Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation de la revue

La revue Mots. Les langages du politique s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire, à la croisée des Sciences du langage, des Sciences du politique et des Sciences de l’information et de la communication. Mots. Les langages du politique publie des dossiers thématiques, des articles en rubriques « Varia », « Méthodologie » ou « Mots en politique », des notes de recherche, des comptes-rendus de lecture, une bibliographie des publications sur les langages du politique. Les articles sont publiés en français et sont accompagnés de résumés avec mots clés en français, anglais et espagnol.

La revue Mots. Les langages du politique est publiée avec l’appui scientifique du CEDITEC (EA 3119, Université Paris-Est-Créteil), du CRAPE-ARENES (UMR CNRS 6051, Université Rennes 1, Sciences Po Rennes, EHESP), de DIPRALANG (EA 739, Université Paul-Valéry-Montpellier 3), d’ICAR (UMR CNRS 5191, Université Lumière Lyon 2, ENS de Lyon), du LERASS (EA 827, Université Paul Sabatier-Toulouse 3), de Triangle (UMR CNRS 5206, ENS de Lyon, Université Lumière Lyon 2, Sciences Po Lyon) et de la Société d’étude des langages du politique (SELP).



Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.

Dernier numéro en ligne
121/2019
Restons groupés ! La construction discursive des relations sociales

Let’s stick together! The discursive construction of social relations
¡Quedémonos juntos! La construcción discursiva de las relaciones sociales
Sous la direction de Valérie Bonnet, Chloé Gaboriaux et Marie Plassart

Que signifie « appartenir à un groupe » lorsque les pratiques communautaires s’estompent ou sont au contraire le prétexte d’un rejet de l’autre ? Les discours jouent à cet égard un rôle crucial : ce sont à travers eux que les individus donnent du sens à leurs relations sociales, les font naître, exister, se transformer. Les textes réunis dans ce dossier visent à rendre compte de ces constructions discursives. Elles se donnent à voir dans la mise en question, par les locuteurs eux-mêmes, des dénominations qui réfèrent aux groupes – par exemple pieds-noirs, harkis ou Algériens dans l’article de Mailys Kydjian – ou des désignations du lien censé les unir – la « nationalité » dans l’article de Suzanne Forbes et Anna Plassart ou le « patriotisme » dans celui de Marie Plassart. Elles peuvent même être saisies au croisement des deux dimensions, comme dans le cas d’Amnesty International, en quête d’un principe de regroupement – l’« expertise » ou l’« engagement » ? – à même d’atténuer les distinctions entre le groupe des « salariés » et le groupe des « bénévoles » (Amaia Errecart). Elles apparaissent enfin, de manière à la fois plus individuelle et plus indirecte, dans les dispositifs énonciatifs auxquels les individus ont recours lorsqu’ils évoquent leurs relations à des collectifs, comme le montre Thomas Liano à propos de Jean Genet et des Black Panthers.

Actualités