Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Fin de parti(e). La dénomination du PS en questions

End of (the) party. The name of the PS in questions
Fin del partido. El nombre del PS en cuestión
Éric Treille
p. 73-90

Résumés

Malgré l’inscription de l’enjeu de son abrègement typographique lors du congrès d’Aubervilliers de 2018 et les ruptures onomastiques déjà connues par une grande partie des formations politiques françaises, le PS a conservé sa siglaison. Parti fragilisé par le résultat historiquement faible de son candidat à l’élection présidentielle de 2017, il a fait le choix de la fidélité à l’un des éléments les plus forts de son identité, tout en trouvant d’autres voies symboliques pour sortir de l’après-défaite, comme la vente de son siège rue de Solférino et la perte d’un substitut discursif emblématique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Les Socialistes versus Les Républicains
Manuel Valls et La Gauche
Le dépassement du PS dans la primaire de la Belle Alliance populaire
La « bataille de Solférino » ou la vente d’un substitut discursif du PS

Aperçu du texte

C’est une des conséquences inattendues de l’élection présidentielle de 2017 : l’onomastique partisane française en est sortie profondément transformée (Offerlé, 2018 [1987], p. 116-122 ; Bacot, 2018a). De la création d’En Marche !, devenu La République En Marche !, et de La France insoumise, issue du Parti de gauche, à l’abandon du nom Front national pour celui de Rassemblement national, quasiment aucune formation politique n’est sortie indemne de ce scrutin hautement « disruptif » (Perrineau éd., 2017).

Comme ses concurrents, le Parti socialiste n’a pas échappé à ces batailles de dénomination. Benoît Hamon a quitté la « vieille maison » pour fonder le Mouvement du 1er juillet ou M1717, une formulation lexico-syntaxique associée à une date, ensuite rebaptisé Génération.s. Le groupe parlementaire du PS à l’Assemblée nationale a porté pendant un peu plus d’un an le nom Nouvelle gauche en remplacement de l’appellation Socialiste, écologiste et républicain, avant de reprendre la dénomina...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Treille, « Fin de parti(e). La dénomination du PS en questions », Mots. Les langages du politique [En ligne], 120 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/mots/25225 ; DOI : 10.4000/mots.25225

Haut de page

Auteur

Éric Treille

Arènes (Université de Rennes – EHESP – CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page