Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusEnvironnement et sociétéDavid MOON, Nicholas BREYFOGLE et...

Comptes rendus
Environnement et société

David MOON, Nicholas BREYFOGLE et Alexandra BEKASOVA, éds. Place and Nature. Essays in Russian Environmental History

Laurent Coumel
p. 905-908
Référence(s) :

David MOON, Nicholas BREYFOGLE et Alexandra BEKASOVA, éds. Place and Nature , Essays in Russian Environmental History, Winwick : White Horse Press, 2021, 350 p.

Texte intégral

  • 1 Malte Rolf, « Importing the “Spatial Turn” to Russia : Recent Studies on the Spatialization of Russ (...)

1Il n’est pas courant que des historien(ne)s s’essaient au récit de voyage. Le présent livre, œuvre d’un collectif quasi-paritaire (hommes et femmes, Russes et Occidentaux) de spécialistes de l’environnement russe, comble une lacune dans la production académique en intégrant ces « zones de contact » que sont les lieux d’où et sur lesquels on écrit. Cette « histoire environnementale à partir des endroits (place-based environmental history) » part ainsi de l’espace vécu de chaque historien(ne). Le terme « nature » est assumé malgré ses ambiguïtés, alors que c’est celui d’« environnement » qui prévaut désormais dans les humanités du même nom, comme le rappelle l’introduction : ce choix est justifié justement par la polysémie et la récurrence de son emploi en Russie, encore aujourd’hui. L’ambition de départ est de restituer aux lieux et paysages leur rôle, autant que leur part de construction dans et par l’histoire. Il ne s’agit donc pas exactement de suivre l’invitation au « tournant spatial » préconisé il y a une quinzaine d’années par le géographe Nick Baron, et qui avait déjà commencé à irriguer l’historiographie1. La conception adoptée ici est celle d’une histoire localisée qui fait l’économie d’une réflexion critique sur les acteurs et sur les rapports de pouvoir. Elle présente l’avantage d’offrir à un public plus large que le cercle académique des récits d’histoire environnementale méconnus, voire inédits pour certains. L’ouvrage est richement illustré (une dizaine de cartes et une soixantaine de photographies en couleurs), ce qui renforce son intérêt pédagogique, pour le premier cycle universitaire, sans en faire pour autant un « beau livre ».

  • 2 В.АНизовцев, А.ВПостников, В.АСнытко, Н.ЛФролова, В.МЧеснов, Р.СШироков, В.А. Широкова, (...)
  • 3 Nicholas Breyfogle, Philip Brown, eds., 2021 Hydraulic Societies : Water, Power, and Control in Gre (...)

2Le choix de l’anglais comme lingua franca s’explique par l’origine britannique du financement de l’équipe éditoriale et autrice, dans les années 2010, alors que les terrains et les déplacements étaient encore possibles aux collègues étrangers dans le pays de Vladimir Putin. Le découpage de l’ouvrage est à la fois géographique et méthodologique : la première partie est consacrée au Nord-Ouest de la Russie (« et [son] Nord européen »), la troisième à la Sibérie et à l’Extrême-Orient russe, alors que la deuxième contient des « essais photographiques », expression qui désigne des récits personnels sur des lieux précis. Un fil directeur mis en avant dès l’introduction est l’histoire de l’eau (Water History), instituée comme sous-discipline dans la sphère académique anglophone depuis quelques décennies. Mais sa bibliographie omet plusieurs publications russes récentes dans ce domaine, ainsi celle issue d’expéditions collectives menées dans les années 2000 par une équipe de l’Institut d’histoire des sciences et des techniques de l’Académie des sciences à Moscou, sur le Nord-Ouest de la Russie2. En revanche, elle cite un ouvrage qui n’existe pas (encore ?)3. Un reproche plus consistant tient au fait qu’elle reprend à son compte le mythe selon lequel l’environnement soviétique aurait été l’objet d’une légende noire dans l’historiographie, comme si les travaux de Feliks Shtil’mark et de Douglas Weiner (pourtant cités p. 16) n’avaient pas, entre autres, depuis trois décennies, souligné la force et les ambiguïtés de la « protection/conservation de la nature » – expressions qui auraient mérité plus de distance critique.

3La collection d’études de cas qui suit recèle de très instructifs essais, même si d’autres n’ont de valeur que pour informer le grand public sur la diversité des paysages ripariens, côtiers et lacustres du pays le plus étendu au monde. Les îles Solovki, dont le bâtiment en bois de la station biologique (ouverte en 1881) sert d’image de couverture du livre, ouvrent le bal. Aleksei Kraikovski et Julia Lajus proposent un aperçu de six siècles d’histoire des rapports entre société et nature dans ce lieu qui fut l’emplacement d’un camp de la police politique qui servit de modèle au Goulag – lequel était, contrairement à ce qui est dit ici (p. 53), mentionné aux touristes de l’époque soviétique tardive, ainsi dans le guide pionnier de Gustav Boguslavskij en 19664. Kraikovski et Lajus soulignent le rôle de la recherche scientifique dans la construction de l’identité de l’archipel comme dans la prise de conscience de la fragilité de ses milieux, et mentionnent les conflits d’usage entre le monastère et le musée-réserve (muzej-zapovednik) aux contours flous dès sa création dans les années 1970, le premier ayant finalement pris l’ascendant définitif sur le second en 2009, malgré le classement du site au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO en 1992. C’est le monastère qui, avec le soutien intéressé des autorités régionales, a empêché la création d’un parc naturel (ou d’un autre type de zone protégée), pourtant jugé indispensable par les scientifiques. Le petit texte de Nicholas Breyfogle, qui livre ses impressions comme touriste, pose la question de la mémoire des répressions staliniennes. Ici manquent les historiens Dimitrij Lihačev, détenu aux Solovki pendant trois ans sous Stalin, qui a pu paradoxalement y poursuivre ses travaux sur l’architecture religieuse ancienne, et, emprisonné aujourd’hui, Aleksandr Dmitriev qui, avec Irina Flige, a entrepris l’exhumation des fosses communes des Solovki. Un autre oubli regrettable est l’absence de toute évocation du risque sanitaire lié à la radioactivité attestée depuis 1991, due aux essais nucléaires réalisés en Nouvelle-Zemble, autre archipel soviétique de l’océan Glacial Arctique, entre 1955 et 1990.

  • 5 Voir par exemple Bathsheba Demuth, Floating Coast : An Environmental History of the Arctic, New Yor (...)

4Trois autres courts chapitres sont construits sur le même principe que celui de Breyfogle sur les Solovki : Catherine Evtuhov sur les grandes villes de l’Oural et leur patrimoine industriel, Bryce Stewart et David Moon sur les sentiers de randonnée et les rives du lac Baïkal. Sept contributions sont le fruit d’authentiques terrains de recherche, et méritent davantage notre attention. Le chapitre d’Andy Bruno se distingue par son ambition heuristique : son histoire de la pollution du lac Imandra, sur la péninsule de Kola, à l’extrême-nord de la Russie européenne, montre le rapport entre l’insertion de l’industrie soviétique dans la mondialisation et l’augmentation des rejets toxiques à l’ère Brežnev. Ce faisant, elle s’inscrit dans le renouvellement historiographique en cours qui tient ensemble des « trajectoires mondiales » et des « histoires locales » (p. 72) de l’anthropocène5. Le chapitre d’Alan Roe (déjà publié dans le livre tiré de sa thèse en 2020) porte sur la trajectoire du fondateur du parc naturel national de Vodlozero, créé en 1991, qui couvre un petit morceau de la république de Carélie et de la région d’Arhangel´sk. Son approche biographique conduit l’historien à s’interroger sur le relatif échec de ce parc, qui se voulait un lieu de refuge aux antipodes de la civilisation moderne, non sans un fort mysticisme religieux orthodoxe. Robert Dale compare les inondations de novembre 1824 et de septembre 1924 à Saint-Pétersbourg puis Leningrad, et repère dans les comportements des acteurs, lors de la seconde, les traces et les échos de la première, concluant que la mémoire du sinistre a rendu la ville plus résiliente.

5Le chapitre d’Alexandra Bekasova et d’Ekaterina Kalemeneva nous plonge dans la lecture des guides de voyage édités à la fin du xixe et au début du xxe siècle, au fur et à mesure de la construction du Transsibérien (1890-1916). Leur attention à ces « paysages de transport » montre comment les descriptions évoluent avec le progrès du chantier ferroviaire, tout en confirmant la dichotomie entre monde « civilisé » (le Baïkal est comparé au Léman dans certains guides) et monde « sauvage ». Une histoire visuelle, à la fois sociale et culturelle, aide à saisir les enjeux de cette construction patrimoniale de la Sibérie. Le texte d’Arkady et Tatiana Kalikhman, respectivement physicien et géographe travaillant tous deux à Irkutsk, constitue quant à lui une source per se : leur évocation des expéditions conjointes soviéto-américano-canadiennes en 1991 sur le Baïkal et sur le lac Supérieur témoigne du décalage qui existait alors entre les mouvements verts en URSS et aux États-Unis. Il était incompréhensible aux Occidentaux que l’usine de pâte à papier située sur le lac à Baïkalsk fût restée en service aussi longtemps (depuis 1966), alors que les conséquences de son activité étaient connues – elle n’a cessé son activité polluante qu’en 2012. Dans un autre chapitre, Elena Kochetkova rappelle, après d’autres, que la controverse du Baïkal a marqué et divisé durablement la communauté académique et ingénieure. Toujours sur le Baïkal, Nicholas Breyfogle consacre un chapitre aux origines de la réserve naturelle de Barguzin en Bouriatie, un zapovednik « inviolable », si on veut conserver la référence biblique du terme russe, qui renvoie au « commandement » divin. Sa création en 1916 répond pourtant à un but économique : préserver la population de zibeline, ce mammifère à la fourrure réputée, menacé d’extinction. Le choix de la localisation de la réserve relève, lui, d’autres enjeux, comme la mainmise par le pouvoir tsariste sur les terrains de chasse traditionnels des Evenks, peuple autochtone dont la population est au même moment décimée par des épidémies de variole apportées par les colons. Ainsi l’histoire impériale rejoint-elle celle de la « protection » environnementale. Ce rapprochement fécond culmine dans le chapitre final, que Mark Sokolsky consacre à la conservation de la faune sauvage dans l’Extrême-Orient (région du Primor´e). Les sociétés de chasse y sont, à la fin du tsarisme, en tension avec des populations autochtones peu à peu privées de leurs territoires – comme dans l’Empire colonial britannique, souligne l’auteur fort justement.

6Cette attention aux peuples indigènes, et plus largement aux catégories sociales absentes des mouvements environnementalistes, la paysannerie surtout, ouvre des perspectives nouvelles à une histoire environnementale par en bas ; elle suscitera, espérons-le, d’autres travaux académiques.

Haut de page

Notes

1 Malte Rolf, « Importing the “Spatial Turn” to Russia : Recent Studies on the Spatialization of Russian History », Kritika: Explorations in Russian and Eurasian History, 2, 2010.

2 В.АНизовцев, А.ВПостников, В.АСнытко, Н.ЛФролова, В.МЧеснов, Р.СШироков, В.А. Широкова, Исторические водные пути Севера России (XVII - XX вв.) и их роль в изменении экологической обстановки: экспедиционные исследования: состояние, итоги, перспективы [V.A. Nizovcev, A.V. Postnikov, V.A. Snytko, N.L. Frolova, V.M. Česnov, R.S. Širokov, V.A. Širokova, Les voies navigables historiques du nord de la Russie (xviiexxe siècles) et leur rôle dans l’évolution de la situation écologique : recherche expéditionnaire : état, résultats, perspectives], М. : Paradiz, 2009.

3 Nicholas Breyfogle, Philip Brown, eds., 2021 Hydraulic Societies : Water, Power, and Control in Greater Eurasian History, Corvallis, OR: Oregon State University Press, 2021 (ouvrage cité p. 27).

4 Voir les citations évoquant le système des camps solovkien reproduites ici : https://www.solovki.ca/books_and_articles/boguslavskii.php

5 Voir par exemple Bathsheba Demuth, Floating Coast : An Environmental History of the Arctic, New York : W.W. Norton & Company, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Coumel, « David MOON, Nicholas BREYFOGLE et Alexandra BEKASOVA, éds. Place and Nature. Essays in Russian Environmental History »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 905-908.

Référence électronique

Laurent Coumel, « David MOON, Nicholas BREYFOGLE et Alexandra BEKASOVA, éds. Place and Nature. Essays in Russian Environmental History »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13733 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13733

Haut de page

Auteur

Laurent Coumel

CREE, Inalco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search