Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Vers une conceptualisation de la notion de « français régional » : de la dialectologie à la sociolinguistique

Towards a conceptualization of the notion of regional French: from dialectology to sociolinguistics
Hacia una conceptualización de la noción de «francés regional»: desde la dialectología a la sociolingüística
Marie-Madeleine Bertucci
p. 167-183

Résumés

L’article se développe en trois temps. Il voit d’abord comment la notion de français régional a évolué des premiers travaux d’Albert Dauzat jusqu’aux analyses les plus récentes. Il analyse ensuite l’émergence de la notion de norme endogène, les apports des études sociolinguistiques consacrées aux français non hexagonaux, notamment ceux de la lexicographie francophone, à l’étoffement de la notion de français régional. Il s’interroge enfin sur la modernité de la notion de région dans le contexte mondialisé contemporain et sur la revitalisation qu’elle confère à la notion de français régional.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Évolution de la notion de français régional 
La variation géographique
La rupture avec la tradition dialectologique
Un échelon intermédiaire entre la langue régionale et le français commun
Le rapport à la norme : émergence de la notion de norme endogène, l’apport des études sociolinguistiques à la connaissance des français non hexagonaux
Les normes endogènes
L’apport de la description des français non hexagonaux
La communauté linguistique
L’opposition centre-périphérie. Intérêt de la notion de région pour l’analyse des politiques linguistiques-éducatives
Français régional/français de Paris/français standard
L’échelon régional : un niveau de réflexion pour les politiques linguistiques-éducatives
L’apport de la lexicographie francophone à la didactique du français : les enjeux didactiques de la variation

Aperçu du texte

La période qui s’étend de la fin du xixe siècle aux années 1950 est marquée par la diffusion de la variété de français qu’on désigne ordinairement comme le « français de Paris », identifiée comme le français des locuteurs « cultivés » et ressentie d’un point de vue normatif comme le français standard (Francard, 2010, p. 113), autrement dit « l’usage dominant par rapport aux variations effectives que présente toute langue » (Riegel, Pellat, Rioul, 2016, p. 19).

Une telle perception, qui hiérarchise les variétés de langues en présence ainsi que leurs locuteurs, suggère les tensions qui sous-tendent les relations entre ces variétés et le caractère potentiellement conflictuel de leurs confrontations. En effet, la visée des représentations forgées à propos des variétés en présence est homogénéisante. Elle procède d’une conception monolingue, fondée sur des raisons politiques, et contribue au renforcement de l’unité nationale, en imposant la variété retenue – parmi d’autres – pour être la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Madeleine Bertucci, « Vers une conceptualisation de la notion de « français régional » : de la dialectologie à la sociolinguistique », Mots. Les langages du politique [En ligne], 120 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mots/25404 ; DOI : 10.4000/mots.25404

Haut de page

Auteur

Marie-Madeleine Bertucci

Université de Cergy-Pontoise, EA 7518 LT2D

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page