Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros118Entretien« Les problèmes d’acquisition des...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Entretien

« Les problèmes d’acquisition des connaissances, de développement de formes nouvelles de citoyenneté sont les sources majeures du renouvellement des théories de l’argumentation »

Entretien avec Christian Plantin réalisé par Jean-Claude Guerrini
“Learning and the development of new modes of citizenship are both issues that significantly renew the theories of argumentation”
«Los problemas de la adquisición de conocimientos, del desarrollo de formas de ciudadanía novedosas, constituyen los recursos mayores de la renovación en las teorías de la argumentación»
Christian Plantin et Jean-Claude Guerrini
p. 157-176

Résumés

Cet entretien avec Christian Plantin porte essentiellement sur le Dictionnaire de l’argumentation publié en 2016 par ENS Éditions. Sa traduction-adaptation en anglais est parue en 2018 (A Dictionary of Argumentation, Londres, College Publications). L’idée du dictionnaire est née du constat d’un manque (il n’y avait pas de dictionnaire de l’argumentation, ni en français, ni en anglais), et d’un besoin de définitions, qui se manifestait notamment dans tous les séminaires de doctorat. Quatre axes fondent la cohérence du dictionnaire : l’argumentation est approchée 1) comme un phénomène interactionnel et interdiscursif ; 2) comme une activité évaluatrice, l’évaluation étant prise en charge par les participants, et non par l’analyste ; 3) en relation avec les questions de construction et de gestion des connaissances ; 4) comme impliquant nécessairement des affects et des émotions.

Haut de page

Texte intégral

Christian Plantin tient à remercier Jean-Claude Guerrini et les relecteurs et relectrices de la revue Mots.

1Christian Plantin est professeur émérite de l’université Lumière Lyon 2, ancien directeur de recherche au CNRS. Il effectue ses recherches au sein de l’unité mixte de recherche ICAR (Interactions, Corpus, Apprentissage, Représentations). Ses travaux portent sur l’argumentation et sur l’expression langagière des émotions. Il a publié, avec Christian Buty, Argumenter en classe de sciences : du débat à l’apprentissage (INRP, 2008) ; Les bonnes raisons des émotions : principes et méthode pour l’étude du discours émotionné (Peter Lang, 2011) ; Dictionnaire de l’argumentation : une introduction aux études d’argumentation (ENS Éditions, 2016). Il a obtenu le Distinguished Research Award de l’International Society for the Study of Argumentation pour l’année 2001.

Mots. Les langages du politique : La publication du Dictionnaire de l’argumentation : une introduction aux études d’argumentation constitue un événement majeur de portée nationale et internationale dans le champ des études argumentatives. On ne disposait pas jusqu’ici (ni dans l’aire francophone, ni dans l’aire anglo-saxonne) d’un outil permettant de donner une relative unité à ces recherches. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer dans une telle aventure ?

Christian Plantin : Ce qui m’a donné l’envie et l’idée de l’entreprise, c’est clairement la demande qui m’a été faite par Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau pour le Dictionnaire d’analyse du discours (2002). J’ai commencé à écrire des choses dans le style dictionnaire, et ça a été l’événement qui m’a donné l’idée d’un dictionnaire consacré à l’argumentation. Ma première idée était de partir des entrées que j’avais rédigées pour le Dictionnaire d’analyse du discours, une quarantaine, de les compléter par une autre quarantaine pour avoir quelque chose d’intéressant. J’avais sous-estimé le nombre d’entrées, donc le volume et l’ampleur du travail, puisque finalement j’ai 250 entrées principales, plus les entrées secondaires.

Ma seconde source d’inspiration, plus ancienne, c’est le Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage d’Oswald Ducrot et Tzvetan Todorov (1972). Ce n’est pas vraiment une encyclopédie, pas vraiment un dictionnaire non plus, plutôt une série de petites dissertations sur des concepts clés des sciences du langage. Et avec tout ça, c’était absolument éclairant, ça donnait une sorte d’intelligence de la matière extraordinaire, ça donnait une envie et des moyens de travailler ; en tout cas, ce livre m’a profondément marqué.

L’incitation essentielle m’est venue des séminaires, de Lyon et de l’étranger. Il y avait d’une part beaucoup de questions, parfois un peu décousues, portant sur des notions tirées de tous les ouvrages que peut avoir fréquentés quelqu’un qui travaille en argumentation, du point de vue des sciences du langage, de la philosophie, du droit, des sciences, de la théologie, et que sais-je encore. Certaines étaient hyperspécialisées, d’autres récurrentes. Du côté des sciences, on a toujours des questions sur la démonstration, l’analogie, la causalité. Le défi a été de présenter tout ça de manière cohérente. Par exemple, la distinction entre « argument établissant une causalité, une analogie, une autorité, une définition, etc. » et « argument exploitant une causalité, etc. » permet une bonne articulation de cette famille de concepts.

Mots. Les langages du politique : On se rappelle que le Traité de l’argumentation de Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca est sous-titré La nouvelle rhétorique alors que l’édition américaine, intitulée The New Rhetoric, est sous-titrée A Treatise on Argumentation (1969). Quel rapport établissez-vous entre rhétorique et argumentation ?

Christian Plantin : D’abord une histoire amusante. La première édition du Traité de l’argumentation était aux Presses universitaires de France et elle a été ensuite reprise aux Presses de l’université de Bruxelles. Cette première édition porte en surtitre La nouvelle rhétorique et, en gros caractères droits, le titre Traité de l’argumentation. Mais maintenant les surtitres ont disparu, ils sont devenus des sous-titres. La traduction américaine a été faite probablement sur la première édition, et comme elle intéressait les gens des Speech, Rhetoric, Communication Departments, la traduction est titrée The New Rhetoric. On voit que les termes rhétorique et argumentation tournent l’un autour de l’autre.

Je dis aussi bien argumentation rhétorique, que rhétorique argumentative. Pour moi, la rhétorique c’est quelque chose qui s’intègre complètement aux sciences du langage. C’est cette rhétorique-là qui m’intéresse : la rhétorique comme instrument de production et d’analyse de discours dont les concepts-outils fonctionnent dans les deux sens, comme méthode réglant la production du discours et comme méthode d’analyse du discours. Cette rhétorique-là, c’est la rhétorique d’Aristote, celle de Cicéron, qui se poursuit jusqu’au Moyen-Âge et jusqu’à Ramus. Ensuite, la rhétorique a connu des mouvements de restriction et de généralisation. La rhétorique argumentative est celle qui inclut la production, l’analyse et la gestion des arguments et je tiens à l’adjectif rhétorique justement pour qualifier le substantif argumentation parce que ça marque l’activité argumentative comme activité langagière, et donc l’analyse de l’argumentation comme partie des sciences du langage. Par exemple, les approches logiques de l’argumentation recherchent plutôt des modélisations en termes de langage formel. Il y a des variétés de rhétorique, intégrées aux sciences du langage, qui ne sont pas en premier lieu argumentatives, par exemple la Rhétorique générale du Groupe μ (1970), qui est une rhétorique structurale des figures. C’est autre chose – au passage, la question des rapports des schèmes argumentatifs aux schèmes figuratifs est passionnante.

Pour moi, la tradition rhétorique argumentative fait pleinement partie de la tradition d’analyse du discours. Parmi les œuvres de référence de cette tradition, il y a évidemment la Rhétorique d’Aristote, il y a L’art rhétorique d’Hermogène, il y a la Rhétorique à Herennius, il y a les Topiques et le traité Sur l’invention de Cicéron. Ces œuvres sont attachées à l’analyse d’un type de discours particulier, le discours socialement pertinent, et à ce titre relèvent pleinement de l’analyse du discours. Relues, réinterprétées, elles doivent être intégrées à une formation à l’argumentation. Quand on analyse le langage avec le langage, il n’est pas facile d’être plus malin qu’Aristote.

La rhétorique s’est définie comme l’étude des genres par lesquels la société ou le groupe gère ses affaires, ou se représente le faisant : discours de la décision politique, de la décision judiciaire, discours de la solidarité sociale. La trinité « délibératif, judiciaire, épidictique » est évidemment grossièrement incomplète, mais on la reprend quand même depuis plus de 2000 ans : il manque le genre prédicatif, celui de l’adresse rhétorique religieuse. Deuxième point : il y a évidemment des éléments épidictiques dans le délibératif. Le judiciaire est bourré d’épidictique : faire le portrait de son client comme un brave homme et de l’autre comme une crapule, c’est de l’épidictique. L’épidictique est omniprésent au tribunal et au parlement.

Mots. Les langages du politique : Comment, dans cette perspective d’argumentation rhétorique, situer cette nouvelle venue qu’est l’analyse du discours ?

Christian Plantin : L’analyse de discours s’est fondée en rupture avec la tradition rhétorique comme avec la tradition de l’étude stylistique. Rappelons tout de même que dans les années 60-70 la tradition rhétorique n’était plus présente. En somme, l’étude de l’argumentation doit donc se penser et se pratiquer en relation non seulement avec l’analyse de discours, mais aussi, du côté des pratiques traditionnelles, avec le commentaire de texte, linéaire ou composé, et évidemment, l’analyse stylistique. Et, du côté des pratiques nouvelles, avec l’analyse des interactions.

La première analyse de discours ne se réfère pas du tout au même type d’objets. Le mot discours ne désigne pas la grande intervention publique monogérée traitant d’une affaire socialement importante, visant à déclencher l’approbation puis l’action. Dans « analyse de discours », le mot discours pouvait être pris en bien des sens, mais il ne renvoyait pas à ce type de production. Soit dit en passant, le contraste est sur ce point total avec la tradition américaine des rhetorical studies.

L’analyse de discours met au premier plan la structure, la dynamique générale des discours dans le monde contemporain. Ses analyses se fondent sur une batterie de concepts propres – voir le Dictionnaire d’analyse du discours – qui sont naturellement indispensables pour l’étude de l’argumentation. L’argumentation, c’est du discours, l’argumentativité, c’est dans le discours. Les objets ont changé, l’analyse du discours s’est appliquée à ces nouveaux objets (internet, interactions ordinaires) et s’est trouvée confrontée à un problème d’articulation avec la théorie des anciens objets.

L’analyse des interactions s’est développée de façon totalement indépendante de l’analyse de discours. Pour la recherche en argumentation, les travaux sur l’interaction verbale ont marqué une avancée formidable vers de nouveaux objets, jusque-là invisibles, considérés comme impossibles à étudier : les formes multiples de la parole en interaction, dont l’étude exige de nouveaux concepts et de nouvelles méthodes. Personnellement, en intégrant le Groupe de recherche sur les interactions conversationnelles (GRIC) de Catherine Kerbrat-Orecchioni, j’ai eu cette chance extraordinaire de voir toutes mes représentations scientifiques anciennes restructurées, recadrées, et sans aucun doute ma recherche relancée par cette thématique. Sans prise en compte de l’interaction, il n’y a pas d’analyse de l’argumentation ordinaire, pas d’analyse de l’argumentation des élèves, etc. Et la perspective interactionnelle est toujours une excellente façon d’aborder la question de l’intertextualité conflictuelle, qui est le moteur de la dynamique argumentative.  

L’empire rhétorique, le champ de l’argumentation, comment peut-on l’envisager ? Comme une discipline autonome ? Il est difficile de se positionner par rapport à cette question. Pour moi, il y a là un piège. On élabore sa théorie, on déclare son indépendance, on fonde sa discipline, ça en fait une de plus, une féodalité de plus. Je ne suis pas sûr que l’époque soit aux « disciplines », je vois plutôt du multi– et du trans– des objets et des questions, des enjeux autour desquels les gens se regroupent.

Je pense, par exemple, que les problèmes d’acquisition des connaissances, de développement d’une citoyenneté autour des questions socio-scientifiques sont, aujourd’hui, les sources majeures du renouvellement des objets et des théories de l’argumentation. Prenons le cas des étudiants en formation pour devenir professeurs de chimie, un public passionnant pour les questions d’argumentation. Ils ne vont évidemment pas renoncer à leur formation en sciences pour s’inscrire dans ma discipline. Ça, jamais. Par contre, une formation ciblée, contractuelle, fonctionne très bien. Personnellement, je considère comme essentielles, d’une part, les questions de langage et d’interaction telles qu’elles fonctionnent lorsqu’il s’agit de traiter d’un désaccord explicite, et, d’autre part, la question des types d’arguments. Tout cela s’enrichit très rapidement des recherches menées par les étudiants sur les argumentations de leurs élèves.

Mots. Les langages du politique : Une question peut se poser : faut-il distinguer l’argumentation considérée comme un type de discours particulier ou bien faut-il prendre en compte ce que Ruth Amossy appelle la « dimension argumentative du discours » ? Il peut y avoir, y compris dans un poème ou dans un rapport, une dimension argumentative qui ne se situe pas au premier plan, comme dans le cas d’un débat entre deux candidats à l’élection présidentielle, mais qui existe bel et bien.

Christian Plantin : Pour moi, du point de vue des sciences du langage, les théorisations d’O. Ducrot et Jean-Blaise Grize sont fondamentales (par exemple, Ducrot, 1972, 1988 ; Anscombre, Ducrot, 1983, 1986 ; Grize, 1996, etc.). O. Ducrot a théorisé la notion d’intention linguistique, sous le nom d’orientation argumentative, en a fait une dimension de tout discours. Dans une même perspective de généralisation à tout discours, J.-B. Grize a proposé la notion d’argumentation comme éclairage mais dans une perspective très différente. Disons que l’un généralise sur la langue, l’autre sur le discours. Les résultats obtenus sont substantiels et durables.

D’un point de vue proche de celui de J.-B. Grize, Georges Vignaux affirme : « Énoncer, c’est argumenter, argumenter, c’est énoncer » (Vignaux, 1981, p. 91). J’ai un problème avec cette formulation. Soit on arrête l’étude de l’argumentation, et on fait l’étude de l’énonciation, ce qui est très bien ; soit on arrête l’étude de l’énonciation, et on fait l’étude de l’argumentation. Pour moi, en se généralisant, le concept « se va desvirtuando », comme disent les hispanophones, il perd sa virtù comme disent les Italiens, il perd tout pouvoir opératoire, il se vide. On le sait, ce qu’on gagne en extension, on le perd en intension. La théorie qui s’applique à tout, non. Le discours, on l’étudie toujours d’un certain point de vue, qu’on appelle un modèle, et qui doit être explicite.

Je considère des objets qui sont des objets centraux. Pour moi, les corpus sont bâtis autour de questions ; et puis on envisage toutes les modalités de gestion de cette situation. Je ne mets aucune limite à l’extension des objets d’étude, pourvu que les outils de l’argumentation disent des choses pertinentes et nous fassent voir ces objets sous un jour nouveau.

Tel que je le conçois, notre travail consiste à construire des données, à les modéliser et à en construire des représentations. Je travaille avec l’idée qu’il y a des données centrales et des données périphériques. En principe, on peut mettre au centre ce que l’on veut, mais il y aura toujours du périphérique. Il n’y a pas de réponse théorique à la question « où s’arrêter ? », seulement une condition pratique. On doit s’arrêter lorsque la représentation ne dit que des choses triviales sur les données. Par exemple, la situation de contradiction explicite est pour moi centrale pour l’étude de l’argumentation et la délibération intérieure l’internalise. Disons qu’il paraîtrait surprenant d’aborder l’étude de l’argumentation en analysant des recettes de cuisine et le bulletin météo. En pratique, cela veut dire que l’analyse de l’argumentation ordinaire est fondée sur, mais ne se confond pas avec l’analyse du discours et des interactions. Bien entendu, si l’on considère que toute intention discursive correspond à la conclusion d’une argumentation, on définit un autre objet, étudié dans le cadre de la théorie de l’argumentation dans la langue.

Mots. Les langages du politique : On comprend qu’un dictionnaire rende compte de notions techniques. Mais on se méfie également de l’érudition gratuite. Or vous signalez avec une certaine jubilation la longue liste des argumentations en a —, en ex —, en ad — héritée des auteurs latins. Était-il indispensable d’accorder une telle importance à ces étiquettes qui peuvent être perçues comme relevant d’un jargon obsolète, notamment lorsqu’il s’agit de répertorier ces « fallacies » assez étrangères à notre tradition rhétorique et sur lesquelles vous insistez beaucoup ?

Christian Plantin : Ah, je suis content qu’on trouve de la jubilation à la lecture de ces rubriques, parce que c’est une question compliquée en effet. Certains pourraient les trouver rébarbatives, alors que d’autres les jugent très utiles ! Au départ, dans les textes latins, les noms d’arguments sont bien normalement en latin. Ces textes sont repris et la situation du latin est analogue à celle de l’anglais : on dit footing à la suite de Goffman parce que position, ce n’est pas tout à fait la même chose, et on reprend l’étiquette latine de Cicéron, a repugnantibus, parce que « par les contraires », c’est un peu différent. Il ne faut pas oublier que le latin est la langue originelle du droit, ce qui explique que les arguments de la topique juridique ont tous un nom latin. La première raison de la présence de ce genre d’étiquettes est donc d’ordre citationnel et culturel.

Ensuite, ces termes constituent une sorte de vocabulaire technique désignant les éléments centraux de ce qui fait l’argumentation, les arguments et les types d’arguments. Les termes techniques grecs et latins ont subsisté dans la rhétorique des figures, par exemple, et tout le monde semble trouver ça très normal ; on se serait donc résigné dans ce domaine à l’érudition gratuite et obsolète. Comme il s’agissait d’un vocabulaire technique essentiel, il a été étendu à l’époque moderne, notamment dans la série des arguments en ad —, ad hominem. J’ai donc fait la liste de tout ce qu’on pouvait trouver dans des textes modernes et contemporains, en français et en anglais, avec une traduction littérale du mot latin et un renvoi à l’entrée correspondante. La construction en ad — a été productive chez certains auteurs pour qualifier de fallacies des appels à l’émotion (ad passiones, ad superbiam, etc.). Cette façon de considérer l’émotion est bien présente dans un certain nombre d’approches théoriques et doit donc être prise en compte, même si personnellement je la considère comme infondée et totalement stérile.

S’agissant maintenant des fallacies, il convient d’abord de noter que le mot lui-même est absent de la langue française, qui ne dispose que du dérivé fallacieux, et que je l’ai adapté de l’anglais. Argumenter, c’est exercer la fonction critique du langage. L’évaluation des arguments est inhérente à l’argumentation. Les arguments peuvent être désignés comme faux, fallacieux, mauvais et on doit rendre compte de ces évaluations. La théorie des fallacies s’y attache, et elle présente un acquis qu’on aurait tort de mépriser. Elle peut s’exprimer par un système de règles qui définissent des conditions de validité, telles que celles qui sont proposées par la pragma-dialectique, ou par un ensemble de contre-discours, attachés à un type d’argument, comme on le fait en informal logic (Eemeren, Grootendorst, 1996).

Dans l’argumentation à la Ducrot, il n’y a pas de critique, il n’y a pas d’évaluation ; dans l’argumentation à la Grize, même chose, ce qui est parfaitement cohérent avec leurs visions généralisées de l’argumentation.

Mais C. Perelman est particulièrement intéressant de ce point de vue, car, si on n’y trouve pas trace de la notion de fallacies, le problème de l’évaluation est au tout premier plan : c’est le rôle de l’auditoire universel et des auditoires particuliers. Traduisons : l’auditoire, ce sont les participants à l’interaction, les destinataires ratifiés de l’acte de parole. L’évaluation de l’argumentation est donc confiée aux participants ratifiés et éventuellement à tous les participants, c’est une idée très importante, qui va bien au-delà de l’approche par les fallacies. L’instance d’évaluation est tout entière dans l’interaction. L’évaluateur, c’est l’autre participant, ce n’est pas une instance logique désengagée, au-delà ou au-dessus de l’argumentation concrète, qui tranche de la validité de l’argumentation. L’accord est parfait avec la vision de Charles Leonard Hamblin dans Fallacies (1970). L’idée de l’évaluation par l’auditoire est tout à fait en accord avec l’idée d’évaluation participante.

En résumé, l’argumentation est une activité évaluatrice et critique, les participants sont les évaluateurs, et la théorie de l’argumentation doit prendre en compte ce phénomène. Et les étiquettes en a —, en ex — et en ad — peuvent servir cette activité.

Mots. Les langages du politique : À plusieurs reprises, vous reliez les difficultés rencontrées dans le maniement des concepts mobilisés en argumentation à l’existence de contraintes sémantico-lexicales qui restreignent l’usage de certains termes. Pouvez-vous expliquer de quoi il s’agit ? Que faut-il penser de la gêne technique que certaines impossibilités lexicales peuvent occasionner ?

Christian Plantin : Merci d’avoir noté ce point, il y a là en effet quelque chose de très important pour toutes les disciplines qui utilisent largement le langage naturel comme langage théorique. Un concept c’est un mot, d’abord un nom, qui renvoie sinon à une essence, du moins à une réalité repérable, stable et pertinente. Le problème apparaît quand il faut « parler le concept », et dans le discours on est amené à des tournures qui nécessitent l’usage d’un verbe, d’un adverbe, d’un adjectif. Alors quelquefois, le langage ne nous donne pas ça, ou pas aisément. Dans le discours ordinaire, ce n’est pas un problème, on prend le mot, l’expression d’à côté, le synonyme. Par exemple, pour établir une analogie entre deux situations, il faut mener à bien une comparaison, comparer (*analoguer) les deux situations. On se retrouve donc avec deux mots : analogie et comparaison. Doit-on rechercher des nuances conceptuelles entre les deux ? Pour moi, c’est inutile. Le fait qu’il n’y ait qu’un verbe force l’alignement des deux mots. C’est la même chose pour exégèse, herméneutique et interprétation, dont le sens est aligné par le verbe interpréter, seul verbe de cette série. Pour persuader et convaincre, je pense que c’est le même cas, il y a des trous : dans le français actuel, on fait partager ses convictions, mais pas ses persuasions ; du point de vue conceptuel, il n’y a pas de raison à cela.

Cette idée provient des travaux de philosophie linguistique de Gilbert Ryle, en particulier d’un article publié en 1932, « Systematically misleading expressions » (Expressions systématiquement fallacieuses) que j’ai mentionné dans le dictionnaire. L’idée, c’est que la force du système linguistique introduit des décalages de formes qui créent des perplexités insolubles.

C’est une gêne technique pour le philosophe. Il faut savoir qu’il y a des « misleading expressions », que le langage peut amener à fabriquer des êtres fantômes, qui ont leur origine, leur raison d’être dans un petit accident de langage. Il faut essayer d’être vigilant avec ces choses-là. 

Mots. Les langages du politique : Vous reprenez la triade aristotélicienne ethos, pathos, logos. Comment situer les études contemporaines en argumentation par rapport à cette antique distribution. Ce cadre d’analyse est-il approprié à l’approche énonciative-interactionnelle que vous promouvez ? A-t-on affaire à une congruence admirable des outils du passé avec les avancées des sciences du langage ? Ou doit-on réinterpréter les notions introduites par le Stagyrite à la lumière des connaissances nouvelles ?

Christian Plantin : Je reprends la triade ethos, pathos, logos, enfin, je la mentionne. Prenons l’ethos. D’abord, peut-être une mise en garde sur le dérivé adjectival : pour ne pas provoquer de confusion a priori, il vaut mieux utiliser éthotique, calqué sur l’anglais ethotic, que éthique (ethical, de ethics) pour tout ce qui relève de l’argumentation. L’« éthique » du discours, un manquement « éthique », ce sont des choses qui ont à voir avec la philosophie morale. L’argument éthotique en général, c’est un appel à l’ethos comme moyen d’exercer une emprise sur le destinataire. Les deux n’ont rien à voir.

Tout locuteur projette une image de soi dans ses discours. Le phénomène de la subjectivité n’est évidemment pas lié au seul langage argumentatif. Reconstruire l’image du locuteur d’après son discours n’est pas en soi spécialement lié au discours argumentatif. Le livre de C. Kerbrat-Orecchioni (1980) sur la subjectivité est fondamental pour une approche linguistique de la construction discursive de soi.

Ce qui est en revanche caractéristique de l’argumentation, c’est l’usage conscient de ce phénomène général comme instrument de persuasion, ou de manipulation. Les techniques de construction de cette image relèvent de la stylistique. On peut aussi reconstruire une personne avec de tout autres instruments : on peut par exemple faire la psychanalyse du locuteur à partir d’un discours. Mais c’est une autre démarche.

Pathos, maintenant. Je ne suis pas sûr que le pathos soit opposable à l’ethos sous tous ses aspects : dans l’ethos, il y a l’humeur correspondant à l’émotion du pathos. Pour moi, le pathos est un terme recouvrant un ensemble d’émotions sociales ; Aristote ne les énumère pas toutes, mais c’est bien l’idée. Pour moi, il n’y a pas d’opposition entre ce qui serait de l’ordre du cognitif-rationnel et ce qui relèverait de l’émotionnel ; en langue naturelle, construire un point de vue, une position cognitive, c’est construire ipso facto une position émotionnelle.

Enfin, le logos. Le logos, c’est le discours dans sa logique. Par définition, le pathos et l’ethos sont faits de logos, même si on parle surtout de logos en référence aux arguments. Les arguments rhétoriques classiques impliquent le maniement du discours, logos, mais ce ne sont pas forcément des arguments logiques. La logique c’est le syllogisme, le syllogisme, c’est la science, donc les arguments du logos ne sont pas uniquement des arguments logiques. On peut estimer que la notion couvre la partie « inférence déductive propositionnelle » de l’argumentation, en pratique la théorie des types d’arguments. Il faut insister sur ce point, qui n’est pas pris en compte par la théorie de l’argumentation dans la langue et pas systématiquement par la logique naturelle. Il n’y a pas d’analyse de l’argumentation sans analyse des arguments.

La question des types d’arguments est par conséquent essentielle, et les types d’arguments occupent une place très importante dans le dictionnaire. L’idée de base, c’est qu’il y a des formes sémantiques, des schèmes, des énoncés génériques repérables, des topoï, qui sont mobilisés, actualisés dans les argumentations concrètes. Ces formes sont reconnues et les discours qui les manifestent s’en trouvent légitimés. C’est l’idée de « loi de passage », de warrant et de backing chez Stephen Toulmin. En pratique, il me semble que tout énoncé générique peut fonctionner comme topos : « les x sont ainsi, ceci est un x, donc ceci est ainsi ». De manière plus sophistiquée, le topos du gaspillage « quand on a beaucoup travaillé à une tâche importante et qu’on n’est arrivé à rien, il faut continuer, parce que sinon tous les efforts consentis seraient perdus » sous-tend l’argumentation « nous devons continuer la guerre, sinon nos camarades seront morts pour rien ».

On discute du type et du nombre de topoï, et en général on est très content quand on pense en avoir trouvé un nouveau. Il faut surtout penser à la productivité de ces schèmes. Par exemple, on trouve sans difficulté des cas d’argumentations exploitant le schème du gaspillage, mais ce n’est pas forcément la forme la plus productive. Il y a également toutes les argumentations fondées sur les contraires, c’est-à-dire les argumentations qui mettent en jeu la négation, le démon de la négation, sous ses diverses formes. Mais la monnaie courante, ce sont les argumentations fondées sur les catégorisations et les définitions, sur les liens de causalité, sur l’autorité, sur l’analogie.

Chacune d’elles est un monde, et j’ai tenté de les présenter à partir d’une distinction entre les argumentations qui établissent et les argumentations qui exploitent une définition, etc. Il ne s’agit pas de la distinction de C. Perelman entre les argumentations « basées sur la structure du réel » (dont l’argumentation par le lien causal est le prototype) et « les liaisons qui fondent la structure du réel » (dont le prototype est l’analogie). Il s’agit de distinguer entre, d’une part, les argumentations qui construisent une catégorisation, une définition, un lien causal, une autorité ; et, d’autre part les argumentations qui exploitent ce que les premières ont construit. Le lien causal est posé, construit par les premières (par exemple en répondant à la question : « y a-t-il un lien causal entre les pesticides et certaines formes de cancer ? ») alors qu’il est présupposé, exploité par les secondes : « puisqu’il y a un lien causal entre… alors il convient de faire… ». Bien entendu, pour réfuter les secondes, il suffit de montrer que le lien causal sur lequel elles reposent ne vaut pas. Cela renvoie donc aux questions socio-scientifiques : il est impossible de dire que la méthodologie de la causalité, de la définition serait l’affaire des spécialistes de la réalité, des scientifiques, tandis que l’argumentation s’occuperait du reste. C’est un point capital.

Mots. Les langages du politique : Vous réintroduisez, avec d’autres, les émotions dans l’étude de l’argumentation. On comprend l’intérêt des psychologues, notamment de la psychologie sociale, pour cet aspect de la communication. Mais en quoi les sciences du langage et, plus particulièrement, l’argumentation, sont-elles concernées par les émotions ?

Christian Plantin : Dans les travaux sur les fallacies, l’émotion est fréquemment démonisée comme « ad passiones fallacy » ; l’émotion fait obstacle à la raison. L’émotion ne reçoit pas de traitement spécial chez J.-B. Grize ou O. Ducrot. C. Perelman, lui, dissocie la notion : « notons que les passions, en tant qu’obstacles, ne doivent pas être confondues avec les passions qui servent d’appui à une argumentation positive, et qui seront d’habitude qualifiées à l’aide d’un terme moins péjoratif, tel que valeur par exemple » (Perelman, Olbrechts-Tyteca, 1988 [1958], p. 630 ; nous soulignons).

Le problème apparaît avec l’examen des données. Les données disent des choses, et elles insistent, et à la longue il est difficile de ne pas les voir. En d’autres termes, c’est une question d’adéquation descriptive. Et contrairement à ce qui court partout, l’argumentation est un format de parole intensément marqué par l’émotion. On argumente dans des situations de déstabilisation des croyances, de déstabilisation possible des identités. Et tout ça se fait dans l’émotion. J’ai tenté de prendre ce problème à bras le corps à propos d’un appel à l’intervention pendant la guerre en ex-Yougoslavie, texte de militant indigné par les massacres. Il se trouve que les humains sont parfois révoltés par les massacres, et qu’ils agissent sur la base de cette révolte. Alors, le texte est évidemment plein d’émotion, est-il fallacieux pour autant ?

J’ai donc essayé de montrer comment, avec les outils des sciences du langage, on pouvait analyser ces émotions. J’évite de parler de « plan » ou de « dimension » ou de « module » émotionnels. Pour moi, la construction d’une conclusion, c’est en un mot la construction d’un « sentiment », c’est-à-dire d’un point de vue cognitif-émotionnel. J’ai proposé un système d’axes émotionnels ou de topoï de la construction de l’émotion.

Mots. Les langages du politique : Ah les fameux axes ! Pourriez-vous commenter un peu ?

Christian Plantin : D’accord. Il s’agit de principes systématiques de construction de l’émotion, qui permettent de ne pas réduire l’étude de l’émotion à celle des termes d’émotion. Par exemple, si L dit que Pierre a peur ou si Pierre dit je suis fier, on peut (sous certaines conditions) attribuer de la peur ou de la fierté à Pierre. Si je lis « Pierre s’égara dans un quartier louche, des ombres encapuchonnées le frôlaient, il se mit à courir », on peut attribuer de la peur à Pierre, alors que cette description ne contient aucun terme d’émotion.

Il s’agit d’expliciter les principes qui légitiment cette inférence. Les axes sont tout simplement ceux qui permettent de construire un événement. Par exemple, pour parler d’un événement, on le situe dans l’espace (« Où ? »). C’est un paramètre cognitif. Étant donné que l’espace et le temps sont linguistiquement orientés à partir de la situation d’interlocution, l’espace c’est du « proche » ou du « lointain », le temps c’est « maintenant » ou c’est « il y a longtemps ». Si c’est proche et maintenant, l’émotion est plus importante. Par exemple, si je dis « ce matin une voiture a heurté un cycliste », l’interlocuteur va me répondre « et alors ? » ; tandis que si je dis la même chose en ajoutant « juste devant moi », l’interlocuteur va immédiatement manifester la forme adéquate d’empathie, alors que l’énoncé ne contient, ici non plus, aucun terme d’émotion.

On réduit indûment le lexique de l’émotion à une ou deux dizaines de « termes d’émotion » ; le mot émotion et les termes d’émotions sont les définisseurs de milliers d’autres mots. Et ce n’est pas parce qu’on se met à parler de causalité qu’on objective et qu’on exclut l’émotion ; elle est construite dans des fils et dans des réseaux causaux qu’on coupe et reconstruit de telle et telle manière. Par exemple, on construit de la responsabilité en mettant ou en enlevant de la causalité.

Dès lors, l’émotion (ou l’état émotionnel) est construite et justifiée à partir de la description de l’événement. Telle émotion est attachée à telle description de l’événement ou de la personne. Si on change la description, on change l’émotion : autant de descriptions de la personne qui fait la manche dans le métro, autant d’émotions.

Et ça se prolonge : « J’ai peur de l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite ; — Ah bon, et pourquoi ? — Parce que… — Ah oui t’as raison ». Pause. « Et maintenant, on fait quoi ? — Ben, on pourrait… ». En bref, on agit parce qu’on éprouve une émotion et l’émotion (en tant qu’elle résume une description) est la bonne raison qu’on donne pour faire ou ne pas faire. « Les pommes de terre coupées en deux, au four avec de la viande hachée dedans, ça me dégoûte » : quelle meilleure raison donner pour ne pas en manger ? On a envie de s’excuser de dire de telles évidences, mais elles ont bien entendu des conséquences sur l’éducation citoyenne et scientifique. Claire Polo a bien montré dans sa thèse sur des débats socio-scientifiques (2014) que les positions cognitives différenciées sur la question de l’eau potable allaient avec des positions émotionnelles également différenciées : « la question de l’eau potable n’est pas un problème, ou un problème que nos sociétés modernes ont les moyens de régler » vs « la question de l’eau potable est un problème d’une urgence vitale » (classes de niveau collège) : changer d’opinion, c’est changer d’émotion.

Mots. Les langages du politique : Argumentation et critique jouent un rôle majeur dans la vie des sociétés démocratiques. Quelles constantes, quelles nouveautés vous ont le plus marqué lors de l’élaboration de ce dictionnaire ?

Christian Plantin : Premier point, argumenter, c’est exercer la fonction critique du langage. Partons d’une remarque de Maurice Finocchiaro, qui dit que les argumentations sont évaluées en permanence. L’activité critique est inhérente à l’activité argumentative. L’activité argumentative normale poursuivie entre gens paisibles et pacifiques, poursuivant un but commun, est une activité critique. Critiquer ne veut pas dire s’engueuler, simplement ça veut dire faire des propositions, des contre-propositions, rejeter les unes, s’aligner sur les autres, et en négocier la plupart, etc. En fait, dès qu’une question est traitée par le dialogue, il y a évaluation des arguments par les participants, sinon rien n’avance. C’est une évaluation substantielle.

Second point, les règles explicites pour évaluer une argumentation. Elles sont surabondantes. Il y a les règles d’inspiration théologique dont la violation constituait un « péché de langue » (Casagrande, Vecchio, 1991) ; ainsi le goût prononcé pour la discussion argumentée correspond au péché de contentio (de quérulence). Il y a les règles inspirées d’une anthropologie morale de la discussion, très importantes (Arnauld, Nicole, 1965 [1662]), par exemple celle qui recommande de ne débattre que de choses dont on a établi la vérité, ou sur la conduite à tenir dans le débat : ne céder ni à l’esprit de dispute, une disposition « envieuse et maligne », ni inversement, s’aligner par « [complaisance] » sur l’avis de son interlocuteur. D’autres sont plutôt à relier à ce que doit être un comportement discursif socialement décent, comme le système de Levi Hedge, « The Rules of an Honorable Controversy » (Hedge, 1838) ; par exemple, la très intéressante Règle 6 dispose que « The consequences of any doctrine are not to be charged on him who maintains it, unless he expressly avows them » : je peux dire que la politique de mes adversaires mènera le pays à la ruine, mais je ne peux pas honorablement accuser mes adversaires de vouloir sciemment la ruine du pays. Cette règle n’est pas respectée dans le débat politique lorsque les enjeux deviennent vraiment sérieux (voir Guttiérrez Vidrio, Plantin, 2010). Actuellement, la référence est le système des « Ten commandments for reasonable discussants » de la pragma-dialectique « pour une résolution rationnelle des différences d’opinions ». Le commandement no 2, « the obligation-to-defend rule », stipule par exemple : « Discussants who advance a standpoint may not refuse to defend this standpoint when requested to do so ».

Continuons : il y a les règles de la politesse linguistique, quelque peu transformées en contexte argumentatif ; il y a les règles de la conversation de Henry Paul Grice, dont il ne faut pas oublier qu’elles voient la conversation comme « un genre de comportement intentionnel [purposive], authentiquement [indeed] rationnel » (1975, p. 47), et raisonnable : il s’agit non seulement de « quelque chose à quoi nous nous conformons en fait, mais aussi de quelque chose qu’il est raisonnable [reasonable] de faire, et que nous ne devons pas abandonner » (ibid.). L’argumentation n’est pas le seul lieu du rationnel et du raisonnable, au cas où on en douterait.

Continuons : tous les lieux de débat ont leurs règles, qui contribuent à définir une rationalité propre au génie du lieu (parlement, tribunal, classe, table familiale). Pour moi, cette dernière forme est essentielle ; je ne crois pas trop à une raisonnabilité qui serait forcée dans le discours par des règles précises et générales prétendant couvrir toutes les situations.

  • 1 20/09/2013, je souligne (Plantin, 2018, p. 501).

La qualité d’une argumentation dépend des structures institutionnelles où elle se déroule. Par exemple, dans une société despotique, contrairement à ce qu’on dit parfois, il y a de l’argumentation, il n’y a que ça ; il y a évidemment de l’argumentation dans Mein Kampf. Mais ce qu’il n’y a pas, ce sont d’une part des structures institutionnelles organisant le débat, permettant la contradiction, et prenant en compte leur résultat, et d’autre part, il faut insister sur ce point, des lieux pour les accueillir. À propos de la guerre au Salvador, Alfredo Cristiani écrit : « Cette crise si douloureuse et tragique a d’anciennes et profondes racines sociales, politiques, économiques et culturelles. Par le passé, une des failles pernicieuses de notre forme de vie nationale fut l’inexistence ou l’insuffisance des espaces et des mécanismes nécessaires pour permettre le libre jeu des idées, le développement naturel des différents projets politiques qui découlent de la liberté de penser et d’agir »1. Pour rester en Amérique latine, cette question des espaces de discussion libres et sécurisés est centrale pour l’intégration des ex-FARC à la vie politique démocratique en Colombie.

Mots. Les langages du politique : Les études argumentatives dont vous êtes, en France, le principal promoteur ne bénéficient pas d’une véritable reconnaissance institutionnelle. Comment expliquez-vous une telle situation ? Comment est-il possible d’y remédier ? Quel rôle votre dictionnaire peut-il jouer ?

Christian Plantin : Une première façon de voir les choses serait de vouloir en faire une discipline, à côté des autres, un département avec ses spécialistes, ses cursus, ses examens, etc. Je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure solution.

Je vois plutôt quelque chose qui se ferait en association, sur des espaces propres, pilotés par des gens venant de différentes disciplines. Ça croise ce qu’on disait plus haut : je trouve absolument terrible la coupure entre les « deux cultures », et, sauf erreur, il n’y a absolument pas la moindre trace de sciences exactes dans les concours d’entrée littéraires ou aux concours du Capes ou de l’agrégation de lettres.

Or, si on veut faire de la formation citoyenne par le débat, si l’on veut former par le débat aux grandes questions de société, eh bien, on s’aperçoit tout de suite que presque toutes les questions concrètes sont socio-scientifiques. C’est pour moi le vrai enjeu de formation en ce qui concerne l’argumentation, et cela constitue un défi majeur pour les études classiques d’argumentation.

Je m’explique : pour introduire à l’argumentation, on se sert parfois de la petite anecdote de Corax et Tisias (comme le fait le premier chapitre de L’argumentation, Plantin, 1996), et on extrapole sur l’infinie réversibilité des positions qui caractériserait l’argumentation. On peut dire tout et le contraire de tout, c’est très excitant, les étudiants accrochent bien. Mais, en pratique c’est sans doute une erreur, car, comme le dit quelque part Willard Van Orman Quine, « sometimes reality says no » ; pas toujours, elle prend son temps, mais parfois, si on pose bien la question, si on lui laisse la possibilité de dire son mot, et si on veut bien l’entendre, ce mot est non, en particulier dans les domaines scientifiques. Pour mémoire, l’anecdote de Corax et Tisias est la suivante : Corax est d’accord pour enseigner à Tisias ses merveilleuses habiletés rhétoriques, et pour être payé en fonction des résultats. Si Tisias gagne son premier procès, il paiera Corax, et s’il le perd, il ne lui devra rien. À l’issue de ses études, Tisias fait un procès à son maître, disant qu’il ne lui doit rien : en effet, si lui, Tisias, gagne ce premier procès, en vertu de la décision des juges, il ne doit rien à Corax ; s’il le perd, et en vertu de leur convention privée, il ne lui doit rien non plus. Corax réplique sur ces mêmes bases : si Tisias gagne ce premier procès, en vertu de leur convention privée, il doit payer ; s’il le perd, en vertu de la décision des juges, il doit également payer. On dit que les juges les chassèrent à coups de bâton. On fait la différence avec la méthode et les conclusions de l’obstétricien Ignace Philippe Semmelweis, établissant que les femmes mouraient dans son hôpital à cause des germes contaminants restés sur les mains des médecins qui passaient directement de la salle de dissection à la salle d’accouchement sans se laver les mains (Plantin, 1996, chap. vii). Dans ce second cas, la réalité dit clairement « oui » à l’hypothèse causale, ce qui n’implique évidemment pas que les collègues de Semmelweis aient été prêts à l’entendre.

Le fait vraiment nouveau dans ces dix dernières années, c’est la constitution d’une solide communauté de professeurs de sciences autour du thème de l’argumentation et de l’apprentissage des sciences. En témoignent par exemple la parution, en 2007, du livre de Sibel Erduran et María Pilar Jiménez-Aleixandre, Argumentation in Science Education, et notre travail publié peu après dans Argumenter en classe de sciences (Buty, Plantin, 2009). Le passionnant dans cette affaire, c’est justement de voir comment l’argumentation en langue ordinaire s’articule à la démonstration, comment les savoirs communs vont se conjuguer avec les savoirs scientifiques, comment on argumente avec des schémas, comment on argumente la perception physique d’un son ou d’un faisceau lumineux. En gros, c’est comment l’argumentation et le langage vont s’arranger avec la réalité et ses sciences, et comment la réalité va dire « oui, peut-être », ou bien « carrément non ». J’ai essayé de faire un point là-dessus. Sans doute sous l’influence des théoriciens de la rupture épistémologique et de l’incommensurabilité des paradigmes, tout un courant privilégie l’idée de la rupture entre le raisonnement argumentatif ordinaire et la démonstration scientifique (Duval, 1992-1993, 1995). Mais il faut tout de même essayer d’expliquer un peu les choses, et c’est tout de même commode de se servir de la langue naturelle pour cela. Personnellement, j’ai pleinement adopté la position que Quine revendique pour la présentation de sa Logique élémentaire : « travailler directement avec le langage usuel jusqu’au moment où il y a un gain décisif à l’abandonner » (Quine, 1972, p. 20-21).

Actuellement, il n’y a plus de sujet qui soit social sans être en même temps scientifique : c’est pour moi un fait majeur dont doit tenir compte l’étude du discours politique. Le racisme ? Mais les biologistes discutent du racisme, et tous les débats débutent par une référence à leurs travaux (Puig Mauriz, 2012). Le changement climatique, l’usage des pesticides en agriculture et dans l’alimentation, la question du nucléaire, la PMA, tous ces sujets socio-politiques sont des sujets socio-scientifiques. Comment en discuter sans information scientifique solide ? « Pas d’argumentation sans information », et là l’information est technique et scientifique. Si on s’aventure dans le débat sans connaissances, on est immédiatement pulvérisé par les grands jeunes gens sympathiques, souriants et super-informés représentant les industries concernées.

J’ai participé il y a trois ans à un grand congrès international en Amérique latine sur la formation des professeurs de sciences. J’ai appris qu’il existait des propositions de formation en sciences entièrement orientées vers le traitement de ces questions.

Mots. Les langages du politique : D’un point de vue pratique, quels conseils pourriez-vous donner à ceux qui vont faire usage de votre dictionnaire ?

Christian Plantin : Ce serait d’abord de s’en servir comme d’un dictionnaire : quand on a besoin d’un mot, on va voir si on y trouve une aide. J’ai tenté de proposer des définitions acceptables, et d’y mettre un grain de sel, c’est-à-dire quelque élément ou suggestion qui donne envie d’aller plus loin, qui problématise, ouvre la notion. Il ne faut pas que le dictionnaire soit un cimetière de concepts. C’est aussi en ces deux sens que je parle d’introduction aux études d’argumentation, il s’agit de mettre le pied à l’étrier, et de permettre ensuite de dépasser tout ça.

Ensuite, un dictionnaire, ça fonctionne comme Twitter, une entrée, c’est un tweet, parfois un peu développé. Il faut donc feuilleter, regarder les exemples, les titres et les sous-titres, et si quelque chose accroche, lire ce qui suit ; pratiquer en quelque sorte une lecture cavalière. Parfois, il serait utile de suivre les renvois, ils ne sont pas parfaits, mais ils existent. Et il faudrait aussi lire la table des entrées, ce qui est vraiment ingrat, mais ça donne une intuition de l’ensemble.

Mots. Les langages du politique : La traduction du Dictionnaire en langue anglaise est parue. À l’hétérogénéité des théories et des terminologies vient s’ajouter le défi de la traduction. Comment avez-vous abordé cette épreuve ?

Christian Plantin : Ah mais ce n’est pas une épreuve, c’est un travail très stimulant, un vrai plaisir, j’allais dire une addiction. L’idée m’a été suggérée par Michael Baker et par Anthony Blair, qui ont des approches très différentes de l’argumentation. A. Blair est un des pères fondateurs de l’argumentation comme « logique informelle », et M. Baker est en pointe sur tout ce qui est argumentation et éducation, à la fois pour la recherche et pour la création d’instruments informatiques d’aide à l’enseignement et à l’apprentissage de l’argumentation. Ils ont accepté de relire le Dictionary, fond et forme. Inutile de dire que j’ai envers eux une dette définitive. La traduction-adaptation est publiée par College Publications, dans la collection « Logic and Argumentation » dirigée par John Woods. Une traduction en arabe est également en cours.

Je me suis donc lancé moi-même dans l’entreprise de la traduction anglaise, non seulement pour des raisons financières, mais aussi parce que le passage à l’anglais demande des adaptations. Par exemple, il y a dans le dictionnaire des passages qui font allusion à l’histoire ou à l’actualité qui doivent être explicités ou réécrits. D’une façon générale, la réduction de l’allusif est passionnante. En français, comme tout locuteur, je maîtrise à peu près l’allusif ; en anglais non. Je n’ai pas de connivence avec le lecteur. Donc il faut tout soigneusement expliciter, donc réarranger, et ce travail est passionnant. Il faut tout redécouvrir en anglais.

Mots. Les langages du politique : Et pour ce qui est de l’hétérogénéité des terminologies, est-ce que vous parvenez à tout transposer en anglais ?

Christian Plantin : Ah oui, et les difficultés commencent at home, je veux dire avec les mots mêmes argument et argumentation. D’une part, il y a deux mots argument en anglais ; argument1 lié à l’argumentation comme bonne raison, et argument2, « altercation, dispute ». Tout les distingue. Problème : en anglais l’adjectif argumentative peut bien avoir les deux sens, mais il est par défaut lié à « dispute » (et pas à « bonne raison »). Une « argumentative personality », c’est une pathologie (voir la définition dans Google). Si je veux parler de l’orientation argumentative d’un énoncé au sens de la théorie de L’argumentation dans la langue de Jean-Claude Anscombre et O. Ducrot, et si je traduis par « argumentative orientation (of an utterance) », tout le monde va comprendre que l’énoncé a une intention polémique, ce qui n’a absolument rien à voir.

Un autre problème, c’est topos, mot que nous trouvons à juste titre si commode. En anglais, c’est argument scheme. Topic est utilisé dans les traductions de textes anciens, au sens de « topos, argument scheme », mais il faut se méfier de l’autre sens de topic, « thème ». On a en somme le même problème que pour argument. Donc, exactement comme dans le cas d’argumentative, il faut faire attention et ne l’utiliser que rarement et dans des contextes clairs. J’ai tout de même signalé topos au sens de Curtius, et je me suis permis d’utiliser topos pour présenter les topoï à la Ducrot. Sur tous ces points, je compte sur mes relecteurs pour me dire si ça peut passer !

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 1989, Rhétorique à Herennius, G. Achard éd. et trad., Paris, Les Belles Lettres.

Anscombre Jean-Claude, Ducrot Oswald, 1986, « Informativité et argumentativité », dans De la métaphysique à la rhétorique, M. Meyer éd., Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, p. 79-94.

Anscombre Jean-Claude, Ducrot Oswald, 1983, L’argumentation dans la langue, Bruxelles, Pierre Mardaga.

Aristote, 2007, Rhétorique, P. Chiron éd., Paris, Garnier-Flammarion.

Arnauld Antoine, Nicole Pierre, 1965 [1662], La logique ou l’art de penser contenant outre les règles communes, plusieurs observations nouvelles propres à former le jugement, P. Clair et F. Girbal éd., Paris, PUF.

Buty Christian, Plantin Christian éd., 2009, Argumenter en classe de sciences : du débat à l’apprentissage, Lyon, INRP.

Casagrande Caria, Vecchio Silvana, 1991, Les péchés de la langue : discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, P. Baillet trad., Paris, Cerf.

Charaudeau Patrick, Maingueneau Dominique, 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.

Cicéron, 1990, Topiques, dans Divisions de l’art oratoire ; Topiques, H. Bornecque éd., Paris, Les Belles Lettres.

Cicéron, 1826, De l’invention, A. A. J. Liez trad., dans Œuvres complètes, J.-V. Le Clerc éd., t. II, Paris, Werdet et Lequien fils.

Ducrot Oswald, 1988, Polifonía y argumentación: conferencias del seminario « Teoría de la argumentación y análisis del discurso », Cali (Colombie), Universidad del Valle.

Ducrot Oswald, 1972, Dire et ne pas dire : principes de sémantique linguistique, Paris, Hermann.

Ducrot Oswald, Todorov Tzvetan, 1972, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Seuil.

Duval Raymond, 1995, Sémiosis et pensée humaine : registres sémiotiques et apprentissages intellectuels, Berne, Peter Lang.

Duval Raymond,1992-1993, « Argumenter, démontrer, expliquer : continuité ou rupture explicative  ? », Petit x, no 31, p. 37-61.

Eemeren Frans Hendrik van et al., 1987 à 2014, Proceedings of the International Conference of the International Society for the Study of Argumentation (tous les quatre ans, de 1987 à 2014), Amsterdam, http://www.argumentation.nl/issa-proceedings/ (consulté le 7 septembre 2018).

Eemeren Frans Hendrik van, Grootendorst Rob, 1996, La nouvelle dialectique, C. Plantin éd., S. Bruxelles, M. Doury et V. Traverso trad., Paris, Kimé.

Erduran Sibel, Jiménez-Aleixandre María Pilar éd., 2007, Argumentation in Science Education: Perspectives from Classroom-Based Research, Dordrecht, Springer.

Finocchiaro Maurice A., 1994, « The positive versus the negative evaluation of arguments », dans New Essays in Informal Logic, R. H. Johnson et J. A. Blair éd., Newport News (VA), Vale Press, p. 21-35.


Grice Henry Paul, 1975, « Logic and conversation », dans Syntax and Semantics, vol. III : Speech Acts, P. Cole et J. L. Morgan éd., New York, Academic Press, p. 41-58.

Grize Jean-Blaise, 1996, Logique naturelle et communication, Paris, PUF.

Groupe Mu (Dubois Jacques, Édeline Francis, Klinkenberg Jean-Marie et al.), 1970, Rhétorique générale, Paris, Larousse.

Gutiérrez Vidrio Silvia, Plantin Christian, 2010, « Argumentar por medio de las emociones: la campaña del miedo del 2006 », Versión. Estudios de Comunicación y Política, no 24, p. 41-69.

Hamblin Charles Leonard, 1970, Fallacies, Londres, Methuen.

Hedge Levi, 1838, Elements of Logick ; or A Summary of the General Principles and Different Modes of Reasoning, Boston, Hilliard, Gray & Co.

Hermogène de Tarse, 1997, L’art rhétorique, M. Patillon éd., Lausanne, L’Âge d’homme.

Kerbrat-Orecchioni Catherine, 1980, L’énonciation : de la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin.

Perelman Chaïm, Olbrechts-Tyteca Lucie, 1988 [1958], Traité de l’argumentation : la nouvelle rhétorique, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles.

Plantin Christian, 2018, Dictionary of Argumentation: An Introduction to Argumentation Studies, Londres, College Publications.

Plantin Christian, 2016, Dictionnaire de l’argumentation : une introduction aux études d’argumentation, Lyon, ENS Éditions.

Plantin Christian, 2016, « Des argumentations dans Mein Kampf », dans Renaissances de la rhétorique : Perelman aujourd’hui, M. Angenot, M. A. Bernier et M. Côté éd., Montréal, Nota bene, p. 271-321.

Plantin Christian, 2014, « Argumentation as an intellectual tool in the knowledge society », dans Rhetoric, Discourse and Knowledge, M. Załęska et U. Okulska éd., Berne, Peter Lang, p. 173-200.

Plantin Christian, 2011, Les bonnes raisons des émotions : principes et méthode pour l’étude du discours émotionné, Berne, Peter Lang.

Plantin Christian, 1996, L’argumentation, Paris, Seuil.

Polo Claire, 2014, L’eau à la bouche : ressources et travail argumentatifs des élèves lors de débats socio-scientifiques sur l’eau potable, thèse de doctorat sous la direction de C. Plantin, Lyon, université Lumière Lyon 2.

Puig Mauriz Blanca, 2012, O desempeño da competencia de uso de probas sobre a expresión dos xenes en secundaria, thèse de doctorat sous la direction de M. P. Jiménez-Aleixandre, Saint-Jacques-de-Compostelle, Universidade de Santiago de Compostela.

Quine Willard Van Orman, 1972, Logique élémentaire, J. Largeault et B. Saint-Sernin trad., Paris, Armand Colin.


Ryle Gilbert, 1931-1932, « Systematically misleading expressions », Proceedings of the Aristotelian Society, vol. XXXII, p. 139-170.

Vignaux Georges, 1981, « Énoncer, argumenter : opérations du discours, logiques du discours », Langue française, no 50, p. 91-116.

Haut de page

Notes

1 20/09/2013, je souligne (Plantin, 2018, p. 501).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Plantin et Jean-Claude Guerrini, « « Les problèmes d’acquisition des connaissances, de développement de formes nouvelles de citoyenneté sont les sources majeures du renouvellement des théories de l’argumentation » », Mots. Les langages du politique [En ligne], 118 | 2018, mis en ligne le 05 novembre 2018, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/mots/24026 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mots.24026

Haut de page

Auteurs

Christian Plantin

ICAR ASLAN (CNRS, université Lyon 2, ENS de Lyon)

Articles du même auteur

Jean-Claude Guerrini

ICAR (CNRS, université Lyon 2, ENS de Lyon)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search