Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusHistoire culturelleГалина БАБАК, Александр ДМИТРИЕВ,...

Comptes rendus
Histoire culturelle

Галина БАБАК, Александр ДМИТРИЕВ, Атлантида советского нацмодернизма. Формальный метод в Украине (1920-е – начало 1930-х)

Catherine Depretto
p. 912-916
Référence(s) :

Галина БАБАК, Александр ДМИТРИЕВ
Атлантида советского нацмодернизма
Формальный метод в Украине (1920-е – начало 1930-х)

[Galina BABAK, Aleksandr DMITRIEV, L’Atlantide du modernisme national soviétique : la méthode formelle en Ukraine (années 1920 - début des années 1930)]
Moscou : Novoe literaturnoe obozrenie, 2021, 783 p.

Texte intégral

1La reconstitution de la vie culturelle à la fin de l’Empire russe et dans les premières décennies de l’URSS a connu ces trente dernières années des avancées décisives, à la suite de l’ouverture des archives, de la levée de certains interdits, mais aussi du fait de nouvelles approches.

  • 1 L’expression est bien sûr forgée sur le modèle de « socrealizm », réalisme socialiste.
  • 2 Cela concerne en premier lieu la Biélorussie, la Finlande, la Géorgie, mais également l’Asie centra (...)
  • 3 Selon les A., la violence de la répression qui s’est exercée contre le milieu intellectuel et artis (...)

2Le livre dont nous rendons compte aujourd’hui est une parfaite illustration de ces processus. Il offre un panorama de la philologie ukrainienne des années 1850 aux années 1960, avec au centre, la question du formalisme en terreau ukrainien. Cette étude est insérée dans le contexte plus vaste du renouveau culturel de l’Ukraine, fin du xixe – premier tiers du xxe siècle et aborde les questions de modernisation nationale, culturelle et politico-sociale du pays. Cette dernière dimension s’exprime dans l’expression, à première vue surprenante, de « modernisme national » (nacmodernizm1), notion qui concerne l’Ukraine mais s’applique également à d’autres territoires de l’Empire russe et de l’Union soviétique2. Le terme d’« Atlantide » suggère enfin (dans le cas de la philologie) qu’il s’agit d’un continent englouti, qui, à la différence de ce qui a pu se passer avec le développement du structuralisme dans la Russie et l’Estonie (Tartu) soviétiques des années 1960, n’a pas refait surface à la faveur du dégel : il faut attendre les années 2000 pour voir apparaître les premiers travaux consacrés au renouveau philologique ukrainien du premiers tiers du xxe siècle3.

  • 4 Certains passages sont la reprise d’articles publiés précédemment, comme ce qui concerne la récepti (...)
  • 5 On rappellera ses contributions aux Cahiers du monde russe, « Le contexte européen (français et all (...)

3Cet ouvrage impressionnant de près de 800 pages se compose d’une partie monographique4, due à deux auteurs, Galina Babak, jeune historienne de la littérature, diplômée de l’université Charles à Prague, rattachée au New Europe Collège (Bucarest) et Aleksandr Dmitriev, spécialiste reconnu de l’histoire des sciences humaines, des universités et de l’intelligentsia fin xixe-xxe siècles5. Le volume inclut également des matériaux, inédits en russe, se rapportant directement à la question du formalisme en Ukraine (comptes rendus, débats, souvenirs, lettres…), une bibliographie de 56 pages (incluant les fonds d’archives) et la liste chronologique des publications concernant la théorie de la littérature en Ukraine de 1914 à 1931 (p. 747-758), ainsi qu’un index.

4L’étude à proprement parler comprend cinq parties qui suivent, dans l’ordre chronologique, l’émergence des courants novateurs de l’art et de la critique en Ukraine fin xixe, leur développement et leur affirmation dans les années 1920, puis leur interdiction dans les années 1930 et leurs ramifications dans l’émigration.

  • 6 Périodique de l’« Académie Libre de littérature prolétarienne » (Vil´na Akademija Proletars´koj Lit (...)

5La première partie est l’occasion de revenir sur l’héritage du linguiste Oleksandr Potebnja (1835-1891) dont on connaît l’importance pour le symboliste Andrej Belyj et pour les formalistes, sur l’enseignement de Vladimir Peretc (1870-1935) à l’université de Kiev avant sa nomination à Saint-Pétersbourg, comme sur l’apparition d’un modernisme littéraire ukrainien et sur la signification des idées artistiques de l’écrivain, Ivan Franko (1856-1916), en particulier de son traité, Les secrets de la création poétique (1898). La seconde partie aborde à proprement parler les années de renouvellement de la critique littéraire (révolution et années 1920) sous l’influence de l’art d’avant-garde en Ukraine, et surtout grâce à l’activité de plusieurs personnalités. C’est d’abord le fait du critique Oleksandr Beleckij (1884-1961) et du cercle des formalistes de Har´kov dont faisaient partie entre autres Ieremija Ajzenštok (1900-1980), Agapij Šamraj (1896-1952), de Boris Jakubs´kij (1889-1944) et de son traité sur la versification, remarqué par Boris Tomaševskij et enfin de Majk Jogansen (1895-1937). L’apport de cet écrivain, poète et philologue, un des fondateurs de la revue Vaplite6 est particulièrement significatif, à la fois sur un plan conceptuel – son étude Comment est construit le récit. Analyse d’exemples en prose fait directement écho à Théorie de la prose de Viktor Šklovskij – et littéraire : on peut voir, en effet, dans son œuvre expérimentale, Le voyage du savant docteur Leonardo (1928-1929), la mise en pratique de la théorie formaliste. L’exemple de Jogansen met bien en évidence les liens du renouveau philologique ukrainien avec la renaissance littéraire des années 1920 : si ce même phénomène vaut également pour la Russie du début du xxe siècle, il est peut-être plus marqué dans le cas ukrainien. La troisième partie est consacrée aux débats, suscités par le formalisme en Ukraine pendant les années 1920 : après avoir posé le cadre général de la question, les A. s’arrêtent sur la façon dont est débattu le problème de la forme et du contenu dans la presse périodique ukrainienne (1922-1923) et en particulier sur la discussion suscitée par l’article de Boris Ejhenbaum, Théorie de la méthode formelle (1926). La quatrième partie élargit le champ au contexte artistique et insiste sur les aspects de radicalité esthétique que présente le modernisme ukrainien en littérature et en art, alors que sur le plan de la critique littéraire, on ne trouve pas de rupture aussi nette avec la tradition académique que ce que l’on peut observer sur le cas de la Russie. La cinquième partie, intitulée de façon significative Post mortem,  s’arrête sur l’interdiction progressive du formalisme en Ukraine (avec une chronologie légèrement décalée par rapport à ce qui se passe en Russie soviétique) et l’apport du critique ukrainien émigré Dmytro Čiževs´kij (Dmitri Tschižewskij, 1894-1977).

6Cette rapide présentation donnera, on l’espère, une idée de l’importance de l’ouvrage qui tient non seulement à l’ampleur de la période traitée, au caractère inédit du matériau mis au jour, à l’originalité de l’approche mais avant tout au sujet traité. Si l’histoire artistique et culturelle de l’Ukraine a été bien étudiée ces dernières années, jamais la question de la philologie ukrainienne, de son rapport au formalisme et au modernisme n’avait encore fait l’objet d’une exploration aussi approfondie et systématique sur un temps aussi long. De ce point de vue, on ne saurait trop insister sur l’importance des textes publiés en annexe, difficiles d’accès pour la plupart, extraits pour certains des archives et qui constituent une base documentaire de premier plan.

7Quant à la question de l’existence d’un formalisme en Ukraine, elle n’avait jusqu’à présent jamais été posée en tant que telle, alors qu’on parlait d’un formalisme tchèque ou polonais. Il est vrai qu’au sens strict, il n’y a pas eu en Ukraine de groupe formaliste, sur le modèle de la « Société du langage poétique de Petrograd » (Opojaz, 1916-1928) ou du « Cercle linguistique de Moscou » (MLK, 1915-1925). Il n’y a pas eu davantage d’enseignement universitaire, ni de séries de publications, s’inspirant directement du formalisme. Cependant, pour les A., des aspirations identiques à celles du formalisme russe parcouraient la philologie ukrainienne, ce qui fait de ce courant au sens large un des vecteurs principaux de la vie intellectuelle des années 1920. L’ouvrage montre l’intérêt des Ukrainiens pour le mouvement russe, ce dont témoignent la réception de ses publications, les correspondances, l’existence même de liens de parenté comme dans le cas de Ieremija Ajzenštok et de Viktor Šklovskij (cousins du côté maternel). Mais cet intérêt n’a pu surgir que parce que la philologie ukrainienne était elle-même réceptive à ces problématiques. Le contexte culturel ukrainien offrait, comme le contexte russe, des éléments favorables à l’émergence d’une approche formaliste des textes : une tradition académique aspirant à l’objectivité et à la scientificité, un héritage de la critique esthétique symboliste et une avant-garde de type futuriste.

8Dans le même temps, l’ouvrage pointe la spécificité de l’approche ukrainienne qui tient en partie à la présence de traditions particulières et au poids de la question nationale. On l’a rappelé plus haut : l’intérêt pour une approche formelle de la littérature n’a pas pris en Ukraine le caractère de rupture avec la tradition académique qu’il a pu avoir en Russie (cas de l’Opojaz). Au contraire, on note plusieurs tentatives pour nuancer le formalisme en tant qu’esthétique de la « chose faite », en prenant appui sur différents éléments de la tradition nationale : l’apport de l’esthétique psychologique et des problématiques de réception littéraire, la tradition romantique et l’esthétique néoromantique (Oleksandr Beleckij, Ieremija Ajzenštok, Agapij Šamraj, les « néoclasssiques » de Kiev). On relève également des expériences assez poussées de synthèse de différentes méthodes, linguistique, sociologique (Boris Jakubs´kij, Agapij Šamraj, Boris Navrockij, Mikola Zerov, Oleksa Poltorackij, Grigorij Majfet), des emprunts à d’autres appareils conceptuels, pouvant aller jusqu’à un certain éclectisme (Oleksa Poltorackij, Jurij Meženko, Zaxar Čučmarev). Enfin, dans les années 1930, on note des tentatives pour surmonter le caractère unidimensionnel du formalisme, chez Viktor Petrov, Dmytro Čiževs´kij et, en partie, chez Vladimir Deržavin.

9L’ouvrage ouvre donc des perspectives inédites sur l’histoire du formalisme qui désormais devra tenir compte de sa composante ukrainienne. Celle-ci a son caractère propre, mais reste néanmoins profondément liée au contexte russe, même si l’on sent une volonté de s’affranchir de sa tutelle, en se tournant vers l’Europe occidentale, par exemple. Un épisode significatif est, de ce point de vue, la publication dans la revue Vaplite en 1927 de la traduction en ukrainien de l’article de Roman Jakobson, alors émigré à Prague, « Du réalisme en art ».

  • 7 À quoi on peut ajouter la décision de quitter la république soviétique d’Ukraine pour la RSFSR, com (...)

10Le livre met aussi en lumière plusieurs débats importants des années 1920. Il sort surtout de l’ombre des philologues et des critiques ukrainiens, peu ou mal connus jusqu’à présent, en particulier à l’étranger. De ce point de vue, on sait gré aux A. d’avoir rédigé à leur sujet des mises au point biographiques, placées en notes afin de ne pas alourdir la narration principale et que l’on retrouve facilement, grâce à l’index (le numéro de page correspondante est en italique). Dans le même temps, ces trajectoires (même si cela n’est pas l’objet de l’étude) laissent deviner le poids des violences de l’histoire, qu’il s’agisse de 1937, de l’occupation allemande de 1941-1944 ou du choix de quitter l’Ukraine pour l’Europe occidentale (Čiževs´kij)7.

  • 8 Elle aussi frappée de plein fouet par la répression d’où l’expression de « Renaissance fusillée » o (...)

11Cependant, l’importance de l’ouvrage ne se limite pas à la question du formalisme en Ukraine, ni même à celle de la philologie ukrainienne. Comme on l’a indiqué en introduction, ces questions sont insérées dans un plus large contexte. C’est d’abord celui de la « Renaissance littéraire ukrainienne » des années 19208, un phénomène connu qui, mis en perspective avec l’histoire de la critique, se trouve éclairé d’un jour nouveau. C’est aussi celui de la question nationale dont l’importance est capitale dans tous les débats du modernisme culturel et qui, là encore, acquiert peut-être une dimension inédite.

12En conclusion, il s’agit d’un ouvrage fondamental qui renouvelle non seulement l’histoire de la critique littéraire ukrainienne du premier tiers du xxe siècle, mais plus généralement l’histoire culturelle de l’Ukraine (à la période impériale et soviétique) et constitue un exemple achevé de la fécondité des approches comparatistes et transdisciplinaires.

Haut de page

Notes

1 L’expression est bien sûr forgée sur le modèle de « socrealizm », réalisme socialiste.

2 Cela concerne en premier lieu la Biélorussie, la Finlande, la Géorgie, mais également l’Asie centrale.

3 Selon les A., la violence de la répression qui s’est exercée contre le milieu intellectuel et artistique ukrainien ne suffit pas à expliquer ce retard : la priorité a été donnée en Ukraine à la réhabilitation de ses écrivains et artistes. Sur ce point, cf. la conclusion de l’ouvrage, p. 521-522.

4 Certains passages sont la reprise d’articles publiés précédemment, comme ce qui concerne la réception de « Théorie de la méthode formelle » (1926) de Boris Ejhenbaum ou la publication d’un article de Roman Jakobson dans la revue Vaplite en 1927.

5 On rappellera ses contributions aux Cahiers du monde russe, « Le contexte européen (français et allemand) du formalisme russe », CMR, 43 (2-3), 2002, p. 423-444 ; « La mobilisation intellectuelle. La communauté académique internationale et la Première Guerre mondiale », CMR, 43 (4), 2002, p. 617-644 ; « ‘Science nationale’ et importations culturelles. Aleksandr Lappo-Danilevskij, le premier Pitirim Sorokin et Mihail Gruševskij, entre histoire et sociologie », CMR, 51 (4), 2010, p. 599-627.

6 Périodique de l’« Académie Libre de littérature prolétarienne » (Vil´na Akademija Proletars´koj Literatury), association littéraire d’avant-garde de Har´kov (1926-1928), réunissant des artistes modernistes, qui tout en soutenant la politique du parti, occupaient sur les questions littéraires une position indépendante. Son principal initiateur était l’écrivain Mikola Hvyl´ovyj qui se suicida en 1933.

7 À quoi on peut ajouter la décision de quitter la république soviétique d’Ukraine pour la RSFSR, comme dans le cas d’Ajzenštok.

8 Elle aussi frappée de plein fouet par la répression d’où l’expression de « Renaissance fusillée » ou « martyrisée » qui sert souvent à la désigner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Depretto, « Галина БАБАК, Александр ДМИТРИЕВ, Атлантида советского нацмодернизма. Формальный метод в Украине (1920-е – начало 1930-х) »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 912-916.

Référence électronique

Catherine Depretto, « Галина БАБАК, Александр ДМИТРИЕВ, Атлантида советского нацмодернизма. Формальный метод в Украине (1920-е – начало 1930-х) »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13753 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13753

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search