Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64/1Dossier. Histoires économiques de...A movable feast: Property-breakin...

Dossier. Histoires économiques de l’Union soviétique

A movable feast: Property-breaking and property-making after the Russian Revolution

Faire et défaire la propriété après la révolution russe : une politique mouvante
Anne O’Donnell
p. 35-62

Résumés

Le sujet de l’article, la dépossession des biens meubles, constitue un espace dans lequel s’articulèrent les processus principaux de la révolution : violence politique, transformation sociale et construction de l’État. L’étude se limite à la période comprise entre l’été 1917, époque à laquelle les types de saisie établis par la loi au bénéfice de l’État pendant la première guerre mondiale (la « réquisition » et la « confiscation ») furent dévoyés, et le 16 avril 1920, date à laquelle le Sovnarkom redonna un cadre légal à la saisie des biens meubles par un décret qui, pour la première fois depuis la révolution, donnait une définition de la « réquisition » et de la « confiscation ». Après un bref aperçu des multiples façons de perdre des objets pendant la période révolutionnaire, l’article examine l’étape qui fait suite à la saisie : qu’advenait-il des biens saisis ? Comment, de privés, ces biens devenaient-ils propriété nationale ? Cette dernière question sous-tendait les programmes de nationalisation dans tous les secteurs de la vie économique. Cependant, elle présentait un défi particulier en ce qui concernait les biens domestiques du fait même de leur nature et du sens attribué à leur redistribution en tant que mesure du progrès de la révolution elle-même. En fin de compte, l’État s’avéra incapable de se muer en propriétaire mobilier et, dans un premier temps, para à son incapacité en abolissant totalement la propriété mobilière avant de réinstaurer un cadre légal de la propriété privée dans la société révolutionnaire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

The Case of no. 3 Sadovaia-Chernogriazskaia Street
From property owners to accidental holders
Making state property in movable things
The failed immobilization of movable things
Conclusion

Aperçu du texte

The Case of no. 3 Sadovaia-Chernogriazskaia Street

On the morning of September 13, 1918, an order appeared in the pages of Izvestiia VTsIK concerning the defense of the city of Moscow. Specifically, the order related to the defense of the city from “parasites,” who were to be identified and expelled by commissions formed specially for the task. So it was that four days later, a group of railway workers appeared at the door of an apartment building on Moscow’s ring road, a stone’s throw from the city’s major train stations. When it came to the expulsion of parasites, the railway workers did not need to be asked twice. In fact, they did not need to be asked once. As a subsequent investigation would clarify, in the intervening stretch days between the publication of the order and their decision to show up on the front step of no. 3 Sadovaia-Chernogriazskaia Street, the railway workers had formed themselves into what they called the “commission on the requisition of building no. 3 Sadova...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne O’Donnell, « A movable feast: Property-breaking and property-making after the Russian Revolution »Cahiers du monde russe, 64/1 | 2023, 35-62.

Référence électronique

Anne O’Donnell, « A movable feast: Property-breaking and property-making after the Russian Revolution »Cahiers du monde russe [En ligne], 64/1 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13929 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13929

Haut de page

Auteur

Anne O’Donnell

New York University
aodonnell[at]nyu.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search