Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65/1ÉditorialDésormais, notre revue s’intitule...

Éditorial

Désormais, notre revue s’intitule Cahiers d’histoire russe, est-européenne, caucasienne et centrasiatique

  Comité de rédaction
p. 7-8

Texte intégral

1Désormais, notre revue, – créée en 1959 sous le titre « Cahiers du monde russe et soviétique » et devenue en 1994 « Cahiers du monde russe : Russie, Empire russe, Union soviétique, États indépendants » –, s’intitule « Cahiers d’histoire russe, est-européenne, caucasienne et centrasiatique ».

2Tout au long de ces années, le projet éditorial des Cahiers n’a pas fondamentalement changé, contribuant à une historiographie plurielle et décentrée de l’Empire russe, de l’Union soviétique et des États devenus indépendants. Ce qui a changé en revanche est l’usage du syntagme « monde russe » dans le discours idéologique véhiculé par le gouvernement russe dans sa guerre déclenchée contre l’Ukraine pour justifier son projet expansionniste de « rassemblement des terres russes ». Le « monde russe », pour la protection et l’extension duquel une première invasion a été perpétrée déjà en 2014, est devenu l’étendard de cette insoutenable agression à laquelle nous assistons depuis le 24 février 2022 avec le retour de la guerre en Europe.

3La formule « monde russe » a connu une belle fortune au cours des décennies du régime de Vladimir Putin. On l’a vu se répandre dès la première moitié des années 2000, dans la redéfinition de la politique gouvernementale à l’égard « des » diasporas russes et des minorités russes dans les États issus de l’URSS, dits de l’étranger proche. Par extension, la formule a ensuite été appliquée aux collectivités émigrées formées au lendemain de l’effondrement de l’URSS dans des pays plus lointains, en Europe et au-delà. Elle a aussi été élargie historiquement aux descendants de l’ancienne émigration antibolchevique. Qu’elles soient proches ou lointaines, anciennes ou nouvelles, les diasporas sont devenues l’objet d’un investissement idéologique et politique visant à fonder des relais pour le rayonnement et la défense des intérêts du « monde russe » hors du pays, s’inscrivant dans une logique des « sphères d’influence », voire comme un projet irrédentiste. En 2007, la création, par décret présidentiel, de la fondation « Russkij mir [Monde russe] », a apporté une nouvelle impulsion institutionnelle aux initiatives existantes en se donnant pour vocation le soutien au développement culturel, éducatif, linguistique et religieux des diasporas.

4Repris par l’Église orthodoxe, banalisé dans les adresses gouvernementales aux citoyens, relayé par les médias, le « monde russe » s’est inscrit en quelques années dans le paysage familier de la scène publique russe et de ses antennes à l’étranger. Si le message primordial véhiculé par le « monde russe » est que ce monde déborde largement les frontières physiques du pays, son extension aux collectivités d’Europe et d’ailleurs a fait apparaître ce « monde russe » comme un instrument du soft power russe à l’extérieur. La politique néo-impériale du régime de V. Putin jusqu’à son dernier développement avec la guerre d’invasion déclenchée contre l’Ukraine a mis fin à toute ambiguïté quant aux usages belliqueux de ce syntagme.

5Aujourd’hui, et sans doute pour longtemps encore, l’expression « monde russe » est entrée dans l’histoire en charriant un ensemble d’idées et de politiques scélérates qu’une publication scientifique comme la nôtre s’entacherait à reproduire. En dotant les Cahiers de leur nouveau titre exempt de tout « monde russe », nous aspirons à toujours mieux répondre à leur vocation : Cahiers d’histoire russe, est-européenne, caucasienne et centrasiatique affirme plus explicitement l’intérêt porté à la diversité des espaces et des cultures marqués par un passé partagé, mais qu’il est impossible de réduire à un grand récit global à l’aune duquel se déclineraient, en différentes variations régionales, les expériences historiques des espaces en question. Ceux-ci ont été reliés par des échanges, des circulations, des solidarités, mais ont été aussi traversés, éprouvés par des conflits et des violences où les enjeux de domination impériale ou coloniale ont joué un rôle essentiel. Le décentrement du regard historien rendu possible et nécessaire par la fin des empires nous invite à considérer l’irréductible diversité des trajectoires locales, régionales, nationales et transrégionales de ces espaces. Les Cahiers visent à être un des lieux dynamiques de croisement, résolument international et plurilingue, des perspectives multiples ouvertes par ce décentrement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

  Comité de rédaction, « Désormais, notre revue s’intitule Cahiers d’histoire russe, est-européenne, caucasienne et centrasiatique »Cahiers du monde russe, 65/1 | 2024, 7-8.

Référence électronique

  Comité de rédaction, « Désormais, notre revue s’intitule Cahiers d’histoire russe, est-européenne, caucasienne et centrasiatique »Cahiers du monde russe [En ligne], 65/1 | 2024, mis en ligne le 20 mars 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/14489 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.14489

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search