la caractérisation du courant de la « prose de village » comme composé d’écrivains « de Sibérie » (p. 74), celle de « géographe » pour le zoologiste Konstantin Blagosklonov (p. 110), ainsi que la simple mention d’Andrej Trofimuk comme « éminent géologue » (p. 151) alors qu’il est un personnage clé de la défense du Baïkal, ou encore la translittération du nom de la république des Maris en « Marinskii Oblast » (p. 107). Surtout, un outillage méthodologique plus élaboré aurait permis de mieux analyser les débats et les rivalités d’acteurs : celui de la sociologie des controverses et des mobilisations, notions absentes ici. Même l’expression « mouvement des PN », qui sert de titre à la première partie, n’est pas véritablement explicitée. Un glossaire manque pour préciser sigles et acronymes, ou termes spécifiques comme dikari, les « [touristes] sauvages » mentionnés en passant (p. 59), désignés ailleurs comme « incultes », selon l’adjectif nekul´turnyj, qui signifie en fait un manque de savoir-vivre (p. 109).

5Alan Roe démontre une connaissance fine des fonds d’archives et mobilise aussi quelques entretiens et sources numériques inattendues, comme la bibliothèque en ligne de comptes rendus amateurs d’excursions du club de tourisme de Moscou, des années 1950 aux années 19802. Toutefois, une histoire par en bas, telle qu’elle est revendiquée en introduction, ne saurait se limiter aux points de vue des scientifiques et des écrivains qui ont promu les PNN ; sans parler du regard russo-centré qui domine dans l’analyse des arguments mis en avant par les instigateurs des parcs du Kamtchatka et de Bering avant 1990, que les représentants des peuples indigènes dénonceront d’ailleurs dans les années suivantes (p. 233). L’historien est ainsi entravé par son empathie (compréhensible) envers les acteurs. Il reste des questions à poser quant à la place des PNN dans le projet soviétique finissant, puis dans la construction nationale russe post-1991, voire dans l’absence de politique environnementale réelle des années de pouvoir de Vladimir Poutine. En donnant l’image trompeuse d’une nature préservée par endroits, ils ont pu jouer un rôle de vitrine du verdissement officiel. Dès lors, la « crise » pointée par Roe en est-elle une ? Certes, le bilan de quarante ans de PNN en Russie est peu reluisant : les parcs demeurent « mal développés […], minés par des conflits d’usage territoriaux, souvent jonchés de détritus, et inconnus de bien des Russes » (p. 5). Mais la création de seize nouveaux parcs (sur un total de 64) entre 2006 et 2019 montre que le régime actuel y a manifestement trouvé son compte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Coumel, « Alan D. ROE, Into Russian Nature. Tourism, Environmental Protection, and National Parks in the Twentieth Century »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 902-905.

Référence électronique

Laurent Coumel, « Alan D. ROE, Into Russian Nature. Tourism, Environmental Protection, and National Parks in the Twentieth Century »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13724 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13724

Haut de page

Auteur

Laurent Coumel

CREE, Inalco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search