Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64/1Dossier. Histoires économiques de...Histoires économiques de l’Union ...

Dossier. Histoires économiques de l’Union soviétique

Histoires économiques de l’Union soviétique

Introduction
Juliette Cadiot, Sophie Lambroschini et Anne O’Donnell
p. 9-21
Traduction(s) :
Economic histories of the Soviet Union [en]

Texte intégral

Culture matérielle soviétique

  • 1 Dans le cadre du New-York University – Paris Sciences & Lettres International Collaborative Project (...)

1Les articles de ce dossier sont issus de deux conférences tenues à l’université de New-York (NYU) et à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS-Paris) : les chercheurs étaient invités à s’interroger sur comment écrire l’histoire économique de l’Union soviétique au regard des enseignements des sciences sociales en prenant en compte, en priorité, les apports de l’histoire de la culture matérielle sous le socialisme1. Les études du quotidien ont permis d’explorer la pluralité des manières de produire et de consommer des Soviétiques dans des contextes de pénurie jusqu’aux années 1950, puis de déficit et d’essor du consumérisme soviétique dans la période suivante. Sans remettre en cause la singularité de l’économie sans marché de l’Union soviétique, ces travaux rendent compte de la diversité de la réalité économique du pays et des expériences vécues par ses habitants en période de crise ou de révolution, mais aussi de stabilité et de réformes, ces dernières étant plus particulièrement représentées dans ce dossier.

  • 2 Brandon M. Schechter, The Stuff of Soldiers : A History of the Red Army in World War II Through Obj (...)

2Les contextes de crise extrême, tant de la révolution, étudiée ici par Anne O’Donnell, que de la guerre totale en 1941-1945, présentée lors de la conférence à New-York par Brandon Schechter et Masha Cerovic, eurent pour conséquence le renforcement, par sa militarisation, du contrôle de l’État sur l’économie : les biens, dont la distribution fut dès lors soumise à un contrôle accru, y gagnèrent en valeur. Cependant, les confiscations, les transferts, les prédations et les destructions eurent raison de la stabilité des relations économiques et les échanges informels sous forme de marché noir se multiplièrent. Brandon Schechter, à propos de la culture matérielle des soldats de l’Armée rouge, ou encore Masha Cerovic, à propos de l’environnement sensible des partisans biélorusses, ont mis en évidence tout l’intérêt de l’approche par le quotidien pour rendre compte des expériences de guerre2.

  • 3 Kristy Ironside, A Full-Value Ruble : The Promise of Prosperity in the Postwar Soviet Union, Harvar (...)
  • 4 Alexandra Oberländer, « Hatching money : The political economy of eggs in the 1960s », Cahiers du M (...)

3Dès les années 1930, la notion de « vie meilleure » introduite dans le discours de Stalin rompit avec l’idéal de sobriété révolutionnaire et la réalité de la famine, de la pauvreté et des déficits : elle offrait un espoir de prospérité. Néanmoins, cette volonté de rendre la vie meilleure ne put être mise en œuvre qu’une fois absorbé le choc des destructions humaines et matérielles de la seconde guerre mondiale. Cela se traduisit par l’abandon du rationnement et une réforme monétaire en 1947, associés à une baisse quasi continue des prix à la consommation voulue par Stalin ; les investissements dans la défense et les grands chantiers pharaoniques restaient cependant préservés. Sous Hruščev, la baisse des prix fut accompagnée d’une politique d’investissement en faveur des biens de consommation3. Pour autant, même à l’époque, en temps de paix et de croissance, au niveau régional dans des campagnes peu monétarisées, les circuits d’échanges en nature servirent de substituts à la monnaie. Dans certaines provinces, les œufs devinrent ainsi ponctuellement monnaie, exigés pour payer les marchandises distribuées par les magasins d’État, comme l’a montré Alexandra Oberländer dans un article récent publié dans les Cahiers du Monde russe4. L’idéal de prospérité se heurta à la réalité d’une société confrontée à la pauvreté et à une économie sapée par les multiples dysfonctionnements de la production comme de la distribution et une faible productivité du travail. Les pratiques informelles individuelles et collectives d’échanges (blat) et de vente (spekuljacija) hors des circuits d’État, de chapardage et de vol à différentes échelles persistent sur l’ensemble de la période soviétique. Ces phénomènes renvoient aux dimensions culturelles de l’expérience soviétique dont le paysage était si caractéristique d’une économie dysfonctionnelle : gaspillage, matériaux et équipements inutiles et inutilisés (sauf par les chapardeurs), stocks de biens de consommation défectueux, bâtiments inachevés, et déchets, servant de ressources en devenant objets de trafics, comme l’écrit Oleg Khlevniuk dans ce numéro. Accommodements et bricolage apparaissent souvent comme le reflet inversé de l’économie administrée et militarisée, et rendent nécessaire l’établissement d’un récit relatant dans un même mouvement les intentions de rationalisation économique des décideurs soviétiques et les réalités sociales désordonnées, incohérentes et autonomes des Soviétiques ordinaires en proie à la pauvreté et au désir de vivre mieux.

Une hiérarchie de la pauvreté

  • 5 Karl Polanyi, La grande transformation, P. : Gallimard, 2009 (1re éd. 1944).
  • 6 Elena Osokina, Stalin’s Quest for Gold : The Torgsin Hard Currency Shops and Soviet Industrializati (...)
  • 7 Oleg Vital´evich Khlevniuk, Korporacija samozvancev : tenevaja ekonomika i korrupcija v stalinskom (...)
  • 8 Isabelle Ohayon, « Honorer ses morts en socialisme, une économie de l’islam kazakh (1960-1980) », R (...)
  • 9 Sur le sujet de la préservation d’une propriété privée immobilière en Russie soviétique, cf. Mark S (...)
  • 10 Filip Novokmet, Thomas Piketty, Gabriel Zucman, « From Soviets to Oligarchs: Inequality and Propert (...)

4Suivant les analyses pionnières de Karl Polanyi5, sociologues et historiens ont montré comment les systèmes bureaucratiques des économies sans marché ont produit des formes d’organisation sociale et des hiérarchies singulières. La compétence redistributive de l’État dans l’allocation des ressources et des marchandises, notamment dans un contexte de pénurie, de rareté et de rationnement, permit à l’État d’asseoir une hiérarchie d’ayants droit et engendra un système de privilèges, d’inégalité et de pauvreté, parfois teinté de corruption, comme en témoignent les travaux d’Elena Osokina et d’Anna Ivanova6. Ces hiérarchies sociales favorisèrent la création d’une couche de nantis, bientôt identifiée à la nomenklatura, dont la stabilité sociale se renforça dans l’après-guerre. Cette mainmise sur l’État par une couche de privilégiés s’accentua encore du fait de la persistance d’un marché privé et d’une propriété personnelle. La hiérarchie de service à l’État et au parti se doubla de formes d’accaparement illicite (samosnabženie) moins explorées jusqu’à récemment par l’historiographie. Dans son dernier ouvrage, Oleg Khlevniuk évoque une « privatisation » de l’économie soviétique par la nomenklatura7. Aux inégalités produites par le système administré et centralisé soviétique s’ajoutèrent les possibilités offertes d’appropriation privée, tolérée et limitée, puis autorisée et encouragée à partir de la fin des années 1980. La question de la distribution de la propriété d’État conduit à celle de son usage privatisé autour des figures de « capitalistes entrepreneurs » soviétiques. Isabelle Ohayon se penche sur la mobilisation de l’entregent et de la production agricole privée pour satisfaire les obligations sociales de dépenses dévolues aux mariages et aux enterrements ; elle analyse ces cérémonies privées aussi comme des leviers de redistribution et de construction des hiérarchies sociales et politiques au Kazakhstan8. À la conférence tenue à l’EHESS, Nikolai Mitrokhin a présenté ses travaux sur la survie d’un parc et d’un marché immobiliers privés pendant toute la période soviétique9. Filip Novokmet a, pour sa part, exposé sur un siècle les écarts de richesses produits par l’extension de la propriété privée en Russie10 et démontré ainsi l’explosion des inégalités due à la constitution de grandes fortunes privées et d’une élite oligarchique. L’étude des formes d’appropriation de la propriété socialiste depuis la période stalinienne permet d’historiciser les transferts de richesse entre propriété d’État et propriété privée, dans un contexte d’instabilité juridique et de centralisation aux mains des dirigeants politiques du pouvoir de redistribution. Ces phénomènes perdurent encore de nos jours en Russie.

Appropriation des richesses d’État, économie souterraine : qui détient la propriété socialiste ?

  • 11 Xenia A. Cherkaev, Gleaning for Communism, The Soviet Socialist Household in Theory and Practice, I (...)
  • 12 Juliette Cadiot, La société des voleurs : propriété et socialisme sous Staline, P. : Éditions de l’ (...)
  • 13 Khlevniuk, Korporacija samozvancev ; Riccardo Mario Cucciolla, « Legitimation through self-victimiz (...)
  • 14 Juliette Cadiot, « L’affaire Hain : Kyiv, hiver 1952 », Cahiers du Monde russe, 59 (2-3), 2018 ; Kh (...)
  • 15 Yoram, Gorlizki, Oleg Khlevniuk, Substate Dictatorship : Networks, Loyalty, and Institutional Chang (...)

5Les travaux se multiplient donc autour des formes d’appropriation, d’usage, de détention des biens, faisant jouer les variations successives de la définition de la propriété, notamment de la place respective de la propriété socialiste d’État et de la propriété privée, dite « personnelle » sous le régime soviétique. Si l’économie de l’Union soviétique était organisée à l’aide d’outils juridiques, les effets des lois civiles, administratives, commerciales et pénales sur la création et la stabilisation de nouvelles formes économiques socialistes restent à analyser. Dans ce numéro, Anne O’Donnell étudie un des premiers transferts massifs de propriété pendant la révolution dans les villes où, non seulement les biens immobiliers, mais aussi les biens meubles furent saisis dans le but de fonder une nouvelle hiérarchie sociale communiste. Dans ses travaux, l’anthropologue Xenia Cherkaev analyse le régime de propriété du socialisme tardif à travers la figure du chapardeur qui, entre autres acteurs, se saisit du slogan « la propriété socialiste – la propriété du peuple tout entier » pour en faire une réalité de la vie quotidienne des Soviétiques par un système de redistribution spontanée, illicite, mais bientôt tolérée11. En s’intéressant aux lois sur le vol de la propriété socialiste sous Stalin, Juliette Cadiot étudie les outils juridiques mis en place par le dictateur pour contrôler les comportements et la richesse économique des Soviétiques et recueillir des informations sur l’économie réelle12. Les travaux sur l’économie parallèle se sont aussi enrichis récemment du livre d’Oleg Khlevniuk, des travaux de Riccardo Cucciolla sur les grandes affaires de corruption en Asie centrale et de ceux de James Heinzen13. Tous montrent combien l’analyse microsociale d’un réseau de corruption économique permet d’entrer au cœur des pratiques économiques soviétiques et de déceler leurs ramifications dans les appareils administratifs et politiques. Les études de cas permettent aussi d’entendre la voix d’autres acteurs sociaux, les victimes de ces transferts, les dépossédés, comme dans l’article publié ici par Anne O’Donnell concernant les habitants de l’immeuble numéro 3 de la rue Sadovaja Černogrjazskaja. Juliette Cadiot sur l’affaire du directeur d’usine Hain à Kiyv, Oleg Khlevniuk au sujet de l’imposteur Pavlenko, ou encore James Heinzen dans le cas des ateliers de confection clandestins kirghizes recourent aussi à la méthode de l’étude de cas14. Les artels, les coopératives, le commerce, ou encore la production cotonnière constituent des contextes sociaux dirigés par des entrepreneurs talentueux, actifs, mais véreux. Ces constats anciens sur les pratiques des directeurs des entreprises soviétiques et sur l’économie souterraine sont aujourd’hui réactualisés par l’étude des archives pénales et des grandes institutions de contrôle. Cela permet de mieux spécifier ces pratiques, ce, dès la période stalinienne, et d’en comprendre le fonctionnement et le rapport aux dynamiques politiques à travers les études sur la corruption, le népotisme et le patronage15. Ces travaux utilisent une méthode d’étude du crime économique difficile à systématiser. Les activités « hors plan », illicites ou criminelles, étaient par nature non visibles dans les documents de planification. Elles apparaissent en creux dans les rapports sur les dysfonctionnements économiques et de manière sporadique dans les affaires pénales, ce qui rend difficile leur quantification.

Le marché

  • 16 Oleg V. Khlevniuk, « “Tolkači”, Parallel´nye stimuly v stalinskoi ekonomicheskoi sisteme, 1930e-195 (...)

6La présence du marché dans l’économie administrée soviétique se fit encore sentir dans la pensée et les pratiques économiques après la fin de la NEP (Nouvelle politique économique). On peut citer classiquement les problèmes de rareté et de volatilité de la main-d’œuvre (turnover) et les mesures visant à stimuler la compétition socialiste à l’aide de primes symboliques ou monétaires, depuis le mouvement stakhanoviste jusqu’aux réformes Kosygin, ou, plus techniquement, la place des mécanismes de marché pour établir les prix dans leur dimension théorique et appliquée, étudiée par Anna Ivanova et Giovanni Cadioli dans ce numéro. Des travaux ont donc démontré l’émergence et la persistance de mécanismes de marché, relevant de la loi de l’offre et de la demande, de l’utilisation d’outils conceptuels issus du modèle du marché, dans différents espaces de transaction, marchands et manufacturiers, de l’économie planifiée soviétique. Pensons à la place des marchés kolkhoziens depuis leur autorisation en 1932, aux échanges et au troc entre les entreprises permettant leur approvisionnement en matières premières, ce qu’Oleg Khlevniuk appelle ici « extraplans markets », les crédits interentreprises, les négociations sur les approvisionnements, ou citons encore la place prépondérante du marché noir dans la vie quotidienne des Soviétiques. Oleg Khlevniuk a décrit le rôle central, partiellement illégal, des tolkači, ces courtiers-représentants des entreprises auprès des administrations d’approvisionnement dans un précédent numéro des Cahiers du Monde russe16. Anna Ivanova analyse dans ce dossier la distinction opérée à la fin des années 1970 entre les biens de consommation courante et les produits de luxe, cette distinction s’accomplit alors, non plus à l’aide d’une politique d’accès privilégiée, selon le modèle d’une redistribution de rationnement ou de magasins fermés (torgsin, berëzki), mais d’une politique classique des prix, surtaxant les articles de luxe.

Les tentatives de réformes économiques

  • 17 Till Düppe, Ivan Boldyrev, eds., Economic Knowledge in Socialism, 1945-1989, Durham : Duke Universi (...)
  • 18 Ces trois études, dont nous remercions leurs auteurs de leur participation aux journées d’études, s (...)

7Certains économistes proposèrent de réintroduire les outils de l’économie classique pour réguler l’économie socialiste, en atténuer les défauts, en amortir les coûts et mieux contrôler les transactions. Ces économistes étaient soucieux de construire un nouveau modèle d’économie planifiée, quitte à reconnaître pour certains d’entre eux une place aux outils de l’économie de marché, même si celle-ci n’était pas ni ne devait être le principe organisateur de celle-là. Comme le souligne un ouvrage récent édité par Till Düppe et Ivan Boldyrev17, les qualificatifs d’économistes « dogmatistes, idéologues, réformateurs, rebelles, victimes » n’aident pas à comprendre l’évolution de la pensée économique soviétique dès lors qu’on s’attache à la théorisation et au contexte de sa production. Monnaie, prix, marchandises, capital et travail, consommation, croissance, propriété, impôts, dettes, contrat, bilan comptable à l’équilibre (hozrasčet), les concepts et les catégories de base de la pensée et de la politique économique classiques furent l’objet de débats intenses et de constantes reformulations qui ont contribué à forger non seulement l’expérience soviétique, mais aussi la trajectoire de l’économie-monde. Yakov Kronrod, Yurii Yaremenko ou Emmanuil Braverman (étudiés, respectivement, par Yakov Feygin, Adam E. Leeds et Olessia Kirtchik18) furent autant de figures d’économistes des années 1960-1980, dont la pensée ne peut être réduite à une opposition entre orthodoxes et réformistes. Giovanni Cadioli s’intéresse à la génération précédente, au directeur du Gosplan, Nikolaj Alekseevič Voznesenskij, et à sa tentative de théoriser le bon usage des « leviers économiques » empruntés à l’économie de marché pour améliorer la planification à la fin des années 1940. Les tentatives des historiens de l’économie de pénétrer les pratiques de lobbying exercées entre les ministères et les branches se sont avérées particulièrement fructueuses. Elles permettent de mieux appréhender les tensions qui prévalaient entre l’impératif politique, qui exigeait une rupture avec le marché, les négociations tendues et la compétition entre les ministères. Ces travaux sont rappelés ici par Oleg Khlevniuk. Du fait de ces pressions politiques, le plan devait sans cesse être réactualisé. Si nous ouvrons la boîte noire du fonctionnement et de la pensée du Gosplan, nous observons que les techniques de construction d’indicateurs et de régulations fondées sur l’économie classique furent bien exploitées pour tenter d’améliorer l’économie planifiée. Les innovations et les recherches de plus en plus poussées des économistes soviétiques autour du contrôle, de la rationalisation mathématique et de la cybernétique ont finalement permis leur insertion, certes marginale, dans une discussion mondialisée en économie théorique. Ces travaux portent notre attention sur les manières dont l’idéologie, les régulations administratives et les économies vécues ont conduit à la reformulation de politiques, de méthodes, d’indicateurs et de concepts qui visaient, certes, à englober les pratiques économiques socialistes, mais aussi à offrir au monde un modèle alternatif de développement.

  • 19 Sur ce sujet, Nathalie Moine, « “Mesurer le niveau de vie” : administration statistique et politiqu (...)

8La question de savoir comment les informations sur les pratiques économiques étaient recueillies et construites par les agences d’État est cruciale pour comprendre la manière dont les conceptions économiques soviétiques étaient intégrées aux canons marxistes, mais aussi aux systèmes sociaux, culturels et politiques soviétiques et/ou mondialisés. Les informations sur l’économie réelle, parallèle, étaient secrètes et peu systématisées même sous Brežnev. À l’inverse, comme le montre Kristy Ironside dans ce numéro, les statistiques sur les budgets des ménages19, qui fonctionnaient comme un miroir déformé et rêvé de ce que devait être la consommation soviétique, firent l’objet de publicité, voire de propagande visant à accréditer la fiction d’une prospérité soviétique à l’égal de celle du monde occidental.

La persistance nécessaire de relations économiques avec les pays capitalistes

  • 20 Étienne Forestier-Peyrat, Kristy Ironside, « The Communist World of Public Debt (1917-1991) : The F (...)
  • 21 Sergey Ledenev, « Le pétrole et la politique extérieure soviétique (1918-1945) : la naissance d’une (...)
  • 22 Elisabeth Banks, “Socialist Internationalism between the Soviet Union and Mozambique, 1962-1991”, P (...)

9Le rapport au marché, à ses logiques et à ses outils, est cependant à distinguer des relations entretenues par l’Union soviétique avec le monde capitaliste. Bien que se tenant à l’écart de ce dernier, selon la formule de la « forteresse assiégée » ou dans le cadre de la guerre froide et de la lutte pour l’hégémonie menée contre le modèle capitaliste, l’Union soviétique dut composer avec l’existence, hors de son territoire et de sa sphère d’influence, d’économies de marché puissantes et régulatrices du commerce international. Étienne Peyrat et Kristy Ironside ont montré combien les ressorts de la dette publique dans les pays communistes suivent des trajectoires identiques à celles des autres pays dits capitalistes20. Sophie Lambroschini retrace comment des administrateurs soviétiques ont appris à penser et à agir en capitalistes afin de récupérer des devises pour l’État soviétique. Sergey Ledenev au sujet du marché du pétrole au début du régime soviétique (conférence tenue à l’EHESS)21, Betty Banks à propos des relations liant depuis les années 1960 l’URSS et le Mozambique22, comme Sophie Lambroschini dans ce numéro, ont étudié les formes prises par l’intégration de l’Union soviétique dans les réseaux du commerce international et des transactions financières mondialisées. Dans ces contextes, les dirigeants économiques soviétiques ont dû parfois s’acclimater, adopter les outils et les mécanismes de l’économie de marché et fréquenter des capitalistes. Sophie Lambroschini étudie ainsi la figure des banquiers de sovzagranbanks, les banques soviétiques localisées à l’étranger. Leurs dirigeants étaient amenés à spéculer sur les marchés financiers internationaux et à faire l’expérience du capitalisme dans sa version la moins régulée sur les marchés internationaux des capitaux offshore dans les années 1970-1980.

10Si la question de la convergence entre les modèles capitalistes et socialistes dans la dernière moitié du xxe siècle, notamment autour des impératifs partagés de croissance économique, d’extraction des ressources, de redistribution « juste » et d’essor de la consommation des ménages (voire du modèle de la planification, de contrôle des prix et de droits sociaux), a bien été discutée par les économistes de l’après-guerre, elle a été écartée de nos réflexions. Notre objectif était davantage de rendre compte de l’expérience soviétique dans le cadre exigeant d’une idéologie réclamant que le marché, l’offre et la demande, ne définissent pas l’organisation économique du pays et que l’accumulation du capital ne tombe pas dans les mains d’acteurs privés. Les instruments de contrôle et de répression mis au service de cette politique se sont accompagnés d’une certaine tolérance, voire d’une immunité pour la nomenklatura, laissant à la société soviétique la possibilité de construire son autonomie dans la sphère économique de la vie quotidienne.

11Nonobstant leurs multiples connections, les approches et les thématiques que nous avons rapidement évoquées dans cette introduction restent liées à des cadres analytiques différents et sont rarement discutées de manière véritablement interdisciplinaire. Les deux journées d’études, à NYU et à l’EHESS, ont facilité cette discussion qui a montré la pluralité des directions prises par les histoires de l’économie soviétique, champ dynamique dès lors qu’il embrasse cette diversité disciplinaire de méthodes et de thématiques.

12Dans ce dossier des Cahiers du Monde russe, les articles retenus se répartissent en deux groupes thématiques. L’un porte sur la circulation des objets et la consommation des Soviétiques. Le second étudie les zones limites, les limès, de la planification soviétique et leurs liens avec le marché et le capitalisme.

Négociations, ajustements et médiation

13Les articles s’intéressent à trois types d’acteurs de l’économie socialiste telle qu’elle fut imaginée : les autorités idéologiques, les agents de l’administration et le citoyen consommateur. Ils interagissent indirectement dans une conversation sur la manière de définir la propriété socialiste (O’Donnell), la formation des prix (Cadioli, Ivanova), la composition des budgets (Ironside), ou encore les techniques et formes de management (Lambroschini, Khlevniuk). Ces travaux mettent en lumière des interactions qui soutiennent les ajustements effectués par le gouvernement soviétique. La direction politique avait le dernier mot pour décider de ce qu’était le socialisme – Cadioli retrace l’implication de Stalin dans les travaux de préparation du manuel d’économie politique après la guerre –, mais elle balançait entre des objectifs idéologiques, leur faisabilité et leur acceptabilité par les agents économiques sur le terrain. Au sortir de la guerre, comme le montrent Cadioli, Ironside et Ivanova, les tensions entourant les tentatives de réformes économiques s’intensifièrent. Ivanova et Lambroschini étudient comment, à partir de la seconde moitié des années 1980, la crise économique systémique élargit encore le fossé entre les politiques toujours conçues comme socialistes et les mesures qui tendaient à résoudre les problèmes de l’économie planifiée et qui, finalement, la remirent en cause. La question des réformes apparaît aussi comme une réponse face au mécontentement d’une population qui s’exprima via divers canaux, mais de manière de plus en plus audible, tout au cours de la période.

Tensions dans les mises en pratique du projet socialiste

14Les articles de ce dossier soulignent donc la tension constante entre réalité économique et projet révolutionnaire ou socialiste. Anne O’Donnell décrit les expropriations des appartements dans les grandes villes de 1917 à 1923 et comment, dans le mouvement de la révolution, elles se firent par le truchement des procédures et des figures d’autorité qui s’arrogèrent le droit de prendre, de définir quoi prendre, et de redistribuer les biens. Les limites entre expropriation, confiscation, réquisition et vol étaient floues, il faudra attendre le code civil de 1922 pour que le droit en donne des définitions claires et que la « bacchanale des saisies » ralentisse. À Petrograd et à Moscou, dans les villes de province, ce furent les autorités municipales qui entreprirent ces transferts de propriété. Elles y inclurent aussi les biens meubles pris dans les appartements en voie de municipalisation et de partage. Anne O’Donnell montre comment les autorités bolcheviques centrales tentèrent rapidement d’encadrer et de contrôler les agents parlant au nom du nouvel État, créant ainsi une archive permettant de suivre les opérations de saisies. Elles le firent en prenant en compte les plaintes des citoyens dépossédés qui, pour récupérer leurs biens et objets, multiplièrent les réclamations, faisant valoir qu’ils n’étaient ni bourgeois ni « parasites », ou encore soulignant les erreurs de procédure et d’inventorisation des trojki de confiscateurs. Pris entre deux attentes, l’une révolutionnaire et l’autre sociale, un logement valable pour le prolétariat et l’expropriation des bourgeois-parasites, l’État a réajusté sa propre définition de la propriété privée et de la propriété publique ; la destruction de la propriété bourgeoise s’accompagna de la création d’un nouveau modèle de propriété.

  • 23 En 1941, une circulaire (ukaz) du Présidium du Soviet suprême d’URSS interdit « la vente, l’échange (...)

15Oleg Khlevniuk analyse les pratiques de troc entre les directeurs d’usine et les administrations économiques dans le domaine de l’approvisionnement pendant la période stalinienne. Elles expriment une adaptation pragmatique à la nécessité de produire et aux difficultés de mise en place de la planification. Ainsi, par exemple, il note que les entreprises de l’industrie légère recevaient la moitié du métal nécessaire à leur production par les canaux de l’économie planifiée, l’autre moitié provenait du marché libre. Le commerce des excédents de matières premières, de produits manufacturiers et d’équipement n’était pas régulé et se faisait selon la loi de l’offre et de la demande. Dans une large mesure, ces transactions hors plan ont bénéficié d’une tolérance, voire de soutien. Un ordre de 1941 réprima ces pratiques de peines de prison, mais il fut peu appliqué23, car les fonctionnaires d’État avaient largement accepté leur existence. Les niveaux de tolérance du « marché hors plan » ont néanmoins fluctué au fil des ans ; avant la seconde guerre mondiale, un appel à la vigilance accrue contre l’accumulation et les échanges hors du plan eut pour conséquence une augmentation des poursuites qui s’interrompit sous la pression de la mobilisation militaire.

Le juste prix sous le socialisme

16Après la tentative de hausse des prix des années 1960, qui donna lieu à un soulèvement violemment réprimé à Novočerkassk, une nouvelle augmentation fut décidée en 1977, qui ne concernait que les « articles de luxe » (Anna Ivanova). Elle avait le double objectif annoncé de lutter contre le déficit de biens rares, dits de luxe, en jouant sur la demande par le truchement de leur cherté et de museler le marché noir, avec les voleurs et les profiteurs qui l’animaient. L’article d’Ivanova illustre ici la difficulté pour l’État du socialisme tardif à offrir des marchandises à un prix abordable et à remplir ses engagements dans une économie de déficit et de pénurie. Même si le renchérissement des prix des biens non essentiels fut attentivement calibré pour éviter qu’il ne porte atteinte au niveau de vie de tous les consommateurs, à l’exception des plus nantis, il créa la consternation. Les privilégiés continuaient d’avoir accès aux biens de luxe, tant aux nouveaux prix majorés d’État que sur le marché noir où ils commerçaient, tandis que la majorité de la population, observant l’extension du panier de biens concernés par les augmentations, craignait toujours davantage la progression des prix à proche échéance. Ivanova illustre bien les paradoxes induits par les augmentations de prix, même limitées aux « articles de luxe » : leur inaccessibilité mettait en évidence à quel point le socialisme soviétique ne répondait pas aux attentes sociales, les hausses étaient synonymes de dysfonctionnement.

17De son côté, Ironside montre comment les statisticiens et les autorités politiques se sont appuyés sur les enquêtes sur les budgets des ménages sous Hruščev et Brežnev pour mener une propagande sur le niveau de vie des Soviétiques. Ces budgets étaient construits à l’aide de questionnaires remplis par des volontaires à un rythme régulier et complétés d’indicateurs de plus en plus sophistiqués. La progression de la composition des budgets attestait de l’amélioration du niveau de vie des Soviétiques, corroborant les déclarations optimistes sur la politique des prix, les hausses de salaires, les primes et les retraites. Le jeu sur les indicateurs – qui incluaient les variables sur la santé, la scolarité, les loisirs, ou encore les exemptions fiscales –, permettaient de préciser les contours du confort de vie soviétique. Les statisticiens insistaient auprès des volontaires qui remplissaient ces questionnaires pour qu’ils ajoutent leurs « gains/revenus invisibles » à leurs salaires. Ces budgets étaient publiés et permettaient la projection « objective », « mathématique », mais en fait idéalisée du quotidien confortable d’une famille ouvrière moyenne. D’autres sources, comme les plaintes envoyées par les Soviétiques aux dirigeants et qui contenaient parfois une mise en équivalence revenus/dépenses, offraient une vision bien différente confirmant la persistance et l’étendue de la pauvreté en Union soviétique.

18Les articles de Cadioli, d’Ivanova et d’Ironside analysent les valeurs idéologiques et symboliques associées à la formation des prix. Dans ceux d’Ivanova et de Cadioli, nous observons une tentative de réconciliation entre la fonction symbolique et la fonction technique des prix dans l’économie planifiée. Ils montrent que le principe de planification administrative voulant établir le prix en fonction du seul coût de production fut ajusté par le recours à d’autres instruments de mesure de la valeur et des prix permettant d’en mesurer les évolutions depuis les années 1920. Finalement, il en résulta un système complexe et sophistiqué, usant de différentes mesures de prix, dont le prix du marché kolkhozien réputé libre. Il permit une certaine stabilité une fois la réforme monétaire de 1947 achevée, mais aussi de masquer l’inflation rampante.

Emprunter les outils du capitalisme

19Cadioli revient sur la mobilisation d’instruments économiques utilisés dans les économies capitalistes (soit le crédit, le profit, les primes et prix fondés sur les coûts autres que ceux de la production ou, encore, le bilan comptable à l’équilibre au niveau des entreprises (hozrasčet)) et adoptés sous le terme de « leviers économiques » par les planificateurs soviétiques. Il reconstruit comment ces leviers empruntés au capitalisme furent considérés d’abord comme des solutions de contournement temporaires aux difficultés de construction économique. À partir de 1941, l’utilisation du crédit ou de l’équilibre comptable (hozrasčet) fut intégrée à l’économie de guerre. Stalin valida leur utilisation dans l’économie socialiste planifiée. Ces emprunts furent théorisés par l’économiste Voznesenskij sous la formule de la loi transformée de la valeur et, en 1949, utilisés comme leviers économiques socialistes en appui à la construction du communisme. Les auteurs de cette initiative périrent dans le cadre de l’affaire de Leningrad, mais le recours aux leviers économiques au sein de l’économie planifiée ne fut plus remis en cause. Des incompatibilités avec l’économie planifiée en limitèrent finalement l’usage, mais il n’existait plus d’obstacles idéologiques au déploiement de leviers.

20Dans son étude des banquiers soviétiques, une élite économique d’excellence formée dans les meilleures écoles mathématiques et chargée de diriger les banques soviétiques établies dans l’Ouest capitaliste, Lambroschini s’intéresse aussi aux mécanismes et aux acteurs qui tentèrent de trouver des ajustements aux difficultés de l’économie soviétique. Elle se fonde sur le cas d’une spéculation sur l’or, abusive et non sanctionnée par Moscou dans une banque de Zurich en 1981-1982, qui s’acheva par une banqueroute, comme dans le cas de la banque de Singapour quelques années plus tôt, pour montrer comment, face au déclin économique, les technocrates sur le terrain présentèrent leurs transgressions des règles du marché financier comme autant de mesures d’efficacité, rentrant en conflit avec leur hiérarchie à Moscou, férue d’éthique administrative et d’idéologie. Lambroschini souligne que cette expérience de transgression motivée par le profit en remplacement de réflexes idéologiques coïncida avec le ralentissement économique soviétique du milieu des années 1980 et à la désorientation qui s’ensuivit sur la question de la réforme de l’économie soviétique.

21En conclusion, les articles de ce dossier analysent les manières dont les autorités soviétiques construisaient les principes économiques socialistes dans des circonstances mouvantes ; ils illustrent comment les impératifs idéologiques et les stratégies de mise en œuvre étaient restructurés pour composer avec les exigences, les pratiques et les comportements des agents économiques. En s’intéressant aux normes et à la criminalité, à l’illégalité et à l’informalité des comportements des agents économiques, O’Donnell, Ivanova, Ironside, Khlevniuk, Cadioli, et Lambroschini rappellent les enjeux moraux et éthiques associés par l’État soviétique aux pratiques de marché. Leurs études permettent de rendre compte, sur le long terme de l’histoire russe, de continuités dans la persistance des formes prises par le « marché » et les comportements sociaux des Russes. Elles nous éclairent aussi sur les politiques publiques, les techniques de contrôle, et s’essaient à définir les formes que ce « marché » devait adopter. Force est de constater que les imperfections des outils économiques et juridiques de gouvernance de la politique économique, les comportements aux limites de la criminalité et de l’illégalité des agents économiques et l’implication d’administrateurs proches du pouvoir chargés de l’allocation des ressources demeurent des traits constitutifs de l’économie postsoviétique. Nous espérons que la mise en perspective offerte par les articles réunis dans ce dossier permettra d’avancer dans la compréhension de ces continuités historiques.

Haut de page

Notes

1 Dans le cadre du New-York University – Paris Sciences & Lettres International Collaborative Project (NYU-PSL Global Alliance) se sont tenues deux journées d’études sur le thème « Economic History. The Case of Russia and the Soviet Union. Sources, Methods and Perspectives », la première à NYU les 14 et 15 septembre 2018 et la seconde à l’EHESS les 14 et 15 décembre 2018.

2 Brandon M. Schechter, The Stuff of Soldiers : A History of the Red Army in World War II Through Objects, Ithaca : Cornell University Press, 2019 ; Masha Cerovic, Les enfants de Staline : la guerre des partisans soviétiques (1941-1944), P. : Seuil, 2018.

3 Kristy Ironside, A Full-Value Ruble : The Promise of Prosperity in the Postwar Soviet Union, Harvard – Cambridge : Harvard University Press, 2021.

4 Alexandra Oberländer, « Hatching money : The political economy of eggs in the 1960s », Cahiers du Monde russe, 61 (1/2), 2020, p. 231-256.

5 Karl Polanyi, La grande transformation, P. : Gallimard, 2009 (1re éd. 1944).

6 Elena Osokina, Stalin’s Quest for Gold : The Torgsin Hard Currency Shops and Soviet Industrialization, Ithaca : Cornell University Press, 2021 ; Elena Osokina, Our Daily Bread, Socialist Distribution and the Art of Survival in Stalin’s Russia, 1927-1941, Londres : Routledge, 2015 ; Anna Ivanova, Magaziny «Berezka» : Paradoksy potreblenija v pozdnem SSSR [Les magasins « Berëzka » : les paradoxes de la consommation en URSS tardive], M. : Novoe Literaturnoe Obozrenie, 2017.

7 Oleg Vital´evich Khlevniuk, Korporacija samozvancev : tenevaja ekonomika i korrupcija v stalinskom SSSR [La corporation des imposteurs : économie souterraine et corruption dans l’URSS stalinienne], M.. : Novoe Literaturnoe Оbozrenie, 2023.

8 Isabelle Ohayon, « Honorer ses morts en socialisme, une économie de l’islam kazakh (1960-1980) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 146, 2019, p. 97-118.

9 Sur le sujet de la préservation d’une propriété privée immobilière en Russie soviétique, cf. Mark Smith, Property of Communists : The Urban Housing Program from Stalin to Khrushchev, DeKalb : Northern Illinois University Press, 2010.

10 Filip Novokmet, Thomas Piketty, Gabriel Zucman, « From Soviets to Oligarchs: Inequality and Property in Russia, 1905-2016 », National Bureau of Economic Research, working paper 23712, August 2017.

11 Xenia A. Cherkaev, Gleaning for Communism, The Soviet Socialist Household in Theory and Practice, Ithaca : Cornell University Press (à paraître). Xenia A. Cherkaev, « Self-made boats and social self-management : The late Soviet ethics of mutual aid », Cahiers du Monde russe, 59 (2-3), 2018, p. 289-310.

12 Juliette Cadiot, La société des voleurs : propriété et socialisme sous Staline, P. : Éditions de l’EHESS, 2021.

13 Khlevniuk, Korporacija samozvancev ; Riccardo Mario Cucciolla, « Legitimation through self-victimization : The “Uzbek cotton affair” and its repression narrative (1989-1991) », Cahiers du Monde russe, 58 (4), 2017, p. 639-668 ; James Heinzen, « Soviet Entrepreneurs in the Late Socialist Shadow Economy : The Case of the Kyrgyz Affair », Slavic Review, 79 (3), 2020, p. 544-565.

14 Juliette Cadiot, « L’affaire Hain : Kyiv, hiver 1952 », Cahiers du Monde russe, 59 (2-3), 2018 ; Khlevniuk, Korporacija samozvancev ; Heinzen, « Soviet Entrepreneurs in the Late Socialist Shadow Economy… ».

15 Yoram, Gorlizki, Oleg Khlevniuk, Substate Dictatorship : Networks, Loyalty, and Institutional Change in the Soviet Union, New-Haven : Yale University Press, 2020.

16 Oleg V. Khlevniuk, « “Tolkači”, Parallel´nye stimuly v stalinskoi ekonomicheskoi sisteme, 1930e-1950e gody [« Les tolkači » : les dynamisations parallèles du système économique stalinien, 1930-1950]», Cahiers du Monde russe, 59 (2-3), 2018, p. 233-254.

17 Till Düppe, Ivan Boldyrev, eds., Economic Knowledge in Socialism, 1945-1989, Durham : Duke University Press, 2019.

18 Ces trois études, dont nous remercions leurs auteurs de leur participation aux journées d’études, sont publiées dans l’ouvrage de Düppe, Boldyrev, eds, Economic Knowledge in Socialism. Yakov Feygin, « “The Honest Marxist”: Yakov Kronrod and the Politics of Cold War Economics in the Post-Stalin USSR » ; Adam E. Leeds, « Administrative Monsters : Yurii Yaremenko’s Critique of the Late Soviet State » ; Olessia Kirtchik, « From Pattern Recognition to Economic Disequilibrium : Emmanuil Braverman’s Theory of Control of the Soviet Economy ».

19 Sur ce sujet, Nathalie Moine, « “Mesurer le niveau de vie” : administration statistique et politique des données en URSS. De la reconstruction au dégel », Sociétés contemporaines, 57 (1), 2005, p. 41-62 ; Nathalie Moine, « Le miroir des statistiques : inégalités et sphère privée au cours du second stalinisme », Cahiers du Monde russe, 44 (2-3), 2003, p. 481-518.

20 Étienne Forestier-Peyrat, Kristy Ironside, « The Communist World of Public Debt (1917-1991) : The Failure of a Countermodel? », in Nicolas Barreyre, Nicolas Delalande, eds., A World of Public Debts, Palgrave Macmillan, 2020, p. 317-345.

21 Sergey Ledenev, « Le pétrole et la politique extérieure soviétique (1918-1945) : la naissance d’une stratégie géo-économique », thèse de doctorat en cours, Université de Paris.

22 Elisabeth Banks, “Socialist Internationalism between the Soviet Union and Mozambique, 1962-1991”, PhD dissertation, New York University, 2019.

23 En 1941, une circulaire (ukaz) du Présidium du Soviet suprême d’URSS interdit « la vente, l’échange et la mise de côté de l’équipement et du matériel ». La peine encourue pour l’exercice de ces activités illégales était de deux à cinq ans de privation de liberté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Cadiot, Sophie Lambroschini et Anne O’Donnell, « Histoires économiques de l’Union soviétique »Cahiers du monde russe, 64/1 | 2023, 9-21.

Référence électronique

Juliette Cadiot, Sophie Lambroschini et Anne O’Donnell, « Histoires économiques de l’Union soviétique »Cahiers du monde russe [En ligne], 64/1 | 2023, mis en ligne le 23 février 2023, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13910 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13910

Haut de page

Auteurs

Juliette Cadiot

CERCEC, EHESS, Paris
cadiot[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Sophie Lambroschini

Centre Marc Bloch, Berlin ; CERCEC, EHESS, Paris
sophie.lambroschini[at]cmb.hu-berlin.de

Articles du même auteur

Anne O’Donnell

New York University
aodonnel[at]nyu.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search