Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65/1Dossier. « Fiz ! Kul´t ! Ura ! » ...« Fiz ! Kul´t ! Ura ! » : former,...

Dossier. « Fiz ! Kul´t ! Ura ! » : former, par le corps, l’enfance et la jeunesse soviétiques

« Fiz ! Kul´t ! Ura ! » : former, par le corps, l’enfance et la jeunesse soviétiques

Introduction
Sylvain Dufraisse et Cécile Pichon-Bonin
p. 9-18
Traduction(s) :
Fiz! Kul´t! Ura!”. Moulding young Soviets through physical activity [en]

Texte intégral

  • 1 Susan Grant, Physical Culture and Sport in Soviet Society, Propaganda, Acculturation and Transforma (...)
  • 2 Susan Grant, « Bolsheviks, Revolution, and Physical Culture », International Journal for the Histor (...)
  • 3 Sylvain Dufraisse, « Aux origines de la Fizkul´tura : milieux gymnastes et pionniers de la culture (...)

1Au lendemain de la révolution et de la guerre civile, les bolcheviks, soutenus par les réformateurs sociaux, prônent un nouveau projet d’éducation physique, la fizkul´tura [culture physique1]. Ce projet, qui vise à transformer les corps et les âmes des citoyens dans le régime soviétique en construction, est fidèle aux conceptions d’éducation totale marxiste. Le mental et le physique sont interdépendants et doivent être simultanément améliorés dans le but d’éduquer l’homme complet2. Si ses partisans défendent un projet de rupture, rupture que l’historiographie soviétique a tendu à accentuer, la fizkul´tura mêle les expériences russes antérieures et s’inscrit dans plusieurs tendances transeuropéennes3. Sa conceptualisation en Russie soviétique, puis en URSS, est le résultat de vifs débats.

  • 4 L’historiographie a bien décrit jusque-là son évolution en lien avec le développement du spectacle (...)

2Ce dossier se concentre sur la période de genèse de la fizkul´tura – les années 1920 et 1930 –, et met l’accent sur un domaine peu étudié par l’historiographie4, à savoir la construction d’une offre d’activités physiques spécifique pour les enfants et les jeunes, avec une diversification des méthodes d’enquête et le recours à la culture visuelle. Il s’agit ainsi de montrer la portée et l’intérêt d’une histoire de la culture physique qui dépasse la seule histoire du sport et qui éclaire un des aspects de la civilisation soviétique, à savoir la manière dont celle-ci prend corps.

  • 5 La Culture physique est une revue illustrée française, fondée à Paris par Albert Surier et Edmond D (...)
  • 6 Katerina Kucher, Park Gor´kogo, Kul´tura dosuga v stalinskuju èpohu, 1928-1941 [Le Parc Gor´kij, la (...)

3La notion de « culture physique » n’est pas proprement soviétique. Elle a été l’objet d’une revue en France, publiée de 1904 à 1914, qui abordait un ensemble d’activités physiques pour tous, proches du naturisme et visait le bienfait corporel (usage des bains froids, des bains de neige, de soleil pour endurcir les corps, pratique d’exercices dans la nature, cure atmosphérique)5. Qui plus est, dans l’ensemble de l’Europe, les activités physiques sont mobilisées par les différents pouvoirs (État, Église, médecine, patronat, etc.) pour « tremper » les individus dans une triple perspective : produire des corps aptes à défendre la patrie et efficaces au travail, favoriser l’hygiène et la bonne santé, et « civiliser » les corps. Les loisirs doivent être alors un temps à occuper, à optimiser et à rationaliser6. Cette dynamique pousse les pédagogues, les dirigeants politiques et les penseurs de l’éducation physique à proposer un rajeunissement de l’usage de ces pratiques et leur adaptation aux différentes catégories d’âge et de genre, produisant ainsi une spécification graduelle des exercices. Tout cela s’accompagne de l’apparition et de la formation de spécialistes et d’experts des exercices corporels, aux opinions parfois opposées, dont les controverses contribuent à façonner la définition légitime de la fizkul´tura.

  • 7 Yuri Slezkine, The House of Government, Princeton – Oxford : Princeton University Press, 2017, p. 4 (...)

4La Russie soviétique n’est pas un isolat et ses dirigeants, souvent des adeptes des activités physiques que nombre d’entre eux ont découvertes en exil intérieur ou à l’étranger7, souhaitent révolutionner également les usages du corps pour les moderniser. Le corps du Soviétique doit être propre, en bonne santé, soigné, vigoureux et policé. Ce dossier s’appuie sur la catégorie d’âge particulière de la jeunesse, enfants et jeunes gens, dans la mesure où ceux-ci constituent la matière à partir de laquelle sera formé le nouvel individu soviétique. Tout en inscrivant ce projet dans le temps long des intentions de réformes sociales présentes dans l’Empire russe et dans les circulations d’idées et de pratiques paneuropéennes, il s’efforce de montrer comment le régime soviétique a cherché, par l’activité physique, à transformer le corps des futurs citoyens soviétiques, et il s’intéresse aux modalités de diffusion des conceptions des activités physiques, propres à la catégorie d’âge étudiée.

Relire la socialisation enfantine et juvénile soviétique, à l’aune de la culture physique et de ses modes de diffusion

  • 8 Chantal Zaouche Gaudron et al., « Le jeune enfant au cœur des socialisations plurielles », in Chant (...)

5Les jeunes enfants sont confrontés à des modes de socialisation pluriels (famille, écoles, organisations de jeunesse) qui imposent des conceptions éducatives, des pratiques, fondées sur des valeurs plus ou moins convergentes8. À la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, le traitement des enfants par les États devient un moyen de définir l’avancée vers la modernité. Ces instances interviennent en produisant des normes législatives et des institutions qui permettent la scolarisation, la diffusion des savoirs médicaux, la prise en charge des enfants et, parfois, la gestion de leurs temps libre.

  • 9 La plus complète est sans doute celle de Catriona Kelly, Children’s World, Growing up in Russia 189 (...)
  • 10 Sur l’enfance abandonnée et délinquante, citons Alan Ball, And Now My Soul Is Hardened: Abandoned C (...)
  • 11 Citons notamment les travaux de Sheila Fitzpatrick, Education and Social Mobility in the Soviet Uni (...)
  • 12 Manon Pignot, L’appel de la guerre. Des adolescents au combat 1914-1918, P. : Éditions Anamosa, 201 (...)

6Les dirigeants de l’État bolchevik ont marqué tôt leur intérêt pour la cause des enfants, intervenant dans leur éducation et mettant en place de nouveaux modes de socialisation. Les études sur ce sujet se sont développées autour des axes suivants : l’histoire générale de l’enfance9, l’histoire de l’enfance abandonnée et délinquante, l’histoire de la famille10, l’histoire de l’école, des débats pédagogiques, des politiques et des pratiques éducatives11. L’objectif alors assumé de former les citoyens soviétiques du futur se décline de deux manières : forger l’attachement au régime et modeler les futurs Soviétiques. Cela nécessite le développement d’une expertise de l’enfance en psychologie, en pédologie, en pédagogie, en biologie et en médecine. En conséquence, de nouvelles institutions apparaissent, promeuvent des pratiques et s’opposent aux modes d’éducation considérés d’un autre âge. La massification et la diffusion sociale des nouvelles conceptions sont un des enjeux. Enfin, d’autres nécessités sont liées au contexte. Il s’agit aussi de résoudre une question sociale : celle des enfants abandonnés et celle des enfants qui ont été engagés dans les combats de la première guerre mondiale et de la guerre civile12.

  • 13 Irina Sirotkina, « The Sokol Mouvement in Russia », in Agnieszka Gasior, Lars Karl, Stefan Troebst, (...)
  • 14 Joseph Bradley, Voluntary Associations in Tsarist Russia, Science, Patriotism and Civil Society, Ca (...)

7Au début des années 1920, dans la Russie soviétique, les activités physiques sont prises en charge par différentes institutions. Certaines datent du régime tsariste comme les associations, dont les Sokols13, la YMCA, le mouvement scout14 avant d’être interdites (en 1923 pour le mouvement scout), ou d’être refondues. D’autres émergent comme les kružky [cercles sportifs ouvriers] et le Proletkul´t.

  • 15 Sunik, Očerki otečestvennoj istoriografij istorii fizičeskoj kul´tury i sporta ; Sirotkina, « The S (...)
  • 16 «Russkij Sokol [Le Sokol russe] », Bol´šaja rossijskaja ènciklopedija [La Grande Encyclopédie russe (...)

Le mouvement Sokol de l’Empire russe à la Russie soviétique15

L’association de sociétés de gymnastique Sokol apparaît en 1862 à Prague sous l’impulsion de Miroslav Tyrs. Elle devient un foyer de l’identité slave en Europe centrale et orientale. Elle vise à fédérer les gymnastes, à développer leurs capacités physiques et à forger un esprit démocratique. En quelques années, ce mouvement connaît un franc succès et participe à la diffusion des exercices physiques – gymnastique et sport – en proposant un cadre de pratique. Dans l’Empire russe, ce sont des maîtres allemands, ou suédois dans la seconde moitié du xixe siècle, qui participent à la diffusion des méthodes de gymnastique. Les tendances néoslaves et la germanophobie croissante conduisent à la condamnation de la gymnastique allemande et contraignent les dirigeants russes à réorienter les formes d’enseignement de l’éducation physique pour les « slaviser ». En mai 1909, František Erben, entraîneur réputé issu du mouvement Sokol, devient professeur de gymnastique à l’académie militaire de Petrograd. En 1910, le ministère de la Défense fonde ses cours de gymnastique sur la méthode tchécoslovaque. En 1911, l’ensemble des établissements du secondaire doit l’adopter. Les liens entre les représentants de l’association Sokol et les tenants de l’éducation physique russe se multiplient : traduction de brochures et de méthodes, installation dans l’Empire d’instructeurs formés au sein du mouvement Sokol… En 1910, on compte 140 professeurs de gymnastique d’origine tchèque. La vogue panslave pousse même la société russe de gymnastique, créée en 1883 par des membres de la noblesse et de l’intelligentsia, à changer de nom. En 1907, elle devient la société de gymnastique russe Sokol. Nikolaj Starostin, futur dirigeant du Spartak, y fait ses premiers pas sportifs. Le nombre des associations Sokol croît (36 en 1914, 66 en 1915) et celles-ci s’étendent à l’ensemble du territoire de l’Empire, avant de se fédérer en une Union du Sokol russe en 191016. De nombreux équipements appartenant au Sokol russe sont transférés au Vsevobuč (Vseobščee voennoe obučenie, entraînement militaire universel chargé de préparer les recrues de l’Armée rouge) à partir de sa création en 1918. En Union soviétique, beaucoup de fondateurs du mouvement de culture physique en sont issus. Au début des années 1920, ses dirigeants participent à la relance des activités physiques. Mais ils sont la cible de répressions à partir de 1923 qui, comme pour les dirigeants scouts, s’amplifient en 1926. L’organisation est alors considérée comme « contre-révolutionnaire » et « nationaliste ».

  • 17 A.N. Filippov, « Stanovlenie fizičeskoj kul´tury v SSSR : konflikt N.A. Semaško i N.I. Podvojskogo (...)
  • 18 A.V. Horoševa, « “Daeš´ zdorov´e!”: komsomol i fizičeskaja kul´tura v 1923 – 1926 gg. (po materiala (...)
  • 19 Grant, Physical Culture and Sport in Soviet Society, p. 31

8Les activistes et les éducateurs sportifs s’approprient la notion de fizkul´tura dans la Russie bolchevique en construction. Cette modification terminologique vise à s’opposer aux pratiques de gymnastique (trop associées aux nationalismes et au panslavisme) et au sport (pratiques considérées comme professionnelles ou bourgeoises). Le 27 juin 1923, un décret du comité central exécutif crée un Conseil de culture physique des ouvriers d’URSS. Concrètement, la définition de la fizkul´tura n’est pas fixe et sa progressive élaboration est le fruit de luttes internes entre différents tenants de l’activité physique et divers groupes chargés de sa production17. Certaines institutions, comme le Dinamo, société sportive des services de police fondée en 1923, s’opposent aux autres organisations chargées des pratiques physiques comme le Komsomol18 ou aux membres de l’Internationale rouge du sport. La culture physique recoupe ainsi le sport (de compétition ou non), plus largement l’activité physique et l’éducation physique, la santé (nourriture, hygiène, habillement), la défense ou les cures de repos ou de sommeil. Le 13 juillet 1925, le parti impose par décret une définition plus consensuelle de la culture physique : « La fizkul´tura doit être considérée non pas uniquement du point de vue de l’éducation physique et de la santé, mais comme un moyen de préparer culturellement, économiquement et militairement la jeunesse, comme un moyen d’éduquer les masses »19.

9En parallèle à ce processus de circonscription de la fizkul´tura et d’arbitrage entre les différentes institutions chargées de sa mise en œuvre se produit un processus de spécification d’une offre sportive, adaptée aux plus jeunes. Les chercheurs et les pédagogues se réunissent lors de congrès dès 1921 et proposent leur vision d’une activité physique pour les enfants. Certains privilégient le jeu et le contact avec la nature ; d’autres, la compétition. Ces visions se propagent dans les livres pour enfants, reflets des activités physiques à privilégier.

  • 20 Kelly, Children’s World, Growing up in Russia 1890-1991, p. 485.

10Comme l’a souligné Catriona Kelly, l’école n’est pas vraiment le lieu du développement de la fizkul´tura20. Il faut attendre 1927 pour que le Narkompros promulgue les premiers programmes scolaires la rendant obligatoire à l’école et 1932 pour voir les premiers projets à destination des organisations dédiées à la petite enfance. Le sport et la culture physique se manifestent davantage dans les nouvelles institutions d’encadrement de la jeunesse qui voient le jour, comme les pionniers dès 1922, qui réunissent les jeunes de dix à quatorze ans, ou les оktjabrjata [octobristes, de huit à dix ans] à partir de 1923. Les activités physiques tiennent une place importante dans ces mouvements. Elles ont théoriquement un objectif pédagogique. Elles servent tout autant à occuper les jeunes enfants qu’à susciter leur adhésion aux mouvements de jeunesse. Le football n’est pas une activité conseillée car il est considéré comme ne correspondant pas à leur âge. D’autres formes d’occupation sont à privilégier : les sports collectifs au premier rang desquels le volley-ball, les activités de randonnées, les séances de zarjadka [gymnastique quotidienne], les journaux théâtralisés qui mettent en scène les enfants dans des pyramides et autres performances physiques, ce qu’étudie Birgitte Beck Pristed à partir de la revue Živaja teatralizovannaja gazeta dlja pionerov. L’aspect compétitif y tient une place progressivement plus grande. L’année 1928 voit ainsi le déroulement d’une spartakiade, opposant des groupes de pionniers de quartiers, avec au programme de l’athlétisme, du basket, du volley-ball, du gorodki [un jeu traditionnel semblable aux quilles], du tir à l’arc. En 1929, 1 116 enfants y participent et peuvent découvrir des sports en démonstration comme le basket-ball, le pushball, le water-polo ou les jeux traditionnels. Y sont adjointes des activités physiques militaires : course de 8 km, préparation à la défense chimique, topographie…

  • 21 S.B. Ulyanova et alii, « GTO Concept: Design and Implementation in USSR in Late 1920s-Early 1930s » (...)
  • 22 N.I. Bajšev, My verim tverdo v geroev sporta : sportizacija sovetskoj provincij v 30-60 gody XX vek(...)

11À côté de ces activités, réalisées dans le cadre des organisations de jeunesse, les dirigeants de l’administration de la culture physique développent d’autres formes d’action. La mise en place d’un brevet sportif, Gotov k trudu i oborone [Prêt pour le travail et la défense] en 193121, pour les jeunes adultes, inspiré d’un programme suédois, constitue un moyen d’évaluation des capacités physiques des Soviétiques et de stimulation de la pratique. Il est étendu aux plus jeunes en 1934 avec l’instauration du brevet sportif Bud´ gotov k trudu i oborone [Sois prêt pour le travail et la défense], réservé aux enfants. Ces inflexions sont désormais connues et la diversité de leur application et de leur mise en œuvre commence à être appréhendée à l’échelle locale22.

  • 23 I.N. Morozov, T.F. Bogdanov, Ot igry k žizni, podvižnye igry dlja škol pervoj stupeni [Du jeu à la (...)
  • 24 Ce pédagogue, né en 1759 et mort en 1839, est l’un des fondateurs du mouvement gymnique allemand et (...)
  • 25 Dr E.A. Pokrovskij, Značenie detskih igr v otnošenij vospitanija i zdorov´ja [L’importance des jeux (...)
  • 26 Ibid., p. 20-21.
  • 27 G.A. Kolocca, Detskie igry, ih psihologičeskoe i pedagogičeskoe značenie [Les jeux d’enfants, leur (...)
  • 28 Morozov, Bogdanov, Ot igry k žizni, podvižnye igry dlja škol pervoj stupeni.
  • 29 A. Bykovoj, N. Genrihsen, et alii, Fizkul´tura v doškol´nom vozraste : Organizovannye zanjatja po f (...)

Jeu et culture physique

Depuis l’Émile de Rousseau au moins, l’enfant est unanimement reconnu comme un être naturellement et prioritairement actif. Cette approche entretient un lien avec le développement de différentes théories sur l’origine et les fonctions du jeu, au cours du xixe siècle. Celles-ci sont diffusées en Russie-URSS, comme en témoigne l’ouvrage de Morozov et Bogdanov, publié en 1926, dans lequel sont brièvement exposées23 :
– la théorie du jeu comme repos et divertissement nécessaires à la revitalisation du corps, élaborée par le pédagogue Johann Christoph Friedrich GutsMuths24 ;
– la théorie du philosophe Herbert Spencer (fondée sur l’idée du poète Friedrich Schiller du jeu comme expression de la liberté) présentant le jeu comme manifestation de force de vie et d’énergie accumulées en excès, une fois les besoins élémentaires satisfaits, et sans but pratique et utilitaire (contrairement au travail) ;
– la théorie atavique, fondée sur la loi biogénétique, du philosophe américain Granville Stanley Hall ;
– enfin, la théorie biologique du jeu comme préparation à la vie adulte du psychologue Karl Groos.
Reprenant et adaptant ces idées, le docteur Egor Arsen´evič Pokrovskij dans les années 1880, puis le pédologue Nikolaj Aleksandrovič Rybnikov dans les années 1920, figures importantes de la pédagogie russe et soviétique et particulièrement intéressées à la question du jeu, insistent sur le fait que, durant toute l’enfance et jusqu’à l’âge adulte, les jeux préférés sont liés à l’exercice de l’appareil moteur, et que mobilisent les courses, les sauts et les lancers, etc.25 Dans l’esprit des thèses hygiénistes qui ont cours depuis le milieu du xixe siècle, Pokrovskij, et les pédologues soviétiques à sa suite, insistent sur l’importance du jeu dans le développement psychomoteur de l’enfant. Les jeux de mouvement, surtout lorsqu’ils se déroulent en plein air, favorisent globalement la santé et le renforcement de l’organisme26. Ils possèdent également de nombreuses fonctions pédagogiques parmi lesquelles l’acquisition et l’épanouissement de qualités comme l’adresse, la souplesse, l’élégance mais aussi le développement des organes des sens et des capacités mentales.
Au début du xxe siècle, les typologies du jeu se multiplient. Sous l’angle de la théorie du jeu, les jeux de mouvement sont souvent distingués des jeux de société, des jeux scéniques et intellectuels. Sous l’angle de la culture physique, les jeux de mouvement (avec ou sans jouet) sont distingués des jeux gymniques chantés et des exercices corporels (comme la natation ou la gymnastique). Les jeux de mouvement font eux-mêmes l’objet de catégorisation selon les types d’activités (Giovanni Antonio Colozza27), de matériel utilisé (Morozov-Bogdanov28) ou de qualités à développer (Colozza, inspiré de Jean-Baptiste Fonssagrives). En 1934, l’Institut central de recherche scientifique sur la culture physique publie le résultat de son travail avec les jardins d’enfants expérimentaux de Moscou et propose un programme d’enseignement de la culture physique pour les enfants de moins de 7 ans29. Le collectif de scientifiques retient alors six types d’activités adaptées au tout-petit :
1 – L’activité motrice libre (svobodnaja motornaja dejatel´nost´) ;
2 – Les jeux créatifs (tvorčeskie igry). Ces jeux sont proposés par les enfants et se déroulent de leur propre initiative (contrairement aux stimulirovannye igry qui sont suggérés et organisés par un responsable et orientés vers un thème précis) ;
3 – Les jeux de mouvement avec règles (podvižnye igry s pravilami) qui se déroulent sous l’autorité d’un responsable, en extérieur ou en intérieur ;
4 – Les divertissements sportifs (sportrazvlečenija) qui se déroulent en plein air pendant les promenades et excursions. L’hiver à ski par exemple et l’été grâce à des jeux de mouvement dans l’eau notamment ;
5 – La gymnastique matinale (utrennjaja gimnastika), tous les matins pendant 3-5 mn dès l’âge de 4 ans et demi ;
6 – Les leçons de culture physique (organizovannye zaniatija po fizičeskoj kul´ture). En intérieur et en extérieur, pendant 10 à 25 mn, au moins une fois par semaine.
Cet ouvrage, comme de nombreux autres avant et après lui, consacrent la plupart de ses pages aux conseils pratiques destinés à permettre aux éducateurs et enseignants d’organiser la culture physique dans leurs classes et établissements. Après une introduction et parfois quelques chapitres théoriques, ces livres abordent la question du lieu, de la tenue, du matériel, du moment, de la durée et des règles.

Images légitimes de la culture physique et usages pratiques des images

  • 30 Mike O’Mahony, Sport in the USSR, Physical Culture – Visual Culture, Londres : Reaktion books, 2006
  • 31 Nina Sobol Levent, Healthy Spirit in a Healthy Body: Representations of the Sports. Body in Soviet (...)
  • 32 François Albera, Cécile Pichon-Bonin, Alexandre Lavrentiev, Daniel Girardin, Les Avant-gardes russe (...)
  • 33 Grant, Physical Culture and Sport in Soviet Society.

12Au sein des travaux sur la fizkul´tura soviétique, la question de ses représentations artistiques occupe une place importante. Les études pionnières de Mike O’Mahony30 ou de Nina Sobol Levent31 ont principalement mobilisé des affiches et la propagande d’État, la peinture et la sculpture. Le catalogue de l’exposition Les Avant-gardes russes et le sport a ajouté la photographie et le cinéma à ces objets d’études32. Susan Grant enrichit ces sources visuelles d’une prise en considération du théâtre33. Ces travaux ont analysé l’expression de l’idéologie et des principes de la culture physique au sein de ces supports de propagande, relevant souvent davantage de l’art que de la culture visuelle. Ils se sont concentrés sur le message symbolique latent, sans mettre en évidence la dimension pratique des images. En outre, ils portent principalement sur les représentations du sport comme pratique étroitement associée aux adultes et aux jeunes après l’entrée dans les Komsomols, soit au-delà de quinze ans.

  • 34 Sébastien Laffage-Cosnier, Christian Vivier, dir., « Sports and Graphic Narratives in Europe », Eur (...)

13Ce dossier thématique poursuit le double objectif de démultiplication des sources visuelles et d’ouverture d’un nouveau terrain de recherche en considérant les enfants et les jeunes34. Les auteurs des articles juxtaposent dans leurs études les affiches, les photographies, les livres pour enfants, les articles pédagogiques, les méthodes d’activités, les cartes postales ou encore les dessins de presse. Différents types de magazines sont aussi convoqués : Ekaterina Kulinicheva croise ainsi les publications dédiées à la culture physique, la presse féminine et les ouvrages médicaux. Ces documents ont une variété de dimensions. Ils montrent à la fois les activités souhaitées ou attendues et les normes qui les régulent. Ils servent pour certains de guide de pratique. Les photographies permettent d’examiner leur mise en œuvre concrète, même si elle est parfois mise en scène, tout en témoignant de la modernisation du territoire par les activités physiques. Elles mettent ainsi en avant la construction d’équipements sportifs ou l’organisation de groupes de culture physique à la ville, à la campagne et dans des régions reculées de l’Union soviétique. Elles constituent encore un support permettant d’accéder à une culture matérielle restée à l’état de projet ou peu conservée en raison de sa rareté et de sa fragilité, comme les vêtements, ou bien à des performances oralisées, tels les « journaux vivants ».

14Ces images variées et nombreuses sont aussi mises en perspective avec des sources textuelles publiées et archivistiques, avec le souci constant d’articuler ambitions, théories et pratiques : qu’il s’agisse de la politique générale en matière de culture physique à destination de l’enfance (A. Adelfinsky), de conception et de production de vêtements sportifs pour enfants (E. Kulinicheva) ou de la mise en œuvre des « journaux vivants » (B. Beck Pristed).

15L’analyse de ces sources met l’accent sur le fossé entre théorie et pratique, le manque de moyens qui peut devenir un argument politique ou la standardisation des pratiques comme moyens de simplifier l’accès aux exercices. Elle permet d’appréhender le choix d’activités physiques réalisé à destination des enfants et son évolution : randonnée, zarjadka, jeux fondés sur la joie et le plaisir ou gymnastiques disciplinaires. Elle souligne les activités physiques appropriées et prescrites pour chaque âge, la définition de catégories d’âge et des sous-catégories avec des activités propres, des pratiques et le recours à une expertise biopolitique pour les définir (médecins, physiologistes). Elle met en évidence le processus de construction des classes d’âge et leur diffusion. Elle révèle donc la séparation progressive du monde des adultes et la production et la promotion d’activités physiques spécifiques pour former le nouvel individu soviétique. Enfin, le présent dossier veut montrer l’intérêt et l’apport de l’analyse de la culture visuelle pour l’étude de l’enfance et de la jeunesse soviétique. Il se fonde sur la rencontre de plusieurs histoires. L’histoire culturelle du sport et l’histoire de l’enfance (A. Adelfinsky) dialoguent ici avec l’histoire de la mode et de l’industrie (E. Kulinicheva), avec l’histoire des théories et des pratiques éducatives, la sémiotique et l’histoire de la culture théâtrale et visuelle enfantine (B. Beck Pristed).

Haut de page

Notes

1 Susan Grant, Physical Culture and Sport in Soviet Society, Propaganda, Acculturation and Transformation in the 1920s and 1930s, New York : Routledge, 2013; Aleksandr Sunik, Očerki otečestvennoj istoriografij istorii fizičeskoj kul´tury i sporta [Essai sur l’historiographie russe de l’histoire de la culture physique et du sport], M.: Izdatel´stvo Sovetskij Sport, 2010.

2 Susan Grant, « Bolsheviks, Revolution, and Physical Culture », International Journal for the History of Sport, 31 (2014), p. 724-734

3 Sylvain Dufraisse, « Aux origines de la Fizkul´tura : milieux gymnastes et pionniers de la culture physique de la Russie impériale à la Russie bolchevik », in Ingrid Brühwiler, Rebekka Horlacher, Grégory Quin, Johannes Westberg, éds., La Fabrique des corps nationaux. Autour de l’institutionnalisation de l’éducation physique en Suisse et en Europe (xixe-xxie siècle), Neuchâtel : Alphil, 2022, p. 125-141.

4 L’historiographie a bien décrit jusque-là son évolution en lien avec le développement du spectacle sportif et des loisirs, la modernisation sociale, comme le rayonnement d’un État. Henry Morton, Soviet Sport: Mirror of Soviet Society, New York : Collier, 1963 ; James Riordan, Sport in the Soviet Society, London : Cambridge University Press, 1980 ; Robert Edelman, Serious Fun: A History of Spectator Sport in the USSR, New York : Oxford University Press, 1993 ; Robert Edelman, Spartak Moscow, A History of the People’s Team in the Workers’ State, Ithaca – Londres: Cornell University press, 2009; Tricia Starks, The Body Soviet: Propaganda, Hygiene and the Revolutionary State, Madison : University of Wisconsin Press, 2009; Nikolaus Katzer, Sandra Budy, Alexandra Köhring, Manfred Zeller, éds., Euphoria and Exhaustion, Modern Sport in Soviet Culture and Society, Frankfurt – New York : Campus Verlag, 2010 ; David Hoffmann, Cultivating the Masses, Modern State Practices and Soviet Socialism, 1919-1939, Ithaca : Cornell University Press, 2011, p. 110-116 ; Sylvain Dufraisse, Les Héros du sport, une histoire des champions soviétiques (années 1930 – années 1980), Ceyzerieu : Champvallon, 2019 ; I.E. Sirotkina, « Fizičeskaja kul´tura i sport v gody Graždanskoj vojny [La culture physique et le sport pendant la guerre civile] », in A.K. Sorokin, éd., Rossija v Graždanskoj vojne. 1918-1922 : Ènciklopedija v 3-h tomah [La Russie durant la guerre civile. 1918-1922 : Encyclopédie en 3 tomes], M. : Rosspèn, 2021, p. 544-546.

5 La Culture physique est une revue illustrée française, fondée à Paris par Albert Surier et Edmond Desbonnet et publiée entre 1904 and 1962.

6 Katerina Kucher, Park Gor´kogo, Kul´tura dosuga v stalinskuju èpohu, 1928-1941 [Le Parc Gor´kij, la culture des loisirs à l’époque stalinienne], M. : Rosspèn, 2012.

7 Yuri Slezkine, The House of Government, Princeton – Oxford : Princeton University Press, 2017, p. 44-53 ; Robert Service, Lenin: A Biography, Londres : Pan books, 2002, p. 328.

8 Chantal Zaouche Gaudron et al., « Le jeune enfant au cœur des socialisations plurielles », in Chantal Zaouche Gaudron, éd., Espaces de socialisation extrafamiliale dans la petite enfance, Toulouse : Érès, 2021, p. 7-32.

9 La plus complète est sans doute celle de Catriona Kelly, Children’s World, Growing up in Russia 1890-1991, Yale University Press, 2007 ; Clementin Creuziger, Childhood in Russia: Representation and Reality, Lanham, MD, 1996 ; Judith Harwin, Children of the Russian State, 1917-1995, Aldershot, 1996 ; Lisa Kirschenbaum, Small Comrades: Revolutionizing Childhood in Soviet Russia, 1917-1932, Londres, 2001 ; Wachtel Andrew, The Battle for Childhood: The Creation of a Russian Myth, Stanford, CA, 1990.

10 Sur l’enfance abandonnée et délinquante, citons Alan Ball, And Now My Soul Is Hardened: Abandoned Children in Soviet Russia, 1918-1930, Berkeley : University of California Press, 1994 ; Dorena Caroli, L’enfance abandonnée et délinquante dans la Russie soviétique (1917-1937), P. : L’Harmattan, 2004. Concernant la famille, nous renvoyons notamment au travail de Wendy Goldman, Women, The State and Revolution: Soviet Family Policy and Social Life, Cambridge: Cambridge University Press, 1996.

11 Citons notamment les travaux de Sheila Fitzpatrick, Education and Social Mobility in the Soviet Union, Cambridge: Cambridge University Press, 1979 ; Wladimir Berelowitch, La Soviétisation de l’école russe, Lausanne : L’Âge d’homme, 1984 ; Larry E. Holmes, The Kremlin and the Schoolhouse: Reforming Education in Soviet Russia, Bloomington : Indiana University Press, 1991; John Dunstan, Soviet Schooling in the Second World War, Basingstoke, 1997; Felicity Ann O’Dell, Socialisation through Children’s Literature, The Soviet Example, London – New York – Melbourne : Cambridge University Press, 1978 ; Dorena Caroli, Citadini e Patrioti : Educazione, letteratura per l’infanzia e costruzione dell’identita nazionale nella Russia sovietica, Macerata : EUM, 2011, (ouvrage consacré à l’étude du mouvement des pionniers).

12 Manon Pignot, L’appel de la guerre. Des adolescents au combat 1914-1918, P. : Éditions Anamosa, 2019.

13 Irina Sirotkina, « The Sokol Mouvement in Russia », in Agnieszka Gasior, Lars Karl, Stefan Troebst, éd., Post-Panslavismus : Slavizität, Slavische Idee und Antislavismus im 20. und 21. Jahrhundert, Göttingen : Wallstein Verlag, 2014, p. 178-193.

14 Joseph Bradley, Voluntary Associations in Tsarist Russia, Science, Patriotism and Civil Society, Cambridge – London : Harvard University Press, 2009; Irina Hmelnitskaja, Sportivnye obščestva i dosug v stoličnom gorode načala XX veka : Peterburg i Moskva [Sociétés sportives et loisirs dans la capitale au début du xxe siècle : Pétersbourg et Moscou], M. : Novyi hronograf, 2011.

15 Sunik, Očerki otečestvennoj istoriografij istorii fizičeskoj kul´tury i sporta ; Sirotkina, « The Sokol Mouvement in Russia », p. 178-193 ; V.V. Kotov, « Sokol´skoe dviženie i češskorusskij perevod [Le mouvement Sokol et le transfert tchéco-russe] », I.N. Smirnovoj, Ju.A. Sozinoj, éd., Perevod kak faktor mežnacional´noj istorii kul´tury. Rossija – slavjane – Evropa. Tezisy i materialy meždunarodnoj naučnoj konferencii. 19–22 aprelja 2 016 g. [Le transfert comme facteur de l’histoire culturelle internationale. Russie – Pays slaves – Europe. Résumés et communications de la conférence internationale des 19-22 avril 2016], 2016, p. 54-72.

16 «Russkij Sokol [Le Sokol russe] », Bol´šaja rossijskaja ènciklopedija [La Grande Encyclopédie russe], M., 2015, p. 67.

17 A.N. Filippov, « Stanovlenie fizičeskoj kul´tury v SSSR : konflikt N.A. Semaško i N.I. Podvojskogo [La formation de la culture physique en URSS : le conflit entre N.A. Semaško et N.I. Podvojskogo] », Vestnik JarGU, 2011, p. 18-20 ; A.V. Horoševa, « Fizičeskaja kul´tura i sport v pervye gody sovetskoj vlasti [La culture physique et le sport dans les premières années du pouvoir soviétique] », in I.I. Tučkov, Stoletie revolijucij 1917 goda v Rossii [Le centenaire de la révolution de 1917 en Russie], M. : Naučnij sbornik, 2018, p. 977-983 ; A.V. Horoševa, « Stanovlenie sovetskoj fizkul´tury i protivostojanie N.A. Semaško i N.I. Podvojskogo » [La formation de la fizkul´tura soviétique et l’affrontement entre N.A. Semaško et N.I. Podvojskogo], in Reformy v povsednevnoj žizni naselenija Rossii: istorija i sovremennost´. Materialy meždunarodnoj naučnoj konferencii [Les réformes dans la vie quotidienne de la population russe : histoire et modernité. Matériel de la conférence internationale], 2020, p. 79-84.

18 A.V. Horoševa, « “Daeš´ zdorov´e!”: komsomol i fizičeskaja kul´tura v 1923 – 1926 gg. (po materialam gazety “Komsomol´skaja pravda”) [Santé ! Le komsomol et la culture physique en 1923-1926, d’après le journal Komsomol´skaja pravda] », Vestnik Moskovskogo universiteta. Serija 8: Istorija, 2021, 4, p. 61-87.

19 Grant, Physical Culture and Sport in Soviet Society, p. 31

20 Kelly, Children’s World, Growing up in Russia 1890-1991, p. 485.

21 S.B. Ulyanova et alii, « GTO Concept: Design and Implementation in USSR in Late 1920s-Early 1930s », in V. Chernyavskaya, & H. Kuße, éds., « Professional Сulture of the Specialist of the Future », European Proceedings of Social and Behavioural Sciences, Future Academy, 51, 2018, p. 1905-1913.

22 N.I. Bajšev, My verim tverdo v geroev sporta : sportizacija sovetskoj provincij v 30-60 gody XX vek [Nous croyons fermement aux héros du sport : la sportivisation de la province soviétique dans les années 1930-1960], Samara : Knižnoe izdatel´stvo, 2017 ; S.B. Ul´janova, « Sovetizacija povsednevnyh sportivnyh praktik v 1920-e gg. (na materialah Petrograda / Leningrada) [La soviétisation des pratiques sportives quotidiennes dans les années 1920 (d’après des documents de Petrograd/Leningrad)] », in V.A. Veremenko, V.N. Šajdurov, éd., Reformy v povsednevnoj žizni naselenija Rossii: istorija i sovremennost´, v 2 t. T. 2. / Otv. red. – SPb.: Izd-vo LGU im. A.S. Puškina, 2020, p. 85-90.

23 I.N. Morozov, T.F. Bogdanov, Ot igry k žizni, podvižnye igry dlja škol pervoj stupeni [Du jeu à la vie, les jeux de mouvement pour les écoles du premier degré], M. : Rabotnik prosveščenija, 1926.

24 Ce pédagogue, né en 1759 et mort en 1839, est l’un des fondateurs du mouvement gymnique allemand et est aussi connu pour son rôle dans le développement de l’éducation physique à l’école.

25 Dr E.A. Pokrovskij, Značenie detskih igr v otnošenij vospitanija i zdorov´ja [L’importance des jeux d’enfants dans l’éducation et la santé], M. : izdanie Muzeja prikladnyh znanij v Moskve, 1884.

26 Ibid., p. 20-21.

27 G.A. Kolocca, Detskie igry, ih psihologičeskoe i pedagogičeskoe značenie [Les jeux d’enfants, leur importance psychologique et pédagogique], Moskovskoe knigoizdatel´stvo, traduit de l’italien, 1909.

28 Morozov, Bogdanov, Ot igry k žizni, podvižnye igry dlja škol pervoj stupeni.

29 A. Bykovoj, N. Genrihsen, et alii, Fizkul´tura v doškol´nom vozraste : Organizovannye zanjatja po fizkul´ture [La fizkul´tura à l’âge préscolaire : leçons organisées de fizkul´tura], M. : Ogiz-Fizkul´tura i turizm, 1934, p. 5-6.

30 Mike O’Mahony, Sport in the USSR, Physical Culture – Visual Culture, Londres : Reaktion books, 2006.

31 Nina Sobol Levent, Healthy Spirit in a Healthy Body: Representations of the Sports. Body in Soviet Art of the 1920s and 1930s, Frankfurt/Main : Peter Lang, 2004,

32 François Albera, Cécile Pichon-Bonin, Alexandre Lavrentiev, Daniel Girardin, Les Avant-gardes russes et le sport, Lausanne : Le musée olympique, 2014.

33 Grant, Physical Culture and Sport in Soviet Society.

34 Sébastien Laffage-Cosnier, Christian Vivier, dir., « Sports and Graphic Narratives in Europe », European Studies in Sports History, 11, 2018 ; Lucas Proffilet, « Le Corps en images à l’école : l’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960) », thèse de doctorat sous la direction de Christian Vivier et Sébastien Laffage-Cosnier, université de Bourgogne-Franche-Comté, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Dufraisse et Cécile Pichon-Bonin, « « Fiz ! Kul´t ! Ura ! » : former, par le corps, l’enfance et la jeunesse soviétiques »Cahiers du monde russe, 65/1 | 2024, 9-18.

Référence électronique

Sylvain Dufraisse et Cécile Pichon-Bonin, « « Fiz ! Kul´t ! Ura ! » : former, par le corps, l’enfance et la jeunesse soviétiques »Cahiers du monde russe [En ligne], 65/1 | 2024, mis en ligne le 20 mars 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/14509 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.14509

Haut de page

Auteurs

Sylvain Dufraisse

Maître de conférences, Nantes Université, UMR 6025 CENS, Nantes Université-CNRS, IUF

Articles du même auteur

Cécile Pichon-Bonin

Chargée de recherche au CNRS, LIR3S, Université de Bourgogne-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search