Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusArchitecture, patrimoineÉlisabeth ESSAÏAN, Le prolétariat...

Comptes rendus
Architecture, patrimoine

Élisabeth ESSAÏAN, Le prolétariat ne se promène pas nu. Moscou en projets

Laurent Pugnot Lambert
p. 920-923
Référence(s) :

Élisabeth ESSAÏAN, Le prolétariat ne se promène pas nu. Moscou en projets, Marseille : Éditions Parenthèses, 2021, 288 p., 320 ill.

Texte intégral

1« Le prolétariat ne se promène pas nu ». C’est sous ce titre en apparence incongru qu’Élisabeth Essaïan, architecte et maîtresse de conférences à l’ENSA de Paris-Belleville, fait paraître aux Éditions Parenthèses la thèse consacrée au plan général de reconstruction de Moscou de 1935 qu’elle a soutenue en 2006 sous la direction de Jean-Louis Cohen. L’énigme s’éclaircit page 178 par une citation de Lazar´ Kaganovič : « On dit que la forme nue, les boîtes nues, c’est le principe du prolétariat. Cependant le prolétariat ne se promène pas nu, il met une petite cravate, une veste, un pantalon et tout le reste. Et quand il a mis un costume plus propre, il marche avec plus de joie ». Qu’un membre du Politburo proche de Stalin porte un tel jugement esthétique illustre l’intrication du politique et de l’art dans l’URSS des années 1930, ce dont le nouveau plan de la capitale soviétique, qualifié dès sa présentation au public de « stalinien », fournit un cas d’école. C’est dès lors la question classique de l’architecture totalitaire que l’auteure place au centre de sa réflexion et qu’elle s’emploie à revisiter de manière originale pour le cas soviétique.

2À cette fin l’ouvrage dresse un inventaire de l’historiographique et prend ses distances avec les travaux précurseurs mais datés d’Anatole Kopp, qui présentait l’architecture stalinienne comme un modèle unique, imposé par le haut pour rompre avec l’architecture moderniste des années 1920. Selon Élisabeth Essaïan, la fabrique du plan témoigne d’un contrôle politique certes omniprésent mais qui compose avec l’expertise des architectes et urbanistes, les choix des formes architecturales et urbaines relevant de jeux d’acteurs où le décideur doit écouter, voire négocier avant de trancher. Plutôt que d’opposer les approches historiques « par le haut » et « par le bas », l’auteure tente donc de montrer comment ces deux échelles dialoguent afin de construire un récit échappant à la confrontation entre les courants historiographiques révisionniste et totalitaire qui ont structuré l’histoire soviétique durant des décennies, bien qu’à la lecture ce soit manifestement du courant totalitaire que l’auteure s’écarte le plus.

3Trois postulats posés en introduction orientent l’ensemble de la réflexion. D’une part, l’ouvrage met en lumière les permanences perceptibles dans le plan de reconstruction de Moscou : les architectes qui y contribuent étaient pour la plupart actifs avant 1917, et font appel à des principes et à des pratiques souvent hérités de la période impériale. C’est en second lieu la transversalité de ces principes et pratiques qui retient l’attention, le plan étant le résultat d’un travail de synthèse auquel participent des acteurs de générations, de formations ou d’appartenances sociopolitiques très variées. Élisabeth Essaïan insiste finalement sur le pragmatisme économique du décideur, contraint par ses moyens limités de revoir ses ambitions à la baisse quant à la transformation de la capitale, ou le nouveau côtoie fréquemment l’ancien, et à s’appuyer sur des architectes formés sous le régime tsariste, dont la rectitude idéologique est parfois mise en doute.

4La démonstration est bâtie en quatorze chapitres qui conduisent le lecteur de la fondation de Moscou et de ses transformations au fil des siècles, abordées dans le premier chapitre, jusqu’aux années 1950 et aux effets socio-spatiaux du plan dans le dernier chapitre. Ce cadrage chronologique très large permet de penser le temps long des transformations urbaines et rend sensible les permanences à l’œuvre dans la fabrique du plan. L’auteure montre ainsi comment les différents projets visant à redessiner Moscou à partir des années 1920 s’insèrent dans les courants qui animent la profession d’architecte en Russie, notamment pour ce qui concerne l’urbanisme. L’ouvrage retrace en détail les débats en la matière, entre esthétisation et scientifisation de la forme urbaine, incorporation, adaptation ou rejet des théories européennes et américaines, notamment le modèle de la cité-jardin. Ces discussions irriguent la formulation d’un modèle urbain propre à l’Union soviétique et trouvent leur aboutissement dans la réflexion sur la ville socialiste au tournant des années 1930, qui fait l’objet d’une belle synthèse dans un chapitre distinct.

5Le plan de 1935 est ainsi envisagé dans sa dimension diachronique, comme un processus dont les architectes sont les acteurs incontournables. L’auteure expose leurs conditions de formation et d’exercice et retrace la biographie de certains d’entre eux, comme Vladimir Semionov (1874-1960), figure centrale du plan de reconstruction de Moscou dans les années 1930, mais également passeur des idées nouvelles en matière d’urbanisme après un long séjour à Londres deux décennies plus tôt. L’étude des acteurs et de leurs trajectoires offre ainsi une vue d’ensemble sur le métier d’architecte qui constitue l’un des points forts de l’ouvrage. Elle permet de resituer la fabrique du plan dans les nuances et tensions qui parcourent la profession, qu’elles soient générationnelles, esthétiques, ou bien sûr idéologiques en fonction du degré de proximité avec le régime.

6Le cœur de la démonstration est consacré à l’analyse minutieuse du plan à proprement parler. Adoptée le 10 juillet 1935, la résolution qui en fixe les grandes lignes est disséquée par l’auteure pour éclairer la logique générale du texte à travers son organisation et sa structure, son lexique, ou encore la répartition du budget alloué à la reconstruction. Les principales orientations du plan s’inscrivent à rebours des projets conçus au cours des années 1920 et au début des années 1930, souvent influencés par le modèle de la cité-jardin voire par les théories désurbanistes chères aux constructivistes. C’est au contraire le retour de la ville comme pôle de centralité qui est préconisé. La morphologie radioconcentrique pluriséculaire de Moscou est confortée, quoique certaines innovations soient incorporées, à l’image de la ceinture verte censée entourer Moscou, ou du principe du kvartal comme nouvelle division urbaine fonctionnelle. Pour le reste, le plan de reconstruction s’apparente à une remise en ordre de la ville, qui, du « grand village » qu’elle était encore au début du siècle, doit devenir une capitale, modernisée, monumentalisée, et embellie par un retour à un certain classicisme architectural. Un vaste programme de démolition du bâti ancien est prévu, ainsi que l’agrandissement des voies et places et la construction de bâtiments emblématiques du régime, en premier lieu le palais des Soviets.

7Les derniers chapitres sont consacrés à la dimension politique du plan. Si sa paternité est attribuée à Stalin dès sa présentation en 1935, c’est Lazar´ Kaganovič qui en est la cheville ouvrière. Chef du parti à Moscou et dirigeant de l’Arplan (Commission à l’architecture et à la planification urbaine) entre 1932 et 1935, il incarne l’autorité de l’État-parti auprès des architectes. La correspondance qu’il entretient avec Stalin et les archives de l’Arplan témoignent d’interventions parfois poussées du décideur politique, par exemple concernant le palais des Soviets, où Stalin joue un rôle prépondérant. Pour autant, l’auteure démontre que le rapport des politiques avec les architectes prend plutôt la forme d’un arbitrage après concertation, l’avis des seconds étant discuté avant d’être suivi ou rejeté. Du reste, le Moscou haussmannisé promu par le plan de reconstruction témoigne moins d’un parti pris décidé d’en-haut que de la conjonction entre une demande politique et une offre esthétique disponible au sein d’un large vivier d’architectes soviétiques fidèles au style classique, et souvent issus de la génération formée sous l’ancien régime, à l’image d’Ivan Žoltovskij. Ceux-ci sont favorisés et accèdent aux commandes et aux postes les plus prestigieux, à l’inverse des autres, notamment les modernistes, progressivement marginalisés au cours des années 1930.

8La mise en œuvre du plan et ses effets sont abordés en dernier lieu : c’est avant tout le centre-ville qui est transformé pour devenir la vitrine de la capitale, au gré d’opérations de démolition voire de déplacement des bâtiments préexistants, comme c’est le cas pour l’élargissement de la rue Gor´kij. Cependant la reconstruction se heurte à des contraintes économiques qui en limitent la portée. L’auteure relève ainsi la disjonction entre les façades sur rue, reconstruites et embellies à la mode stalinienne, et les cœurs d’îlots qui restent pour l’essentiel inchangés. La reconstruction ne résout pas non plus la crise aigüe du logement qui sévit à Moscou, puisqu’en 1945, seuls cinq des quinze millions de mètres carrés de nouveaux logements prévus sont sortis de terre. Bien qu’inachevé, le plan a de lourdes conséquences sociales : les démolitions substituent aux populations autochtones d’origine souvent modeste, reléguées hors de la ville, une élite pour laquelle sont construits les nouveaux bâtiments. Se trouve donc amplifiée la politique d’ingénierie sociale et de ségrégation spatiale mise en place par la passeportisation en 1932.

  • 1 Voir par exemple Danilo Udovički-Selb, Soviet Architectural Avant-Gardes : Architecture and Stalin’ (...)

9Depuis longtemps attendue, la publication de la thèse d’Élisabeth Essaïan donne finalement lieu à un très bel ouvrage, sans doute appelé à devenir une monographie de référence. Il renouvelle en effet l’historiographie française de l’architecture et de l’urbanisme de la période stalinienne, dans le même sillon que la recherche la plus récente1. Il convient par ailleurs de noter la richesse iconographique du livre, dont la diversité et la qualité des illustrations sont remarquables : outre les nombreux dessins d’architecture et plans, indispensables pour rendre le propos intelligible, un grand nombre de documents issus de la littérature, du cinéma ou de la culture populaire sont également reproduits, qui apportent au sujet une mise en contexte vivante et passionnante. C’est en quelque sorte l’atelier du chercheur qui est ainsi entrouvert, Élisabeth Essaïan donnant à voir le matériau de sa recherche et l’importance du travail de dépouillement effectué. C’est aussi ce qui fait, en définitive, l’intérêt et la pertinence de l’ouvrage, synthèse réussie entre histoire de l’architecture et histoire sociale et politique.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Danilo Udovički-Selb, Soviet Architectural Avant-Gardes : Architecture and Stalin’s Revolution from Above, 1928-1938, London – New York – Oxford : Bloomsbury Visual Arts, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Pugnot Lambert, « Élisabeth ESSAÏAN, Le prolétariat ne se promène pas nu. Moscou en projets »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 920-923.

Référence électronique

Laurent Pugnot Lambert, « Élisabeth ESSAÏAN, Le prolétariat ne se promène pas nu. Moscou en projets »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13777 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13777

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search