Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusCorrespondances, art, littératureEvgenij ŠTEJNER, Čto takoe horošo...

Comptes rendus
Correspondances, art, littérature

Evgenij ŠTEJNER, Čto takoe horošo. Ideologija i iskustvo v rannesovetskoj detskoj knige | Marina BALINA, Serguei Alex. OUSHAKINE, eds. The Pedagogy of Images. Depicting Communism for Children

Cécile Pichon-Bonin
p. 939-943
Référence(s) :

Evgenij ŠTEJNER, Čto takoe horošo. Ideologija i iskustvo v rannesovetskoj detskoj knige, Moscou : Novoe literaturnoe obozrenie, 2019, 392 p.

Marina BALINA, Serguei Alex. OUSHAKINE, eds. The Pedagogy of Images. Depicting Communism for Children, Toronto – Buffalo – London, University of Toronto Press, 2021, 546 p.

Texte intégral

1Les études sur la littérature et l’illustration enfantines soviétiques des années 1920-1930 ont constitué un secteur particulièrement dynamique ces dernières années. 2021 a ainsi vu paraître deux ouvrages dans ce domaine. Evgeny Steiner publie la troisième version, revue et augmentée, de son livre Stories for Little Comrades, Revolutionary Artists and the Making of the Early Soviet Children’s Books sorti initialement en 1999, puis traduit en russe en 2002 et publié sous le titre Avangard i postroenie Novogo Čeloveka : iskusstvo sovetskoj detskoj knigi 1920-x godov [Avant-garde et construction de l’Homme nouveau : l’art dans la littérature enfantine soviétique des années 1920]. Parallèlement, Marina Balina et Serguei Oushakine ont dirigé une publication collective rassemblant seize articles, rédigés par des chercheurs très majoritairement rattachés à des institutions américaines. Ce recueil est le fruit d’un projet mené à l’université de Princeton entre 2015 et 2017 et qui s’est traduit par une série de séminaires consacrés à la pédagogie visuelle soviétique, prenant appui sur l’importante collection de livres pour enfants soviétiques de la Cotsen Children’s Library et sa numérisation.

2Les illustrations tiennent une place importante dans ces opus. Conformément aux indications données dans la préface, la troisième version de l’ouvrage de Steiner propose une iconographie renouvelée : les images de Vladimir Lebedev, aujourd’hui largement diffusées, ont cédé la place à des illustrations moins connues mais généralement accessibles au chercheur notamment sur Internet. Sur les 68 planches en noir et blanc, 57 sont nouvelles par rapport à la première édition. Le recueil de Marina Balina et Serguei Oushakine offre 245 illustrations en couleurs utilement commentées. Chaque chapitre propose son appareil de notes et sa bibliographie, un index et les biographies des contributeurs complètent les textes. Dans cette troisième version, Evgenij Steiner a corrigé et précisé certains passages, notamment à la lumière des commentaires du très regretté spécialiste de l’illustration pour enfants soviétique, Jurij Gerčuk. Le corpus de livres soumis à l’analyse est plus vaste, l’appareil de notes atteste d’un élargissement des sources et passe de 165 références à 427. Le corps du texte a été allongé d’un tiers, principalement grâce à l’ajout d’un nouveau chapitre. Enfin, la préface permet à l’auteur de situer sa démarche dans l’historiographie récente.

3Les deux ouvrages portent sur un même objet : l’illustration du livre pour enfants du lendemain de la révolution d’Octobre au milieu des années 1930, une période riche de nombreuses expérimentations artistiques. Un corpus abordé à travers les analyses d’exemples connus et moins connus. Ces deux recherches affichent une volonté commune de comprendre comment le livre pour enfants, et l’image en particulier, a contribué à former le citoyen soviétique en lui transmettant un certain nombre de connaissances, valeurs, normes, croyances et modèles de comportement, en somme une vision du monde communiste. Si les auteurs des deux livres partagent un intérêt pour la modernité soviétique, recourent largement à l’analyse iconographique et abordent quelques thèmes communs (comme le modernisme américain, le livre de production ou le rapport entre l’homme et la machine), la plupart des sujets et les approches diffèrent.

4Le projet d’Evgeny Steiner emprunte plus volontiers à l’histoire de l’art et des courants artistiques, comme en témoigne la structure du livre. La présente édition conserve la progression initiale en trois chapitres, en lui ajoutant des sous-titres pour préciser le contenu et un quatrième et dernier chapitre. Le premier chapitre est dédié aux principaux auteurs du projet constructiviste et explore successivement la création de l’artel Segodnia, l’activité de l’école d’art de Vitebsk et les livres illustrés par Vladimir Lebedev. Le deuxième chapitre se concentre sur trois éléments du projet constructiviste : les nouveaux contes, le héros positif et les enfants étrangers. Le troisième chapitre s’intéresse au livre de production, en particulier au processus de fabrication des produits manufacturés et aux moyens de transport comme la locomotive et l’avion. L’auteur s’intéresse à l’expression de la double révolution politique et artistique dans l’illustration du livre pour enfants soviétique et entend dégager les stratégies formelles des artistes de gauche et analyser les stéréotypes artistiques, esthétiques et mentaux de cette période (p. 5). Enfin, un quatrième chapitre apparaît. Il présente quelques tendances du livre pour enfant occidental, à travers des exemples allemands, français et surtout américains. L’auteur développe là une perspective comparatiste plutôt qu’une étude des circulations, même si celles-ci sont évoquées. Son objectif vise à situer les expériences et les réflexions autour de la création d’un nouveau livre pour enfants dans un contexte culturel plus large, en menant l’analyse au prisme de la notion de Modernisme et des rapports des artistes à l’enfance, nommés « stratégie enfantine » par l’auteur. Le chapitre additionnel ne modifie en rien la conclusion de la première version de l’ouvrage (enrichie d’un paragraphe), il figure d’ailleurs après celle-ci, comme un appendice qui ouvre sur une nouvelle question.

5Le recueil dirigé par Marina Balina et Serguei Oushakine s’inscrit dans les réflexions actuelles sur la culture visuelle. Il se concentre sur les façons dont les auteurs et illustrateurs ont traduit le communisme en idiomes et images accessibles aux enfants en analysant des ouvrages variés, sans la hiérarchisation esthétique caractéristique de l’histoire de l’art, permettant ainsi de saisir plus largement les stratégies des auteurs et des illustrateurs et de mieux comprendre notamment les formes de modernisation du livre pour enfants, de la transposition mécanique d’histoires prérévolutionnaires dans le contexte soviétique aux innovations de l’avant-garde. Dans la dynamique des études culturelles de ces derniers années, l’ensemble des articles contribue à rendre apparent le caractère flou du projet culturel bolchevik avec les débats, tensions, désaccords et contradictions qui le traversent. Ils concourent également à mettre de côté la vision romantique selon laquelle l’illustration pour enfants aurait constitué un refuge octroyant aux créateurs une liberté formelle plus grande que les autres champs artistiques. L’introduction expose d’ailleurs le double processus très progressif qui fait émerger la littérature pour enfants comme une institution culturelle spécifique et un ensemble de principes esthétiques cohérents, en insistant notamment sur la primauté nouvelle du visuel à travers le développement de l’album (picture book).

6L’une des nombreuses richesses de l’ouvrage réside dans sa dimension interdisciplinaire. Les articles empruntent à la critique littéraire, à l’étude de film, à l’analyse historique ou aux études de culture matérielle. Ils abordent ainsi de multiples aspects du livre illustré pour enfants. Le recueil se découpe en trois parties composées chacune de cinq ou six chapitres. La première partie, consacrée à la fonction de médiation du livre, s’intéresse aux manières dont les artistes prérévolutionnaires et non révolutionnaires se sont adaptés au nouveau contexte éditorial soviétique, notamment en proposant une iconographie révolutionnaire profondément enracinée dans la tradition visuelle non révolutionnaire (Helena Goscilo) ; au livre sous l’angle de ses rapports avec d’autres médias comme le cinéma et la photographie (Yuri Levin analyse ici un ouvrage d’Alisa Poret tandis qu’Aleksandar Boškovič étudie le projet non publié d’Alexandre Rodtchenko, Samozveri ) ; aux pratiques d’interaction avec les livres et magazines (Erika Wolf se penche sur la façon dont les premiers magazines photographiques pour enfants ont encouragé leurs lecteurs à devenir photoreporters et Aleksandar Boškovič insiste sur l’engagement constructif demandé au jeune utilisateur du livre) ; et au livre comme substance matérielle (Birgitte Beck Pristed étudie ainsi la « pédagogie du papier » (p. 181), ses dimensions politiques, économiques et symboliques).

7Le livre dans sa capacité à représenter fait surtout l’objet de la deuxième partie dévolue à la technologie. Il s’agit ici de voir tout à la fois comment les projets soviétiques sont présentés au jeune lecteur et la façon dont ces images orientent leur perception. Différents thèmes iconographiques sont abordés : la nature (Larissa Rudova), l’homme-machine (Sara Pankenier Weld), l’électrification (Kirill Chinikhin), les réalisations des techniques des enfants (Maria Litovskaya), le Turksib (Michael Kunichika) et les transports (Katherine M.H. Reischl). La troisième et dernière partie aborde la notion de pouvoir. Les contributions de cette section se focalisent sur la façon dont le pouvoir et les institutions ont transformés des notions comme le temps (Kevin M.F. Platt, Daniil Leiderman et Marina Sokolovskaya), le travail (Alexey Golubev) et l’identité (Stephen M. Norris, Thomas Keenan).

8Le projet de Marina Balina et Serguei Oushakine offre de multiples apports. Parmi les principaux figure l’analyse des stratégies visuelles qui articule études iconographiques, formelles et relevant de l’intermédialité. Ces approches permettent une meilleure compréhension des interactions entre idéologie et pédagogie visuelle, entre image et politique, et viennent enrichir tout autant les études sur la culture soviétique que celles sur la culture visuelle plus largement. La dynamique interdisciplinaire, en évitant soigneusement d’aborder de front la question de la propagande, parvient ainsi à envisager des aspects souvent négligés par les travaux qui lui sont consacrés. Le recueil interroge ainsi la diffusion de cette propagande, ses buts, ses moyens, ses fonctions et ses résultats. Il examine le livre comme agent de socialisation et fait apparaître différents dispositifs formels et leur rôle dans l’éducation du regard et la manière de « voir soviétique ». Ainsi, les chapitres s’appuient sur les études récentes dans le domaine de la littérature enfantine en URSS, tout en insistant sur le rôle, l’importance et les fonctions du visuel dans les ouvrages pour enfants. Ces remarques n’épuisent pas le contenu de cet ouvrage remarquable dont la publication marque une étape importante dans l’historiographie de la culture visuelle soviétique.

9Comme les deux précédents ouvrages au moment de leur parution, la troisième version du livre d’Evgeny Steiner présente déjà le grand mérite de mettre en lumière des œuvres peu connues, en particulier grâce à l’ajout du quatrième chapitre. La question de l’intérêt de la réédition de cet ouvrage sous cette forme et investie d’un nouveau titre se pose cependant. L’auteur justifie le changement de titre par l’ajout d’exemples de livres pour enfants qui dépassent les limites du constructivisme et de l’avant-garde. La définition même de ces termes demeurant problématique, l’ouvrage aurait gagné à expliciter leur usage et à afficher un positionnement clair quant aux critères ayant présidé au choix des livres analysés. La question de savoir si les nouveaux exemples n’auraient pas pu être inclus dans la notion d’avant-garde demeure. La totale nouveauté du titre pour désigner la version même corrigée et augmentée d’un livre ne manque pas de créer une déception chez le lecteur qui peut légitimement s’attendre à découvrir une nouvelle recherche. Déception récurrente puisque la traduction du livre en russe proposait déjà un nouveau titre pour un contenu quasi-similaire. Ce procédé nous semble finalement porter préjudice à l’ouvrage puisque l’approche développée apparaît un peu datée et la démarche, pourtant très louable, d’amélioration et d’enrichissement du texte par l’auteur semble être assujettie à une logique commerciale qui fait passer l’ancien pour du nouveau. Au final, ce procédé minore les apports du livre à l’histoire de l’art et aux études iconographiques du livre pour enfants soviétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Pichon-Bonin, « Evgenij ŠTEJNER, Čto takoe horošo. Ideologija i iskustvo v rannesovetskoj detskoj knige | Marina BALINA, Serguei Alex. OUSHAKINE, eds. The Pedagogy of Images. Depicting Communism for Children »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 939-943.

Référence électronique

Cécile Pichon-Bonin, « Evgenij ŠTEJNER, Čto takoe horošo. Ideologija i iskustvo v rannesovetskoj detskoj knige | Marina BALINA, Serguei Alex. OUSHAKINE, eds. The Pedagogy of Images. Depicting Communism for Children »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13828

Haut de page

Auteur

Cécile Pichon-Bonin

LIR3S, université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search