Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusArchitecture, patrimoineVictoria DONOVAN, Chronicles in S...

Comptes rendus
Architecture, patrimoine

Victoria DONOVAN, Chronicles in Stone. Preservation, Patriotism, and Identity in Northwest Russia

Laurent Coumel
p. 923-927
Référence(s) :

Victoria DONOVAN, Chronicles in Stone. Preservation, Patriotism, and Identity in Northwest Russia, Ithaca, NY : Cornell University Press, 2019, 246 p.

Texte intégral

  • 1 Anne Kropotkine, « Les ambiguïtés du Dégel », Cahiers du monde russe, 47(1-2), 2006, p. 269-302.

1Cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat dirigé par Catriona Kelly, à qui on doit une étude magistrale de la politique de restauration patrimoniale à Leningrad après la seconde guerre mondiale. Le titre est emprunté à la citation d’une des figures de ce qu’on pourrait appeler le « tournant patrimonial » de l’URSS des années Brežnev-Kosygin, Jurij Spegal´skij, architecte restaurateur de Pskov, auteur du premier guide recensant les monuments remarquables de cette ville, en 1963. La Grande Guerre patriotique de 1941-1945 sert de point de départ à cette histoire de la reconstruction, puis de la mise en valeur des beautés architecturales de Novgorod, Pskov et Vologda, trois villes du nord-ouest de la Russie d’Europe. Cette étude se veut une « étude des formes de l’appropriation culturelle intérieure qui a servi de base à la construction nationale soviétique de 1945 à 1991 », et ambitionne de repousser les limites chronologiques de l’histoire soviétique traditionnelle. La thèse défendue ici est que l’État soviétique a instrumentalisé le patrimoine architectural russe pour « créer les visions d’une identité soviétique russifiée (Russified Sovietness) qui pouvait stimuler une conscience patriotique populaire », à la manière dont l’idée de Heimat en Allemagne a pu lier local et national. Archives, entretiens et publications d’époque (en particulier, guides touristiques) sont complétés par des terrains d’observation participante à teneur ethnographique. La justification du choix des trois villes tient aux rapports qu’elles entretiennent avec les mythes nationaux de la sacralité (et à Novgorod de la relative démocratie que le régime soviétique a mise en avant pour évoquer le fonctionnement de la cité-État, en fait une oligarchie), du sacrifice et du patriotisme (particulièrement à Pskov). Il paraît étrange d’avoir écarté d’autres sites qui sont aussi des lieux communs de la culture historique russe : en particulier, les villes de l’Anneau d’Or, circuit touristique créé à l’époque du dégel, quelques années avant la naissance de la Société panrusse de protection des monuments d’art et de culture (VOOPIK) en 19651.

2Ce tournant chronologique est du reste invisibilisé dans l’économie d’ensemble de l’ouvrage. La première partie se concentre sur les politiques de reconstruction de l’après-guerre, instrumentalisées, d’abord pour faire oublier l’occupation nazie, conformément à la vision stalinienne de la guerre fondée sur l’héroïsme, au détriment du souvenir des souffrances et des destructions, puis pour recréer une « communauté imaginée ». Le « revival russe » des années Brežnev-Kosygin est bien illustré par l’exemple de Vologda, où le folklore est mis à l’honneur avec la création de musées de l’architecture populaire qui correspondent, selon Donovan, à une tentative d’endiguer l’ethno-nationalisme croissant dans l’opinion publique. N’est-il pas plus logique de penser que les autorités (y compris le comité central du Parti) répondaient à une telle demande, conformément à la thèse exposée avec force arguments par le politologue Yitzhak Brudny dans un ouvrage de 1998 qui fait toujours référence, selon l’autrice elle-même ?

3Dans les deux chapitres suivants, Victoria Donovan pose l’hypothèse d’une continuité entre la période stalinienne tardive et celle du dégel puis de la stagnation. Cette assertion s’appuie sur la permanence des critiques à l’endroit des autorités, comme celles de Spegal´skij dès 1946 à Pskov, fustigeant le manque de moyens alloués à la restauration. Celle-ci n’est pas prioritaire aux yeux des gouvernements successifs, même si dès mai 1947 est adopté le premier décret « sur la préservation des monuments architecturaux » évoquant « l’ancienne Russie » comme catégorie digne d’intérêt, avant qu’une résolution du Conseil des ministres de la république n’institue en 1960 des listes régionales de bâtiments à protéger, puis qu’un nouveau décret en 1966 n’étende encore cette protection. Les années 1980 et 1990 constituent une rupture à la fois à l’avantage des conservationnistes, et en leur défaveur : la lenteur de l’application des décrets contraste, désormais, avec la rapidité de prise en main de certains biens architecturaux, alors que la dégradation des bâtiments continue à plonger les populations locales dans une mélancolie que Donovan a pu saisir dans ses entretiens. Revenons à Spegal´skij, franc-tireur issu d’une famille de la petite noblesse de Pskov, mis à l’écart pour son indépendance d’esprit sous Brežnev : ici, la comparaison avec d’autres figures de l’intelligentsia scientifique et culturelle de l’époque, dont Dmitrij Lihačev, mentionné à juste titre comme une des grandes figures du courant préservationniste en Russie, aurait pu permettre d’enrichir la compréhension des limites de la « modernité soviétique ». Un autre exemple est celui de Leonid Krasnorečev, issu d’une famille paysanne près de Novgorod, qui après des études à Leningrad revient dans sa région natale pour diriger le musée de bâtiments en bois à ciel ouvert de Vitoslavlicy, ouvert en 1964. Cette même année voit le démontage-remontage d’une cathédrale en bois du xvie siècle, déplacée depuis le village de Kuricko, vers ledit musée, preuve que les autorités soviétiques ont déployé des moyens conséquents pour préserver les traces du passé religieux de la Russie ancienne. Cette muséification est applaudie par les réseaux préservationnistes qui s’inquiètent du destin de nombreux monuments de ce type dans les villages étiquetés par le pouvoir comme « sans perspective », saignés par l’exode rural.

4Il y a des arrière-pensées à cette vague de protection patrimoniale. Conformément à un topos qui se fixe déjà à l’époque khrouchtchévienne, l’intérêt pour l’histoire et la géographie locales (le kraevedenie) s’accompagne d’un fort patriotisme (encouragé par les autorités), qui confine au nationalisme dans certains commentaires de visites récoltés par l’historienne dans les archives, tel celui d’un visiteur qui se réjouit de « toute cette ‘russité’ vraie (istinnoe russkoe) qui est nôtre » (p. 75), une innovation de l’époque brejnévienne. Autre tendance, parallèle à la précédente, qui aurait pu faire l’objet d’une étude approfondie, celle des élites littéraires s’engageant pour la cause patrimoniale. Le cas d’Anna Akhmatova protestant – en vain – avec d’autres dans la Literaturnaja gazeta contre la construction d’infrastructures touristiques aux abords de la propriété mythique de Puškin à Mihajlovskoe, en 1965, est significatif. Bien des monuments jouent le rôle de « vitrines du traitement éclairé des ruines historiques par l’État soviétique », même si le discours officiel conduit les populations locales à percevoir davantage les « insuffisances de la politique préservationniste » officielle (p. 82).

5La part de l’initiative d’acteurs locaux (musées, filiales des sociétés savantes, etc.) reste à définir : on devine un va-et-vient entre Parti et gouvernement d’un côté, et communautés intellectuelles de l’autre, et l’intéressement des autorités à promouvoir le tourisme régional, source de revenus de plus en plus importante à la fin de la période soviétique dans ces régions de « terres non noires » considérées officiellement comme économiquement sinistrées à partir du décret (et non « déclaration ») de 1974. Bien des restaurations sont suscitées par le développement de nouveaux circuits pour les populations citadines. La fin des années 1980, avec la glasnost´, voit une explosion dans l’espace public et professionnel des appels à défendre ce patrimoine architectural, comme par exemple à Novgorod en 1990 où un projet urbanistique à deux pas d’une église remarquable est dénoncé par la VOOPIK. Celle-ci connaît alors son chant du cygne : forte de 85 000 membres dans la ville (47% de la population), elle se trouve dans la décennie suivante supplantée par la très nationaliste et antisémite Pamiat´ [Mémoire], même si la faible représentation de celle-ci dans les régions est soulignée par Donovan.

6La seconde partie porte sur la période postsoviétique. Les chapitres 4 et 5 s’intéressent, de manière impressionniste (faute d’archives et de terrain d’entretiens consistant), au choc des années 1990 et 2000. Les impacts de la libéralisation économique perturbent voire réduisent à néant les acquis et les positions de l’intelligentsia culturelle : clergé orthodoxe et secteur privé, via les « barons » locaux et régionaux, prennent possession de monuments qui, jusque-là, étaient gérés par les pouvoirs publics. Cette privatisation a suscité rancœurs et désillusions à l’égard de l’époque Eltsin, et Donovan montre comment les préservationnistes reprennent alors des répertoires d’action et des leitmotivs de l’époque brejnévienne : appel à des personnalités comme Lihačev et déploration de la modernisation des centres-villes. La marchandisation du patrimoine local (sans limites après un décret de 2008) rencontre parfois une opposition locale, comme à Vologda par le biais d’un conservateur en chef représentatif des « lobbies préservationnistes » (p. 128), qui compare la vague d’incendies qui détruit de nombreux bâtiments en bois aux destructions de la guerre en Tchétchénie (p. 124). Dans certains cas, mais rares, les institutions du ministère de la Culture parviennent à contrer la mainmise de l’Église orthodoxe sur le patrimoine religieux. À Pskov, en revanche, la directrice du musée ne peut empêcher un projet immobilier qui allie reconstruction ex nihilo de maisons nobles et bourgeoises du xixe siècle, et gentrification au profit des « nouveaux Russes », devenus la cible principale des critiques de l’intelligentsia locale et régionale.

7Sous Putin, l’instrumentalisation de ces villes surchargées de mémoire patriotique se manifeste par exemple par la création de nouveaux monuments comme la « colline sacrée » que le penseur ultra-nationaliste Aleksandr Prohanov a fait construire à Pskov en 2014 après l’invasion puis l’annexion de la Crimée, et le début de la guerre suscitée par Moscou à l’est du Donbass. La spécificité de Pskov, dont le patrimoine architectural est de longue date associé au fait militaire, s’explique par un élément géographique livré tardivement dans le livre : la présence dans ses faubourgs, depuis 1949, d’une des sept bases de parachutistes du pays. Cette militarisation de la mémoire historique, attestée au moins depuis la fin des années 1970 dans les publications touristiques, est antérieure à la société savante locale autour de la figure de Sainte Ol´ga (princesse kiévienne née de parents vikings, 890-969), qui a servi d’instrument à l’entreprise de détournement du passé par le régime poutinien après 1991, d’après Donovan.

8L’appropriation du patrimoine historique par les populations riveraines est au cœur du dernier chapitre, composé de plusieurs exemples épars : des jeunes révérant le monument aux morts de 1941-1945 aux enfants d’artistes qui ont grandi dans certains monastères avant qu’ils ne soient rendus à leur destination première après 1991, en passant par une évocation rapide du « parler préservationniste» inculqué depuis l’époque soviétique (p. 169). Ici comme ailleurs, l’élite culturelle est la plus sensible aux affres subies par les monuments. Et le discours de la « nostalgie », terme dont on aurait attendu une analyse plus fouillée, est plus fort quand il s’agit de maisons en bois, comme à Vologda.

9Si des photographies illustrent agréablement le propos, faute de cartes qui auraient été très utiles, le livre présente plusieurs faiblesses. Le concept d’« identité nationale russe » aurait mérité d’être plus déconstruit, même si l’autrice a pris soin dès l’introduction de souligner la porosité entre « patriotisme soviétique » et ethno-nationalisme russe. En quoi consiste la « politique culturelle soviétique » à cet égard ? C’est ici qu’une chronologie plus fine, et une histoire à la fois institutionnelle et sociale des acteurs du courant préservationniste, aurait été bénéfique. On peut aussi s’interroger sur la pertinence de l’approche en termes de (re)branding, une sorte de marketing territorial : il est difficile de faire la part des choses, dans le discours des acteurs locaux, entre leur initiative propre, et ce qui relève du centre. Faute d’archives ou d’entretiens moscovites, Donovan ne tranche pas véritablement cette question et reprend à son compte un stéréotype en qualifiant le nord-est de « centre de la culture et de l’histoire russes » sans le démontrer (p. 136), tout comme l’existence de « communautés préservationnistes autochtones » (p. 181). Qu’importe, l’approche culturaliste éclaire d’un nouveau jour l’histoire du patrimoine architectural ancien en URSS. Sa mise en œuvre dans un cadre régional nuance, sans la remettre en question, la thèse défendue quinze ans plus tôt par Nikolaj Mitrohin sur l’affirmation d’un « parti russe » nationaliste au sommet du pouvoir soviétique. Pour Donovan, pourrait-on dire en reprenant le vocabulaire classique des études soviétiques, que la défense du patrimoine architectural a plus été une sphère d’autonomie pour l’intelligentsia, parfois aux frontières de la dissidence, qu’un prêt-à-penser imposé depuis le centre. L’apport le plus tangible de l’ouvrage reste le décentrement permis par l’étude en se focalisant sur les régions : « la périphérie », en russe. Ce processus heuristique ne vise pas à imiter le kraevedenie, ces études locales souvent réduites à une « factographie » (p. 16), mais à remettre la province dans le récit historique national d’un pays qui, depuis le 24 février 2022, semble être plus que jamais prisonnier de ses propres mythes.

Haut de page

Notes

1 Anne Kropotkine, « Les ambiguïtés du Dégel », Cahiers du monde russe, 47(1-2), 2006, p. 269-302.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Coumel, « Victoria DONOVAN, Chronicles in Stone. Preservation, Patriotism, and Identity in Northwest Russia »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 923-927.

Référence électronique

Laurent Coumel, « Victoria DONOVAN, Chronicles in Stone. Preservation, Patriotism, and Identity in Northwest Russia »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13788 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13788

Haut de page

Auteur

Laurent Coumel

CREE, INALCO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search