Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros117DossierSplendeurs et misères des petites...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Splendeurs et misères des petites phrases

The splendour and misery of soundbites
Esplendor y miseria de las frases cortas
Henri Boyer et Chloé Gaboriaux
p. 9-17

Texte intégral

Nous remercions les membres du comité éditorial pour leur relecture attentive de cette introduction, et tout particulièrement Sylvianne Rémi-Giraud, qui nous a épaulés tout au long de la réalisation de ce dossier.

  • 1 Dans cette introduction comme dans le reste du dossier, les italiques permettent de distinguer la (...)
  • 2 D. Appriou, Petite histoire des grands mots historiques : de Jules César à Jacques Chirac, 2000 an (...)
  • 3 D. Morin, 100 petites phrases des grands hommes, Paris, Ellipses, 2011.
  • 4 Anonyme, Les mots des politiques : de Clemenceau à Chirac, les « petites phrases » qui ont fait et (...)
  • 5 S. Huet « Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous » ou Les petites phrases du septen (...)
  • 6 Pour ne citer qu’un exemple, le dictionnaire des citations sur Le Monde.fr : http://dicocitations. (...)

1Qui ignore aujourd’hui ce qu’est une petite phrase1 ? L’expression s’est progressivement figée, faisant son entrée dans le Trésor de la langue française dès 1988 (Brasart, 1994), qui la définit comme un « propos bref d’un homme politique, qui sert à frapper l’opinion ». En 2011, l’Académie l’accueille dans la neuvième édition au sens de « formule concise qui, sous des dehors anodins, vise à marquer les esprits ». Les journaux en ont fait le titre de rubriques quotidiennes ou hebdomadaires – par exemple Sud Ouest, « La petite phrase », ou encore Aujourd’hui en France, « Bureau de vérification de la petite phrase ». Les éditeurs ne sont pas en reste, avec des publications qui en disent long sur la façon dont nous nous représentons les petites phrases : recueils à l’ambition historique plus ou moins assurée – certains remontent gaiement à Jules César ou Henri IV2, d’autres y voient la marque du grand homme3 ou même le moteur de l’histoire4 – ou chroniques journalistiques et humoristiques des campagnes électorales ou des mandats présidentiels5. À cet égard, la vie politique de la Ve République – surtout à partir des années 1970 – constitue un réservoir sans cesse renouvelé de petites phrases à commenter, comme en témoigne un ouvrage récent – La petite phrase de Michel Le Séac’h, paru en 2015 chez Eyrolles – qui répertorie et traite une cinquantaine de cas, dont une partie alimente par ailleurs de nombreux sites internet6. Certaines sont particulièrement citées : depuis le mot de Françoise Giroud (1974), journaliste et un temps femme politique, à l’encontre de Jacques Chaban-Delmas, candidat à l’élection présidentielle, « On ne tire pas sur une ambulance », jusqu’à « Mon [véritable] adversaire, c’est le monde de la finance ! » de François Hollande (2012), en passant par « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde », de Michel Rocard (1989).

2Cette courte énumération souligne d’ores et déjà la diversité des propos qui peuvent être qualifiés par les acteurs sociaux de « petite phrase ». Celle de F. Giroud est un extrait à peine tronqué de l’un de ses articles pour L’Express : « En attendant, on ne tire pas sur une ambulance »7. Le propos de F. Hollande est quant à lui le fruit d’une reformulation des journalistes, qui en offre une expression condensée mais relativement fidèle à l’esprit du discours (en italique, les éléments repris et condensés en une seule phrase) :

Je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire. Il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Il ne présentera jamais sa candidature. Il ne sera donc pas élu. Et pourtant, il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. (Discours du Bourget, 22 janvier 2012)

  • 8 Voir à ce sujet l’intéressante mise au point de Thomas Deltombe, dans Le Monde diplomatique du 30  (...)

3La citation de Michel Rocard relève encore d’un autre type de petite phrase dans la mesure où elle fait l’objet de multiples interprétations et contestations8. Lui-même affirme dans les années 1990 que la citation est extraite d’un discours prononcé en 1989, dont le texte a disparu, mais où il aurait affirmé :

La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part. (Le Monde, 24 août 1996)

4Comme les précédentes, cette petite phrase serait le résultat d’une extraction tronquée, mais, contrairement à elles, elle n’est pas assumée par l’auteur qui accuse ses adversaires de l’avoir sortie de son contexte et dénaturée en supprimant ce qui suit. L’existence de cette seconde proposition viendrait en effet nuancer fortement le propos en mettant l’accent sur « la part de la France » (c’est le titre de la tribune dans laquelle il commente ses propres propos), dont la première proposition indique seulement, à la manière d’une concession, qu’elle ne saurait correspondre à « toute la misère du monde ».

5L’évidence que semble revêtir la désignation « petite phrase » dans le langage courant se heurte ainsi à la diversité de ses usages. Peut-on dire à son propos, comme le suggèrent les dictionnaires mentionnés plus haut, que le mot de M. Rocard « sert à frapper l’opinion » ou « vise à marquer les esprits » ? Ce qui le distingue des autres exemples, c’est qu’il échappe à l’intention de son auteur au profit de ceux qui prétendent le citer : ce sont eux qui cherchent à toucher le public en faisant circuler la petite phrase. Le rôle des locuteurs seconds – en particulier des journalistes – est d’ailleurs mis en avant dans la définition que Le Petit Robert propose de la petite phrase :

Loc. Petite phrase, extraite des propos d’un personnage politique et abondamment commentée par les médias. « Une petite phrase” à laquelle on n’aurait d’ailleurs pas fait attention si les journalistes […] ne l’avaient mise triomphalement en circulation. » A. Ernaux. (Le Petit Robert, 2016)

6La définition retenue est plus extensive que celles du Trésor de la langue française ou de l’Académie puisqu’elle peut englober toute citation extraite d’un discours politique, qu’elle soit fidèle ou non, qu’elle ait été intentionnellement formatée par son locuteur premier pour être reprise ou non, à condition qu’elle soit « abondamment » diffusée et commentée. Mais elle ne décrit qu’une partie de ses emplois, ne serait-ce que parce que la locution ne désigne pas seulement les propos des acteurs politiques, mais aussi, plus largement, ceux des acteurs médiatisés.

7Elle en fait en outre un objet plus difficile à cerner scientifiquement, ce qui explique peut-être la rareté des études consacrées au phénomène : l’analyse de discours ne s’en est en effet saisi que récemment, soulignant l’intérêt de cet objet d’étude (Krieg-Planque, Ollivier-Yaniv éd., 2011 ; Maingueneau, 2006, 2011 et 2012).

De la désignation courante à la description scientifique des petites phrases

8Toute la difficulté – mais aussi le sel – de l’entreprise tient notamment à la dénomination même de « petite phrase ». Comme l’a montré Alice Krieg-Planque, elle est avant tout « un syntagme dénominatif métalinguistique non savant » (Krieg-Planque, 2011, p. 26), autrement dit une expression propre aux acteurs sociaux investis dans la vie politique et médiatique, qui l’emploient pour qualifier un ensemble d’énoncés spécifiques à leur milieu. Empruntée au vocabulaire grammatical, cette dernière est pourtant employée de façon plus ou moins adéquate, comme en témoignent les exemples suivants, qui ne sont pas des phrases au sens strict du terme (en italique), mais qui reçoivent néanmoins l’appellation de « petites phrases » (que nous soulignons) :

De cet entretien, réalisé comme celui d’aujourd’hui dix jours après le premier G8 du nouveau président, l’histoire avait essentiellement retenu une petite phrase de Patrick Poivre d’Arvor, comparant M. Sarkozy à « un petit garçon fébrile dans la cour des grands ». (Le Monde, 30 mai 2012)

À la Chambre de commerce de Lorient, on n’a pas prêté attention à la petite phrase de Manuel Valls : « L’aéroport de Lann-Bihoué est avant tout un aéroport militaire. C’est sa force ». (Ouest-France, 2 décembre 2015)

9L’expression prend en outre une valeur péjorative. L’adjectif petit renvoie alors à la fois à la forme des énoncés visés, plus ou moins courts, mais aussi, axiologiquement, à la médiocrité vers laquelle ils font signe, à la « petitesse » de la parole politique. L’existence des petites phrases est ainsi très souvent associée en discours à la dégradation de la vie politique dont elles témoigneraient : une vie politique où la forme prime sur le fond, le style sur les idées, la visibilité sur l’argumentation. On voit donc rarement des locuteurs qualifier de « petite phrase » l’un de leurs énoncés, mais on observe au contraire régulièrement des prises de distance à leur égard. Interrogé par Claude Askolovitch (iTélé, le 29 août 2015) sur les propos tenus à l’université d’été du PS à La Rochelle, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, se refuse par exemple à tout commentaire en déclarant ne pas être intéressé par le « concours des petites phrases ». Il en va de même pour Pierre Laurent, leader du PC et du Front de gauche, qui déclare à Apolline de Malherbe sur BFMTV (« BFM Politique ») le 11 octobre 2015 : « Le jeu des petites phrases nuit profondément à la politique »… Ces condamnations circulent autant que les petites phrases, comme si les unes n’allaient pas sans les autres. Quand elles n’accompagnent pas les commentaires de telle ou telle petite phrase, elles s’inscrivent dans une critique plus générale adressée à la « politique politicienne », qui s’invite dans les éditoriaux, les tribunes ou encore le courrier des lecteurs, toujours prompts à réprouver « la recherche de scoops, de petites phrases ou autres réactions à chaud » (Télérama, 25 janvier 2017).

10La description scientifique de ce phénomène linguistique (et fait discursif) se veut à la fois plus objective et plus neutre. Il s’agit d’un segment de taille variable, emprunté à un ensemble discursif plus long pour être reproduit – fidèlement ou non – dans la sphère médiatique, de façon décontextualisée, souvent en raison de son caractère polémique. Dans cette perspective, la petite phrase relève non seulement d’une stratégie discursive (Charaudeau, 2005) mise en place par le ou les locuteurs seconds – qui y sont parfois invités par la stratégie discursive du locuteur premier – en vue d’une exposition médiatique maximale, mais aussi d’un formatage médiatique de la parole politique. Elle est le produit d’une « co-énonciation », inséparable des moyens de communication du moment, qui la vouent à une circulation médiatique plus ou moins poussée – ou « panaphorisation » (Maingueneau, 2011).

11Tout en écartant la dimension axiologique propre à l’expression dans le langage courant, l’approche scientifique de la petite phrase ne renonce pourtant pas forcément à en interroger les effets, notamment en termes de dépolitisation. En alimentant de manière non négligeable l’opinion collective selon laquelle, dans la communication médiatique, le spectacle l’emporte sur le sérieux, le phénomène politico-médiatique des petites phrases ne contribue-t-il pas à nourrir la perte de légitimité des médias, et avec elle celle des « logocrates » (Béaud, 1984) et de la classe politique (Verón, 1995) ? Plus de vingt ans après, ces interrogations restent entières, même si nous sommes aujourd’hui enclins à les reformuler dans une démarche plus compréhensive qu’évaluative. Comment rendre compte de la péjoration attachée à l’emploi courant de « petite phrase » ? Que nous dit-elle de la façon dont sont présentées et reçues les configurations politico-médiatiques actuelles et les stratégies discursives qu’elles conditionnent ? Que révèle-t-elle de la mise en scène du conflit politique, des cadrages dont il fait l’objet et des interprétations qui en sont proposées ?

Prendre au sérieux le jeu des petites phrases

12Dans le prolongement des premiers travaux sur les petites phrases, qui insistaient à juste titre sur la complémentarité des approches (Krieg-Planque, Ollivier-Yaniv éd., 2011, p. 21), le présent dossier se veut résolument pluridisciplinaire : les sciences du langage, de la communication et de l’information et la sociologie politique sont appelées à rendre compte des différentes facettes du phénomène. Avec les outils propres à leur champ d’étude, les auteurs des contributions rassemblées ici nous invitent à prendre au sérieux le jeu des petites phrases. Loin de la poudre aux yeux à laquelle l’opinion commune semble les réduire, elles témoignent au contraire de stratégies discursives complexes, qui intègrent avec plus ou moins de bonheur l’indétermination suscitée par leur co-énonciation.

  • 9 Comme nous le verrons plus tard, la co-énonciation fait en réalité coexister l’ethos du locuteur p (...)

13Dans son article consacré à « La culture n’est pas une marchandise », Irit Sholomon-Kornblit souligne ainsi la portée argumentative d’une petite phrase devenue une arme dans le combat contre la libéralisation des échanges portant sur les biens culturels. Condensant les principes idéologiques des avocats de l’exception culturelle, cette dernière fonctionne comme un mot d’ordre voué à être reformulé, infléchi, commenté et contesté. À cet égard, la petite phrase n’est pas sans rapport avec la « formule » (Krieg-Planque, 2009), comme le soulignent d’ailleurs d’autres textes du dossier. Elle manifeste comme elle une dimension polémique et peut être construite à partir d’une « formule » et/ou se muer au fil du temps en « formule », lorsque le locuteur premier – réel ou allégué – disparaît des textes et des mémoires. L’une de ses spécificités réside donc dans son attribution à un auteur, qui donne un tour particulier à sa force argumentative en l’associant à la construction d’un ethos, assumé par le locuteur premier lorsque la circulation médiatique de son énoncé répond à son intention initiale, assigné par le locuteur second au locuteur premier lorsque la petite phrase se dérobe à ce dernier9.

14C’est par ce dernier cas que Patrick Brasart commençait d’ailleurs l’article qu’il a consacré au sujet à travers un corpus datant de la fin du xviiie siècle, dans un précédent numéro de notre revue (Brasart, 1994) : reformulées par leurs adversaires, les petites phrases des orateurs leur échappent bien souvent en dépit des efforts qu’ils déploient pour se les réapproprier et en contrôler le sens. Là encore, la circulation de l’énoncé est indissociable du débat idéologique qu’il vient nourrir et dans lequel il constitue à la fois un enjeu et un instrument des luttes de représentations propres à la scène politico-médiatique.

15Ce détour par l’histoire permet d’ailleurs de mettre à distance le mythe d’un âge d’or dans lequel semble prise la condamnation des petites phrases, qui les oppose toujours peu ou prou aux grandes idées du passé, portées par une éloquence désormais perdue. L’article montre en effet que les acteurs médiatiques et politiques n’ont pas attendu les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour faire circuler des expressions ciselées visant à retenir l’attention et marquer la postérité. Le long xixe siècle (1789-1914), qui voit l’avènement du parlementarisme et l’essor de la presse, constitue en cette matière comme en d’autres un laboratoire démocratique riche d’enseignements.

Contemporanéité du phénomène

16Il ne faut pas cependant surestimer la permanence historique du phénomène. La petite phrase renvoie désormais à un fait tout à la fois linguistique, discursif et politique inséparable des configurations politico-médiatiques qui sont les nôtres. Car il convient de prendre toute la mesure du rôle d’internet et des réseaux sociaux, ainsi que de celui des chaînes d’information en continu comme BFMTV, LCI et CNews, dans le calibrage dont la petite phrase est issue et dans la recherche d’un retentissement médiatique… Comme le note D. Maingueneau, « le développement récent d’une configuration médiatique qui associe étroitement presse imprimée, radio, télévision, Internet et téléphonie mobile a permis de porter à un niveau inégalé le détachement et la mise en circulation des aphorisations » (Maingueneau, 2011, p. 45).

17Pour interroger le phénomène, il faut donc partir d’un constat : celui de l’intrication du champ des médias (de l’ensemble des médias, y compris évidemment des « nouveaux médias ») et de celui de la politique, dans une société médiatisée (Verón, 1991), et de l’avènement d’une communication politico-médiatique intégrée où le champ médiatique a une position dominante dans le champ du pouvoir (Bourdieu, 2013), singulièrement en matière de production-promotion des représentations collectives et/ou sociales et de diffusion des idéologies dominantes. Car c’est bien la pression du principe d’empathie, consistant à anticiper la réception et à s’assurer l’adhésion supposée du destinataire (Lochard, Boyer, 1998), qui s’exerce sur les mécanismes de la petite phrase et conduit à alimenter le processus permanent de stéréotypage médiatique qu’elle incarne.

18La contribution d’Éric Treille le montre bien à propos des primaires qui se sont tenues en 2016-2017 : les conditions médiatiques – « une minute pour convaincre » ! – ont puissamment encouragé la production de petites phrases par les candidats et leur diffusion dans la presse et sur les réseaux sociaux. Mais la différence entre les petites phrases du passé et celles du présent n’est pas seulement d’ordre quantitatif. L’auteur souligne que les petites phrases mettent aussi en question, sur un plan qualitatif, la nature du conflit politique. D’un côté, le cadrage médiatique dont elles font l’objet contribue à dramatiser les affrontements. De l’autre, les acteurs politiques jouent sur cette théâtralisation pour au contraire atténuer les oppositions, par anticipation stratégique des ralliements à venir.

Un symptôme des configurations politico-médiatiques du moment

19La mise en évidence du rapport ambivalent des petites phrases au conflit, qu’elles exaspèrent et appauvrissent en même temps, constitue l’un des apports importants de ce dossier. Romain Mathieu souligne ainsi les usages stratégiques qu’en font les acteurs politiques dans leurs négociations – ici les discussions inter-partisanes internes à la gauche radicale. Il s’agit pour eux d’instrumentaliser l’appétence des médias pour ces énoncés sans jamais pourtant être assurés du résultat, dans un jeu subtil qui multiplie les intervenants et mêle recherche de compromis et mise en tension.

20L’étude fait aussi ressortir un trait fondamental de la petite phrase telle qu’elle se déploie aujourd’hui dans le champ politico-médiatique : elle s’exhibe toujours plus ou moins comme un geste de dévoilement, endossé tantôt par le locuteur premier, tantôt par le ou les locuteurs seconds, qui signale de façon plus ou moins marquée le passage du off au on, des coulisses à la scène publique. Ainsi la petite phrase vient-elle ici donner un aperçu de tractations censées rester secrètes, mais dont certains éléments sont rendus publics dans l’espoir d’inverser le rapport de forces, avec l’aide parfois involontaire des journalistes.

21Le travail de Sarah Al-Matary et Chloé Gaboriaux, consacré aux petites phrases de la campagne électorale de 2016-2017, vient confirmer ces résultats. Ces énoncés se résument en effet rarement à des joutes verbales vides de sens, mais renvoient aux clivages politiques en pleine mutation, qu’elles synthétisent en des formulations frappantes – au besoin transformées par le ou les locuteurs seconds – vouées dès lors à circuler et, ce faisant, à perdre leur efficacité initiale sous l’effet de la répétition…

22Faut-il dès lors chercher là le peu d’estime dans lequel les petites phrases sont en général tenues dans l’opinion ? L’article d’Annabelle Seoane, qui envisage la catégorisation de « petite phrase » d’un point de vue pragmatique, en donne un autre éclairage, tout à fait stimulant. La dimension péjorative attachée au syntagme « petite phrase » est avant tout le fait du locuteur second, qui vise à mettre en avant un ethos de journaliste à la fois fin observateur et perspicace décrypteur de l’actualité politique : placé ainsi dans une position de surplomb, il peut alors jouer la connivence avec son lectorat, mais tend aussi à déprécier la teneur des propos rapportés au profit de sa propre analyse. Autrement dit, la dépolitisation du débat souvent attribuée à la prolifération des petites phrases devrait plutôt l’être à la spécificité de la co-énonciation qu’elles impliquent, marquée par un rapport distancié, supérieur, voire condescendant, du locuteur second au propos qu’il rapporte – et dont les destinataires sont invités à se moquer ou s’indigner à leur tour.

Haut de page

Bibliographie

Béaud Paul, 1984, La société de connivence : media, médiations et classes sociales, Paris, Aubier.

Bourdieu Pierre, 2013, « Séminaires sur le concept de champ, 1972-1975 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 200, p. 4-37.

Brasart Patrick, 1994, « Petites phrases et grands discours (Sur quelques problèmes de l’écoute du genre délibératif sous la Révolution française) », Mots. Les langages du politique, no 40, p. 106-112.

Charaudeau Patrick, 2005, Le discours politique : les masques du pouvoir, Paris, Vuibert.

Krieg-Planque Alice, 2011, « Les “petites phrases” : un objet pour l’analyse des discours politiques et médiatiques », Communication & langages, no 168, p. 23-41.

Krieg-Planque Alice, 2009, La notion de « formule » en analyse du discours : cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Krieg-Planque Alice, Ollivier-Yaniv Caroline éd., 2011, Les « petites phrases » en politique [numéro thématique], Communication & langages, no 168.

Lochard Guy, Boyer Henri, 1998, La communication médiatique, Paris, Seuil.

Maingueneau Dominique, 2012, Les phrases sans texte, Paris, Armand Colin.

Maingueneau Dominique, 2011, « Les “petites phrases” : sur une petite phrase “de” Nicolas Sarkozy. Aphorisation et auctorialité », Communication & langages, no 168, p. 43-56.

Maingueneau Dominique, 2006, « Les énoncés détachés dans la presse écrite. De la surassertion à l’aphorisation », Tranel, no 44, p. 107-120.

Verón Eliseo, 1995, « Médiatisation du politique : stratégies, acteurs et construction des collectifs », Hermès, no 17-18, p. 201-214.

Verón Eliseo, 1991, « Les médias en réception : les enjeux de la complexité », Médiaspouvoirs, no 21, p. 166-172.

Haut de page

Notes

1 Dans cette introduction comme dans le reste du dossier, les italiques permettent de distinguer la référence à des petites phrases d’une part de l’appellation de « petite phrase » d’autre part, cette dernière étant employée par les acteurs sociaux pour désigner des énoncés qu’ils considèrent comme des petites phrases.

2 D. Appriou, Petite histoire des grands mots historiques : de Jules César à Jacques Chirac, 2000 ans de petites phrases, Paris, Le Pré aux clercs, 1999, et, avec un peu plus de fantaisie : D. Appriou, Il y a des mots qui tuent ! D’Henri IV à François Hollande, les petites phrases qui ont marqué l’histoire ou pas, Tours, Éditions Sutton, 2016.

3 D. Morin, 100 petites phrases des grands hommes, Paris, Ellipses, 2011.

4 Anonyme, Les mots des politiques : de Clemenceau à Chirac, les « petites phrases » qui ont fait et défait la République !, Paris, Ramsay, 1996.

5 S. Huet « Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous » ou Les petites phrases du septennat, Paris, J. Picollec, 1981 ; L. Espitalier-Noël, Présidentielles 2012 : la campagne en petites phrases, Saint-Denis, Édilivre, 2012, et, plus sarcastiques : P. Honoré, Je hais les petites phrases, Paris, Charlie Hebdo – Les Échappés, 2011, et O. Clodong, Politiques, le cumul des mandales : petites phrases, bévues et mots assassins, Paris, Mille et une nuits, 2013.

6 Pour ne citer qu’un exemple, le dictionnaire des citations sur Le Monde.fr : http://dicocitations.lemonde.fr/citations-humour-drole-13.php (consulté le 04/04/2018).

7 F. Giroud, « On ne tire pas sur une ambulance », L’Express, 24 avril 1974, https://www.lexpress.fr/actualite/politique/on-ne-tire-pas-sur-une-ambulance_497072.html (consulté le 04/04/2018).

8 Voir à ce sujet l’intéressante mise au point de Thomas Deltombe, dans Le Monde diplomatique du 30 septembre 2009, https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2009-09-30-Rocard (consulté le 04/04/2018).

9 Comme nous le verrons plus tard, la co-énonciation fait en réalité coexister l’ethos du locuteur premier – assumé ou assigné – et l’ethos du locuteur second, dont la construction est inhérente à son geste discursif d’extraction et de citation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Boyer et Chloé Gaboriaux, « Splendeurs et misères des petites phrases », Mots. Les langages du politique [En ligne], 117 | 2018, mis en ligne le 05 juillet 2018, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mots/23160

Haut de page

Auteurs

Henri Boyer

Université Paul-Valéry Montpellier, DIPRALANG – henri.boyer@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Chloé Gaboriaux

Université de Lyon, Sciences Po Lyon, Triangle (UMR 5206) – chloe.gaboriaux@sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search