Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

No 121, novembre 2019 – Restons groupés ! La construction discursive des relations sociales

Date limite de réception des avant-projets : 10 septembre 2018

Restons groupés ! La construction discursive des relations sociales

Coordonné par Valérie Bonnet, Chloé Gaboriaux et Marie Plassart

Dans les débats publics sur l’organisation de la société figurent aujourd’hui plusieurs sujets d’inquiétude, souvent anciens et en partie contradictoires : les « groupes d’intérêt » d’une part, fréquemment associés en Europe au délitement du principe d’intérêt général, le « communautarisme » d’autre part, qui impliquerait la place excessive donnée à certains types de groupes, et enfin une « polarisation » jugée dangereuse lorsque l’affiliation à des groupes supposément antagoniques met en question la possibilité même du dialogue, le tout bien souvent pris dans le constat, en général formulé sur le mode de la déploration, de la fragmentation du lien social. C’est pourquoi il nous a semblé opportun de rouvrir à nouveaux frais la réflexion collective sur le travail langagier qui fait, défait et refait les groupes sociaux dans l’espace public. Plus précisément, nous souhaitons que ce dossier contribue à l’analyse de la façon dont le langage participe à la définition des groupes les uns au regard des autres, dans une interaction propre au conflit qu’avait déjà mise en lumière Georg Simmel (1992 [1908]) : comment le renforcement du consensus interne au groupe à travers le dissensus à l’égard des autres groupes opère-t-il sur le plan langagier, et vice versa ? Plus spécifiquement, comment les groupes se définissent eux-mêmes en définissant – désignant, qualifiant – les autres et inversement comment l’autodésignation constitue aussi une désignation de l’autre (voir Béjoint, 1980) ?

Notre intérêt porte ainsi sur les phénomènes de catégorisation et d’autocatégorisation des groupes sociaux, même s’il convient, à la suite de Pierre De Visscher (2015), de bien distinguer la réalité sociale effective qu’est le « groupe » de la « catégorie », qui peut relever d’un travail de « mise ensemble » en partie déconnecté de l’existence réelle desdits groupes. L’analyse des innovations ou évolutions discursives, sémantiques et lexicales ainsi que l’étude de l’apparition de nouveaux genres de discours sur le groupe nous semblent à même de mettre au jour l’historicité et l’évolution des catégories qui ordonnent les sociétés en un système dynamique, mais aussi la concurrence entre les catégories et leur potentiel de transformation, voire de subversion de l’ordre social. Plus que jamais, la description du social se fait prescription (Bourdieu, 1981). Il nous paraît donc utile d’actualiser l’un des terrains privilégiés de notre revue dès sa fondation, à l’aune des désignants sociaux contemporains et dans la perspective pluridisciplinaire qui est celle de Mots. Les langages du politique.

La question intéresse en effet différentes approches, qu’il nous semble fructueux de faire dialoguer. Elle implique en effet des phénomènes discursifs qui rendent compte et participent de processus à la fois cognitifs et sociaux. Les problématiques de la nomination, par exemple, prises en charge par les sciences du langage (voir par exemple Longhi éd., 2015), rencontrent à travers celles de la catégorisation les préoccupations de la psychologie sociale (De Visscher éd., 2005) ou de la sociologie politique (Martin éd., 1999), qu’il s’agisse d’enquêter sur la façon dont le discours témoigne de la cognition sociale (Dubois éd., 2016) ou de s’interroger sur le rôle de celle-ci sur l’organisation effective du monde (Avanza, Laferté, 2005).

On pourra ainsi s’interroger sur les différents processus, qui, selon Martina Avanza et Gilles Laferté (2005), contribuent à l’« identification » des groupes : assignation d’une identité non choisie, constitution d’une « image sociale » par le groupe, ses représentants, porte-paroles, ou expression individuelle d’« appartenance ». Le jeu entre identification, image sociale et appartenance est en effet au cœur du travail de négociation et de recomposition constante des relations intergroupes.

À cet égard, la réflexion pourra porter sur les catégories générales qui désignent des entités collectives plus ou moins abstraites mais souvent en rapport avec des groupes sociaux qu’il s’agit de décrire ou de mobiliser (sur les « catégories socioprofessionnelles », voir par exemple Chauvel, 2001, sur « classe » et « groupe », voir Bonnet, 2017) ou sur les désignants collectifs qui les singularisent relativement les uns aux autres. Ces derniers permettront de souligner la diversité des énoncés susceptibles de construire, entretenir ou redéfinir la position du groupe dans un système, ses frontières et points de passage vers d’autres groupes, ses repoussoirs ou miroirs inversés. On trouvera matière à étudier ces processus dans les corpus qui relèvent d’un travail d’identification : débats et textes législatifs sur l’immigration ou sur les ayants droit de l’État providence, questionnaires de l’INSEE ou débats médiatiques assignant des individus à une identité de groupe. On retrouvera également ces processus intergroupes à l’œuvre dans les discours de construction d’une image sociale : dans les statuts des associations, dans l’onglet « qui sommes nous » des sites web, les communiqués de presse, les programmes politiques, le discours des musées, des chancelleries ou de l’industrie du tourisme. Enfin, le travail linguistique de mise en relation des groupes s’opère dans la construction discursive de l’appartenance individuelle, dans les professions de foi de candidats, dans les entretiens d’histoire orale, les enquêtes sociologiques ou d’opinion par exemple.

Pour rendre compte de constructions en perpétuelle recomposition, une attention particulière sera portée aux inventions et évolutions lexicales, qui créent ou redéfinissent parfois imperceptiblement les contours du système intergroupes. La question de la nomination est donc au cœur de ce projet de dossier, qui vise notamment à rendre compte du fonctionnement des noms collectifs humains. On s’intéressera notamment à la concurrence entre les désignants et à la recomposition implicite d’un ensemble de termes connexes et antonymes qu’ils impliquent : pourquoi « musulman » tend-il à s’imposer par rapport à « nord-africain », « arabe » ou « maghrébin » (voir également l’évolution du terme nigger (Bonnet, 2011) ? Ou, à propos de la culture dominante, quand dit-on qu’elle est « catholique », « chrétienne » ou « judéo-chrétienne » ? Et plus récemment outre-Atlantique, la « middle-class » a-t-elle été absorbée par le slogan « we are the 99 % », promettant un retour au pilori de la classe des « barons voleurs » de la fin du xixe siècle ? Ces évolutions lexicales et sémantiques reflètent la manière dominante de représenter les groupes ou de se représenter en tant que groupe et leur étude permet d’éclairer des basculements politiques sous-jacents et des évolutions en valeur dans l’échelle de représentation des groupes.

Mais la constitution des groupes les uns par rapport aux autres ne passe pas seulement par le choix de certains désignants. Elle se lit aussi dans la diffusion de certaines constructions verbales (sur le modèle « faire société » : Rémi-Giraud, 2016) et plus largement de patrons syntaxiques privilégiés, qui témoignent à la fois des recompositions sociales en cours comme de la mise en échec de certains liens sociaux. Elle est également le fruit de construction rhétorique d’un ethos collectif, a fortiori polarisant (Orkibi, 2016).

Elle est également indissociable de l’émergence des controverses et de la reconfiguration plus ou moins durable de la polarisation politique qu’elle sous-tend lorsqu’elle se fonde sur des catégories sociales. Les conditions médiatiques du succès de telles ou telles catégories pourront ainsi être mises en lumière ou du moins confrontées à des inventions dont la fortune est moindre (« bobos » et « immigrés de la troisième génération » versus les « catholiques zombies » d’Hervé Le Bras et Emmanuel Todd [2013] par exemple). Enfin, le fait de dire la relation entre les groupes, indissociable du fait de dire le/les groupes, peut être articulé à une perspective descriptive (et de ce fait réifiante) ou à une mise en question de l’ordre existant ou perçu comme tel. Se pose alors la question des phénomènes de transgression et de subversion dans la construction langagière des groupes, en particulier dans le cas d’usages renforçant ou contestant l’ordre établi et ses rapports de force. Les phénomènes de retournement du stigmate (Goffman, 1975) opérés par l’ouvriérisme, la Gay Pride ou « les indigènes de la république » relèvent de cette problématique, comme les enjeux de la désignation des « élites » par rapport aux « dominants », des « sans-emploi » par rapport aux « privés d’emploi » ou encore des « partenaires sociaux » par rapport aux « syndicats » et « patrons ».

Références

Amossy Ruth, 2010, La présentation de Soi. Ethos et identité verbale, Paris, Presses universitaires de France.

Avanza Martina, Laferté Gilles, 2005, « Dépasser la “construction des identités”  ? Identification, image sociale, appartenance », Genèses, no 61, 4, p. 134‑152.

Barkey Karen, 2008, « The meaning of communities in Empires and their legibility » et « Minorities at Risk : Toleration unraveled and the construction of “bounded identities” » dans Empire of Difference, Cambridge, Cambridge University Press, p. 12, 277.

Baumann Martin, 2000, « Diaspora : genealogies of semantics and transcultural comparison », Numen, vol. XLVII, no 3, p. 317-337.

Béjoint Henri, 1980, « La représentation de l’étranger dans le lexique américain », Revue française d’études américaines, no 9, p. 107-116.

Bonnet Valérie, 2017, « Classe », Selp.eu, https://selp.eu/​lexique/​classe/​.

2017, « Groupe », Selp.eu, https://selp.eu/​lexique/​groupe/​.

2011, « “Don’t call me Nigger, Whitey”. L’autodésignation de la communauté afro-américaine et la construction identitaire », Communication, vol. XXVIII, no 2,
http://journals.openedition.org/​communication/​1803.

Bouffartigue Paul éd., 2015 [2004], Le retour des classes sociales, Paris, La Dispute.

Bourdieu Pierre, 1981, « Décrire et prescrire [Note sur les conditions de possibilité et les limites de l’efficacité politique] », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. XXXVIII, p. 69-73.

1977, « La production des croyances : contribution à une économie des liens symboliques », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. XIII, p. 3-43.

Bourhis Richard Y., Leyens Jacques-Philippe, 1994, Stéréotypes, discrimination et relations intergroupes, Liège, Mardaga.

Boyer Henri, 2007, Stéréotypage, stéréotypes : fonctionnements ordinaires et mises en scène, Actes du colloque international de Montpellier, 21, 22 et 23 juin 2006, université Montpellier 3, Paris, L’Harmattan.

Castoriadis Cornélius, 1975, L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil.

Campbell Donald T., 1958, « Common fate, similarity and other indices of the status of aggregates of persons as social entities », Behavioural Sciences, vol. III, no 1, p. 14-25.

Chauvel Louis, 2001, « Le retour des classes sociales ? », Revue de l’OFCE, no 79, p. 315‑359.

Collectif, 1987, Comment nommer ? Barbares – Berbères. Islam. Arbre de la liberté. Economia. Les juifs de Cagayous. Sig(is)mund [numéro thématique], Mots. Les langages du politique, no 15.

De Visscher Pierre éd., 2005, Préjugés, stéréotypes et relations intergroupes [numéro thématique], Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, no 67-68.

– 2005, « Une interrogation taxinomique : relations “intergroupes” ou ensembles flous ? », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, no 67-68, p. 153-161.

Dubar Claude, 1991, La socialisation : construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin.

Dubet François, 2012, « Classes sociales et description de la société », Revue Française de Socio-Économie, no 10, p. 259‑64.

Dubois Danièle éd., 2016, Catégorisation et cognition : de la perception au discours, Paris, Kimé.

El Hadani Nadia, Loubère Lucie, Moreno Calvo Mariola, Souillard Natacha, Marchand Pascal, 2015, Médias et invisibilité sociale : le rôle des médias dans le processus de visibilité ou d’invisibilité sociale de certains publics, Rapport de recherche pour l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, http://www.onpes.gouv.fr/​Medias-et-invisibilite-sociale.html.

Ferréol Gilles, Jucquois Guy éd., 2005, Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, Paris, Armand Colin.

Gitlin Todd, 2003, The Whole World is Watching: Mass Media in the Making and Unmaking of the Left, Berkeley, University of California Press.

Goffman Erwing, 1975, Stigmates, Paris, Minuit.

Honneth Axel, 2013, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Gallimard.

Latour Bruno, 2005, Reassembling the Social: An Introduction to Actor-Network Theory, Oxford, Oxford University Press.

Le Bras Hervé, Todd Emmanuel, 2013, Le mystère français, Paris, Seuil.

Lecolle Michelle, 2018, « Noms collectifs humains : un point de vue de sémantique lexicale sur l’identité dans le rapport individu/groupe », ¿ Interrogations ?, no 16, http://www.revue-interrogations.org/​NOMS-COLLECTIFS-HUMAINS-UN-POINT (consulté le 19 janvier 2018).

2008, « Identité/altérité et noms collectifs humains. Le cas de communauté », Questions de communication, no 13, p. 323-342.

Longhi Julien éd., 2015, Stabilité et instabilité dans la production du sens : la nomination en discours [numéro thématique], Langue française, no 188.

Martin Denis-Constant éd., 1994, Cartes d’identité : comment dit-on « nous » en politique ?, Paris, Fondation nationale des sciences politiques.

Orkibi Eithan, 2016, « Peuple et ethos collectif dans la rhétorique de l’action collective : l’exemple du mouvement de l’été 2011 en Israël », Exercices de rhétorique,
http://journals.openedition.org/​rhetorique/​469.

Rémi-Giraud Sylvianne, 2016, « Comment dire le collectif ? », Communication aux journées de la SELP à La Charité-sur-Loire, 10 et 11 juin, https://selp.eu/​journees-de-la-selp-a-la-charite-sur-loire-10-et-11-juin-2016/​.

Rémi-Giraud Sylvianne, Rétat Pierre éd., 1996, Les mots de la nation, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Safran William, 1991, « Diasporas in modern societies: myths of homeland and return », Diaspora: A Journal of Transnational Studies, vol. I, no 1, p. 83-99.

Schor Paul, Compter et classer : histoire des recensements américains, Paris, EHESS, 2009.

Skocpol Theda, 2003, Diminished Democracy: from Membership to Management in American Civic Life, Norman, University of Oklahoma Press.

Simmel Georg, 1992 [1908], Le conflit, Paris, Circé.

Tajfel Henri, 1981, Human Groups and Social Categories: Studies in Social Psychology, Cambridge, Cambridge University Press.

Turner John C., Hogg Michael A., Oaks Penelope J. et al., 1987, Rediscovering the Social Group: A Self-Categorization Theory, Oxford, New York, Blackwell.

Thompson Edward P, 1988, La formation de la classe ouvrière, Paris, Gallimard.

Todorov Tzvetan, 1989, Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Paris, Seuil.

Tournier Maurice, 2010, Des noms et des gens en République (1879-1914), Paris, L’Harmattan.

– 1975, « Le mot “Peuple” en 1848 : désignant social ou instrument politique ? », Romantisme, no 9, p. 6-20.

Modalités de soumission

Les contributions pourront prendre la forme d’articles (maximum 45 000 signes tout compris) ou de notes de recherche (maximum 20 000 signes tout compris). Les auteurs devront soumettre aux trois coordinatrices, avant le 10 septembre 2018, un avant-projet (3 000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. Les contributions devront être proposées aux trois coordinatrices avant le 15 décembre 2018. Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront préalablement examinées par les coordinateurs du dossier, puis soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs au plus tard fin mars 2019, après délibération du comité éditorial. La version définitive des articles devra être remise aux coordinateurs avant la fin du mois d’avril 2019.

Les textes devront respecter les règles de présentation habituellement appliquées par la revue (voir https://journals.openedition.org/​mots/​76). Ils devront être accompagnés d’un résumé et de cinq mots-clés qui, comme le titre de l’article, devront également être traduits en anglais et en espagnol.

Coordinatrices : Valérie Bonnet (valerie.bonnet@free.fr), Chloé Gaboriaux (chloe.gaboriaux@sciencespo-lyon.fr) et Marie Plassart (marie.plassart@univ-lyon2.fr)