Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusCorrespondances, art, littératureGorki et ses fils. Correspondance...

Comptes rendus
Correspondances, art, littérature

Gorki et ses fils. Correspondances (1901-1934)

Catherine Depretto
p. 935-939
Référence(s) :

Gorki et ses fils. Correspondances (1901-1934), Traduit du russe et préfacé par Jean-Baptiste Godon, Genève : Éditions des Syrtes, 2022, 408 p.

Texte intégral

  • 1 Cf. Michel Niqueux, « La correspondance de Maksim Gor´kij », Revue des études slaves, 89 (3), 2018, (...)

1Nul autre écrivain que Gor´kij (de son vrai nom Aleksej Peškov) n’aura eu une destinée aussi profondément liée à l’histoire politique de son pays pendant la période qui va de la fin du xixe siècle à l’aube de la seconde guerre mondiale. Son œuvre littéraire et ses écrits journalistiques sont là pour en témoigner, ainsi qu’une correspondance impressionnante (20 000 lettres) avec les personnalités les plus diverses, écrivains, artistes, hommes politiques, russes et étrangers. L’édition en 24 volumes de ces lettres, présentées par ordre chronologique, est toujours en cours et va pour l’instant jusqu’au tome 21 (déc. 1931- févr. 1933), paru en 20191. Dans cet ensemble épistolaire, une place spécifique revient à la sphère privée. De ce point de vue, les lettres échangées par Gor´kij, son fils Maksim et son filleul Zinovij couvrant la période 1901-1934 sont un biais original pour approcher l’intimité de l’écrivain, en même temps que l’occasion de revenir sur les contradictions de sa trajectoire.

  • 2 Voir la traduction par Michel Niqueux et sa préface dans Maxime Gorki, Une confession, P. : Phébus, (...)
  • 3 On sait les liens qui l’unissaient, lui et sa famille, à Genrih Jagoda (1891-1938), lui aussi origi (...)
  • 4 L’accusation a été faite lors du 3e procès de Moscou en mars 1938 et visait les deux médecins de Go (...)

2Proclamé père du réalisme socialiste et figure tutélaire de la littérature soviétique à compter de 1934, Gor´kij doit cependant sa réputation d’écrivain à des œuvres écrites bien avant 1917 et n’a jamais pris pour sujet la réalité soviétique. S’il a été proche des bolcheviks, il n’a jamais été un marxiste orthodoxe, apportant, dans Une confession (19082), sa pierre au mouvement de « Construction de Dieu » (bogostroitel´stvo), principalement théorisé par Anatolij Lunačarskij et vilipendé par Lenin. Dans une série d’articles, publiées dans Novaja žizn´ et réunis sous le titre de Pensées intempestives (Nesvoevremmye mysli), il a surtout violemment critiqué la prise du pouvoir d’Octobre 1917, considérant que Lenin et Trockij se livraient à une expérimentation à la Nečaev, conduisant à une violence extrême, hautement préjudiciable à l’avenir de la révolution. Si l’écrivain quitte la Russie soviétique en 1921, il y revient à partir de 1928 et s’y installe définitivement en 1933, au moment où triomphe la dictature stalinienne. Choyé par le régime qui lui offre des conditions de vie somptueuses, il en soutient sa politique, y compris répressive : à l’origine d’entreprises éditoriales importantes (comme la collection « Bibliothèque du poète »), il est aussi l’initiateur de l’ouvrage à la gloire du canal mer Blanche-Baltique (Belomor), un des grands chantiers du Goulag3. Gor´kij meurt en 1936 dans des circonstances que certains considèrent comme douteuses4.

3Ces éléments brièvement rappelés font sans doute de l’écrivain une des figures les plus contradictoires et les plus contestées de la littérature russe moderne. Malgré une quantité importante d’ouvrages, parus à son sujet, essentiellement en Russie où il continue à être étudié, on ne peut pas dire qu’il existe à son sujet une biographie de référence, pas plus qu’une analyse dépassionnée de son œuvre. Les légendes tenaces comme les zones d’ombre demeurent. Sa popularité à l’étranger a, quant à elle, fortement décliné : en France, l’expérience d’un premier volume de ses œuvres, paru dans la Pléiade au terme d’une longue gestation (2005), n’a pas été poursuivie.

4Les « fils » de Gor´kij ont également eu des destinées mouvementées, fortement liées, comme celle de leur père, à l’histoire politique du xxe et que la correspondance croisée avec leur père permet de retrouver. Aux antipodes l’une de l’autre, elles incarnent, à leur manière, les choix qui s’offraient aux Russes de leur génération, comme les voies qu’aurait pu prendre Gor´kij lui-même.

  • 5 Après la séparation de ses parents en 1904, Maksim a été élevé par sa mère, Ekaterina Volžina (1876 (...)

5Né en 1897, Maksim Peškov, élevé loin de son père5, se rallie au bolchevisme et travaille pour la Čeka ; il est chargé par Lenin et les bolcheviks de différentes missions de confiance. Puis, il rejoint son père à l’étranger en 1921, rentre avec lui en URSS et reste à ses côtés jusqu’à sa mort prématurée à Moscou en 1934, dans des circonstances considérées elles aussi comme suspectes (il décède d’une pneumonie). La correspondance avec son père couvre les années 1901-1924 ; elle contient surtout des lettres de Gor´kij et a été publiée en partie en russe dans Gor´kij i syn [Gor´kij et son fils] (1971).

  • 6 Sa vie mouvementée a fait l’objet de plusieurs biographies dont Mihajl Parhomovskij, Книга об удиви (...)
  • 7 Cf. Jean-Baptiste Godon, préface, p. 8. Huit de ses lettres ont été publiées en 2005.

6Né en 1884, Zinovij, filleul de Gor´kij lors de sa conversion à l’orthodoxie en 1902, est le fils d’un imprimeur juif de Nižnij-Novgorod et le frère du premier président du VCIK, Jakov Sverdlov (1885-1919). Dans sa jeunesse, après avoir travaillé comme secrétaire pour Gor´kij, Zinovij, tel un personnage de Jack London, parcourt le monde (États-Unis, Nouvelle-Zélande, mais aussi Italie, Maroc, Chine, Japon…), fait toutes sortes de métiers et connaît les situations les plus misérables. S’il a eu une jeunesse révolutionnaire (il est un moment emprisonné en même temps que Gor´kij), il ne partage pas le pacifisme de Gor´kij et s’engage dans la légion étrangère pendant la première guerre mondiale où il est grièvement blessé (il est amputé d’un bras). Il poursuit une carrière militaire, fait partie de la mission du Général Janin et combat du côté des Blancs pendant la guerre civile. Il reprend du service dans la légion étrangère, participe à la guerre du Rif et à d’autres conflits ; il rejoint la France libre en 1941 (il est fait général en 1943) et assurera plusieurs missions pour le général de Gaulle. Il meurt, entouré, à l’Hôpital américain de Neuilly en 19666. Pas étonnant qu’avec un tel parcours il ait été gommé de la biographie officielle de Gor´kij pendant la période soviétique : dans une édition de 1939, son visage est même effacé du célèbre cliché de 1908 où l’on voit Lenin jouer aux échecs avec Bogdanov à Capri, en présence de Gor´kij. Sa correspondance avec son père adoptif couvre les années 1901-1934. Si certaines lettres ont été publiées dans l’édition toujours en cours de la correspondance de l’écrivain et dans différents recueils, en revanche, la plupart des lettres de Zinovij sont inédites7.

  • 8 La dernière lettre de Zinovij à Gor´kij est un mot très touchant de condoléances après la mort de M (...)

7Ayant eu des trajectoires divergentes sur le plan politique, Zinovij et Maksim tiennent aussi une place différente dans la vie de Gor´kij qui les réunissait autant que possible8 : l’écrivain aimait, on le sait, vivre entouré de toute sa maisonnée, même si ces cohabitions n’allaient pas sans heurts. Vis-à-vis de Maksim, auquel, selon les biographes, il était viscéralement attaché, Gor´kij essaie de tenir son rôle de père, malgré son absence : il insiste pour qu’il fréquente l’école russe, ouverte par le pédagogue Ivan Fidler dans les environs de Genève, puis basée ensuite à Fontenay-aux-Roses. Il lui prodigue ses conseils, l’exhorte à plus de persévérance dans les études alors que l’enfant semble davantage attiré par le sport et l’aéronautique. Pour une raison qui peut sembler surprenante aujourd’hui, Gor´kij interdit quasiment à son fils de faire de la bicyclette, craignant visiblement pour sa santé (lettre du 18 [31] mars 1908, p. 52).

8D’une façon générale, la correspondance avec Maksim montre l’intérêt que Gor´kij portait à l’enfance et aux questions d’éducation ; on y retrouve sa conviction profonde en la force de l’instruction, l’importance des études et du savoir. Il se soucie des apprentissages de l’enfant, l’exhorte à apprendre les langues étrangères, lui envoie régulièrement des timbres, des livres. Cependant, on devine qu’il manque à son fils ; s’il essaye de tenir son rôle de père, il considère que sa « mission » passe avant tout : « Je ne peux pas me permettre de gâcher des journées de travail pour me déplacer d’un endroit à un autre, ni pour des futilités. Nous nous verrons de temps en temps, comme ce fut le cas jusqu’à présent » (novembre 1911, p. 106).

9Plus tard, les lettres à Maksim des années 1917-1921 font écho aux sentiments mêlés que la révolution russe inspire à l’écrivain ; on y lit sa condamnation de la violence, sa conviction du caractère prématuré de la révolution sociale. Lorsque Petrograd est menacé pendant la guerre civile, Gor´kij écrit à propos des communistes qu’ils sont « d’humeur lâche et pétocharde, personne ne fait rien, ceux qui n’ont déjà pas fui comme des rats sont en train de préparer leurs passeports. Ils volent, ils pillent ! Je ne rejoindrai pas cette bande de poltrons, de voleurs et de crapules. » Et plus loin dans la même lettre, il ajoute : « Nous commettons de folles atrocités que rien ne peut justifier et que nous paierons au prix fort. Non, nous ne sommes pas des hommes d’État : notre politique, puérile ou sauvage, est, dans tous les cas, féroce. » (mi-mai 1919, p. 194-195). La lettre qu’il écrit à Maksim au moment de l’insurrection de Kronstadt le montre toujours préoccupé par le déchaînement de la violence, « C’est une sinistre affaire qui promet de durer ! ». Il détaille à son fils les points principaux de la résolution adoptée par l’assemblée des insurgés et dénonce la façon dont les communistes de Petrograd ont réagi face à l’événement. Mais il laisse aussi poindre ses sentiments anti-paysans : « C’est l’œuvre de nos petits moujiks. » (14 mars 1921, p. 201).

10On trouve ces mêmes accents dans la correspondance avec Zinovij, en particulier dans une lettre du 15 janvier 1922 (p. 282-283) : « Ensuite, la question du communisme en Russie est perdue d’avance, c’est tout aussi clair. Le paysan est le nouveau maître de la situation. Il faudra composer avec lui et avec ses exigences […] Tu sais que je n’aime pas la campagne et que j’éprouve presque de l’hostilité à l’égard du moujik qui, quatre ans après la révolution, a bouffé toutes les forces intellectuelles du pays.»

11Cependant, dans l’ensemble, la tonalité de la correspondance avec son filleul est différente. Zinovij est plus âgé (il a 13 ans de plus que Maksim) et même si Gor´kij a, à son égard, un rôle de mentor, ce dernier doit faire seul son apprentissage. Dans la période qui précède la révolution, alors que Zinovij a quitté la Russie pour échapper à la conscription, il l’encourage à parcourir le monde : il attend le récit détaillé de ses expériences et le pousse à écrire (Zinovij est même publié). Les lettres de Zinovij de cette époque sont un témoignage touchant, fait d’émerveillement ou de révolte face à ce qu’il découvre dans le monde, les prisons d’Amérique, l’exploitation des ouvriers, les séismes, les îles du Pacifique… Beaucoup plus tard, dans les années 1920-1930, Zinovij décrit à son père adoptif, avec la même profusion de détails, ses campagnes dans le sud de l’Algérie, au Maroc, en Syrie. Mais ce que révèlent surtout ces échanges épistolaires, c’est la force de l’attachement qui lie les deux hommes. Malgré des différends importants, familiaux (au moment du mariage précipité de Zinovij avec Lidja Burago), mais surtout politiques, on sent entre eux une relation profonde, qui perdure, malgré l’éloignement. Il fallait sans doute beaucoup d’affection de la part de Gor´kij pour continuer à entretenir des relations avec son « chauviniste émérite » (dédicace sur un exemplaire d’Enfance, 25 juillet [7 août] 1917, p. 271) qui, de son côté, répondant sans doute à une demande des autorités françaises, exhorte son père à rompre avec la ligne pacifiste de Vie nouvelle (30 juillet [12 août] 1917, p. 272-274).

  • 9 Il serait trop long de détailler ici les ensembles épistolaires les plus importants de l’héritage d (...)

12Si les lettres croisées de Gor´kij avec Maksim et Zinovij n’ont peut-être pas l’importance de certaines correspondances de l’écrivain avec des personnalités célèbres, hommes politiques ou écrivains9, elles livrent néanmoins un éclairage intéressant sur l’intimité de l’écrivain et sur ses convictions. Elles mettent également en lumière les personnalités dissemblables de ses « fils » et laisse entrevoir un Gor´kij intime, loin de certains clichés.

Haut de page

Notes

1 Cf. Michel Niqueux, « La correspondance de Maksim Gor´kij », Revue des études slaves, 89 (3), 2018, p. 443-455. À l’édition académique de la correspondance s’ajoutent de nombreuses publications de lettres dans des revues ou dans des collections périodiques.

2 Voir la traduction par Michel Niqueux et sa préface dans Maxime Gorki, Une confession, P. : Phébus, 2005.

3 On sait les liens qui l’unissaient, lui et sa famille, à Genrih Jagoda (1891-1938), lui aussi originaire de Nižnij- Novgorod

4 L’accusation a été faite lors du 3e procès de Moscou en mars 1938 et visait les deux médecins de Gor´kij, Lev Levin et Dmitrij Pletnev, qui auraient agi sur ordre de Jagoda, cf. Michel Niqueux, « La mort de Gor´kij : Témoignages et hypothèses », Cahiers du monde russe et soviétique, 29 (1), 1988, p. 79-94 et du même auteur, compte rendu de Вокруг смерти Горького : документы, факты, версии [De la mort de Gor´kij : documents, faits, versions], M. : IMLI RAN, 2001, Revue des études slaves, 74 (1), 2002, p. 258-260.

5 Après la séparation de ses parents en 1904, Maksim a été élevé par sa mère, Ekaterina Volžina (1876-1965), militante socialiste-révolutionnaire et figure active de la Croix-Rouge politique.

6 Sa vie mouvementée a fait l’objet de plusieurs biographies dont Mihajl Parhomovskij, Книга об удивительной жизни Ешуа Золомона Мовшева Свердлова, сташего Зиновием Алексеевичем Пешковым, и необыкновенных людях, с которыми он встречался: в четырех частях с прологом и эпилогом [Livre sur la vie étonnante de Ešua Zolomon Movšev Sverdlov, devenu Zinovij Alekseevič Peškov, et les personnes extraordinaires qu’il a rencontrées : en quatre parties avec un prologue et un épilogue], Jérusalem : Naučno-issledovatel´skij centr « Russkoe evrejstvo v zarubež´e », 1999 ; Guillemette de Sairigné, Pechkoff, le manchot magnifique, P. : Allary Éditions, 2019.

7 Cf. Jean-Baptiste Godon, préface, p. 8. Huit de ses lettres ont été publiées en 2005.

8 La dernière lettre de Zinovij à Gor´kij est un mot très touchant de condoléances après la mort de Maksim.

9 Il serait trop long de détailler ici les ensembles épistolaires les plus importants de l’héritage de Gor´kij.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Depretto, « Gorki et ses fils. Correspondances (1901-1934) »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 935-939.

Référence électronique

Catherine Depretto, « Gorki et ses fils. Correspondances (1901-1934) »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13819 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13819

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search