Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros114DossierL’État de la Campagne du Sommet d...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

L’État de la Campagne du Sommet du microcrédit : décrire pour prescrire

The State of the Microcredit Summit Campaign: Describe to Prescribe
El Estado de la Campaña de la Cumbre de Microcrédito: decribir par prescribir
Odile Vallée
p. 25-55

Résumés

Les rapports d’État de la Campagne du Sommet du microcrédit sont des documents volontaires, rituels et pluri-sémiotiques. Espaces propriétaires et supports qui fixent les traces de son discours, les rapports sont des lieux privilégiés d’expression de l’ambition militante de la Campagne et de sa publicisation. L’analyse sémio-discursive de leurs manières de décrire pour prescrire élucide les procédés d’un faire faire et d’un faire croire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Source <www.mixmarket.org> (consulté le 7 mars 2017) ; les données sont de 2011.

1Le microcrédit est une pratique financière qui a émergé dans le courant des années 1970. D’abord l’œuvre de petites structures disséminées dans le monde, ces méthodologies, originellement centrées sur le prêt de petites sommes d’argent, moyennant intérêts, à des populations pauvres en vue de la création d’une activité productive, se sont institutionnalisées (Ledgerwood, 1999 ; Armendariz et Morduch, 2005). La densification et la variété des acteurs et des services financiers proposés ont favorisé l’émergence du secteur d’activité de la micro-finance. Il compte plus de 94 millions de clients. Les 1 400 institutions de micro-finance recensées par le Mix Market, institut statistique de référence, présentent un encours de prêts de 78 milliards de dollars1. Cependant, la mécanique et l’efficacité des services financiers offerts, les pratiques des acteurs engagés – prestataires et clients – et les discours de justification formulés sont sujets à polémique. En effet, à l’apothéose constituée par l’attribution du Prix Nobel de la Paix en 2006 à l’économiste bangladais Muhammad Yunus, le réputé fondateur du microcrédit, et les emprunteuses de Grameen, sa banque dédiée à cette activité, ont succédé plusieurs crises. Les détracteurs dénoncent notamment les pratiques abusives de recouvrement des prêts, le surendettement d’emprunteurs et les entrées en bourses fructueuses d’institutions de micro-finance (Roodman, 2011). Ces problèmes reflètent le conflit entre deux vocations (Morduch, 2000 ; Johnson, 2009) qui traversent le secteur et organisent les pratiques et les discours de ses acteurs. La micro-finance n’est considérée, d’un côté, que comme un outil financier permettant l’inclusion financière de personnes défavorisées. De l’autre côté, elle doit permettre de lutter activement contre la pauvreté.

  • 2 Il s’agit de l’entité « sœur » de Results. Son statut juridique lui permet de recevoir des dons du (...)

2La « Campagne du Sommet du microcrédit » (que nous désignerons parfois sous la forme abrégée « La Campagne ») a joué un rôle déterminant dans la défense de cette seconde perspective. L’expression « Campagne du Sommet du microcrédit » désigne à la fois une organisation et une stratégie d’action structurées par un objectif fédérateur et les engagements des membres qui la composent. Cette dernière forme, ainsi, un réseau d’acteurs hétérogènes. Son mode d’adhésion est ouvert et volontaire et son siège est situé aux États-Unis. Ce réseau s’est constitué à l’initiative de trois individus : Sam Daley-Harris, fondateur de Results, une organisation non gouvernementale (ONG) américaine de lobby citoyen contre la faim – il a dirigé la Campagne du Sommet du microcrédit depuis le premier sommet mondial du microcrédit, tenu en 1997 à Washington (D. C.), jusqu’en 2012 ; Muhammad Yunus, cité précédemment ; et l’américain John Hatch, fondateur de l’institution de micro-finance Finca au Pérou. D’une taille variable, le réseau comprend actuellement un peu plus de 2000 membres de nature et de statuts variés. Il compte treize catégories d’adhérents rassemblés dans des « conseils ». On retrouve, par exemple, des institutions de micro-finance, des banques commerciales, des ONG, des parlementaires, des militants individuels, etc. De 1997 à 2016, la Campagne du Sommet du microcrédit a endossé le statut juridique de projet de Results Educational Fund2.

  • 3 Le nombre de clients cibles est passé de 100 à 175 millions. Le deuxième objectif consiste à perme (...)
  • 4 La Campagne du Sommet du microcrédit a organisé dix-sept sommets depuis 1997. Cf. son site Web <www (...)
  • 5 Par exemple, la Reine Sofia d’Espagne, Hillary Clinton et Sheikh Hasina, premier ministre du Bangl (...)

3Ses membres deviennent, par le procédé pragmatique de la signature d’une déclaration de soutien, des forces vives au service du déploiement systématique du microcrédit dans le monde et de la démonstration de son efficacité comme un outil de lutte contre la pauvreté. Les femmes, qui représentent 73 % des emprunteurs selon le Mix Market, constituent une cible de clients particulièrement privilégiée. Les acteurs formulent un plaidoyer, une « campagne », visant la reconnaissance de cette cause auprès des institutions et du grand public. Lors du sommet mondial fondateur de 1997 a été fixé l’objectif d’atteindre le nombre de 100 millions d’emprunteurs parmi les plus pauvres d’ici à 2006. Atteint en 2007, deux nouveaux objectifs lui ont succédé3. Son envergure, les sommets mondiaux et régionaux4 du microcrédit qu’elle organise et qui émulent la démarche initiée par les organisations internationales ainsi que le prestige de ses appuis politiques et institutionnels5 de la première heure font de la Campagne du Sommet du microcrédit un pôle d’attraction fédérateur d’acteurs, autrement épars, et d’attention institutionnelle, publique et médiatique.

  • 6 Outre la temporalité annuelle de leur diffusion, deux des rapports collectés portent en couverture (...)

4Dans ce contexte spécifique, le réseau publie annuellement depuis 1999 un type particulier de rapport intitulé The State of the Microcredit Summit Campaign Report [Rapport d’état de la Campagne du Sommet du microcrédit]. Ce document, dont la production, volontaire, et le contenu ne sont pas légalement contraints, imite, dans ses aspects matériels, la forme instituée du rapport d’activité. Il s’agit d’un document rituel6et pluri-sémiotique. Mobilisant différents procédés, il rend un compte chiffré (tableaux de synthèse, graphes et listes), visuel (portraits photographiques d’emprunteurs), narratif (récits de vie d’emprunteurs) et argumentatif (discussions contradictoires) de l’action. Il recense et compile ainsi les preuves de son efficacité. À la différence d’un outil dont la fonction ne serait que de rendre compte des résultats et de matérialiser le degré d’avancement vers l’objectif des membres engagés dans la Campagne du Sommet du microcrédit, ces rapports se sont affirmés comme une tribune d’expertise militante. La nature de l’entreprise de véridiction et de conviction entamée par ce réseau fait de ces documents un lieu privilégié d’analyse des procédés sémio-discursifs qui manifestent leur visée descriptive autant que prescriptive. Dans quelle mesure, l’intrication entre ces deux visées s’incarne-t-elle dans la matérialité éditoriale et les options textuelles, langagières et sémiotiques de ces rapports ?

  • 7 La Campagne du Sommet du microcrédit a publié douze rapports d’activité au format imprimé de 1999 (...)

5L’article s’appuie sur l’analyse sémio-discursive des rapports papier produits par la Campagne entre 1999 et 20127. Il centre son propos, non sur les thématiques retenues dans le discours, mais sur la matérialité des formes sémiotiques mobilisées, le lexique et la mécanique d’écriture des textes. Après avoir explicité le contexte d’énonciation et les enjeux soulevés par la mécanique d’écriture des rapports, l’article analyse ses manières de décrire et de prescrire des scénarios de pratiques et des scénarios de croyances.

Contexte d’énonciation, formes et enjeux d’un document non contraint

6À cause de sa dimension inter-organisationnelle et internationale, de son ambition militante et de son intention fédératrice, L’état de la campagne du Sommet du microcrédit est un document au statut complexe. Envisager l’action du réseau formé par la Campagne sous l’angle de la construction du microcrédit comme une cause internationale permet de saisir certaines particularités de sa position énonciative. Le sociologue Olivier Voirol (2003) considère les choix de formulation d’une cause comme le résultat d’un processus discursif qui suppose que ses promoteurs explicitent progressivement leurs options et les publicisent. Ils doivent, en effet, traduire l’émotion en une « entité sémantique » descriptible ; proposer une « interprétation », mise en récit qui reconstitue la chaine des causalités, qualifie les alliés et les détracteurs ; et opérer le passage d’un registre privé au registre public qui autorise leur proposition à être débattue, critiquée et/ou admise par des publics tiers. Espace propriétaire et support d’inscription de son discours, le rapport est donc un lieu privilégié d’expression de l’ambition de la Campagne et de sa publicisation. La matière et les termes des rapports inscrivent, en effet, les processus de négociation du sens partagé qui animent le réseau. La matérialité de ces documents rend visible et lisible la revendication d’une cause. Les rapports révèlent les normes sémiotiques qui régissent l’expression de la cause et mettent au jour les paradoxes provoqués par ces modalités particulières de mise en visibilité et en lisibilité.

  • 8 La Campagne du Sommet du microcrédit a organisé dix-sept sommets depuis 1997.

7Le terme « rapport », redoublé par celui d’« état », apposé en couverture, assigne d’emblée une vocation descriptive au document. Il s’agit de faire l’état des lieux, de rendre compte, par le biais de différents procédés, de son avancement vers son objectif. Si les acteurs de la Campagne interagissent dans des dispositifs de discussion directs comme les sommets mondiaux et régionaux du microcrédit8, la négociation des orientations idéologiques et des actions à mener s’élabore aussi à travers la « forme instituée » du rapport d’activité. Les évolutions de la maquette typographique et du contenu de ce document montrent la formation et les transformations de la rhétorique et des pratiques d’un réseau d’acteurs. Les modes d’apparition des membres du réseau, des emprunteurs – parties prenantes essentielles au nom desquels ils mènent leur action – et des publics tiers dans ces rapports caractérisent et mettent en évidence leurs positions relatives dans le discours de la Campagne. Interroger ce « dispositif ordinaire » (Souchier, 2012), soulève donc, par la bande, les enjeux de pouvoir que recèlent les termes et les choix de mises en scène scripto-visuelles qui appuient la reconnaissance du microcrédit comme un outil de lutte contre la pauvreté.

8La mécanique d’écriture des rapports « pousse l’écrit à ses marges, là où lire/écrire rime avec faire faire » (Jeanneret, 2014, p. 131). Annette Bégin-Verbrugge insiste sur l’importance d’aborder un texte par ses bords. Il s’agit, pour elle, d’interroger le discours visuel, c’est-à-dire l’iconicité du texte et le contexte – le hors-cadre – avec lequel il rentre en relation. Car,

l’image a sa place dans le discours. Elle est traversée par le flux du discours ; elle fait corps avec le texte ; elle se noue à la parole, s’amalgame à elle dans la construction mentale du lecteur […] Par là, je n’entends pas que la lexicalisation de l’image doive tenir lieu d’analyse, mais plutôt que l’image et le texte sont saisis dans la communication par le même mouvement d’intertextualité généralisé. (Béguin-Verbrugge, 2006, p. 28-29)

9Les textes qui composent les rapports sont, suivant cette indication, des produits mixtes, mélanges de signes linguistiques et iconiques animés et mis en relation par le processus de lecture générateur d’inférences dans l’esprit du lecteur.

10Ces textes présentent des « séquences » (Adam, 2011) descriptives, argumentatives, narratives et dialogales. Roselyne Koren, à propos des spécificités du « récit de chiffres », explique que

la description implique toujours […] un énonciateur et des procédures discursives qui la subjectivisent. Dissocier description/narration et argumentation ne va pas de soi dans la trame des textes où ces trois types de mises en mots discursives interagissent le plus souvent – et par « interagissent » j’entends : se valident, s’invalident et se renforcent réciproquement. Bref on ne peut séparer un bilan de son contexte et du but qu’il poursuit, même si ce but est nommé « information » ; ces contraintes contribuent à la subjectivisation du recensement. (Koren, 2009, p. 73)

  • 9 Voulant distinguer le narratif, comme un état explicite, de la narrativité, qui repose sur une « d (...)

11La description des « faits » observés sur les terrains d’opération des institutions de micro-finance et celle des débats engagés par la Campagne sur les terrains institutionnels, politiques et médiatiques, argumentent et narrativisent sa position. En effet, comme le démontre aussi Catherine Kerbrat-Orecchioni (1980) la mécanique discursive qu’elle requiert subjectivise et axiologise le travail de description. Cette subjectivisation la dote potentiellement d’une dimension prescriptive dans le cas qui nous occupe. Interroger les procédés de description propres aux rapports de la Campagne doit donc permettre d’élucider la manière dont une dimension, sinon une visée prescriptive (Amossy, 2012), émerge de documents n’émanant pas d’un organe institutionnel au pouvoir coercitif (Oger, 2003). Ils ne présentent pas non plus les caractéristiques formelles de la catégorie « vaste et confuse » (Adam, 2011) que forment les textes « procéduraux ». Ceux-ci, comme les textes de loi, les consignes, les recettes, les manuels d’utilisation, etc., sont explicitement prescriptifs. Jean-Michel Adam les qualifie plus précisément de textes « d’incitation à l’action et de conseils » (Adam, 2011, p. 225 et suiv.). Comment les rapports, qui ne possèdent pas l’allure formelle d’un « écrit pragmatique » (Jeanneret, 2014), induisent-ils alors des recommandations, des manières de faire et de croire ? Nous examinons ici l’hypothèse que la maquette typographique, les formes sémiotiques et le lexique retenus, éléments liés ensemble par une mécanique d’écriture mise en œuvre pour décrire les résultats et les succès et les aléas de la progression de la Campagne, sont les « ferments »9 (Marion, 1997) prescriptifs d’un faire faire et d’un faire croire. Ils caractérisent des scénarios de pratiques (Jeanneret, 2014) et des scénarios de croyances éthiques dont découle, en retour, leur autorité.

12Le premier rapport de la Campagne du Sommet du microcrédit est un document non relié de cinq pages publié en 1999. Le volume des rapports a augmenté chaque année pour atteindre 71 pages en 2012. Agrafé en 2000, le rapport est relié à partir de 2001. Cette transformation de son format s’opère grâce aux dons de sponsors successifs – organisations internationales, fondations, banques – mentionnés en pages intérieures de couverture.

  • 10 À partir de 2011, Larry Reed, futur directeur de la Campagne du Sommet du microcrédit signe ou co- (...)

13Élément de l’énonciation éditoriale (Souchier, 1998), un logo apparaît pour la première fois en 2002. Sa forme se stabilise en 2007. Conjointement, une figure d’auteur des rapports émerge progressivement en couverture des documents. La mise en avant de l’écriture collective fait progressivement place à une forme symbolique de délégation de parole par l’institution d’un référent quand le directeur de la Campagne prend explicitement en charge la rédaction du texte. Ainsi, la liste des individus responsables de la compilation, de l’édition et de la révision des données présentées, est remplacée, à partir de 2002 par la mention « Par Sam Daley-Harris » en page titre, puis en première de couverture à partir de 200410, année d’apparition de la rubrique compensatoire des remerciements.

14Les deux premiers rapports portent respectivement les titres programmatiques suivants : « Atteindre l’objectif de servir les plus pauvres » (Meeting the Challenge of Reaching the Poorest), et « Renforcer le pouvoir d’action des femmes grâce au microcrédit » (Empowering Women with Microcredit). Les titres disparaissent ensuite au profit de la seule mention de « Rapport d’état de la Campagne du Sommet du microcrédit ». Ils reviennent en 2013. Le rapport de cette année-là est nommé « Vulnérabilité » et le suivant « Résilience ».

15Les visuels, très majoritairement d’emprunteuses, émergent en couverture des rapports en 2002. Les photos de ces femmes, d’abord fusionnées, sont mises en série à partir de 2009. Sont systématiquement représentées au moins une femme d’origine africaine, une sud-américaine et une du subcontinent indien. Souriantes, elles sont toujours occupées à une tâche productive ou bien posent, photographiées en plan serré, dans un petit commerce (le rapport de 2013 va inaugurer une autre figuration de la pauvreté).

16Le premier sommaire, marqueur éditorial de la possibilité d’une lecture fragmentaire et non-linéaire, apparaît dans le rapport de 2002. Les rubriques varient d’une année à l’autre, mais plusieurs éléments se stabilisent, à savoir : la rubrique « Les visages derrière les statistiques » qui systématise le portrait d’emprunteurs (apparue en 2003, elle disparaît en 2009) ; l’explicitation de la méthodologie de collecte, de compilation et vérification des données déclarées par les membres ; la compilation des résultats à travers la construction d’indicateurs chiffrés ; les différentes listes – mises en annexes – des institutions déclarantes et/ou vérificatrices des données. Ces listes s’allongent graduellement passant d’une dizaine de feuillets en 2000 à vingt-et-une pages en 2012.

17Bilan d’étape incontournable, la reddition de chiffres transite entre l’état des lieux d’un passé immédiat et l’anticipation des orientations futures. En effet, sur le plan rhétorique et le plan éditorial, trois grandes portions de texte se dégagent au sein des documents. Outre l’introduction et la conclusion, les premières rubriques du rapport forment une tribune d’expression, puis de discussion, des questions et enjeux subis par la Campagne du Sommet du microcrédit et le secteur de la micro-finance. À leur suite, une section, d’une surface moyenne de sept pages est réservée à l’explicitation de la méthodologie de collecte des données et à la présentation chiffrée ou iconisée de ses résultats. Enfin, une troisième section de contenu, plus restreinte en volume, anticipe et discute les problématiques et opportunités qui se profilent.

Scénarios de pratiques : affirmer l’expertise et faire faire

Quantifier et lister

  • 11 Par exemple, les étapes de la méthodologie d’enquête sont introduites comme suit dans le rapport d (...)

18« Dénombrer c’est reconnaître » (Verhaeghe cité par Bacot et alii, 2012, p. 13). Les chiffres et les listes sont un mode d’objectivation de l’activité de la CSM pour ses membres et pour les publics tiers. Les emprunteurs, notamment en leur qualité de « plus pauvres (poorest) », sont dénombrés et ventilés dans des tableaux et graphiques qui rendent compte de la progression constante de la Campagne du Sommet du microcrédit vers son objectif. Tous les rapports comportent une longue synthèse méthodologique11 qui rappelle le cadrage définitionnel des termes, la mécanique de collecte, le périmètre des données, à savoir le nombre de répondants et leur comparabilité avec celles du rapport antérieur. Elle insiste sur leurs limites et qualifie le statut des données. Les données sont transmises par ses membres. Ils renseignent chaque année un plan d’action institutionnel qui sollicite des informations (nombre de bénéficiaires, etc.) variant selon la nature – qui borne le cadre des données jugées pertinentes – des institutions déclarantes.

19Dans les rapports, la construction d’indicateurs exprimés en valeur absolue et en pourcentage réduisent la diversité des situations de terrain et permettent d’agréger les chiffres bruts globalement et par région du monde. Des comparaisons tabulaires et graphiques étalonnent institutions et régions en indiquant la direction des efforts restant à accomplir.

20L’apparition des graphiques qui iconisent les données chiffrées dans le rapport de 2001 réduit encore la réalité (Bacot et alii, 2012). Une courbe de trajectoire de la croissance compare le volume actuel de clients servis au volume requis pour satisfaire l’objectif dans le délai fixé. À partir du rapport de 2006 se rajoute une courbe de croissance projetée. Cette hypothèse de progression des données, sur un mode auto-réalisateur, anticipe un niveau d’accomplissement qui suit la courbe des efforts accomplis collectivement et non plus celle de l’exigence d’un objectif cible surimposé. En 2001 encore, l’histogramme qui découpe le monde en quatre régions et compare pour chacune d’entre elles le nombre de familles les plus pauvres et le nombre de clients servis devient encore plus explicite et s’enrichit de cartouches affichant les résultats du calcul d’un taux de couverture par région.

21Ainsi, « la quantification “ne fournit pas seulement un reflet du monde (point de vue usuel), mais elle le transforme en le reconfigurant autrement.” » (Desrosières cité par Bacot et alii, 2012, p. 7). Visuellement, les institutions de micro-finance ne sont plus des organisations concurrentes sur un marché, mais des entités qui, à travers la somme cumulée de leurs résultats, collaborent à l’achèvement d’un objectif supérieur. La pauvreté devient une valeur circonscrite, c’est-à-dire gérable. Pour reprendre une conclusion d’Etienne Candel (2008, p. 39), « le chiffre contribue ainsi à donner une visibilité particulière à des systèmes de normes, à des formes modélisées ou formalisées de la description du monde vécu. »

22Procédé complémentaire, les listes, mises en annexes, permettent de nommer les institutions déclarantes.

23Elles éditent un réseau d’alliés et d’interlocuteurs et assignent, ce faisant, une source visible aux graphiques et tableaux chiffrés présentés. Les listes suggèrent l’engagement, et par extension l’exemplarité, des institutions de micro-finance déclarantes. Elles entérinent le renouvellement rituel de l’adhésion des participants à la reddition annuelle de comptes. Enfin, même si les membres des listes fluctuent, celles-ci croissent en volume au fil des rapports. Leur allongement produit potentiellement un effet d’entrainement sur des institutions de micro-finance non membres.

La liste exhibe la disponibilité des objets et suggère leur manipulation […] On est, selon la formule d’[Umberto] Eco, dans « le monde de l’“et cetera” », un inventaire qui est susceptible d’être réduit ou prolongé. (Jeanneret, 2014, p. 155)

Faire mesurer et faire constater

24La Campagne du Sommet du microcrédit investit les deux niveaux d’énonciation distingués par Paul Bacot et ses co-auteurs. Elle est à la fois « producteur-concepteur » de chiffres et « producteur-utilisateur » de ces derniers (Bacot et alii, 2012).

  • 12 Eliseo Verón distingue les conditions de production des discours sociaux de leurs conditions de «  (...)

25L’autorité des chiffres présentés dépend de la capacité de ses auteurs à rendre compte de sa méthode de production. L’activité descriptive se nourrit de la mise en œuvre de procédures de validation qui attestent la relation référentielle au contexte. Le rapport de campagne va chercher autant à convaincre, grâce à la mobilisation d’un système de preuves impliquant les acteurs du secteur et produisant un « effet de scientificité »12, qu’à persuader en produisant de la croyance. Le travail de fiabilisation des données et son expression empruntent différentes formes.

26Établi dès 2000, un système de vérification de la vraisemblance des déclarations des membres par des pairs experts s’est sophistiqué au fil du temps. Il prescrit un principe de transparence en ouvrant symboliquement les pratiques des acteurs et leurs résultats à l’évaluation de tiers.

27Le traitement sémiotique des pages adopte des marqueurs de scientificité. Convergeant avec l’image du texte (Souchier, 1998), les notes de bas de page référencent et discutent les données. Sont convoqués, dans cet espace, des textes scientifiques ou experts produits par des organisations internationales et d’autres institutions extérieures à la Campagne du Sommet du microcrédit. Elles reposent sur des corpus de données étendus ou des études de cas d’institutions de micro-finance. Par exemple, des données du World Development Indicators 2000 de la Banque mondiale permettent d’estimer le nombre de pauvres dans le rapport de l’année 2000. Le Human Development report 1999 du Programme de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement (PNUD) fournit l’espérance de vie des femmes pauvres. Cette intertextualité a une fonction référentielle qui campe le contexte global dans lequel s’insère l’action de la Campagne et conforte sa démarche.

28En sus de l’entrecroisement des textes, l’état des lieux descriptif repose sur la mise en action effective des membres. Au-delà de faire constater, il s’agit de faire mesurer.

29La pauvreté des clients, puis leur passage au-dessus du seuil de pauvreté doivent pouvoir être évalués de manière fiable et avec des méthodes homogènes. Cela contraint la Campagne du Sommet du microcrédit à développer et à disséminer des outils opératoires. Le rapport de 2007 résume, pour en illustrer la pertinence, le mécanisme de fiabilisation et de diffusion d’une méthodologie de mesure. Un groupe de discussion établi en 1997 a permis la création de la « boîte à outil de mesure de la pauvreté ». En 1999, des articles discutant d’outils de mesure ayant un bon rapport coût-efficacité (cost-effective) ont été commandés pour être présentés lors de Sommets se déroulant sur quatre continents. Trois mille praticiens, répartis dans trente-cinq pays d’Asie et d’Afrique, ont visionné des vidéos de formation à ces outils. Ces outils ont également été la base d’une action de lobbying menée par Results sur le terrain législatif américain. Description et action de vérification sont indissociables, car l’une engage l’autre pour asseoir le processus d’extension de la Campagne.

  • 13 Auteur de The End of Poverty. Economic Possibilities for our Time (New York, Penguin Books, 2006).

30Un autre mécanisme de mesure plus subjectif est également à l’œuvre. Les progrès hors de la pauvreté sont jaugés à l’aune d’une description de l’expérience intime et personnelle éprouvée par un individu. Les institutions de micro-finance, déjà construites comme symboliquement ouvertes par leur reddition de chiffres, le deviennent également au sens propre. Des personnalités tierces vont visiter des organisations et leurs emprunteurs. Leurs témoignages du caractère transformateur de l’expérience sont ensuite mobilisés, selon différentes scénographies, dans les pages des rapports. Dans le rapport 2005, Sir Fazle Abed, fondateur de l’importante institution de micro-finance Brac au Bangladesh, raconte la visite de son organisation par Jeffrey Sachs13, influent économiste américain et par Dean Rosenfield, doyen de la Columbia University School for Public Health. Ils sont devenus témoins de l’appropriation de la nouvelle norme sociale d’un ou deux enfants par femme. De même, dans le rapport de 2007, Peter Goldmark, président de la Fondation Rockfeller, raconte « la révolution » (subversion) dont il a été témoin en visitant le Bangladesh. Il produit un témoignage d’étonnement sur le fonctionnement d’un centre local de la banque Grameen qui rompt avec ses croyances sur les pauvres et le traitement de la pauvreté. Dans le rapport de 2009, reprise en épigraphe d’une rubrique, une citation de Bill Gates qualifie sa visite d’un groupe de microcrédit de Brac au Bangladesh « d’expérience religieuse » (Daley-Harris, 2009, p. 13).

31Les pratiques balisées, valorisées et, en ce sens prescrites, par la mécanique de description traduisent donc l’engagement effectif des membres de la Campagne dans l’avancement vers l’objectif, la collaboration, le débat et la partage d’expérience, l’évaluation de l’action et la prise d’initiative audacieuse.

32Au côté des procédés éditoriaux et sémio-discursifs qui transforment les chiffres en « événement saillant » (Koren, 2009, p. 66) et cadrent la pratique des acteurs se trouvent d’autres procédés qui, eux, induisent des scénarios de croyances. Les chiffres, les listes et les indicateurs « coexistent et coopèrent » (Bacot et alii, 2012, p. 10), en effet, avec des portraits, des récits de vie, des métaphores, des citations, un lexique dramatique qui les subjectivisent. Cette « mise en intrigue axiologique » (Koren, 2009, p. 76) ouvre aux publics cibles, internes et externes, la « condition de possibilité d’une réflexion éthique » (Ibid.).

Scénarios de croyances : modes d’un faire croire et d’une réflexion éthique

Célébrer et inspirer : dialectique des chiffres et d’un idéal

33Comme indiqué en amont, l’état des lieux chiffré de la progression de la Campagne du Sommet du microcrédit vers son objectif et l’expression de son armature méthodologique sont intercalés entre deux sections de textes qui en orientent l’interprétation. Elles dégagent les données d’une « fonction strictement objective » et en font, par ce jeu, le socle de la construction d’un récit normatif, car elles « peuvent constituer la condition de possibilité quantitative d’une mise en intrigue qualitative. » (Koren, 2009, p. 68). Quoiqu’ils soient axiologisés, les chiffres et les agrégats ne peuvent, cependant, matérialiser l’expérience incarnée de la pauvreté qui convoque d’autres modalités de représentation. La maquette des rapports tisse donc ensemble chiffres, portraits photographiques et récits de vie individuels. Elle articule, ainsi, éléments chiffrés et références à l’espoir, au courage, à la dignité humaine et au rêve, qui fixent un horizon éthique à l’action. Les portraits d’emprunteuses, forme sémiotique pivot de cette articulation, sont fortement mobilisés. Le logotype et l’expression « L'état de la Campagne », en s’imprimant sur les photographies mises en couverture, signent et revendiquent un rôle dans la manifestation de cette vision de la pauvreté incarnée par des femmes dignes et industrieuses. Les emprunteuses exemplarisées représentent par synecdoque la masse des individus pauvres potentiellement ou déjà emprunteurs comme l’exprime la phrase qui clôture la rubrique « Visages derrière les statistiques » et s’énonce comme suit : « La Campagne du Sommet du microcrédit a été lancée afin que les histoires comme celle-ci se multiplient 100 millions de fois ». À la démarche technocratique qui dénombre et démontre s’est articulée ici la preuve d’une action régulée par l’idéal que la trame des récits de vie matérialise : celui du pouvoir transformateur de l’argent du prêt reçu. Que les vies d’emprunteuses soient, suivant les deux modalités retenues dans les rapports, exprimées sous la forme du témoignage à la première personne ou relatées à la manière distanciée d’une étude de cas, leur passé de misère se convertit en un futur d’espoir et de dignité rendu à nouveau possible (Vallée, 2013).

Figure 9 – Le récit témoignage de Janèt Dèval, emprunteuse haïtienne de l’institution de micro-finance Fonkoze, « visage derrière les statistiques » (Daley-Harris, 2005, p. 2)

Figure 9 – Le récit témoignage de Janèt Dèval, emprunteuse haïtienne de l’institution de micro-finance Fonkoze, « visage derrière les statistiques » (Daley-Harris, 2005, p. 2)

http://www.microcreditsummit.org/​resource/​51/​state-of-the-microcredit-summit.html

  • 14 Adam, 1999, p. 9 ; l’auteur citant Le livre à venir de Maurice Blanchot en épigraphe.

34Soutenant le mouvement narratif, de 2003 à 2006, la quatrième de couverture affiche la mention « vers l’accomplissement des objectifs de développement du millénaire », objectifs quantitatifs ambitieux à échéance 2015 formulés par l’ONU. Ensuite, n’est rappelé que l’objectif de la Campagne du somment du microcrédit, tel cet « événement encore à venir et par la puissance attirante duquel le récit peut espérer lui aussi se réaliser »14.

  • 15 Daley-Harris, 2003, p. 2 : « Réfuter le mythe… » (nous traduisons).

35Renfort du récit, l’usage de figures de style et un lexique laudatif célèbrent axiologiquement le rôle de la Campagne du Sommet du microcrédit. Le contexte de l’action est qualifié par trois métaphores qui traversent les rapports d’une façon prégnante. Elles rendent compte de l’ampleur du phénomène à traiter, de son urgence et de la posture à tenir, à la fois combattante et soignante. La métaphore guerrière mobilise le champ lexical de la lutte pour l’éradication de la pauvreté. La métaphore sanitaire s’organise autour de la thématique de l’épidémie et du fléau. Une autre métaphore, celle du voyage, moins attendue, apparaît également régulièrement. Elle évoque trois formes de déplacement : un déplacement spatial – avec le mécanisme des visites décrit précédemment ; un déplacement temporel – « voyage hors de la pauvreté » effectué par les clients et relaté dans leurs récits de vie ; et un déplacement produit par les effets transformateurs de l’expérience du microcrédit sur les croyances antérieures quand les « faits » réfutent les « mythes » qui affirment, par exemple, que « les pauvres ne peuvent être servis de manière rentable » ou que « la micro-finance ne peut pas aider les pauvres à sortir de la pauvreté »15.

36Le microcrédit n’est pas la « panacée ». Cette concession a été faite dès les premiers rapports de la Campagne du Sommet du microcrédit. Cependant, ce constat, loin d’être un frein, devient un moteur de l’action et caractérise positivement l’éthos de ses protagonistes. Les rapports font largement usage de l’hyperbole, figure de style dont la fonction amplificatrice est fréquente dans les discours épidictiques. Au fil des rapports, le microcrédit est qualifié de technique « irréfutable » (compelling), « retentissante » (resounding), « qui sauve des vies ». Elle constitue une « révolution ». Elle est le résultat d’une « subversion ». L’action de la Campagne est, de même, désignée par des adverbes tels qu’« inlassablement ». Elle fait preuve d’un « engagement et d’une ténacité sans égal ». Elle est devenue un « leader » qui effectue un travail qualifié de « révolutionnaire » (groundbreaking). Ses progrès représentent un « espoir nécessaire » (much needed hope). L’usage, en épigraphes et en conclusion, de citations tutélaires et « inspirantes » de personnalités comme le Mahatma Gandhi dans le rapport de 2003 ou de Swami Vivékanenda dans celui de 2006, en plaçant l’action de la Campagne sous leurs auspices, contribue encore à cette célébration.

Mise en scène dialogique : jeu de rubriques, d’encadrés et d’écrits dialogués

37Les enjeux pratiques, symboliques et idéologiques soulevés par la micro-finance imposent qu’en parallèle de l’affirmation positive, les rapports investissent pleinement le dernier temps de la construction d’une cause souligné par O. Voirol et engagent les perspectives défendues par la Campagne du Sommet du microcrédit dans des débats contradictoires. Se détachant de leur dimension d’espace de célébration, les documents adoptent des marqueurs d’espace de discussion. Les modalités sémiotiques et discursives de prescription du sens et de l’action investissent alors un ordre non plus narratif, mais argumentatif.

38Roser Cussó et Corinne Gobin (2008) ont souligné les caractéristiques dépolitisantes et neutralisantes du discours d’expertise. Dans le cas des rapports de la Campagne du Sommet du microcrédit, l’ethos d’expertise se construit et s’affirme dans la contradiction. La Campagne prétend fédérer des acteurs hétérogènes pour défendre ensemble une voie « révolutionnaire ». Cependant, constamment interpellée par ses membres et par des publics tiers, elle tisse avec eux une relation dont les termes ne sont jamais définitifs. Elle doit organiser la polyphonie (Todorov, 1981) pour réinventer au fil du temps la cohérence globale de son discours et, ainsi, légitimer son statut de tiers référent et animateur du secteur de la micro-finance. Les titres des rubriques et les modes d’orchestration des voix rendent compte de cette problématique et alimentent la dimension politique des rapports.

39Différentes sources de contradictions à traiter sont signifiées par les titres des rubriques et, avec le texte, elles mettent en scène différents systèmes d’opposition : la frilosité s’oppose à l’ambition ; la théorie à la pratique (expérience du terrain) ; les mythes contreproductifs aux résultats ; les pauvres autrefois désemparés aux pauvres rendus autonomes (empowered) ; les acteurs instituant, interpellateurs, innovants et audacieux aux acteurs institués, inefficaces et sclérosés.

40L’entreprise de réfutation peut adopter une forme offensive, comme dans le rapport de 2003, déjà cité, qui intitule des rubriques comme suit : « Réfuter le mythe numéro un » (Daley-Harris, 2002, p. 4), etc. Elle peut également prendre les apparences formelles d’un débat. Le rapport 2006 introduit de la manière suivante une rubrique nommée « La Banque Mondiale et le CGAP [Consultative Group to Assist the Poor] répondent aux parlementaires » :

plutôt que de ne présenter qu’une image nette et incontestée du microcrédit depuis le point de vue de la [Campagne du Sommet du microcrédit], nous pensons nécessaire d’écouter les défis et oppositions […] émanant de certaines des institutions de développement les plus influentes. (Daley-Harris, 2004, p. 9)

41Le débat se met ensuite visuellement en place sous la forme d’une alternance de questions émises par la Campagne du Sommet du microcrédit et de réponses de ses interlocuteurs.

42D’autres formes de mises en scène dialogiques sont aussi mobilisées. Un dialogue contradictoire peut être créé entre différentes personnalités, autour de la thématique de l’entrée en bourse d’une institution de micro-finance par exemple (Daley-Harris, 2007, p. 28-33), à partir de l’articulation d’avis et de commentaires qu’elles ont émis sur le sujet dans d’autres espaces de prise de parole.

  • 16 Cette fonction développée dès le rapport de 2002 a été dévolue aux marges des pages à partir de 20 (...)

43L’usage des encadrés constitue une autre modalité de mise en dialogue. Au départ, ils n’étaient utilisés que pour mettre en exergue des phrases ou citations considérées clés du texte16.

44Ils endossent ensuite un autre régime de discours. À partir du rapport de 2009, ils figurent des extraits de textes externes à la Campagne du Sommet du microcrédit – articles de journaux et autres discours prononcés dans les sommets mondiaux du microcrédit ou ouvrages comme Portfolios of the Poor (Collins, 2009) qui approfondit la connaissance des pratiques financières des foyers pauvres. Ils présentent des extraits de textes à charge comme l’Enquête Microfinance : Peaux de Bananes 2011 édité par le Centre for the Study of Financial Innovation (Fig. 14). Ils convoquent également la parole de leaders d’institutions de micro-finance historiques et engagées dans la lutte contre la pauvreté, tel M. Yunus, sous la forme d’interview, d’analyse argumentée d’une question problématique ou de récit d’expérience exemplaire comme le programme de microcrédit à destination des mendiants développé par la banque Grameen qui apparaît dans le rapport de 2005. Enfin, l’usage en épigraphe de propos de ces mêmes leaders complète la panoplie des procédés dialogiques.

Figure 14 – Couverture (Centre for the Study of Financial Innovation, 2011)

Figure 14 – Couverture (Centre for the Study of Financial Innovation, 2011)

http://www.csfi.org/​s/​Banana-Skins-01-11_WEB.pdf

45Les circulations de la parole des différents protagonistes mis en scène – leaders d’institutions de micro-finance, personnalités politiques ou économiques, emprunteurs – entre corps du texte, encadrés et épigraphes, ainsi que les formats de restitution de cette parole – discours direct ou indirect – signent des jeux de rôles et de places qui rendent visibles ou effacent des interlocuteurs, autorisent et légitiment leur parole en les construisant comme sujets remarquables ou bien la disqualifient.

46L’usage de procédés éditoriaux et sémio-discursifs matérialise donc des scénarios de croyance que les membres sont invités à endosser. Ils mettent ainsi en avant des principes de transparence et de délibération qui se signalent visuellement dans le texte. Ils construisent une représentation des pauvres et une représentation d’une solution à cette pauvreté et les modalités pratiques, idéologiques et éthiques de sa mise en œuvre.

  • 17 Nous empruntons l’expression à F. Bernard (2007).

47L’attention portée à la mécanique d’écriture des rapports rend lisibles les marqueurs qui opèrent le passage de la forme instituée du rapport d’activité à une forme instituante de prétention à l’action et à la fédération des acteurs de la Campagne du Sommet du microcrédit. Dans ces documents, des procédés variés sont mobilisés pour construire, cadrer et justifier un savoir partagé sur le microcrédit. L’objet de la démarche est clairement énoncé : faire reconnaître le microcrédit comme un outil incontournable de la lutte contre la pauvreté. Cela implique d’en décrire les attributs et les effets, d’en diffuser la pratique et de susciter l’adhésion des membres du réseau et des tiers. La mécanique d’écriture des rapports de la Campagne permet de tisser ensemble leur double visée descriptive et prescriptive. Ils décrivent quand le discours et son édition sont pédagogiques, explicitent les résultats sous diverses apparences sémiotiques, les outils et les initiatives. La dimension prescriptive de l’action et du sens se manifeste quand le discours mis en forme pointe vers des scénarios de pratiques et des scénarios de croyance, devenant, ainsi, « engageant »17.

Haut de page

Bibliographie

Adam Jean-Michel, 1999 [1984], Le récit, Paris, PUF.

Adam Jean-Michel, 2011 [1992], Les textes : types et prototypes, Paris, A. Colin.

Amossy Ruth, 2012 [2006], L’Argumentation dans le discours, Paris, A. Colin.

Armendariz De Aghion Beatriz, Morduch Jonathan, 2005, The Economics of microfinance, Cambridge (Mass.), MIT Press.

Bacot Paul et alii, 2012, « Le langage des chiffres en politique », Mots. Les langages du politique, no 100, p. 5-14.

Beguin-Verbrugge Annette, 2006, Images en texte – images du texte, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Bernard Françoise, 2007, « Communication engageante, environnement et écocitoyenneté : une exemple de “migrations conceptuelles” entre SIC et psychologie sociale », Communication et organisation, no 31, p. 26-41.

Bréant Hugo, 2012, « Démontrer le rôle positif des migrations internationales par les chiffres. Une analyse de la rhétorique institutionnelle du système des Nations unies », Mots. Les langages du politique, no 100, p. 153-171.

Candel Etienne, 2008, « Une ration quotidienne de statistiques. La pratique éditoriale du “chiffre du jour” dans la presse écrite », MEI, Médiation et information : revue internationale de communication, no 28 (« La communication nombre »), p. 37-52.

Collins Daryl éd., 2009, Portfolios of the Poor. How the World’s Poor Live on Two Dollars a Day, Princeton, Princeton University Press

Cussó Roser, Gobin Corinne, 2008, « Du discours politique au discours expert : le changement politique mis hors débat ? », Mots. Les langages du politique, no 88, p. 5-11.

Jeanneret Yves, 2014, « Le guide touristique, un objet écrit pragmatique », Sémiotique mode d’emploi, K. Berthelot-Guiet, J.-J. Bouteaud éd., Lormond, Le bord de l’eau.

Johnson Susan, 2009, « Microfinance is Dead! Long Live Microfinance », Enterprise Development and Microfinance, vol. 20, no 4, p. 29 1-303.

Kerbrat-Orecchioni Catherine, 1980, L’énonciation de la subjectivité dans le langage, Paris, A. Colin.

Koren Roselyne, 2009, « Le récit de chiffres : enjeux argumentatifs de la “narrativisation” des chiffres dans un corpus de presse écrite contemporain », A contrario, no 12, p. 66-84.

Ledgerwood Joanna, 1999, Microfinance Handbook. An institutional and Financial Perspective, Washington (D. C.), World Bank.

Marion Philippe, 1997, « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », Recherches en communication, no 7, p. 61-88.

Morduch Jonathan, 2000, « The Microfinance Schism », World Development, vol. 28, no 4, p. 617-629.

Oger Claire, 2003, « Communication et contrôle de la parole : de la clôture à la mise en scène de l’institution militaire », Quaderni, no 52, p. 77-92.

Roodman David, 2012, Due Diligence: An Impertinent Inquiry into Microfinance, Washington (D. C.), Center For Global Development.

Siroux Jean-Louis, 2008, « La dépolitisation du discours au sein des rapports de l’organisation mondiale du commerce », Mots. Les langages du politique, no 88, p. 13-23.

Souchier Emmanuel, 1998, « L’image du texte : pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Les cahiers de médiologie, no 2, p. 137-145.

Souchier Emmanuel, 2012, « La mémoire de l’oubli : éloge de l’aliénation Pour une poétique de “l’infra-ordinaire” », Communication et langages, no 172, p. 3-19.

Todorov Tzvetan, 1981, Mikhaïl Bakhtine, le principe dialogique, Paris, Éd. du Seuil.

Vallée Odile, 2013, « La figure de l’emprunteuse dans la microfinance », L’Expansion Management Review, no 151, p. 28-37.

Verón Eliséo, 1978, « Sémiosis de l’idéologique et du pouvoir », Communications, no 28, p. 7-20.

Voirol Olivier, 2003, « Apparition d’une cause politique “globale” et critique de la “mondialisation”, L’Action mondiale des peuples (AMP) », Communication au colloque Les mobilisations altermondialistes, Paris, 3-5 décembre 2003, <www.afsp.msh-paris.fr/activite/groupe/germm/collgermm03txt/germm03voirol.pdf> (consulté le 13 février 2017).

Corpus

Centre for the Study of Financial Innovation, 2011, Microfinance Banana Skins 2011. The CSFI Survey of Microfinance Risk. Losing its Fairy Dust <http://www.csfi.org/s/Banana-Skins-01-11_WEB.pdf> (consulté le 9 mai 2017).

Daley-Harris Sam éd., 1997, The Microcredit Summit Campaign Report 1997 <www.microcreditsummit.org/resource/59/1997-microcredit-summit-report.html> (consulté le 8 mars 2017).

Daley-Harris Sam éd., 2002, The State of the Microcredit Summit Campaign Report 2002 <www.microcreditsummit.org/uploads/resource/document/socr_2002_full_62311.pdf (consulté le 8 mars 2017).

Daley-Harris Sam éd., 2003, The State of the Microcredit Summit Campaign Report 2003 <www.microcreditsummit.org/uploads/resource/document/socr_2003_full_96875.pdf> (consulté le 8 mars 2017).

Daley-Harris Sam éd., 2004, The State of the Microcredit Summit Campaign Report 2004 <www.microcreditsummit.org/uploads/resource/document/socr-2004_final_complete_73234.pdf> (consulté le 8 mars 2017).

Daley-Harris Sam éd., 2006, The State of the Microcredit Summit Campaign Report 2006 <http://www.microcreditsummit.org/uploads/resource/document/socr2006_21399.pdf> (consulté le 9 mai 2017).

Daley-Harris Sam éd., 2007, The State of the Microcredit Summit Campaign Report 2007 <www.microcreditsummit.org/uploads/resource/document/socr_2007_eng_31514.pdf> (consulté le 8 mars 2017).

Daley-Harris Sam éd., 2009, The State of the Microcredit Summit Campaign Report 2009 <http://www.microcreditsummit.org/uploads/resource/document/socr2009_71248.pdf> (consulté le 9 mai 2017).

Maes Jan P., Reed Larry R. éd., 2012, The State of the Microcredit Summit Campaign Report 2012 <http://www.microcreditsummit.org/uploads/resource/document/web_socr-2012_english_62819.pdf> (consulté le 9 mai 2017).

Reed Larry R. éd., 2011, The State of the Microcredit Summit Campaign Report 2011 <http://www.microcreditsummit.org/uploads/resource/document/socr-2011-english_41396.pdf> (consulté le 9 mai 2017).

Reed Larry R. éd., 2013, The State of the Microcredit Summit Campaign Report 2013 <http://www.microcreditsummit.org/resource/114/vulnerability-the-state-of-the.html> (consulté le 9 mai 2017).

Haut de page

Notes

1 Source <www.mixmarket.org> (consulté le 7 mars 2017) ; les données sont de 2011.

2 Il s’agit de l’entité « sœur » de Results. Son statut juridique lui permet de recevoir des dons du public.

3 Le nombre de clients cibles est passé de 100 à 175 millions. Le deuxième objectif consiste à permettre à 100 millions de familles de sortir de l’extrême pauvreté.

4 La Campagne du Sommet du microcrédit a organisé dix-sept sommets depuis 1997. Cf. son site Web <www.microcreditsummit.org> (consulté le 7 mars 2017).

5 Par exemple, la Reine Sofia d’Espagne, Hillary Clinton et Sheikh Hasina, premier ministre du Bangladesh. Cf. Daley-Harris, 1997, p. 2.

6 Outre la temporalité annuelle de leur diffusion, deux des rapports collectés portent en couverture la mention « À ne pas diffuser avant… » (Embargoed until…) attestant leur caractère événementiel.

7 La Campagne du Sommet du microcrédit a publié douze rapports d’activité au format imprimé de 1999 à 2012 (pas de rapports publiés en 2008 et 2010). Depuis 2013, les rapports font également l’objet d’une version multimédia en ligne et sortent du périmètre de l’étude. Le corpus a été constitué en langue anglaise. Il s’agit de documents originaux transmis à la chercheure par Sam Daley-Harris.

8 La Campagne du Sommet du microcrédit a organisé dix-sept sommets depuis 1997.

9 Voulant distinguer le narratif, comme un état explicite, de la narrativité, qui repose sur une « dimension promissive », Philippe Marion (1997, p. 84) caractérise ainsi la notion de ferment narratif : « Dans un sens ancien, le narratif désigne ce qui fait le récit. Je propose donc d’employer le terme de “narrativité”, non seulement pour désigner un constat (la narrativité “actualisée”) mais aussi dans une acception pragmatique de virtualité : on peut constater le caractère narratif de tel objet observé (par exemple un film de fiction), mais on peut aussi saisir du ferment narratif dans tel autre objet (par exemple une photographie qui suggère un récit qu’elle ne contient pas). »

10 À partir de 2011, Larry Reed, futur directeur de la Campagne du Sommet du microcrédit signe ou co-signe les rapports. Il est un praticien de la micro-finance et non pas un militant comme Sam Daley-Harris.

11 Par exemple, les étapes de la méthodologie d’enquête sont introduites comme suit dans le rapport de 2009 : « La campagne du sommet du microcrédit collecte des données pour le rapport d’état de la campagne depuis onze ans et vérifie ces données depuis ces neuf dernières années. Le processus est le suivant : 1) envoi des plans d’action institutionnels à des milliers de praticiens pour solliciter leurs données les plus récentes ; 2) campagne téléphonique auprès des 200 plus grandes institutions de micro-finance du monde pour encourager les soumissions ; 3) processus de vérification par des tiers des données soumises par les plus grandes institutions de micro-finance ; 4) compilation des données et analyse ; et 5) rédaction et publication du rapport. Ce processus a, depuis plus d’une décennie, permis la plus large collecte de données primaires issues des institutions de micro-finance. » (Daley-Harris, 2009, p. 22 ; nous traduisons).

12 Eliseo Verón distingue les conditions de production des discours sociaux de leurs conditions de « reconnaissance » (et non de leur réception). Il interroge la circulation du sens entre ces deux instances. Il identifie deux grammaires de reconnaissance, l’« effet idéologique » et l’« effet de scientificité » : « l’“effet de scientificité” repose sur une sorte de dédoublement : le discours est reconnu comme instaurant un rapport à son rapport au “réel” qu’il décrit. Ce rapport double peut être obtenu lorsqu’un discours, qui comme tout discours est soumis à des conditions de production déterminées, se montre précisément comme étant soumis à des conditions de productions déterminées. Autrement dit, le rapport du discours à son référent est marqué par le rapport du discours à ses conditions d’engendrement. » (Verón, 1978, p. 16).

13 Auteur de The End of Poverty. Economic Possibilities for our Time (New York, Penguin Books, 2006).

14 Adam, 1999, p. 9 ; l’auteur citant Le livre à venir de Maurice Blanchot en épigraphe.

15 Daley-Harris, 2003, p. 2 : « Réfuter le mythe… » (nous traduisons).

16 Cette fonction développée dès le rapport de 2002 a été dévolue aux marges des pages à partir de 2006.

17 Nous empruntons l’expression à F. Bernard (2007).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Couverture du Rapport 2004 (Daley-Harris, 2004)
Crédits http://www.microcreditsummit.org/​resource/​52/​state-of-the-microcredit-summit.html
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 894k
Titre Figure 2 – Couverture du Rapport 2011 (Reed, 2011)
Crédits http://www.microcreditsummit.org/​resource/​47/​state-of-the-microcredit-summit.html
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Figure 3 – Couverture du Rapport 2013 (Reed, 2013)
Crédits http://www.microcreditsummit.org/​resource/​114/​vulnerability-the-state-of-the.html
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Titre Figure 4 – Taux de couverture régional (Daley-Harris, 2004, p. 27)
Crédits http://www.microcreditsummit.org/​resource/​52/​state-of-the-microcredit-summit.html
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Figure 5 – Triple courbe de croissance (Daley-Harris, 2006, p. 21)
Crédits http://www.microcreditsummit.org/​resource/​50/​state-of-the-microcredit-summit.html
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 6 – Exemples de listes (Daley-Harris, 2006, p. 33)
Crédits http://www.microcreditsummit.org/​resource/​50/​state-of-the-microcredit-summit.html
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Figure 7 – Exemples de listes (Daley-Harris, 2006, p. 35)
Crédits http://www.microcreditsummit.org/​resource/​50/​state-of-the-microcredit-summit.html
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Figure 8 – Exemples de listes (Daley-Harris, 2006, p. 53)
Crédits http://www.microcreditsummit.org/​resource/​50/​state-of-the-microcredit-summit.html
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Titre Figure 9 – Le récit témoignage de Janèt Dèval, emprunteuse haïtienne de l’institution de micro-finance Fonkoze, « visage derrière les statistiques » (Daley-Harris, 2005, p. 2)
Crédits http://www.microcreditsummit.org/​resource/​51/​state-of-the-microcredit-summit.html
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 10 – Quatrième de couverture (Daley-Harris, 2004)
Crédits http://www.microcreditsummit.org/​resource/​52/​state-of-the-microcredit-summit.html
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Titre Figure 11 – Quatrième de couverture (Daley-Harris, 2004, p. 3)
Crédits http://www.microcreditsummit.org/​resource/​52/​state-of-the-microcredit-summit.html
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 837k
Titre Figure 12 – Quatrième de couverture (Daley-Harris, 2005, p. 16)
Crédits http://www.microcreditsummit.org/​resource/​51/​state-of-the-microcredit-summit.html
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Figure 13 – Quatrième de couverture (Maes et Reed, 2012, p. 12)
Crédits http://www.microcreditsummit.org/​resource/​46/​state-of-the-microcredit-summit.html
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Figure 14 – Couverture (Centre for the Study of Financial Innovation, 2011)
Crédits http://www.csfi.org/​s/​Banana-Skins-01-11_WEB.pdf
URL http://journals.openedition.org/mots/docannexe/image/22735/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile Vallée, « L’État de la Campagne du Sommet du microcrédit : décrire pour prescrire », Mots. Les langages du politique [En ligne], 114 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2019, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/mots/22735 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mots.22735

Haut de page

Auteur

Odile Vallée

Audencia Business School (Nantes), département Communication et culture, Rn’B Lab, GRIPIC-CELSA (EA 1498)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search