Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Sur quelques marques de subjectivité dans le journalisme d’information politique de 1945 à 2015 au Québec

On some subjectivity marks in political information journalism from 1945 to 2015 in Quebec
Algunas marcas de subjetividad en el periodismo de información política de 1945 a 2015 en Quebec
Louise Chaput
p. 151-168

Résumés

Partant du constat que le journalisme d’information politique a subi des transformations et qu’il affiche un discours plus empreint de subjectivité, cette recherche empirique porte sur l’analyse et l’évolution du recours à quatre variables linguistiques : les points de suspension, les tirets, les parenthèses et les guillemets de distanciation. Ces ponctèmes traduisent à la fois un engagement du journaliste en tant qu’énonciateur et un rapprochement de celui-ci avec son lecteur.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Corpus et méthodologie
Variables linguistiques de rapprochement et d’engagement
La suspension
La mise en relief par les tirets et le commentaire entre parenthèses
Mise à distance
Discussion des résultats

Aperçu du texte

Se fondant sur un corpus de nouvelles tirées de deux organes de presse québécois, La Presse et Le Devoir (1945-1995), Jean Charron s’est consacré à l’étude de quatre indicateurs de la subjectivité énonciative dans la nouvelle journalistique : attributions d’états psychologiques, connecteurs logiques, modalités subjectives et énoncés prospectifs. Ses travaux lui ont permis de constater « un net déplacement, à partir des années 1960 et 1970, de la posture énonciative des journalistes de l’objectivité vers la subjectivité » (Charron, 2006a, résumé p. 131). Il décrit ainsi ce concept de subjectivité :

Le locuteur tend à la subjectivité dès qu’il se met en scène lui-même en tant que sujet dans son énonciation, lorsqu’il engage plus ou moins manifestement son identité en tant que sujet du discours, lorsqu’il rend perceptible, par ses choix langagiers, le fait que l’énoncé est lié au locuteur. (Charron, Jacob, 1999, p. 10)

Ainsi, le journalisme d’information aurait subi des transformations :...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Chaput, « Sur quelques marques de subjectivité dans le journalisme d’information politique de 1945 à 2015 au Québec », Mots. Les langages du politique [En ligne], 119 | 2019, mis en ligne le 05 mars 2022, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/mots/24586 ; DOI : 10.4000/mots.24586

Haut de page

Auteur

Louise Chaput

Université Laval, Québec

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page