Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18La tente prétorienne et l’étiquet...

La tente prétorienne et l’étiquette dans le camp romain sous la République

The Praetorian Tent and the Etiquette in the Roman Camp under the Republic
Dimitri Maillard

Résumés

Lieu de vie du chef militaire romain dans le camp, sa tente, sise au praetorium, est un lieu de pouvoir ainsi qu’un lieu de réunion réservé à un petit nombre d’individus. Ce travail se propose d’étudier l’étiquette ou les pratiques liées la fréquentation de la tente romaine et de ses réunions, à travers les modalités d’accès à ce lieu, les degrés de confidentialité des réunions, et la situation concrète, matérielle et spatiale de la tente au sein du camp.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier les relecteurs des Cahiers « Mondes anciens » et tout particulièrement Jean-P (...)
  • 2 Mommsen 1984, 5, p. 239.

1La tente militaire du chef romain trône au centre de son camp dans une relative indifférence1. En dehors de sa localisation, de son rôle de résidence du chef et de lieu de réunion de son conseil, les usages attachés à cette tente suscitent peu l’attention des historiens, laissant penser que l’histoire s’arrête à son seuil du fait d’un manque de sources, comme l’évoquait jadis Theodor Mommsen2.

  • 3 Voir Lenoir 2011, p. 36-37 et Allison 2013, p. 15-16.
  • 4 Fahd 1976, p. 53-62.
  • 5 Lachaud 1999, p. 443-461.
  • 6 Malamut 2010, p. 65-88.

2Les tentes du pouvoir sont en effet des objets insolites : parce que ces objets étaient des lieux temporaires utilisés faute de mieux, les sources n’en donnent pas une description particulière, et dès que ce fut possible, les camps permanents préférèrent ériger des résidences monumentales pour abriter leurs chefs3. La tente est aussi le symbole d’un pouvoir en campement plutôt qu’en déplacement, une situation intermédiaire qui semble peu intéressante politiquement pour le chef, puisqu’il se soustrait aux observateurs et aux récits dès qu’il la rejoint. Les lacunes des récits sont les mêmes pour d’autres périodes historiques : Toufy Fahd, à propos des tentes bédouines de l’Antiquité arabe, constate l’absence de témoignage archéologique, et propose une reconstitution matérielle faute de pouvoir en détailler les usages4. Frédérique Lachaud, qui étudie les tentes militaires des campagnes des rois d’Angleterre du xiiie siècle, remarque qu’elles sont négligées par l’historiographie et s’acquitte également d’une description matérielle sans pouvoir traiter des pratiques, parce qu’aucun texte n’y fait référence5. Au contraire, Élisabeth Malamut, mieux servie par les récits des historiens byzantins, peut étudier les usages sociaux et cérémoniaux de la tente byzantine des ive-xiie siècles6. L’histoire romaine occupe dans ces questions de sources une position intermédiaire, en ce que la documentation archéologique permet d’apporter un certain éclairage sur les pratiques politiques décrites par les auteurs anciens.

  • 7 Johnston 2008.

3La tente romaine n’a pas été étudiée jusqu’ici en tant que lieu de réunion. Ce sont les règles du conseil militaire qui ont suscité l’attention, comme en témoigne le travail de Pamela Delia Johnston sur le consilium républicain7 ; les autres réunions et la situation matérielle et spatiale de la tente n’ont fait l’objet que de remarques particulières, et n’ont pas été associées. La tente républicaine romaine fournit en effet un cas d’étude singulier du fait de son caractère temporaire et militaire, et tout l’intérêt consiste à voir en quoi cette situation affecte précisément les usages de réunion, comme son accessibilité ou son ouverture vis-à-vis du reste du camp. On tentera donc de comprendre l’étiquette de ce lieu, au sens des pratiques liées à la réunion, agissant sur les réunions officielles, comme le consilium, et les réunions informelles, comme les repas et entretiens particuliers, toutes se déroulant dans ce même lieu et chez le détenteur de l’autorité officielle.

Questions préalables de terminologie

La « tente prétorienne » ?

  • 8 Polybe 6, 27, 1.
  • 9 Tacite, Annales, 1, 29, 4.
  • 10 Tacite, Histoires, 1, 83.
  • 11 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, 3, 82.
  • 12 Sur la notion de summum imperium auspiciumque, voir Vervaet 2014, p. 17-53.
  • 13 Dobson 2008, p. 75.
  • 14 Polybe, 6, 31, 7. Voir Giovannini 2015, p. 203.
  • 15 Tite-Live, 27, 19, 12 ; Salluste, Guerre de Jugurtha, 8, 2.
  • 16 Festus, De Significatu Verborum, 249 L.

4Comme les auteurs anciens n’emploient pas de terme spécifique pour la tente du chef – tabernaculum, tentorium (et, à partir du iie siècle de notre ère, papilio) désignant aussi bien celle des simples soldats – ceux-ci précisent son détenteur lorsque le contexte ne permet pas de le déduire implicitement. Polybe écrit ainsi ἡ τοῦ στρατηγοῦ σκηνὴ, « la tente du général »8 ; sous le Principat, on lit tabernaculum ducis, « la tente du chef », à propos de Drusus le Jeune9 ou imperatoris tentorium, « la tente de l’Empereur », à propos d’Othon10. Flavius Josèphe écrit τὰς τῶν ἡγεμόνων σκηνὰς, « les tentes des dirigeants », à propos de Vespasien et de Titus11. Il n’y avait donc pas de terme officiel pour désigner l’occupant de la tente : l’occupant de la tente du chef était un détenteur de l’imperium, mais pas toujours summum imperium auspiciumque, ni toujours détenteur d’un imperium indépendant : il s’agissait parfois de légats12. Quant au terme de praetorium, il est parfois utilisé pour désigner la tente du chef, par métonymie : le prétoire est l’espace au cœur du camp qui accueille la tente du chef, la tribune et l’auguratorium, comme l’indiquent les reconstructions du camp romain républicain proposées par Michael J. Dobson13. Le terme vient du praetor, le chef des armées aux débuts de la République, qui a donné son nom au praetorium, en grec στρατήγιον14. Ainsi, lorsque Scipion l’Africain ou Scipion Émilien retournent à leur praetorium, le contexte renvoie à leur tente parce qu’ils descendent alors de leur tribune15 ; Festus atteste cet emploi courant : praetores… quorum tabernaculum quoque dicebatur praetorium, « les préteurs… dont la tente est aussi appelée prétoire »16. Les plans du camp romain républicain, comme celui que dressent Raymond Weil et Claude Nicolet (fig. 1), permettent de situer l’emplacement du « quartier général », ou praetorium, dans l’ensemble du camp, bien que notre connaissance des aménagements (tribune, autel, et tente) demeure imprécise.

Fig. 1. Plan du camp romain dans le cas d’une armée consulaire à deux légions.

Fig. 1. Plan du camp romain dans le cas d’une armée consulaire à deux légions.

Dressé par R. Weil et C. Nicolet d’après Polybe, Histoires, 6.

D’après Weil R. et Nicolet C., Polybe. Histoires, 6, Paris, 1977.

5Pour désigner la tente du chef installée dans le prétoire, j’emploierai le qualificatif de « tente prétorienne », sans préjuger de sa différence concrète avec les autres tentes.

La « tente augurale » ?

  • 17 Quintilien, Institution oratoire, 8, 2, 8 : Tertius est huic diuersus modus, cum res communis plur (...)
  • 18 Cicéron, De la divination, 1, 72 ; Valère Maxime, 1, 6, 4. Sur l’auguratorium. Voir Dobson 2008, p (...)
  • 19 Tite-Live, 41, 18, 8 : Valerium auspicato sortitum constabat, quod in templo fuisset ; in Petilio (...)
  • 20 Dobson 2008, p. 74 ; mais on se gardera de trancher, eu égard aux complexités du ius augurale. Voi (...)
  • 21 Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines, 9, 6, 2-6.
  • 22 Tacite, Annales, 2, 13, 1 ; 15, 30, 1.

6Quintilien évoque brièvement le nom d’« augurale » (augurale) à propos de la tente du chef (tabernaculum ducis), en écrivant que cette tente a plusieurs usages et qu’elle reçoit ici son nom de l’un d’eux17. Ces quelques lignes méritent l’attention en raison de la multiplicité des usages qu’a déjà la tente prétorienne ; or l’explication de Quintilien peine à trouver ailleurs une confirmation d’un quelconque usage religieux, car c’est toujours à l’extérieur que le chef prend les auspices : Sylla réalise par exemple un sacrifice ante praetorium, c’est-à-dire devant la tente, utilisant sans doute l’auguratorium18 ; Tite-Live, dans un texte corrompu concernant la prise d’auspices au sein du templum militaire, ne fait pas une seule référence à la tente19. S’il faut donc que les auspices soient pris à l’intérieur d’un templum, que Dobson a probablement raison d’assimiler au prétoire20, rien ne semble indiquer la tente comme lieu d’origine de ces pratiques. Denys d’Halicarnasse, à propos du tonnerre qui aurait frappé le prétoire (στρατήγιον) du consul Cn. Manlius, indique que la tente, le foyer, les armes et les chevaux du consul auraient été touchés par ce mauvais présage, mais il s’agit ici de l’ensemble des éléments du prétoire et non du contenu de la tente21. Enfin, Tacite, qui est le seul autre auteur à employer le terme d’augurale pour la tente prétorienne, mentionne l’autel situé devant elle et n’évoque pas de pratiques religieuses à l’intérieur22.

  • 23 Polybe, 6, 27, 2.
  • 24 Pour C. Curtius, Tite-Live, 4, 7, 3 ; pour Tiberius Sempronius Gracchus, voir Cicéron, De la divin (...)

7Un autre usage religieux aurait pu concerner l’installation et l’orientation de la tente, dont dépendait (dans le protocole d’installation) le reste du camp selon Polybe ; mais ladite tente ne semble pas avoir été soumise à des considérations religieuses23. Deux récits de vices d’installation de tabernaculum, causés en 445 par C. Curtius et en 163 par Tib. Sempronius Gracchus, qui auraient entraîné l’annulation des élections par les augures, ne laissent, en fait, pas penser que la tente du consul devait observer des règles particulières24.

  • 25 Plutarque, Vie de Marcellus, 5 ; Mommsen 1984, 1, p. 120. Voir aussi Linderski 1986, p. 2258 pour (...)
  • 26 Crawford 1974, 1, p. 452 ; 2, pl. 52.
  • 27 Coarelli 2001, p. 89-102.
  • 28 Dans le même sens, John Scheid (1990, p. 135-136) aboutit de son côté à considérer les papiliones (...)

8Enfin, certains auteurs rappellent la pratique de l’observation du ciel depuis la tente du magistrat ou de l’augure25, mais un tel usage n’est pas attesté dans le cadre de la tente prétorienne. Cette pratique a amené Filippo Coarelli à reconnaître, sur un denier de Q. Cassius Longinus de 5526, un tabernaculum plutôt que le temple de Vesta, parce qu’une chaise curule est visible à l’intérieur. L’interprétation, audacieuse, propose donc de voir un tabernaculum ayant la forme d’une cabane, ce qui irait dans le sens de tentes officielles et religieuses différentes des tentes militaires27. Mais l’emploi d’un même terme semble aller dans le sens d’un objet globalement comparable, même si la taille pouvait être différente28. C’est d’ailleurs probablement le sens de la remarque de Quintilien : la terminologie d’augurale pourrait être expliquée par le fait qu’une tente officielle avait plusieurs usages qui ne coexistaient pas forcément. Ainsi le tabernaculum ducis aurait-il le nom d’augurale en raison d’un usage attesté ailleurs que dans le camp, puisque le chef ne s’essayait pas dans la tente pour observer le ciel. Notons toutefois que la remarque de Quintilien emploie une terminologie qui n’est pas reprise, sauf par son contemporain Tacite, ce qui limite sa portée et tend à conforter l’idée que des usages religieux n’étaient pas reliés à la tente prétorienne.

La tente prétorienne est-elle une tente d’apparat ?

Un format officiel ?

  • 29 Tacite, Histoires, 2, 29, 1 ; Lucain, La Pharsale, 7, 48.
  • 30 Stefan 2015, pl. 4, 23 = scène 7 Cichorius.
  • 31 Stefan 2015, pl. 54, 374 = scène CXLI Cichorius.

9La tente était-elle adaptée pour la tenue de réunions ? Il s’agissait, d’une part, d’une seule tente : si on trouve chez Tacite que les soldats mutins du légat Fabius Valens, en 69 de notre ère, s’attaquent aux tabernacula ducis, et que Lucain, à propos de Pompée, parle des tentoria ducis, ces occurrences isolées n’écartent pas la majorité des sources, qui évoquent une seule tente29. En témoignent les illustrations les plus claires de la tente prétorienne, qui se trouvent sur la colonne Trajane : l’une présente Trajan debout devant une grande tente, entouré d’hommes couronnés de lauriers, en train de verser le contenu d’une patère dans le feu d’un autel situé devant lui, menant probablement une lustratio de l’armée30. Une autre présente Trajan devant une tente dont les volants sont fermés, entouré de gardes et d’officiers, recevant des nobles Daces31. Ces deux scènes constituent la première et la dernière apparition de Trajan sur la colonne. Les deux reliefs rendent aisément identifiable la tente de l’empereur, du fait de sa taille et de sa position derrière Trajan ; sa forme générale n’est cependant pas très différente des autres tentes représentées autour, ce qui laisse penser que la tente impériale n’est alors guère différente de la tente du chef républicain.

  • 32 Voir McIntyre et Richmond 1934, p. 62-90 ; plus récemment : Gorges et al. 2006, p. 274-276 et Dobs (...)
  • 33 Plutarque, Vie de Paul-Émile, 21 ; César, Guerre Civile, 3, 96.
  • 34 Xénophon, Cyropédie, 2, 1, 30. Leguilloux 2018, p. 186.
  • 35 Coulston 2001, p. 110 ; voir aussi Harmand 1967, p. 156.

10Ni la taille, ni la couleur de la tente prétorienne ne sont transmises par les auteurs anciens, et si les recherches archéologiques ont mis en évidence les fragments et traces laissés par les tentes militaires romaines32, aucune tente prétorienne n’a fait l’objet de telles découvertes. Un premier constat est donc l’absence de témoignage littéraire et archéologique se rapportant au prestige extérieur de la tente prétorienne : à peine sait-on, d’après quelques auteurs anciens, que les tentes d’une armée victorieuse et celle de son chef étaient ornées de lierre et de laurier, comme celles du camp de Paul-Émile à Pydna, ou des Pompéiens à Pharsale33. Sa taille a été estimée à 60 m2, ce qui en faisait un espace modeste et interdisait au chef romain de réunir une large assemblée, à l’inverse d’autres cultures, comme en témoigne la tente de Cyrus34. Sa tente ne fait finalement que le double environ de la tente du centurion, les simples soldats ayant une tente de 9 m2 pour huit hommes. Une des raisons de cette taille relative peut être ramenée à la logistique déjà contraignante de l’armée romaine : Jon Coulston rappelle qu’une petite tente pesait environ 20 kg et nécessitait une mule35 ; de ce point de vue, la taille de la tente prétorienne dépendait des moyens limités à disposition de l’armée romaine, mais elle représentait aussi une charge minimale.

  • 36 Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines, 2, 4, 2. Voir Van Haeperen 2012, p. 75, n. 21.
  • 37 Les hommes illustres de la ville de Rome, 9, 1.
  • 38 Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines, 5, 28.
  • 39 Tite-Live, 30, 17, 13 : munera quoque quae legati ferrent regi decreuerunt, sagula purpurea duo cu (...)

11Cette taille témoigne surtout de la similarité de condition entre le chef militaire et les simples citoyens soldats, au milieu desquels il vivait. Aucun ancien roi ne se voit accorder de tente particulière dont les consuls auraient pu hériter : Romulus sort de sa « tente » ou cabane pour prendre les auspices36 ; les fils de Tarquin le Superbe sont décrits partageant une même tente ; mais il ne s’agit pas de la tente prétorienne37. Même lorsque Mucius Scaevola tente d’assassiner Porsenna, selon Denys d’Halicarnasse, le Romain est impressionné par le tribunal, le scribe, l’entourage, la pourpre, et même le prétoire, mais la tente n’en fait pas partie38. Contrairement aux insignes romains, la tente prétorienne n’était donc pas rattachée à une tradition royale qui lui aurait attribué un statut ou une apparence spéciale. En revanche, Massinissa, roi des Numides, reçut en cadeau du Sénat une tente (deux selon Tite-Live) comme on en fournissait traditionnellement à un consul, aux côtés d’autres équipements militaires39. Cette mention laisserait penser à un caractère standardisé.

  • 40 Berrendonner 2014, p. 175-176. Pour les autres sources : Cicéron, Lettres à Atticus, 15, 18, 1 ; T (...)
  • 41 Tite-Live, 42, 1, 9 : Ideo magistratus mulis tabernaculisque et omni alio instrumento militari orn (...)
  • 42 Cicéron, Seconde action contre Verrès, V, Les supplices, 83 : Vbi ternis denariis aestumatum frume (...)
  • 43 Cicéron, Sur la loi agraire, 2, 32.
  • 44 Cicéron, Lettres à Atticus, 15, 18, 1 ; Tite-Live, 44, 22, 15.

12Cependant, son caractère uniforme se rapportait peut-être moins à son apparence qu’à sa présence et à sa fonction principale. La tente était comprise dans l’allocation forfaitaire octroyée pour couvrir les dépenses des magistrats40. Selon Tite-Live, en 173, « les magistrats étaient munis de mulets, de tentes et de tout l’équipement militaire nécessaire, précisément pour éviter d’avoir à les exiger des alliés »41. C’est aussi ce que dit Cicéron dans la seconde action contre Verrès, en 70, où il indique que les tentes et mulets s’ajoutent aux fournitures (ornamenta) accordées aux magistrats et à leurs lieutenants, ce qui aurait permis à Verrès de mandater un légat42. Dans son discours contre la loi agraire de Publius Servilius Rullius, en 63, il fait aussi référence au fait que la puissance prétorienne octroyée aux décemvirs leur concéderait des appariteurs, des mulets et des tentes, ainsi peut-être qu’un mobilier43. En ce sens, la tente est une partie des fournitures octroyées au magistrat ; quelques occurrences semblent aussi montrer qu’un particulier pouvait se voir ainsi équipé par l’État44.

  • 45 Tite-Live, 42, 1, 9 ; Plutarque, Vie de Tiberius Gracchus, 13, 3.
  • 46 Suétone, Auguste, 36 ; voir aussi Dion Cassius, 53, 15, 4. Gascou 1984, p. 639-640.
  • 47 Au sujet des auspices des proconsuls sous Auguste, voir Hurlet 2001, p. 167.

13La question est, dès lors, de savoir si ce matériel était le même pour les magistrats ayant un commandement militaire et ceux qui devaient simplement se déplacer. L’absence de distinction faite par Tite-Live, ou par Cicéron contre la rogatio Servilia en 63, irait dans le sens d’une même tente ; c’est ce que dit aussi Plutarque à propos de Tiberius Gracchus45. On sait de plus qu’Auguste, selon Suétone, octroya une indemnité fixe aux proconsuls pour l’acquisition des tentes et mulets fournis auparavant par adjudication46. La réforme montre d’une part que le détail matériel, couleur, forme ou taille des tentes, importait peu. D’autre part, comme Suétone évoque des proconsuls, on pourrait en conclure que la réforme touchait des magistrats sans commandement militaire, et donc qu’il s’agissait de tentes « civiles » ; mais des proconsuls ont triomphé jusqu’en 19 avant notre ère, et continuaient d’assumer des commandements militaires : ce n’est donc pas un contre-exemple47.

  • 48 Tite-Live, 28, 24, 13-14 : Qui nequaquam tribuniciis contenti ornamentis, insignia etiam summi imp (...)
  • 49 Au sujet des sources de l’événement, voir Chrissanthos 1997, p. 173-174.
  • 50 Valère Maxime, 5, 5, 3.
  • 51 Appien, Guerres Civiles, 5, 55, 234.
  • 52 Cassius Dion, 53, 1, 2 ; Hurlet 1997, p. 30.

14Si la tente était identique, que son détenteur ait ou non des prérogatives militaires, c’est donc que n’importe quelle tente pouvait être installée dans le praetorium sans avoir de distinction manifeste. En 206, à Sucro en Espagne, une mutinerie se déclare en l’absence de Scipion ; selon Tite-Live, l’usurpation du pouvoir n’implique pas la reprise d’une tente spécifique, alors même que les mutins ont bien dressé leurs tentes dans le prétoire. Peut-être ont-ils pris les tentes des tribuns militaires, puisqu’ils se sont emparés de leurs « ornements » (et les tribuns militaires n’auraient pas laissé leur anneau)48. Tite-Live, dont le récit semble douteux sur ce point en ce qu’il ne suit pas Polybe49, malgré sa liste des symboles repris par les mutins, licteurs, haches, appariteurs, tribune, n’évoque pas une tente spécifique. Cela irait dans le sens d’une absence de différence remarquable de la tente officielle, sauf en ce qui concerne sa position. Drusus l’Ancien fait même bâtir pour son frère, Tibère, un prétoire distinct, plutôt que de l’amener à planter sa tente à tout autre endroit du camp, mais là encore la tente n’est pas en question50. C’est donc le lieu du prétoire qui donnait son lustre à la tente (en plus du pouvoir effectif qu’il impliquait) : en 40 av. J.-C., Ahenobarbus ne réalise pas seulement une passation de pouvoir et manifeste un véritable signe d’allégeance personnelle : il laisse sa propre tente à Antoine, et pas seulement la place dans le prétoire51. C’est la réunion des deux éléments qui installe le chef dans la position du commandement, sans que la tente ait un lustre particulier, et c’est en ce sens qu’il faut comprendre l’allusion de Cassius Dion au sujet du fait qu’Octavien accorda à Agrippa d’avoir une tente comparable à la sienne : Agrippa avait comme Octavien son propre prétoire, depuis lequel il pouvait donner le mot d’ordre aux soldats en alternance avec Octavien, et ce partage du pouvoir reprenait simplement celui des deux consuls en campagne (ce qu’ils étaient)52. La question est de savoir les conséquences que la position occupée dans le prétoire a sur les réunions tenues sous la tente.

L’aménagement individuel de la tente prétorienne

15La tente est donc, en termes d’espace, comparable à une grande pièce, mais seule une partie pouvait être utilisée pour la réunion d’invités. La répartition de cet espace n’étant pas précisée, notamment au sujet du repas et des réunions du consilium, c’est le mobilier qui peut servir à préciser la nature de l’accueil réservé par la tente.

  • 53 Gros 2001, p. 26.
  • 54 Tite-Live, 30, 15, 11 ; 31, 11, 11 ; 41, 2, 12.
  • 55 Valère Maxime, 2, 2, 7.

16Avec la tente, un mobilier était en effet fourni aux magistrats, ce dont le cadeau à Massinissa garde la trace : il contenait aussi un mobilier militaire qui laisse certes supposer un contenu sommaire, mais qui n’est pas détaillé. D’après les situations de réunions rencontrées plus loin, on peut sans doute compter un lit, des sièges et une table ; mais les lits de table ne faisaient sans doute pas partie, au moins à l’origine, des fournitures du consul, puisque leur introduction dans la vie romaine date seulement des iiie-iie siècles avant notre ère53. En ce sens, la tente était probablement conçue pour pouvoir initialement abriter des repas pris assis, et non pas couchés : la mention de lecti entreposés au quaestorium par Tite-Live et utilisés par le roi des Histriens, qui s’est emparé d’un camp en 178, est probablement une image visant à amplifier le désastre. On remarquera que la vaisselle de luxe n’est pas mentionnée aux côtés de la tente alors qu’elle est offerte à Massinissa en d’autres occasions54 ; serait-ce parce qu’elle était déjà fournie, par ailleurs, à un consul, comme l’indique Valère Maxime55 ? Cette vaisselle intéresse directement la tenue de réunions : si elle est déjà fournie au magistrat, il lui revenait de l’emporter, sans pour autant que la tente ait été octroyée avec ces éléments traditionnels des dîners de l’aristocratie. Cela amènerait ainsi à considérer que le contenu de la tente, outre la vaisselle, dépendrait plutôt des choix de son propriétaire que du seul mobilier alloué avec la tente, et qui se limitait visiblement à un minimum.

  • 56 César, Guerre Civile, 3, 96.
  • 57 Plutarque, Vie de Pompée, 72, 5.
  • 58 Suétone, César, 46, 2.
  • 59 Suétone, Auguste, 91, 1-2 ; voir aussi Cassius Dion, 43, 17, 4.

17En effet, deux attitudes se distinguent en ce sens, qui montrent que l’aménagement était dû à des choix personnels et politiques. Il est connu que César, après Pharsale, critiqua l’herbe fraîche, en plein été grec, des tentes de Lentulus et des aristocrates qui accompagnaient Pompée, ainsi que leur argenterie56. Plutarque ajoute que « les tentes étaient décorées de myrte et ornées de tentures fleuries » (Πᾶσα γὰρ σκηνὴ μυρσίναις κατέστεπτο καὶ στρωμναῖς ἀνθιναῖς ἤσκητο), ce qui peut s’interpréter comme un ornement extérieur ou intérieur57. Il ne pouvait certes en être de même dans le camp de César à cette époque de la guerre, mais Suétone attribue aussi à César d’avoir, par goût du luxe, employé durant ses expéditions (in expeditionibus) des carrelages et des mosaïques dont on peut supposer qu’il en fit usage dans sa tente : de tels aménagements ne provenaient pas des ornamenta ordinairement octroyés au magistrat romain, avec la tente ou à une quelconque occasion58. Comme la tente est une demeure particulière, le chef repartait certainement avec elle lorsqu’il était remplacé : il s’y trouvait ses affaires personnelles, meubles et papiers, qu’il ne s’agissait pas de laisser à un étranger ou même à un successeur59.

  • 60 Appien, Le livre ibérique, 85, 369.
  • 61 Simon 1962, p. 177, n. 89 et Dobson 2008, p. 222-232.
  • 62 Appien, Guerres Civiles, 3, 83, 342.
  • 63 Plutarque, Vie de Galba, 11, 2. Cosme 2012, p. 61-62.

18De tels aménagements particuliers éloignaient le chef des conditions de vie des simples soldats, ce qui serait cohérent avec l’idée qu’ils n’étaient pas prévus dans la tente officiellement allouée par l’État. Un retour à la simplicité est revendiqué par Scipion Émilien, qui aurait pris son repas étendu à même le sol au lieu d’employer un triclinium60. Cette déclaration devait servir à rétablir la discipline, mais pas à initier une nouvelle pratique : elle n’a pas empêché de découvrir des triclinia dans les camps permanents près de Numance, où par ailleurs le praetorium disposait d’un péristyle hellénistique61. En 43, les soldats de Lépide louent la simplicité du campement d’Antoine (τὴν ἀφέλειαν αὐτοῦ τῆς στρατοπεδείας) et peut-être ainsi de sa tente personnelle, un détail curieux qui suggère qu’elle aurait pu faire l’objet de critiques, ou qui visaient en tout cas à le complimenter62. En 68 de notre ère, le choix de Galba de continuer d’employer son propre service de table, plutôt que celui de Néron, signalait sa différence dans son rapport au luxe, et l’inscrivait dans la tradition. En continuant d’employer le sien, il affectait peut-être un respect de l’austérité militaire que ne pouvait connaître Néron63. Or, dans les cas de Scipion Émilien et de Galba, c’est bien parce que le mobilier servait aux réunions et aux dîners qu’il pouvait être mis en scène : d’une part parce qu’il était vu, d’autre part parce qu’il touchait à des pratiques de sociabilité, raison pour laquelle le lit du chef n’est guère décrit. L’aménagement de l’espace domestique, dissimulé par l’aspect ordinaire et militaire de la tente, était naturellement un reflet de la personnalité du chef, mais seule sa fréquentation permettait de s’en rendre compte. L’aménagement de la tente ne doit donc pas être dissocié de la présence de la tente, non pas tant au sein du prétoire qu’au sein d’un camp romain : c’est cette proximité avec les soldats qui lui donne une signification qu’il n’aurait pas autrement. On peut donc en conclure que la réunion des soldats dans le cadre spatial du camp amène la tente prétorienne à devenir la référence d’un conformisme matériel, parce qu’elle influence les comportements des soldats et qu’elle se conforme parfois à leurs usages. Il manque des témoignages pour comprendre si les aménagements des tentes des simples soldats, en particulier lorsque les camps étaient établis pour de longues périodes, suivaient de loin ceux des aristocrates, et si la tente du chef était là encore un référentiel.

  • 64 Leguilloux 2004, p. 154-158.
  • 65 À propos des présages autour de la tente d’Octavien : à Modène, en 43 (voir Obsequens 69 Schlesing (...)

19Si la tente prétorienne dispose donc, en théorie, d’un espace suffisant pour l’accueil, elle n’est pas vraiment conçue à l’origine comme une « tente de réception » dans un sens mondain, et n’est pas spécialement apprêtée pour refléter l’autorité officielle : aucun éclat particulier ne s’en dégage, et c’est plutôt la simplicité qui la caractérise à l’origine64. Les aménagements que lui donne éventuellement son détenteur confirment qu’il s’agit avant tout d’une demeure personnelle plutôt qu’officielle. Témoignent aussi de cette nature personnelle le fait que la tente supporte des signes qui concernent le chef et son armée et pas l’État, comme les lauriers de sa tente ainsi que des présages propres au chef65.

Un contrôle et un accueil sans cérémonie

20L’absence d’attention accordée par l’État aux conditions matérielles de réunion dans la tente amène à se demander s’il en était de même des conditions d’accès au chef en cet endroit. Car si la tente prétorienne peut être comparée à une demeure particulière, les questions de l’accès ne pouvaient être complètement y correspondre : en dehors de certaines habitudes aristocratiques, comme le contrôle de l’entrée par des serviteurs ou l’accueil par le chef, la tente est aussi encadrée par une protection militaire.

Une protection militaire limitée

  • 66 Pour une mise au point sur la cohors praetoria à l’époque républicaine et les difficultés d’une in (...)
  • 67 Durry 1968, p. 69-70.
  • 68 Engerbeaud 2020, p. 38-40.

21Il n’y a pas de relation entre la tente prétorienne et la cohors praetoria66. Praetoria se rapporte au praetor et non au praetorium, et quelles qu’aient été l’existence, la nature et les fonctions de la cohors praetoria à l’époque républicaine, on se gardera d’établir contre les sources un lien entre cette cohorte et le praetorium67. En effet, la protection rapprochée du chef (qu’elle ait été ou non assurée par la cohors praetoria) était une nécessité stratégique sur le champ de bataille, mais non plus à l’intérieur du camp. La nécessité contradictoire de la visibilité du chef au combat ainsi que de sa protection, que pointe Mathieu Engerbeaud, ne concerne pas la tente prétorienne qui se situe déjà dans un dispositif fortifié68.

  • 69 Polybe, 6, 33, 11-12 : αἱ δὲ τῶν τριαρίων σημαῖαι τῆς μὲν τῶν χιλιάρχων παραλύονται λειτουργίας, ε (...)
  • 70 Polybe, 6, 33, 6.
  • 71 Florus, 1, 33 (2, 17).
  • 72 Plutarque, Vie de Pompée, 3, 2.

22C’est pourquoi la protection de cette tente semble relativement légère. Lorsque Polybe évoque la protection du chef au sein du camp, il avance deux explications : la nécessité de se prémunir contre des attentats et la volonté de donner un éclat à la majesté du commandement69. Or le détail qu’y attache Polybe et le nombre de soldats apparemment affectés à cette tâche écartent l’idée d’une garde d’apparat. Selon l’auteur grec, chaque tribun dispose de huit soldats pour la garde de sa tente et de ses chevaux, lesquels sont puisés dans trois manipules de hastati et de principes, dix-huit manipules étant affectés au total aux six tribuns d’une légion. Ses manipules fournissent leurs hommes à tour de rôle chaque jour. Les dix manipules de triarii sont, eux, affectés aux tentes de la cavalerie dont ils sont les voisins directs ; enfin un manipule seulement est affecté, chaque jour, à la garde du chef. On peut en déduire que le nombre d’hommes était sans doute le même que pour les tribuns. Polybe ne fait pas référence à la « tente du chef » mais au chef lui-même (τῷ στρατηγῷ) : on peut se demander si ces hommes n’accompagnaient pas aussi le chef, mais la comparaison avec la protection des tribuns montre qu’ils demeuraient bien attachés au praetorium. Enfin, la clôture mentionnée pour protéger les bagages des tribuns n'encadre pas tout le terrain qui leur est dédié autour de leur tente : on peut penser qu’il en était encore de même pour le praetorium, et qu’il n’était donc pas fermé70. Finalement, comme Polybe évoque la nécessité de donner une garde aux tribuns et au chef avec des termes comparables, il ressort que la protection de la tente prétorienne n’est pas pensée de façon exceptionnelle. Un exemple mentionne l’utilité d’une sentinelle qui abattit de nuit, près de la tente du consul, le chef celtibère Olydincus, alors que celui-ci avait investi le camp de Decimus Brutus Callaecus71. Cet exemple unique confirme plutôt son utilité limitée dans le cas de menaces extérieures ; quant aux menaces intérieures, Pompée, selon Plutarque, aurait renforcé la garde autour de la tente de son père pour prévenir une tentative d’assassinat. Il s’agissait donc plutôt d’une garde minimale, effectivement symbolique de l’autorité, mais dont les prérogatives ne s’étendaient pas à des questions protocolaires72.

Le rôle des serviteurs dans le contrôle de l’entrée

  • 73 Tite-Live, 39, 12, 2 : lictores in uestibulo.
  • 74 Tite-Live, 9, 16, 17.
  • 75 Appien, Le livre illyrien, 9, 27 : καὶ καλέσας ἐπὶ ἑστίασιν, ἀπιόντα ἀπὸ τοῦ δείπνου προσέταξε τοῖ (...)
  • 76 Frontin, Stratagèmes, 4, 1, 26-29 ; voir aussi Suétone, Auguste, 24, 5.

23Le contrôle de l’accès à la tente prétorienne était le fait d’autres hommes. Étonnamment, on ne retrouve pas là les licteurs qui, à Rome, filtrent les entrées de la domus du magistrat73. Les licteurs restaient probablement aux environs de la tente prétorienne, si le chef y était aussi : un exemplum à propos de L. Papirius Cursor et d’un préteur de Préneste en 319 le suggère sans certitude74 ; quand L. Anicius, en 168, demande à ses gardes de jeter aux fers le roi Gentios au sortir du repas qu’il donnait sans doute dans sa tente, il s’agit peut-être des licteurs, mais là encore sans preuve75. On sait en revanche que les licteurs surveillaient les soldats sanctionnés devant la tente du chef : Frontin rapporte ce type de punition tant pour la période républicaine qu’à propos de Corbulon en 58-59 de notre ère. Les licteurs participaient donc à l’exécution des peines appliquées dans cet espace militaire76.

  • 77 Plutarque, Vie de Lucullus, 16, 5. Voir aussi Frontin, Stratagèmes, 2, 5, 30 ; Appien, La guerre d (...)

24Ce sont en fait des serviteurs particuliers du chef qui semblent s’occuper de filtrer les arrivées : l’épisode le plus éloquent est celui de la tentative d’assassinat de Lucullus par un proche de Mithridate, le prince Olthacos, qui s’était auparavant fait admettre comme un des familiers de Lucullus. D’après Plutarque, c’est Ménédème, un serviteur de Lucullus, qui gardait la porte de la tente, et qui sauva son maître en empêchant Olthacos d’entrer, en allant jusqu’à le repousser physiquement77. Frontin et Appien mentionnent plusieurs serviteurs, mais Plutarque est le plus précis, indiquant que Ménédème se tenait à l’entrée ou aux portes (θύραις) de la tente. Appien, de son côté, est le seul à attribuer l’opiniâtreté des serviteurs à une question de sécurité, quand Plutarque et Frontin avancent le souhait de ne pas réveiller Lucullus. Pour Appien, c’est parce que Olthacos (ou Olkabas) porte à la ceinture un poignard que sa venue comporte un risque pour le chef. Mais l’explication que donne Plutarque est la plus intéressante : Olthacos comptait sur le fait d’être un familier de Lucullus pour que ses serviteurs le laissent entrer, ce qui aurait été le cas si Lucullus ne s’était pas endormi. Le serviteur exerçait donc un contrôle qui s’adaptait aux fréquentations et à la vie du maître, ce qui ne devait guère le différencier des autres aristocrates qui résidaient aussi dans le camp.

  • 78 Plutarque, Vie de Brutus, 36-37 ; 36, 4.
  • 79 Plutarque, Vie de Galba, 7.
  • 80 Plutarque, Vie de César, 39, 8 ; 45, 7.
  • 81 Tacite, Annales, 2, 13, 1.

25Grâce à Plutarque, qui se plaît à traiter de l’intimité et des bienséances, on peut comprendre que le contrôle de l’entrée n’était pas lié à un protocole officiel. M. Iunius Brutus restait, selon l’auteur, éveillé pendant une large partie de la nuit et laissait les centurions et les tribuns se rendre auprès de lui. La veille de Philippes, Brutus aurait cru apercevoir un fantôme : il appela alors ses serviteurs, qui lui dirent qu’ils n’avaient vu personne78. Selon Plutarque, ses serviteurs n’étaient pas dans la même pièce, mais ils restaient capables d’indiquer si quelqu’un était entré ou non : c’est donc qu’ils gardaient l’entrée de la tente par laquelle passaient aussi les tribuns. Un siècle plus tard, en 68 de notre ère, on peut remarquer, encore chez le même auteur, qu’un des affranchis de Galba entre brusquement dans sa tente, malgré les domestiques, pour annoncer que le Sénat vient de lui attribuer l’empire79. Ces épisodes laissent voir que la tente prétorienne ne s’appuyait pas sur un contrôle officiel, puisque ce sont des serviteurs particuliers qui s’occupent de filtrer les entrées, sous la République comme pour les prétendants à l’empire au début du Principat. Le protocole était aussi différent selon chaque chef, dont les serviteurs s’adaptaient aux usages. Ce lieu demeure donc avant tout un espace de solitude dans laquelle le chef peut se réfugier, notamment pour ruminer sa défaite, mais ce sont les serviteurs, et non les soldats, qui lui garantissent son isolement80. Ainsi, quand Germanicus cherche à évaluer l’état d’esprit de sa troupe, il sort de nuit de sa tente par une sortie ignorée des sentinelles (uigilibus) en faction auprès de sa tente81. Ils n’étaient pas forcément des hommes de confiance du chef, mais ils veillaient militairement sur le prétoire, là où les serviteurs veillaient sur la tente.

L’invitation personnelle à rejoindre le chef

  • 82 Dobson 2008, p. 74-75.

26Au sein du prétoire, seule la tribune était liée aux réunions de masse qui avaient lieu devant elle, sur le forum du camp82. Pour accéder au prétoire, sans doute, et pour rejoindre le chef dans la tente, il fallait une raison ou une invitation personnelle du chef : chacun décide de son accessibilité et de ses pratiques, comme le montrent les usages de Lucullus et de Brutus. L’absence de dispositions particulières, comme de critiques ou d’éloges à ce sujet, suggère l’absence de norme établie et une grande liberté dans ces pratiques. Les entretiens réguliers avec les tribuns et les légats se passaient d’invitation, même si leur fréquence et leur heure dépendaient des habitudes du chef. Le témoignage ne nous est pas parvenu sur la façon dont les invitations pouvaient se transmettre, même si l’on peut imaginer que le chef transmettait les convocations (à son consilium) ou invitations (pour le repas) par des intermédiaires, serviteurs ou soldats.

  • 83 Diodore de Sicile, 30, 30a Goukowsky [= 30, 23, 1 Walton] ; Tite-Live, 45, 8, 8 ; contra Plutarque (...)
  • 84 Tite-Live, 44, 31, 14 ; Appien, Le Livre illyrien, 9, 27.
  • 85 Salluste, La guerre de Jugurtha, 29.
  • 86 Pittia 2009, p. 111 et 115.
  • 87 Plutarque, Vie de Pompée, 33, 7 ; Cassius Dion, 36, 52, 4.
  • 88 Cassius Dion, 68, 19.

27Certains chefs invitent des responsables étrangers à entrer dans leur tente. Ces ambassadeurs ou souverains se sont d’abord présentés dans l’espace du praetorium, devant la tribune ou devant la tente, pour rencontrer le chef et établir les termes d’un accord officiel. Au terme de cette phase diplomatique, une invitation à poursuivre l’entretien sous la tente peut permettre une entrevue qui n’est pas obligatoire. Il s’agit d’un geste d’hospitalité qui est témoigné aussi bien à des alliés qu’à des ennemis vaincus : c’est le cas de Persée en 168, reçu par Paul-Émile devant sa tente et invité à entrer pour faire face à son consilium qui y est déjà réuni83 ; c’est aussi le cas du roi Gentios, la même année, invité par L. Anicius à partager un repas sous sa tente84. En 111, le consul L. Calpurnius Bestia invite Jugurtha à rejoindre son consilium avant de procéder à des tractations secrètes avec lui85. L’entretien étant privé, les gestes et paroles échangés dans ce cadre ne nous sont pas connus, sauf dans le cas de Persée86. Tigrane, en 66, est aussi invité à dîner par Pompée après sa reddition87. Ces généraux adoptent ici des manières propres aux rites de l’hospitalité, mais de façon occasionnelle et sans rapport avec le statut (allié ou vaincu) du roi étranger. Un point est que ces invitations sont formulées personnellement et de façon spontanée par le chef. Là encore, ce fonctionnement semble suivre celui de la République : Trajan, après avoir couronné Parthamasiris, l’admet dans sa tente sans cérémonie88.

  • 89 Appien, Guerres Civiles, 3, 84, 345-347 ; voir aussi Plutarque, Vie d’Antoine, 19.

28La tente semble donc largement utilisée comme un lieu de réunion sans mise en scène véritable. L’exiguïté du lieu oblige le chef et ses serviteurs à accueillir ses invités dans l’espace du praetorium qui remplace le uestibulum de la domus. Si le praetorium est réservé aux accueils officiels, la tente offre un lieu de réunion utilisé par le chef pour des entretiens liés à sa fonction. C’est à l’extérieur de la tente, à peine habillé correctement et la ceinture encore dénouée, que Lépide reçoit Antoine en mai 43 : le réveil a été brutal du fait de l’entrée d’Antoine dans son camp, rejoint par sa propre armée. Sans attendre d’être rejoint dans sa tente, Lépide met en scène son empressement à le saluer devant tous89.

Y a-t-il une communication politique autour de ces réunions ?

  • 90 Johnston 2008 et Pittia 2009.
  • 91 Voir par exemple Belayche 2001 ; Dubouloz et Robert 2016.
  • 92 Polybe, 6, 27 ; Tite-Live, 9, 2, 15 ; Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, 3, 82 ; Pseudo-Hygin, Des (...)
  • 93 Tite-Live, 30, 15.
  • 94 Rambaud 1955, p. 362. Plutarque, Vie de Pompée, 68, 2-3.

29En dehors des entretiens particuliers avec les chefs étrangers, deux types de réunions se déroulent dans la tente prétorienne : les consilia et les repas que donne le chef. Ces deux réunions sont inégalement traitées par les sources anciennes et les travaux modernes : les réunions du consilium militaire ont été largement étudiées dans leur fonctionnement, par exemple par Pamela D. Johnston, et celui de Paul-Émile à Pydna a aussi fait l’objet d’une étude détaillée de Sylvie Pittia90. En revanche, si le repas s’inscrit dans des préoccupations récentes au sujet des pratiques sociales du pouvoir et leur part de communication politique, ces travaux ne se sont pas intéressés aux repas du chef dans la tente91. Peu de récits, il est vrai, font allusion à ces réunions qui semblent avant tout caractérisées par leur discrétion, voire un certain secret. Ce constat amène à s’interroger sur les exigences de confidentialité ou de publicité de ces rencontres, en premier lieu vis-à-vis des soldats du camp. Cette confidentialité était en effet relative : d’abord, la tente prétorienne attirait naturellement les regards des soldats du fait de sa position centrale92 ; d’autre part, la tente n’était pas matériellement adaptée au secret absolu : les longs gémissements de Massinissa, pleurant sur le sort qu’il doit faire subir à Sophonisbe, s’entendent pour ceux qui sont à proximité de sa tente, qui n’est certes pas dans le prétoire93 ; Pompée, qui rêve d’applaudissements à la veille de Pharsale, est peut-être bercé par le bruit de la pluie crépitante, comme l’imagine Michel Rambaud, mais il est surtout réveillé par les bruits du camp94. Comment, dans ces conditions matérielles difficiles, se réunir de façon vraiment confidentielle ? Comment, aussi, les chefs utilisent-ils ces caractéristiques lorsqu’ils souhaitent mettre en scène la réunion ?

Le manque de confidentialité du consilium sous la tente

  • 95 Johnston 2008, p. 26.

30P. D. Johnston évoque deux cas où le consilium tenu par le chef aurait été entendu par les soldats à l’extérieur de la tente (en 216, à la veille de Cannes, et en 54, à Atuatuca lors de la guerre des Gaules) mais sans relier ces faits à la tente elle-même95. Or, les soldats et leurs chefs étaient habitués à ce contexte matériel spécifique au cadre du camp et du praetorium, qui devait imposer aux réunions sous la tente des habitudes, voire des normes, différentes de celles que l’on observe dans la curie.

  • 96 Ibid., p. 4.
  • 97 Ibid., p. 3.
  • 98 Tite-Live, 22, 3, 9 : Iratus se ex consilio proripuit, « Il sortit enragé de la réunion ».
  • 99 Tite-Live, 22, 4.
  • 100 Polybe 3, 82, 4-7 ; voir aussi Plutarque, Vie de Fabius, 3, 1. Tite-Live, 21, 63 ; 22, 1, 6-7.

31Or, les récits des Anciens n’évoquent pas ces réunions avec le même degré de détail. Polybe, par exemple, n’y accorde pas vraiment d’intérêt96. Tite-Live fournit dans la première décade quelques informations utiles d’un point de vue théorique, mais c’est seulement dans la troisième décade que ses récits de consilia deviennent précis97. La différence est frappante et on peut se demander si elle peut être entièrement imputable à l’auteur plutôt qu’à l’émergence du récit historique. Les problèmes liés à la confidentialité du consilium sous la tente surgissent alors : ce qui est probablement le tout premier consilium à être décrit précisément par Tite-Live est justement celui où le consul de 217, Flaminius, sort iratus de sa tente, mécontent de l’avis qui lui a été donné d’attendre son collègue98. Cette décision entraîne la défaite du consul au lac Trasimène, dont le récit est donné quelques lignes plus loin99. Le détail de la scène du conseil peut être considéré comme un développement du récit de Polybe, moins détaillé sur ce point, ou comme un développement littéraire du caractère du consul d’après le comportement qui lui est attribué dès son entrée en charge par Tite-Live100. Bien que laconique, le détail n’en reste pas moins lié à la caractéristique de la tente, en ce qu’elle a échoué à dissimuler le désaccord du consilium, un fait sans précédent dans le récit livien.

32Un désaccord semblable surgit l’année suivante dans le consilium de C. Terentius Varro et de son collègue L. Aemilius Paullus, à la veille de Cannes.

  • 101 Appien, Le livre d’Hannibal, 19, 83-84 : ἀλλ' ὡς εἶχεν, ἐν τοῖς ὅπλοις ἐς τὸ στρατήγιον ἐσδραμών, (...)

Mais il [Varron] se précipita tout armé, comme il était, vers la tente du prétoire et, en présence même des membres du Sénat, des centurions et des tribuns militaires, il accusa Aemilius d’avoir pris prétexte des présages pour enlever à la cité une victoire à portée de main, soit qu’il hésitât par lâcheté, soit qu’il lui portât envie par jalousie. Comme il criait sous l’effet de la colère, l’armée qui se tenait autour de la tente l’entendait et les soldats accablaient Aemilius d’imprécations. Ce dernier donna beaucoup de bons conseils aux personnes rassemblées à l’intérieur, mais en vain (trad. D. Gaillard)101.

  • 102 Tite-Live, 22, 43, 8 ; Polybe, 3, 110-112.
  • 103 Klotz 1936, p. 41.

33Les deux récits sont proches, tant dans la colère du chef, visible par tous, que dans son désir d’aller contre l’avis de son conseil à la confrontation avec Hannibal. Mais c’est d’un texte d’Appien que vient ce dernier épisode, non de Tite-Live ou de Polybe, ce qui exclut l’hypothèse d’un topos d’un auteur particulier102. Selon Alfred Klotz, Appien pourrait avoir tiré ce détail de Valerius Antias103. Tout en conservant une nécessaire prudence dans le traitement de ce récit, il convient de remarquer sa proximité chronologique avec celui de Flaminius, par comparaison avec la période précédente où aucune séance du conseil n’est vraiment décrite par aucun historien. Un élément les différencie cependant largement, qui est la relation entre l’extérieur et l’intérieur de la tente : Varron est entendu de l’armée, et celle-ci se fait entendre par ses cris. Le consilium est donc de facto étendu à des participants extérieurs à la tente, du fait du caractère audible de la conversation. Or, comme on l’a vu précédemment, la perception des sons depuis l’extérieur d’une tente n’a rien d’un fait nouveau, et on peut tout à fait admettre que les délibérations aient été entendues, sinon de l’ensemble de l’armée, au moins des soldats les plus proches, qui en auraient transmis le sens à leurs camarades. Cette extension de la réunion ne semble pas avoir été intentionnelle de la part d’un Varron plutôt caractérisé par sa colère, comme le montrent ses armes et son opposition en présence de l’ensemble des membres du Sénat.

  • 104 Tite-Live, 44, 36, 9-14 ; 44, 38. Plutarque, Vie de Paul-Émile, 17, 4. Tite-Live, 24, 45, 4 ; Tite (...)
  • 105 Polybe, 29, 20 ; Diodore de Sicile, 30, 23 [Walton] ; Tite-Live, 45, 7, 5. Voir Pittia 2009.

34Les réunions militaires constituent alors dans l’œuvre de Tite-Live un nouveau type de récit, apparaissant en 213 ou en 207104. Ultérieurement, plusieurs concernent les réunions tenues en 168 par Paul-Émile en Macédoine avant l’ultime séance à laquelle participe Persée105. Il ne s’agit pas d’un topos mais d’un détail visant à préciser le processus de décision à la veille de la bataille. En revanche, aucun de ces récits ne porte sur les questions de confidentialité des réunions liées à la nature de la tente, telles qu’elles apparaissent au début de la deuxième guerre punique.

  • 106 César, Guerre des Gaules, ; 5, 27-30 ; 6, 32, 3-4.

35Il faut attendre les récits de la Guerre des Gaules et de la Guerre Civile pour comprendre l’usage qui pouvait être fait de ces réunions. Peu avant la bataille d’Atuatuca, en 54, les légats Aurunculeius Cotta et Titurius Sabinus, qui occupent pour leurs quartiers d’hiver un castellum situé sur le territoire des Éburons, s’opposent sur la menace proférée par le chef Ambiorix d’attaquer leur position et sur sa proposition de laisser partir la légion. Au cours du consilium, un des deux légats élève la voix de façon à être entendu des soldats106 :

  • 107 César, Guerre des Gaules, 5, 28-31 : Hac in utramque partem disputatione habita, cum a Cotta primi (...)

Après qu’on eut ainsi soutenu les deux thèses, comme Cotta et les centurions de la première cohorte résistaient énergiquement : « Eh bien, soit ! dit Sabinus, puisque vous le voulez ! » – et il élevait la voix, pour qu’une grande partie des soldats l’entendissent – « ce n’est pas moi qui parmi vous ai le plus peur de la mort. Ceux-là jugeront sainement des choses : s’il arrive malheur, c’est à toi qu’ils demanderont des comptes » (trad. L.-A. Constans)107.

  • 108 César, Guerre des Gaules, 5, 37, 7.

36En déléguant le commandement à deux légats, César imposait une prise de décision collégiale. Sabinus contourna cette modalité en élevant la voix pour être entendu des soldats et obtenir leur appui : c’est ce qui le différencie de Varron, qui avait bénéficié involontairement de la publicité de ses propos. On peut se demander ce qui pousse Sabinus à être si sûr de l’effet qu’il produira, si ce n’est que la proximité des soldats autour de la tente abritant le conseil est une chose habituelle – on notera qu’il n’y avait peut-être pas de prétoire, et que l’on ne peut être certain de la tente choisie pour cette réunion. Encore une fois, la réunion est étendue à ces participants invisibles mais attentifs, et le consilium perd son caractère confidentiel, même si les soldats n’entrent pas. Or, le récit du conseil ne provient ici ni des légats, ni des tribuns, ni des centurions, mais plutôt des quelques survivants qui rallient par la suite le camp de Labienus108. Ce sont donc pour une fois les spectateurs extérieurs à la scène qui livrent leur version d’un conseil auquel ils n’ont pas participé directement, mais dont ils ont saisi l’essentiel, ayant par ailleurs été lésés par la décision finale. Même s’il s’agit d’une vulgate, ou d’une rumeur des propos réellement tenus, cette version n’en est pas moins le signe que le consilium n’était pas naturellement confidentiel.

  • 109 Ibid., 6, 7, 6 : Loquitur in consilio palam. « Il déclare en présence du conseil ».

37En 53, Labienus emploie un procédé similaire en convoquant deux réunions, dont la première est destinée à tromper l’ennemi. Du fait de la présence dans son camp d’auxiliaires gaulois peu fiables, Labienus énonce au conseil son plan, qui est rapporté aux Germains comme il l’avait prévu109. Si la réunion est un stratagème, c’est bien que l’usage de la tente, en particulier dans un camp abritant des alliés, comporte un risque qui est parfaitement intégré par le chef. Labienus complète la ruse en réunissant un deuxième conseil, de nuit, pour que celui-ci ne soit pas connu. L’idée de Labienus de faire du consilium un pur artifice n’a pas de précédent, mais elle n’est pas non plus révolutionnaire si on la compare aux usages susmentionnés.

  • 110 Voir à ce sujet Courrier 2014, p. 533-546.

38Ces problèmes de confidentialité se fondent sur la perception auditive des soldats, mais on ne peut pas considérer que les sons se propageaient sans être affectés par les peaux de la tente. Si les informations étaient diffusées, c’est avant tout parce que des observateurs extérieurs en étaient très proches, voire qu’ils se trouvaient à l’entrée. On pourrait conclure, par exemple, que les propos tenus sous la tente par Varron et Aemilius Paullus ont été transmis à la troupe par des sentinelles en faction, ou par des serviteurs ; mais comme la ruse de Labienus ne s’adressait qu’aux auxiliaires, et qu’aucun n’écoutait sans doute à la porte du prétoire, les propos de Labienus furent plutôt transmis par la rumeur110. Dans le cas de Varron et de Sabinus, il y a bien une interaction entre les soldats et le chef à l’intérieur de la tente, mais on peut penser que ce sont les acclamations des soldats qui sont entendues depuis la tente plutôt que l’inverse, et que le contenu des conversations leur a été transmis par des participants ou de proches observateurs.

39La réapparition dans les récits des attitudes et désaccords du consilium est due aux descriptions précises de la Guerre des Gaules, ce qui irait dans le sens de problématiques proches des expériences vécues dans le camp. Les relations entretenues entre la tente et l’extérieur n’échappent sans doute pas à une certaine réécriture de la part de Tite-Live, mais elles semblent témoigner d’une véritable relation entretenue entre la réunion tenue sous la tente et les soldats qui en sont normalement exclus.

La mise en scène restreinte des repas

  • 111 Nadeau 2010, p. 305-325 ; Badel 2013, p. 261-284 et Bady 2018, p. 185-210.
  • 112 Pittia 2009 ; Tite-Live, 45, 7, 5.

40La tenue des repas sous la tente observait-elle un ordonnancement particulier ? La question de la hiérarchie du placement dans les repas et des bienséances à table est un objet largement traité, aussi bien à propos des Grecs que des Romains111. Mais la question du repas ou convivium dans le cadre du camp, et davantage encore sous la tente prétorienne, n’a pas fait l’objet de remarques particulières. Même les auteurs anciens ne s’intéressent pas au placement des souverains venus partager le repas du chef sous la tente : on ignore donc leur placement ou les interactions éventuelles avec l’extérieur. Seul Persée fait face au consilium de Paul-Émile, mais il ne s’agit pas d’un repas, et ce cas bien connu ne témoigne pas d’un lien avec l’extérieur112.

  • 113 Plutarque, Propos de table, 1, 3 [619 E].

41Certes, un texte de Plutarque à propos de la « place consulaire » des repas romains laisse penser qu’il s’intéresserait à ce cadre, puisqu’il évoque la possibilité pour le consul de recevoir un messager depuis cette place113. Le texte permet d’éclairer la question de la place d’honneur attribuée au consul, ou au chef romain, dans le cadre d’un triclinium : dans cette forme en «  », l’hôte occupait sur le lit de droite la place proche du lit central, et pour Plutarque cette organisation était adaptée aux attributions du consul. Pour autant, la provenance d’un messager venu depuis le camp (ἀγγέλῳ τῶν ἀπὸ στρατοπέδου προσελθεῖν) montre que Plutarque traite de réunions qui ne se situent pas dans un cadre militaire et que le terme de στρατηγῷ fait plutôt référence au stratège grec qu’au préteur ou au chef romain dans son camp.

  • 114 Valère Maxime, 8, 15, 7 ; Plutarque, Vie de Marius, 3, 3-4.
  • 115 Voir Badel 2013, p. 264.

42Quant au nombre de convives, si la tente prétorienne accueillait un triclinium, comme le nombre de participants aux repas du chef n’est jamais précisé, on peut seulement supposer qu’il a dû être restreint aux neuf participants pouvant s’installer dans un triclinium. Mais rien n’obligeait le chef à se limiter aux membres du consilium : Marius, jeune chevalier, aurait ainsi participé à un repas en compagnie de Scipion Émilien à Numance, donc probablement dans un praetorium en pierre et non sous une tente. Or l’invitation de Marius tenait, à en croire Plutarque, à un haut fait qui l’aurait particulièrement distingué au cours d’une bataille livrée sous les yeux de Scipion114 : Marius ne pouvait avoir été invité qu’en raison de ses exploits. Au contraire du consilium, le repas du chef républicain était complètement fermé et était loin d’être un banquet115 : seules les rumeurs relatives à l’aménagement de la tente prétorienne suggèrent, comme on l’a vu, que ces repas pouvaient être indirectement mis en scène à destination des soldats.

  • 116 Histoire Auguste, Hadrien, 10, 2 ; Pescennius Niger, 11, 1.

43Cette confidentialité républicaine s’oppose à certains récits de l’Histoire Auguste relatifs à des empereurs des iie et iiie siècles de notre ère. Selon ces récits, Hadrien et Pescennius Niger auraient pris leur repas en plein air, devant leur tente (ante papilionem), en présence de tous leurs soldats (ante omnes), montrant ainsi qu’ils prenaient la même nourriture116. S’ils étaient sortis de leur tente, ce n’était pas le cas d’Alexandre Sévère, qui l’ouvrit de façon à être vu :

  • 117 Histoire Auguste, Alexandre Sévère, 51, 5 (trad. C. Bertrand-Dagenbach) : In procinctu atque inexp (...)

Au cours de ses campagnes et des expéditions, il déjeuna et dîna dans une tente ouverte, et mangea l’ordinaire des soldats sous le regard de tous et à leur grande joie117.

  • 118 Histoire Auguste, Les Trente Tyrans, Hérode, 16, 1 : Homo omnium delicatissimus et prorsus Orienta (...)
  • 119 Isidore de Séville, Étymologies, 15, 10, 3 : Papiliones uocantur a similitudine paruli animalis uo (...)
  • 120 Lachaud 1999, p. 446-447.
  • 121 Badel 2013, p. 277-279.

44C’est bien depuis sa tente et non devant elle qu’Alexandre Sévère prenait son repas. La différence d’avec Hadrien et Pescennius Niger rend l’épisode singulier, bien qu’il soit aussi enchâssé dans un topos du bonus princeps mâtiné d’une imitation des meilleurs généraux, de Scipion Émilien à Trajan. On peut formuler l’hypothèse qu’un nouveau type de tente permettait cet usage : Hérode, que l’Histoire Auguste compte parmi les usurpateurs de la pourpre, disposait à la fois de tentoria ornés et de papiliones dorés, mais la distinction est difficile entre les deux118. Selon Isidore de Séville, « les papiliones sont ainsi nommés d’après leur ressemblance avec les bestioles ailées qui sont si nombreuses quand la mauve est en fleurs »119. Il n’est pas clair qu’il s’agisse d’un autre type de tente (le « pavillon ») : le terme peut faire allusion aux battants de toile ouverts à l’entrée de la tente ; à propos des tentes médiévales, F. Lachaud, explique ce mot par la « forme des rideaux fermant la tente »120. L’usage apparemment indifférent du singulier ou du pluriel (papilio ou papiliones) empêche de trancher dans un sens ou dans l’autre. Le terme suggère en tout cas un dispositif matériel permettant un usage différent du tabernaculum républicain : en ouvrant la tente, il devenait possible de mettre en scène le repas du chef, une attitude préparée par des précédents mentionnés par l’Histoire Auguste à partir de Hadrien. Cette mise en scène n’est sans doute pas envisageable à l’époque républicaine ni sans doute au ier siècle de notre ère, pour des raisons techniques et surtout culturelles : alors qu’à Rome se tiennent, surtout à partir du ier siècle de notre ère, des repas de plus en plus étendus, il n’en est pas de même dans la tente prétorienne121. Cette résilience des pratiques anciennes est liée autant à la vie du camp et à sa rigueur qu’aux habitudes des repas aristocratiques : la tente devient, du fait de ses conditions matérielles limitées, un conservatoire de l’étiquette aristocratique.

45Le repas militaire était donc un lieu d’inclusion très limité, en raison du peu d’espace disponible, et parce qu’il n’était pas question de rapprocher le chef des simples soldats. La comparaison avec le consilium montre que seul ce dernier semble être l’objet de contournements permettant d’y associer davantage les soldats du camp.

Conclusion

46On ne peut pas comprendre les réunions tenues sous la tente prétorienne sans tenir compte de leur cadre matériel et spatial, qui est spécifique au cadre du praetorium et du camp romain. Ce contexte officiel et militaire tend à faire échapper les réunions à leur cadre initial : qu’il s’agisse des repas ou du consilium, la situation de la tente prétorienne permet d’associer l’ensemble du camp romain. Ces réunions concernent un petit nombre d’individus, invités à partager le repas ou à participer au conseil exclusivement sur invitation et permission du chef. L’accès, moins défendu que contrôlé, établit l’usage selon lequel c’est le chef lui-même qui invite : il n’y a pas de file d’attente dans le praetorium, car le chef ne s’y comporte pas comme un patron donnant audience. En dehors du consilium, les réunions ont en outre un caractère privé, puisque la tente n’est pas un lieu de cérémonie mais le lieu de résidence d’un particulier. Ni sa taille ni son mobilier ne lui permettent de réunir une large assemblée : bien que le mobilier échappe en partie à notre connaissance, lorsqu’il est spécial (comme les mosaïques de César), il n’est pas associé à des réunions de plus grande envergure, suggérant que, sur ce point, la culture des réunions dans le camp n’avait pas suivi la même évolution qu’à Rome. Ces réunions touchaient néanmoins les soldats lorsque, ponctuellement, les participants situés à l’intérieur de la tente cherchaient à atteindre ceux qui se trouvaient à l’extérieur : Flaminius, Varron, Sabinus, Labienus, mais aussi Scipion Émilien ou Galba, emploient la tente de façon à ce que la réputation ou la rumeur de la réunion serve leurs projets, stratégiques ou politiques. Cet usage est lié à la fois au peu de confidentialité que procure matériellement la tente, à la situation spatiale qu’elle occupe dans le prétoire, au sujet des réunions, et à la culture matérielle associée traditionnellement à ce lieu. Ceux que l’étiquette exclut de ces réunions peuvent y accéder par d’autres biais, si le chef le permet. Les relations entre le chef et le reste du camp en ressortent ambiguës : malgré une proximité quelquefois affichée avec les soldats dans d’autres contextes, le chef ne les convie ni ne se rapproche d’eux dans ce cadre, utilisant plutôt à son avantage leur attrait pour ces réunions. La tente prétorienne demeure, à cet égard, un dispositif matériel fondamentalement aristocratique.

Haut de page

Bibliographie

Allison P. M. (2013), Peoples and Spaces in Roman Military Bases, Cambridge.

Badel C. (2013), « Le conuiuium priuatum : un théâtre de la compétition aristocratique ? (Ier siècle av. J.-C. - Ier siècle apr. J.-C.) », dans Grandjean C., Hugoniot C., Lion B. éd., Le banquet du monarque dans le monde antique, Rennes-Tours, p. 261-284.

Bady C. (2018), « Plutarque et le symposion. Statuts et liens interpersonnels dans les espaces de banquet à la haute époque impériale », dans Moatti C., Müller C. éd., Statuts personnels et espaces sociaux. Questions grecques et romaines, Nanterre, p. 185-210.

Belayche N. (2001), Rome, les Césars et la Ville aux deux premiers siècles de notre ère, Rennes.

Berrendonner C. (2014), « Pour administrer, faut-il savoir compter ? Les questeurs provinciaux et la tenue des comptabilités publiques (IIe-Ier siècles av. J.-C.) », dans Dubouloz J., Pittia S., Sabatini G. dir., L’imperium Romanum en perspective. Les savoirs d’empire dans la République romaine et leur héritage dans l’Europe médiévale et moderne, Besançon, p. 173-191.

Bertrand-Dagenbach C. (1990), Alexandre Sévère et l’« Histoire Auguste », Bruxelles.

Cadiou F. (2020), « Les cohortes prétoriennes et les gardes montées républicaines », dans Wolff C., Faure  P. éd., Corps du chef et gardes du corps dans l’armée romaine, Lyon, p. 51-71.

Chrissanthos S. G. (1997), « Scipio and the Mutiny at Sucro, 206 B.C. », Historia 46-2, p. 172-184.

Coarelli F. (2001), « Tabernaculum. L’immagine degli auspicia consolari nella monetazione romana », dans Rome et ses provinces, Genèse et diffusion d'une image du pouvoir. Hommages à Jean-Charles Balty, Bruxelles, p. 89-101.

Cosme P. (2012), L’année des quatre empereurs, Paris.

Coulston J.C.N. (2001), « Transport and Travel on the Column of Trajan », dans Adams C., Laurence R. éd., Travel and Geography in the Roman Empire, Londres-New York, p. 106-137.

Courrier C. (2014), La plèbe de Rome et sa culture (fin du IIe siècle av. J.-C. – fin du Ier siècle ap. J.-C.), Rome.

Crawford M. (1974), Roman Republican Coinage, 2 vol., Cambridge.

Dobson M. (2008), The Army of the Roman Republic: The Second Century BC, Polybius and the Camps at Numantia, Spain, Oxford.

Dobson M. (2014), « Tents, Huts or Houses? Soldiers’Accomodation at Numantia and Renieblas. The Work of Adolf Schulten and Beyond », dans Cadiou F. et Navarro Caballero M. éd., La guerre et ses traces. Conflits et sociétés en Hispanie à l’époque de la conquête romaine (IIIe-Ier s. a. C.), Bordeaux, p. 57-87.

Dubouloz J. et Robert R. (2016), « Les banquets publics à la fin de la République : usages sociaux, espaces et représentation », DHA 42-2, p. 59-84.

Durry M. (1968), Les cohortes prétoriennes, Paris [1ère éd. 1938].

Engerbeaud M. (2020), « Le corps du chef de guerre à l'époque républicaine », dans Wolff C. et Faure P. éd., Corps du chef et gardes du corps dans l'armée romaine, Lyon, p. 37-50.

Fahd T. (1976), « La tente bédouine », Ktèma 1, p. 53-62.

Gascou J. (1984), Suétone historien, Rome.

Giovannini A. (2015), Les institutions de la République romaine des origines à la mort d’Auguste, Bâle.

Gorges J.-G., Morillo Á., Rodríguez Martín F. G., Martín Hernández E. (2009), « Le campement romano-républicain du “Pedrosillo” (Casas de Reina, Badajoz, Espagne) à l’épreuve des sondages : premiers résultats de la campagne 2006. », dans Morillo Á et al. éd., Limes XX. Actas del XX Congreso Internacional de Estudios sobre la Frontera Romana, Madrid, p. 267-279.

Gros P. (2001), L’architecture romaine. 2. Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris.

Harmand J. (1967), L’armée et le soldat à Rome, de 107 à 50 avant notre ère, Paris.

Hurlet F. (1997), Les collègues du prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la légitimité dynastique, Rome.

Hurlet  F. (2001), « Les auspices d’Octavien/Auguste », CCG 12, p. 155-180.

Johnston P. D. (2008), The Military Consilium in Republican Rome, Piscataway.

Klotz A. (1936), Appians Darstellung des zweiten punischen Krieges, Paderborn.

Lachaud F. (1999), « Les tentes et l’activité militaire. Les guerres d’Édouard Ier Plantagenet (1272-1307) », MEFR Moyen Âge 111-1, p. 443-461.

Leguilloux M. (2004), Le cuir et la pelleterie à l'époque romaine, Paris.

Leguilloux M. (2018), « L’équipement en cuir des troupes, un atout stratégique », dans Schörle K. éd., L’armée de Rome : la puissance et la gloire, Milan, p. 182-193.

Lenoir M. (2011), Le camp romain : Proche-Orient et Afrique du Nord, Rome [1ère éd. 1995].

Linderski J. (1986), « The Augural Law. », ANRW 2-16, p. 2147-2312.

Malamut É. (2010), Dynamiques sociales au Moyen Âge en Occident et en Orient, Aix-en-Provence.

McIntyre J. et Richmond I. A., (1934) « Tents of the Roman Army and the Leather from Birdoswald », Transactions of the Cumberland and Westmoreland Antiquarian & Archaeological Society, Kendal, p. 62-90.

Mommsen T. (1984), Le droit public romain, t. I et t. V, Manuel des antiquités romaines 1 et 5, Paris [1ère éd., t. I : 1892, t. V : 1896].

Nadeau R. (2010), Les manières de table dans le monde gréco-romain, Rennes.

Pittia S. (2009), « L’arrivée de Persée au camp de Paul-Émile : mise en scène d’une capitulation », Veleia 26, p. 103-125.

Reddé M. (2008), « Les camps militaires républicains et augustéens : paradigmes et réalités archéologiques », Salduie. Estudios de prehistoria y arqueología 8, p. 61-71.

Rambaud M. (1955), « Le Soleil de Pharsale », Historia 3-3, p. 346-378.

Scheid J. (1990), Romulus et ses frères. Le collège des frères arvales, modèle du culte public dans la Rome des empereurs, Rome.

Simon H. (1962), Roms Kriege in Spanien, 154-133 v. Chr., Francfort.

Stefan A. S. (2015), La colonne Trajane : édition illustrée avec les photographies éxécutées en 1862 pour Napoléon III, Paris.

Van Haeperen F. (2012), « Auspices d’investiture, loi curiate et légitimité des magistrats romains », CCG 23, p. 71-111.

Vervaet F. J. (2014), The High Command in the Roman Republic: The Principle of the “Summum Imperium Auspiciumque” from 509 to 19 BCE, Stuttgart.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier les relecteurs des Cahiers « Mondes anciens » et tout particulièrement Jean-Pierre Guilhembet pour leurs conseils, qui m’ont permis d’améliorer ce texte. Je remercie également Philippe Moreau et Mathieu Engerbeaud pour leurs suggestions. Tous sont bien entendu exonérés de toute responsabilité quant à la version finale de ce travail.

2 Mommsen 1984, 5, p. 239.

3 Voir Lenoir 2011, p. 36-37 et Allison 2013, p. 15-16.

4 Fahd 1976, p. 53-62.

5 Lachaud 1999, p. 443-461.

6 Malamut 2010, p. 65-88.

7 Johnston 2008.

8 Polybe 6, 27, 1.

9 Tacite, Annales, 1, 29, 4.

10 Tacite, Histoires, 1, 83.

11 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, 3, 82.

12 Sur la notion de summum imperium auspiciumque, voir Vervaet 2014, p. 17-53.

13 Dobson 2008, p. 75.

14 Polybe, 6, 31, 7. Voir Giovannini 2015, p. 203.

15 Tite-Live, 27, 19, 12 ; Salluste, Guerre de Jugurtha, 8, 2.

16 Festus, De Significatu Verborum, 249 L.

17 Quintilien, Institution oratoire, 8, 2, 8 : Tertius est huic diuersus modus, cum res communis pluribus in uno aliquo habet nomen eximinium, ut carmen funebre proprie « nenia » et tabernaculum ducis « augurale », « Un troisième genre de “propriété”, opposé au précédent, se rencontre, quand une chose qui sert à plusieurs emplois a une acception dominante pour un seul d’entre eux ; c’est ainsi que nenia désigne proprement un chant funèbre et augurale la tente d’un général en chef » (trad. J. Cousin).

18 Cicéron, De la divination, 1, 72 ; Valère Maxime, 1, 6, 4. Sur l’auguratorium. Voir Dobson 2008, p. 74.

19 Tite-Live, 41, 18, 8 : Valerium auspicato sortitum constabat, quod in templo fuisset ; in Petilio id uitii factum postea augures responderunt, quod extra templum sortem in sitellam in templum latam foris ipse oporteret, « Pour Valerius, le tirage au sort s’était incontestablement effectué en accord avec les exigences des auspices, car il avait eu lieu dans l’espace consacré, mais pour Petilius, les augures déclarèrent plus tard que le rite avait été vicié, parce que… le sort qu’il avait jeté dans l’urne… » (trad. P. Jal). Voir Linderski 1986, p. 2164-2174.

20 Dobson 2008, p. 74 ; mais on se gardera de trancher, eu égard aux complexités du ius augurale. Voir sur ce sujet précis Linderski 1986, p. 2278-2279.

21 Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines, 9, 6, 2-6.

22 Tacite, Annales, 2, 13, 1 ; 15, 30, 1.

23 Polybe, 6, 27, 2.

24 Pour C. Curtius, Tite-Live, 4, 7, 3 ; pour Tiberius Sempronius Gracchus, voir Cicéron, De la divination, 1, 33 ; De la nature des dieux, 2, 10-11 ; Lettres à Quintus, 2, 2, 1 ; Valère Maxime, 1, 1, 3 ; Plutarque, Vie de Marcellus, 5, 2-3. Tiberius Gracchus avait omis de reprendre les auspices malgré le passage du pomerium : la même erreur aura pu être commise par le consul de 445. M. J. Dobson (2008, p. 74-75), évoque des critères religieux, puisque le praetorium était souvent orienté vers l’est, mais admet aussi que ce n’était pas nécessairement le cas.

25 Plutarque, Vie de Marcellus, 5 ; Mommsen 1984, 1, p. 120. Voir aussi Linderski 1986, p. 2258 pour la solida sella.

26 Crawford 1974, 1, p. 452 ; 2, pl. 52.

27 Coarelli 2001, p. 89-102.

28 Dans le même sens, John Scheid (1990, p. 135-136) aboutit de son côté à considérer les papiliones des Arvales comme des tentes comparables (au moins dans leur rusticité) aux tentes militaires.

29 Tacite, Histoires, 2, 29, 1 ; Lucain, La Pharsale, 7, 48.

30 Stefan 2015, pl. 4, 23 = scène 7 Cichorius.

31 Stefan 2015, pl. 54, 374 = scène CXLI Cichorius.

32 Voir McIntyre et Richmond 1934, p. 62-90 ; plus récemment : Gorges et al. 2006, p. 274-276 et Dobson 2014, p. 57-87.

33 Plutarque, Vie de Paul-Émile, 21 ; César, Guerre Civile, 3, 96.

34 Xénophon, Cyropédie, 2, 1, 30. Leguilloux 2018, p. 186.

35 Coulston 2001, p. 110 ; voir aussi Harmand 1967, p. 156.

36 Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines, 2, 4, 2. Voir Van Haeperen 2012, p. 75, n. 21.

37 Les hommes illustres de la ville de Rome, 9, 1.

38 Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines, 5, 28.

39 Tite-Live, 30, 17, 13 : munera quoque quae legati ferrent regi decreuerunt, sagula purpurea duo cum fibulis aureis singulis et lato clauo tunicis, equos duo phaleratos, bina equestria arma cum loricis, et tabernacula militaremque supellectilem qualem praeberi consuli mos esset. « Furent décrétés les cadeaux qui seraient portés au roi par les ambassadeurs : deux manteaux de pourpre, chacun avec une agrafe d’or et une tunique à large bande de pourpre, deux chevaux parés de phalères, deux armures de cavalier avec cuirasse, et deux tentes avec leur mobilier de campagne, telles qu’on a coutume d’en fournir à un consul » (trad. personnelle). Appien, Le livre africain, 32, 137. Phaméas, stratège carthaginois lors de la troisième guerre punique, reçut également une tente de la part du Sénat : Appien, Le livre africain, 109, 518.

40 Berrendonner 2014, p. 175-176. Pour les autres sources : Cicéron, Lettres à Atticus, 15, 18, 1 ; Tite-Live, 42, 1, 9 ; 44, 22, 15 ; Plutarque, Vie de Caton l’Ancien, 6, 2 ; Vie de Tiberius Gracchus, 13, 3 ; Aulu-Gelle, Nuits Attiques, 15, 4, 3.

41 Tite-Live, 42, 1, 9 : Ideo magistratus mulis tabernaculisque et omni alio instrumento militari ornabantur, ne quid tale imperarent sociis. Voir Kolb 2000, p. 28.

42 Cicéron, Seconde action contre Verrès, V, Les supplices, 83 : Vbi ternis denariis aestumatum frumentum, ubi muli, ubi tabernacula, ubi tot tantaque ornamenta magistratibus et legatis a senatu populoque Romano permissa et data. « Du blé évalué à trois derniers ? Des mulets, des tentes, de si nombreuses et si importantes fournitures que le Sénat et le peuple romain accordent et abandonnent aux magistrats et à leurs lieutenants ? » (trad. G. Rabaud).

43 Cicéron, Sur la loi agraire, 2, 32.

44 Cicéron, Lettres à Atticus, 15, 18, 1 ; Tite-Live, 44, 22, 15.

45 Tite-Live, 42, 1, 9 ; Plutarque, Vie de Tiberius Gracchus, 13, 3.

46 Suétone, Auguste, 36 ; voir aussi Dion Cassius, 53, 15, 4. Gascou 1984, p. 639-640.

47 Au sujet des auspices des proconsuls sous Auguste, voir Hurlet 2001, p. 167.

48 Tite-Live, 28, 24, 13-14 : Qui nequaquam tribuniciis contenti ornamentis, insignia etiam summi imperii, fasces securesque, attractare ausi ; neque eis uenit in mentem suis tergis, suis ceruicibus uirgas illas securesque imminere quas ad metum aliorum praeferrent. « Ceux-ci ne se contentèrent nullement de prendre les ornements tribuniciens, mais osèrent mettre la main jusque sur les insignes de l’autorité suprême, les faisceaux et les haches, et il ne leur vint pas à l’idée que c’était sur leur dos, que c’était leur nuque, que menaçaient ces verges et ces haches qu’ils faisaient porter devant eux pour effrayer les autres » (trad. P. Jal).

49 Au sujet des sources de l’événement, voir Chrissanthos 1997, p. 173-174.

50 Valère Maxime, 5, 5, 3.

51 Appien, Guerres Civiles, 5, 55, 234.

52 Cassius Dion, 53, 1, 2 ; Hurlet 1997, p. 30.

53 Gros 2001, p. 26.

54 Tite-Live, 30, 15, 11 ; 31, 11, 11 ; 41, 2, 12.

55 Valère Maxime, 2, 2, 7.

56 César, Guerre Civile, 3, 96.

57 Plutarque, Vie de Pompée, 72, 5.

58 Suétone, César, 46, 2.

59 Suétone, Auguste, 91, 1-2 ; voir aussi Cassius Dion, 43, 17, 4.

60 Appien, Le livre ibérique, 85, 369.

61 Simon 1962, p. 177, n. 89 et Dobson 2008, p. 222-232.

62 Appien, Guerres Civiles, 3, 83, 342.

63 Plutarque, Vie de Galba, 11, 2. Cosme 2012, p. 61-62.

64 Leguilloux 2004, p. 154-158.

65 À propos des présages autour de la tente d’Octavien : à Modène, en 43 (voir Obsequens 69 Schlesinger). À Bologne, Suétone, Vie d’Auguste, 96, 1 ; Cassius Dion, 47, 1, 3.

66 Pour une mise au point sur la cohors praetoria à l’époque républicaine et les difficultés d’une interprétation orientée par l’époque impériale, voir Cadiou 2020, p. 51-71.

67 Durry 1968, p. 69-70.

68 Engerbeaud 2020, p. 38-40.

69 Polybe, 6, 33, 11-12 : αἱ δὲ τῶν τριαρίων σημαῖαι τῆς μὲν τῶν χιλιάρχων παραλύονται λειτουργίας, εἰς δὲ τοὺς τῶν ἱππέων οὐλαμοὺς ἑκάστη σημαία καθ᾽ ἡμέραν δίδωσι φυλακεῖον ἀεὶ τῷ γειτνιῶντι κατόπιν τῶν οὐλαμῶν: […] μία δ᾽ ἐξ ἁπασῶν καθ᾽ ἡμέραν σημαία ἀνὰ μέρος τῷ στρατηγῷ παρακοιτεῖ: ἥτις ἅμα μὲν ἀσφάλειαν παρασκευάζει τῷ στρατηγῷ πρὸς τὰς ἐπιβουλάς, ἅμα δὲ κοσμεῖ τὸ πρόσχημα τῆς ἀρχῆς, « Les enseignes des triarii, qui sont dispensées de ce service auprès des tribuns, fournissent aux escadrons de cavalerie des postes de garde, chaque jour un poste par enseigne, respectivement, pour l’escadron qui est son voisin de derrière […]. Enfin, chacune des enseignes à son tour monte la garde auprès du général pendant une journée, tant pour assurer la sécurité du général contre les attentats que pour donner de l’éclat à la majesté du commandement » (trad. R. Weil).

70 Polybe, 6, 33, 6.

71 Florus, 1, 33 (2, 17).

72 Plutarque, Vie de Pompée, 3, 2.

73 Tite-Live, 39, 12, 2 : lictores in uestibulo.

74 Tite-Live, 9, 16, 17.

75 Appien, Le livre illyrien, 9, 27 : καὶ καλέσας ἐπὶ ἑστίασιν, ἀπιόντα ἀπὸ τοῦ δείπνου προσέταξε τοῖς ὑπηρέταις ἐς φυλακὴν ἐμβαλεῖν. « Puis il le convia à un banquet et, au moment où ce dernier quittait le repas, il ordonna à ses gardes de le jeter en prison » (trad. personnelle). Voir Tite-Live, 44, 31, 15.

76 Frontin, Stratagèmes, 4, 1, 26-29 ; voir aussi Suétone, Auguste, 24, 5.

77 Plutarque, Vie de Lucullus, 16, 5. Voir aussi Frontin, Stratagèmes, 2, 5, 30 ; Appien, La guerre de Mithridate, 79, 354.

78 Plutarque, Vie de Brutus, 36-37 ; 36, 4.

79 Plutarque, Vie de Galba, 7.

80 Plutarque, Vie de César, 39, 8 ; 45, 7.

81 Tacite, Annales, 2, 13, 1.

82 Dobson 2008, p. 74-75.

83 Diodore de Sicile, 30, 30a Goukowsky [= 30, 23, 1 Walton] ; Tite-Live, 45, 8, 8 ; contra Plutarque, Vie de Paul-Émile, 27, 1 ; Pittia 2009, p. 110-111.

84 Tite-Live, 44, 31, 14 ; Appien, Le Livre illyrien, 9, 27.

85 Salluste, La guerre de Jugurtha, 29.

86 Pittia 2009, p. 111 et 115.

87 Plutarque, Vie de Pompée, 33, 7 ; Cassius Dion, 36, 52, 4.

88 Cassius Dion, 68, 19.

89 Appien, Guerres Civiles, 3, 84, 345-347 ; voir aussi Plutarque, Vie d’Antoine, 19.

90 Johnston 2008 et Pittia 2009.

91 Voir par exemple Belayche 2001 ; Dubouloz et Robert 2016.

92 Polybe, 6, 27 ; Tite-Live, 9, 2, 15 ; Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, 3, 82 ; Pseudo-Hygin, Des fortifications du camp, 11-14.

93 Tite-Live, 30, 15.

94 Rambaud 1955, p. 362. Plutarque, Vie de Pompée, 68, 2-3.

95 Johnston 2008, p. 26.

96 Ibid., p. 4.

97 Ibid., p. 3.

98 Tite-Live, 22, 3, 9 : Iratus se ex consilio proripuit, « Il sortit enragé de la réunion ».

99 Tite-Live, 22, 4.

100 Polybe 3, 82, 4-7 ; voir aussi Plutarque, Vie de Fabius, 3, 1. Tite-Live, 21, 63 ; 22, 1, 6-7.

101 Appien, Le livre d’Hannibal, 19, 83-84 : ἀλλ' ὡς εἶχεν, ἐν τοῖς ὅπλοις ἐς τὸ στρατήγιον ἐσδραμών, παρόντων ἔτι τῶν τε ἀπὸ βουλῆς καὶ ταξιάρχων καὶ χιλιάρχων, ᾐτιᾶτο περὶ τῶν οἰωνῶν τὸν Αἰμίλιον προφασίσασθαι καὶ νίκην φανερὰν ἀφελέσθαι τὴν πόλιν, ὀκνοῦντα ὑπὸ δειλίας, ἢ οἱ φθονοῦντα διὰ ζηλοτυπίαν. Οὕτω δ' αὐτοῦ βοῶντος ὑπ' ὀργῆς ἡ στρατιὰ περιεστῶσα τὴν σκηνὴν ἐπήκουε, καὶ τὸν Αἰμίλιον ἐβλασφήμουν.

102 Tite-Live, 22, 43, 8 ; Polybe, 3, 110-112.

103 Klotz 1936, p. 41.

104 Tite-Live, 44, 36, 9-14 ; 44, 38. Plutarque, Vie de Paul-Émile, 17, 4. Tite-Live, 24, 45, 4 ; Tite-Live, 27, 46, 5-12.

105 Polybe, 29, 20 ; Diodore de Sicile, 30, 23 [Walton] ; Tite-Live, 45, 7, 5. Voir Pittia 2009.

106 César, Guerre des Gaules, ; 5, 27-30 ; 6, 32, 3-4.

107 César, Guerre des Gaules, 5, 28-31 : Hac in utramque partem disputatione habita, cum a Cotta primisque ordinibus acriter resisteretur, « Vincite », inquit, « si ita uultis », Sabinus, et id clariore uoce, ut magna pars militum exaudiret, « neque is sum », inquit, « qui grauissime ex uobis mortis periculo terrear ; hi sapient : si grauius quid acciderit, abs te rationem reposcent ».

108 César, Guerre des Gaules, 5, 37, 7.

109 Ibid., 6, 7, 6 : Loquitur in consilio palam. « Il déclare en présence du conseil ».

110 Voir à ce sujet Courrier 2014, p. 533-546.

111 Nadeau 2010, p. 305-325 ; Badel 2013, p. 261-284 et Bady 2018, p. 185-210.

112 Pittia 2009 ; Tite-Live, 45, 7, 5.

113 Plutarque, Propos de table, 1, 3 [619 E].

114 Valère Maxime, 8, 15, 7 ; Plutarque, Vie de Marius, 3, 3-4.

115 Voir Badel 2013, p. 264.

116 Histoire Auguste, Hadrien, 10, 2 ; Pescennius Niger, 11, 1.

117 Histoire Auguste, Alexandre Sévère, 51, 5 (trad. C. Bertrand-Dagenbach) : In procinctu atque inexpeditionibus apertis papilionibus prandit atque cenauit, cum militarem cibum cunctis uidentibus atque gandentibus sumeret. Voir aussi 61, 2. Au sujet d’Alexandre Sévère dans l’Histoire Auguste, voir Bertrand-Dagenbach 1990.

118 Histoire Auguste, Les Trente Tyrans, Hérode, 16, 1 : Homo omnium delicatissimus et prorsus Orientalis et Graecae luxuriae, cui erant sigillata tentoria et aurati papiliones et omnia Persica. « C’était le plus raffiné des hommes, avec un goût pour le luxe tout à fait oriental et grec : il avait des tentes ornées de figures, des pavillons dorés et tous les objets précieux des Perses » (trad. F. Paschoud).

119 Isidore de Séville, Étymologies, 15, 10, 3 : Papiliones uocantur a similitudine paruli animalis uolantis, quae maxime abudant florentibus maluis. « Les papiliones sont ainsi nommés d'après leur ressemblance avec les bestioles ailées qui sont si nombreuses quand la mauve est en fleur » (trad. J.-Y. Guillaumin, P. Monat).

120 Lachaud 1999, p. 446-447.

121 Badel 2013, p. 277-279.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan du camp romain dans le cas d’une armée consulaire à deux légions.
Légende Dressé par R. Weil et C. Nicolet d’après Polybe, Histoires, 6.
Crédits D’après Weil R. et Nicolet C., Polybe. Histoires, 6, Paris, 1977.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/4942/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 759k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimitri Maillard, « La tente prétorienne et l’étiquette dans le camp romain sous la République »Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 18 | 2024, mis en ligne le 12 mars 2024, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/mondesanciens/4942 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mondesanciens.4942

Haut de page

Auteur

Dimitri Maillard

Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, ArScAn UMR 7041

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search