Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

No 122, mars 2020 – Reprendre la parole de l’autre en politique

Date limite de réception des avant-projets : 10 janvier 2019

Reprendre la parole de l’autre en politique

Coordonné par Marion Ballet, Domitille Caillat, Hugues de Chanay et Dominique Desmarchelier

Les moyens de s’exprimer dans la sphère publique n’ont jamais été aussi nombreux, les prises de parole des uns et des autres sont de plus en plus scrutées, répétées, partagées et commentées. Ce constat est encore plus avéré lorsque se trouve au centre du système un personnage public tel que l’est par définition la femme ou l’homme politique. Presse écrite, télévision, blogs et sites internet, réseaux sociaux, etc., autant de lieux de prise de parole et de reprise de la parole dont les tenants et aboutissants n’ont pas encore été pleinement décrits.

  • 1 L’Oxford dictionary donne du mème internet la définition suivante: « An image, video, piece of text (...)

Nous proposons ainsi de nous intéresser spécifiquement, dans le cadre d’un dossier thématique, aux mécanismes du phénomène de reprise consistant à citer ou évoquer au sein d’un discours la parole d’un autre (que celle-ci ait réellement été prononcée ou non). Le phénomène est en effet loin d’avoir révélé toutes ses facettes, aussi bien en ce qui concerne la diversité de ses formes – lesquelles, du fait de la multiplication des moyens de communication, peuvent aller de la citation verbatim au détournement sous forme de mèmes1, en passant par tout un panel de formes de discours rapportés plus ou moins fidèles – qu’en ce qui concerne les visées de ces reprises, ou encore les réactions possibles qu’elles peuvent susciter.

Qu’est-ce qui conduit un acteur ou une actrice politique à citer autrui, lui emprunter ses dires, faire référence à ses propos ? Selon quels procédés, quels canaux et circonstances, et avec quels effets ? Les contributions issues de différents champs disciplinaires seront les bienvenues (sciences du langage, de l’information et de la communication, sociologie, science politique, histoire ou philosophie). Elles pourront explorer, sans devoir s’y limiter, les quelques pistes de recherche suivantes :

Qui cite qui et pourquoi ?

Lorsque les reprises concernent des propos entrés dans l’histoire, elles intègrent bien souvent les luttes de légitimation et de délégitimation propres au champ politique. Cite-t-on d’illustres prédécesseurs ? Comment joue alors l’argument d’autorité ? Témoigne-t-il du besoin d’une filiation politique, d’un marqueur identitaire idéologique (quand François Fillon parle de « chienlit ») ou d’un moyen de discréditer l’adversaire, qui n’est plus en mesure, lui, de se réclamer de son propre héritage politico-idéologique (quand Nicolas Sarkozy reprend Léon Blum par exemple) ? Est-ce une manière de capitaliser sur une figure populaire, qu’elle soit clivante ou non (Jean-Luc Mélenchon et Che Guevara), de s’attribuer l’ethos de la personnalité citée (quand Manuel Valls cite « le Tigre » Clémenceau sur sa carte de vœux de 2013) ou de se sortir d’une controverse (références appuyées et hommage rendu à Aimé Césaire par Nicolas Sarkozy après son discours de Dakar en juillet 2007) ?

– Cite-t-on en dehors du champ politique, selon une logique de distinction (l’amour de la poésie manifesté par Christiane Taubira) ? 

– Ou emprunte-t-on au contraire à ses contemporains, dans une forme de dialogue continu ? On pourrait en effet penser que le procédé consiste dans le discours politique à associer à l’autre un discours – des paroles ou des écrits, voire des attitudes qui leur auraient été concomitantes –, sous des formes et dans des visées potentiellement spécifiques et liées au genre, et suscitant plausiblement des réactions qui le seraient tout autant – chaque réaction formant avec la production d’une reprise une sorte d’échange en soi (couple d’interventions initiative/réactive) typique du dialogue politique composé en grande partie de joutes verbales.

Comment se manifestent dès lors, dans le discours, les individus et les courants idéologiques ? Autrement dit, sous quelles formes et sous quelles figures discursives s’incarnent les ethos des locuteurs impliqués lors de reprises (ceux que les locuteurs s’auto-attribuent et ceux qu’ils tâchent d’attribuer à l’autre) ?

– Au-delà, la reprise de contemporains peut révéler une volonté de préservation d’un « entre-soi » de la classe politique. Utiliser un vocable particulier les distinguerait du citoyen profane, qui ne le maitrise pas – ou pas complètement, et contribuerait ainsi à légitimer une profession politique qui n’est ouverte qu’à quelques-uns.

– Que dire de la publication de manuels et de journaux spécialisés, type Gazette des communes ou Journal des Maires, qui contribuent à diffuser des modèles de discours clés en main et faits pour être repris tels quels par les élus et responsables politiques ?

Comment reprend-on la parole de l’autre ?

Un discours comprenant en son sein la représentation d’un autre discours est grandement complexifié, non seulement par l’implication dans l’échange, à travers l’insertion d’un autre discours, de locuteurs réels – et, corrélativement, de courants politiques identifiés avec leur poids argumentatif propre –, mais encore par des facteurs aussi bien matériels qu’immatériels (démultiplication des espaces d’énonciation, rapidité propre à internet, etc.). C’est ce qui distingue un discours rapporté des « petites phrases », également très usitées en politique et qui ont fait l’objet d’un dossier dans le no 117 de Mots. Les langages du politique (juillet 2018).

– Sous quelle forme les reprises sont-elles effectuées, et dans quelle mesure le mode et le lieu de communication influent-ils sur les façons de représenter des propos ? Par exemple, reprend-on de la même manière un discours à l’oral qu’à l’écrit, ou reprend-on de la même manière un discours selon qu’on s’exprime dans un forum, sur Twitter, sur Facebook ?

– Comment la manière de reprendre – explicite, implicite, occultée – intègre-t-elle les stratégies argumentatives des locuteurs ? Sous quelle formulation, voire quelle mise en scène, représente-t-on la parole d’un acteur politique ou un acteur politique reprend-il des propos qui ne sont pas les siens ?

– En quoi pourrait-on reconnaître un statut argumentatif à certaines reprises ? Citation d’autorité, stratégie de l’homme de paille (strawman), argument de mauvaise compagnie : dans quel cadre argumentatif s’inscrivent les reprises et en quoi les procédés varient-ils selon les contextes ?

Que rapporte-t-on lors de ces reprises ? Que garde-t-on par exemple des attitudes qui pouvaient accompagner le discours repris ? Et de quelle manière rapporte-t-on (reproduction exacte, « coupée » ou « montée », reformulée, détournée, etc.) ? Et en quoi le choix du contenu (sens) du discours repris est-il conditionné par les visées ?

– En quoi la forme donnée à la reprise est-elle conditionnée par ses visées ? Peut-on détecter les visées de ces reprises par la manière même de reprendre (par exemple par la reformulation des propos, ou le recours à une certaine configuration multimodale) ?

Qu’advient-il de ces reprises ?

– Comment un énoncé se transforme-t-il dans le temps, sous l’effet de stratégies individuelles et au gré des différentes reprises ? Peut-on mesurer le degré d’altération d’un énoncé à force de reprises par des locuteurs différents ?

– En quoi les évolutions numériques feraient-elles évoluer aussi le statut des reprises ? En quoi pourrait-on penser, par exemple, que les discours tendent désormais à être considérés en soi comme des actions (la reprise en tant que représentation d’acte, constituant elle-même un autre acte) ; certains « actes lourds » pouvant aboutir à une parole indélébile – par exemple Jean-Marie Le Pen ayant parlé des chambres à gaz comme d’un « détail de l’histoire » ?

– Comment un énoncé repris peut-il finir par exister par lui-même, indépendamment de son auteur d’origine et de ses « utilisateurs » (un peu à la manière d’une expression ou d’un proverbe) ? Par exemple, les slogans des mouvements sociaux, type mai 68 ; le néologisme « dégagisme » de Jean-Luc Mélenchon réutilisé par les commentateurs jusqu’à devenir « La » caractéristique de la présidentielle de 2017 ; ou encore les reprises humoristiques sur les réseaux sociaux ou dans les émissions de divertissement (« Je vous demande de vous arrêter » d’Édouard Balladur) participent à donner à la reprise un caractère intemporel.

– Quels types de réactions de la part de l’auteur initial les reprises peuvent-elles susciter, et dans quel cadre ces réactions interviennent-elles ? Quelles peuvent être les suites possibles de ces reprises (par exemple, assumer le discours, se défendre d’avoir tenu un tel discours, dénoncer le procédé, etc.) ? Qu’est-ce que les réactions disent de la pratique des discours rapportés ?

Références

Amey Patrick, Leroux Pierre éd., 2012, L’échange politique à la télévision : interviews, débats et divertissements politiques, Paris, L’Harmattan.

Bertrand Denis, Deze Alexandre, Missika Jean-Louis, 2007, Parler pour gagner : sémiotique des discours de la campagne présidentielle de 2007, Paris, Presses de Sciences Po.

Biardzka Elżbieta, Komur-Thilloy Greta, 2017, « Les énoncés mémiques et l’aphorisation », dans Le discours représenté dans les genres écrits et oraux, A. Mańkowska et M. Kostro éd., Werset, Lublin, p. 21-40.

Boyer Henri, Gaboriaux Chloé, 2018, Les « petites phrases » [numéro thématique], Mots. Les langages du politique, no 117, juillet.

Caillat Domitille, 2012, « La notion de temporalité au cœur de l’analyse des discours représentés à l’oral : essai de typologie, procédés rhétoriques et portées argumentatives des DR dans le débat présidentiel français de 2007 », Actes du 3e Congrès mondial de linguistique française, SHS Web of Conferences, EDP Sciences, p. 427-439, https://doi.org/​10.1051/​shsconf/​20120100329.

Caillat Domitille, 2016, Le discours rapporté dans les débats politiques télévisés : formes et fonctions des recours au discours autre. Le cas des débats de l’entre-deux-tours des présidentielles françaises, thèse de doctorat, Université Lumière Lyon 2/Université libre de Bruxelles.

Constantin de Chanay Hugues, 2010, « La polyphonie au service de l’éthos. L’exemple du débat du 2 mai 2007 entre N. Sarkozy et S. Royal », Recherches linguistiques, no 31, p. 299-320.

Crettiez Xavier, Sommier Isabelle éd., 2006, La France rebelle : tous les mouvements et acteurs de la contestation, Paris, Éditions Michalon.

David-Blais Martin, 1998, « Sur l’usage de l’appel à l’autorité dans les débats politiques : le cas des débats électoraux télévisés canadiens et québécois », Communication, vol. 18, no 2, p. 31-51.

De Cock Laurence, Madeline Fanny, Offenstadt Nicolas, Wahnich Sophie éd., 2008, Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France, Marseille, Agone.

Delporte Christian, 2012, Les grands débats politiques : ces émissions qui ont fait l’opinion, Paris, Flammarion, INA éditions.

Emediato Walter, 2011, « L’argumentation dans le discours d’information médiatique », Argumentation et analyse du discours, no 7, https://journals.openedition.org/​aad/​1209. 

Fetzer Anita, 2012, « Quotations in monologic and dialogic political discourse », dans Follow-ups Across Discourse Domains: A Cross-Cultural Exploration of their Forms and Functions, A. Fetzer, E. Weizman and E. Reber éd., Würzburg, University of Würzburg, p. 72‒86.

Gauthier Gilles, 1995, « L’argumentation périphérique dans la communication politique : le cas de l’argument ad hominem », Hermès, no 16, p. 167-185.

Gauthier Gilles, 1998, « L’argument ad hominem politique est-il moral ? Le cas des débats télévisés », Communication, vol. 18, no 2, p. 71-88.

Gautier Antoine, Siouffi Gilles, 2016, Les mèmes langagiers : propagation, figement, déformation [numéro thématique], Travaux de linguistique, no 73.

Johansson Marjut, 2015, « If I am elected President… Other-quotations in French presidential debates », dans The dynamics of Political discourse: Forms and Functions of Follow-ups, A. Fetzer, E. Wiezman, L. N. Berlin éd., Amsterdam, John Benjamins, p. 219-243.

Lopez-Muňoz Juan-Manuel, 2006, « L’auto-citation comme stratégie de persuasion à la limite de l’irresponsabilité. Étude de l’effet d’impartialité obtenu au moyen de l’effacement énonciatif dans les forums de presse », Semen, no 22, p. 161-176.

Maingueneau, Dominique, 2012, Les phrases sans texte, Paris, Armand Colin.

Marnette Sophie, 2003, « Le discours direct dans les journaux télévisés français et allemands », dans Parler des mots, le fait autonymique en discours, J. Authier-Revuz, M. Doury et S. Reboul-Touré éd., Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 175-183.

Martel Guylaine, 2008, « Performance… et contre-performance communicationnelles : des stratégies argumentatives pour le débat politique télévisé », Argumentation et analyse du discours, no 1, https://journals.openedition.org/​aad/​302

Micheli Raphaël, 2006, « Le poids de la doxa ou le prestige d’une parole illustre ? Formes et fonctions du discours rapporté dans l’argumentation parlementaire », dans Dans la jungle des discours. Genre de discours et discours rapporté, J. M. Lopez Muñoz, S. Marnette et L. Rosier éd., Cadix, Servicio de Publicaciones de la Universidad, p. 287-295.

Offerlé Michel éd., 1999, La profession politique : xixe-xxe siècles, Paris, Belin.

Plantin Christian, 2016, Dictionnaire de l’argumentation : une introduction aux études d’argumentation, Lyon, ENS Éditions.

Richard Arnaud, Sandré Marion, 2014, « Le discours rapporté dans les débats politiques télévisés femme/homme : le cas Aubry-Hollande », dans Discours rapporté, genre(s) et médias, F. Sullet-Nylander, M. Roitman, J.-M. Lopez Muñoz, S. Marnette et L. Rosier éd., Stockholm, Romanica Stockholmiensia, p. 172-188.

Roitman Malin, 2013, « Réfutation et dialogisme dans deux débats de l’entre-deux tours : Chirac/Jospin (1995) vs Sarkozy/Royal (2007) », dans La linguistique dans tous les sens, Stockholm, Kungl, Vitterhets Histori och Antikvitets Academien, p. 191-205.

Sandré Marion, 2011, « Dialogisme, comportement et débat politique télévisé : Ségolène Royal lors du débat de l’entre-deux tours », dans Citations II. Citer pour quoi faire ? Pragmatique de la citation, A. Jaubert, J.-M. López Muñoz, S. Marnette, L. Rosier et C. Stolz éd., Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, p. 241-256.

Sandré Marion, 2012, « Discours rapportés et stratégies argumentatives : Royal et Sarkozy lors du débat de l’entre-deux tours », Langage et société, no 140, p. 71-87.

Sullet-Nylander Françoise, Roitman Malin, 2011, « Discours rapportés et débats télévisés. Étude comparative : Chirac/Jospin (1995) vs Sarkozy/Royal (2007) », dans Citations II. Citer pour quoi faire ? Pragmatique de la citation, J.-M. López-Muñoz, S. Marnette, L. Rosier et C. Stolz éd., Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, p. 113-128.

Tiberj Vincent, Gougou Florent, Laplanche-Servigne Soline, Peugny Camille éd., 2007, Les mots des présidentielles, Paris, Presses de Sciences Po.

Torck Danielle, 1994, « Diaphonie et interaction dans le débat politique », Littérature, no 93, p. 15-30.

Torterat Frédéric, 2010, « Quand la publicité politique se confronte au buzz journalistique : le cas des dérapages verbaux traités dans une rubrique de quotidien », Signes, discours & sociétés, no 5, http://www.revue-signes.info/​document.php?id=1807.

Villeneuve Gaël, 2013, Les débats télévisés en 36 questions-réponses, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble. 

Vincent Diane, Turbide Olivier, 2006, « Le discours rapporté dans le débat politique : une arme de séduction », dans Dans la jungle des discours. Genre de discours et discours rapporté, J.-M. Lopez Muñoz, S. Marnette et L. Rosier éd., Cadix, Servicio de Publicaciones de la Universidad, p. 307-318.

Modalités de soumission

Les contributions pourront prendre la forme d’articles (maximum 45 000 signes tout compris) ou de notes de recherche (maximum 20 000 signes tout compris). Les auteurs devront soumettre aux coordinatrices et coordinateurs, avant le 10 janvier 2019, un avant-projet (3 000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. Les contributions devront être adressées aux coordinatrices et coordinateurs avant le 15 avril 2019. Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront préalablement examinées par les coordinatrices et coordinateurs du dossier, puis soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs au plus tard fin septembre 2019, après délibération du comité éditorial. La version définitive des articles devra être remise aux coordinatrices et coordinateurs avant la fin du mois d’octobre 2019.

Les textes devront respecter les règles de présentation habituellement appliquées par la revue (voir https://journals.openedition.org/​mots/​76). Ils devront être accompagnés d’un résumé de cinq lignes et de cinq mots-clés qui, comme le titre de l’article, devront également être traduits en anglais et en espagnol.

Coordinatrices et coordinateurs :

Marion Ballet, marion.ballet@gmail.com

Domitille Caillat, domitille.caillat@univ-lyon2.fr

Hugues de Chanay, hugues.dechanay@univ-lyon2.fr

Dominique Desmarchelier, d_desmarchelier@orange.fr

Notes

1 L’Oxford dictionary donne du mème internet la définition suivante: « An image, video, piece of text, etc., typically humorous in nature, that is copied and spread rapidly by Internet users, often with slight variations. »,
https://en.oxforddictionaries.com/definition/meme

Haut de page