Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

No 123, juillet 2020 – Discours des radicalités politiques et sociales

Date limite de réception des avant-projets : 20 mai 2019

Discours des radicalités politiques et sociales

Coordonné par Valérie Bonnet, Béatrice Fracchiolla et Lilian Mathieu

  • 1 Dictionnaire Le petit Robert de la langue française 2018, édition électronique.
  • 2 En Allemagne, c’est le mot radikal qui est utilisé pour dire l’extrémisme politique : Die Rechtsrad (...)

Le terme radicalité a connu une importante fréquence lexicale depuis quelques années. Ce dossier entend traiter « des » radicalités au pluriel, et non pas de la « radicalité » entendue en ce début de xxie siècle comme un phénomène lié au djihadisme. Néanmoins, nous ne pourrons nous passer d’une réflexion sur ce qu’est la radicalité, pour définir les radicalités. Notre projet est de déconstruire ce que l’on entend par radicalité, terme passe-partout, aux contours un peu flous, qui n’a d’ailleurs pas encore trouvé sa place dans le dictionnaire1, si bien qu’il nécessite une approche par les autres termes répertoriés appartenant au même champ morphosémantique, à savoir : radical, e, nom et adjectif construit sur radicalis, en bas latin, venant de radix, radicis qui signifie en latin « racine » ; tous les autres termes étant eux-mêmes élaborés plus ou moins directement à partir de radical : radicalement, radicalisation, radicaliser, radicalisme, ou encore radical-socialisme, radical-socialiste. Les notions contenues dans l’ensemble des termes de ce champ lexical en lien avec le sens politique renvoient à des éléments divers qui permettent d’en retracer l’évolution. Par exemple, l’appellation les radicaux renvoyait en 1820 aux Républicains qui étaient partisans de réformes « radicales » dans le sens de la démocratie et la laïcité ; au sens moderne, le parti radical, puis radical-socialiste est constitué de ces républicains qui se sont organisés en parti après la chute du Second Empire ; ils sont situés de nos jours au centre gauche des partis politiques. En revanche, une doctrine est dite « radicale » lorsqu’elle va jusqu’au bout de ses conséquences, sans concession (extrémiste, intransigeante, intégriste, rigoriste2). C’est sur cette base de signifié, à partir de l’adjectif et non du nom, radical, e, que se comprend dans le contexte actuel la notion de « radicalité(s) » politique(s). Sans doute, d’ailleurs, éprouve-t-on le besoin de ce néologisme précisément parce que le nom correspondant s’est spécialisé dans un sens qui est pratiquement à l’opposé (« centriste ») de ce que veut signifier l’adjectif radical et que reprend sémantiquement, donc, le substantif féminin radicalité. Cette double appartenance, en quelque sorte, signifie à la fois une forme de retour aux sources (la notion de racine) et son opposé : une transformation extrême entraîne une série de conséquences sur la manière d’envisager les sens en discours de radicalité(s) associé ici à politique(s), qui fonctionne également en polysémie et épaisseur de sens. Dans cette mesure, la radicalité n’est pas forcément là où l’on croit qu’elle est ; c’est la poursuite d’une fin, déterminée, qui connaît différentes formes de « performances » (en termes de violence/non-violence, spectacle/non-spectacle, discours/action).

En d’autres termes, et partant de la définition du discours de radicalité politique comme un discours de (dé)légitimation en même temps qu’un discours de confrontation, l’objet de cette livraison de la revue Mots est de définir ce qu’est un discours radical et comment se traduit le discours des radicalités politiques, sans que cela ressorte nécessairement comme un discours de haine.

Nous proposons ainsi 4 axes, non limitatifs :

Catégorisation

Le choix que nous faisons de traiter des radicalités politiques, par l’expression même, sous-entend déjà que plusieurs personnes sont d’accord pour définir certains actes, événements, idées politiques, comme « radicaux » ; cela participe donc à la fois de l’autodéfinition ou de l’hétérodéfinition (les féministes sont jugées radicales là où elles considèrent leurs positions comme relevant de la norme ; et il en est de même de la Manif pour tous ; voir Fracchiolla, 2015). En d’autres termes, la radicalité peut être considérée comme phénomène de réception ou comme phénomène d’émission. Ici intervient la double logique de nomination/catégorisation qui suppose cette radicalité comme assumée, revendiquée ou au contraire rejetée, stigmatisée. On perçoit donc comment un discours, une argumentation de confrontation, s’organise en miroir autour de l’idée même de « radicalité ». De fait, la radicalité peut autant être revendiquée comme un label valorisant – par ses connotations d’intransigeance, voire de rudesse politique, comme dans le cas du groupuscule néofasciste Unité radicale (Mathieu, 2003) –, ou jouer comme un stigmate – comme lorsque le qualificatif de « radical » sert à disqualifier un féminisme estimé outrageusement hostile aux hommes ou aux exigences jugées excessives. Les instrumentalisations croisées d’un tel label et ses éventuels retournements sémantiques – dont atteste par exemple l’existence, aux États-Unis, du courant autodéfini du féminisme radical – sont au cœur des luttes de définition et de catégorisation qui traversent les univers militants. Parce qu’elles modifient perceptions de soi et des autres et, ce faisant, la place occupée dans un espace politique, ces luttes ne sont pas sans influence sur le processus de radicalisation lui-même, ainsi que le soulignent Annie Collovald et Brigitte Gaïti : « les usages du label “radical” entrent dans l’analyse de la dynamique radicale elle-même : en modifiant les identités antérieurement attribuées aux mouvements désormais considérés et perçus comme radicaux, ils modifient également les lignes de conduite à tenir à leur égard et reconfigurent alors les solidarités et les alliances possibles, les stratégies pensables et, au bout du compte, leur position dans le jeu politique » (Collovald, Gaïti éd., 2006, p. 23).

Par ailleurs, peut-on considérer qu’un discours radical politiquement ne soit pas nécessairement extrémiste ? Comment en décider (si l’on pense par exemple aux Femen) ? La radicalité semble donc exclure la discussion ou la négociation, mais est-ce toujours le cas ? Cela nous mène directement à une autre question, fondamentale : quels sont les modes argumentatifs de la radicalité ? Se formule-t-elle, nécessairement, dans un registre chargé d’affects (formulation de la souffrance, de l’indignation, de la colère) ou d’une certaine posture de rupture définie comme un discours ne s’appuyant pas sur la majorité ? La radicalité ne peut-elle se construire sur le logos (la froide détermination, les logiques d’inversion de point de vue telles que mises en place par Malcolm X), voire sur le discours expert (si l’on songe aux discours environnementaux) ? La radicalité s’appuie-t-elle sur des modes et des genres privilégiés comme le pamphlet, la polémique (Amossy, 2014) ? Quels sont ses liens avec la violence verbale, la notion de montée en tension linguistique et discursive (Auger et al. éd., 2008 ; Fracchiolla et al. éd., 2013) ? La radicalité discursive est-elle obligatoirement construite de manière négative (si l’on songe à l’écriture inclusive qui peut être prise comme telle dans certains discours ou la non-violence prônée par Gandhi ou Martin Luther King) ?

Altérité

De ce premier point, on peut définir la radicalité par rapport à l’altérité, au sens où elle se nourrit de dissensus, voire de conflit(s). On est donc toujours politiquement radical par rapport à quelqu’un (altérité), quelque chose d’autre (objet), à quoi s’articule un discours certes argumenté, mais qui peut aussi receler un lien puissant d’appel aux émotions, aux affects (Kelsey, 2016 ; Deleplace éd., 2009). La question qui se pose est de savoir ce que sont ces discours, s’il est envisageable d’en proposer une typologie, de les catégoriser en les organisant les uns par rapport aux autres ; et également, de manière plus ambitieuse, de savoir si l’on peut dégager une structuration type commune, un patron, qui soit propre, spécifique à ce que l’on nomme ici « les radicalités politiques ».

Un certain type de radicalité politique, défini comme tel, émerge forcément en opposition à autre chose et à un discours autre. La dimension de l’altérité se révèle ainsi comme la lecture « en creux », à construire, de la radicalité : les discours « pro » sont souvent perçus comme des discours « anti » (les « pour l’indépendance des traités » sont perçus comme des discours « contre le centralisme »). La mise en place d’une radicalité politique advient en effet dans un système de confrontation, d’opposition suffisamment forte pour se réclamer d’une forme d’extrémisme ou d’intégrité non négociable, qui peut passer ou non par l’action.

De ce fait, la place de l’autre, le discours sur, autour de l’autre, et le type de communication choisie pour se faire entendre des autres, extérieurs à ce système défini et, pour ainsi dire, intracommunautaire de « radicalité politique », restent à définir. Ainsi, bien qu’ils reposent tous deux sur l’action, voire sur la performance, la différence par exemple entre un système de communication comme la non-violence et celui des Femen est visible. L’expression de toute radicalité politique va de pair avec certains choix effectués : l’utilisation de certains types de supports (écrire sur les corps, sur des banderoles, sur des murs, sur des affiches…), de certains médiums de communication (en fonction, aussi, des destinataires visés). En d’autres termes, les méthodes communicationnelles participent à la fois d’une recherche d’efficacité comme d’une identité à travers un style communicationnel plus ou moins marqué (régimes illocutoires, esthétiques).

Temporalités

Être radical, disait Marx, c’est « saisir les choses à la racine » (1982, p. 390). Si la concentration sur l’étymologie expose à éclipser la sémantique de ses usages actuels, c’est bien un rapport particulier à la temporalité que peut inviter à aborder le terme de radicalité ; celui d’une nostalgie de principes originels que le passage du temps aurait détournés, affaiblis, voire pervertis, et qu’il s’agirait de restaurer dans leur authenticité.

On constate par ailleurs une normalisation d’anciens discours de radicalité politique – que l’on pense simplement au destin du radicalisme politique, de l’intransigeance républicaine qu’il incarne au xixe siècle jusqu’à la figure du conformisme institutionnel qu’il deviendra sous les IIIe et IVe Républiques avant de sombrer sous la Ve. Pourrait-il y avoir des types d’argumentation qui correspondent à une normalisation progressive du discours ? Ou bien est-ce le sort de tout discours politique radical à un moment donné de s’intégrer diachroniquement à un discours normatif ? Autrement dit, les radicalités politiques sont-elles l’annonce de normes futures, à venir, en construction ?

Ainsi, si le discours de radicalité semble par définition peu nuancé, il y a un moment où la radicalité cesse de l’être, où il y a un passage, une transition vers la norme : comment peut-on trouver un moment nuancé (moment/tournant discursif) quand la provocation cesse d’en être une ? Si l’on considère par exemple le terme « nigger », il est devenu une expression polémique marquant une radicalité, que celle-ci soit en faveur ou à l’encontre du combat des Afro-Américains (Bonnet, 2011). La question se pose alors de la réappropriation et de la circulation des discours, voire des détournements discursifs opérés d’une radicalité à l’autre (Fracchiolla, 2015). Le rapport à l’histoire, le rapport du « moment historique » au « moment discursif » (Moirand, 2007), mais aussi la mémoire collective via l’interdiscours, peuvent être ici interrogés.

Finalités

La radicalité touche tous les types de causes : animale, environnementale, sociale, ethnique et fait rarement l’objet d’un projet politique global ; bien plus, les logiques d’intersectionnalité semblent atomiser davantage les luttes.

Dès lors, l’objectif du discours radical est-il ici une adhésion via la persuasion ? Ou est-ce juste un discours qui vise à susciter, déplacer l’attention sur un objet non commun, à modifier le point de vue ? Quel est, en d’autres termes, son rapport au perlocutoire en termes d’actes de langage (Austin, 1962) ? Comment les radicalités politiques réutilisent-elles d’autres discours, les discours d’autres types de radicalités en les transformant ? Par quels processus de rediscursivisation (Mills, 2008), remise en discours, resignification (si l’on songe au panafricanisme) ? La dimension sectorielle et la logique d’interpellation supposent une fois de plus la prise en compte de la matérialité langagière, les signifiés et les supports de signification générant des logiques d’identification (les tenues des Black Panthers) ou de reconnaissance (les logiques de cryptisme, notamment par les jeux de mots entre initiés).

Comment les discours radicaux utilisent-ils les cadres de la montée en tension pour provoquer, susciter l’attention – dans une dimension interpellative, donc, et non nécessairement de réelle violence verbale adressée (Moïse, 2012 ; Auger et al. éd., 2008, Fracchiolla et al. éd., 2013) ? Notamment, par quels procédés la majorité est-elle interpellée ? Quels sont les mises en scène discursives et procédés rhétoriques de cette interpellation ? Quelles sont les perceptions des radicalités en fonction des cultures (Barbut, dans Dufour, Hayes, Ollitrault éd., 2012) ?

Bibliographie indicative

Amossy Ruth, 2014, Apologie de la polémique, Paris, PUF.

Angenot Marc, 1989, « Hégémonie, dissidence et contre-discours : réflexions sur les périphéries du discours social en 1889 », Études littéraires, vol. XXII, no 2, p. 11-24.

Austin John L., 1962, How to Do Things with Words, Oxford, Clarendon Press.

Bonnet Valérie, 2011, « “Don’t call me Nigger, Whitey” : l’autodésignation de la communauté afro-américaine et la construction identitaire », Communication, vol. XXVIII, no 2, http://communication.revues.org/​1803 (consulté le 26 mars 2019).

Bourdieu Pierre, 1981, « La représentation politique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 36-37, p. 3-24.

Collovald Annie, Gaïti Brigitte éd., 2006, La démocratie aux extrêmes : sur la radicalisation politique, Paris, La Dispute.

Deleplace Marc éd., 2009, Les discours de la haine : récits et figures de la passion dans la cité, Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion.

Dufour Pascale, Hayes Graeme, Ollitrault Sylvie éd., 2012, Radicalités et radicalisations [numéro thématique], Lien social et Politiques, no 68.

Fracchiolla Béatrice, 2015, « Violence verbale dans le discours des mouvements antagonistes : le cas de “Mariage pour tous” et “Manif pour tous” », Argumentation et analyse du discours, no 14, http://aad.revues.org/​1940 (consulté le 26 mars 2019).

Fracchiolla Béatrice, Moïse Claudine, Romain Christina et al. éd., 2013, Violences verbales : analyses, enjeux et perspectives, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Garric Nathalie, Goldberg Michel, 2017, « La séquence agonale comme procédé de la conflictualité médiatique », TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage, no 33, http://journals.openedition.org/​tipa/​1750 (consulté le 26 mars 2019).

Kelsey Darren, 2016, « Hero mythology and right-wing populism: A discourse-mythological case study of Nigel Farage in the Mail Online », Journalism Studies, vol. XVII, no 8, p. 971-988.

Laforest Marty, Vincent Diane, Turbide Olivier, 2009, « Pour ou contre la trash radio : usages de la qualification péjorative dans un débat social », dans Les insultes en français : de la recherche fondamentale à ses applications (linguistique, littérature, histoire, droit), D. Lagorgette éd., Chambéry, Université de Savoie, UFR Lettres, langues et sciences humaines, p. 181-200.

Mathieu Lilian, 2003, « L’extrême droite mouvementiste : le cas d’Unité radicale », ContreTemps, no 8, p. 86-93.

Marx Karl, 1982 [1844], « Pour une critique de la philosophie du droit de Hegel », dans K. Marx, Œuvres, tome III : Philosophie, M. Rubel éd., Paris, Gallimard.

Mills Sarah, 2008, Language and Sexism, Cambridge, Cambridge University Press.

Mohamed-Gaillard Sarah, 2010, L’archipel de la puissance ? La politique de la France dans le Pacifique Sud de 1946 à 1998, Bruxelles, PIE Peter Lang.

Moirand Sophie, 2007, Les discours de la presse quotidienne : observer, analyser, comprendre, Paris, PUF.

Moïse Claudine, 2012, « Argumentation, confrontation et violence verbale fulgurante », Argumentation et analyse du discours, no 8, https://journals.openedition.org/​aad/​1260 (consulté le 26 mars 2019).

Moïse Claudine, Auger Nathalie, Fracchiolla Béatrice, et al. éd., 2008, La violence verbale, Paris, L’Harmattan.

Mokaddem Hamid, 2011, Le discours politique kanak : Jean-Marie Tjibaou, Rock Déo Pidjot, Eloi Machero, Raphael Pidjot, Koohnê (Nouvelle Calédonie), Éditions de la Province Nord.

Pahud Stéphanie, 2018, « L’électoralisation du féminisme : un nouvel antiféminisme ordinaire », Itinéraires, n2017-2, https://journals.openedition.org/​itineraires/​3804 (consulté le 26 mars 2019).

Regnault Jean-Marc éd., 2003, François Mitterrand et les territoires français du Pacifique (1981-1988), Paris, Les Indes savantes.

Modalités de soumission

Les contributions pourront prendre la forme d’articles (maximum 45 000 signes tout compris) ou de notes de recherche (maximum 20 000 signes tout compris). Les auteurs devront soumettre aux coordinatrices et coordinateur, avant le 20 mai 2019, un avant-projet (3 000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. Les contributions devront être adressées aux coordinatrices et coordinateur avant le 1er septembre 2019. Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront préalablement examinées par les coordinatrices et coordinateur du dossier, puis soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs au plus tard fin décembre 2019, après délibération du comité éditorial. La version définitive des articles devra être remise aux coordinatrices et coordinateur avant la fin du mois de février 2020.

Les textes devront respecter les règles de présentation habituellement appliquées par la revue (voir https://journals.openedition.org/​mots/​76). Ils devront être accompagnés d’un résumé de cinq lignes et de cinq mots-clés qui, comme le titre de l’article, devront également être traduits en anglais et en espagnol.

Coordinatrices et coordinateur :

Valérie Bonnet : valerie.bonnet@free.fr

Béatrice Fracchiolla : beatrice.fracchiolla@univ-lorraine.fr

Lilian Mathieu : lilian.mathieu@ens-lyon.fr

Notes

1 Dictionnaire Le petit Robert de la langue française 2018, édition électronique.

2 En Allemagne, c’est le mot radikal qui est utilisé pour dire l’extrémisme politique : Die Rechtsradikalen : « extrême droite », Die Linksradikalen : « extrême gauche ».

Haut de page