Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

No 123, juillet 2020 – Politiquement (in)correct

Date limite de réception des avant-projets : 31 mars 2019 (appel annulé)

Appel annulé. Peu après la diffusion de cet appel, nous avons appris que la revue ILCEA avait lancé un projet similaire au nôtre, avec un calendrier analogue. Pour éviter toute concurrence ou confusion susceptible de nuire aux deux entreprises, nous avons préféré retirer le nôtre et nous invitons donc les auteurs à soumettre leur contribution à ILCEA (voir
https://journals.openedition.org/​ilcea/​6547).

Politiquement (in)correct

La notion de politiquement correct fait depuis les années 1990 l’objet d’études scientifiques dans les pays anglo-saxons et en Allemagne (voir l’historique dans Suhr, Johnson, 2016 ; Reutner, Schafroth, 2012), mais elle n’a pas encore reçu en France l’attention qu’elle mérite. Omniprésente dans les discours, elle n’a cependant pas encore été théorisée de manière systématique, comme le sont par exemple la violence verbale (Moïse et al., 2008a, 2008b) et son pendant, la politesse verbale (depuis les travaux de Goffman, 1974, jusqu’au récent dossier thématique dans le no 40 de Semen dirigé par Moïse et Opréa, 2015). À la différence de ces deux notions, la formule politiquement correct est en effet éminemment plastique et ambiguë, ce qui rend difficile son appréhension en tant qu’objet de l’analyse du discours. C’est donc un chantier de travail encore peu exploré en France que cet appel à contributions se propose d’ouvrir, avec pour objectif d’en poser les premiers jalons.

L’expression politiquement correct est calquée sur l’anglais américain political correctness ou politically correct. Employée à partir des années 1960 par des mouvements contestataires aux États-Unis, elle a été importée en Europe dans les années 1990 (Wirthgen, 1999 ; Appignanesi, 1994). On observe une nette évolution dans sa réception et son utilisation ; au sens littéral, politiquement correct « se dit d’un discours, d’un comportement d’où est exclu tout ce qui pourrait desservir socialement un groupe minoritaire » (Nouveau Petit Robert, 2001, s.v. correct) ou plus exactement un groupe « considéré comme dominé », eu égard aux questions relatives à la dimension genrée. Mais la formule va progressivement être utilisée de manière ironique, pour s’en distancier et pointer des formes de censure sociale du langage : « Le politiquement correct […] désigne, principalement pour la dénoncer, une attitude véhiculée par les politiques et les médias qui consiste à policer excessivement ou modifier des formulations parce qu’elles pourraient heurter certaines catégories de population » (Wikipedia, s.v. Politiquement correct, consulté le 20/12/2018).

L’expression a acquis aujourd’hui le statut de formule (Krieg-Planque, 2009) et se décline en « écologiquement correct », « sexuellement correct », « animalement correct », etc. Contrairement à ces variantes, qui renvoient avant tout à des normes de comportements au sein des domaines spécifiés par l’adverbe (l’écologie, la sexualité, etc.), la formule politiquement correct sert à qualifier des usages sociaux du langage. Elle actualise des interrogations fondamentales et anciennes ainsi que les définitions juridiques et socialement acceptables d’éventuelles limites de la liberté d’expression. Cette « valeur humaine dans sa liberté même de dire l’inhumain » (Vaneigem, 2003, p. 23) s’oppose au constat du cadrage politique, social et moral du langage : « [O]n n’a pas le droit de tout dire, [...] on ne peut pas parler de tout dans n’importe quelle circonstance, [...] n’importe qui, enfin, ne peut pas dire n’importe quoi » (Foucault, 1971, p. 11). Le terme de politiquement correct révélerait ainsi au grand jour les principes de « production, de contrôle, de sélection, d’organisation et de redistribution du discours » (ibid.), tout en les mettant en débat. L’originalité des échanges contemporains dans l’espace public réside donc moins dans le sujet du débat lui-même (quelle police du discours ? quels acteurs légitimes pour en définir les cadres ?) que dans les termes dans lesquels il se trouve aujourd’hui à nouveau posé.

L’omniprésence du politiquement correct et les vives controverses qu’il suscite, enracinées dans la langue et le langage, obligent ainsi le chercheur en sciences humaines et sociales à s’y intéresser, au regard des polémiques et des enjeux qui y sont liés. Ainsi, en septembre 2018, le Herald Sun titrait sa une « Welcome to PC world » (« Bienvenue dans un monde politiquement correct ») pour s’insurger contre les critiques qui lui étaient adressées à la suite de la publication d’une caricature de Serena Williams, jugée raciste parce qu’elle représentait la joueuse de tennis sous des traits soulignant ses caractéristiques physiques afro-américaines. La polémique montre bien qu’une fois largement répandue à travers sa nominalisation (« le » politiquement correct), la notion devient un référent unique, fourre-tout idéologique aux contours trop vagues (Kilian et al., 2010) et certains regrettent que les choix de désignations ne reposent pas davantage sur des critères linguistiques (Wierlemann, 2002).

Dès lors, les points de vue s’affrontent sur le politiquement correct : forme positive d’interdit langagier, mécanisme de censure et d’autocensure qui préserve la face de l’autre dans les échanges sociaux, notamment à l’égard des groupes socialement et/ou linguistiquement dominés (Bourdieu, 1982) ; ou à l’inverse tentative néfaste de « normatisation » de la langue, une forme de « néobienséance » ou « néoconformisme » (Boulanger, 1986, 2000). Les usages politiquement corrects posent la question de la nécessité et de la légitimité de l’interventionnisme langagier pour faire évoluer les représentations sociales. L’objectif de s’opposer ainsi à une essentialisation par le langage d’un groupe social à travers sa désignation peut en même temps se traduire par la dépossession de ses caractéristiques saillantes (Bourdieu, 1993) : les membres de groupes dominés peuvent en effet légitimement revendiquer le stigmate pour le retourner (par exemple le point de vue de Césaire et Senghor sur l’utilisation du terme de nègre, la fortune du terme queer, etc.). Dans tous les cas, le concept de politiquement correct interroge l’arbitraire de la dénomination et son éventuel remplacement par les choix conscients de la nomination (Siblot, 2001).

L’ancrage sociohistorique récent de la notion ne doit pas faire oublier que celle-ci ressortit à une dialectique langagière immuable : celle de la tabouisation et son pendant, l’euphémisation. Par tabouisation, il faut entendre le fait de rendre tabou, de frapper d’interdit une expression, cet interdit n’étant pas toujours passible de sanction juridique, mais intériorisé (pédé en français, nigger en anglais, etc.). L’euphémisation est, elle, le terme générique retenu pour désigner tous les procédés d’évitement (périphrases telles que « personne en situation de handicap » plutôt que « handicapée » ou « infirme », métaphores, emprunts, sigles, diminutifs, etc.) (Reutner, 2009 ; Reutner, Schafroth, 2012). Dans un double mouvement caractéristique du « visage de Janus du politiquement correct » (Schafroth, 2010), une tabouisation (la face négative) bannit l’emploi de certaines formes, et est suivie de la production de formes de remplacement, qui consistent à contourner le tabou par l’euphémisation (la face positive). Ce double mouvement se rencontre dans le discours politique, éducatif, institutionnel ou managérial (Le Bart, 2010), etc.

La dialectique du politiquement correct frappe d’interdit certaines formes langagières, et son analyse peut ainsi se situer au croisement de champs disciplinaires multiples : les sciences du langage, la sociologie, la philosophie, les sciences de l’information et de la communication, la science politique, mais aussi l’art et la littérature. L’objectif de ce dossier thématique est donc de revenir sur ce phénomène multiforme, qui donne son nom à tant de pratiques langagières et de comportements sociétaux, afin de décrire et de circonscrire certaines de ses manifestations, à partir des portes d’entrée suivantes :

La formule politiquement correct : usages et mentions

C’est d’abord la formule en tant que telle, son importation, son utilisation, son évolution et ses modalisations en France, qui pourra faire l’objet d’analyses. De telles études existent déjà pour d’autres langues européennes (anglais, allemand, etc.), mais n’ont pas encore été faites en français.

Les problèmes de désignation et de construction du sens, de son imposition et de son appropriation

Le politiquement correct pose, en effet, la question de la désignation indirecte dans la référenciation. Il n’est pas toujours possible d’appeler un chat un chat, comme l’a montré Harald Weinrich (1970) dans Linguistique du mensonge. On pourra observer comment l’acte de désignation cherche à fixer des usages en discours (Longhi, 2015) et les conséquences que cela entraîne en termes de construction du sens, de déplacements et de catégorisations sociales. Se pose ainsi la question des pouvoirs de la langue, de ceux qui possèdent le pouvoir sur elle, comme dans le cas des « chaînes euphémistiques » (« vieux »/« vieillard » a été remplacé par « personne du troisième » voire « du quatrième âge », ou encore « aîné »/« sénior » (Boulanger, 2000, p. 311), par exemple.

Le contexte d’émergence du politiquement correct et ses transformations ultérieures

Tout comme le suggère l’expression oxymorique discrimination positive, qui peut lui être associée, le politiquement correct prétend lutter contre la discrimination par la discrimination, mais les buts qu’il poursuit sont fondamentalement ambigus. Il convient d’en définir les contours historiques, de comprendre les configurations et reconfigurations sociales et politiques successives dans lesquelles il s’inscrit. Alors qu’aux États-Unis, le politiquement correct a contribué à produire autant de normes langagières que de comportements (Haroche, Montoia, 1995), et ce d’une façon qui se voulait socialement positive, en France, par exemple, il a surtout concerné le langage et a été presque immédiatement assimilé à une censure, bien qu’aucune traduction juridique n’ait jamais été envisagée. Le succès du politiquement correct aux États-Unis n’a d’ailleurs pas empêché qu’à rebours de celui-ci, des personnalités emblématiques comme Donald Trump prétendent ostentatoirement s’en affranchir et ainsi libérer la parole. Ce retournement de l’usage argumentatif du politiquement correct est un positionnement dont les effets doivent être interrogés.

Évolution et disparité des normes linguistiques en matière de tabou

Le politiquement correct n’est qu’une manifestation historiquement récente de la problématique générale de la tabouisation, qui varie en fonction des époques (le langage de la préciosité à l’âge baroque) et des sociétés (nigger aux États-Unis, Führer en Allemagne). On pourra donc s’intéresser dans une perspective historique à la manière dont l’évolution des normes linguistiques traduit l’évolution des représentations sociales (tant sur les arguments en faveur d’un contrôle et d’un cadrage du langage, que sur les principes mis en avant par ses « adversaires » : groupes sociaux, partis politiques, minorités, communautés).

Le politiquement incorrect

Reste à faire un état des lieux des formes de transgression instituées du politiquement correct : celles de la parole libre et des domaines traditionnellement autonomes que sont l’art et la littérature (Barberis, 2019), et plus généralement tous les domaines de la création artistique, qu’elle soit élitiste ou destinée à un public large, à travers l’humour, l’ironie, la complicité avec un public ou le second degré. Il existe en effet, toute une tradition de la dérision (Feuerhahn, 2001) dans les discours médiatiques, radiophoniques et télévisuels (chroniques, billets d’humeur, etc.), auxquels s’ajoutent aujourd’hui les sites d’hébergement de vidéos. On pourra à l’inverse s’interroger sur les nouvelles formes de censure puritaine imposées par les géants du numérique (Facebook, Apple, etc.).

Références

Appignanesi Lisa, 1994, « Liberté, Égalité, Fraternité: PC and the French », dans S. Dunant éd., The War of Words: The Political Correctness Debate, Londres, Virago, p. 145-163.

Barbéris Isabelle, 2019, L’art du politiquement correct, Paris, PUF.

Boulanger Jean-Claude, 2000, « Un épisode des contacts de langues : la néobienséance langagière et le néodiscours lexicographique », dans M.-R. Simoni-Aurembou éd., Français du Canada, français de France, Tübingen, Niemeyer, p. 307-324.

Boulanger Jean-Claude, 1986, Aspects de l’interdiction dans la lexicographie française contemporaine, Tübingen, Niemeyer.

Bourdieu Pierre éd., 1993, La misère du monde, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre, 1982, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

Devriendt Émilie, Monte Michèle, Sandré Marion éd., 2018, Dire ou ne pas dire la « race » en France aujourd’hui [numéro thématique], Mots. Les langages du politique, no 116.

Feuerhahn Nelly, 2001, « La dérision, une violence politiquement correcte », Hermès, no 1, p. 185-197.

Foucault Michel, 1971, L’ordre du discours, Paris, Gallimard.

Goffman Erving, 1975, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, A. Kihm trad., Paris, Minuit.

Goffman Erving, 1974, Les rites d’interaction, A. Kihm trad., Paris, Minuit.

Haroche Claudine, Montoia Ana, 1995, « La codification des comportements et des sentiments dans la Political Correctness », Revue française de science politique, 45 année, no 3, p. 379-395.

Kilian Jörg, Niehr Thomas, Schiewe Jürgen, 2010, Sprachkritik: Ansätze und Methoden der kritischen Sprachberatung, Berlin, New York, De Gruyter.

Krieg-Planque Alice, 2009, La notion de « formule » en analyse du discours : cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Le Bart Christian, 2010, « La liberté discursive : du politiquement correct au discours managérial », Cahiers français, no 354, p. 70-73.

Longhi Julien éd., 2015, Stabilité et instabilité dans la production du sens : la nomination en discours [numéro thématique], Langue française, no 188.

Moïse Claudine, Auger Nathalie, Fracchiolla Béatrice, Schultz-Romain Christina, 2008a, La violence verbale, tome I : Espaces politiques et médiatiques, Paris, L’Harmattan.

Moïse Claudine, Auger Nathalie, Fracchiolla Béatrice, Schultz-Romain Christina, 2008b, La violence verbale, tome II : Des perspectives historiques aux expériences éducatives, Paris, L’Harmattan.

Moïse Claudine, Oprea Alina éd., 2015, Politesse et violence verbale détournée [numéro thématique], Semen, no 40.

Reutner Ursula, 2009, Sprache und Tabu: Interpretationen zu französischen und italienischen Euphemismen, Tübingen, Niemeyer.

Reutner Ursula, Schafroth Elmar éd., 2012, Political Correctness : aspects politiques, sociaux, littéraires et médiatiques de la censure linguistique, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang.

Schafroth Elmar, 2010, « Die Janusköpfigkeit der Political Correctness », Zeitschrift für Kanada-Studien, no 30.2, p. 101-124.

Siblot Paul, 2001, « De la dénomination à la nomination : les dynamiques de la signifiance nominale et le propre du nom », Cahiers de praxématique, no 36, p. 189-214.

Suhr Stephanie, Johnson Sally, 2003, « Re-Visiting “PC”: Introduction to Special Issue on “Political Correctness” », Discourse & Society, vol. XIV, no 1, p. 5-16.

Vaneigem Raoul, 2003, Rien n’est sacré, tout peut se dire : réflexions sur la liberté d’expression, Paris, La Découverte.

Volkoff Vladimir, 2001, Manuel du politiquement correct, Monaco, Éditions du Rocher.

Weinrich Harald, 2014, Linguistique du mensonge, H. Lucas trad., Limoges, Lambert-Lucas.

Weinrich Harald, 1970, Linguistik der Lüge: Kann Sprache die Gedanken verbergen ?, Heidelberg, L. Schneider.

Wierlemann Sabine, 2002, Political Correctness in den USA und in Deutschland, Berlin, E. Schmidt.

Wirthgen Andrea, 1999, « Political Correctness. Die ‚korrigierte‘ Sprache und ihre Folgen », Linguistik Server Essen (LINSE), http://www.linse.uni-due.de/​esel.html.

Modalités de soumission

Les contributions pourront prendre la forme d’articles (maximum 45 000 signes tout compris) ou de notes de recherche (maximum 20 000 signes tout compris). Les auteurs devront soumettre aux coordinatrices et coordinateurs, avant le 31 mars 2019, un avant-projet (3 000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. Les contributions devront être adressées aux coordinatrices et coordinateurs avant le 1er septembre 2019. Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront préalablement examinées par les coordinatrices et coordinateurs du dossier, puis soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs au plus tard fin décembre 2020, après délibération du comité éditorial. La version définitive des articles devra être remise aux coordinatrices et coordinateurs avant la fin du mois de février 2020.

Les textes devront respecter les règles de présentation habituellement appliquées par la revue (voir https://journals.openedition.org/​mots/​76). Ils devront être accompagnés d’un résumé de cinq lignes et de cinq mots-clés qui, comme le titre de l’article, devront également être traduits en anglais et en espagnol.

Coordinatrices et coordinateurs :

Dominique Dias : dominique.dias@univ-grenoble-alpes.fr

Marie-Laure Durand : marie-laure.durand@univ-montp3.fr

Pierre Leroux : pleroux@uco.fr

Emmanuelle Prak-Derrington : emmanuelle.prak-derrington@ens-lyon.fr