Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation de la revue

La revue Mots. Les langages du politique s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire, à la croisée des Sciences du langage, des Sciences du politique et des Sciences de l’information et de la communication. Mots. Les langages du politique publie des dossiers thématiques, des articles en rubriques « Varia », « Méthodologie » ou « Mots en politique », des notes de recherche, des comptes-rendus de lecture, une bibliographie des publications sur les langages du politique. Les articles sont publiés en français et sont accompagnés de résumés avec mots clés en français, anglais et espagnol.

La revue Mots. Les langages du politique est publiée avec l’appui scientifique du CEDITEC (EA 3119, Université Paris-Est-Créteil), du CRAPE-ARENES (UMR CNRS 6051, Université Rennes 1, Sciences Po Rennes, EHESP), de DIPRALANG (EA 739, Université Paul-Valéry-Montpellier 3), d’ICAR (UMR CNRS 5191, Université Lumière Lyon 2, ENS de Lyon), du LERASS (EA 827, Université Paul Sabatier-Toulouse 3), de Triangle (UMR CNRS 5206, ENS de Lyon, Université Lumière Lyon 2, Sciences Po Lyon) et de la Société d’étude des langages du politique (SELP).



Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.

Dernier numéro en ligne
116/2018
Dire ou ne pas dire la « race » en France aujourd'hui

The R-word: talking/not talking about race in France today
Decir o no decir la palabra «raza» en la Francia de hoy
Sous la direction de Émilie Devriendt, Michèle Monte et Marion Sandré

Il peut sembler paradoxal de trouver, dans bon nombre de discours publics contemporains invoquant des valeurs républicaines et universalistes, des stéréotypes stigmatisant ou valorisant des groupes de personnes en raison de leur apparence et/ou de leur culture, religion, ou mode de vie supposés, que le mot race soit employé ou non. Ce constat rejoint le « dilemme français » évoqué par plusieurs chercheurs pour souligner la contradiction entre la banalisation du référentiel racial dans l’espace public français et le modèle républicain classique aveugle à la situation minoritaire de groupes sociaux racisés. L’usage de catégories « raciales » (qu’il s’agisse de l’emploi du mot race ou de l’activation du concept) fait également débat lorsqu’il est attesté dans des discours visant explicitement à combattre le racisme à des fins de lutte contre les discriminations (discours institutionnels ou militants) et/ou de revendication identitaire (discours de l’antiracisme dit politique). On touche là le « paradoxe racial » déjà signalé, qui consiste à reconnaître l’inexistence – avérée – de races humaines, tout en utilisant des catégories « raciales » pour décrire un processus social de racialisation aux effets également avérés. Les contributions du dossier analysent à la fois comment se dit ou ne se dit pas la « race » dans certains discours politiques et médiatiques. Ce faisant, elles posent à nouveaux frais la question de savoir pourquoi dire ou ne pas dire la « race » en France aujourd'hui, et au-delà incitent à se demander si un discours antiraciste – scientifique ou militant – le doit ou le devrait.