Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Se réunir à Saittai, cité de Lydi...

Se réunir à Saittai, cité de Lydie du nord-est

L’apport des inscriptions du stade
Meeting in Saittai, a City in North-Eastern Lydia: The Contribution of Stadium Inscriptions
Marine Mazzei

Résumés

Lieu de réunion à Saittai, le stade a conservé une quarantaine de Toposinschriften. Gravées sur les gradins, elles témoignent de places réservées à différents groupes de spectateurs : membres des tribus civiques, travailleurs du lin, habitants de Satala et de Tamasis. Croisées avec le reste de la documentation épigraphique, ces inscriptions témoignent de l’organisation civique et territoriale, mais également du dynamisme économique de Saittai à l’époque impériale, lié à l’industrie textile. La question des usages du stade est aussi considérée, puisque l’accueil de compétitions athlétiques, et d’autres types de spectacles, invite à envisager la cité comme un petit centre culturel régional. L’étude des Toposinschriften du stade de Saittai permet, in fine, de mieux connaître cette cité moyenne mais également d’apprécier les dynamiques régionales à l’œuvre dans la Lydie du nord-est d’époque impériale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Robert 1989, p. 712.
  • 2 Aphrodisias : Roueché 1993, Welch 1998a ; Magnésie du Méandre : Bingöl 2008 et 2010, Bingöl et Dre (...)
  • 3 Les règles de répartition des places ont été bien examinées, par Kolendo 1981, Small 1987 ou Rawso (...)
  • 4 Le terme allemand Toposinschriften est d’usage commode et permet de désigner ces inscriptions, par (...)

1La période impériale fut celle d’une « explosion agonistique »1. L’expression de Louis Robert est justifiée par la prolifération de nouveaux concours qui entraîna la nécessité pour les cités de construire des édifices capables de les accueillir, à commencer par des stades. Lieux des compétitions athlétiques par excellence, d’abord installés en Grèce à l’époque classique (Olympie, Delphes), ils se répandirent en Asie Mineure dès la période hellénistique (Priène, Milet) mais surtout à partir de la fin du ier siècle apr. J.-C. Si une trentaine de monuments est attestée dans la région, les travaux et recherches de terrain ont assez peu concerné ces édifices, à l’exception notable de ceux d’Aphrodisias et de Magnésie du Méandre2. Les quelques études dédiées montrent que les stades connurent des évolutions architecturales mais également fonctionnelles à l’époque impériale. Les koila (zones de gradins) construits apparaissent ainsi au ier ou au iie siècle, et pouvaient accueillir jusqu’à trente mille spectateurs, à l’instar de celui d’Aphrodisias de Carie. Une frange de la société locale, répartie dans le koilon selon des règles bien précises dont certains textes normatifs de l’Occident romain font l’écho3, se trouvait alors réunie dans les gradins pour assister aux épreuves sportives des concours et autres divertissements. Des inscriptions, gravées directement sur les gradins (Toposinschriften4), rendent parfois compte de l’attribution de places ou de rangées, assignées à des particuliers, à des magistrats de la cité, aux membres de groupes civiques, d’associations professionnelles, religieuses ou de support.

  • 5 Hamilton 1842, p. 143-145.
  • 6 Ptolémée, Géographie, V, 2, 21.

2Parmi les quelques stades micrasiatiques dégagés, on s’intéressera en particulier à celui de Saittai. Les vestiges de l’ancienne ville ont été reconnus à Sidas Kale, dans l’actuelle province de Manisa (district de Demirci). Le site, identifié par William John Hamilton5, se trouve au cœur d’une petite plaine vallonnée, à trois kilomètres au sud d’İcikler, positionné entre deux affluents du Gediz Çay (l’ancien Hermos), le Demirci Çay et l’Ilke Çay (fig. 1). Cette cité peu connue, mais dont on soupçonne une certaine importance à l’échelle régionale, n’apparaît pas dans les écrits des auteurs anciens, à l’exception d’une rapide citation de Ptolémée6. Des fouilles clandestines et plusieurs prospections ont néanmoins permis la découverte d’un matériel épigraphique riche. Malgré la quantité de textes disponibles (environ cinq cents), la cité n’a jamais bénéficié d’une étude d’ensemble. Il faut dire que l’essentiel du corpus est composé d’épitaphes, cette surreprésentation étant due aux nombreux pillages des nécropoles de la ville.

Fig.1 : Carte de la Lydie du nord-est.

Fig.1 : Carte de la Lydie du nord-est.

Réalisation : M. Mazzei.

  • 7 Hamilton 1842, p. 143 ; Herrmann 1962, p. 13.
  • 8 TAM V, 1, 74.
  • 9 Kolb 1990, p. 107.

3Un second secteur de la ville a été bien exploré. Il s’agit du stade, seul monument reconnu à Saittai. Trois descriptions de l’édifice ont été données, la première par W. J. Hamilton. Installé dans le creux d’une colline, l’édifice est inégalement dégagé lors de la visite d’Hamilton au milieu du xixe siècle. La partie nord est entièrement enfouie, tandis que la partie sud est partiellement visible. Hamilton aperçoit de nombreuses rangées de gradins, ainsi qu’un mur enceignant le dromos (la piste), conservé sur environ un mètre vingt de hauteur. Près d’un siècle après cette première description, Peter Herrmann s’arrête à Sidas Kale7. Il voit le stade, dont plusieurs rangées de gradins ont été mises au jour par des fouilleurs clandestins. Il remarque que certains sièges sont inscrits au nom de deux phylai, Asklèpias et Dyonisias8. Plus tard, le dégagement de nouvelles rangées permet à Frank Kolb de faire des lectures inédites, mais également de donner une description circonstanciée de l’édifice. Orienté nord-est/sud-ouest, le monument est en forme de fer à cheval. La piste est flanquée de part et d’autre de gradins et est terminée par une sphendonè (l’extrémité arrondie) sur le côté nord-ouest. Au total, quatorze rangées sont visibles sur chacun des côtés longs du stade, divisées en dix kerkides (portion de gradins entre deux escaliers)9. Ce plan demeure toutefois très imprécis, dans la mesure où une grande partie de l’édifice reste enterrée, notamment la sphendonè, une portion des gradins sud-ouest et de la tribune nord-est.

  • 10 Ibid., p. 109.

4Le stade a conservé quarante et une Toposinschriften datées de la fin du iie siècle ou du début du iiie siècle, d’après la forme des lettres10. Elles rendent compte de différents groupes : les habitants de Satala et de Tamasis, les linourgoi (travailleurs du lin) et les tribus civiques Apollônias, Asklèpias, Dionysias et Hérakleis. Croisées avec le reste de la documentation épigraphique de Saittai, ces inscriptions permettent de réfléchir à l’identité des spectateurs et aux motifs de leur présence dans le stade. Ils convergeaient vers l’édifice pour assister aux compétitions sportives mais également à d’autres types de spectacles, à commencer par les combats de gladiateurs et, peut-être, à des représentations de pantomime. Saittai apparaît dès lors comme une petite capitale culturelle de Lydie du nord-est, accueillant possiblement des visiteurs venus des cités voisines. En outre, la distribution dans l’édifice selon la phylè (tribu civique) d’appartenance, permet de poser la question d’un autre usage au stade, comme lieu de réunion de l’assemblée du peuple. Au-delà des questions relatives aux concours et autres activités dévolues au stade, l’étude des Toposinschriften ajoute à notre connaissance de cette cité moyenne de Lydie du nord-est. Ces inscriptions permettent ainsi de préciser son organisation civique (les tribus) et territoriale (les villages de Satala et de Tamasis). La présence des travailleurs du lin invite à réfléchir aux éventuelles logiques de distributions des spectateurs dans le lieu de réunion. Assis aux premiers rangs, l’association de métier occupait une place importante dans la cité, révélant ainsi le rôle de l’industrie textile dans le dynamisme économique de Saittai à l’époque impériale.

Les fonctions du stade de Saittai à la lumière de l’épigraphie de la cité

  • 11 Gros 1996, p. 360.

5Pour quelles raisons se réunissait-on au stade de Saittai ? Si les fonctions dévolues à ce type d’édifice restent encore ambigües pour l’époque impériale, l’épigraphie de la cité lydienne apporte néanmoins quelques éléments de réponse11.

  • 12 SEG 66, 1296-1297.
  • 13 Malay et Tanrıver 2016, p. 171-184.
  • 14 Si aucun autre agonothète n’apparaît dans l’épigraphie des villages de Lydie du nord-est, des exem (...)
  • 15 SEG 35, 1236.
  • 16 Robert 1960, p. 351.

6Sa première fonction était l’accueil de compétitions athlétiques. Un premier couple d’inscriptions peut être convoqué pour en discuter. Deux agonothètes apparaissent ainsi dans des inscriptions du ier siècle. Thrasôn fils d’Hermippos est ἀγωνοθέτης Τιβερίου Καίσαρος θεοῦ υἱοῦ Σεβαστοῦ, tandis que Sôkratès fils de Diogénès est ἀγωνοθέτης Τιβερίου Κλαυδίου Νέρωνος Γερμανικοῦ Καίσαρος12. La formule utilisée est surprenante. Ils sont agonothètes des empereurs, et non des concours impériaux comme cela devrait être le cas. Ces textes ont été découverts (avec une dizaine d’autres) à Yardere, commune située à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest du site de Saittai (fig. 1). Ils indiquent que le site était occupé par la katoikia des Parloènoi, qui dépendait du territoire de Saittai13. Une double incertitude pèse néanmoins sur ces mentions, à commencer par l’endroit où les agonothètes ont accompli leur fonction. Il est probable que les concours en l’honneur des princes aient été organisés par la cité de Saittai, même si on ne peut pas totalement exclure le fait que la katoikia des Parloènoi puisse en être à l’origine14. En outre, les textes ne permettent pas de dire si des épreuves sportives devant se dérouler au stade avaient lieu lors de ces concours, ni même si le monument les accueillait. La datation des textes, de la première moitié du ier s. apr. J.-C., va par ailleurs à l’encontre de celle supposée des inscriptions du stade (deuxième moitié du iie s.-iiie s. apr. J.-C.). Plus convaincant, l’épitaphe d’un jeune homme de la cité témoigne de ses exploits sportifs. Une association, probablement agonistique, rend les hommages funéraires à l’un des siens en 189 apr. J.-C.15. Marcus, mort à l’âge de vingt ans, s’est illustré dans la pratique d’un sport de combat, le pancrace. Il luttait dans la catégorie des παῖδες πυθικοί, les paidès athlétiques recrutés suivant les règles en vigueur aux Pythia de Delphes16. Si le texte ne précise pas l’origine de Marcus, ni le concours dans lequel il s’est distingué, il faut supposer qu’il s’agissait de concours locaux auxquels ce jeune homme de Saittai a participé. Le pancrace, comme les autres sports de combat (lutte et pugilat), était pratiqué dans le stade.

  • 17 Robert 1940, p. 240 et 267-275 ; Price 1984, p. 89.
  • 18 Welch 1998b, p. 127.
  • 19 TAM V, 1, 138 ; Robert 1940, p. 160, Nr. 134.
  • 20 TAM V, 1, 139 ; Robert 1940, p. 160, Nr. 135.
  • 21 TAM V, 1, 140 ; Robert 1940, p. 161, Nr. 136.
  • 22 TAM V, 1, 606 ; Robert 1940, p. 78-79.
  • 23 Welch 1998b, p. 122-127.
  • 24 Robert 1969, p. 424.

7La documentation archéologique et épigraphique a par ailleurs montré que les stades d’Asie Mineure ont accueilli de nouveaux types de spectacles, venus d’Occident, à partir des ier-iie siècles, en lien avec les honneurs divins rendus aux empereurs17. En effet, et dans un premier temps, les combats de gladiateurs durent être donnés dans ces édifices avant que les théâtres ne soient convertis pour les accueillir, à une période tardive. Ils se produisaient là où les boxeurs, lutteurs et pancratiastes s’offraient en spectacle, dans la sphendonè du stade18. La documentation épigraphique de Saittai a d’ailleurs livré le nom de quatre d’entre eux : Méthysos19, Amphiaros20, Maternos21 et Rhodôn22. Datées du iie et du iiie siècle, les quatre stèles présentent des reliefs figurant un ou plusieurs gladiateurs avec leurs armes. Outre le nom, le texte précise parfois le statut servile, le nombre de victoires ainsi que la brigade d’appartenance du gladiateur. Ces reliefs assurent que des spectacles de cette nature se tenaient à Saittai, au plus tôt au iie siècle. L’arène des stades recevait également des venationes23. Dans le cas de Saittai, aucune inscription ou relief ne suggère explicitement l’utilisation du stade pour ce type de divertissement mais la présence d’un mur de parapet, vu par Hamilton, qui entoure l’arène et protège ainsi les spectateurs des bêtes sautant dans les tribunes, peut le laisser croire24.

  • 25 Bien étudié par Slater 1995 et Strasser 2005.
  • 26 FD III 1,551 ; Strasser 2005, p. 180-181.
  • 27 TAM V, 1, 91 et 92 ; Robert 1963, p. 169.
  • 28 Strasser 2005, p. 188.

8D’autres documents rendent compte du goût pour différents types de spectacles à Saittai. Une inscription témoigne ainsi du passage dans la cité d’un célèbre pantomime de l’époque de Commode, Tiberius Iulius Apolaustos25. Il s’est produit dans une grande partie des poleis de l’Orient romain, comme le suggère un texte de Delphes. Il fait en effet état des très nombreuses distinctions reçues de la part d’une vingtaine de cités26. Saittai se distingue en accordant un double honneur à Apolaustos, puisqu’en plus de lui élever deux statues (ἐν ὅσαις πόλεσιν ἀνδριάντων ἀναστάσεσιν ἐτιμήθη· […] Σέτταις βʹ), elle le nomme membre du conseil de la cité (βουλευτὴν […] Σεπτηνῶν). Ces honneurs ont dû lui être offerts à la suite d’un passage dans la ville, à la fin du iie siècle. La mention de Saittai, citée au milieu de poleis comme Éphèse, Athènes, Pergame, Laodicée ou Milet, a néanmoins de quoi surprendre. Il faut l’associer à deux épitaphes découvertes à İcikler évoquant une association de ποδάριοι que Louis Robert a rapproché des scabillarii latins27. Leur rôle était de rythmer le jeu des pantomimes. Se pose alors la question du lieu dans lequel s’est produit le pantomime. S’il est probable que ce soit au théâtre, aucune trace d’un tel monument n’a encore été constatée à Saittai. La réunion de ces documents a néanmoins fait dire à Jean-Yves Strasser que la ville était « une petite capitale de la pantomime en Anatolie »28.

  • 29 Welch 1998a, p. 547 ; Bingöl 2008, p. 16.
  • 30 Sperti 2000, p. 65-66.

9En lien avec ce que nous avons dit du stade, on peut penser que Saittai était un petit centre culturel qui rayonnait à l’échelle de la Lydie du nord-est, au moins. Cette conclusion laisse supposer que le stade de la cité pouvait accueillir des spectateurs venus des cités voisines (Tabala, Maionia, Silandos) comme c’est le cas à Magnésie du Méandre et à Aphrodisias. Sans les dimensions de l’édifice, il est toutefois difficile d’apprécier l’étendue du stade de Saittai, et encore plus d’envisager le nombre total de spectateurs qui pouvaient y être accueillis. En moyenne et à titre de comparaison, les stades bien fouillés montrent que le nombre de rangées est assez uniforme, entre vingt et trente au total. Ceux d’Aphrodisias ou de Magnésie du Méandre comptaient vingt-six rangées29 ; vingt-deux pour celui de Laodicée du Lykos, mais le chiffre doit être revu à la hausse, les dernières – proches du dromos – n’étant pas complètement dégagées, pour un accueil total de vingt à trente mille spectateurs selon les estimations30. Dans le cas de Saittai, nous savons toutefois que quatorze rangées ont été dégagées, et que d’autres sont encore enterrées. Le nombre total devait ainsi s’approcher de la vingtaine de rangées, comme c’est le cas ailleurs en Asie Mineure, l’édifice pouvant recevoir plusieurs milliers de spectateurs. Ces chiffres n’apparaissent pas comme saugrenus si on les inscrit dans le contexte de vitalité présumée de la vie agonistique et culturelle de Saittai. Dès lors, l’accueil de spectateurs venus d’ailleurs paraît envisageable, même s’il faut noter qu’aucun ethnique de cité voisine n’a été lu parmi les Toposinschriften du stade.

Les Toposinschriften du stade de Saittai

  • 31 Roueché 1993, p. 84-119 ; Bingöl et Dreyer 2014, p. 149-150.

10Pour qui sont réservées les rangées du stade ? Que ce soit au théâtre, au stade ou à l’odéon, les places ne sont pas attribuées au hasard. Des indications, gravées sur les gradins, permettent aux spectateurs de se repérer dans le lieu de spectacle et de s’asseoir à la place qui leur est assignée. Leur présence a été signalée dans un certain nombre d’édifices d’époque impériale, essentiellement en Orient. S’il est rare que ces Toposinschriften aient été lues en grande quantité dans un monument particulier, des exceptions sont néanmoins à noter. Le théâtre, l’odéon et le stade d’Aphrodisias étudiés par Charlotte Roueché, le stade de Magnésie du Méandre analysé par Orhan Bingöl et Boris Dreyer, et celui de Saittai en font partie31.

  • 32 Kolb 1990, p. 109-118.

11Nous reproduisons les Toposinschriften du stade de Saittai dans un tableau schématisant ses tribunes à partir des lectures effectuées par F. Kolb32. On distingue les tribunes nord-est et sud-ouest, divisées chacune en cinq kerkides (notées 1, 2, 3, 4, 5 du nord à l’est et 6, 7, 8, 9 et 10 du sud à l’ouest). Les rangées sont indiquées du bas vers le haut, la rangée « A » correspondant à celle la plus proche du dromos, la rangée « N » étant la plus éloignée.

Gradins nord-est

Kerkis Rangée 1 2 3 4 5
N
M
L Ἀσκληπιάδ[ος] Ταμασα̣ιτηνῶ[ν]
K φ[υ]λῆς [Ἀπ]ο̣[λ]λω̣νιά̣δος φ(υλῆς) Σαταλη̣νῶν
J φυλῆς Ἀπ̣ολλωνιάδος Σαταληνῶ[ν]
I φ[υλῆς [Ἀ]σ[κληπιάδος] ? Σαταλην̣ῶν
H φ(υλῆς) Διονυσιά[δος]
G φυ(λῆς) Ἀσκληπιάδος
F φυ(λῆς) Διονυσιάδος γερου[σίας]
E
D
C [φυλῆς Ἀσκληπιά]δος ?
B Δι̣ονυσιάδος ϹΙ
A

Gradins sud-ouest

Kerkis Rangée 10 9 8 7 6
N
M φ(υλῆς) Ἡρακ(ληίδος) φ(υλῆς) ? ΤΟ ΠΟ Ε ΙΛΟ ΗΗΤ
L [Ἡρ]α[κληί]δ̣[ος] φ(υλῆς) ?
K Ἡρα[κληίδος] φ(υλῆς) Λ̣[- - -]α[ίδ]ο[ς]
J φ(υλῆς) Ἡρα(κληίδος) φ(υλῆς) [- - - ίδ]ο[ς]
I φ(υλῆς) Ἡρα(κληίδος) φ(υλῆς) Λ[- - -]α[- - - ί]δος ΕCΙ
H φ(υλῆς) Ἡρακ(ληίδος) [- - - ]ευαρ δοος ν(εωτέρου) ?
G φυλ(ῆς) β´ [λ]ι̣νου[ργῶν]) ?
F [λινου]ρ{α}γω̣[ν]  νε̣[ωτέρων] ? φ̣(υλῆς) Συν[- - -]ηίδος ? ΟΥΓΟ
E [λινουρ]γω̣ν Λ Υ ΔΗ
D Ψ V ΝΑ O ΝΩΝ
C [λινο]υ[ρ]γῶν Ε
B [λιν]ουργῶν ΝΕΔΕ
A [λ]ινο[υργῶν] ἱερ[έως] / ἱερ[έων]
  • 33 Kolb 1990, p. 109.
  • 34 Bingöl et Dreyer 2014, p. 150-151.

12Dans l’ensemble, les portions pour lesquelles des inscriptions ont été retrouvées sont restreintes. Elles représentent environ 30 % des gradins dégagés. Seules les kerkides 2 à 4 et 6 à 9 ont livré des textes. Cela s’explique d’abord par la mise au jour partielle de l’édifice, les kerkides 1 et 10 demeurant par exemple enterrées. Il faut supposer par ailleurs que certaines rangées ne furent jamais inscrites. F. Kolb indique qu’après les rangs K et J de la kerkis 2, aucune inscription n’a été découverte, malgré le bon état de conservation de la section33. Dans d’autres (kerkides 6 et 7, par exemple), parvient à lire au mieux quelques lettres çà et là. Il faut préciser que des lettres isolées, ou des suites de lettres, étaient destinées à numéroter les rangs dans certains édifices de spectacles34. Dans le cas du stade de Saittai, l’état de conservation rend difficile la perception d’une telle logique. Malgré une préservation inégale, des restitutions de Toposinschriften peuvent être supposées, avec plus ou moins de certitude. Ainsi, la section 3 présente une alternance dans les mentions des phylai Asklèpias (rangées I, G et C) et Dionysias (rangées H, F et B). Les rangées E et D, pour lesquelles aucune inscription n’a été relevée, devaient certainement perpétuer cette alternance. La rangée E était probablement attribuée à la phylè Asklèpias, la suivante à la phylè Dionysias. Toutefois, cette alternance ne semble pas être respectée pour les rangées K et J, le nom de phylè Asklèpias serait alors inscrit coup sur coup, aux rangées L et K et/ou J et I. De la même manière, à la section 9, les linourgoi sont mentionnés aux rangées A-C et E-G. Il est probable que la rangée D leur ait été également réservée. Les membres de la gérousie avaient aussi un rang dédié (kerkis 4, rang F). On peut supposer, au regard du nombre de rangées attribuées aux autres groupes de la cité, que plusieurs rangs leur étaient assignés, peut-être au sein de la même kerkis. On peut aussi penser que seuls les membres les plus importants de la gérousie étaient invités à s’installer à cet emplacement.

  • 35 Kolb 1990, p. 113.
  • 36 Bingöl et Dreyer 2014, p. 149. Cette fonction est attestée à Saittai au iiie siècle. Le nom d’Aure (...)
  • 37 Zimmermann 2007, p. 1523.

13Au total, les Toposinschriften du stade de Saittai rendent compte de cinq types de groupes. Dans de rares cas, des rangs sont réservés à des officiels de la cité. À la première rangée (A) de la kerkis 6, F. Kolb a lu la combinaison de lettres ΙΕΡ, qu’il propose de développer en ἱερ[έως], le siège serait attribué à un prêtre ou en ἱερ[έων] et la rangée serait alors assignée à plusieurs prêtres35. Des parallèles existent, notamment au stade de Magnésie du Méandre où les prêtres du culte impérial bénéficient de sièges honorifiques au stade 36. Les membres de la gérousie (kerkis 4, rang F), organe exclusif dont les membres pouvaient jouer un rôle politique et religieux dans la cité, avaient également des places réservées37.

  • 38 TAM V, 1, 156 ; SEG 40, 1104.

14La kerkis 4 fait état de deux ethniques au génitif pluriel, les Ταμασαιτηνῶν au rang L et les Σαταληνῶν aux rangées K, J et I. Il faut rapprocher ces mentions de celles de Satala et Tamasis, qui apparaissent à plusieurs reprises dans la documentation épigraphique. Οἱ ἐν Ταμάσει κάτοικοι, « les habitants de Tamasis », rendent hommage à Mètrobios fils de Mènophanès en 65 av. J.-C., tandis qu’en 161 apr. J.-C. l’épitaphe de Philoxénos prévient les passants τῶν ἐν Ταμάσει θεῶν κ̣[ε]χολωμένων τύχοιτο, « qu’ils encourent la colère des dieux de Tamasis » en cas de profanation de la tombe38. Le site de Tamasis a été localisé à Selmanhacılar, à une dizaine de kilomètres à l’est de Saittai ; celui de Satala à Adala, situé à une vingtaine kilomètres au sud-ouest (fig. 1). Toutefois, c’est à Laodicée du Lykos qu’une stèle mentionnant un citoyen de Satala a été découverte. Les hommages funèbres sont en effet rendus à Lucius Arius Flavianus, Σαταλεύς, par son ami Iulius Eutropos, au iie s. apr. J.-C. (I.Laodikeia, 90).

  • 39 Voir la liste dressée par Kunnert 2012, p. 254-256.
  • 40 Voir le catalogue constitué par Hochard 2020, p. 329-353.
  • 41 Kolb 1990, p. 114.
  • 42 Kunnert 2012, p. 131 ; Dedeoğlu et Malay 1991, p. 114.
  • 43 Leschhorn 1993, p. 318-321.
  • 44 Mitchell 1995, p. 202 ; Debord 1985, p. 350.

15Les noms de quatre tribus civiques apparaissent aux kerkides 2, 3 et 9, les phylai Apollônias, Asklèpias, Dionysias et Hérakleis. À la section 9 il semble que les membres de cette dernière partagent les rangs avec ceux d’une autre tribu dont le nom échappe à la lecture (K : φ(υλῆ) Λ̣[- -]α[ίδ]ο[ς] ; I : φ(υλῆς) Λ[- -]α[- ί]δος). Elles ont été nommées d’après des divinités fréquemment convoquées pour désigner des phylai dans l’Orient romain39. Ces quatre divinités étaient honorées à Saittai. Elles figurent ainsi sur plusieurs types de revers, dans une moindre mesure de droit40. Le dieu principal de la cité, Mèn Axiottènos, ne semble pas avoir eu de tribu à son nom. Des rangs lui étaient peut-être réservés dans une section non conservée du stade. Au rang F de la kerkis 7, F Kolb lit φ̣(υλῆς) Συν[- - -]ηίδος41. Ursula Kunnert, à la suite d’un parallèle effectué par Hasan Dedeoğlu et Hasan Malay pour la cité de Sardes, suggère d’y voir une phylè nommée d’après Sylla, φ(υλῆς) Συλ[λ]ηΐδος42. Le choix de désigner une tribu d’après le général romain serait lié à l’empreinte qu’il a laissée dans la province d’Asie. Si Saittai utilise bien l’ère syllanienne pour la datation des inscriptions comme l’a montré Wolfgang Leschhorn, rien ne permet d’assurer cette interprétation43. À l’inverse, Stephen Mitchell a pensé à une φυλὴ Συναίδος, indiquant une connexion avec la cité mysienne de Synaos, située de l’autre côté du Temnos. La documentation, en partie analysée par Pierre Debord, suggère bien des liens entre les poleis des deux versants de la montagne44.

  • 45 Sur les associations dans l’Orient d’époque impériale voir van Nijf 1997, Dittmann-Schöne 2001, Zi (...)
  • 46 Labarre et Le Dinahet 1996, p. 87-92.
  • 47 Kunnert 2012, p. 30.
  • 48 Si cette subdivision ne connaît pas d’autres attestations à Saittai, des groupes de jeunes hommes (...)

16Enfin, les premiers rangs de la section 9 accueillent les travailleurs du lin. Ils sont mentionnés à dix-sept autres reprises dans l’épigraphie de la cité. Dans tous les cas, il s’agit d’épitaphes, où ils apparaissent à l’origine d’hommages funèbres rendus à l’un des leurs45. L’examen des pierres montre qu’il s’agit d’hommes libres dans la plupart des cas, qu’ils portent un patronyme ou les marqueurs de la citoyenneté romaine après 21246. Au rang G, le terme linourgoi est précédé d’un β. L’insertion de cette lettre a pu être interprétée de deux façons. Le bêta pourrait prendre le sens de δευτέρας, « deuxième », indiquant ainsi l’existence d’une deuxième association des linourgoi, mais il s’agirait de sa seule attestation. Une autre hypothèse suggère un ajout postérieur, le siège ayant pu être attribué à une nouvelle tribu47. Au rang F, F. Kolb lit deux lettres, ΝΕ, après la mention des linourgoi, qu’il comprend comme le début du mot νε̣[ωτέρων]. Il y aurait ainsi, au sein de la tribu des travailleurs du lin, une communauté de jeunes hommes à qui un rang serait réservé48.

17Il est intéressant de noter qu’aucun nom de particulier ne figure parmi les Toposinschriften conservées, qu’aucune trace de siège réservé à des magistrats de la cité n’a été décelée, alors qu’on les trouve à Magnésie du Méandre ou à Aphrodisias. Faut-il penser que des places étaient attribuées aux personnages éminents de la cité dans la sphendonè comme à Magnésie du Méandre ou, à l’inverse, au centre des longs côtés (kerkis 8) comme à Aphrodisias, où se trouvaient les sections les plus prestigieuses du stade ? L’état de conservation du monument ne permet pas de le dire.

  • 49 Kolb 1990, p. 108-109.
  • 50 En particulier, TAM V, 1, 82, 116, 175, 178, 214, 478 et 511.
  • 51 SEG 31, 1026 ; SEG 55, 1299.
  • 52 TAM V, 1, 185 ; SEG 29, 1198 ; SEG 48, 1462 ; SEG 49, 1663 et 1664.
  • 53 SEG 29, 1191.
  • 54 SEG 48, 1064.
  • 55 SEG 29, 1184 et TAM V, 1, 186.
  • 56 SEG 33, 1017.
  • 57 SEG 29, 1182, TAM V, 1, 79 ; 80 ; 81 ; 146.
  • 58 Roueché 1993, p. 120.
  • 59 Kolb 1990, p. 108-109.
  • 60 Ibid., p. 118.
  • 61 Kolendo 1981, p. 314-315 pour des parallèles.
  • 62 Roueché 1993, p. 120.

18F. Kolb a avancé une datation de la deuxième moitié du iie ou du début du iiie siècle pour la gravure des gradins du stade de Saittai49. Cette proposition repose avant tout sur des critères internes. Certaines lettres affichent des particularités comme la haste brisée du Α, la barre haute du Π dépassant des deux côtés et les deux verticales de même longueur, la barre verticale du Φ débordant au-dessus et au-dessous de la lettre. Il remarque qu’elles présentent souvent des apices et, pour certains mots, des ligatures. Cette datation a été obtenue en confondant ces particularités avec d’autres lues dans les inscriptions de la fin du iie-début du iiie siècle50. En nous penchant sur d’autres textes, une brève vérification a permis de voir que ces caractéristiques se trouvent également dans des inscriptions du ier siècle, à l’exception des ligatures. D’autres éléments permettent néanmoins d’aller dans le sens de F. Kolb. Les linourgoi, membres d’une association professionnelle pour laquelle plusieurs rangées sont réservées dans la section 9, sont mentionnés par ailleurs dans la documentation de Saittai, dans dix-sept épitaphes. La plus ancienne est datée de 163 et la plus récente de 19651. Très active pendant ces trente-trois ans, l’association aurait pu se voir accorder des rangées au stade de la ville à la même époque. Sans toutefois que cela ne constitue un argument décisif, une série d’autres indices tend à montrer la prospérité que Saittai connaît au tournant des iie-iiie siècles. Le monnayage, qui apparaît à l’époque d’Hadrien, s’intensifie sous ses successeurs antonins et sévères, confirmant un certain essor économique. Il doit être mis en lien avec une série de trente-et-une épitaphes témoignant de l’existence d’une industrie textile et du cuir particulièrement florissante, puisqu’outre les associations des travailleurs du lin, ceux de la laine52, du feutre53, de l’étoupe54, les cardeurs55, les tisserands56 et les cordonniers57 se manifestent dans la documentation. Ces épitaphes ont toutes été inscrites entre le milieu du iie siècle et le début du iiie siècle, la plus ancienne datant de l’année 146, la plus récente de 224. Si nous admettons la possibilité que les Toposinschriften aient été gravées entre la seconde moitié du iie et le début du iiie siècle, sans toutefois pouvoir certifier que la construction du stade ait été concomitante, nous ne pouvons pas affirmer qu’elles l’ont toutes été au même moment. Dans le cas du théâtre d’Aphrodisias, C. Roueché a par exemple montré que des textes étaient venus en recouvrir d’autres58. Les descriptions faites par F. Kolb suggèrent dans l’ensemble qu’elles ont été incisées au même moment, et qu’il n’y a pas eu de superposition d’inscriptions59. Deux cas douteux sont néanmoins indiqués par F. Kolb, et concernent les rangs F et G de la kerkis 9 puisque, pour expliquer l’ajout d’un β (φυλ(ῆς) β´ [λ]ινου[ργῶν]) ainsi que d’un α entre le ρ et le γ et de la ligature NE (λινου]ρ{α}γω̣[ν] νε̣(ωτέρων) avec la mention des linourgoi, il évoque la possibilité d’une gravure antérieure qui aurait ensuite été recouverte60. Pour le reste, la simultanéité de la gravure laisse croire à une décision officielle prise par un des organes dirigeants de la cité qui précéda la mise en application61. À Aphrodisias, Roueché semble penser que les gradins incisés de noms de groupes le furent à la suite d’une décision publique, mais que la question se pose quant aux sièges gravés de noms individuels, qui furent recouverts à plusieurs reprises d’autres noms62.

Identité et statut des groupes siégeant au stade

  • 63 À ce titre, Jerzy Kolendo (1981, p. 315) précise qu’être membre d’une corporation était souvent l’ (...)
  • 64 Kunnert 2012.

19Au-delà des questions relatives aux concours et aux autres activités dévolues au stade de Saittai, l’étude des Toposinschriften permet de préciser nos connaissances concernant cette cité moyenne de Lydie du nord-est à l’époque impériale. Si la gratification de rangées aux tribus civiques ou aux linourgoi n’a rien d’étonnant dans la mesure où d’autres édifices de spectacle du monde romain rendent compte de l’attribution de rangs à des phylai ou à des associations de métier63, il faut revenir sur l’identité et le statut des différents groupes auxquels des rangs sont réservés. Les lectures des inscriptions du stade effectuées par F. Kolb laissent penser qu’il s’agit dans tous les cas de tribus, de fractions du corps civique de Saittai. Les études ont en effet montré la présence généralisée des phylai dans le monde hellénophone à l’époque impériale, qui portent généralement le nom de divinités honorées dans les cités64. Il faut dès lors essayer d’interpréter cette appellation dans le cas des habitants de Satala, de Tamasis et des linourgoi.

  • 65 Bingöl et Dreyer 2014, p. 149 ; IAphr2007 10, 4 et 10, 29.
  • 66 TAM V, 1, 156. Sur ces termes, voir les précisions de Christof Schuler (1998, p. 17-55), et notamm (...)
  • 67 Robert 1962, p. 93.
  • 68 I.Laodikeia, 90. Par exemple MAMA V, R14 (territoire de Nacoleia en Phrygie, époque impériale) : M (...)
  • 69 TAM V, 1, 604 ; Robert 1984, p. 485.
  • 70 Kolb 1990, p. 111-112.
  • 71 Debord 1985, p. 352-353.
  • 72 I.Ephesos, 13.
  • 73 Hochard 2020.
  • 74 Kolb 1990, p. 111.
  • 75 Kolb 2012, p. 217-219.
  • 76 Robert 1962, p. 280-281 ; TAM V, 1, 156.

20De façon certaine, les inscriptions du stade témoignent, au minimum, de quatre phylai aux sections 2, 3, 9. Si une réponse définitive sur le nombre de tribus que Saittai comptait à l’époque impériale ne peut pas être apportée, la question de l’intégration de deux autres groupes aux phylai de la cité peut être posée à partir des lectures de F. Kolb. Une rangée est ainsi attribuée aux habitants de Tamasis, trois à ceux de Satala. Leur présence au stade rend compte des relations entretenues avec la cité de Saittai. Elle permet également de réfléchir au statut des habitants de Tamasis et de Satala. Il est courant que des représentants d’autres cités soient invités à assister aux festivités. Les Smyrniens disposent de quatre rangées au stade de Magnésie du Méandre tandis que celui d’Aphrodisias prévoit des places pour ceux de la petite cité Mastaura, mais également d’Antioche du Méandre65. Ces dispositions témoignent de l’importance d’accueillir des délégations étrangères aux fêtes de la cité. Dans le cas de Tamasis et de Satala, l’interprétation est plus difficile. Depuis la découverte de l’inscription désignant oἱ ἐν Ταμάσει κάτοικοι, « les habitants de Tamasis », datée de 65 av. J.-C., il a été admis qu’il s’agissait d’une des katoikiai dépendant du territoire de Saittai66. Longtemps considérée comme une kômè, la cité de Satala a vu son statut remis en cause par L. Robert, convaincu qu’elle était une cité indépendante à l’époque romaine67. L’absence de la mention du statut de la communauté (kômè, katoikia, etc.) dans l’épitaphe du Σαταλεύς Arius Flavianus constitue un premier argument pour l’épigraphiste, même si des contre-exemples montrent l’usage de l’ethnique au nominatif singulier pour indiquer l’origine d’une personne provenant d’une katoikia ou d’une kômè68. Les hommages funèbres rendus à Apellas fils d’Apollônidos par le δῆμος dans une inscription découverte dans les ruines de Satala confortent son interprétation, alors que, dans le même temps, l’épigraphiste affirme que « le mot τὸν δήμον […] est tout à fait insuffisant pour attester le statut d’une ville ; il peut s'appliquer à toute agglomération même dépendant d’une ville »69. Cette vision est remise en cause par la découverte de l’ethnique des habitants de Satala, gravé sur les gradins du stade. Elle incite F. Kolb à penser qu’il s’agit bien d’une kômè dépendant du territoire de Saittai70. La logique de répartition dans le stade de Saittai, par kerkis, nous fait dire que la section 4 devait accueillir des groupes de même nature. Nous présumons que le statut de Satala et de Tamasis devait être le même, et de fait, les délégués envoyés par les deux communautés étaient placés au même endroit. Cette première remarque permettrait d’aller dans le sens de F. Kolb, Tamasis étant définie comme une katoikia dans l’inscription de 65 av. J.-C. Précisons néanmoins que son statut aurait pu changer, la région de Lydie du nord-est éprouvant d’importantes réorganisations au cours du ier s. apr. J.-C.71. Par ailleurs, aucun indice ne permet de soutenir l’idée que Satala ou Tamasis avaient le statut de cité. Ainsi, les deux localités ne sont pas mentionnées parmi les cités du conventus de Sardes dans une inscription d’Éphèse datée de l’époque flavienne72. Par ailleurs, il n’y a aucune trace d’émission monétaire de Satala ou Tamasis, à l’inverse de leurs voisines émettant pendant presque tout le Haut-Empire73. Pour F. Kolb, un autre élément permet d’assurer définitivement la dépendance de Satala à Saittai. À la rangée K, il lit la lettre Φ avant l’ethnique et propose de restituer φ(υλῆς) Σαταλη̣νῶν74. Il y voit la permission de la reproduire devant chaque mention des Σαταληνῶν et des Ταμασαιτηνῶν, assurant ainsi qu’il existait des tribus portant l’ethnique de kômai ou katoikiai dépendant de la cité de Saittai. À l’inverse, on pourrait y voir une faute de lapicide, qui, après avoir gravé cette lettre à une reprise, constate son erreur et ne la reproduit plus. Kunnert a néanmoins montré que les citoyens continuent, à l’époque impériale, à être versés dans les tribus en fonction de leur lieu d’habitation et que les habitants des villages dépendant d’une cité étaient aussi inscrits dans une tribu rurale75. Dès lors, il semble que Satala et Tamasis doivent être comptées parmi les katoikiai dépendant du territoire de Saittai. Ainsi, les Toposinchriften du stade permettent également de préciser l’organisation territoriale de la cité à l’époque impériale. Les ruines de Satala ont été reconnues à Adala par L. Robert, localité située à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest, tandis que Tamasis doit être localisée dans les environs de Selmanhacılar, à une dizaine de kilomètres à l’est du site de Saittai, où une inscription mentionnant la katoikia a été découverte76. Si le Mont Temnos (aujourd’hui le Simav Dağları) marque la limite septentrionale et les rives de l’Hermos la frontière méridionale, la clarification du statut de Satala et de Tamasis, katoikiai de Saittai, aide à dessiner les confins occidental et oriental du territoire (fig. 1). Il apparaît que Saittai disposait d’un territoire civique très étendu, bien plus vaste que ceux des autres cités de la Lydie du nord-est.

  • 77 Kolb 1990, p. 115.
  • 78 Kunnert 2012, p. 19-38.
  • 79 Dittmann-Schöne 2001, p. 203.
  • 80 Van Nijf 1998, p. 183-185.
  • 81 Kolb 1990, p. 118.
  • 82 Labarre et Le Dinahet 1996, p. 87-92.
  • 83 Kunnert 2012, p. 279-289.
  • 84 SEG 57, 1208.
  • 85 TAM V, 3, 1491 ; TAM V, 3, 1490.

21Comme dans le cas de Satala et de Tamasis, F. Kolb propose de développer l’inscription de la kerkis 9, rangée G de la façon suivante : φυλ(ῆς) β´ [λ]ινου[ργῶν]77. Les interprétations divergent fortement quant à l’association du terme phylè aux linourgoi, en raison de la polysémie du premier terme qui peut, selon les contextes, désigner des peuplades, des groupes sociaux ou des associations privées, à l’instar d’associations de métier78. Dans le cas de Saittai, il s’agirait d’un titre offert aux linourgoi, accepté comme une forme de reconnaissance publique79. Onno van Nijf, au contraire, suggère de voir derrière cette dénomination un indice de la participation politique de ces associations de métier à la vie publique de la cité80. F. Kolb va encore plus loin et pense y déceler la mention d’une tribu civique nommée d’après l’association des travailleurs du lin81. Des arguments peuvent soutenir l’une ou l’autre hypothèse. Le corpus de Saittai indique qu’ils sont mentionnés en tant que συνεργασία, ὁμότεχνον ou πλατεῖα82. Dans ce contexte, φύλη ne serait qu’une appellation de plus désignant l’association. Par ailleurs, la documentation de la cité ne montre jamais cette phylè des linourgoi agir selon les pratiques fréquemment attestées des tribus civiques à l’époque impériale83. En effet, les autres attestations montrent les linourgoi en pourvoyeurs d’hommages funèbres. Ils n’apparaissent jamais à l’origine d’honneurs offerts à un notable, à l’exemple de la phylè Apollônias de Saittai qui élève une statue à personnage important de la cité84. Des parallèles existent néanmoins : dans la cité voisine de Philadelphie, une « tribu sacrée des cordonniers » (ἡ ἱερὰ φυλὴ τῶν σκυτέων) rend les hommages Flavius Aurelius Héphaistiôn Paitianos conformément à une résolution prise par le Conseil et le Peuple de la cité au iiie siècle, alors qu’à la même époque « la tribu sacrée des travailleurs de la laine » (ἡ ἱερὰ φυλὴ τῶν ἐριουργῶν) élève une statue pour l’archiereurs Aurelius Hermippos en raison de sa générosité envers la cité85. Outre le fait que les lainiers et les cordonniers agissent comme les membres d’une tribu civique, ces textes attestent l’organisation en phylè de ces métiers. La fin du second texte semble par ailleurs indiquer qu’elles sont à compter parmi les sept tribus civiques de Philadelphie. En effet, le document rend compte de sommes d’argent versées par le bienfaiteur à diverses institutions, parmi lesquelles la boulè, la gérousie mais également « aux sept tribus qui ont élevé les statues » (φυλαῖς ἑπτὰ ταῖς ἑστακύαις τοὺς ἀνδριάντας). L’inscription étant inscrite sur une base de statue, on ne peut douter du fait que la tribu sacrée des travailleurs de la laine est à considérer comme l’une de ces sept tribus. Ajoutons que, dans le cas de Saittai, les linourgoi apparaissent aux côtés des autres tribus civiques dans le stade.

  • 86 Bingöl et Dreyer 2014, p. 149-150.
  • 87 Ritti 1985, p. 118-122.
  • 88 Kunnert 2012, p. 29-35.

22Les Toposinchriften relevées par F. Kolb montrent en effet une forme d’organisation globale reposant sur les kerkides, puisque les places sont toujours assignées aux différents groupes au sein d’une même section. Ce n’est pas toujours le cas, à l’exemple du stade de Magnésie du Méandre. Des logiques d’attribution par rangée sont décelables, la famille d’un certain Claudius Marcellus étant placée aux rangs 24, 25 et 26 des kerkides 9, 10, 11 et 1286. Les logiques internes sont en revanche plus difficiles à percevoir. Les modalités de l’attribution d’une kerkis à une ou plusieurs tribus demeurent mystérieuses. La section 3, répartie entre les membres de la tribu Asklèpias et ceux de la tribu Dionysias, alterne les rangs assignés à l’une et l’autre tribu alors que, dans la section 9, attribuée aux tribus Héraklès et L[- - -], les mêmes rangs sont partagées par les deux phylai. Comment décidait-on des sections ou des portions de sections attribuées à tel ou tel groupe ? Le tirage au sort est une éventualité à prendre en compte. Une hiérarchie, au sein des tribus civiques, peut également être envisagée à partir de la mention au rang G de la kerkis 9 (φυλ(ῆς) β´ [λ]ινου[ργῶν]). L’ajout du β´ a été interprété comme l’existence d’une deuxième association ou d’une inscription postérieure. Une autre explication est envisageable. Il existe des exemples de tribus qui insistent sur leur qualité de « première », comme la tribu Apollônias à Hiérapolis, qui se désigne comme πρώτη. Elle se voit d’ailleurs offrir les meilleurs sièges, ceux de la kerkis centrale du théâtre de la cité87. Par analogie, on peut aussi penser que φυλ(ῆς) β´ fait référence à la deuxième des tribus civiques de Saittai, celle des linourgoi. Cette position hiérarchique pourrait se traduire par sa place privilégiée, proche de la piste et visible de tous. Qu’une des tribus civiques ait été nommée d’après les linourgoi de la cité ou que ceux-ci siègent aux côtés des tribus civiques, entraînant ainsi une concurrence entre les deux systèmes de répartition de la population au stade comme le pense Kunnert, leur présence au stade suggère leur importance dans la société88. La prospérité de l’industrie textile de la cité à l’époque impériale l’explique certainement. La position de Saittai, au contact des sols limoneux des vallées de l’Hermos, est particulièrement favorable à la culture du lin. Si une partie de la production devait être destinée au marché local, la documentation suggère que Saittai était un petit centre régional de production textile et devait écouler les marchandises dans les grandes (Sardes, Philadelphie de Lydie) et moyennes (Silandos, Iulia Gordos) cités voisines.

  • 89 Ces aspects sont bien étudiés pour l’époque impériale, en premier lieu par F. Kolb (1999) pour le (...)
  • 90 Comme au stade de Saittai, les inscriptions de l’odéon de Gerasa rendent compte de sièges réservés (...)
  • 91 Fernoux 2011, p. 102. Roueché 1993, p. 99-117.
  • 92 IAph 2007, 10.27. Roueché 1993, p. 121-122.
  • 93 Fernoux 2011, p. 129-137.

23Ainsi, les Toposinchriften rappellent la place de chacun, aux côtés des membres de sa phylè. Cette logique de répartition, suivant les tribus civiques, permet dès lors de supposer une autre fonction au stade. Des documents, essentiellement littéraires et épigraphiques, montrent que les théâtres jouaient le rôle de lieu de rassemblement pour la communauté des citoyens et accueillaient les réunions de l’Assemblée89. Si elles ne disent souvent rien des modalités de ces réunions, les Toposinschriften des théâtres d’Éphèse, de Hiérapolis de Phrygie ou de Cibyra, mais également celles de l’odéon de Gerasa, rendent compte de la répartition du dèmos dans l’espace des gradins, trahissant la distribution des citoyens en fonction de la tribu d’appartenance lors des réunions de l’assemblée du peuple90. À l’inverse, d’autres théâtres témoignent de logiques de répartition des individus différentes, les gradins étant inscrits aux noms de particuliers ou de groupes à caractère socio-professionnel. Elles suggèrent que les réservations de ces places étaient effectuées dans un autre cadre, celui des représentations théâtrales et autres cérémonies. Henri-Louis Fernoux le montre pour Milet par exemple, mais le cas d’Aphrodisias, dont les Toposinschriften du théâtre sont étudiées par C. Roueché, peut également être évoqué91. Les inscriptions topiques de Saittai permettent-elle de supposer une fonction de réunion de l’assemblée au stade de la ville ? La question peut surprendre dans la mesure où la documentation rassemblée pour ce type d’édifice ne rend jamais directement compte de ce type de réunions dans les stades. Elle peut néanmoins se poser dans la mesure où celui de Saittai apparaît comme une exception, les mentions de rangées réservées pour les tribus civiques étant très rarement attestées dans les stades. À Aphrodisias, une section du monument fait apparaître τόπος φυλῶν Ἀφροδ̣εισι[έ]ων, « la place des tribus des Aphrodisiens », difficile d’interprétation, même si nous savons que les phylai existèrent pendant la période impériale dans la cité carienne92. À Magnésie du Méandre aucune phylè n’est en revanche mentionnée. Par ailleurs, aucun autre édifice ayant pu accueillir les réunions de l’Assemblée, comme le théâtre de la ville, n’a été retrouvé à Saittai. Si l’argument a silentio ne peut être tenu pour décisif, les Toposinschriften au nom des tribus de la cité ne permettent pas d’exclure définitivement la tenue des réunions de l’assemblée au stade. Cet usage devait toutefois être très ponctuel, en raison de la configuration du monument, rendant difficile la participation effective à la réunion, encore dynamique à cette époque, avec des prises de parole, des échanges et des votes93.

24Mal connue, l’histoire de Saittai à l’époque impériale se dévoile ainsi par touches. Si les inscriptions officielles de la cité n’ont pas été découvertes, le centre urbain n’ayant pas connu de fouilles archéologiques, les Toposinschriften du stade permettent toutefois de préciser nos connaissances de cette polis grecque de Lydie, de son organisation civique et territoriale. Leur étude permet également de rendre compte des dynamiques régionales à l’œuvre dans la Lydie du nord-est d’époque impériale, Saittai apparaissant comme un petit centre culturel et un centre régional de production textile. On a l’espoir que de nouvelles fouilles du stade de la cité, notamment de la sphendonè, permette la découverte d’autres Toposinschriften, dont l’analyse pourra encore éclairer la Saittai impériale.

Haut de page

Bibliographie

Agusta-Boularot S., Mujjali A. et Seigne J., (2004), « La vie civique de Gerasa de la décapole. L’apport des inscriptions du “théâtre” nord de Jerash (Jordanie) », MEFRA 116, p. 481-569.

Bingöl O. (2008), « Das Stadion von Magnesia am Mäander », dans Börm  H., Ehrhardt H. et Wiesehöfer J. éd., Monumentum et instrumentum inscriptum : beschriftete Objekte aus Kaiserzeit und Spätantike als historische Zeugnisse : Festschrift für Peter Weiß zum 65. Geburtstag, Stuttgart, p. 21-30.

Bingöl O. (2010), « Das Bildrepertoire der Podiumreliefs des Stadion von Magnesia am Mäander », dans Weiß C. et Simon E. éd., Folia in memoriam Ruth Lindner collecta, Dettelbach, p. 178-185.

Bingöl O. et Dreyer B. (2014), « Archäologische Untersuchungen am Stadion von Magnesia am Mäander (2009-2012) », dans Dreyer B. éd., Die Surveys im Hermos- und Kaystrostal und die Grabungen an den Thermen von Metropolis sowie am Stadion von Magnesia am Mäander (Ionien), Münster, p. 145-162.

Debord P. (1985), « La Lydie du nord-est », REA 87, p. 345‑358.

Dedeoğlu H. et Malay H. (1991), « Some Inscribed Cinerary », dans Malay H. éd., Erol Atalay memorial (Arkeoloji Dergisi, özel Sayi I, Ege Üniversitesi Edebiyat Fakültesi Yayinlari), Izmir, p. 113-120.

Dittmann-Schöne I. (2001), Die Berufsvereine in den Städten des kaiserzeitlichen Kleinasiens, Ratisbonne.

Fernoux H.-L. (2011), Le Demos et la cité. Communautés et assemblées populaires en Asie Mineure à l’époque impériale, Rennes.

Frija G. (2010), Prosopographie des prêtres du culte impérial dans les cités de la province romaine d’Asie, Rennes ; base de de données : http://pretres-civiques.org.

Gros P. (2002), L'architecture romaine : du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire I, Paris.

Hamilton W. J. (1842), Researches in Asia Minor, Pontus and Armenia II, Londres.

Herrmann P. (1962), Ergebnisse einer Reise in Nordostlydien, Vienne.

Hochard P.-O. (2020), Lydie, terre d'empire(s) : étude de numismatique et d'histoire, 228 a.C.-268 p.C., Bordeaux.

Kolb F. (1990), « Sitzstufeninschriften aus dem Stadion von Saittai (Lydien) », EA 15, p. 107-126.

Kolb F. (1999), « Die Sitzordnung von Volksversammlung und Theaterpublikum im kaiserzeitlichen Ephesos », dans Friesinger H. et Krinzinger F. éd., 100 Jahre Österreichische Forschungen in Ephesos, Vienne, p. 101-105.

Kolendo J. (1981), « La répartition des places aux spectacles et la stratification sociale dans l’Empire romain », Ktema 6, p. 301-315.

Kunnert U. (2012), Bürger unter sich: Phylen in den Städten des kaiserzeilichen Ostens, Bâle.

Labarre G. et Le Dinahet M.-T. (1996), « Les métiers du textile en Asie Mineure de l’époque hellénistique à l’époque impériale », dans Aspects de l’artisanat du textile dans le monde méditerranéen, Lyon, p. 52-114.

Leschhorn W. (1993), Antike Ären (Historia 81), Stuttgart.

Malay H. et Tanriver C. (2016), « The Cult of Apollo Syrmaios and the Village of Parloai near Saittai, North-Eastern Lydia », dans Paz de Hoz M. et al. éd., Between Tarhuntas and Zeus Polieus: Cultural Crossroads in the Temples and Cults of Graeco-Roman Anatolia, Louvain, p. 176-183.

Mitchell S. (1995), Anatolia: Land, Men, and Gods in Asia Minor I, Oxford.

Pont A.-V. (2010), Orner la cité. Enjeux culturels et politiques du paysage urbain dans l’Asie gréco-romaine, Bordeaux.

Price S. (1984), Rituals and Power: The Roman imperial cult in Asia Minor, Cambridge.

Rawson E. (1991), « Discrimina ordinum: The Lex Julia Theatralis », PBSR 55, p. 83-114.

Ritti T. (1985), Hierapolis : scavi e ricerche. Fonti letterarie ed epigrafiche, Rome.

Robert L. (1940), Les gladiateurs dans l’Orient grec, Paris.

Robert L. (1960), Hellenica XI-XII, Paris.

Robert L. (1962), Villes d’Asie Mineure, Paris.

Robert L. (1989), Opera minora selecta VI, Amsterdam.

Robert J. et L. (1963), « Bulletin épigraphique », REG 76, p. 121-192.

Roueché C. (1993), Performers and Partisans at Aphrodisias in the Roman and Late Roman Periods, Londres.

Saliou C. (2017), « Toposinschriften. Écriture et usages de l'espace urbain », ZPE 202, p. 125-154.

Schuler C. (1998), Ländliche Siedlungen und Gemeinden im hellenistischen und römischen Kleinasien, Munich.

Slater W. J. (1955), « The Pantomime Tiberius Iulius Apolaustus », GRBS 36, p. 263-293.

Small D. B. (1987), « Social Correlations to the Greek Cavea in the Roman Period », dans Macready S. et Thompson F. H. éd., Roman Architecture in the Greek World, Londres, p. 85-93.

Strasser J.-Y. (2005), « Inscriptions grecques et latines en l’honneur de pantomimes », Tyche 19, p. 177-188.

Sperti L. (2000), « Ricognizione archeologica a Laodicea di Frigia : 1993-1998 », dans Traversari G. éd., Laodicea di Frigia, Rome, p. 29-103.

van Nijf O.M. (1997), The Civic World of Professional Associations in the Roman East, Leyde, 1997.

Welch K. (1998a), « The Stadium at Aphrodisias », AJA 102-3, p. 547-569.

Welch K. (1998b), « Greek Stadia and Roman spectacles: Asia, Athens, and the Tomb of Herodes Atticus », JRA 11, p. 117-145.

Zimmermann C. (2002), Handwerkervereine im griechischen Osten des Imperium Romanum, Mayence.

Zimmermann K. (2007), « Les origines de la gérousie de l´époque impériale », dans Mayer M. et al. éd., XII Congressus internationalis epigraphiae graecae et latinae, Barcelone, p. 1523-1528.

Haut de page

Notes

1 Robert 1989, p. 712.

2 Aphrodisias : Roueché 1993, Welch 1998a ; Magnésie du Méandre : Bingöl 2008 et 2010, Bingöl et Dreyer 2014.

3 Les règles de répartition des places ont été bien examinées, par Kolendo 1981, Small 1987 ou Rawson 1991.

4 Le terme allemand Toposinschriften est d’usage commode et permet de désigner ces inscriptions, parfois de simples graffitis, qui rendent compte de la réservation d’un « espace susceptible d’être occupé physiquement par un individu ou un groupe » (Saliou 2017, p. 139).

5 Hamilton 1842, p. 143-145.

6 Ptolémée, Géographie, V, 2, 21.

7 Hamilton 1842, p. 143 ; Herrmann 1962, p. 13.

8 TAM V, 1, 74.

9 Kolb 1990, p. 107.

10 Ibid., p. 109.

11 Gros 1996, p. 360.

12 SEG 66, 1296-1297.

13 Malay et Tanrıver 2016, p. 171-184.

14 Si aucun autre agonothète n’apparaît dans l’épigraphie des villages de Lydie du nord-est, des exemples de villages organisant des concours existent, en Bithynie notamment. Des villages dépendant de Nicomédie s’associent aux ier et iie siècles pour célébrer leur propre concours (TAM IV, 15-18).

15 SEG 35, 1236.

16 Robert 1960, p. 351.

17 Robert 1940, p. 240 et 267-275 ; Price 1984, p. 89.

18 Welch 1998b, p. 127.

19 TAM V, 1, 138 ; Robert 1940, p. 160, Nr. 134.

20 TAM V, 1, 139 ; Robert 1940, p. 160, Nr. 135.

21 TAM V, 1, 140 ; Robert 1940, p. 161, Nr. 136.

22 TAM V, 1, 606 ; Robert 1940, p. 78-79.

23 Welch 1998b, p. 122-127.

24 Robert 1969, p. 424.

25 Bien étudié par Slater 1995 et Strasser 2005.

26 FD III 1,551 ; Strasser 2005, p. 180-181.

27 TAM V, 1, 91 et 92 ; Robert 1963, p. 169.

28 Strasser 2005, p. 188.

29 Welch 1998a, p. 547 ; Bingöl 2008, p. 16.

30 Sperti 2000, p. 65-66.

31 Roueché 1993, p. 84-119 ; Bingöl et Dreyer 2014, p. 149-150.

32 Kolb 1990, p. 109-118.

33 Kolb 1990, p. 109.

34 Bingöl et Dreyer 2014, p. 150-151.

35 Kolb 1990, p. 113.

36 Bingöl et Dreyer 2014, p. 149. Cette fonction est attestée à Saittai au iiie siècle. Le nom d’Aurelius Attinas, premier archonte pour la seconde fois mais également archiéreus, apparaît au revers de cinq monnaies (RPC VI, 4434-4436, 10905 et 11041) à l’époque d’Élagabal. Voir également la fiche que lui consacre Gabrielle Frija (2010, no 217).

37 Zimmermann 2007, p. 1523.

38 TAM V, 1, 156 ; SEG 40, 1104.

39 Voir la liste dressée par Kunnert 2012, p. 254-256.

40 Voir le catalogue constitué par Hochard 2020, p. 329-353.

41 Kolb 1990, p. 114.

42 Kunnert 2012, p. 131 ; Dedeoğlu et Malay 1991, p. 114.

43 Leschhorn 1993, p. 318-321.

44 Mitchell 1995, p. 202 ; Debord 1985, p. 350.

45 Sur les associations dans l’Orient d’époque impériale voir van Nijf 1997, Dittmann-Schöne 2001, Zimmermann 2002. Sur les métiers du textile en particulier, voir Labarre et Le Dinahet 1996.

46 Labarre et Le Dinahet 1996, p. 87-92.

47 Kunnert 2012, p. 30.

48 Si cette subdivision ne connaît pas d’autres attestations à Saittai, des groupes de jeunes hommes apparaissent toutefois par ailleurs dans la documentation épigraphique de la cité. Ainsi, ἡ σύνοδος τῶν νέων ποδαρίων rend les hommages funèbres à Deskylos fils de Diophantos en 168 apr. J.-C. D’autres exemples en Lydie sont à signaler (TAM V, 1, 451 ; 537 et TAM V, 3, 1556).

49 Kolb 1990, p. 108-109.

50 En particulier, TAM V, 1, 82, 116, 175, 178, 214, 478 et 511.

51 SEG 31, 1026 ; SEG 55, 1299.

52 TAM V, 1, 185 ; SEG 29, 1198 ; SEG 48, 1462 ; SEG 49, 1663 et 1664.

53 SEG 29, 1191.

54 SEG 48, 1064.

55 SEG 29, 1184 et TAM V, 1, 186.

56 SEG 33, 1017.

57 SEG 29, 1182, TAM V, 1, 79 ; 80 ; 81 ; 146.

58 Roueché 1993, p. 120.

59 Kolb 1990, p. 108-109.

60 Ibid., p. 118.

61 Kolendo 1981, p. 314-315 pour des parallèles.

62 Roueché 1993, p. 120.

63 À ce titre, Jerzy Kolendo (1981, p. 315) précise qu’être membre d’une corporation était souvent l’assurance pour un citoyen ordinaire, comme semblent l’être les linourgoi connus par les épitaphes de Saittai, d’obtenir un bon siège au sein de l’édifice de spectacle.

64 Kunnert 2012.

65 Bingöl et Dreyer 2014, p. 149 ; IAphr2007 10, 4 et 10, 29.

66 TAM V, 1, 156. Sur ces termes, voir les précisions de Christof Schuler (1998, p. 17-55), et notamment celles concernant celui de κατοικίαι, à considérer en commun avec κατοικοῦντες et les κάτοικοι.

67 Robert 1962, p. 93.

68 I.Laodikeia, 90. Par exemple MAMA V, R14 (territoire de Nacoleia en Phrygie, époque impériale) : Mènas fils d’Eutychos, Ἀββοκωμήτης, rend hommage à Zeus Brontô.

69 TAM V, 1, 604 ; Robert 1984, p. 485.

70 Kolb 1990, p. 111-112.

71 Debord 1985, p. 352-353.

72 I.Ephesos, 13.

73 Hochard 2020.

74 Kolb 1990, p. 111.

75 Kolb 2012, p. 217-219.

76 Robert 1962, p. 280-281 ; TAM V, 1, 156.

77 Kolb 1990, p. 115.

78 Kunnert 2012, p. 19-38.

79 Dittmann-Schöne 2001, p. 203.

80 Van Nijf 1998, p. 183-185.

81 Kolb 1990, p. 118.

82 Labarre et Le Dinahet 1996, p. 87-92.

83 Kunnert 2012, p. 279-289.

84 SEG 57, 1208.

85 TAM V, 3, 1491 ; TAM V, 3, 1490.

86 Bingöl et Dreyer 2014, p. 149-150.

87 Ritti 1985, p. 118-122.

88 Kunnert 2012, p. 29-35.

89 Ces aspects sont bien étudiés pour l’époque impériale, en premier lieu par F. Kolb (1999) pour le théâtre d’Éphèse. A.-V. Pont (2010, p. 112-115) réunit une documentation fournie pour étayer la fonction de lieu de réunion des citoyens et du peuple, comme H.-L. Fernoux (2011, p. 97-109), qui se concentre sur les théâtres de Hiérapolis, de Cibyra et d’Éphèse.

90 Comme au stade de Saittai, les inscriptions de l’odéon de Gerasa rendent compte de sièges réservés pour les travailleurs du lin. Les auteurs ont montré de façon convaincante que l’édifice avait accueilli, pour un temps, les réunions de l’assemblé du peuple. La présence de ces linourgoi ne fait pas obstacle à cette interprétation. Dans un discours, Dion de Pruse (Discours XXXIV, 15-23) indique que, dans la cité de Tarse, cette corporation était autorisée à assister aux réunions civiques même si ses membres n’avaient aucun droit politique. Agusta-Boularot et al. 2004, p. 523-551.

91 Fernoux 2011, p. 102. Roueché 1993, p. 99-117.

92 IAph 2007, 10.27. Roueché 1993, p. 121-122.

93 Fernoux 2011, p. 129-137.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 : Carte de la Lydie du nord-est.
Crédits Réalisation : M. Mazzei.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/5032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Mazzei, « Se réunir à Saittai, cité de Lydie du nord-est »Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 18 | 2024, mis en ligne le 12 mars 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/mondesanciens/5032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mondesanciens.5032

Haut de page

Auteur

Marine Mazzei

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ANHIMA UMR 8210

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search