Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65/1VariaL’autobiographie de Maro Nazarbek...

Varia

L’autobiographie de Maro Nazarbekian : trajectoire et autoperception dans l’autobiographie communiste

The autobiography of Maro Nazarbekian: Trajectory and self-perception in communist autobiography
Hayarpi Papikyan
p. 153-178

Résumés

Au Caucase comme dans le reste de l’Empire soviétique, l’autobiographie communiste d’institution devient le rite de passage initiatique pour l’admission au Parti communiste d’Arménie après la victoire des bolcheviks en 1921. L’autobiographie que Maro Nazarbekian (1864-1941) soumet au Comité du Parti communiste du Caucase du Sud en janvier 1925 et les deux brouillons du même texte trouvés dans le fonds de Maro Nazarbekian aux Archives nationales d’Arménie offrent un regard intéressant sur cette procédure institutionnelle. Cofondatrice du Parti social-démocrate hentchak (1887), Maro Nazarbekian présente sa candidature à l’adhésion au Parti bolchevik lorsque l’existence de son parti est déclarée illégale dans l’espace soviétique. Cet article essaye de saisir la construction identitaire et l’élaboration stratégique que cette révolutionnaire de la première heure entreprend dans son récit autobiographique d’institution. L’article s’appuie aussi sur d’autres documents du fonds de Maro Nazarbekian, la presse du parti hentchak, des fonds d’archives relatifs à Maro et aux hentchaks pour reconstruire son parcours révolutionnaire et le contexte historique dans lequel son récit autobiographique est produit.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

L’objet de l’enquête
L’autobiographie de Maro Nazarbek née Mariam Vardanian : les années de formation (1882-1886)
Entrée dans la vie révolutionnaire (1887-1896)
Déchirements et schisme
Retour au Caucase et à la vie révolutionnaire (1904 – 1917)
Les bouleversements et sa disparition de la scène politique
Conclusion – remise de soi négociée

Aperçu du texte

« L’encadrement biographique » en tant que pratique politique du jeune pouvoir bolchevik a laissé d’abondantes traces archivistiques. Dès le début des années 1920, l’autobiographie devient une pièce maîtresse pour l’évaluation, la classification, la hiérarchisation, puis le contrôle des sujets communistes. Comme l’explique Nicolas Werth, le texte d’autobiographie suit des questions précises sur l’origine et la situation sociale du candidat, sa trajectoire professionnelle, politique et idéologique. Les historiens Claude Pennetier et Bernard Pudal montrent que la remise de soi autobiographique par des candidates au parti communiste est par essence une transaction complexe : d’abord, avec l’institution qui désormais veille sur la totalité de l’histoire individuelle du candidat, ensuite, avec soi-même — une prise de conscience par l’autobiographié des manières dont sa trajectoire s’écarte ou se conforme aux normes établies par le parti. Leur analyse des autobiographies des cadres et mil...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hayarpi Papikyan, « L’autobiographie de Maro Nazarbekian : trajectoire et autoperception dans l’autobiographie communiste »Cahiers du monde russe, 65/1 | 2024, 153-178.

Référence électronique

Hayarpi Papikyan, « L’autobiographie de Maro Nazarbekian : trajectoire et autoperception dans l’autobiographie communiste »Cahiers du monde russe [En ligne], 65/1 | 2024, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/14557 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.14557

Haut de page

Auteur

Hayarpi Papikyan

American University of Armenia
hpapikyan[at]aua.am

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search