Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusCorrespondances, art, littératureIlia RÉPINE, Lettres à Tolstoï et...

Comptes rendus
Correspondances, art, littérature

Ilia RÉPINE, Lettres à Tolstoï et à sa famille. Suivi de Le comte Lev Nikolaïevitch Tolstoï : Mes impressions et souvenirs personnels et Souvenirs de mes échanges avec Léon Tolstoï

Wladimir Berelowitch
p. 932-935
Référence(s) :

Ilia RÉPINE, Lettres à Tolstoï et à sa famille. Suivi de Le comte Lev Nikolaïevitch Tolstoï : Mes impressions et souvenirs personnels et Souvenirs de mes échanges avec Léon Tolstoï (Traduit du russe et préfacé par Laure Troubetzkoy), Paris : Éditions Vendémiaire, 2021, 213 p.

Texte intégral

1Parmi les assez nombreux artistes qui ont approché Tolstoj pour en faire des portraits picturaux, sculpturaux, photographiques, Il´ja Repin occupe une place de choix. D’abord, parce que, à l’exception de Nikolaj Gay et, bien sûr, de la fille de Tolstoj Tat´jana, Repin en fut le plus proche du grand homme, ensuite parce qu’il fut celui qui laissa le plus de portraits de lui et enfin parce qu’il a laissé beaucoup de traces de ses contacts avec Tolstoj dans ses correspondances et des chapitres de ses mémoires.

2Ce sont justement ces textes qui ont été publiés pour la première fois en traduction française par Laure Troubetzkoy, publication qui a heureusement coïncidé avec l’exposition Répine, tenue à Paris en octobre 2021 - janvier 2022 (sous le titre, en revanche beaucoup moins heureux, de « Peindre l’âme russe »).

3L’ouvrage comprend 96 lettres de Repin, dont beaucoup sont assez longues et riches, et qui s’échelonnent de 1880 à 1913. Comme on peut le voir d’après cette dernière date, ce ne sont pas seulement des lettres à Tolstoj — il y en a une douzaine — mais aussi à sa « famille ». Il s’agit en fait de Sophie, l’épouse de Tolstoï, avec qui Repin discute surtout de questions pratiques : par exemple des portraits de l’écrivain, du choix des illustrations pour une édition de ses œuvres complètes, etc. Et surtout de leur fille Tat´jana, avec laquelle le peintre entretint pendant un temps une relation visiblement privilégiée, ses lettres étant particulièrement abondantes en 1891-1894 et où il évoque des sujets très variés, souvent personnels. À ces lettres, l’éditrice a eu la bonne idée de joindre deux textes de mémoires de Repin sur Tolstoj : le premier comprend des souvenirs, mais ressemble davantage à un portrait littéraire et comporte la description d’une journée ordinaire de Tolstoj à Jasnaja Poljana, où on peut trouver des renseignements intéressants. Il faut préciser que Repin y séjourna à trois reprises, en 1887, 1891 et 1907. Le second texte, et le plus connu, qui entra dans le recueil de mémoires de Repin Dalekoe blizkoe [Le proche lointain] relate les différentes rencontres entre Repin et Tolstoj, de 1880 à 1907. En revanche, cette édition française ne comprend pas les lettres des correspondants de Repin à celui-ci. Nous ignorons, en fait, si certaines d’entre elles se sont conservées, hormis quelques-unes de Tolstoj ; toujours est-il que, surtout lorsqu’il s’agit de réponses de Repin à ses correspondantes, une part de son dialogue avec les deux dames Tolstoj nous échappe ou n’apparaît qu’en filigrane.

4Pour cette édition, Laure Troubetzkoy s’est beaucoup appuyée sur plusieurs publications russes, y compris pour ses notes infrapaginales qui, comme il est normal dans le cadre d’une édition qui ne vise pas la publication savante, fournissent surtout des éclaircissements à un lectorat français large, sans viser des recherches plus approfondies. La préface, assez brève et très informative, retrace l’histoire des relations entre Repin et la famille Tolstoj, évoque son œuvre picturale « tolstoïenne » et ses rapports aussi bien avec l’Académie des beaux-arts de Saint-Pétersbourg qu’avec les Ambulants. Une place importante est consacrée à l’évolution des opinions de Repin sur les idées tolstoïennes qui le séduisent fortement de prime abord. Mais, s’il reste sensible à la morale prêchée par Tolstoj et l’admire particulièrement lorsque son encombrant modèle s’occupe de secourir les affamés en 1892, il semble plus dubitatif au sujet de sa doctrine religieuse, encore davantage au sujet des bienfaits supposés de l’ascétisme, et surtout il s’insurge contre les écrits de Tolstoj sur l’art, qu’il reproche à ce dernier de façon assez véhémente, par exemple dans une lettre en 1884 (p. 28-29), toutes choses qui ne l’empêchent pas de rester en très bons termes avec Tolstoj, son épouse et leur fille.

5La lecture de l’ensemble de ces lettres peut susciter beaucoup de questions et de pistes de réflexion, richesse à laquelle la préface rend justice, mais aurait peut-être pu mieux y apparaître, tandis qu’elle s’attache surtout aux différents contextes de cette correspondance, sans beaucoup s’attarder sur son originalité ni approfondir ce qu’elle peut révéler sur le monde de Repin et des Tolstoj. Nous voudrions ici, à simple titre d’exemples, esquisser plusieurs de ces pistes.

6L’une d’elles serait le ton même de ces lettres et l’hommage permanent qu’elles rendent au personnage de Tolstoj. Objet de la vénération de Repin, il est le héros central de cette correspondance, alors même que, comme on l’a vu, l’artiste correspond surtout avec sa fille. Ainsi le dialogue de Repin avec Tolstoj prend-il le plus souvent de curieuses voies de médiation via l’épouse et surtout sa fille, supposées (et c’est sans doute vrai dans une certaine mesure) être de fidèles miroirs du grand homme.

7Cette « centralité » de Tolstoj prend un aspect pratique lorsqu’il s’agit de ses portraits. Sur ce plan, les lettres de Repin révèlent bien des aspects de l’histoire des portraits, bustes, photographies de Tolstoj et de la circulation entre ces trois modes (par exemple p. 44, 47, 50, 81, 84, 95) ; elles contiennent beaucoup d’allusions précises sur les projets de Sophie Andreevna et de Repin, sur le choix du graveur, le célèbre Vasilij (Johann) Mathé (p. 75), sur les problèmes posés par le portrait de Tolstoj en laboureur (p. 33-35), etc. La correspondance nous plonge ainsi au cœur de la « fabrique » de la représentation tolstoïenne, dont son épouse, surtout, mais aussi d’autres acteurs dont, malgré tout et presque malgré lui, le héros lui-même, furent les artisans. Il est frappant de voir Repin participer à une sorte de concours permanent du meilleur portrait ou buste de Tolstoï, qui prend la forme, sous sa plume, non pas d’une rivalité ni même d’une émulation, mais de compliments adressés à ses confrères.

  • 1 En russe « duxovnyj », dont la traduction fait problème à nos yeux. On peut observer à ce sujet que (...)
  • 2 Dans une lettre en 1907 à Tolstoj lui-même ! Cette comparaison, à laquelle il faut ajouter le Roi d (...)

8Un autre aspect du « culte » tolstoïen est, comme on l’a vu, la question de sa doctrine morale et religieuse. Or, dans certaines lettres de Repin, nous voyons apparaître distinctement ces deux aspects. Dans l’esprit de Tolstoj, ils ne font qu’un, mais tel n’est sans doute pas le cas de Repin qui, certes, après avoir rencontré Tolstoj à Moscou, le remercie de lui avoir « apporté un immense bienfait spirituel »1 (p. 26), mais qui, en avril 1892, avoue à Tat´jana L´vovna qu’il n’est qu’un « païen », certes aspirant à la vertu, mais sans plus (p. 83). N’est-ce pas aussi la raison pour laquelle ce peintre se complaît, par jeu, mais c’est un jeu significatif, à comparer l’aspect physique de Tolstoj tantôt à Zeus ou à un demi-dieu (p. 40, puis 166), tantôt à Dieu le Père tel qu’il apparaît dans la Vision d’Ézéchiel de Raphaël (p. 166 également)2 ?

  • 3 Il est intéressant de relever que dans une autre lettre à Tat´jana L´vovna, Repin remarque, l’air d (...)

9L’artiste Repin n’était ni un philosophe ni un théologien, et ces considérations peuvent paraître manquer d’intérêt, si ce n’est qu’il s’agit d’un témoignage de plus sur l’attraction magnétique que Tolstoj exerçait autour de lui : après ses premières rencontres avec celui-ci, Repin va jusqu’à se livrer à une tentative de régime végétarien ce qui lui vaut, entre autres, une incapacité de travail temporaire, de sorte qu’il renonce définitivement à suivre les enseignements du maître. Mais il est un autre aspect qui, selon nous, présente plus d’intérêt et auquel Laure Troubetzkoy n’accorde aucun commentaire spécifique en dehors des informations nécessaires à l’intelligence du texte : il s’agit des peintures « évangéliques » de Repin. Au cours des années 1880 et 1890, Repin et Nikolaj Gay, à la suite d’Ivan Kramskoj dans les années 1870 avant sa mort, et aussi quelques autres Ambulants, se lancent chacun de son côté dans des représentations des Évangiles et des portraits du Christ. Ce phénomène est certainement nouveau car il ne suit pas du tout les canons de la peinture historique classique et qu’il concerne seulement certains épisodes des Évangiles, ceux de la Passion bien sûr, en particulier le Christ au jardin de Gethsémani, à l’exclusion presque totale de tout autre sujet biblique. Tolstoj, qui vient de redécouvrir les Évangiles et qui en invente un nouveau de son cru à la même époque, s’intéresse beaucoup à ces peintures et les juge à sa façon quasi sacerdotale, appréciant particulièrement celles de Gay qui est sous son influence directe. Et Repin, qui critique sévèrement ces peintures de Gay pour leur mauvaise qualité (par exemple, son Jugement du sanhédrin, p. 71)3, dialogue indirectement avec le patriarche de Jasnaja Poljana dans ses lettres à la fille de ce dernier, en évoquant discrètement ses propres tableaux (par exemple, p. 57). Nous avons donc là une petite congruence, jusqu’à présent guère étudiée à notre connaissance (si ce n’est dans une perspective d’orthodoxie officielle russe qui n’a pas de valeur scientifique), de tolstoïsme naissant, de néo-évangélisme, de peinture, de relations personnelles et de stratégies professionnelles dans le milieu des Ambulants et de leurs amis, qui se révèle d’une façon saillante dans la correspondance de Repin.

10Ce ne sont que des exemples de la multitude de sujets de réflexion qui surgissent à la lecture de ces lettres de Repin, dont, encore une fois, il faut saluer la publication en français.

Haut de page

Notes

1 En russe « duxovnyj », dont la traduction fait problème à nos yeux. On peut observer à ce sujet que l’auteur des commentaires, comme beaucoup d’autres, traduit systématiquement ce terme par « spirituel ». Or, si cette traduction paraît exacte sur le plan étymologique et l’est pour des périodes anciennes et dans certains contextes plus modernes, elle a trop, en français, une connotation religieuse qu’elle a le plus souvent perdue en russe à l’époque où écrit Repin. Le terme « moral » en français, comme dans l’expression « vie morale », rend beaucoup mieux sa signification. En revanche, lorsque Repin (p. 83), évoque explicitement, pour s’en dire incapable, « une vie selon la loi de Dieu », l’emploi de l’adjectif « spirituel » dans « perfectionnement spirituel » paraît justifié.

2 Dans une lettre en 1907 à Tolstoj lui-même ! Cette comparaison, à laquelle il faut ajouter le Roi des Aulnes, est reprise dans un chapitre de ses mémoires (p. 208) ; la note explicative qui apparaît ici aurait dû être placée à la première occurrence.

3 Il est intéressant de relever que dans une autre lettre à Tat´jana L´vovna, Repin remarque, l’air de rien, que le Caïphe de Gay est… un portrait de Tolstoj (p. 73).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wladimir Berelowitch, « Ilia RÉPINE, Lettres à Tolstoï et à sa famille. Suivi de Le comte Lev Nikolaïevitch Tolstoï : Mes impressions et souvenirs personnels et Souvenirs de mes échanges avec Léon Tolstoï »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 932-935.

Référence électronique

Wladimir Berelowitch, « Ilia RÉPINE, Lettres à Tolstoï et à sa famille. Suivi de Le comte Lev Nikolaïevitch Tolstoï : Mes impressions et souvenirs personnels et Souvenirs de mes échanges avec Léon Tolstoï »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13812 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13812

Haut de page

Auteur

Wladimir Berelowitch

Université de Genène – CERCEC, EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search