Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation de la revue

La revue Mots. Les langages du politique s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire, à la croisée des Sciences du langage, des Sciences du politique et des Sciences de l’information et de la communication. Mots. Les langages du politique publie des dossiers thématiques, des articles en rubriques « Varia », « Méthodologie » ou « Mots en politique », des notes de recherche, des comptes-rendus de lecture, une bibliographie des publications sur les langages du politique. Les articles sont publiés en français et sont accompagnés de résumés avec mots clés en français, anglais et espagnol.

La revue Mots. Les langages du politique est publiée avec l’appui scientifique du CEDITEC (EA 3119, Université Paris-Est-Créteil), du CRAPE-ARENES (UMR CNRS 6051, Université Rennes 1, Sciences Po Rennes, EHESP), de DIPRALANG (EA 739, Université Paul-Valéry-Montpellier 3), d’ICAR (UMR CNRS 5191, Université Lumière Lyon 2, ENS de Lyon), du LERASS (EA 827, Université Paul Sabatier-Toulouse 3), de Triangle (UMR CNRS 5206, ENS de Lyon, Université Lumière Lyon 2, Sciences Po Lyon) et de la Société d’étude des langages du politique (SELP).



Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.

Dernier numéro en ligne
117/2018
Les « petites phrases »

“Soundbites”
Las «frases cortas»
Sous la direction de Henri Boyer et Chloé Gaboriaux

Ce dossier s’attache à constituer en objet d’étude ce phénomène récent que l’usage courant désigne par l’expression « petites phrases ». Il vise ainsi à prolonger les travaux qui y ont déjà été consacrés en s’inscrivant dans une perspective résolument pluridisciplinaire. Issues des sciences du langage et de la communication comme des sciences sociales, les contributions qu’il rassemble permettent en effet d’envisager diverses facettes de cet objet multiforme. Dans une perspective rhétorique et argumentative, Irit Kornblit s’attache à retracer au plus près les mutations de « La culture n’est pas une marchandise », qui oscille entre petite phrase et formule. Éric Treille concentre quant à lui son attention sur les conditions médiatiques et politiques du formatage en petites phrases de la parole politique, à partir d’un terrain riche d’enseignements : les débats télévisés des primaires de 2016 et 2017, qui lui permettent notamment de mettre en lumière la dimension stratégique de la petite phrase. Cette dernière est au cœur de l’article que Romain Mathieu consacre aux négociations électorales menées depuis 2009 entre les partis de la gauche radicale : les petites phrases y constituent pour les acteurs politiques des ressources à la fois efficaces et fragiles, dans la mesure où elles dépendent d’une diffusion médiatique que leurs auteurs ne maîtrisent pas. Les deux dernières contributions envisagent enfin de façon très différente la dimension péjorative attachée à l’expression « petite phrase » : Sarah Al-Matary et Chloé Gaboriaux s’interrogent sur la réalité de l’appauvrissement du langage politique dont les petites phrases témoigneraient, en les confrontant aux transformations en cours des clivages politiques ; Annabelle Seoane adopte une approche énonciative et pragmatique pour enquêter sur la catégorisation même de « petite phrase », où elle voit un acte de distanciation qui dévalorise l’énoncé diffusé tout en valorisant celui qui le diffuse.

Actualités

Calenda - Études du politique

Laboratoire Triangle