Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusHistoire culturelleSusan LAYTON, Contested Russian T...

Comptes rendus
Histoire culturelle

Susan LAYTON, Contested Russian Tourism. Cosmopolitanism, Nation, and Empire in the Nineteenth Century

Wladimir Berelowitch
p. 908-912
Référence(s) :

Susan LAYTON, Contested Russian Tourism. Cosmopolitanism, Nation, and Empire in the Nineteenth Century, Boston : Academic Studies Press, 2021, X-468 p.

Texte intégral

1Comment, pourquoi, suivant quels modèles et avec quelles spécificités le tourisme a-t-il pris pied et s’est-il développé dans la Russie du xixe siècle ? Le dernier et important ouvrage de Susan Layton aborde ces questions sous un angle qui privilégie des questions identitaires, touchant au cœur de l’histoire culturelle de la

  • 1 Susan Layton, Russian Literature and Empire : Conquest of the Caucasus from Pushkin to Tolstoy, Cam (...)

2Russie de l’époque impériale, en quoi il prolonge et élargit la thématique de son premier opus qui portait sur les représentations de la conquête du Caucase dans la littérature russe1. L’auteur vise à présent, en effet, à comprendre comment une pratique socioculturelle suffisamment répandue pour qu’on puisse la qualifier de massive, d’abord en Angleterre, puis en Europe occidentale, non pas celle du voyage dans son acception la plus large, mais celle du « tour » (de l’Europe, plus tard de l’Orient), avec ses moyens de locomotion, sa durée limitée, ses lieux privilégiés, son immersion dans des ensembles culturels, esthétiques, paysagers, ses finalités peu définies si ce n’est une recherche de loisir et de plaisir, a été gagnée et pourrait-on presque dire parasitée en Russie, par des interrogations et des arrière-pensées identitaires, sitôt qu’elle s’y est implantée.

3Car il s’agit bien d’identité des élites culturelles russes, telle qu’elle s’exprime au premier chef dans les représentations littéraires, fictives ou autobiographiques, sérieuses ou humoristiques et satiriques, mais aussi dans des contextes plus larges, ce qui conduit l’auteur à recourir à des sources telles que les guides de voyages (surtout pour la fin du xixe siècle, il est vrai), à la publicistika, et à des périodiques grand public comme Niva, ce qui rend son matériau d’autant plus riche.

4Or Susan Layton montre que dès le premier récit de voyage russe en Europe qui valut de la notoriété à son auteur, à savoir les Lettres d’un voyageur russe de Karamzin, le touriste russe est en butte à une problématique entre « eux » (les Européens) et « nous » (les Russes), qui le range a priori dans la classe des cosmopolites, mais qui l’oblige aussi, de façon quasi inévitable, à se positionner en tant que Russe, soit pour se poser, ainsi que Karamzin le fait, comme un apprenti en civilisation, soit, et c’est aussi ce que fait Karamzin, pour trouver dans sa propre nation des raisons de se penser potentiellement ou présentement supérieur.

5Nationalisme contre cosmopolitisme, le romantisme contre les Lumières ? La problématique de Susan Layton est évidemment beaucoup moins simpliste et c’est en dégageant, à travers une très fine analyse des textes, les points nodaux des attitudes littéraires en Russie qu’elle présente dans toute sa richesse le substrat culturel du voyage touristique tel qu’il était pensé dans ce pays. Ces points nodaux, donc, ne se réduisent pas au sempiternel, mais, malheureusement, pertinent et inévitable, axe d’opposition entre Russie et Occident, car ils se compliquent dès l’époque romantique par un tourisme dans l’« Orient » russe, à mesure qu’il était conquis et colonisé : Crimée, Géorgie, Caucase du Nord, avec leurs stations balnéaires, leurs villes d’eaux, leurs parcours équestres dans les montagnes. D’où un autre axe d’oppositions qui est la métropole d’une part, posée en centre civilisateur, et la périphérie orientale, fût-elle chrétienne comme en Géorgie. Mais ce n’est pas encore tout : le voyage européen lui-même devient le siège d’une autre opposition, socioculturelle cette fois, entre l’élite cultivée, présumée pétersbourgeoise ou à la rigueur moscovite à condition qu’elle ne soit pas marchande, et les classes moyennes, noblesse comprise, de la province, avec leur cortège de vulgarité, de préjugés et d’ignorance.

6Dès lors le lecteur comprend le sens du titre du livre, qui avait de quoi l’intriguer : à peine né, le tourisme russe est contesté. Contesté, d’abord, à cause de son cosmopolitisme, décrié par des slavophiles, puis par des nationalistes comme Dostoevskij, et de sa négation, dans son existence même, de l’excellence russe. Contesté par les élites, pour son provincialisme et son abâtardissement de la culture. Contesté par Lev Tolstoj pour un peu toutes ces raisons, et par-dessus tout parce que le voyage touristique participe à la corruption générale des mœurs. Contesté par des révolutionnaires, tels que Černyševskij, qui prêche un utilitarisme absolu, car ils n’autorisent les voyages qu’à des fins éducatives et initiatiques strictement dévolues au socialisme militant. Et contesté aussi par un auteur comme Čehov qui, très en avance sur son temps (un temps qui est d’ailleurs loin d’être révolu), décrit sans concession l’attitude des touristes vis-à-vis des autochtones des colonies russes. Ici apparaît une autre problématique, qui est celle de l’Empire et des mentalités impériales : la Crimée, par exemple, devient un substitut de l’Italie et un objet d’orgueil national-impérial, en permettant au touriste russe de se poser à la fois en Européen civilisateur, supérieur aux Tatares qui lui servent de guides ou de domestiques, et en Russe dominateur qui n’a nul besoin d’aller en Europe occidentale pour goûter des plaisirs supérieurs à ceux de l’Anglais — longtemps prototype même de la foule touristique —qui visite l’Italie.

7Du fait de la complexité de ces problématiques, l’ouvrage suit en gros un plan chronologique qui se double, à l’intérieur de chaque partie, de chapitres thématiques consacrés au tourisme colonial. Chacun de ces chapitres est nourri d’abondantes lectures qui, même lorsqu’elles sont familières au lecteur, apparaissent ici sous un jour qui ne leur est pas habituel. Susan Layton a mobilisé un grand nombre d’auteurs, aussi bien dans leurs œuvres de fiction que dans leurs essais, dont certains sont spécifiquement consacrés au tourisme, et leurs écrits intimes. Certains sont connus ou très connus : outre les noms déjà évoqués ici, on peut citer ceux de Puškin, Belinskij, Lermontov, Gogol´, Pavel Annenkov, Herzen, Aleksej Homjakov, etc., d’autres moins, comme Aleksandr Družinin, Evgenij Verderevskij, Nikolaj Mel´gunov, Gleb Uspenskij, Evgenij Markov, Lidija Veselickaja et bien d’autres…

8Particulièrement intéressantes sont les pages où l’auteur met à nu les polémiques ouvertes et feutrées, parfois d’œuvre littéraire à œuvre littéraire, auxquelles se livrent, par exemple, les pourfendeurs du tourisme bourgeois consumériste et repu et les défenseurs romantiques ou postromantiques du tourisme culturel, censé élever la « spiritualité » (duhovnost´) des élites russes. Contrepoint de la vulgarité et de la recherche des plaisirs bas, l’art, notamment la peinture et par conséquent les musées européens, occupe une place de choix dans toute cette littérature, une place que, certes, le tourisme russe partage avec ses homologues européens ou américains, mais qui révèle, du côté russe, une sorte de crispation « pour » ou « contre » et une focalisation sur certaines images (on pense, par exemple et bien sûr, à La Madone Sixtine de Raphaël érigée en symbole) qui lui est particulière et que Susan Layton a excellemment mises en lumière. Ce qui ne l’empêche pas de montrer, dans la plupart des cas, que ce champ magnétique dont elle a si bien défini les pôles traverse maints auteurs, de sorte que les auteurs ne se réduisent pas à une seule tendance, mais sont souvent tiraillés entre des logiques opposées. Par exemple, des auteurs aussi doctrinaires que Dobroljubov, ou aussi engagés que le socialiste Mihail Mihajlov s’avèrent singulièrement nuancés dès qu’ils abordent le thème du voyage en Europe, présenté comme enrichissant et nourrissant, car ils admirent la culture occidentale.

9L’angle choisi par Susan Layton lui permet ainsi de revenir à plusieurs « serpents de mer » de l’historiographie de la Russie sous un aspect qui est nouveau et souvent révélateur. Son étude permet de comprendre que l’obsession russe de l’Europe est tellement centrale dans la culture et les idées tout au long du xixe siècle que le voyage, le « tour » des principaux pays occidentaux prend une place dans l’univers mental russe qu’on ne retrouve guère ailleurs. Elle montre aussi très bien comment la critique du cosmopolitisme et du tourisme se construit souvent dans une opération de transfert, où, par exemple, les auteurs anglais qui brocardaient leurs compatriotes voyageurs sont réutilisés en Russie contre le tourisme en général dans une réaction nationaliste, avec l’idée que les Russes feraient mieux de rester chez eux. Ou, enfin, comment le touriste provincial russe prend la place du touriste bourgeois occidental à l’extrême opposé de l’élite (intellectuelle, culturelle, révolutionnaire) aussi bien que du « peuple » russe, à travers sa façon, particulièrement vulgaire et immorale, de voyager. L’idée de lutte des classes, la honte d’être russe, le réflexe national et l’idéalisation d’une pureté originelle des Slaves peuvent former ainsi des cocktails particulièrement surprenants.

  • 2 Ežegodnik Rossijskogo Obščestva turistov, 1898-1907 [Annuaire de la Société russe des touristes,] ; (...)

10On pourrait reprocher à l’auteur de traiter principalement son sujet sur le plan des idées et des représentations, les réalités du tourisme, qu’elle est loin d’ignorer, n’apparaissant dans son œuvre que de façon occasionnelle, en contrepoint de ce premier plan. Ce serait lui faire un faux procès, car traiter du tourisme russe dans sa réalité sociale, matérielle, statistique ferait et a fait en partie l’objet d’autres études, qui nécessitent au surplus des investigations particulièrement vastes. Cependant, l’angle littéraire et idéologique choisi par Susan Layton présente un danger : il tend à constituer une sorte de filtre que l’approche sociale ou « réaliste » du tourisme pourrait relativiser. Si contesté qu’il soit, si pétri de préjugés qu’il puisse être, le tourisme russe, de plus en plus massif, a contribué à décloisonner l’horizon spatial des élites russes et à banaliser leur connaissance de l’Europe occidentale, et cet aspect de la question apparaît nécessairement assez peu dans l’ouvrage. À cet égard, la limite chronologique supérieure de l’ouvrage semble se situer au tout début du xxe siècle, sans que cette coupure se justifie vraiment et alors même que le tourisme russe devient alors particulièrement massif. On ne parlait plus, alors, d’aller « en Europe » mais on se rendait en Italie, à Paris, à Berlin. Il est significatif qu’au cours des toutes premières années du xxe siècle, plusieurs nouveaux périodiques russes, spécialement consacrés au tourisme, aient vu le jour2 à Saint-Pétersbourg et à Moscou, dont l’un, Russkij turist [Le touriste russe], publia même plusieurs articles de réflexion, en 1902-1903, sur le phénomène du tourisme.

  • 3 Concernant la bibliographie française, presque totalement absente, on peut regretter, par exemple, (...)

11Une autre critique serait de reprocher à cet ouvrage une bibliographie secondaire presque exclusivement anglo-saxonne, que ce soit dans l’histoire du tourisme européen en général ou du tourisme russe en particulier, au détriment de travaux allemands, français, italiens, suisses, voire russes3. Dans l’ordre des sujets peu ou non traités, nous pourrions aussi en en ajouter deux, dont aucun ne serait étranger au propos de Susan Layton. Le premier est celui du pèlerinage, qui ne s’est jamais interrompu au xviiie et au xixe siècle et qu’on ne peut, pas plus que le voyage littéraire et artistique, dissocier totalement du voyage touristique ; sa présence, certes discrète, a été assez massive au xixe siècle. Le second est le tourisme intérieur en dehors des zones « impériales » ou coloniales mentionnées ci-dessus. Saint-Pétersbourg, Moscou, certaines autres villes russes et ukrainiennes, les pays baltes, ont fait l’objet d’un tourisme de plus en plus important, accompagné de nouvelles pratiques comme le cyclisme, et ce tourisme-là, certainement beaucoup moins « contesté » que les voyages en Europe occidentale, était malgré tout porteur, lui aussi, de représentations et d’images, cette fois sur soi et non pas sur l’autre, qu’il serait intéressant d’étudier.

12Ces dernières remarques marginales ne visent qu’à montrer la richesse des sujets qui commencent à poindre dans les études historiques récentes, parmi lesquelles, le remarquable ouvrage de Susan Layton a pris une place de choix.

Haut de page

Notes

1 Susan Layton, Russian Literature and Empire : Conquest of the Caucasus from Pushkin to Tolstoy, Cambridge Univ. Press, 1994.

2 Ežegodnik Rossijskogo Obščestva turistov, 1898-1907 [Annuaire de la Société russe des touristes,] ; Kurorty i lečebnye mesta Rossii i za granicej, 1908-1914 [Stations touristiques et de cure en Russie et à l’étranger] ; Poezdki za granicu, 1907-1908 [Voyages à l’étranger] ; Russkij putešestvennik, 1907-1908 [Le voyageur russe] ; Russkij turist, 1899-1913 [Le touriste russe].

3 Concernant la bibliographie française, presque totalement absente, on peut regretter, par exemple, que lorsque l’auteur aborde la problématique générale de la naissance du tourisme, elle ne fasse aucune mention, même allusive, à l’ouvrage d’Alain Corbin sur « l’avènement des loisirs » ou aux deux sommes de Gilles Bertrand et de Sylvain Venayre sur l’évolution des voyages en Europe. Quant à la partie russe, on peut mentionner les travaux de Frithjof Benjamin Schenk sur les changements produits dans l’univers mental russe par l’introduction des chemins de fer. Le tourisme et les voyageurs russes proprement dits ont fait l’objet d’études récentes en Russie, notamment par A.V. Rapoport, G.S. Usyskin, A.A. Krjučkov, S.V. Obolenskaja, E.V. Razvozžaeva, un peu en France (Maya Goubina, Ellis Leroy, Elena Razvozjaeva...). Bien entendu, ceci n’est qu’un petit aperçu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wladimir Berelowitch, « Susan LAYTON, Contested Russian Tourism. Cosmopolitanism, Nation, and Empire in the Nineteenth Century »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 908-912.

Référence électronique

Wladimir Berelowitch, « Susan LAYTON, Contested Russian Tourism. Cosmopolitanism, Nation, and Empire in the Nineteenth Century »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13747 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13747

Haut de page

Auteur

Wladimir Berelowitch

Université de Genève – CERCEC, EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search