Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Ressources et limites d’un langage de la vengeance dans les réactions populaires aux attentats de Madrid (2004) et Paris (2015)

Resources and limits of a retaliatory language in the popular reactions to the attacks in Madrid (2004) and Paris (2015)
Recursos y límites de un lenguaje de venganza en las reacciones populares frente a los atentados de Madrid (2004) y Paris (2015)
Myriam Cremer  et Rolf Kailuweit
p. 117-135

Résumés

Notre contribution propose une approche sémiolinguistique qui vise à mettre en perspective les enjeux soulevés par l’émergence d’un langage de la vengeance en réponse aux attaques terroristes. À partir d’une étude comparative des réactions civiles aux attentats de Madrid en 2004 et de Paris en 2015, elle cherche à appréhender les stratégies linguistiques (actes de langage, redéfinitions, projections, imaginations) mises en œuvre pour exprimer le désir de vengeance, bien que la vengeance soit en général socialement considérée comme inappropriée. Dans cette optique, l’accent est mis sur le rôle sémantique de l’agent en explorant la construction de l’agency (capacité d’agir effective ou imaginée) dans la zone conflictuelle entre vouloir-faire (désir de vengeance motivé par la souffrance et la colère) et ne-pas-pouvoir-faire (déterminé par les normes sociales, morales et juridiques).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Exprimer un désir de vengeance dans les mémoriaux populaires post-attentats
Le langage de la vengeance après les attentats de Madrid et Paris : une analyse comparative

Aperçu du texte

Les attentats islamistes qui ont frappé Madrid le 11 mars 2004 et Paris en janvier et novembre 2015 ont profondément touché à ce que William Connolly (2005, p. 11) appelle le « registre d’existence viscéral ». L’expérience d’une telle souffrance met en branle des processus affectifs qui libèrent des émotions et des passions profondes pouvant donner naissance à un désir de vengeance. Cependant, dans les sociétés occidentales, fondées sur le principe d’étatisation du droit pénal ainsi que sur les valeurs chrétiennes, l’action vengeresse constitue un tabou. Comment, alors, exprimer son désir de vengeance si celui-ci est jugé moralement condamnable ?

La recherche n’a pas encore prêté d’attention à l’émergence d’un langage de la vengeance en réponse aux attaques terroristes, ce qui ne paraît guère surprenant dans la mesure où ce dernier constitue une catégorie minoritaire des réactions populaires à ces attentats dans les sociétés occidentales. En effet, Gérôme Truc (2016, p. 236 et suiv.)...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Cremer  et Rolf Kailuweit, « Ressources et limites d’un langage de la vengeance dans les réactions populaires aux attentats de Madrid (2004) et Paris (2015) », Mots. Les langages du politique [En ligne], 118 | 2018, mis en ligne le 05 novembre 2020, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mots/23922 ; DOI : 10.4000/mots.23922

Haut de page

Auteurs

Myriam Cremer 

Heinrich-Heine Universität Düsseldorf – myriam.cremer@hhu.de

Rolf Kailuweit

Heinrich-Heine Universität Düsseldorf – rolf.kailuweit@hhu.de

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page