Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Se réunir dans la mort : le cas d...

Se réunir dans la mort : le cas de la nécropole de Paroikia à Paros

Reuniting in Death: The Case of the Paroikia Necropolis in Paros
Hélène Provain

Résumés

La nécropole de Paroikia sur l’île de Paros est en usage du viiie siècle av. au iiie siècle ap. J.-C. La réunion exceptionnelle de défunts, qui fondent l’ensemble funéraire, permet d’exprimer des valeurs avant tout collectives. Grâce aux données matérielles qui donnent un aperçu des relations entre vivants et défunts, ce regroupement éclaire l’une des premières formes de conscience politique dans le monde grec. Les tombes ultérieures, quant à elles, montrent l’évolution de cette conscience tout en reflétant des manifestations privées qui s’inscrivent dans leurs époques. Le matériel funéraire apparaît ainsi comme un moyen d’accéder à la construction et à la pérennisation d’un discours qui contribue à saisir l’identité parienne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Je tiens à remercier Kévin Blary, Dimitri Maillard et Marine Mazzei pour l’organisation de la jour (...)

1Se réunir désigne l’action d’être ensemble dans un même lieu ou espace et dans un objectif précis. Les individus se réunissent soit parce qu’ils sont invités ou obligés à le faire soit parce qu’ils le veulent ou en ont besoin. Se réunir dans la mort invite par conséquent à considérer les lieux et acteurs de ces réunions particulières : la mort qui, en principe, sépare les êtres n’entraîne pas une rupture car elle invite au regroupement des vivants autour des défunts soit dans l’espace de la nécropole, soit autour de la tombe. Ce regroupement prend des formes diverses allant de gestes normés, comme les funérailles ou les commémorations, à des gestes spontanés. Ces relations entre les vivants et les morts permet, d’une part, une reconnaissance des membres au sein d’une communauté et, d’autre part, de repenser cette dernière lors de la perte d’un ou de plusieurs membres. En effet, la réunion autour des défunts est non seulement l’occasion de rappeler les modes d’appartenance à un groupe mais contribue aussi à le construire, le restructurer et le redéfinir à un moment où celui-ci peut paraître fragilisé. La réunion dans la mort est donc révélatrice de l’identité du groupe réuni autour du défunt.

2La démarche entreprise consiste à montrer que la communauté grecque ne s’éclaire pas seulement au moyen des institutions. Les données matérielles, lorsqu’elles concernent les tombes et le défunt lui-même, sont des ressources légitimes afin d’aborder les pratiques collectives.

  • 2 Pour une synthèse des campagnes de fouilles depuis le xixe siècle, voir Kourayos 1996, p. 211-227.
  • 3 AD 16, Chr., 1960, p. 245.
  • 4 AD 38, B2 Chr., p. 348.

3Nous proposons d’explorer cet axe à travers l’exemple de la nécropole de Paroikia sur l’île de Paros. Située au centre de l’archipel des Cyclades (fig. 1), elle est renommée durant l’Antiquité pour son marbre utilisé dans la sculpture. Malgré des fouilles archéologiques effectuées depuis le début du xxe siècle2, c’est au début des années 1960 que la nécropole de l’agglomération antique est découverte par Nicolas Zaphiropoulou3. À partir des années 1980 et durant vingt-cinq ans, elle fait l’objet de fouilles menées par les équipes archéologiques grecques. Elle est située dans la ville moderne à l’ouest de l’île et, plus précisément, dans le port, le long de la route côtière (fig. 2). En usage du viiie siècle av. J.-C. au iiie siècle ap. J.-C., c’est le seul aménagement funéraire des Cyclades connu qui couvre une période aussi longue4.

Fig. 1 : Carte des Cyclades avec localisation de Paros.

Fig. 1 : Carte des Cyclades avec localisation de Paros.

Réalisation : H. Provain.

Fig. 2 : Vue panoramique de la nécropole de Paroikia, Paros.

Fig. 2 : Vue panoramique de la nécropole de Paroikia, Paros.

Vue du nord-est.

D’après Zaphiropoulou 2005, p. 264.

4Cette étude, certes très localisée, est néanmoins nécessaire afin de réévaluer le dossier parien : les publications perçoivent la tombe comme un moyen d’accéder à la communauté, alors que les étapes précises qui amènent à cette idée ne sont pas toujours bien développées. Il est par conséquent indispensable de revoir les éléments qui permettent d’aborder légitimement l’idée d’une communauté politique à Paros dès le viiie siècle. Autrement dit, il s’agit de montrer la façon dont une réunion de défunts peut amener à la notion même de polis. Dans cette perspective, les deux tombes du viiie siècle, qui fondent la nécropole, occuperont une place particulière non seulement parce que la documentation à leur sujet est abondante mais aussi parce qu’elles apparaissent comme le principal témoignage matériel qui prouve l’existence d’une communauté. Les tombes ultérieures, moins connues et moins publiées, ne seront néanmoins pas négligées : si la nécropole de Paroikia naît autour d’une réunion inattendue et exceptionnelle de défunts dont les gestes expriment avant tout des références collectives, les tombes des époques suivantes montrent une imbrication entre des manifestations collectives et individuelles. Dès lors, les tombes sont des sources privilégiées pour mettre au jour le lien entre vivants et morts et la façon dont ce lien permet d’éclairer l’évolution et les formes variées que peut revêtir la polis parienne au fil des siècles, sans que ce modèle d’organisation ne soit remis en question.

5Il convient dès lors de se demander comment la nécropole de Paroikia témoigne de la façon dont la fondation d’une nouvelle nécropole, articulée autour de la tombe de soldats morts au combat, constitue l’acte fondateur de la communauté civique ?

  • 5 Agelarakis 2017.
  • 6 Loraux 1993 ; Damet 2007 ; Gherchanoc 2011.

6Nous avons conscience de l’apport des textes mais leur sollicitation sera secondaire car l’étude, qui porte principalement sur la fondation de la polis parienne à la fin du viiie siècle, se concentre sur les données de l’archéologie funéraire. Cela consiste à prendre le défunt comme point de départ, qui est la raison d’être de la tombe, et d’élargir à la nécropole. L’étude ostéologique portant sur les deux tombes du viiie siècle, récemment publiée, est alors essentielle5. Des parallèles avec d’autres sites seront effectués et la poésie d’Archiloque sera également mobilisée afin de souligner les spécificités du corpus. Enfin, plus largement, la question du deuil et des funérailles publiques, étudiée en histoire ancienne, sera mentionnée afin d’aborder le système de représentations de cette société6.

7Nous verrons, en premier lieu, les modalités particulières de la réunion des morts à Paros avec l’étude des premières tombes et l’organisation de la nécropole. Il sera nécessaire ensuite d’étudier plus précisément la façon dont le traitement des défunts permet, d’une part, de créer du lien entre vivants et morts et, d’autre part, de fonder la communauté des vivants.

D’une réunion inhabituelle de défunts à la naissance d’une nécropole

Les deux tombes à ciste du viiie siècle

  • 7 Tombes accueillant plusieurs défunts déposés simultanément ou dans un temps très bref. Voir Boules (...)

8L’acte fondateur de la nécropole est l’aménagement de deux tombes à ciste multiples7. La première, la T105, est découverte en 1991 (fig. 3). De forme trapézoïdale et orientée est-ouest, elle est la plus petite des deux tombes avec 6,90 m de long ; 0,75 m à 1,20 m de large et 0,52 m de profondeur (2 m3). La seconde, la T144, est mise au jour au début des années 2000 (fig. 4). Sur deux niveaux, elle est de forme rectangulaire et orientée nord-sud, elle est la plus grande des deux tombes (7 m3) avec 4 m de long ; 1,45 m de large et 1-1,20 m de profondeur. Des dalles de schiste furent employées pour le revêtement des côtés des deux tombes, mais seule la T105 bénéficie également d’un revêtement de ce type au sol. Ces cistes étaient recouvertes de dalles de pierre massives extrêmement lourdes. Selon les fouilleurs, qui s’appuient sur les séries céramiques, la datation est établie à la fin du viiie siècle.

Fig 3 : Plan de la tombe trapézoïdale (T105).

Fig 3 : Plan de la tombe trapézoïdale (T105).

D’après Zaphiropoulou 1994, p. 136, fig. 11.

Fig 4 : Vue de l’intérieur de la fosse rectangulaire (T144).

Fig 4 : Vue de l’intérieur de la fosse rectangulaire (T144).

À droite, le premier niveau ; à gauche, le second niveau.

D’après Zaphiropoulou 2000, p. 285, fig. 2-3.

  • 8 Les chiffres varient selon les publications.

9Ces tombes ont la particularité de regrouper entre 160 et 190 urnes pour environ 200 individus8. Dans la T105, il y avait entre 30 et 45 vases et, dans la T144, entre 120 et 140 vases. Ces contenants sont des amphores à col ansé de style géométrique de 0,40 m de hauteur environ qui accueillaient des ossements brûlés. Celles-ci furent initialement déposées à la verticale et densément placées les unes à côté des autres. Elles étaient majoritairement fermées par de petits vases à boire en argile (skyphoi) placés sur l’embouchure (fig. 5).

Fig. 5 : Exemple de deux amphores géométriques retrouvées dans les tombes à ciste.

Fig. 5 : Exemple de deux amphores géométriques retrouvées dans les tombes à ciste.

L’une d’elle est fermée par un skyphos. Fin du viiie siècle.

D’après Zaphiropoulou 2007, fig. 7 et 8, p. 115.

  • 9 Pour l’étude iconographique, voir Zaphiropoulou 2006 et surtout Croissant 2008. Au Musée de Paros, (...)
  • 10 Zaphiropoulou 1999, p. 13.
  • 11 Ce terme est repris des sources antiques : il apparaît chez Plutarque, De la malignité d’Hérodote, (...)

10La raison de ce rassemblement est connue grâce aux décors de deux amphores situées dans la tombe de forme rectangulaire9 (fig. 6). Sur l’amphore A (fig. 7), le col présente un losange flanqué de lignes tremblées et, sur le bas de la panse, une série de roues. La scène, qui se tient sur la panse, représente un affrontement : une impression de désordre règne avec, d’une part, des combattants debout sur un char et à cheval et, d’autre part, des personnages désarmés et à terre. Un déséquilibre des forces se manifeste dès lors entre des soldats et des individus pris par surprise, sans défense ou peu équipés. L’amphore B (fig. 8), quant à elle, relate un récit en trois épisodes successifs, répartis sur trois zones superposées à la verticale, de la panse au col. Sur la panse se déroule une bataille avec des combattants d’un côté et de l’autre d’un individu agonisant au-dessus duquel se dresse une volée de flèches. Sur l’épaule, un mort est étendu et, sur le col, une scène de prothesis ou d’exposition du mort est figurée. Le programme iconographique de ces deux amphores fournit des informations précieuses sur la raison d’être de la tombe : un événement violent et dramatique a sans doute coûté la vie à presque 200 Pariens à la fin du viiie siècle10. Ces représentations donnent une estimation de l’ampleur du traumatisme vécu, ce qui explique la réunion non pas de deux individus, qui ne sont pas clairement identifiés, mais de l’ensemble des combattants afin de célébrer leur mérite au sein de ce que les fouilleurs ont appelé des polyandria (sépultures collectives de soldats)11.

Fig. 6 : Localisation de deux amphores figurées au second niveau de la fosse rectangulaire (T144).

Fig. 6 : Localisation de deux amphores figurées au second niveau de la fosse rectangulaire (T144).

D’après Zaphiropoulou 2017, p. 6, fig. 4.

Fig. 7 : Amphore A ou amphore dite de la bataille issue de la T144.

Fig. 7 : Amphore A ou amphore dite de la bataille issue de la T144.

Fin du viiie siècle.

D’après Zaphiropoulou 2017, p. 7, fig. 6.

Fig. 8 : Amphore B issue de la T144.

Fig. 8 : Amphore B issue de la T144.

Fin du viiie siècle.

D’après Zaphiropoulou 2000, fig. 7α-β.

  • 12 Agelarakis 2017.
  • 13 Les conséquences du feu de crémation sur les ossements rendent difficile la détermination du sexe (...)

11Ce n’est qu’avec la publication de l’étude ostéologique qu’un parallèle entre cet événement supposé et les défunts eux-mêmes peut être envisagé12. Les 78 urnes analysées contenaient toutes des ossements brûlés. Les défunts ont par conséquent fait l’objet d’une crémation à dépôt secondaire. En majorité, les amphores sont à dépôt individuel et, dans une quinzaine de cas, à dépôt pluriel (deux à six individus par amphore). L’étude du recrutement funéraire, bien que difficile dans le cas d’une crémation13, témoigne d’une surreprésentation du sexe masculin. Six classes d’âge allant de 14 à 65 ans sont identifiées mais les défunts sont en moyenne âgés de 35 ans. Ils sont globalement robustes et en bonne santé au moment de leur mort. Les ossements ont surtout conservé des traces de traumatismes ante et perimortem : certains témoignent de l’usure de la colonne vertébrale, de chutes ou de blessures en voie de guérison ou guéries soulignant des chocs antérieurs qui n’ont pas provoqué la mort. En revanche, certains impacts encore visibles témoignent de chocs violents qui ne sont pas de nature accidentelle (fig. 9). Ces blessures contondantes et tranchantes sont susceptibles d’entraîner des complications menant à la mort ou de causer la mort de façon instantanée. Quelques fragments d’armes (pointes de flèche notamment) sont d’ailleurs encore nichés dans les ossements (fig. 10) ou découverts dans les urnes. Il convient par conséquent de souligner la correspondance entre l’iconographie et les données biologiques : un événement dramatique explique la raison d’être de ces deux tombes multiples à recrutement militaire.

Fig. 9 : Traumatisme perimortem de l’humérus droit (T144).

Fig. 9 : Traumatisme perimortem de l’humérus droit (T144).

Une arme tranchante a transpercé l’épiphyse proximale jusqu’à atteindre la zone diaphysaire.

D’après Agelarakis 2017, p. 192, fig. 44.

Fig. 10 : Traces de chocs perimortem.

Fig. 10 : Traces de chocs perimortem.

Fragment d’une pointe de flèche insérée dans un fragment vertébral lombaire.

D’après Agelarakis 2017, p. 196, fig. 48.

  • 14 Elle est interprétée soit comme un marqueur de tombe représentant une défunte soit comme une stèle (...)

12Les deux tombes à ciste du viiie siècle sont séparées l’une de l’autre de quelques mètres et forment ensemble un angle droit (fig. 11). Des murs bas furent par la suite érigés, clôturant ainsi l’espace qui les entoure. Une stèle contemporaine en marbre de 1,19 m de hauteur (fig. 12), découverte au nord du site et représentant une silhouette féminine sculptée en bas-relief, semble être associée à ces deux tombes sans que sa fonction de marqueur ne soit clairement avérée14. Aucune autre tombe contemporaine n’est mise au jour dans ce secteur. Bien qu’elles s’inscrivent en dehors du fonctionnement funéraire habituel, incarnant davantage l’exception que la règle, elles inaugurent un nouvel espace funéraire.

Fig. 11 : Plan de la nécropole de Paroikia.

Fig. 11 : Plan de la nécropole de Paroikia.

En rouge, les deux tombes du viiie siècle. En jaune, les tombes archaïques : en violet, les tombes d’époque classique ; en vert clair, les tombes hellénistiques ; en rose, les sarcophages romains.

D’après Kaklamani 2017, p. 225, fig. 6 ; plan fourni par l’Éphorie des Antiquités des Cyclades.

Fig. 12 : Stèle représentant une femme assise.

Fig. 12 : Stèle représentant une femme assise.

Vers 700. Hauteur : 1,20 m ; largeur : 0,46 m.

D’après Zaphiropoulou 2017, p. 6, fig. 5.

  • 15 Zaphiropoulou 1999, p. 14.

13Les tombes ultérieures, tout en ayant leurs propres spécificités en lien avec leur époque, investissent l’espace en utilisant les deux tombes géométriques comme repère spatial15 :

  • 16 Zaphiropoulou 1992, p. 16.
  • 17 Kourayos 2004, p. 33 ; Zaphiropoulou 2005, p. 264, n. 381.

14La partie est et sud-est regroupe des tombes à ciste archaïque et classique. Aux viie et vie siècle (fig. 11), des murets de 1 m d’épaisseur se sont ajoutés aux murs bas, compartimentant l’espace funéraire en différents secteurs. C’est au sein de ces derniers que se concentrent les tombes. Quelle que soit leur forme (cistes, sarcophages, inhumations en vase), elles sont disposées en rangées parallèles, parfois superposées, avec une orientation nord-ouest. D’après les fouilleurs, les dépôts sont de nature individuelle mais l’organisation spatiale est celle d’un groupe familial ou de même parenté, alors même que cette hypothèse ne s’appuie sur aucune étude ostéo-anthropologique, pourtant requise pour de telles affirmations16. Chaque tombe possède son propre marqueur : une dalle de schiste était placée à la verticale soit au-dessus de la dalle de couverture, soit sur l’un des côtés – généralement court – de la tombe. Une seconde stèle en marbre de 2,30 m de hauteur (fig. 13), érigée à cette époque au nord-ouest de la T105, est surmontée d’un dispositif rectangulaire qui devait à l’origine recevoir un objet ou une statue, peut-être pour commémorer l’événement qui a donné naissance à la nécropole ou signaler plus simplement cette dernière17.

Fig. 13 : Stèle en marbre.

Fig. 13 : Stèle en marbre.

Fin viie-début vie siècle. Hauteur : 2,30 m ; largeur : 88 cm.

D’après Zaphiropoulou 1999, p. 14, fig. 2.

15Les tombes datées des ve-ive siècles sont à proximité de celles de la période précédente mais semblent se tenir à l’extérieur du mur de la fin du viie siècle (fig. 11). Le dépôt individuel est privilégié et l’inhumation et la crémation coexistent. Les tombes sont plus diversifiées dans la forme (cistes, urnes, vases, sarcophages) et dans les matériaux (marbre, schiste, céramique).

  • 18 Kourayos 1996, p. 215-218.
  • 19 Zaphiropoulou 1994, p. 141.

16Aux époques hellénistique et romaine, l’extension de l’espace funéraire se poursuit (fig. 11) : les tombes hellénistiques se situent au sud-ouest, tandis que les tombes romaines sont au nord-ouest de part et d’autre d’une route de 5 m de large. Les tombes s’éloignent de plus en plus des deux tombes. Des tombes à ciste, des urnes cinéraires inscrites et des sarcophages en marbre ou en schiste coexistaient. Contrairement aux époques précédentes, le dépôt est collectif : les tombes à ciste pouvaient accueillir jusqu’à sept individus et les sarcophages romains jusqu’à douze défunts. Ces derniers, monumentaux, sont placés sur des plateformes et sont parallèles les uns aux autres. Les dédicaces qui les accompagnent précisent que les défunts étaient les membres d’une même famille18. Ils étaient fermés à l’aide d’une structure sous forme de toit ou de fronton dotée d’un ou plusieurs bustes d’hommes, probablement des ancêtres ou des chefs de famille19 (fig. 14).

Fig. 14 :Tombes avec encoches sur le dessus afin d’y placer des bustes.

Fig. 14 :Tombes avec encoches sur le dessus afin d’y placer des bustes.

Époque romaine. Paros, Paroikia, entrée du musée archéologique.

Clichés : H. Provain.

  • 20 Le même phénomène d’organisation est observé dans la nécropole de Toumba en Eubée, où les tombes u (...)

17L’orientation nord-sud ou est-ouest, traditionnelle pour le monde grec, est conservée sur le long terme grâce aux deux tombes qui ont très clairement servi de points de repères. L’investissement spatial ultérieur témoigne également qu’il fut réalisé tout autour de ces tombes, d’abord au plus près avant de s’en éloigner, mais jamais au-dessus de celles-ci. Ainsi, deux niveaux de lecture se superposent : le premier est celui des regroupements localisés de tombes selon les époques et le second est le regroupement de tombes selon ces deux structures à toutes les époques. Quels que soient les contextes sociaux, politiques et culturels, les deux tombes du viiie siècle demeurent durant dix siècles le cœur de l’organisation d’une nécropole qu’elles inaugurent et entretenant une relation particulière avec les tombes ultérieures qui l’entourent20.

Un dèmosion sèma sur le long terme ?

  • 21 BCH 124, Chr. vol. 2, 2000, p. 975 et BCH 128-129, Chr. vol. 2.2, 2004, p. 1557-1558.
  • 22 Alexandridou et Daifa 2021, p. 310, n. 31-32.

18Cet ensemble funéraire est considéré comme le dèmosion sèma ou cimetière public de Paroikia. En effet, seules quelques tombes géométriques détruites et d’autres isolées d’époques hellénistique et romaine sont signalées au sud de l’agglomération. Des fouilles récentes menées au nord de Paroikia, au lieu-dit Haghios Pantéleimonas à quelques mètres de la nécropole, ont néanmoins révélé un ensemble funéraire qui s’étend aux époques archaïque et romaine. Des tombes à ciste, sarcophages, monuments et stèles funéraires en marbre du ve-ive siècle furent mis au jour21. Si Yannos Kourayos estime que cet espace est une extension de la nécropole de Paroikia, Photini Zaphiropoulou n’exclue pas la coexistence de deux nécropoles et suggère que ces défunts étaient des individus importants pour la communauté22.

19Dès lors, quelle différence entre les défunts inhumés autour des deux polyandria et ceux, contemporains, situés dans l’autre parcelle à quelques mètres ? Existait-il une différence entre les espaces funéraires permettant de distinguer des groupes particuliers au sein de la communauté ? Les tombes dans cette parcelle prennent-elles également en considération les deux polyandria dans leur organisation ? Si des stratégies spatiales de regroupement avaient lieu, c’est la poursuite des fouilles qui permettra d’en apprendre davantage. Ce qui est certain est que la nécropole de Paroikia est en usage sur le long terme, ce qui a permis d’entretenir matériellement et symboliquement le souvenir des deux tombes du viiie siècle.

La tombe comme métaphore de la polis parienne

Une gestion pragmatique, soignée et commune des défunts

  • 23 Il convient de préciser que le traitement particulier de la crémation, qui consiste à détruire par (...)
  • 24 Agelarakis 2017, p. 156 et Berranger-Auserve 1992, p. 16. L’auteur signale des pins, figuiers, oli (...)

20La mort inattendue de presque 200 Pariens à la fin du viiie siècle oblige les vivants à réagir rapidement23. Cette gestion inhabituelle et urgente de nombreux corps suppose une mobilisation humaine et matérielle importante : plusieurs centaines de personnes furent probablement sollicitées afin de récupérer les dépouilles et procéder à des gestes funéraires attendus comme la toilette et l’exposition. D’autres encore ont dû mettre en œuvre des moyens suffisants pour construire les deux tombes à ciste et dresser un ou plusieurs bûchers de crémation. L’étude ostéologique a révélé des coquillages et charbons de bois dans quelques urnes, ce qui laisse penser que les défunts furent brûlés près de la mer. Cependant, Paros est une île dont les ressources en bois sont limitées24. Or la crémation est un traitement funéraire complexe, technique et coûteux à mettre en œuvre : il faut suffisamment de bois pour entretenir un ou plusieurs bûchers à une température d’environ 700-800 °C durant plusieurs heures pour plus d’une centaine de corps. Ce traitement exceptionnel à l’échelle de Paroikia est non seulement une réponse forte face à cette perte tragique mais témoigne aussi d’une grande capacité d’organisation et d’une réelle cohésion de la communauté parienne pour s’engager dans une action collective de cette ampleur.

  • 25 Zaphiropoulou 1992, p. 14 et 2000, p. 285.
  • 26 Agelarakis 2017, p. 200-202.
  • 27 Croissant 2008, p. 32 ; Zaphiropoulou 1994, p. 132 et 2000, p. 287.

21Les vivants font également preuve d’un très grand soin à l’égard du corps des défunts. Dans le cas des urnes de la fin du viiie siècle, les fouilleurs ont signalé lors des excavations que les ossements avaient été lavés et soigneusement placés dans chaque contenant25. L’étude ostéologique est venue confirmer ces observations et a mis en évidence une stratigraphie au sein des amphores qu’elles regroupent un ou plusieurs défunts26 (fig. 15) : à la base se situent les restes brûlés des os du pied et des petits fragments des membres inférieurs (fibula, tibia, patella, fémur). Au niveau des parois internes de la panse (l’espace le plus large), des fragments d’os longs étaient placés de façon à ce que le côté proximal soit dirigé vers l’ouverture du vase et le côté distal vers la base de ce dernier. Des connexions anatomiques sont d’ailleurs préservées dans quelques cas. Les composants du bloc crânio-facial étaient disposés dans la couche supérieure du vase, vers le col. Après la crémation, les vivants ont par conséquent récolté avec minutie les ossements sur le bûcher de plus d’une centaine de personnes et reconstitué, à l’échelle de l’urne, la position anatomique. Cet égard positif envers les défunts est également observé sur le choix des contenants. Dans les deux tombes à ciste du viiie siècle, aucune urne n’est semblable à une autre et chaque skyphos, placé à l’embouchure, fut soigneusement choisi selon la couleur et le décor de l’amphore à laquelle il était destinée (fig. 5). Un effort de différentiation fut donc réalisé alors même que ces urnes, issues d’une production locale, forment stylistiquement un ensemble harmonieux et cohérent27. Ces contenants incarnent ainsi l’image que la communauté parienne souhaite se donner d’elle-même : tout en étant différents, ses membres forment un seul et même ensemble.

Fig. 15 : Exemple d’amphore regroupant les ossements triés et lavés de trois individus (T105).

Fig. 15 : Exemple d’amphore regroupant les ossements triés et lavés de trois individus (T105).

D’après Agelarakis 2017, p. 18, fig. 15.

Effacer l’individu, privilégier le collectif

  • 28 Agelarakis 2017, p. 24, fig. 24.

22Les deux tombes du viiie siècle se caractérisent par leur très grande homogénéité. Toutefois, dans le détail, quelques éléments matériels indiquent des stratégies d’individualisation dont la visibilité est limitée au moment des funérailles, c’est-à-dire au moment où les tombes sont encore ouvertes. Les deux amphores figurées en sont le plus fort témoignage visuel car, en plus de renseigner sur la raison d’être des deux tombes, elles sont issues de commandes spéciales qui ont fourni un programme iconographique ambitieux. L’une d’elle semble clairement représenter le défunt. Il y a également deux bols en bronze à omphalos utilisés comme éléments de fermeture pour deux urnes, au lieu des skyphoi habituels en céramique, et un fragment incisé en ivoire déposé dans une urne28. Des logiques de regroupement interne ont également pu être mises en place : quelles différences en effet entre les urnes placées sur le côté nord, sur le côté oriental et celles placées au centre de la tombe rectangulaire ? De même, quelles nuances entre les urnes situées à l’angle oriental de la tombe trapézoïdale et celles situées un peu plus loin ? Tous ces questionnements demeurent toutefois en suspens car s’il existait les traces d’une telle distinction entre tous ces défunts, elles ont aujourd’hui disparu.

  • 29 Loraux 1993, p. 46-47.

23La discrétion et la faiblesse des éléments éventuels de distinction entre les défunts soulignent que le collectif prime sur l’individu. Ces derniers ne doivent pas être surestimés car ils s’insèrent dans un temps relativement court et, surtout, sont effacés au moment de la fermeture des tombes. Le deuil familial est volontairement éclipsé au profit du deuil collectif. Ces funérailles sont effectivement de nature publique car, comme l’a montré Nicole Loraux dans le cas de soldats morts à la guerre, celles-ci laissent peu de place à la famille pour accomplir des rites29. Elles sont fondées sur l’anonymat (aucun nom n’est apparemment indiqué) et l’absence d’une quelconque hiérarchie entre les défunts, comme en témoigne la disposition égalitaire des urnes ensevelies.

  • 30 Damet 2007, p. 98 ; Gherchanoc 2011.
  • 31 Zaphiropoulou 2000, p. 286.
  • 32 Contraste déjà souligné dans Coulié 2013, p. 99.

24Si l’on reprend les études sur le deuil à l’époque classique, il est non seulement une nécessité sociale et une obligation rituelle auxquels les dieux sont inextricablement liés30. La stèle du viiie siècle, représentant une femme assise (fig. 12), pourrait dès lors témoigner de cette dimension religieuse31. Dans le cas de funérailles publiques, le deuil est partagé par tous car la communauté entière est en péril. Mais la douleur et l’inquiétude générées sont en quelque sorte canalisées pour repenser la communauté. Progressivement, le désordre de la disparition laisse place à un retour à l’ordre. Avant ces deux tombes, cette communauté existait déjà mais peut-être qu’elle se structurait principalement autour des familles ou des clans. Ces dépôts témoignent par conséquent de la nécessité de signaler que les Pariens forment un groupe unifié, invitant ainsi à reconsidérer leur organisation sociale d’origine. On comprend dès lors qu’en se donnant l’image qu’elle veut donner d’elle-même, la communauté fournit la preuve de son existence sociale dès le viiie siècle par un repère concret et localisé de nature funéraire. Ces funérailles inaugurent la nécropole de la polis et le traitement réservé aux défunts n’a rien à voir avec les pratiques familiales et ostentatoires contemporaines au cimetière dit du Dipylon à Athènes32.

Normes publiques, pratiques privées

  • 33 Zaphiropoulou 1994, p. 152.
  • 34 AD 38, B’2 Chr., 1983, p. 348 ; AD 39, B’2 Chr., 1984, p. 295.
  • 35 Zaphiropoulou 2001b, p. 95.
  • 36 Sur ces questions, voir l’ensemble des publications de Véronique Dasen.

25Les tombes ultérieures s’insèrent dans un fonctionnement funéraire qui n’engage pas aussi fortement l’ensemble de la communauté. Pour celles-ci, les manifestations privées sont mieux discernables, mais ces pratiques conservent, quel que soit l’époque, un arrière-plan avec des normes communes. Cette imbrication entre normes publiques et pratiques privées se retrouvent par exemple dans deux amphores « méliennes » de la seconde moitié du viie siècle qui sont parmi les dépôts les plus soignés de la nécropole33. La première présente une scène mythologique (fig. 16, gauche), alors que la seconde illustre des scènes de la vie rurale d’inspiration hésiodique (fig. 16, droite). Chacune accueillait un enfant inhumé34. Ces amphores étaient associées à des tombes à ciste d’adulte dans des enclos délimités. L’iconographie, riche et complexe, suppose que les familles travaillaient probablement la terre35. Il n’est cependant pas très étonnant que ces sépultures soient parmi les plus soignées de la nécropole car la perte d’un enfant suscite non seulement une grande tristesse mais aussi une rupture36 qui s’insère à la fois dans le cadre familial, puisqu’elle prive la famille d’un héritier, et au sein de la communauté en brisant son renouvellement.

  • 37 AD 45, B’2 Chr., 1990, p. 402 ; Zaphiropoulou 1992, p. 16.
  • 38 D’Agostino et Schnapp 1990, p. 21.

26Dès l’époque classique, le statut personnel ou la richesse doit être affichée : un monument funéraire tripartite exceptionnel de 2,40 m de haut contenait une urne en marbre dont le nom de la défunte, ΝΙΚΩ, était inscrit sur le couvercle ainsi que sur la marche supérieure de la base37 (fig. 17). Cependant, on trouve également une coexistence avec des tombes à ciste plus modestes en schiste. Les tombes romaines acquièrent, quant à elles, une plus grande monumentalité et une véritable mise en scène des défunts se déploie sur l’ensemble du contenant au moyen de sculptures en bas-relief. Ce qui ressort en réalité est moins le regroupement familial que la recherche d’une appropriation symbolique de l’espace38. Ces tombes, aux formes variées, s’inscrivent donc dans divers enjeux sociaux et culturels en lien avec leur époque. Dans l’attente de publications plus détaillées sur les tombes postérieures et leur rapport à la société parienne, ces éléments matériels permettent de saisir cette imbrication entre des formes d’expression privées et des références collectives. Celles-ci sont notamment saisissables parce que ces tombes, malgré leur diversité, demeurent spatialement associées avec celles du viiie siècle, rappelant ainsi leur appartenance à une communauté parienne qui pourtant n’a plus rien à voir avec celle de la fin du Géométrique.

Fig. 16 : Deux amphores « méliennes » contenant chacune un enfant inhumé.

Fig. 16 : Deux amphores « méliennes » contenant chacune un enfant inhumé.

À gauche : amphore B2652 avec représentations de scènes mythologiques ; à droite : amphore B2653 (H. 1,08 m avec le pied) avec représentations de scènes agricoles. Seconde moitié du viie siècle. Paros, musée de Paroikia.

Clichés : H. Provain.

Fig. 17 : Monument sépulcral de NIKΩ.

Fig. 17 : Monument sépulcral de NIKΩ.

ve siècle. Hauteur : 2,40 m.

D’après AD 45, B’2 Chr., 1990, p. 402, fig. 1.

Mémoire officielle, discours officieux

La récupération politique des soldats morts au combat et sa pérennisation

  • 39 Bérard 2020, p. 6.

27Comme l’a bien montré Reine-Marie Bérard dans un article consacré au traitement des soldats morts en Grèce archaïque et classique, le traitement des soldats morts implique une gestion pragmatique et politique, indissociables l’une de l’autre39. L’archéologie en fournit des données précieuses dans le cas des deux polyandria du viiie siècle malgré l’absence de corpus d’inscription ou de données littéraires. La tombe apparaît comme le lieu de fabrication d’un discours : en effaçant le souvenir individuel au profit d’un souvenir collectif, c’est moins le mort et la mort qui sont célébrés que la raison de la mort, celle du sacrifice pour la communauté. Les soldats ont donc reçu une « belle mort », celle de mourir sur le champ de bataille. Cette valorisation de la mort au combat, héritée des épopées homériques, est visible dans l’ensemble du dispositif funéraire ainsi que dans l’iconographie des deux amphores qui montre des combats acharnés et difficiles. Ces scènes relèvent par conséquent d’une reconstitution sociale par l’image de la mémoire de cette perte tragique : l’élaboration du discours se fait par et pour les vivants non pas pour rétablir des faits mais pour construire un récit qui sert la cause de la communauté.

  • 40 Loraux 1990.
  • 41 Damet 2007, p. 94.
  • 42 Ma 2008, p. 72-91.
  • 43 Kaklamani 2017, p. 203, n. 22.
  • 44 Bérard 2020, p. 25, n. 89 et 90 ; Damet 2007, p. 96.
  • 45 Vernant 1990, p. 13.

28Le parallèle avec d’autres polyandria dans le monde grec peut nous aider à mieux saisir les particularités pariennes. Dans le dèmosion sèma athénien au ve siècle, des listes de noms de soldats, sans patronyme ni démotique, mais classés par tribu voient le jour40. À Paros, aucune liste de noms ni même d’inscription honorifique n’est clairement identifiée, qu’elle soit contemporaine ou même postérieure, ne retenant ainsi que l’idée du sacrifice ultime. En englobant les individus de cette manière, le recueillement de chaque famille et les commémorations individuelles deviennent impossibles. Les sépultures de soldats ont un fonctionnement qui diffère très largement des autres sépultures : par sa mort exceptionnelle, le défunt n’appartient plus à sa famille qui est, en temps normal chargée du traitement de la dépouille et de ses hommages, mais à la communauté41. Ainsi, c’est sans doute cette dernière qui a financé l’ensemble des funérailles, de la toilette du mort à sa mise en terre. À Chéronée, les deux derniers polyandria connus dans le monde grec regroupent à une faible distance, d’une part, les Thébains et, d’autre part, les Macédoniens qui ont été enterrés sur le lieu de l’affrontement42. À Paros, on ne connaît ni les opposants des soldats ni le lieu de la bataille. La théorie la plus communément admise est celle d’un conflit qui opposa Pariens et Naxiens lors de la guerre lélantine, entre Chalcis et Érétrie43. Cependant, aucun polyandrion contemporain n’a été découvert à Naxos ni ailleurs. La localisation de ces deux tombes à l’extérieur de l’agglomération mais sur le sol parien revêt une dimension autochtone qui rappelle fortement les pratiques athéniennes au second quart du ve siècle44 : les morts étaient brûlés sur le champ de bataille et les restes osseux étaient placés dans des urnes, elles-mêmes inhumées à Athènes. Aucun mythe ni aucun texte ne rattache cette pratique à une idéologie parienne. Elle souligne en revanche l’importance de la territorialisation dans la fabrication du discours : qu’ils aient gagné ou non la bataille, ces deux tombes rappellent l’honneur des soldats morts et inscrivent leur sacrifice dans le paysage pour plusieurs siècles, constituant ainsi le « ciment » du groupe social en devenir45.

  • 46 C’est ce que semble sous-entendre les publications sans pour autant l’affirmer : soit il n’y a eff (...)
  • 47 Zaphiropoulou 1992, p. 16.
  • 48 Bérard 2020, p. 27.

29Au sein de la nécropole qu’elles inaugurent, de nouvelles tombes individuelles et groupées investissent l’espace à partir de la seconde moitié du viie siècle (fig. 11). L’absence apparente de tombes pour la première moitié du viie siècle46 pourrait éventuellement constituer un témoignage indirect, mais néanmoins précieux, de l’existence durant au moins une cinquantaine d’années de règles funéraires implicites ou officielles : l’espace autour des deux polyandria auraient pu être volontairement réservé aux hommages qui leur étaient adressés. D’ailleurs, un culte aux ancêtres semble avoir été identifié au nord des tombes grâce à la découverte de bûchers sacrificiels matérialisés par un monticule bas (0,50-0,60 m de haut) et associés à des objets. Leur usage s’étendrait de la fin du viiie siècle au milieu du vie siècle et a sans doute participé à l’entretien de la tombe47. Le rassemblement des tombes ultérieures autour des soldats, protecteurs et défenseurs de la communauté, exprime une reconnaissance tout en étant l’instrument de l’unité parienne jusqu’au iiie siècle. Ainsi, si l’on reprend les termes de R.-M. Bérard pour ces deux tombes, « sans doute faut-il y voir l’émergence de l’une des premières formes de conscience politique dans l’histoire des communautés grecques archaïques »48.

Vers une nouvelle conception de la mort

30Ce regroupement de soldats permet de saisir l’une des formes de modalités de la polis parienne autour de valeurs comme l’égalité et le mérite, voire d’une idéalisation dont la référence immédiate pour l’époque sont les épopées homériques. Or, quelques décennies plus tard, une nouvelle façon de percevoir la mort se développe, en opposition avec ce que l’on trouve dans ces tombes.

  • 49 Bowie 2008.
  • 50 Salviat 2017.
  • 51 Zaphiropoulou et Agelarakis 2005, p. 34-35.
  • 52 Croissant 2008 ; Zaphiropoulou 2006.

31Notre source principale pour cette idée est l’œuvre du poète et soldat Archiloque de Paros qui aurait vécu dans la première moitié du viie siècle av. J.-C. On lui attribue un ouvrage de poésie iambique, associée à la satire, dont il ne reste que quelques fragments. Sa poésie lyrique se caractérise par un ton particulièrement ironique, critique et caustique qui lui permet de partager ses récriminations, ses émotions et les événements de sa vie. La poésie d’Archiloque est une poésie personnelle qui, bien que fragmentée, est souvent utilisée par les historiens et archéologues pour éclairer d’une part la vie quotidienne et politique de l’île49 et les entreprises de colonisation des Pariens50 et, d’autre part, les tactiques militaires et la façon dont se déroulaient les combats durant la première moitié du viie siècle51. Ce dernier point est alors l’occasion de comparer ses écrits à l’iconographie des deux amphores issues de la tombe rectangulaire52.

  • 53 Tous les fragments mentionnés ici et les traductions qui en sont faites proviennent de Lasserre et (...)

32Cependant, Archiloque communique également sa vision de la mort qui contraste avec ce que l’on observe dans les deux tombes du viiie siècle à travers deux fragments53. Dans le premier, le poète constate, de manière désabusée, que toute mort finit par être oubliée et qu’il n’y a rien de victorieux à être mort :

Sitôt qu’un homme est mort, il n’est plus respecté de ses concitoyens, la gloire l’oublie. Vivants, nous préférons chercher la faveur des vivants, et pour le mort nous n’avons plus qu’injures (Archiloque, Fragments, « Tétramètres », fr. 117).

33Pour le second fragment :

Mon bouclier fait aujourd’hui la gloire d’un Saïen. Arme excellente, que j’abandonnerai près d’un buisson, bien malgré moi. Mais j’ai sauvé ma vie. Que m’importe mon vieux bouclier ! Tant pis pour lui ! J’en achèterai un autre tout aussi bon (Archiloque, Fragments, fr. 13 LB)

  • 54 Zaphiropoulou 2007, p. 117. On pense à la formule que prononce une mère spartiate lorsqu’elle reme (...)

34Dans ce passage, Archiloque ne loue pas la lâcheté, mais reconnaît la supériorité de la vie face à un combat perdu d’avance, même si cela implique d’abandonner son bouclier, symbole pourtant de son identité54.

  • 55 Pour les commentaires sur la vie et l’œuvre d’Archiloque, voir Lasserre et Bonnard 2018, p. 30-56.
  • 56 Salviat 2017, p. 67.

35Ces fragments dès lors nous interpellent : Archiloque témoigne-t-il des bouleversements de son époque ? Reflète-t-il la mentalité de son temps ? Ou, bien au contraire, est-il un excentrique, voire un provocateur ? François Salviat a traité de manière concrète et pertinente de ce problème. Surtout, il a montré qu’Archiloque est avant tout un non-conformiste et critique de l’ordre institué : il prend totalement le contrepied de la poésie épique où le héros accepte la mort comme la rançon de la gloire et préfère mourir pour son honneur. Par son style incisif, satirique et antihéroïque, l’auteur montre son ambition de libérer l’individu de la tradition, notamment des modes d’expression de l’épopée55. Sa vision plus pragmatique de la mort est donc totalement aux antipodes de ce que l’on trouve dans les deux tombes. Cette opposition est d’autant plus étonnante qu’Archiloque écrit quarante à soixante ans après la mise en terre des guerriers placés dans les polyandria. Par conséquent, il est possible que le poète ait connu ces tombes, en particulier si elles font l’objet d’un culte jusqu’au vie siècle. Autre fait étonnant : Archiloque lui-même, grâce à sa bravoure sur le champ de bataille, aurait bénéficié d’un hérôon funéraire et de « superbes funérailles »56. Ainsi, au moment où il met par écrit sa morale, peut-être exprime-t-il une vision officieuse de la mort, une idée qui détonnerait donc avec la vision officielle construite par la communauté, où la réunion des défunts doit avant tout exprimer et faire perdurer des valeurs collectives idéalisées.

Conclusion

36Cette étude sur la nécropole de Paroikia invite à la penser, à toutes les échelles et sur le long terme, comme un espace de réunion à la fois de corps et d’idées. C’est un événement exceptionnel et dramatique, qui sort d’un cadre funéraire habituel, qui en est à l’origine. La gestion pragmatique de nombreuses dépouilles et la commémoration qui en est faite montrent que la tombe est le lieu de fabrication d’un discours et, plus largement, que le monde des morts permet d’aborder la construction de la polis grecque. Cette conscience, qui se manifeste dès le viiie siècle, perdure et se renforce au fur et à mesure de l’investissement de l’espace funéraire. Les deux tombes de soldats, en étant utilisées comme point de repère, donnent naissance à une norme qui devient une tradition dans l’organisation de l’espace funéraire. Malgré des contextes politiques et sociaux très différents, les Pariens continuent de mettre en avant ces tombes fondatrices de leur communauté. Cette manœuvre est une façon pour eux de placer leur unité au-dessus de tout malgré de possibles clivages internes selon les époques. La nécropole de Paroikia apparaît donc comme le témoignage le plus clair de l’existence sur le long terme d’une communauté civique parienne en perpétuelle évolution.

Haut de page

Bibliographie

Chroniques de fouilles

AD : Αρχαιολογικόν Δελτίον, N. Zaphiropoulou, « ΠΑΡΟΣ » ; Ph. Zaphiropoulou, « ΠΑΡΟΣ » ; Ph. Zaphiropoulou, « ΠΑΡΟΣ – Παροικιά ».

BCH : Bulletin de Correspondance Hellénique, S. Huber, A. Philippa-Touchais, G. Touchais, « Paros » ; A. Philippa-Touchais, « Paros – Paroikia ».

Bibliographie générale

Agelarakis A. (2017), Parian Polyandreia: The Late Geometric Funerary Legacy of Cremated Soldiers’ Bones on Socio-Political Affairs and Military Organizational Preparedness in Ancient Greece, Oxford.

Alexandridou A. et Daifa K. (2021), « Expanding the Necropolis of Paroikia: The Data from the Site of Ag. Panteleimon », dans Katsonopoulou D. éd., Paros V. Paros through the Ages from Prehistoric Times to the 16th Century AD, Athènes, p. 305-321.

Bérard R.-M. (2020), « La politique du cadavre. Traitements funéraires et usages civiques des morts à la guerre en Grèce archaïque et classique », Annales. Histoire, Sciences Sociales 75, p. 1-38.

Berranger-Auserve D. (1992), Recherches sur l’histoire et la prosopographie de Paros à l’époque archaïque, Clermont-Ferrand.

Boulestin B. et Duday H. (2005), « Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire », dans Mordant C., Depierre G. dir., Les pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France, Paris-Sens, p. 17-30.

Bowie E. (2008), « Sex and Politics in Archilochos’ Poetry », dans Katsarou-Tzeveléki S., Katsonopoulou D. et Petropoulos I. éd., Paros II, Archilochos and his Age: Proceedings of the second International Conference on the Archaeology of Paros and the Cyclades, Paroikia, Paros, 7-9 October 2005, Athènes, p. 133-143.

Coulié A. (2013), La céramique grecque aux époques géométrique et orientalisante (xie-vie siècle av. J.-C.), Paris.

Croissant F. (2008), « Batailles géométriques pariennes », dans D’Agostino B. dir., Alba della città, alba delle immagini?, Athènes, p. 31-62.

D’Agostino B. et Schnapp A., « Les morts entre l’objet et l’image », dans Gnoli G. et Vernant J.-P. éd., La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Paris, p. 17-25.

Damet A. (2007), « Les rites de mort en Grèce ancienne. Pour la paix des vivants ? », Hypothèses 10-1, p. 93-101.

Gherchanoc F. (2011), « Mise en scène et réglementations du deuil en Grèce ancienne », dans Ernoult N. et Sebillotte Cuchet V. éd., Les femmes, le féminin et le politique après Nicole Loraux, Colloque de Paris (INHA), novembre 2007, Special issue, Classics@ (en ligne) 7, http://nrs.harvard.edu/urn-3:hlnc.jissue:ClassicsAt.Issue07.Les_femmes_le_feminin_et_le_politique.2010

Kaklamani O. (2017), « Early Iron Age Cyclades through the Funerary Evidence », dans Mazarakis Ainian A., Alexandridou A. et Charalambidou X. éd., Acts of an International Symposium in honour of Professor Jan Bouzek, 18-21 June 2015, Université de Thessalie, Volos, p. 197-230.

Kourayos Y. (1996), « Nuove indagini e scoperte nell’antica capitale di Paros » dans Lanzillotta E. et Schilardi E. D. éd., Le Cicladi ed il Mondo Egeo : seminario internazionale di studi : Roma, 19-21 novembre 1992, Rome, p. 211-227.

Kourayos Y. (2004), Paros, Antiparos, History, Monuments, Museums, Athènes.

Lasserre F. et Bonnard A. (2018), Archiloque. Fragments, CUF, Paris.

Loraux N. (1977), « La belle mort spartiate », Ktema 2, p. 111.

Loraux N. (1990), « Mourir devant Troie, tomber pour Athènes : de la gloire du héros à l’idée de la cité », dans Gnoli G. et Vernant J.-P. éd., La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Paris, p. 27-43.

Loraux N. (1993), L’invention d’Athènes : histoire de l’oraison funèbre dans la cité classique, Paris.

Ma J. (2008), « Chaironeia 338: Topographies of Commemoration », JHS 128, p. 72-91.

Popham  M. R. (1982), « The Hero of Lefkandi », Antiquity 56, p. 169-174.

Salviat F. (2017), « Archiloque hoplite et général - à Thasos avec Glaucos - Retour à Paros », dans Mulliez D. éd., Thasos. Métropole et colonies. Actes du symposium international à la mémoire de Marina Sgourou, Thasos, 21-22 septembre 2006, Athènes, p. 65-112.

Vernant J.-P. (1990), « Introduction », dans Gnoli G. et Vernant J.-P. éd., La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Paris, p. 5-16.

Zaphiropoulou Ph. (1992), « Paros, nuove preziose conoscenze da una eccezionale necropoli », Magna Grecia 27, p. 14-18.

Zaphiropoulou Ph. (1994), « Une nécropole à Paros », dans de la Genière J. éd., Nécropoles et sociétés antiques (Grèce, Italie, Languedoc). Actes du Colloque international du Centre de recherches archéologiques de l’université de Lille III (Lille, 2-3 décembre 1991), Naples, p. 127-152.

Zaphiropoulou Ph. (1999), « I due ‘polyadria’ dell’antica necropoli di Paro », AION 6, p. 13-24.

Zaphiropoulou Ph. (2000), « Το αρχαίο νεκροταφείο της Πάρου στη γεωμετρική και αρχαϊκή εποχή », ΑEph 139, p. 283-293.

Zaphiropoulou Ph. (2001a), « Αρχαίο Νεκροταφείο Πάρου », dans Η Συμβολή του Υπουργείου Αιγαίου στην έρευνα και ανάδειξη του πολιτισμού του Αρχιπελάγους, Athènes, p. 110-111.

Zaphiropoulou Ph. (2001b) « Κρατηρόσχηµος αµφορέας του 7ου αι. π. Χ. απο την Πάρο », dans Alexandridou A. et Leventi I. dir., Καλλίστευμα, µελέτες προς τίµην της Ολγας Τζάχου- Αλεξαντρή, Athènes, p. 85-96.

Zaphiropoulou Ph. (2002), « Recent Finds from Paros », dans Stamatopoulou M. et Yeroulanou M. éd., Excavating Classical Culture, Oxford, p. 283-284.

Zaphiropoulou Ph. (2005), « Πάρος », dans Vlachopoulos A. éd., Αρχαιολογία. Nησιά του Αιγαίου, Athènes, p. 260-271.

Zaphiropoulou Ph. (2006), « Geometric Battle Scenes on Vases from Paros », dans Rystedt E., Wells B. éd., Pictorial Pursuits. Figurative Painting on Mycenaean and Geometric Pottery, Stockholm, p. 271-277.

Zaphiropoulou Ph. (2007), « Η Πάρος των πρώιμων χρόνων », dans Simantoni-Bournia E. et al. ed., Αμύμονα έργα: τιμητικός τόμος για τον καθηγητή Βασίλη Κ. Λαμπρινουδάκη, Athènes, p. 109-118.

Zaphiropoulou Ph. (2017), « Introduction », dans Agelarakis A. P. éd., Parian Polyandreia: The Late Geometric Funerary Legacy of Cremated Soldiers’ Bones on Socio-Political Affairs and Military Organizational Preparedness in Ancient Greece, Oxford, p. 1-10.

Zaphiropoulou Ph. et Agelarakis A. (2005), « Warriors of Paros », Archaeology Magazine, Archaeological Institute of America 58-1, p. 30-35.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Kévin Blary, Dimitri Maillard et Marine Mazzei pour l’organisation de la journée d’études ANHIMA, ayant pour thème Se réunir dans l’Antiquité, tout comme les modérateurs et les participants qui ont permis de riches échanges.

2 Pour une synthèse des campagnes de fouilles depuis le xixe siècle, voir Kourayos 1996, p. 211-227.

3 AD 16, Chr., 1960, p. 245.

4 AD 38, B2 Chr., p. 348.

5 Agelarakis 2017.

6 Loraux 1993 ; Damet 2007 ; Gherchanoc 2011.

7 Tombes accueillant plusieurs défunts déposés simultanément ou dans un temps très bref. Voir Boulestin et Duday 2005 ; Zaphiropoulou 1992, 1994, 1999, 2000 et 2001a.

8 Les chiffres varient selon les publications.

9 Pour l’étude iconographique, voir Zaphiropoulou 2006 et surtout Croissant 2008. Au Musée de Paros, la première amphore (amphore « de la bataille ») porte le numéro B.3523 et la seconde amphore (amphore « de la prothesis ») est désignée par le numéro B.3524. Francis Croissant a proposé d’appeler la première « amphore A » et la seconde « amphore B », dénomination reprise ici.

10 Zaphiropoulou 1999, p. 13.

11 Ce terme est repris des sources antiques : il apparaît chez Plutarque, De la malignité d’Hérodote, 42 ; Vie d’Alexandre, 9 ; Vie de Flamininus, 7 ; Moralia, 372E, 823E et 872E ; Strabon, Géographie, IX, 4, 2 et Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, I, 14.

12 Agelarakis 2017.

13 Les conséquences du feu de crémation sur les ossements rendent difficile la détermination du sexe (quelques-uns sont « probablement » des hommes ou « indéterminés »). Une attention particulière est donc exigée afin de distinguer les traumatismes sur les ossements qui relèvent ou non de ce procédé.

14 Elle est interprétée soit comme un marqueur de tombe représentant une défunte soit comme une stèle cultuelle représentant peut-être une divinité chtonienne. Voir Zaphiropoulou 2000, p. 286.

15 Zaphiropoulou 1999, p. 14.

16 Zaphiropoulou 1992, p. 16.

17 Kourayos 2004, p. 33 ; Zaphiropoulou 2005, p. 264, n. 381.

18 Kourayos 1996, p. 215-218.

19 Zaphiropoulou 1994, p. 141.

20 Le même phénomène d’organisation est observé dans la nécropole de Toumba en Eubée, où les tombes ultérieures se placent à partir de l’édifice-tombe du début de la période de l’Âge du Fer, ou à Érétrie avec les tombes héroïques, noyau de la nécropole. Voir Popham 1982.

21 BCH 124, Chr. vol. 2, 2000, p. 975 et BCH 128-129, Chr. vol. 2.2, 2004, p. 1557-1558.

22 Alexandridou et Daifa 2021, p. 310, n. 31-32.

23 Il convient de préciser que le traitement particulier de la crémation, qui consiste à détruire par le feu les parties molles du cadavre, ne permet pas de prouver la simultanéité des décès ; autrement dit, il est impossible de prouver qu’un individu ait été brûlé avant un autre. Les combattants sont peut-être décédés lors de plusieurs batailles et réunis des années plus tard, à la fin du viiie siècle. Le développement qui suit s’appuie néanmoins sur la ligne directrice des fouilleurs.

24 Agelarakis 2017, p. 156 et Berranger-Auserve 1992, p. 16. L’auteur signale des pins, figuiers, oliviers et platanes d’après le témoignage des récits anciens des voyageurs européens et souligne l’absence de forêts à Paros. Les essences utilisées comme combustibles sont inconnues en raison de l’absence d’études anthracologiques.

25 Zaphiropoulou 1992, p. 14 et 2000, p. 285.

26 Agelarakis 2017, p. 200-202.

27 Croissant 2008, p. 32 ; Zaphiropoulou 1994, p. 132 et 2000, p. 287.

28 Agelarakis 2017, p. 24, fig. 24.

29 Loraux 1993, p. 46-47.

30 Damet 2007, p. 98 ; Gherchanoc 2011.

31 Zaphiropoulou 2000, p. 286.

32 Contraste déjà souligné dans Coulié 2013, p. 99.

33 Zaphiropoulou 1994, p. 152.

34 AD 38, B’2 Chr., 1983, p. 348 ; AD 39, B’2 Chr., 1984, p. 295.

35 Zaphiropoulou 2001b, p. 95.

36 Sur ces questions, voir l’ensemble des publications de Véronique Dasen.

37 AD 45, B’2 Chr., 1990, p. 402 ; Zaphiropoulou 1992, p. 16.

38 D’Agostino et Schnapp 1990, p. 21.

39 Bérard 2020, p. 6.

40 Loraux 1990.

41 Damet 2007, p. 94.

42 Ma 2008, p. 72-91.

43 Kaklamani 2017, p. 203, n. 22.

44 Bérard 2020, p. 25, n. 89 et 90 ; Damet 2007, p. 96.

45 Vernant 1990, p. 13.

46 C’est ce que semble sous-entendre les publications sans pour autant l’affirmer : soit il n’y a effectivement aucune tombe de la première moitié du viie siècle, soit les données souffrent d’un manque de précision chronologique. Ce qui est certain est qu’il existe de fait un déséquilibre d’informations entre la première et la seconde moitié de ce siècle.

47 Zaphiropoulou 1992, p. 16.

48 Bérard 2020, p. 27.

49 Bowie 2008.

50 Salviat 2017.

51 Zaphiropoulou et Agelarakis 2005, p. 34-35.

52 Croissant 2008 ; Zaphiropoulou 2006.

53 Tous les fragments mentionnés ici et les traductions qui en sont faites proviennent de Lasserre et Bonnard 2018.

54 Zaphiropoulou 2007, p. 117. On pense à la formule que prononce une mère spartiate lorsqu’elle remet un bouclier à son fils : « Reviens avec lui ou sur lui ». Rapportée par Plutarque dans les Dits des Lacédémoniennes (241f), elle exprime l’idée que le Spartiate ne doit en aucun cas, vivant ou mort, se séparer de cette arme défensive sous peine de perdre son identité. Voir les travaux de Loraux 1977, p. 111.

55 Pour les commentaires sur la vie et l’œuvre d’Archiloque, voir Lasserre et Bonnard 2018, p. 30-56.

56 Salviat 2017, p. 67.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte des Cyclades avec localisation de Paros.
Crédits Réalisation : H. Provain.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-1.png
Fichier image/png, 527k
Titre Fig. 2 : Vue panoramique de la nécropole de Paroikia, Paros.
Légende Vue du nord-est.
Crédits D’après Zaphiropoulou 2005, p. 264.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig 3 : Plan de la tombe trapézoïdale (T105).
Crédits D’après Zaphiropoulou 1994, p. 136, fig. 11.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig 4 : Vue de l’intérieur de la fosse rectangulaire (T144).
Légende À droite, le premier niveau ; à gauche, le second niveau.
Crédits D’après Zaphiropoulou 2000, p. 285, fig. 2-3.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 5 : Exemple de deux amphores géométriques retrouvées dans les tombes à ciste.
Légende L’une d’elle est fermée par un skyphos. Fin du viiie siècle.
Crédits D’après Zaphiropoulou 2007, fig. 7 et 8, p. 115.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-5.png
Fichier image/png, 844k
Titre Fig. 6 : Localisation de deux amphores figurées au second niveau de la fosse rectangulaire (T144).
Crédits D’après Zaphiropoulou 2017, p. 6, fig. 4.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-6.png
Fichier image/png, 950k
Titre Fig. 7 : Amphore A ou amphore dite de la bataille issue de la T144.
Légende Fin du viiie siècle.
Crédits D’après Zaphiropoulou 2017, p. 7, fig. 6.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-7.png
Fichier image/png, 545k
Titre Fig. 8 : Amphore B issue de la T144.
Légende Fin du viiie siècle.
Crédits D’après Zaphiropoulou 2000, fig. 7α-β.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-8.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 9 : Traumatisme perimortem de l’humérus droit (T144).
Légende Une arme tranchante a transpercé l’épiphyse proximale jusqu’à atteindre la zone diaphysaire.
Crédits D’après Agelarakis 2017, p. 192, fig. 44.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Fig. 10 : Traces de chocs perimortem.
Légende Fragment d’une pointe de flèche insérée dans un fragment vertébral lombaire.
Crédits D’après Agelarakis 2017, p. 196, fig. 48.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Fig. 11 : Plan de la nécropole de Paroikia.
Légende En rouge, les deux tombes du viiie siècle. En jaune, les tombes archaïques : en violet, les tombes d’époque classique ; en vert clair, les tombes hellénistiques ; en rose, les sarcophages romains.
Crédits D’après Kaklamani 2017, p. 225, fig. 6 ; plan fourni par l’Éphorie des Antiquités des Cyclades.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Titre Fig. 12 : Stèle représentant une femme assise.
Légende Vers 700. Hauteur : 1,20 m ; largeur : 0,46 m.
Crédits D’après Zaphiropoulou 2017, p. 6, fig. 5.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Fig. 13 : Stèle en marbre.
Légende Fin viie-début vie siècle. Hauteur : 2,30 m ; largeur : 88 cm.
Crédits D’après Zaphiropoulou 1999, p. 14, fig. 2.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Fig. 14 :Tombes avec encoches sur le dessus afin d’y placer des bustes.
Légende Époque romaine. Paros, Paroikia, entrée du musée archéologique.
Crédits Clichés : H. Provain.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre Fig. 15 : Exemple d’amphore regroupant les ossements triés et lavés de trois individus (T105).
Crédits D’après Agelarakis 2017, p. 18, fig. 15.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-15.png
Fichier image/png, 496k
Titre Fig. 16 : Deux amphores « méliennes » contenant chacune un enfant inhumé.
Légende À gauche : amphore B2652 avec représentations de scènes mythologiques ; à droite : amphore B2653 (H. 1,08 m avec le pied) avec représentations de scènes agricoles. Seconde moitié du viie siècle. Paros, musée de Paroikia.
Crédits Clichés : H. Provain.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre Fig. 17 : Monument sépulcral de NIKΩ.
Légende ve siècle. Hauteur : 2,40 m.
Crédits D’après AD 45, B’2 Chr., 1990, p. 402, fig. 1.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4842/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Provain, « Se réunir dans la mort : le cas de la nécropole de Paroikia à Paros »Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 18 | 2024, mis en ligne le 12 mars 2024, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/mondesanciens/4842 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mondesanciens.4842

Haut de page

Auteur

Hélène Provain

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ArScAn UMR 7041

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search