Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Nommer l’islam politique. Répertoire lexical d’un réformisme et ses réappropriations locales dans les noms de partis islamistes

Naming political Islam. Lexical repertoire of reformism and its local re-appropriations in the Islamist parties’ names
Nombrar al islam político. Repertorio lexical de un reformismo y sus reapropiaciones locales en los nombres de los partidos islámicos
Dilek Yankaya, Clément Steuer et Hassan Zouaoui
p. 145-163

Résumés

Cet article interroge les modalités de nomination des partis islamistes autorisés à participer aux élections dans cinq pays (Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte et Turquie). Tandis que ceux-ci sont perçus comme les représentants d’un conservatisme religieux, leurs noms puisent dans des répertoires lexicaux forgés par deux formes de réformisme, l’islamisme de la Nahda et le développementalisme nationaliste. Ces noms énoncent la quête d’un modèle de développement dont l’authenticité s’appuierait sur une double volonté de concrétiser des normes islamiques à l’échelle nationale et de répondre aux revendications des populations locales. L’article montre néanmoins comment, en l’absence d’un tel modèle authentique, quatre mots issus du répertoire lexical réformiste (justice, développement, liberté et renaissance) sont employés comme des « principes correcteurs ». Il contribue ainsi à expliquer comment le pragmatisme de l’islam politique se pratique selon un triptyque de logiques légaliste, d’affirmation électorale et de distinction politique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Répertoire lexical réformiste : l’héritage commun d’une famille partisane hétérogène
La Nahda et ses usages dans les contextes nationaux
Parti ou mouvement ? Justice, développement et liberté. Les mots de la Nahda
Énoncer l’islam politique : le réformisme par les mots

Aperçu du texte

La multiplication des partis islamistes et leurs récents succès électoraux en ont fait des acteurs incontournables des recompositions sociopolitiques en cours en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. En Turquie, Adalet ve Kalkınma Partisi (« Parti de la justice et du développement – AKP ») se maintient au pouvoir depuis 2002. Son homonyme marocain, Hizb al-`adâla wal-tanmiyya (« Parti de la justice et du développement – PJD ») s’est placé en première position lors des élections de 2011. Ennahda (« Parti de la renaissance ») en Tunisie et Hizb al-huriyya wal-`adâla (« Parti de la liberté et de la justice ») en Égypte ont remporté les premières élections législatives des « Printemps arabes ». En Algérie, plusieurs partis islamistes, d’inspiration frériste ou salafiste, dont Ennahda et le Front de la justice et du développement (Jabhat al-`adâla wal-tanmiyya), occupent des sièges au Parlement.

Traduisant un lexique islamique plus transversal que jamais (Bonnefoy, Burgat, 2018), leurs noms...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dilek Yankaya, Clément Steuer et Hassan Zouaoui, « Nommer l’islam politique. Répertoire lexical d’un réformisme et ses réappropriations locales dans les noms de partis islamistes », Mots. Les langages du politique [En ligne], 120 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/mots/25394 ; DOI : 10.4000/mots.25394

Haut de page

Auteurs

Dilek Yankaya

Sciences Po Aix

Clément Steuer

CNRS, Ladyss (UMR 7533)

Articles du même auteur

Hassan Zouaoui

Université Ibn Zohr

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page