Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Efficacité de la transgressionDe la condamnation à l’acceptatio...

Efficacité de la transgression

De la condamnation à l’acceptation des infractions d’Alexandre

Analyse de la transgression dans l’Anabase d’Arrien
From Condemnation to Acceptance of Alexander’s Offenses: Analysis of the Transgression in Arrian’s Anabasis
Mélissa Leuzy

Résumés

Cette étude se propose d’expliquer comment et pourquoi Arrien condamne certaines attitudes transgressives d’Alexandre avant de les défendre dans le portrait final du conquérant. L’historien reprend d’abord une mécanique topique de la transgression, qui lie le franchissement d’une frontière, l’adoption des coutumes barbares et la perte de la mesure. Mais il désolidarise ensuite ces différentes transgressions, en rendant possible le retour à une conduite mesurée et en distinguant la transgression véritable de la transgression apparente. Il établit ainsi des infractions de natures variées et des transgressions de différentes formes. Cette analyse lui donne l’occasion de dépasser l’opposition traditionnelle entre transgression et ordre établi : les barrières naturelles peuvent alors être franchies pour préserver la justice et, paradoxalement, l’entorse ostentatoire aux coutumes grecques et l’orgueil apparent du souverain peuvent devenir des remèdes contre le désordre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour l’étymologie du mot, voir Rey 2016, p. 2489.

1Lorsque les Grecs ont voulu dire l’infraction à la justice, à la volonté divine, à un serment ou à une coutume, ils ont usé des substantifs ὑπερβασία et ὑπέρβασις et des verbes ὑπερβαίνω, ὑπερβάλλω, περάω et παρέρχομαι. Ces termes, traduisibles alors par « transgression » et « transgresser », ont pour point commun d’avoir en premier lieu exprimé la traversée, avec les sens originels de « passer par-dessus », « franchir » et « dépasser ». À l’instar du terme « transgression », qui signifie étymologiquement « passer de l’autre côté »1, ils déploient une image spatiale où le manquement aux lois divines, civiques ou morales est perçu comme un franchissement de limites qui n’auraient pas dû être dépassées.

2Or s’il est, dans l’Antiquité, un personnage qui a suscité une « réflexion sur la notion de limites, humaines et géographiques » (Muckensturm-Poulle 2013, p. 274), c’est bien Alexandre le Grand. Les uns ont perçu ses conquêtes comme un exploit digne d’être imité ou surpassé, tandis que d’autres y ont vu la marque d’un dérèglement moral répréhensible (Muccioli 2018). Dans les deux cas, la perception des limites, spatiales et symboliques, est différente : pour les admirateurs d’Alexandre, la multiplication des espaces conquis repousse les limites humaines ; pour ses contempteurs, elle les outrepasse, dans un jeu d’analogie entre passage des frontières géographiques et transgression de la conduite à observer. Le franchissement spatial, tenu tantôt pour un signe d’excellence, tantôt pour une violation des normes à respecter, est donc ambivalent.

  • 2 Pour des ouvrages généraux sur Arrien, voir Stadter 1980 et Bosworth 1988.

3Aussi peut-on se demander si Arrien, qui consacre une œuvre entière au règne et aux conquêtes d’Alexandre2, où les trajets du souverain sont fréquemment évoqués par les verbes ὑπερβαίνω, ὑπερβάλλω, περάω et παρέρχομαι, établit une équivalence entre traversée et entorse à des lois diverses, en laissant affleurer le sens de « transgresser » sous celui de « traverser », ou s’il célèbre en son personnage un être exceptionnel.

  • 3 Anabase, I, 12, 4.
  • 4 Ibid., VII, 30, 2 : ἀνὴρ οὐδενὶ ἄλλῳ ἀνθρώπων ἐοικώς. Toutes les traductions du texte grec proposé (...)
  • 5 Anabase, VII, 28. Pour les modèles qui ont pu inspirer à Arrien ce portrait composé de superlatifs (...)
  • 6 Anabase, II, 12, 8 ; III, 10, 4 ; IV, 9, 2 ; IV, 9, 6 ; IV, 19, 6 ; VI, 26, 3 ; VII, 30, 3.
  • 7 Ibid., IV, 7, 4-5 ; IV, 12, 6 ; VI, 30, 1 ; VII, 23, 6-8 ; VII, 30, 3.
  • 8 Ibid., V, 27, 2-9, où Coenos défend le parti de la σωφροσύνη devant Alexandre qui veut poursuivre (...)

4La question se pose d’autant plus que dans l’Anabase, les positions d’Arrien sont ambiguës. L’historien signale que les prouesses du souverain restent inégalées3 et qu’Alexandre est lui-même « un homme ne ressemblant à aucun autre être humain4 ». Il le portraiture par une série de superlatifs mélioratifs5, lui adresse des louanges à plusieurs reprises et termine l’œuvre en avouant son admiration pour lui6. Mais il lui arrive aussi de blâmer son protagoniste7 ou de céder la parole à des contradicteurs d’Alexandre qui relaient sa pensée8.

  • 9 Aubriot 2003, p. 226 : « La règle absolue de l’abstention d’ὕβρις […] commande une vigilance intér (...)
  • 10 Anabase, IV, 7, 4 ; IV, 9, 2.
  • 11 Ibid., VII, 28, 3 ; VII, 29, 4.
  • 12 Ibid., IV, 12, 6 et VII, 29, 1 (εἴ τι ἐς τὸ ὑπερογκότερον προήχθη βαρβαρίσαι, οὐ μεγάλα τίθεμαι ἔγ (...)

5De façon plus surprenante encore, Arrien condamne certaines situations où Alexandre semble « perdre de vue le sens de ses limites9 », quand par exemple il se laisse aller à l’ivresse, à la cupidité ou adopte le costume perse10. Mais l’auteur revient sur ces faits à la fin de l’œuvre, pour les atténuer, les nier voire les défendre11. Il n’est pas jusqu’à la condamnation de la démesure qui ne soit adoucie, puisque la sévère réprobation cède la place à la formule modérée « en ce qui me concerne, je ne tiens pas pour un grand forfait qu’[Alexandre] ait fait le barbare jusqu’à être trop gonflé d’orgueil12 ». Tout se passe dès lors comme si d’un côté, Arrien rappelait avec fermeté toutes les règles enfreintes par Alexandre, mais brisait de l’autre ces barrières, pour éviter de faire de son personnage une figure transgressive condamnable. Ou plus précisément, l’historien paraît d’abord faire grand cas des normes sociales et morales censées encadrer une conduite mesurée, avant de les mentionner comme des limites négligeables, dont la transgression n’est plus un grief important.

  • 13 Photius, Bibliothèque, codex 91 ; Guilhem de Clermont-Lodève 1775, p. 27 ; Stadter 1980, p. 89 ; S (...)
  • 14 Burliga 2013 ; Muckensturm-Poulle 2013, p. 265 ; Baron 2018, p. 268 ; Liotsakis 2019, p.  77. Albe (...)
  • 15 Anabase, VII, 1, 6 : πολυπράγμων καὶ ἀτάσθαλος.
  • 16 Voir Baron 2018 qui considère que, dans tout le livre VII, court l’image de Xerxès, qui contrebala (...)

6Cette volte-face a suscité la controverse. C’est d’abord et le plus souvent la célébration d’Alexandre qui a été décelée dans les mots d’Arrien13. Plus récemment, les accusations de l’historien ont retenu l’attention des savants14. À l’origine de ces divergences, se trouve ce que Pierre Bayard (2014, p. 46-47) nomme « la distinction majeure […] entre l’objet et le référent » : les commentateurs ont beau observer tous le même ouvrage (objet), en réalité ils n’analysent pas le même texte (référent), car ils ne s’arrêtent pas sur les mêmes passages, ou du moins, ne prêtent pas autant de poids aux mêmes extraits. Pour Philip A. Stadter (1980, p. 89), l’évocation des travers d’Alexandre dans l’Anabase « est écrasée par ses succès ». D’après Bogdan Burliga (2013, p. 101) au contraire, « l’exposition la plus claire de l’attitude d’Arrien envers Alexandre » réside dans un passage de réprobation, où les Brahmanes accusent le jeune roi d’être « intrigant et follement orgueilleux15 ». Plusieurs critiques ont tenté d’appréhender ensemble tous les avis d’Arrien à propos de son personnage, sans tomber d’accord. Albert B. Bosworth (1988, p. 156) n’y a vu qu’un « amas de lieux communs contradictoires », où « l’inconsistance du jugement trahit une certaine inconsistance d’intention » (Ibid., p. 152), tandis que d’autres auteurs16 ont perçu une évolution de l’opinion d’Arrien, qui serait plus critique à l’égard d’Alexandre dans la deuxième partie de l’œuvre.

  • 17 Anabase, V, 4, 3 ; V, 5, 1 ; V, 6, 8 ; V, 7, 3 ; V, 19, 6 ; VII, 3, 1. Pour une étude des remarque (...)

7Parmi ces derniers, Vasileios Liotsakis a particulièrement donné sens aux jugements contradictoires de l’historien, en émettant l’hypothèse d’une « corruption graduelle de la moralité du roi » (Liotsakis 2019, p. 79), qui ferait se succéder « deux portraits d’Alexandre » (Ibid., p. 17), d’abord une peinture positive, puis une vision plus négative du Macédonien. En s’attachant au caractère processuel des contradictions, son interprétation nous paraît plus proche des desseins de l’auteur, qui intervient à plusieurs reprises pour justifier le contenu de l’œuvre17, invitant son public à lire le récit comme un tout savamment pensé. Mais cette théorie, qui tient la deuxième partie de l’œuvre pour une condamnation d’Alexandre, achoppe sur le portrait final du souverain, qui véhicule une vision moins sévère de ses travers. Si l’on tient compte de la position de ce passage, il semble plutôt que les multiples transgressions d’Alexandre aux règles morales ordinaires sont d’abord sévèrement réprouvées avant d’être finalement approuvées, par l’entremise d’un glissement interne à l’œuvre.

  • 18 Pour l’opposition entre ὕβρις et δίκη, déjà présente chez Hésiode, voir Vernant 1996, p. 19-47. Po (...)

8Aussi tâcherons-nous de comprendre le processus qui a mené Arrien jusqu’à cette acceptation de l’infraction, en examinant tous les passages où le personnage franchit une limite. Les termes qui désignent une frontière géographique délimitant l’espace et les mots de la famille de δίκη et νόμος, qui instaurent un cadre de conduite18, retiendront notre attention, aux côtés du lexique de la traversée et de la démesure qui suggèrent un « passage au-delà » de ce cadre. Il conviendra en même temps de cerner la nature des transgressions qu’Arrien prête à Alexandre, en se demandant, pour chacune d’elles, en quoi consiste l’attitude transgressive, quelle norme elle enfreint pour être jugée transgressive et quelle instance d’émission de la norme la juge transgressive.

  • 19 Arrien, Manuel d’Épictète, 39 : ἐὰν δὲ ὑπερβῇς, ὡς κατὰ κρημνοῦ λοιπὸν ἀνάγκη φέρεσθαι.

9Parallèlement, le contenu de ces passages sera comparé à la production philosophique d’Arrien, qui a suivi et consigné les enseignements d’Épictète (Lalanne 2014). Car la labilité de son jugement dans l’Anabase surprend au regard des assertions des Entretiens et du Manuel, qui prônent la mesure et précisent que « passer au-delà » (ὑπερβαίνειν) revient à « être emporté comme dans un précipice19 ». Il est vrai que l’influence du stoïcisme sur la rédaction de l’Anabase a déjà été niée (Brunt 1977). Mais des études plus récentes ont mis en exergue les liens étroits qui unissent les œuvres d’Arrien à la pensée du Portique. Ceux-ci ont été détectés dans sa production globale (Stadter 1980, p. 19-31), dans l’Ordre de bataille contre les Alains (Lalanne 2014, p. 70), dans des passages précis de l’Anabase, tels que la préface (Gray 1990, p. 181 ; Sisti 2002, p. 44) et la rencontre des Brahmanes (Muckensturm-Poulle 2017, p. 151), et même dans l’ensemble du récit consacré à Alexandre (Burliga 2013). À l’aune de ces travaux, nous montrerons que les préceptes stoïciens ont déterminé en partie l’analyse des conduites transgressives d’Alexandre.

10Il apparaîtra alors que si, d’un passage de l’Anabase à l’autre, Arrien peut condamner et accepter une même attitude transgressive, c’est que la notion de transgression évolue et se complexifie au fil de l’œuvre et des analyses de l’historien. Il commence en effet par présenter une transgression topique, qui superpose les franchissements spatiaux, les infractions aux mœurs grecques et les dérives morales du conquérant. L’auteur désolidarise ensuite cet ensemble en représentant une démesure temporaire, dont Alexandre se défait dès qu’il identifie ses erreurs, selon un schéma repérable dans la production philosophique d’Arrien. Une fois que l’errance morale n’est plus nécessairement associée aux autres transgressions, l’historien peut donner à voir un personnage qui, paradoxalement, se sert de ces dernières pour maintenir l’ordre.

11Cette analyse nous conduira simultanément à proposer une nouvelle lecture du portrait d’Alexandre dans l’Anabase, qui ne se résume plus à une peinture univoque – entièrement positive ou entièrement négative –, ni même à une succession de deux portraits antagonistes – d’abord un éloge puis un blâme. Arrien paraît plutôt adopter une représentation dynamique d’Alexandre : au gré des pages, il façonne un personnage en constante évolution qui tantôt commet une faute, tantôt se corrige, parfois se laisse aller à l’arrogance, parfois lutte contre l’orgueil. Ce faisant, l’historien multiplie les portées didactiques de son œuvre, en signalant les méfaits de l’errance morale et les bienfaits du repentir, les effets néfastes de la démesure du souverain et les moyens de se prémunir contre celle des sujets.

L’ethos transgressif du conquérant

  • 20 Pour περάω, voir Anabase, I, 24, 4 ; III, 29, 6 ; IV, 4, 5 ; V, 13, 1 ; V, 14, 3 ; V, 14, 6 ; V, 1 (...)
  • 21 Ibid., I, 12, 4.

12Quand on tente de dresser une typologie des transgressions d’Alexandre dans l’Anabase, c’est d’abord la transgression dans son sens étymologique et spatial de « passer de l’autre côté » qui ressort. Au fil du récit, le conquérant « traverse » un lieu à plus de soixante-dix reprises. L’action est exprimée par plus de dix verbes différents : aux côtés de περάω, l’auteur déploie une palette variée de termes dont les préverbes δια-, ὑπερ- et παρα- disent le passage à travers ou par-dessus un espace20. La mention de ces traversées n’est pas surprenante dans un récit qui raconte les hauts faits d’Alexandre21, puisqu’elles comptent au nombre des exploits. D’après Jean-Luc Desnier (1995, p. 22), le passage du fleuve s’avère même être un « élément constitutif primordial de la geste royale » dans la littérature indo-européenne. Mais le franchissement des obstacles géographiques prend une ampleur remarquable dans l’Anabase, où il devient une séquence narrative récurrente.

13Si l’auteur lui confère une telle place, c’est que la traversée devient dans son œuvre une action inhérente au personnage. Ce statut apparaît particulièrement dans la première intervention au discours direct d’Alexandre. Le conquérant, qui s’apprête à passer le Granique pour combattre, répond à Parménion qui lui a conseillé de ne pas franchir le fleuve en lui présentant plusieurs arguments :

Ταῦτα μέν, ἔφη, ὦ Παρμενίων, γιγνώσκω· αἰσχύνομαι δέ, εἰ τὸν μὲν Ἑλλήσποντον διέβην εὐπετῶς, τοῦτο δέ, σμικρὸν ῥεῦμα, —οὕτω τῷ ὀνόματι τὸν Γράνικον ἐκφαυλίσας, —εἴρξει ἡμᾶς τὸ μὴ οὐ διαβῆναι ὡς ἔχομεν.

  • 22 Ibid., I, 13, 6.

Je sais cela, dit-il, Parménion ; mais je rougis à l’idée que j’aie traversé facilement l’Hellespont et que ceci, un petit cours d’eau – il dépréciait le Granique par cette appellation – nous empêche de traverser comme nous sommes22.

  • 23 Homère, Iliade, VI, 441-443 : Ἦ καὶ ἐμοὶ τάδε πάντα μέλει γύναι· ἀλλὰ μάλ' αἰνῶς / αἰδέομαι [...] (...)
  • 24 Voir Anabase, I, 12 : après le récit de la visite d’Alexandre à Troie, où le personnage a jugé Ach (...)
  • 25 Anabase, III, 7, 5 et IV, 25, 7. Sur la barrière naturelle comme « seul obstacle susceptible d’arr (...)
  • 26 Anabase, V, 28, 3.

14La formule rappelle un passage du chant VI de l’Iliade, où Hector répond aux inquiétudes d’Andromaque en lui disant : « Tout cela m’importe à moi aussi, mon épouse. Mais j’ai terriblement honte […] à l’idée de demeurer, comme un lâche, loin de la bataille23. » Chez un historien qui se place lui-même sous l’égide d’Homère, la reprise n’est pas surprenante24. Mais celle-ci est en même temps variation, puisqu’Arrien introduit un nouveau motif de honte qui supplante le système de valeurs homérique. Pour son Alexandre en effet, l’héroïsme ne réside plus, ou du moins plus principalement, dans des combats singuliers sur le champ de bataille, mais dans le fait de traverser (διαβαίνειν) tous les obstacles qui se présentent. Dans la structure de l’œuvre, la traversée remplace le combat et les barrières naturelles jouent le rôle d’adversaires. Il arrive même que les ennemis disparaissent complètement du récit après avoir déserté, pour ne laisser face au souverain que les obstacles du terrain25. Comme les guerriers dans le récit épique, les frontières géographiques font alors écran entre le personnage et son accomplissement glorieux, de sorte que la dépréciation du Granique est l’équivalent des provocations de l’ennemi qui précèdent les duels iliadiques. Mais si elles font d’abord obstacle à la gloire du héros quand elles résistent à son passage, elles sont aussi le nécessaire medium pour acquérir la renommée une fois qu’elles sont surpassées. Aussi, quand ses troupes refusent de traverser l’Hyphase et de poursuivre plus avant, Alexandre se retire sous sa tente26, comme Achille (Muckensturm-Poulle 2013, p. 264) irrité d’être privé du butin accordé « en reconnaissance d’une supériorité […] de valeur et d’exploit » (Vernant 1989, p. 45). Dès lors, loin de n’être qu’une conséquence adventice de l’expédition, la transgression des limites participe de façon essentielle au but que poursuit le personnage.

  • 27 Pour la mer, voir ibid., I, 11, 6. Pour les fleuves, voir I, 1, 5 ; I, 4, 3 ; I, 6, 7-9 ; I, 11, 4 (...)
  • 28 Voir ibid., III, 18, 6 pour χαλεπός ; III, 17, 3 et IV, 29, 2 pour δύσπορος ; I, 27, 6, III, 19, 1 (...)
  • 29 Ibid., I, 4, 3 ; I, 11, 4 ; III, 18, 10 ; III, 21, 9 ; III, 25, 6 ; IV, 6, 4 ; IV, 24, 1 ; VI, 6, (...)

15De fait, le narrateur ne laisse pas de faire d’Alexandre un héros transgresseur qui trouve en toutes circonstances un passage parmi des frontières hermétiques. L’auteur décrit en effet un monde morcelé, divisé par les barrières que représentent les mers, les fleuves, les monts et les déserts27. Les chemins eux-mêmes, jugés « pénibles » (χαλεπός), « difficilement praticables » (δύσπορος), voire « impraticables » (ἄπορος)28 deviennent des clôtures et dessinent une carte de parcelles où sont cantonnés les différents peuples. Mais à contre-courant de cette fermeture spatiale, Alexandre est sans cesse présenté en train de « traverser ». Il se fraie toujours un passage pour poursuivre son avancée, si bien qu’il est, dans l’Anabase, « le maître du poros » (Jacob 1991, p. 29). Bien plus, Arrien précise souvent que le souverain dépasse « facilement » un obstacle ou suggère l’aisance de la progression en associant le chiffre d’une grande distance parcourue à celui d’une courte durée29. Il accuse ainsi la mobilité inédite du personnage et sa capacité exceptionnelle à ouvrir des espaces restés fermés aux autres.

Une mécanique topique de la transgression : du franchissement spatial à l’ὕβρις barbare

  • 30 Ibid., VII, 9, 4 : τὴν ἐς τὴν Ἑλλάδα πάροδον πλατεῖαν καὶ εὔπορον ἀντὶ στενῆς τε καὶ ἀπόρου […] ἐπ (...)
  • 31 Ibid., VII, 9, 6 : τοῦ Ἑλλησπόντου ὑμῖν τὸν πόρον [...] ἀνεπέτασα. Voir Jacob 1991, p. 28-29.

16Une fois qu’un passage a été ménagé, la séparation n’est plus étanche. Autrement dit, en franchissant les limites, Alexandre les annule, décloisonne les territoires et fait du monde « l’espace de tous les voyages possibles » (Jacob 1991, p. 29). L’idée est formulée dans l’œuvre même, lorsque le conquérant dit de son père qu’« il a rendu le chemin jusqu’à la Grèce large et praticable (εὔπορον), d’étroit et impraticable (ἀπόρου) qu’il était »30 et que lui-même a « ouvert le passage de l’Hellespont »31. Par suite, la transgression spatiale du personnage conduit à la fois à l’extension permanente de la sphère où il peut évoluer et à l’amalgame de régions et de populations jusque-là distinctes.

  • 32 Sur ces personnages et les notions de frontière et d’altérité chez Hérodote, voir Hartog 1980, p.  (...)
  • 33 Pour des références à Hérodote dans l’Anabase, voir Chaplin 2011 et Baron 2018.
  • 34 Anabase, I, 26, 4 : αὐτίκα τὴν μὲν Ἑλλάδα γλῶσσαν ἐξελάθοντο, εὐθὺς δὲ βάρβαρον φωνὴν ἵεσαν.
  • 35 Voir à ce sujet le jugement de Photius (Bibliothèque, 92), pour qui Arrien évite les « digressions (...)
  • 36 Anabase, IV, 7, 3-4 ; IV, 8, 2 ; IV, 8, 4 ; IV, 11, 8 ; VII, 29, 1. Sur le traitement des barbares (...)
  • 37 Anabase, IV, 7, 4 ; IV, 10, 5 ; IV, 19, 5 ; VI, 30, 3 ; VII, 4, 4 ; VII, 6, 3.

17C’est précisément sur cet aspect du franchissement que s’arrime une nouvelle transgression, qui a trait aux mœurs d’Alexandre. Par l’ouverture des frontières, le personnage provoque une rencontre des altérités, selon un phénomène déjà observable dans l’œuvre d’Hérodote, où la confusion des espaces est aussi un mélange des peuples. L’auteur des Histoires teinte cette confusion d’une coloration négative : les destins funestes de Skylès et Anacharsis32 prouvent en effet que les voyages et le bilinguisme « sont dangereux, car ils conduisent à l’oubli de la frontière et donc à la transgression » (Hartog 1980, p. 84). Ils enfreignent la règle selon laquelle un espace est associé à une coutume, pour un peuple, et ouvrent le champ à la fusion des νόμοι et à l’aliénation des identités. Arrien, marqué par l’œuvre hérodotéenne33, place au début de l’Anabase une anecdote qui rappelle ce danger : il raconte comment les habitants de Sidè, venus d’Eolie pour fonder une colonie « oublièrent aussitôt la langue grecque et parlèrent sur le champ une langue barbare »34. Chez l’historien peu enclin aux digressions35, l’information est à mettre en relation avec le récit principal. À l’orée de l’expédition, il avertit le lecteur de la possible aliénation future de son personnage. Et de fait, au fil de son parcours, Alexandre adopte bel et bien de nouvelles coutumes qui transgressent celles de son peuple. À partir du livre IV, lorsqu’il se rend complètement maître de l’ancien empire de Darius, le narrateur ou d’autres personnages disent de lui qu’il « fait le barbare » (βαρβαρίζειν), qu’il agit « de façon barbare » (βαρβαρικῶς), que ses attitudes sont « barbares » (βαρβαρικός), que s’opère en lui « un changement menant à un comportement plus barbare » (μετακίνησις ἐς τὸ βαρβαρικώτερον) ou que sa conduite « change pour un comportement plus barbare » (ἐς τὸ βαρβαρικώτερον νενεωτέριστο)36. Le lecteur assiste à son adoption du costume perse, à sa reprise de certaines pratiques de la monarchie orientale, à ses mariages avec des autochtones et à son intérêt pour la langue indigène37. La transgression spatiale conduit donc Alexandre à une transgression des mœurs macédoniennes, constatée à la fois par le narrateur et le personnel narratif qui entoure le roi.

  • 38 Pour cette « immuable identité » du barbare, faite de quelques traits, dans l’historiographie clas (...)
  • 39 Pour l’utilisation de l’opposition entre Grecs et barbares pour juger Alexandre dans l’Anabase, vo (...)
  • 40 Anabase, III, 10, 2 ; III, 10, 4 ; IV, 12, 6 ; IV, 13, 3 et VII, 29, 1. Pour le terme d’ὕβρις et s (...)
  • 41 Ibid., IV, 13, 3 ; IV, 14, 2 ; VII, 1, 6. Pour l’emploi du mot chez Hésiode, voir Vernant 1996, p. (...)

18Par une suite de causes et d’effets, cette transgression en amène une nouvelle, d’ordre moral. Depuis Hérodote, une association topique s’est établie entre les barbares et la démesure : pour citer François Hartog (1980, p. 329), « tout roi barbare […] risque de ressembler quelque peu au Grand Roi, c’est-à-dire à celui qui est aussi […] le Barbare par excellence ». Et ce barbare par excellence, figé en une série de stéréotypes38, se caractérise par un pouvoir despotique, qui « a pour ressort l’hubris » (Ibid., p. 336). Dans l’Anabase, le contraste entre mœurs macédoniennes et coutumes perses se fond explicitement en cette opposition plus générale entre Grecs et barbares, où ces derniers deviennent des archétypes de l’ὕβρις39 : aux côtés des termes qui trahissent l’adoption des mœurs perses, apparaissent en effet des mots qui signalent la démesure d’Alexandre. Pour la désigner, le narrateur use à deux reprises du terme ὕβρις, ainsi que de la formule τὸ ὑπέρογκον, littéralement « le fait d’être gonflé », employée dans la combinaison « faire le barbare jusqu’à être trop gonflé d’orgueil » (ἐς τὸ ὑπερογκότερον βαρβαρίσαι)40. Il est relayé par des personnages qui partagent son verdict, puisqu’ils mentionnent eux aussi l’ὕβρις du conquérant ou le jugent « follement orgueilleux » (ἀτάσθαλος), adjectif fort de sens, qui définit l’ὕβρις même chez Hésiode et qualifie Xerxès chez Hérodote41.

  • 42 Sur les attitudes topiques du Grand Roi despotique, voir Hartog 1980, p. 337-339.
  • 43 Anabase, IV, 7, 4 ; IV, 13, 3.
  • 44 Anabase, IV, 8, 4 ; IV, 11, 4.
  • 45 Anabase, IV, 14, 2.

19Arrien insiste particulièrement sur les conséquences à la fois politiques et divines de cet état d’esprit qui conduit l’individu à aller au-delà de ce qui est permis par sa condition, alors que l’ὕβρις peut s’appliquer à des contextes variés (Fisher 1992, p. 86-150). La démesure est signalée quand le personnage outrepasse ses droits sur ses sujets, à l’instar du Grand roi despotique42. Lorsqu’il ordonne la mutilation de Bessos, Arrien considère qu’il recourt à une « peine excessive » (ἡ ἄγαν τιμωρία) ; la pratique du châtiment corporel est désignée par les personnages et le narrateur comme une « ὕβρις » dont le sens oscille entre outrage et démesure43. Parallèlement, quand le conquérant aspire à des honneurs divins ou se juge supérieur aux héros, des personnages lui rappellent qu’il ne faut pas « être orgueilleux (ὑβρίζειν) face à la divinité » et qu’il vaut mieux refuser les « excès d’honneurs » (τῶν τιμῶν αἱ ὑπερβολαί)44. Une telle dénonciation des excès implique, de la part des personnages et du narrateur, la perception d’une conduite à observer pour préserver le juste équilibre entre le roi et ses sujets d’une part, la hiérarchie entre les hommes et les dieux d’autre part. Le cadre de cette conduite, fixé par la δίκη et les νόμοι, est transgressé par le souverain dont les décisions ne sont « pas dans le juste » (οὐκ ἔνδικον) et vont toujours « plus en dehors de la loi » (ἐκνομωτέραν)45. Ainsi, une fois qu’Alexandre est en proie à l’ὕβρις, ses infractions ne sont plus seulement spatiales ou civiques ; elles gâtent le bon ordre du monde en violant les lois humaines et divines.

20En se fondant sur une image topique du souverain oriental qui trouve ses origines chez Hérodote, l’historien lie donc très étroitement différentes transgressions d’Alexandre : les traversées successives entraînent nécessairement une infraction aux coutumes macédoniennes, qui conduit à son tour à la démesure dans l’exercice du pouvoir. Les trois angles d’approche de la transgression établis plus haut laissent ici voir des attitudes transgressives, des normes et des instances de jugement qui se confondent : franchir les barrières géographiques, délaisser les mœurs de sa patrie et perdre la mesure constituent des attitudes transgressives effectuées de concert ; les cadres spatial, civique et moral se superposent pour établir des règles de conduite ; le narrateur et les personnages, en instances qui pensent selon les mêmes normes et rejettent la démesure barbare au nom de la δίκη, reconnaissent et identifient ensemble l’ὕβρις d’Alexandre. Les différentes transgressions se fondent dès lors en une seule transgression, qui se joue sur plusieurs plans.

  • 46 Hérodote, Histoires, VII, 35. Pour d’autres passages où l’ombre de Xerxès est projetée sur le pers (...)

21Aussi n’est-il pas surprenant que dans les paroles d’Alexandre prononcées au bord du Granique où le franchissement spatial est mué en priorité du personnage, l’intertextualité ne se réduise pas à l’Iliade. Les mots du conquérant, qui qualifie le Granique de σμικρὸν ῥεῦμα, font aussi écho aux injures de Xerxès qui, dans l’œuvre d’Hérodote, fait battre l’Hellespont en l’appelant πικρὸν ὕδωρ (eau amère), ce que l’auteur des Histoires juge « barbare et follement orgueilleux » (βάρβαρά τε καὶ ἀτάσθαλα)46. Par cette intertextualité double, il semble que sitôt énoncée, la volonté de passer d’un espace à l’autre mette en branle les rouages qui mèneront inexorablement Alexandre à l’ὕβρις barbare.

De la transgression aux transgressions d’Alexandre : la distinction des limites franchies

  • 47 Pour la littérature pamphlétaire qui dénonce l’ivrognerie et la volonté d’égaler les dieux, voir l (...)
  • 48 Quinte-Curce, Histoires, VI, 6, 1-5 et X, 1, 42.
  • 49 Quinte-Curce, Histoires, X, 5, 33.

22En détaillant ce processus transgressif hérité d’Hérodote, Arrien rejoint les jugements d’auteurs hostiles ou critiques à l’égard du conquérant. Il reprend à son compte plusieurs topoi de la littérature pamphlétaire, des exercices scolaires ou des exempla philosophiques, tels que l’ivrognerie d’Alexandre, sa volonté d’égaler les dieux et son insatiabilité de conquêtes47. Le mécanisme de la transgression que déploie Arrien rencontre plus encore le thème de la degeneratio d’Alexandre, abordé également par Quinte-Curce : dans ses Histoires, l’auteur latin représente un souverain qui, vainqueur, finit par se soumettre aux mœurs des vaincus, à adopter une conduite moralement répréhensible et à perdre la mesure48. Mais ces topoi sont généralement utilisés pour blâmer sans réserve le comportement du conquérant et Quinte-Curce condamne jusqu’au bout la degeneratio d’Alexandre qu’il a représentée49.  Or ce n’est pas le cas d’Arrien, qui accepte finalement les infractions du souverain dans le portrait qui clôt l’œuvre. Il convient donc de pousser plus avant l’analyse et de regarder plus précisément la destinée de cette mécanique topique de la transgression au sein de l’Anabase.

23Il est, de fait, un élément qui vient l’ébranler, dans la partie même de l’œuvre où le narrateur signale le « changement pour un comportement plus barbare » d’Alexandre. Dans ces quelques chapitres au centre de l’Anabase, l’auteur regroupe en effet la plupart des comportements répréhensibles du souverain, dans ce que la critique a appelé, à la suite d’Albert B. Bosworth (1995, p. 45), « la grande digression ». Parmi ces actes condamnables, on compte le meurtre de Cleitos, tué au cours d’une dispute. Le narrateur dit alors d’Alexandre qu’il s’est laissé aller à la colère et à l’ivresse, mais conclut l’épisode en ces termes :

Ἀλλὰ τὰ ἐπὶ τοῖσδε αὖ ἐπαινῶ Ἀλεξάνδρου, ὅτι παραυτίκα ἔγνω σχέτλιον ἔργον ἐργασάμενος. [...] Ταῦτα μεγαλωστὶ ἐπαινῶ Ἀλεξάνδρου, τὸ μήτε ἀπαυθαδιάσασθαι ἐπὶ κακῷ, μήτε προστάτην τε καὶ ξυνήγορον κακίονα ἔτι γενέσθαι τοῦ ἁμαρτηθέντος, ἀλλὰ ξυμφῆσαι γὰρ ἐπταικέναι ἄνθρωπόν γε ὄντα.

  • 50 Anabase, IV, 9, 2-6.

Mais je loue au contraire la conduite d’Alexandre qui a suivi ces événements, parce qu’il a immédiatement compris qu’il avait commis un acte effroyable […]. Je loue grandement ce comportement d’Alexandre : ne pas avoir été présomptueux à la suite de sa mauvaise conduite et ne pas être devenu un défenseur et un avocat encore pire que la faute, mais avoir admis qu’il s’était trompé, en homme qu’il était50.

  • 51 Chantraine 2009, p. 132.

24Dans cette célébration, qui détonne aux côtés des réprobations environnantes de la « grande digression », le renversement d’opinion du narrateur répond à un revirement du personnage, pour qui la reconnaissance de l’erreur s’assortit d’un retour à la mesure. Le rappel de sa condition humaine, souligné par la particule γε, suggère en effet une juste appréhension de ses limites et de sa place dans l’ordre du monde. Et si l’orgueil est encore mentionné, avec un terme de la famille d’αὐθάδης (« qui se complaît en lui-même »)51, il est nié et exprimé par le verbe ἀπαυθαδιάζομαι, dont c’est la première occurrence dans la littérature grecque – et la seule chez Arrien. L’emploi d’un hapax permet à l’historien de mettre en exergue la portée de cette reconnaissance des limites dans le parcours du personnage et, plus généralement, dans la perception de l’ὕβρις.

  • 52 Anabase, VII, 29, 1 : ἐς τὸ ὑπερογκότερον προήχθη βαρβαρίσαι.
  • 53 Ibid. : μεταγνῶναί γε ἐφ' οἷς ἐπλημμέλησε μόνῳ [...] τῶν πάλαι βασιλέων Ἀλεξάνδρῳ ὑπάρξαι ὑπὸ γενν (...)
  • 54 Arrien, Entretiens d’Épictète, I, 18, 4 ; III, 7, 33.
  • 55 Il est possible qu’A. B. Bosworth ait minimisé cette idée d’Arrien, parce que dans ses travaux, il (...)
  • 56 Anabase, IV, 12, 6.
  • 57 Ibid., IV, 19, 5 ; IV, 20, 2 ; V, 3, 1 ; VII, 14, 3.

25Car la démesure perd d’un seul coup son caractère définitif : ce qui, chez d’autres auteurs, était une dégénérescence irrémédiable d’Alexandre devient, sous la plume d’Arrien, une errance réparable, une fois les torts reconnus et l’humilité humaine acceptée. Pour donner plus de poids à cette opinion, l’auteur la rappelle à la fin de l’œuvre, quand il dresse un bilan de la vie de son personnage : il admet qu’Alexandre « a été amené à faire le barbare jusqu’à être trop gonflé d’orgueil52 », mais immédiatement après, il affirme savoir « que, parmi les rois d’autrefois, il fut possible au seul Alexandre de reconnaître ce en quoi il s’était trompé du fait de sa noblesse53 », si bien qu’il ne tient pas son orgueil pour un grand forfait. La démesure se trouve en somme excusée, réparée et pour ainsi dire annulée, quand elle est identifiée comme une déviance et regrettée par le personnage. D’après Albert B. Bosworth (1988, p. 146-147), l’argument, « très éloigné de l’enseignement éthique d’Epictète », est purement rhétorique et « Arrien n’attend pas sérieusement de perfectionnement ». Pourtant, les remords d’Alexandre et la reconnaissance de son humanité faillible constituent la seule attitude de l’œuvre que l’auteur loue « grandement » (μεγαλωστί). De plus, quand le critique soutient que « la Stoa a traditionnellement regardé le repentir comme une caractéristique de l’individu vil » (Bosworth 1988, p. 146), il cite en note Chrysippe et Sénèque. Mais dans les enseignements d’Épictète tels que les a consignés Arrien, apparaît l’idée que l’erreur d’un sujet peut être rectifiée aussitôt qu’elle lui est montrée54. Il semble donc qu’il faille donner plus de poids aux remords d’Alexandre au sein de l’Anabase55. Par leur entremise, l’infraction des règles morales, politiques et divines n’est plus une expulsion hors de la norme sans retour possible ; le retour à l’intérieur de la norme s’opère dès qu’on mesure ses écarts. C’est pourquoi le narrateur évoque l’ὕβρις d’Alexandre en précisant que c’est une « démesure de l’instant » (ὕβρις ἡ ἐν τῷ παραυτίκα)56, suggérant par là qu’elle n’est pas définitive. L’hypothèse est confirmée par la suite du récit : après la « grande digression », les termes qui désignent la démesure d’Alexandre sont souvent niés ou apparaissent dans des versions de l’histoire rejetées par l’auteur57.

26Cette nouvelle perception de l’ὕβρις bouleverse complètement la vision de la transgression qui courait jusque-là dans l’Anabase. Comme le personnage peut rejeter l’orgueil despotique sans pour autant retourner en Macédoine ou observer les mœurs de sa patrie, les différentes facettes de la transgression se désolidarisent et la construction qui liait indéfectiblement franchissement spatial, écart des coutumes macédoniennes et perte de la mesure est ébranlée.

27Il ne s’agit pas seulement d’une disjonction sous-jacente, puisque l’auteur propose de nouvelles combinaisons, où les différentes limites ne sont plus transgressées de concert. C’est notamment tangible dans un épisode du livre VI, où il est question de deux gouverneurs nommés par Alexandre à la tête d’un territoire conquis :

Tοὺς μὲν δὴ ἀμφὶ Κλέανδρόν τε καὶ Σιτάλκην πολλὰ ἐπικαλούντων αὐτοῖς τῶν τε ἐγχωρίων καὶ τῆς στρατιᾶς αὐτῆς, ὡς ἱερά τε πρὸς αὐτῶν σεσυλημένα καὶ θήκας παλαιὰς κεκινημένας καὶ ἄλλα ἄδικα ἔργα <ἐς> τοὺς ὑπηκόους τετολμημένα καὶ ἀτάσθαλα, ταῦτα ὡς ἐξηγγέλθη, τοὺς μὲν ἀπέκτεινεν [...] (καὶ τοῦτο, εἴπερ τι ἄλλο, κατέσχεν ἐν κόσμῳ τὰ ἔθνη τὰ ἐξ Ἀλεξάνδρου δοριάλωτα ἢ ἑκόντα προσχωρήσαντα, τοσαῦτα μὲν πλήθει ὄντα, τόσον δὲ ἀλλήλων ἀφεστηκότα, ὅτι οὐκ ἐξῆν ὑπὸ τῇ Ἀλεξάνδρου βασιλείᾳ ἀδικεῖσθαι τοὺς ἀρχομένους ὑπὸ τῶν ἀρχόντων·)

  • 58 Ibid., VI, 27, 4-5.

Comme la population locale et l’armée elle-même formulaient beaucoup d’accusations contre Cléandre et Sitalkès, les accusant d’avoir pillé des temples, retourné des tombes anciennes et osé d’autres actes injustes et follement orgueilleux à l’égard des sujets, lorsque cela fut rapporté [à Alexandre], il les fit tuer […] (et ce fut ceci, plus qu’autre chose, qui maintint en ordre les peuples conquis par Alexandre ou ralliés à lui de leur plein gré, si nombreux et si éloignés les uns des autres qu’ils fussent, à savoir que sous la royauté d’Alexandre, il n’était pas permis que ceux qui étaient dirigés subissent des injustices de la part des dirigeants)58.

  • 59 Vernant 1996, p. 19-47 ; Hartog 1980, p. 333-334.
  • 60 Quinte-Curce, Histoires, X, 1, 1-9, pour qui les deux accusés ont surtout été exécutés pour avoir (...)
  • 61 Anabase, I, 11, 6 ; III, 28, 4 ; IV, 22, 4 ; V, 8, 2 ; V, 19, 4 ; V, 20, 1 ; V, 29, 2 ; V, 29, 5 ; (...)
  • 62 Ibid., I, 11, 6 ; V, 29, 5 ; VI, 19, 5.

28En faisant allusion à l’étendue de l’empire d’Alexandre, l’auteur rappelle ici la transgression des frontières, qui a ouvert un espace jusque-là fragmenté et mis en contact des peuples « nombreux et éloignés les uns des autres », auparavant isolés. Mais loin d’être lié à la démesure, le déplacement du conquérant est associé à l’instauration d’une δίκη et d’un κόσμος qui constituent dans la pensée grecque l’exacte opposée de l’ὕβρις, génératrice d’injustice et de désordre59. Bien plus, Alexandre s’oppose à deux personnages, Cléandre et Sitalkès, qui concentrent toutes les dérives de la « folie orgueilleuse » (ἀτασθαλία) en s’en prenant aux sujets, aux ancêtres et aux dieux mêmes. Pour expliquer leur exécution, le narrateur s’en tient à ces actes de folie orgueilleuse, tandis que Quinte-Curce ajoute d’autres chefs d’accusation qui n’y sont pas entièrement liés60. Ce faisant, Arrien érige la décision du souverain en rempart contre les tentatives de démesure, si bien que la transgression spatiale contribue à l’établissement d’un pouvoir mesuré et respectueux des règles. Le schéma n’est pas inédit : nombreux sont les passages de l'Anabase où Alexandre « traverse » une barrière naturelle, pour fonder une ville, rétablir le κόσμος ou exécuter des rites. Il est parfois spécifié que ces derniers sont « voulus par la coutume » (τὰ νομιζόμενα), accomplis « selon la coutume » (ὡς νόμος, κατὰ νόμον)61 ou effectués en l’honneur des frontières géographiques elles-mêmes62.

  • 63 Arrien, Entretiens d’Épictète, III, 26, 32 : ἁπάσης γῆς καὶ θαλάττης ἄρχων καὶ ἡγεμών. Pour une au (...)

29Une telle conduite coïncide avec la conception du bon gouvernement qu’Épictète a transmise à Arrien. Bien que les Entretiens ne livre aucun portrait détaillé du bon roi (Gangloff 2019, p. 128-142), un passage du livre III, qui nomme Héraclès « chef et maître de toute la terre et de la mer63 », dévoile ce qui caractérise l’exercice convenable du pouvoir selon le philosophe. Car il justifie immédiatement le qualificatif – surprenant puisqu’Héraclès n’est pas véritablement roi (Ibid., p. 130) – en disant du héros qu’il a été un « purificateur de l’injustice et du désordre » (καθαρτὴς ἀδικίας καὶ ἀνομίας) et un « introducteur de la justice et de la piété » (εἰσαγωγεὺς δικαιοσύνης καὶ ὁσιότητος). Le véritable souverain est donc, d’après Épictète, celui qui veille au maintien des règles de la δίκη et du νόμος, et c’est bien à cette image que correspond Alexandre chaque fois qu’il franchit un espace pour combattre une injustice ou sacrifier selon la coutume.

30Ainsi se trouve infirmée l’idée selon laquelle « transgresser veut dire sortir par hubris de son espace pour entrer dans un espace étranger » (Hartog 1980, p. 336). Arrien lui substitue une conception plus complexe de la transgression, où un cadre spatial peut être outrepassé, sans que les coutumes, le respect des dieux, la justice et la mesure soient violés. La barrière géographique peut même être franchie précisément pour que les coutumes, le respect des dieux, la justice et la mesure soient respectés. L’historien remplace dès lors une transgression unique, qui se joue sur différents plans superposés, par des transgressions plurielles, indépendantes les unes des autres.

  • 64 Plutarque, La fortune ou la vertu d’Alexandre, I, 328B.

31Le glissement explique plusieurs contradictions perceptibles dans le texte et relevées par les commentateurs. Par exemple, Christopher Baron (2018, p. 268) a vu en Xerxès un « potentiel double d’Alexandre », alors que Christian Jacob (1991, p. 20-22) a justement tenu le Grand roi pour un anti-modèle du roi macédonien. Thomas Schmidt (2010, p. 391) affirme que « dans les jugements qu’[Arrien] porte lui-même sur Alexandre, son système de valeurs est construit sur l’opposition traditionnelle entre Grecs et barbares », tout en notant « la retenue et la discrétion avec laquelle Arrien utilise l’antithèse entre les Grecs et les barbares » (Schmidt 2010, p. 386). Enfin, l’Anabase paraît mêler le thème de la degeneratio d’Alexandre, cher à Quinte-Curce, et celui du héros civilisateur, développé par Plutarque, pourtant bien éloignés l’un de l’autre64. S’il en est ainsi, c’est que l’historien bithynien reprend la mécanique topique de la transgression, mais la déconstruit, en ajoutant une nouvelle donnée adaptée des enseignements d’Épictète : la possibilité du retour à une conduite mesurée, une fois les limites humaines admises. Il disjoint ainsi les attitudes transgressives et sépare nettement les normes selon lesquelles elles sont jugées.

La transgression apparente contre les transgressions véritables : l’infraction au service de l’ordre

32L’auteur pousse plus loin encore la dissection du geste transgressif. L’opération précédemment décrite séparait les transgressions et différenciait la nature des limites, si bien que la traversée spatiale n’équivalait plus nécessairement à une infraction aux νόμοι ou à la δίκη. Mais Arrien effectue également des distinctions à l’intérieur d’une même attitude transgressive, en jouant sur le rapport entre l’action et la norme qu’elle enfreint. La démarche est particulièrement visible dans un passage du livre III. Il suit une intervention de Parménion, qui vient de conseiller au roi d’attaquer les Perses par surprise pendant la nuit :

Ὁ δὲ ἐκείνῳ μὲν ἀποκρίνεται, […] αἰσχρὸν εἶναι κλέψαι τὴν νίκην, ἀλλὰ φανερῶς καὶ ἄνευ σοφίσματος χρῆναι νικῆσαι Ἀλέξανδρον. Kαὶ τὸ μεγαλήγορον αὐτοῦ τοῦτο οὐχ ὑπέρογκον μᾶλλόν τι ἢ εὐθαρσὲς ἐν τοῖς κινδύνοις ἐφαίνετο· δοκεῖν δ' ἔμοιγε, καὶ λογισμῷ ἀκριβεῖ ἐχρήσατο ἐν τῷ τοιῷδε· [...] αὐτῷ […] σφαλερὰ ἡ νὺξ κατεφαίνετο, καὶ ἅμα ἡσσηθέντι τε αὖθις Δαρείῳ τὴν ξυγχώρησιν τοῦ χείρονι ὄντι χειρόνων ἡγεῖσθαι ἡ λαθραία τε καὶ νυκτερινὴ ἐκ σφῶν ἐπίθεσις ἀφῃρεῖτο [...]. Τούτων τε τῶν λογισμῶν ἕνεκα ἐπαινῶ Ἀλέξανδρον καὶ τοῦ ἐς τὸ φανερὸν ὑπερόγκου οὐ μεῖον.

  • 65 Anabase, III, 10, 2-4.

[Alexandre] lui répondit qu’[…] il était honteux de voler la victoire et qu’Alexandre devait vaincre ouvertement et sans stratagème. Et cette emphase qui était la sienne ne semblait pas être un indice d’orgueil plus qu’un indice de fermeté devant les dangers. Et à mon avis, il usa aussi d’un raisonnement exact dans de telles circonstances ; [...] la nuit lui paraissait dangereuse et leur attaque secrète et nocturne empêchait Darius, s’il était vaincu à nouveau, d’admettre qu’il conduisait des troupes inférieures en étant lui-même inférieur […]. Je loue Alexandre à la fois pour ces raisonnements et non moins pour l’orgueil manifeste65.

  • 66 Ibid., VII, 29, 1.
  • 67 Pour la carrière militaire et politique d’Arrien, voir Syme 1982 et Hostein 2014.

33En employant le terme ὑπέρογκος, appuyé par μεγαλήγορος, Arrien donne à voir de façon imagée l’outrecuidance du souverain, tellement « gonflé d’orgueil » qu’il dépasse les limites à l’intérieur desquelles il devrait rester. Ailleurs, c’est un objet de reproche66, mais ici l’orgueil est loué, à l’issue d’un développement qui fournit les clés de compréhension de ce fait surprenant. C’est que l’attitude présomptueuse d’Alexandre est étroitement liée au « raisonnement exact » qui guide sa décision : en préférant attaquer de jour, le conquérant évite les dangers d’un assaut nocturne et, surtout, oblige Darius à reconnaître une victoire publiquement affichée et loyalement obtenue, si bien que l’arrogance devient une manœuvre pour mieux l’emporter sur l’ennemi. Ici, il ne s’agit pas d’une disposition d’esprit qui incite l’homme à oublier sa place dans l’ordre du monde et à outrepasser sa condition, mais d’un spectacle à destination des autres personnages. Une même attitude transgressive peut donc cacher deux intentions distinctes et être imputable soit à une démesure effective, soit – comme ici – à un orgueil théâtral, qui ne transgresse qu’en apparence les limites de la mesure. La première est réprouvée par le philosophe ; le second est salué par l’homme politique qu’a été Arrien67. Aussi ce dernier précise-t-il bien qu’il ne loue pas « l’orgueil » (τὸ ὑπέρογκον), mais « l’orgueil manifeste » (τὸ ἐς τὸ φανερὸν ὑπέρογκον) de son personnage. Ce commentaire de l’historien infléchit le sens des paroles du personnage et mue en stratagème de général avisé le refus orgueilleusement affiché du stratagème (σόφισμα).

  • 68 Anabase, VII, 29, 3.

34Le mot σόφισμα n’est pas anodin, puisqu’il réapparaît dans le portrait final d’Alexandre, quand il est question des transgressions du personnage. L’historien rappelle en effet que le souverain a attribué sa naissance à un dieu. Il qualifie d’abord la revendication d’« erreur » (τὸ πλημμέλημα), avant de se corriger et de la définir comme « un stratagème destiné aux sujets, pour leur en imposer » (σόφισμα ἐς τοὺς ὑπηκόους τοῦ σεμνοῦ ἕνεκα)68. Et il ajoute quelques lignes plus bas :

  • 69 Ibid., VII, 29, 4 : Ὡς ἔμοιγε καὶ ἡ Περσικὴ σκευὴ σόφισμα δοκεῖ εἶναι πρός τε τοὺς βαρβάρους, ὡς μ (...)

Le costume perse me semble aussi être un stratagème (σόφισμα) destiné à la fois aux barbares, de sorte que le roi ne leur semble pas entièrement étranger, et aux Macédoniens, de sorte qu’[Alexandre] ait une ressource contre la brusquerie et la démesure macédoniennes69.

35Les deux attitudes, attribuables de prime abord à une ὕβρις oublieuse de l’écart entre hommes et dieux et à une μετακίνησις ἐς τὸ βαρβαρικώτερον irrespectueuse des coutumes grecques, prennent un nouveau sens avec l’usage du terme σόφισμα. Celui-ci les mue en habile manœuvre, dont la nature est précisée par la référence au passage du livre III cité plus haut. Comme, à ce moment-là, « l’orgueil manifeste », la transgression de la mesure et des coutumes macédoniennes constitue une mise en scène pour influer sur les autres personnages. Si, de la « grande digression » au portrait final, les mêmes attitudes transgressives valent au personnage deux jugements contradictoires, c’est donc qu’elles n’ont plus les mêmes causes aux yeux de l’auteur : dans le premier cas, elles trahissaient une volonté de dépasser la condition humaine, mais une fois la reconnaissance de l’erreur effectuée et les limites humaines réintégrées, elles jouent sur les apparences et deviennent un outil de pouvoir.

  • 70 Ibid., IV, 4, 2 et IV, 18, 6.
  • 71 Ibid., IV, 8, 7 ; IV, 9, 1 ; I, 12, 7.
  • 72 Ibid., IV, 9, 1 ; IV, 12, 7.
  • 73 Arrien, Manuel d’Épictète, 17 et 37 ; Entretiens d’Épictète, IV, 7, 12-13.
  • 74 Anabase, IV, 8, 4 ; IV, 11, 4.
  • 75 Ibid., VII, 29, 4.

36Car à côté des transgressions du souverain, il en est une autre que l’historien mentionne régulièrement et qui justifie le recours à cet outil de pouvoir : la transgression des personnages que le roi doit contrôler. Il peut s’agir d’ennemis dotés d’une arrogance jugée barbare70 ou des Macédoniens qui manquent de respect à Alexandre. C’est le cas de Cleitos qui fait montre de « démesure envers son roi » (ὕβρις ἡ ἐς τὸν βασιλέα τὸν αὑτοῦ) ou de Callisthène qui affiche une « sottise orgueilleuse » (ὑπέρογκος ἀβελτερία)71. De tels comportements sont réprouvés par l’auteur, qui blâme « grandement » (μεγαλωστί) Cleitos et qualifie les propos de Callisthène de « liberté de parole inappropriée » (ἄκαιρος παρρησία)72. Ces réprobations font écho aux développements du Manuel et des Entretiens, selon lesquels les individus doivent jouer le rôle qui leur est assigné par la Providence sans chercher à aller « au-delà de [leur] puissance » (ὑπὲρ δύναμιν)73. Il n’est pas anodin qu’elles apparaissent au moment même où les personnages accusent Alexandre de sombrer dans la démesure : Cleitos s’oppose alors aux flatteurs qui comparent le roi aux Dioscures et à Héraclès, en disant refuser qu’on « fasse preuve de démesure envers la divinité » (ἐς τὸ θεῖον ὑβρίζειν) ; Callisthène répond à Anaxarque qui souhaite octroyer au conquérant des honneurs divins, en assénant qu’il ne convient pas d’honorer les hommes « d’une façon orgueilleuse » (ἐς σχῆμα ὑπέρογκον)74. Les commentaires de l’historien renversent la situation, en accusant d’ὕβρις celui qui s’en voulait l’adversaire et en appliquant l’adjectif ὑπέρογκος à celui qui l’utilisait pour condamner les actions d’Alexandre. Arrien distingue ainsi des instances de jugement plurielles, qui s’appuient sur des normes différentes pour définir la transgression : les personnages se focalisent sur la limite qui fait le départ entre hommes et dieux et qu’Alexandre songe à franchir ; le narrateur place l’accent sur la distance qui sépare le roi et ses sujets et que certains proches du conquérant négligent. Et si la transgression du roi est contrebalancée par son retour à la mesure, celle des sujets reste condamnée jusqu’à la fin de l’œuvre, où « la brusquerie et la démesure macédoniennes » (ἡ ὀξύτης τε καὶ ὕβρις ἡ Μακεδονική) sont encore relevées75, de sorte qu’elles menacent le pouvoir royal tout au long du récit. Dans ces conditions, l’Alexandre d’Arrien doit constamment se garder du soulèvement de sujets prompts à outrepasser leurs droits.

37Dès lors, l’orgueil théâtral du roi et l’entorse visible aux coutumes deviennent un nécessaire remède contre la désobéissance. Cette leçon de pragmatisme politique n’a pu être délivrée qu’une fois les transgressions apparentes et véritables minutieusement différenciées et les jugements des personnages et du narrateur nettement séparés. À l’issue de ces opérations, la vision traditionnelle de la transgression est complètement renversée : loin d’être un « facteur de désordre dans le kosmos » (Hartog 1980, p. 334), elle participe au maintien de l’ordre établi.

38À l’issue de cette étude, il apparaît qu’Arrien complexifie la notion de transgression au fur et à mesure du récit. Il reprend d’abord la mécanique topique d’une transgression unique, qui se joue sur plusieurs plans superposés et conduit le personnage du franchissement spatial à l’ὕβρις. Mais grâce à un léger glissement dans la perception de la démesure, qui lui ôte son caractère définitif, l’auteur déconstruit cet édifice et désolidarise les différentes limites franchies. Il se donne ainsi la possibilité de représenter un personnage qui traverse les barrières géographiques, tout en observant ou défendant les coutumes et la justice. Il distingue également la transgression apparente de la transgression véritable et dissocie son jugement de celui des personnages, de sorte que l’entorse aux coutumes grecques et l’orgueil même peuvent devenir des outils de pouvoir nécessaires au maintien de l’ordre établi. Au fil de l’œuvre, s’opère ainsi une désunion progressive des limites spatiales, civiques et morales, des normes véritablement outrepassées ou enfreintes en surface, du jugement de l’auteur et des personnages, qui explique le changement de regard d’Arrien sur les transgressions d’Alexandre.

  • 76 Sur ces identités multiples, voir Hostein 2014, p. 15-16.

39Par un tel traitement de la transgression, l’Alexandre de l’Anabase devient une figure polymorphe, qui endosse tour à tour les rôles de vainqueur soumis aux vices barbares, de coupable plein de remords et capable de progrès, de conquérant civilisateur en accord avec la conception stoïcienne du pouvoir et d’homme politique ingénieux. La représentation de ce personnage bigarré, qui ne se réduit ni à un modèle à imiter, ni à un contre-modèle à éviter, ni à un exemple de dégénérescence, enrichit le sens du récit et multiplie les buts de l’œuvre. La présentation des travers topiques du souverain oriental permet à Arrien de mettre en garde ses lecteurs contre l’ὕβρις, dans une perspective morale. La reconnaissance de ses limites par le personnage donne à l’auteur l’occasion de présenter, dans une perspective philosophique plus précise et personnelle, les conséquences positives du repentir. Une fois le spectre de l’errance morale éloigné par ce retour à la mesure, l’historien dévoile également les bienfaits du décloisonnement des espaces, en homme qui vit à une époque où les frontières entre l’Asie mineure, la Grèce et Rome n’existent plus et qui a œuvré lui-même à l’intégration des territoires excentrés de l’Empire romain76. Enfin, en présentant les avantages qu’un souverain peut tirer d’une transgression ostentatoire, il livre des conseils aux dirigeants pour obtenir l’obéissance. En somme, l’historien concentre les postures du moraliste, du philosophe et du conseiller politique pragmatique, à mesure qu’il analyse la notion de transgression et aborde le personnage sous de nouvelles perspectives.

40Mais au fond, c’est sur une transgression primordiale, d’ordre littéraire, que reposent ces postures multiples. Car l’auteur ne les adopte qu’en « dépassant » les visions stéréotypées du souverain oriental et d’Alexandre et en « allant au-delà » de l’opposition traditionnelle entre transgression et ordre. Il peut alors offrir aux lecteurs le spectacle surprenant, sinon paradoxal, d’un personnage qui franchit une frontière, transgresse une coutume ou fait preuve d’orgueil pour préserver les νόμοι, la δίκη et le κόσμος.

Haut de page

Bibliographie

Auberger J. (2012 [2001]), Historiens d’Alexandre, Paris.

Aubriot D. (2003), « Quelques observations sur la religion d’Alexandre (par rapport à la tradition classique) à partir de Plutarque (Vie d’Alexandre) et d’Arrien (L’Anabase d’Alexandre) », dans Hoffmann G. éd., Dossier : Alexandre le Grand, religion et tradition, Mètis N.S.1, Paris-Athènes, p. 225-249.

Bardon H. (2002-2008 [1948-1961]), Quinte-Curce. Histoires. Tomes I-II, Paris.

Baron C. (2018), « The Great King and his Limits: Allusions to Herodotus in Book 7 of Arrian’s Anabasis », dans Devillers O. et Sebastiani B. B éd., Sources et modèles des historiens anciens, Pessac, p. 259-268.

Bayard P. (2014 [2002]), Enquête sur Hamlet. Le dialogue de sourds, Paris.

Bosworth A. B. (1976), « Arrian and the Alexander Vulgate », dans Alexandre le Grand : image et réalité, Entretiens Hardt XXII, Genève, p. 1-46.

Bosworth A. B. (1988), From Arrian to Alexander: Studies in Historical Interpretation, Oxford.

Bosworth A. B. (1995), A Historical Commentary on Arrian’s History of Alexander, vol. 2, Oxford.

Bosworth A. B. (2007), « Arrian, Alexander, and the Pursuit of Glory », dans Marincola J. éd., A Companion to Greek and Roman Historiography, vol. 2, Oxford, p. 445-453.

Briant P. (2016), Alexandre. Exégèse des lieux communs, Paris.

Brunt P. A. (1977), « From Epictetus to Arrian », Athenaeum 55, p. 19-48.

Burliga B. (2013), Arrian’s Anabasis: An Intellectual and Cultural Story, Gdansk.

Chaplin J. D. (2011), « Conversations in History: Arrian and Herodotus, Parmenio and Alexander », GRBS 51, p. 613-633.

Chantraine P. (2009), Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris.

Darbo-Peschanski C. (1989), « Les barbares à l’épreuve du Temps (Hérodote, Thucydide, Xénophon) », Mètis IV-2, p. 233-250.

Desnier J.-L. (1995), Le passage du fleuve : de Cyrus le Grand à Julien l’Apostat. Essai sur la légitimité du souverain, Paris.

Fisher N. R. E. (1992), HYBRIS. A Study in the Values of Honour and Shame in Ancient Greece, Warminster.

Gangloff A. (2019), Pouvoir impérial et vertus philosophiques. L’évolution de la figure du bon prince sous le Haut-Empire, Leiden-Boston.

Gray V. (1990), « The Moral Interpretation of the “Second Preface” to Arrian’s Anabasis », JHS 110, p. 180-186.

Guilhem de Clermont-Lodève G.-E.-J. (1775), Examen critique des anciens historiens d’Alexandre le Grand, Paris.

Hartog F. (1980), Le miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre, Paris.

Hidber T. (2004), « Arrian », dans de Jong I., Nünlist R. et Bowie A. éd., Narrators, Narratees, and Narratives in Ancient Greek Literature, Leiden-Boston, p. 165-174.

Hostein A. (2014), « À chacun son Arrien ? Observations sur la carrière et la trajectoire d’Arrien dans l’Orient romain d’époque antonine », Ktèma 39, p. 5-18.

Jacob C. (1991), « Alexandre et la maîtrise de l’espace. L’art du voyage dans l’Anabase d’Arrien », Quaderni di Storia 34, p. 5-41.

Lalanne S. (2014), « Arrien philosophe stoïcien », Ktèma 39, p. 51-87.

Liotsakis V. (2019), Alexander the Great in Arrian’s Anabasis. A Literary Portrait, Berlin.

Mazon P. (2019 [1937]), Homère. L’Iliade. Tome I, Paris.

Muccioli F. (2018), « The Ambivalent Model: Alexander in the Greek World between Politics and Literature (1st Century BC / beg. 1st Century AD) », dans Moore K. R. éd., Brills Companion to the Reception of Alexander the Great, Leiden-Boston, p. 275-303.

Muckensturm-Poulle C. (2013), « L’agôn d’Alexandre et de Coenos au bord de l’Hyphase selon Arrien et Quinte-Curce », dans Côté D. et Fleury P. éd., Discours politique et Histoire dans l’Antiquité, DHA Suppl. 8, p. 259-275.

Muckensturm-Poulle C. (2017), « L’expertise éthique et politique de Calanos et Dandamis, les conseillers indiens du roi Alexandre », dans Guelfucci M.-R. et Queyrel Bottineau A. éd., Conseillers et ambassadeurs dans l’Antiquité, DHA Suppl. 17, p. 145-162.

Rey A. (2016 [1993]), Dictionnaire historique de la langue française, vol. 2, Paris.

Roos A. G. (2002 [1967]), Flavius Arrianus. Vol. I : Alexandri Anabasis cum excerptis Photii tabulaque phototypica, Wirth G. éd., Munich-Leipzig.

Savinel P. (1984), Arrien. Histoire d’Alexandre. L’Anabase d’Alexandre le Grand et l’Inde, Paris.

Schmidt T. (2010), « Enjeux littéraires et historiques du portrait d’Alexandre : les barbares dans l’Anabase d’Arrien », dans Guelfucci M.-R. éd, Jeux et enjeux de la mise en forme de l'histoire. Recherches sur le genre historique en Grèce et à Rome, DHA Suppl. 4-2, p. 383-399.

Sisti F. (2002), « La doppia prefazione dell’Alexandri Anabasis di Arriano », dans Lelli E. dir., Arma virumque…: studi di poesia e storiografia in onore di Luca Canali, Pise-Rome, p. 41-44.

Stadter P. (1980), Arrian of Nicomedia, Chapel Hill.

Stoneman R. (2003), « The Legacy of Alexander in Ancient Philosophy », dans Roisman J. éd., Brills Companion to Alexander the Great, Leiden-Boston, p. 323-345.

Syme R. (1982), « The Career of Arrian », HSPh 86, p. 181-211.

Vernant J.-P. (1989), L’individu, la mort, l’amour. Soi-même et l’autre en Grèce ancienne, Paris.

Vernant J.-P. (1996 [1965]), Mythe et pensée chez les Grecs. Études de psychologie historique, Paris.

Haut de page

Notes

1 Pour l’étymologie du mot, voir Rey 2016, p. 2489.

2 Pour des ouvrages généraux sur Arrien, voir Stadter 1980 et Bosworth 1988.

3 Anabase, I, 12, 4.

4 Ibid., VII, 30, 2 : ἀνὴρ οὐδενὶ ἄλλῳ ἀνθρώπων ἐοικώς. Toutes les traductions du texte grec proposées dans cet article sont des traductions personnelles, élaborées à partir du texte établi par Roos. Pour l’œuvre complète en grec accompagnée d’un apparat critique, voir Roos 2002. Pour une traduction française de l’œuvre complète, voir Savinel 1984.

5 Anabase, VII, 28. Pour les modèles qui ont pu inspirer à Arrien ce portrait composé de superlatifs, voir Bosworth 1988, p. 138-140.

6 Anabase, II, 12, 8 ; III, 10, 4 ; IV, 9, 2 ; IV, 9, 6 ; IV, 19, 6 ; VI, 26, 3 ; VII, 30, 3.

7 Ibid., IV, 7, 4-5 ; IV, 12, 6 ; VI, 30, 1 ; VII, 23, 6-8 ; VII, 30, 3.

8 Ibid., V, 27, 2-9, où Coenos défend le parti de la σωφροσύνη devant Alexandre qui veut poursuivre plus avant, en se faisant le porte-parole du narrateur qui, au livre IV, avait fait de la tempérance la véritable source de bonheur (IV, 7, 5). Voir également ibid., VII, 1, 5-6, où les gymnosophistes réfutent la pertinence des aspirations d’Alexandre. Le narrateur leur adresse à ce moment des louanges remarquables, puisque de toute l’œuvre, ce sont les seuls personnages autres qu’Alexandre qui sont loués explicitement. Pour des études consacrées à ces deux passages, voir Muckensturm-Poulle 2013 et 2017.

9 Aubriot 2003, p. 226 : « La règle absolue de l’abstention d’ὕβρις […] commande une vigilance intérieure incessante pour ne pas perdre de vue le sens de ses limites. »

10 Anabase, IV, 7, 4 ; IV, 9, 2.

11 Ibid., VII, 28, 3 ; VII, 29, 4.

12 Ibid., IV, 12, 6 et VII, 29, 1 (εἴ τι ἐς τὸ ὑπερογκότερον προήχθη βαρβαρίσαι, οὐ μεγάλα τίθεμαι ἔγωγε).

13 Photius, Bibliothèque, codex 91 ; Guilhem de Clermont-Lodève 1775, p. 27 ; Stadter 1980, p. 89 ; Stoneman 2003, p. 341.

14 Burliga 2013 ; Muckensturm-Poulle 2013, p. 265 ; Baron 2018, p. 268 ; Liotsakis 2019, p.  77. Albert B. Bosworth a opéré ce revirement au fil de ses travaux : après avoir souligné la dimension encomiastique de l’œuvre, en soutenant qu’Arrien avait choisi des sources qui faisaient preuve d’une « proskynèse littéraire du roi biaisée » (Bosworth 1976, p. 33), il répond lui-même à cette affirmation en assénant plus tard que l’Anabase « n’est pas une proskynèse littéraire, mais une étude nuancée et raisonnée du règne d’Alexandre » (Bosworth 2007, p. 143).

15 Anabase, VII, 1, 6 : πολυπράγμων καὶ ἀτάσθαλος.

16 Voir Baron 2018 qui considère que, dans tout le livre VII, court l’image de Xerxès, qui contrebalance l’éloge d’Alexandre et Burliga 2013, p. 93 pour qui la tonalité de l’œuvre s’assombrit au livre VI.

17 Anabase, V, 4, 3 ; V, 5, 1 ; V, 6, 8 ; V, 7, 3 ; V, 19, 6 ; VII, 3, 1. Pour une étude des remarques du narrateur dans l’Anabase, voir Hidber 2004.

18 Pour l’opposition entre ὕβρις et δίκη, déjà présente chez Hésiode, voir Vernant 1996, p. 19-47. Pour le νόμος comme « négation de la transgression », voir Hartog 1980, p. 340.

19 Arrien, Manuel d’Épictète, 39 : ἐὰν δὲ ὑπερβῇς, ὡς κατὰ κρημνοῦ λοιπὸν ἀνάγκη φέρεσθαι.

20 Pour περάω, voir Anabase, I, 24, 4 ; III, 29, 6 ; IV, 4, 5 ; V, 13, 1 ; V, 14, 3 ; V, 14, 6 ; V, 15, 3 ; V, 20, 8 ; V, 21, 1 ; V, 21, 6 et VII, 10, 6. Pour διαβαίνω, voir I, 1, 5 ; I, 4, 3 ; I, 6, 7 ; I, 6, 9 ; I, 11, 4-5 ; I, 12, 9 ; I, 13, 6 ; II, 14, 2-4 ; III, 1, 3 ; III, 7, 2-5 ; III, 15, 4 ; III, 17, 1 ; III, 18, 10 ; IV, 16, 1 ; IV, 23, 2 ; IV, 25, 7 ; V, 4, 3 , V, 8, 2 ; V, 14, 5 ; V, 20, 1 ; V, 29, 2-5 ; VI, 21, 4 ; VII, 16, 5. Pour διαπεράω, voir VII, 10, 7. Pour διαβιβάζω, voir VI, 5, 5 ; VI, 15, 4 et VI, 17, 4. Pour διέρχομαι, voir III, 17, 3 ; III, 18, 5 ; III, 21, 6-9 ; III, 23, 4 ; III, 25, 6 ; IV, 6, 4 ; IV, 24, 1 ; VI, 6, 2 ; VI, 7, 1 ; VI, 21, 4. Pour διαβάλλω, voir I, 11, 6. Pour διαχωρέω, voir II, 8, 2. Pour ὑπερβάλλω, voir I, 1, 8 ; I, 2, 1 ; I, 27, 8 ; II, 4, 4-5 ; II, 6, 2 ; III, 23, 3 ; III, 28, 4 ; IV, 22, 4 ; IV, 24, 6 ; VI, 19, 4 ; VI, 20, 4. Pour ὑπερβαίνω, voir VII, 10, 6. Pour παραμείβω, voir I, 11, 4 et pour παρέρχομαι, voir II, 23, 6.

21 Ibid., I, 12, 4.

22 Ibid., I, 13, 6.

23 Homère, Iliade, VI, 441-443 : Ἦ καὶ ἐμοὶ τάδε πάντα μέλει γύναι· ἀλλὰ μάλ' αἰνῶς / αἰδέομαι [...] / αἴ κε κακὸς ὣς νόσφιν ἀλυσκάζω πολέμοιο· (trad. P. Mazon modifiée). Le parallèle a été relevé également par Liotsakis (2019, p. 183).

24 Voir Anabase, I, 12 : après le récit de la visite d’Alexandre à Troie, où le personnage a jugé Achille heureux d’avoir trouvé Homère pour le célébrer, Arrien évoque sa propre entreprise historiographique. Pour le lien qui unit l’Anabase à l’épopée homérique, voir plus généralement Liotsakis 2019, p. 163-205.

25 Anabase, III, 7, 5 et IV, 25, 7. Sur la barrière naturelle comme « seul obstacle susceptible d’arrêter la progression d’Alexandre », voir Jacob 1991, p. 14.

26 Anabase, V, 28, 3.

27 Pour la mer, voir ibid., I, 11, 6. Pour les fleuves, voir I, 1, 5 ; I, 4, 3 ; I, 6, 7-9 ; I, 11, 4-5 ; I, 24, 4 ; III, 15, 4 ; III, 17, 1 ; III, 18, 10 ; III, 29, 6 ; IV, 4, 5 ; IV, 23, 2 ; IV, 25, 7 ; V, 4, 3 ; V, 8, 2 ; V, 19, 4 ; V, 20, 1-8 ; V, 21, 1-6 ; V, 29, 2-5 ; VI, 5, 5 ; VI, 15, 4 ; VI, 17, 4 ; VI, 21, 4 ; VII, 16, 5. Pour les monts, voir I, 1, 8 ; I, 2, 1 ; I, 11, 4 ; III, 23, 3 ; III, 23, 3 ; III, 28, 4 ; IV, 22, 4 ; IV, 24, 6. Pour le désert, voir VI, 21, 4.

28 Voir ibid., III, 18, 6 pour χαλεπός ; III, 17, 3 et IV, 29, 2 pour δύσπορος ; I, 27, 6, III, 19, 1 et VI, 9, 4 pour ἄπορος. Ces mots sont parfois employés ensemble : en III, 23, 3, le narrateur utilise χαλεπός et δύσπορος ; en VI, 23, 1, il emploie χαλεπός et ἄπορος.

29 Ibid., I, 4, 3 ; I, 11, 4 ; III, 18, 10 ; III, 21, 9 ; III, 25, 6 ; IV, 6, 4 ; IV, 24, 1 ; VI, 6, 2 ; VI, 7, 1 ; VI, 21, 4.

30 Ibid., VII, 9, 4 : τὴν ἐς τὴν Ἑλλάδα πάροδον πλατεῖαν καὶ εὔπορον ἀντὶ στενῆς τε καὶ ἀπόρου […] ἐποίησεν.

31 Ibid., VII, 9, 6 : τοῦ Ἑλλησπόντου ὑμῖν τὸν πόρον [...] ἀνεπέτασα. Voir Jacob 1991, p. 28-29.

32 Sur ces personnages et les notions de frontière et d’altérité chez Hérodote, voir Hartog 1980, p. 81-127.

33 Pour des références à Hérodote dans l’Anabase, voir Chaplin 2011 et Baron 2018.

34 Anabase, I, 26, 4 : αὐτίκα τὴν μὲν Ἑλλάδα γλῶσσαν ἐξελάθοντο, εὐθὺς δὲ βάρβαρον φωνὴν ἵεσαν.

35 Voir à ce sujet le jugement de Photius (Bibliothèque, 92), pour qui Arrien évite les « digressions et parenthèses malvenues ».

36 Anabase, IV, 7, 3-4 ; IV, 8, 2 ; IV, 8, 4 ; IV, 11, 8 ; VII, 29, 1. Sur le traitement des barbares dans l’Anabase, voir Schmidt 2010.

37 Anabase, IV, 7, 4 ; IV, 10, 5 ; IV, 19, 5 ; VI, 30, 3 ; VII, 4, 4 ; VII, 6, 3.

38 Pour cette « immuable identité » du barbare, faite de quelques traits, dans l’historiographie classique, voir Darbo-Peschanski 1989, p. 241-246.

39 Pour l’utilisation de l’opposition entre Grecs et barbares pour juger Alexandre dans l’Anabase, voir Schmidt 2010, p. 391. Il faut par ailleurs noter qu’Arrien considère les Macédoniens comme des Grecs à part entière : il n’est fait mention d’aucune distinction et il lui arrive de glisser du nom d’un peuple à l’autre pour l’opposer aux barbares (Anabase, IV, 11, 8).

40 Anabase, III, 10, 2 ; III, 10, 4 ; IV, 12, 6 ; IV, 13, 3 et VII, 29, 1. Pour le terme d’ὕβρις et son utilisation chez Hérodote, voir Fisher 1992, p. 343-385.

41 Ibid., IV, 13, 3 ; IV, 14, 2 ; VII, 1, 6. Pour l’emploi du mot chez Hésiode, voir Vernant 1996, p. 29-30 et pour son emploi chez Hérodote, voir Baron 2018, p. 264.

42 Sur les attitudes topiques du Grand Roi despotique, voir Hartog 1980, p. 337-339.

43 Anabase, IV, 7, 4 ; IV, 13, 3.

44 Anabase, IV, 8, 4 ; IV, 11, 4.

45 Anabase, IV, 14, 2.

46 Hérodote, Histoires, VII, 35. Pour d’autres passages où l’ombre de Xerxès est projetée sur le personnage, voir Baron 2018, qui concentre son analyse sur le dernier livre de l’Anabase. Au regard des paroles prêtées à Alexandre avant le franchissement du Granique, nous proposons d’étendre cette étude à l’ensemble de l’œuvre.

47 Pour la littérature pamphlétaire qui dénonce l’ivrognerie et la volonté d’égaler les dieux, voir les fragments des auteurs hellénistiques Ephippos d’Olynthe et Nicoboulè dans Auberger 2012, p. 92-103. Pour des exercices scolaires qui développent le thème de l’insatiabilité de conquêtes, voir Sénèque le Père, Suasoires I et IV, déjà rapprochées de l’Anabase par Claire Muckensturm-Poulle (2013, p. 273-274). Pour la démesure d’Alexandre dans des exempla philosophiques, voir Sénèque, Des Bienfaits, I, 13, 1 ; II, 16, 2 ; V, 6, 1.

48 Quinte-Curce, Histoires, VI, 6, 1-5 et X, 1, 42.

49 Quinte-Curce, Histoires, X, 5, 33.

50 Anabase, IV, 9, 2-6.

51 Chantraine 2009, p. 132.

52 Anabase, VII, 29, 1 : ἐς τὸ ὑπερογκότερον προήχθη βαρβαρίσαι.

53 Ibid. : μεταγνῶναί γε ἐφ' οἷς ἐπλημμέλησε μόνῳ [...] τῶν πάλαι βασιλέων Ἀλεξάνδρῳ ὑπάρξαι ὑπὸ γενναιότητος.

54 Arrien, Entretiens d’Épictète, I, 18, 4 ; III, 7, 33.

55 Il est possible qu’A. B. Bosworth ait minimisé cette idée d’Arrien, parce que dans ses travaux, il « s’est efforcé de considérer la conquête du côté des « victimes » » (Briant 2016, p. 408). De fait, il conclut son développement sur le repentir d’Alexandre en soutenant que « Cleitos et les autres victimes d’Alexandre n’obtinrent pas de consolation de ses regrets » (Bosworth 1988, p. 147).

56 Anabase, IV, 12, 6.

57 Ibid., IV, 19, 5 ; IV, 20, 2 ; V, 3, 1 ; VII, 14, 3.

58 Ibid., VI, 27, 4-5.

59 Vernant 1996, p. 19-47 ; Hartog 1980, p. 333-334.

60 Quinte-Curce, Histoires, X, 1, 1-9, pour qui les deux accusés ont surtout été exécutés pour avoir douté du succès d’Alexandre.

61 Anabase, I, 11, 6 ; III, 28, 4 ; IV, 22, 4 ; V, 8, 2 ; V, 19, 4 ; V, 20, 1 ; V, 29, 2 ; V, 29, 5 ; VI, 15, 4 ; VI, 17, 4 ; VI, 19, 5 ; VI, 21, 4.

62 Ibid., I, 11, 6 ; V, 29, 5 ; VI, 19, 5.

63 Arrien, Entretiens d’Épictète, III, 26, 32 : ἁπάσης γῆς καὶ θαλάττης ἄρχων καὶ ἡγεμών. Pour une autre analyse de ce passage, voir Gangloff 2019, p. 129-130.

64 Plutarque, La fortune ou la vertu d’Alexandre, I, 328B.

65 Anabase, III, 10, 2-4.

66 Ibid., VII, 29, 1.

67 Pour la carrière militaire et politique d’Arrien, voir Syme 1982 et Hostein 2014.

68 Anabase, VII, 29, 3.

69 Ibid., VII, 29, 4 : Ὡς ἔμοιγε καὶ ἡ Περσικὴ σκευὴ σόφισμα δοκεῖ εἶναι πρός τε τοὺς βαρβάρους, ὡς μὴ πάντῃ ἀλλότριον αὐτῶν φαίνεσθαι τὸν βασιλέα, καὶ πρὸς τοὺς Μακεδόνας, ὡς ἀποστροφήν τινα εἶναι αὐτῷ ἀπὸ τῆς ὀξύτητός τε καὶ ὕβρεως τῆς Μακεδονικῆς·

70 Ibid., IV, 4, 2 et IV, 18, 6.

71 Ibid., IV, 8, 7 ; IV, 9, 1 ; I, 12, 7.

72 Ibid., IV, 9, 1 ; IV, 12, 7.

73 Arrien, Manuel d’Épictète, 17 et 37 ; Entretiens d’Épictète, IV, 7, 12-13.

74 Anabase, IV, 8, 4 ; IV, 11, 4.

75 Ibid., VII, 29, 4.

76 Sur ces identités multiples, voir Hostein 2014, p. 15-16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélissa Leuzy, « De la condamnation à l’acceptation des infractions d’Alexandre »Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 17 | 2023, mis en ligne le 30 janvier 2023, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/mondesanciens/4596 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mondesanciens.4596

Haut de page

Auteur

Mélissa Leuzy

Université Bourgogne Franche-Comté, CPTC EA 4178

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search